Informations Professionnelles (Café N° 24)

- François Jarraud -

- LE CAFE    [ Haut ]

Dossier "Rentrée 2002"
Les rubriques spéciales "Rentrée" du numéro 23 sont regroupées dans un dossier spécial téléchargeable. Pour les principales disciplines, découvrez les nouveaux programmes, les ressources en ligne indispensables pour débuter l'année.
http://www.cafepedagogique.net/rentree.p df
Pour lire les PDF :
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep.html

- LE SYSTEME EDUCATIF    [ Haut ]

Le ministre défend son budget
Le site ministériel présente le projet de budget 2003 de l'éducation. Etabli à 54 milliards d'euros il est en hausse de 2,2%. Mais la répartition des moyens se fait essentiellement au bénéfice du primaire (+ 1.000 emplois) alors que dans le secondaire 5.600 postes de surveillance sont supprimés. Pour le ministre, l'éducation reste "une priorité constante" , l'effort national pour l'éducation étant un des plus élevés au monde. Un effort de revalorisation des carrières est promis pour les directeurs d'école, l'encadrement administratif et les infirmières scolaires. Quant aux surveillants, ils seront remplacés par des "assistants d'éducation" qui seront recrutés dans des catégories variées de la population. "Ce système, beaucoup plus souple que les précédents, répondra aux besoins très diversifiés des établissements scolaires et permettra à différentes catégories de personnes d'y trouver leur place" affirme le ministère. "Les collectivités locales qui le voudront pourront y participer, chaque fois que leur implication sera de nature à améliorer le service rendu aux usagers".
http://www.education.gouv.fr/presse/2002 /financesdp.htm
http://www.education.gouv.fr/presse/2002 /misecp.htm

Décentraliser sans démanteler
"Les diplômes, comme le recrutement des enseignants, (garderont) leur caractère national". Xavier Darcos, dans un entretien avec l'AFP, a tenu à rassurer les enseignants sur le projet de décentralisation de l'éducation nationale. "La décentralisation ne signifie en aucun cas démantèlement et, contrairement à la première loi de 1982, il ne s'agit pas de substitutions ou de transferts de compétences. L'Etat ne renonce à rien mais nous devrions expérimenter des collaborations accrues sur des questions d'intérêt commun Etat-Régions."

http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020913095711.ttqaibop.html

Education nationale mais décentralisée
Le 24 septembre le premier ministre a réuni les recteurs et les inspecteurs d'académie pour présenter son projet de décentralisation de l'école. Libération présente les enjeux et les souhaits des collectivités locales qui souhaitent obtenir dans le système éducatif une place correspondant à leur rôle financier.
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=54809

Les régions veulent plus de pouvoir dans l'institution scolaire
"Nous souhaitons être complètement co-décideur de la planification des formations au sens large en région". C'est ce que souhaite M. Longuet, président de l'Association des régions de France à quelques jours de l'annonce par le gouvernement de son plan en faveur de la décentralisation.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020920181258.h3yk59g2.html

Pions mais indispensables
La presse s'est largement fait l'écho de la grève des surveillants le 24 septembre. Ainsi Le Monde rappelle qu'ils sont indispensables pour apprendre les règles de la vie en communauté et lutter contre les incivilités. Pour Sébastian Roché, politologue, " "les surveillants sont les garants des lieux. On ne fait pas vivre des règles par des affiches punaisées sur les murs. Il faut des gens vivants pour les faire exister." Jean-Paul Payet, sociologue, estime leur travail " fondamental ". " Les surveillants font partie de ces personnels invisibles pour l'opinion publique mais qui sont irremplaçables dans la gestion quotidienne des établissements, notamment sur le front des incivilités. Ils effectuent un travail de grande proximité. De par leur âge - ils sont étudiants mais l'adolescence n'est pas si loin pour eux -, ils peuvent être à l'écoute des élèves. Ceux-ci leur disent des choses qu'ils n'oseraient pas dire aux enseignants ou aux autres adultes. De par leur culture, ils partagent les mêmes codes que les jeunes. Ils assurent donc une fonction qui va au-delà de la seule surveillance ". D'après Le Monde 5600 postes de surveillants devraient être supprimés en 2003, auxquels il faudrait ajouter près de 20.000 emplois-jeunes. De quoi rendre impossible le fonctionnement des établissements.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--291592-,00.html
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--291594-,00.html

L'Etat embauchera 11.000 "assistants d'éducation"
Selon une dépêche AF, le ministère de l'éducation a annoncé son intention de recruter 11.000 "assistants d'éducation" à la rentrée 2003. Ils se substitueront aux 20.000 aides éducateurs dont le contrat arrive à terme et aux 5.600 surveillants en poste dans les établissements. Les collectivités locales seront invitées à participer à leur rémunération. On voit mal comment les établissements pourront continuer à encadrer les élèves avec moitié moins de personnel de surveillance.
Cette mesure illustre les pertes d'emploi dans l'éducation nationale. Le projet de budget prévoit 3.412 suppressions de postes à l'Education (enseignement scolaire) et à la Jeunesse. Mais 1.864 postes sont créés au ministère de l'Intérieur, 1.924 à la Justice, et 388 à la Défense.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020925150257.ei7j3c0w.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020925173459.2u6vmz7v.html

Imbroglio judiciaire devant le droit à la scolarisation
Exclusion, violence, incompétence du tribunal : tout se mélange dans cette affaire qui, il y a quelques années, ne serait jamais arrivée devant le tribunal de Bobigny. Selon Le Parisien du 19 septembre, une mère de famille assigne en référé l'Education nationale pour avoir exclu son fils de 6 ans de l'école. Une décision que le rectorat n'a prise que pour faire entrer l'enfant, violent et instable, dans une école spécialisée mais dont le bien fondé est contesté par la mère. Mais qui peut trancher ? Le procureur demande que le tribunal se déclare incompétent. Un fait-divers qui illustre des glissements dans la représentation et le rôle de l'école.
http://www.leparisien.com/home/info/perm anent/article.htm?themeid=503&articleid=1 75874111

Absentéisme : suffit-il de condamner ?
Venant après la loi Perben et la création du délit d'outrage à enseignant, le projet du ministre de l'intérieur de créer une amende de 2000 euros pour les parents d'enfants absentéistes soulève à son tour des critiques. Ainsi, pour le président de la FCPE "c'est désespérant, au nom de la sécurité on fait des propositions qui n'ont aucun sens". Dans le même article de Libération du 29 septembre, le secrétaire général du syndicat des chefs d'établissement (SNPDEN) rappelle qu'une partie des absentéistes sont simplement des "décrocheurs" et que "la sanction pénale n'est pas adaptée à ce type de situation, elle est même contre-productive". Le premier ministre a affirmé son accord avec le principe d'une sanction : " La démarche aujourd'hui, c'est que l'on prenne conscience que de ne pas envoyer son fils à l'école durablement après avoir reçu de la part du proviseur et de la part de l'inspecteur d'académie plusieurs rappels à l'ordre, plusieurs informations comme quoi l'enfant n'est pas à l'école, les parents doivent réagir". Un groupe de travail interministériel, regroupant les ministres de l'intérieur, de l'éducation et de la famille, fonctionnera à partir du 1er octobre.
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=55780
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020926213715.z8799be9.html

Ateliers-relais : exclusion ou rescolarisation ?
Le ministre a déclaré son intention d'ouvrir une cinquantaine "d'ateliers-relais" d'ici juin 2003. Ces classes s'ajouteront aux 250 classes relais déjà ouvertes. Ces "ateliers" accueilleront les élèves les plus turbulents dans une structure qui sera obligatoirement en dehors du collège. "Nous pensons que dans certains cas, pour redonner de la quiétude, il faut complètement sortir l'élève du collège" a déclaré au Monde un collaborateur de X. Darcos. Cette structure semble donc hésiter entre deux objectifs : celui de la rescolarisation et celui de l'exclusion. Quelle est donc la mission de l'éducation nationale ?
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--292053-,00.html

24 élèves par classe
C'est le nombre moyen d'élèves à l'école primaire et au collège, et ce taux est resté stable depuis plus de 10 ans, alors qu'il baissait sensiblement en lycée (28 élèves) et en lycée professionnel (19,5 élèves). Ces chiffres sont tirés des " grands chiffres de l'éducation nationale ", une publication statistique annuelle du ministère. Autre enseignement : l'augmentation du coût moyen de chaque élève : plus de 4000 euros dans le primaire (moins de 3000 en 1986), 6910 euros en collège, 8790 en lycée.
http://www.education.gouv.fr/dpd/grands_ chiffres/gchif_e.htm

L'égalité républicaine, un leurre ?
Dans un article publié par le Nouvel Observateur, le sociologue Roger Establet dénonce les inégalités sociales face à l'enseignement. " L'égalité des chances reste un leurre. Ainsi, quand on a institué le collège unique, les parents avertis ont aussitôt mis en place une stratégie pour identifier les meilleurs. Il y a collège et collège... Avec 80% d'une classe d'âge au niveau bac, les processus hiérarchiques implicites qui existaient au collège se sont étendus au-delà. Pour satisfaire à ce mot d'ordre, on a multiplié les bacs: bacs technologiques mais surtout bacs professionnels qui n'ont pas vocation à ouvrir vers des études universitaires. Tout cela crée un effet de brouillard, de nébuleuse, où les parents les moins armés sont perdants... il faut s'intéresser en priorité aux enfants qui n'ont pas les acquis minimaux, ils sont 60000 chaque année qui continuent à quitter le système scolaire les mains vides. En bref, le niveau monte mais les inégalités s'accroissent ".
http://permanent.nouvelobs.com/conseils/ enseignement/article/article1953_097.html

X. Darcos à la recherche des "bonnes pratiques"
"Nous allons repérer les bonnes pratiques et leur demander ce que les régions et les départements peuvent faire de plus dans l'éducation en matière de décentralisation" précise X. Darcos avant d'effectuer un petit tour de France des académies. Cet intérêt porté au terrain est louable. Mais les bonnes pratiques de l'enseignats X sont-elles transposables au professeur Y ? On peut en douter...
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020919154818.2tg4wtjj.html

Alexandre Jardin au secours de l'école
Selon Le Monde du 19 septembre 2002, le premier ministre a décidé d'affecter un million d'euros au projet d'Agence des pratiques développé par Alexandre Jardin. Ce dernier le présente ainsi : " La logique de notre combat est vraiment une logique civique. Si [le gouvernement] se plante, ce n'est pas seulement la droite, mais tous les partis démocratiques qui vont déguster". Le repérage des "bonnes pratiques" est une bonne chose. Mais on peut douter que celles-ci soient aisé ment transportables.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 4--291001-,00.html

8èmes Rencontres de l'ORME
C'est devenu un lieu incontournable où se rencontrent enseignants, formateurs et professionnels. Les 8èmes Rencontres de l'ORME auront lieu du 9 au 11 octobre au Palais du Pharo à Marseille. La thématique 2002 porte sur "les nouveaux espaces d'éducation", une formule qui englobe aussi bien le tutorat que le e-learning. Cette année les Rencontres accueillent le séminaire "l'économie du e- dans l'éducation" organisé par la Direction de la technologie du ministère.
http://www.orme-multimedia.org/rencontre s/2002/texteAccueil.htm

Impact limité des écoles par "coupons"
Dans une étude réalisée pour l'Economic Growth Center de l'université Yale, Dante Contreras étudie les retombées du système de soutien par coupons (voucher school) sur les résultats des élèves au Chili. Vingt ans après sa mise en place, l'impact du système de coupons est faible. Tout au plus bénéficie-t-il mieux aux garçons qu'aux filles.
http://netec.wustl.edu/adnetec-cgi-bin/n ep?urn=RePEc:wop:yalegr:845

A Kaboul, lycée rime avec liberté
France 5 diffuse le 26 septembre à 15h35 un reportage sur la réouverture des lycées français de Kaboul. Dans ce pays ravagé par la guerre, la réouverture de ces établissements est gage de paix et d'émancipation, particulièrement pour les femmes. Si les conditions de redémarrage de ces lycées sont difficiles, France 5 a participé à leur équipement informatique et multimédia et continuera à apporter son soutien à la reconstruction du système éducatif afghan.
http://www.france5.fr/education/

- VIE PROFESSIONNELLE    [ Haut ]

Le ministère lance une campagne de recrutement
"Au moment où s'ouvrent les inscriptions aux concours, du 24 septembre au 27 novembre 2002, le ministère de la jeunesse, de l'éducation nationale et de la recherche lance une nouvelle campagne pour favoriser le recrutement de professeurs du premier degré et dans certaines disciplines du second degré (langues, sciences, technologies). Les messages s'adressent en priorité aux étudiants en cours de formation à bac + 3 ou bac + 4.
Ils sont diffusés par la presse et la radio. Des encarts publicitaires sont présents dans les journaux Phosphore, Vocable, Le Figaro étudiant, Campus, Jeunes magazine, Le Guide du professeur, L'Etudiant, La Voix du Nord depuis le 18 septembre. Un message radio est diffusé sur les ondes de RTL 2, NRJ, Skyrock, Fun Radio, RMC, Le Mouv, RFI et 80 stations du groupement des radios indépendantes pendant cinq semaines. Deux radios grand public, RTL et France Inter, ont également été retenues afin de sensibiliser les parents et les enseignants".
Cette campagne doit permettre de faire face aux nombreux départs en retraite. La campagne mise essentiellement sur le rôle social des enseignants : "Eclairer des esprits en éveil, ça vous tente" demande un professer des écoles; "communiquer votre amour des sciences, ça vous tente ?" semble répondre une prof de maths. Dans les dépliants officiels, "former des citoyens", "des métiers relationnels", "une forte capacité d'adaptation" sont les premières caractéristiques du métier d'enseignant.
http://www.education.gouv.fr/personnel/e nseignant/campagne.htm

La crise des vocations touche l'enseignement
Alors que le système éducatif doit remplacer près d'un enseignant sur deux d'ici 2010, Le Monde du 16 septembre publie plusieurs articles sur la crise des vocations des professeurs au collège et au lycée. En effet, alors que les candidats se pressent pour devenir professeur des écoles, le nombre de candidats à l'enseignement du second degré diminue (-7% en 2002). Certains CAPES connaissent une véritable désaffection : physique-chimie, maths, histoire-géographie, lettres par exemple. Pour le quotidien, " Plusieurs enquêtes indiquent qu'un des éléments les plus dissuasifs au choix du métier de professeur du second degré est aujourd'hui la crainte d'une première affectation dans une zone ou un établissement réputé difficile...Certains, qui auraient pu faire d'excellents professeurs de collège ou de lycée, se dirigent vers le professorat des écoles, non par goût mais par crainte de ces postes difficiles ou pour éviter un éloignement de leur famille". Pour le sociologue André Robert, "depuis la création du corps de "professeur des écoles" en remplacement de celui des instituteurs, il y a plus de dix ans, la différence de statut - et peut-être de prestige - avec les professeurs de collège et de lycée s'est réduite. Pourquoi le basculement s'opère-t-il maintenant ? Sans doute parce qu'il faut un temps de décantation pour que cette uniformisation soit intériorisée par les candidats. A statut égal, les difficultés du métier de professeur dans le secondaire peuvent devenir un obstacle. C'est comme si, par anticipation négative, on pensait que, à équivalence de diplôme, le premier degré est plus aisé à dominer et plus gratifiant. Le métier de professeur des écoles s'anticipe sans doute plus volontiers comme pouvant s'exercer en véritable collectif, en petites équipes. A l'inverse, le métier de professeur s'anticipe comme plus individuel, plus solitaire, avec les risques que cela induit dans le contexte des collèges difficiles".
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--290548-,00.html
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--290549-,00.html

La profession enseignante en Europe
L'Union européenne publie une étude sur les projections des évolutions démographiques du monde enseignant. Si certains pays sont en surplus d'enseignants (l'Italie, le Portugal), plus nombreuses sont les situations de pénurie (Royaume-Uni, Pays-Bas, Belgique etc.). Quant à la France elle enregistre à la fis pénurie et surplus ! Comme les autres pays européens, la France est frappée par le vieillissement des enseignants. Les départs en retraite massifs attendus dans les prochaines années devraient ouvrir de nouvelles possibilités de carrière pour les jeunes enseignants. Or c'est l'attractivité de la profession qui peut remédier à la pénurie.
http://www.eurydice.org/Doc_intermediair es/analysis/fr/teachers.html#La%20formati on%20continue%20des%20enseignants
http://www.eurydice.org/Documents/KeyTop ics3/fr/KT3R2FR.pdf

Rapport de l'Inspection générale sur les réseaux numériques
C'est un rapport particulièrement riche que l'Inspection générale publie sur les réseaux numériques. Le prochain numéro du Café pédagogique en fera l'analyse détaillée qui complétera cette rapide présentation Il s'ouvre sur une interrogation : "comment faire pour que l'Ecole intègre les réseaux numériques sans que les réseaux numériques ne désintègrent l'Ecole ?". Le rapport s'ouvre sur une première partie qui constitue un tour d'horizon à la fois large et précis sur les pratiques observées dans les classes dans les différentes disciplines. Elles témoignent d'une " évidente généralisation des recours aux technologies de l'information et de la communication dans l'enseignement" . Nous avons été particulièrement sensibles au fait que le rapport s'intéresse aux publications réalisées par les enseignants en dehors de l'institution. Une deuxième partie traite des conditions de la généralisation dans un environnement plus mobile et où de nouveaux acteurs apparaissent.
Chaque chapitre se clôt sur des recommandations de l'Inspection. L'Inspection appelle d'abord à un travail approfondi de recherche pédagogique sur les apports des réseaux à l'enseignement de chaque discipline et les relations entre les outils traditionnels et les nouveaux outils. Ces études devraient permettre, selon l'Inspection, une évolution des examens de façon à ce qu'ils valorisent les compétences acquises grâce aux réseaux. L'Inspection souhaite également réorganiser les réseaux institutionnels de ressources pédagogiques de façon à mieux les coordonner et développer des réseaux de personnes ressources capables d'accompagner les enseignants et les chefs d'établissement.. Elle veut également développer les approches prospectives particulièrement vers les collectivités locales et l'Europe. Plus délicate nous paraît la volonté de " redéfinir la nécessaire "liberté pédagogique" des enseignants" : c'est cette liberté qui fait se multiplier les ressources.
http://www.education.gouv.fr/syst/igen/r apport.htm

Enfin, la suite Star Office pour tous !
A la suite d'un accord avec l'éducation nationale, Sun Microsystems autorise tous les établissements d'enseignement et de recherche (écoles, collèges, lycées) à utiliser la suite bureautique StarOffice 6.0 pour tous types d'usage. Cet accord permet à tous les établissements de disposer gratuitement et de façon illimitée d'une suite bureautique complète (traitement de texte, tableur, gestionnaire de base de données) comparable aux logiciels commerciaux. Star Office a l'avantage de fonctionner aussi bien sous Windows que sous Linux. Voilà une excellente nouvelle pour tous les enseignants !
http://bd.educnet.education.fr/actua/htm l/arts/G20020926.htm

- LES ELEVES    [ Haut ]

Le cannabis se banalise
C'est un des enseignements de la dernière enquête de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies, présentée par Libération du 16 septembre. Un jeune sur deux a consommé du cannabis dans l'année, un garçon sur cinq est un consommateur quasi quotidien. L'enquête souligne également l'impact des autres drogues : un jeune sur deux fume tous les jours, un garçon sur cinq consomme de l'alcool régulièrement. Par contre l'utilisation des drogues "dures" reste marginale : 2% des jeunes environ.
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=53163

A Asnières, les collégiens étaient des apprentis terroristes
C'est finalement 4 collégiens qui ont été mis en examen après l'explosion d'une bouteille d'acide dans un collège d'Asnières le 11 septembre. Ils ont reconnu avoir prémédité leur acte et un d'entre eux s'est réclamé de l'Islam pour expliquer ce geste.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020913175147.cs3x095d.html

- LES PARENTS    [ Haut ]

Les parents à l'école
Le ministère prévoit du 7 au 12 octobre une "semaine des parents à l'école". Durant celle-ci, le ministère recommande l'organisation d'une opération "portes ouvertes" pour améliorer le contact avec les parents.
http://www.education.gouv.fr/bo/2002/34/ ensel.htm

La FCPE contre les mesures Sarkozy
La FCPE annonce son intention de combattre les mesures annoncées par le ministre de l'intérieur pour lutter contre l'absentéisme scolaire. Pour la FCPE, elles "ne règlent en rien la question de l'absentéisme scolaire (lequel est massif quand les enseignants ne sont pas remplacés et dès le début juin quand l'administration renvoie les élèves au motif que l'établissement est centre d'examen) ni les difficultés rencontrées par les familles avec leurs adolescents. Ce projet vise encore à frapper durement et à stigmatiser une fois de plus les familles modestes".
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id= 175

Hyperactivité et déficit d'attention
"Je ne fais pas exprès
d'être à côté du sujet
parce que souvent dans la lune,
et qu'à gauche je tiens ma plume,
si j'écris comme un cochon,
et suis fâché avec la conjugaison,
de collectionner
les zéros en dictée,
remarques concernant
le comportement;
colles pour cahiers oubliés
ou devoirs non faits.
On me dit intelligent
voir précoce mais à l'école pourtant
je n'ai ni la cote,
ni les notes".
Ces quelques vers extraits de la "complainte de l'élève Thada" ouvrent les pages de ce site attachant réalisé par la mère d'un enfant atteint d'hyperactivité. Un site fort bien documenté : on y trouvera des comptes-rendus de conférences et d'ouvrages, de très nombreux témoignages de parents et de médecins, par exemple sur la Ritaline. Les pages concernent le déficit d'attention mais aussi le lunatisme ou la dépression chez l'enfant. Les parents y échangent trucs et astuces.
http://users.pandora.be/scarlett/

La justice frappe les parents frappeurs
A Thiais, Gap ou Saint-Brieuc, plusieurs faits divers récents montrent le durcissement de la justice dans la condamnation de parents ayant agressé des enseignants. Ainsi à Gap une mère de famille a été condamnée à 1601 euros d'amende pour avoir insulté un principal. A Saint-Brieuc c'est une gifle assénée à un directeur qui a été payée de trois mois de prison avec sursis. A Thiais un père qui avait frappé un instituteur a été condamné à dix mois de prison avec sursis.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020928161715.74xc140f.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020927170013.noy8ot7b.html

- PRIMAIRE    [ Haut ]

Quel statut pour les directeurs d'école
Lancée à la rentrée 2000, la grève des directeurs d'école continue. C'est que ceux-ci estiment qu'il y a "trop de travail pour trop peu d'argent" comme le souligne Libération du 18 septembre. Pour autant les directeurs ne sont pas d'accord sur leur avenir : doivent-ils rester des enseignants parmi d'autres ou devenir de véritables chefs d'établissement ? La question intéresse tout le système éducatif.
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=53637

Un tiers des nouveaux professeurs des écoles sortent des listes complémentaires
Le Monde du 13 septembre le dénonce : un tiers des nouveaux professeurs des écoles ont été reçus sur liste complémentaire. Le quotidien insiste sur leur manque de formation alors que, souvent, ils héritent des postes les plus .durs.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--290231-,00.html

Premiers échos de la lutte contre l'illettrisme
L'AFP donne en exemple une école de Valenton retenue pour être un des cent mini-CP lancés par le plan national de lutte contre l'illettrisme. Les élèves découvrent la lecture et l'écriture dans des classes limitées à 10 ou 12 élèves la matin. L'après-midi, les élèves sont répartis entre des ateliers.
En Haute-Savoie c'est une nouvelle méthode de lecture, La planète des Alphas, qui suscite l'intérêt. Elaborée avec le centre psycho-pédagogique de Genève, elle associe graphisme et son et semble bien adaptée aux élèves dyslexiques. Pour une institutrice, "c'est un peu magique, les enfants ont été passionnés tout de suite, çà leur donne l'envie et le plaisir d'apprendre à lire".
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020920124006.v1rliqa8.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020920124425.gf7l96l3.html

La STIP
Ce site regroupe des enseignants picards désireux de promouvoir les sciences à l'école primaire. On trouvera dans ses pages des exemples d'expériences menées en classe, des ateliers téléchargeables, des témoignages sur des visites en musée, etc. De quoi donner des idées, regonfler l'enthousiasme et armer la réflexion.
http://www.ac-amiens.fr/stip/

La main à la pâte sur France-Info
Tous les jeudis sur France-Info, Emmanuel Davidenkoff présentera une chronique sur la main à la pâte. Elles seront diffusées 6 fois par jour sur la station.
http://www.inrp.fr/lamap/echanges/france -info/accueil.html

Les ouvrages de littérature du cycle III
L'entrée de la littérature à l'école primaire est saluée par la presse et les professionnels de l'édition. EduScol publie la liste des ouvrages de littérature retenus pour le cycle III.
http://www.eduscol.education.fr/D0102/li ste-par-categorie.htm

L'ACORES pour une école ouverte sur le monde.
Née en 1987 à l'initiative d'instituteurs, l'association ACORES propose des jumelages de classes pour développer des réseaux de correspondance et d'échanges. L'association assiste les enseignants qui souhaitent utiliser la correspondance scolaire comme support pédagogique. Elle leur fournit un guide pédagogique qui explique la mise en oeuvre de ce type de projet.
http://perso.wanadoo.fr/acores/

Fûtés Puissance 2
Le lancement a eu lieu lundi 16. Voilà un sympathique concours qui associe via Internet des classes distantes qui s'entraident pour répondre à des questions. Destiné en priorité aux 9-12 ans, le jeu reste ouvert à tous. Lancé par un instituteur suisse, J.P. Nater, le concours sautera sans doute les montagnes pour faire collaborer des classes francophones.
http://www.ecolemartigny.ch/fute2

Utiliser les TICE en maternelle
C'est un dossier très concret que publie le CDDP du Haut-Rhin. En une dizaine de pages il donne des informations simples mais utiles pour l'utilisation des TICE en maternelle : quels types de logiciels utiliser ? Comment s'organiser dans l'école ? Quelles ressources en ligne ?
http://www.crdp-strasbourg.fr/cddp68/mat ernelle/TICE%20en%20maternelle.htm

Sciences en ligne, An II
Pour la seconde année, les classes de Dordogne et d'Ariège vont pouvoir participer au projet "Sciences en ligne" piloté par Claudette Balpe. Il s'agit d'encourager le développement de l'expérimentation dans l'enseignement primaire et d'aider les maîtres à mener des expériences. Des situations-problèmes, des défis sont proposés aux classes participantes qui doivent élaborer un processus d'expérimentation.
http://www.ac-toulouse.fr/ariege-educati on/spip/

Que faire avec les TICE en CM1-CM2 ?
Jacques Faverjon publie un compte-rendu des activités liées aux TICE en CM1- 2 à l'école de la Chabure. Il met en évidence la diversité des usages (utilisation de logiciels de remédiation, consultation de sites, correspondance électronique etc.). Mais il montre également les modifications plus profondes des pratiques pédagogiques permises par les TIC : c'est pour permettre à chacun d'utiliser l'unique ordinateur de la classe que j'ai fait un pas vers l'individualisation du travail des enfants". Ce sont également les TIC qui l'ont amené à un fonctionnement coopératif.
http://perso.wanadoo.fr/ecole.chabure/ma itres/utilisationTICE.htm

Le monde de la récré
Le Monde du 23 septembre rend compte de l'ouvrage de Julie Delalande : "La cour de récréation, Pour une anthropologie de l'enfance". Pendant 5 ans, J. Delalande a analysé le comportement des enfants de 4 à 9 ans dans la cour de récréation. Un espace plus organisé et plus policé qu'il n'apparaît, un véritable lieu de socialisation..
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,323 0--291416-,00.html

Une journée à l'école américaine
Cette étude, publiée par Teacher Record, analyse une journée scolaire typique en Elementary School du C.P. au CM2. Si la journée moyenne de classe dure 6 heures et 35 minutes, dont 4 heures et 11 minutes dévolues aux matières fondamentales et 47 minutes pour les activités d'enrichissement, l'emploi du temps des élèves peut fortement varier d'une école à l'autre. "Comment les écoles pourraient elles former des jeunes bien éduqués quand 15% des enfants n'ont aucune activité d'enrichissement et que ,pour ceux qui en ont, elles ne durent que 54 minutes par jour ? Comment les élèves peuvent-ils se concentrer quand un quart d'entre eux n'ont aucune récréation ? L'étude montre que les activités d'enrichissement personnel sont plus rares dans les écoles regroupant les enfants des minorités. Un tiers des enfants noirs n'ont pas de récréation.
http://www.tcrecord.org/Content.asp?Cont entID=11018

- François Jarraud -

- LE CAFE    [ Haut ]

Dossier "Rentrée 2002"
Les rubriques spéciales "Rentrée" du numéro 23 sont regroupées dans un dossier spécial téléchargeable. Pour les principales disciplines, découvrez les nouveaux programmes, les ressources en ligne indispensables pour débuter l'année.
http://www.cafepedagogique.net/rentree.p df
Pour lire les PDF :
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep.html

- LE SYSTEME EDUCATIF    [ Haut ]

Le ministre défend son budget
Le site ministériel présente le projet de budget 2003 de l'éducation. Etabli à 54 milliards d'euros il est en hausse de 2,2%. Mais la répartition des moyens se fait essentiellement au bénéfice du primaire (+ 1.000 emplois) alors que dans le secondaire 5.600 postes de surveillance sont supprimés. Pour le ministre, l'éducation reste "une priorité constante" , l'effort national pour l'éducation étant un des plus élevés au monde. Un effort de revalorisation des carrières est promis pour les directeurs d'école, l'encadrement administratif et les infirmières scolaires. Quant aux surveillants, ils seront remplacés par des "assistants d'éducation" qui seront recrutés dans des catégories variées de la population. "Ce système, beaucoup plus souple que les précédents, répondra aux besoins très diversifiés des établissements scolaires et permettra à différentes catégories de personnes d'y trouver leur place" affirme le ministère. "Les collectivités locales qui le voudront pourront y participer, chaque fois que leur implication sera de nature à améliorer le service rendu aux usagers".
http://www.education.gouv.fr/presse/2002 /financesdp.htm
http://www.education.gouv.fr/presse/2002 /misecp.htm

Décentraliser sans démanteler
"Les diplômes, comme le recrutement des enseignants, (garderont) leur caractère national". Xavier Darcos, dans un entretien avec l'AFP, a tenu à rassurer les enseignants sur le projet de décentralisation de l'éducation nationale. "La décentralisation ne signifie en aucun cas démantèlement et, contrairement à la première loi de 1982, il ne s'agit pas de substitutions ou de transferts de compétences. L'Etat ne renonce à rien mais nous devrions expérimenter des collaborations accrues sur des questions d'intérêt commun Etat-Régions."

http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020913095711.ttqaibop.html

Education nationale mais décentralisée
Le 24 septembre le premier ministre a réuni les recteurs et les inspecteurs d'académie pour présenter son projet de décentralisation de l'école. Libération présente les enjeux et les souhaits des collectivités locales qui souhaitent obtenir dans le système éducatif une place correspondant à leur rôle financier.
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=54809

Les régions veulent plus de pouvoir dans l'institution scolaire
"Nous souhaitons être complètement co-décideur de la planification des formations au sens large en région". C'est ce que souhaite M. Longuet, président de l'Association des régions de France à quelques jours de l'annonce par le gouvernement de son plan en faveur de la décentralisation.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020920181258.h3yk59g2.html

Pions mais indispensables
La presse s'est largement fait l'écho de la grève des surveillants le 24 septembre. Ainsi Le Monde rappelle qu'ils sont indispensables pour apprendre les règles de la vie en communauté et lutter contre les incivilités. Pour Sébastian Roché, politologue, " "les surveillants sont les garants des lieux. On ne fait pas vivre des règles par des affiches punaisées sur les murs. Il faut des gens vivants pour les faire exister." Jean-Paul Payet, sociologue, estime leur travail " fondamental ". " Les surveillants font partie de ces personnels invisibles pour l'opinion publique mais qui sont irremplaçables dans la gestion quotidienne des établissements, notamment sur le front des incivilités. Ils effectuent un travail de grande proximité. De par leur âge - ils sont étudiants mais l'adolescence n'est pas si loin pour eux -, ils peuvent être à l'écoute des élèves. Ceux-ci leur disent des choses qu'ils n'oseraient pas dire aux enseignants ou aux autres adultes. De par leur culture, ils partagent les mêmes codes que les jeunes. Ils assurent donc une fonction qui va au-delà de la seule surveillance ". D'après Le Monde 5600 postes de surveillants devraient être supprimés en 2003, auxquels il faudrait ajouter près de 20.000 emplois-jeunes. De quoi rendre impossible le fonctionnement des établissements.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--291592-,00.html
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--291594-,00.html

L'Etat embauchera 11.000 "assistants d'éducation"
Selon une dépêche AF, le ministère de l'éducation a annoncé son intention de recruter 11.000 "assistants d'éducation" à la rentrée 2003. Ils se substitueront aux 20.000 aides éducateurs dont le contrat arrive à terme et aux 5.600 surveillants en poste dans les établissements. Les collectivités locales seront invitées à participer à leur rémunération. On voit mal comment les établissements pourront continuer à encadrer les élèves avec moitié moins de personnel de surveillance.
Cette mesure illustre les pertes d'emploi dans l'éducation nationale. Le projet de budget prévoit 3.412 suppressions de postes à l'Education (enseignement scolaire) et à la Jeunesse. Mais 1.864 postes sont créés au ministère de l'Intérieur, 1.924 à la Justice, et 388 à la Défense.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020925150257.ei7j3c0w.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020925173459.2u6vmz7v.html

Imbroglio judiciaire devant le droit à la scolarisation
Exclusion, violence, incompétence du tribunal : tout se mélange dans cette affaire qui, il y a quelques années, ne serait jamais arrivée devant le tribunal de Bobigny. Selon Le Parisien du 19 septembre, une mère de famille assigne en référé l'Education nationale pour avoir exclu son fils de 6 ans de l'école. Une décision que le rectorat n'a prise que pour faire entrer l'enfant, violent et instable, dans une école spécialisée mais dont le bien fondé est contesté par la mère. Mais qui peut trancher ? Le procureur demande que le tribunal se déclare incompétent. Un fait-divers qui illustre des glissements dans la représentation et le rôle de l'école.
http://www.leparisien.com/home/info/perm anent/article.htm?themeid=503&articleid=1 75874111

Absentéisme : suffit-il de condamner ?
Venant après la loi Perben et la création du délit d'outrage à enseignant, le projet du ministre de l'intérieur de créer une amende de 2000 euros pour les parents d'enfants absentéistes soulève à son tour des critiques. Ainsi, pour le président de la FCPE "c'est désespérant, au nom de la sécurité on fait des propositions qui n'ont aucun sens". Dans le même article de Libération du 29 septembre, le secrétaire général du syndicat des chefs d'établissement (SNPDEN) rappelle qu'une partie des absentéistes sont simplement des "décrocheurs" et que "la sanction pénale n'est pas adaptée à ce type de situation, elle est même contre-productive". Le premier ministre a affirmé son accord avec le principe d'une sanction : " La démarche aujourd'hui, c'est que l'on prenne conscience que de ne pas envoyer son fils à l'école durablement après avoir reçu de la part du proviseur et de la part de l'inspecteur d'académie plusieurs rappels à l'ordre, plusieurs informations comme quoi l'enfant n'est pas à l'école, les parents doivent réagir". Un groupe de travail interministériel, regroupant les ministres de l'intérieur, de l'éducation et de la famille, fonctionnera à partir du 1er octobre.
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=55780
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020926213715.z8799be9.html

Ateliers-relais : exclusion ou rescolarisation ?
Le ministre a déclaré son intention d'ouvrir une cinquantaine "d'ateliers-relais" d'ici juin 2003. Ces classes s'ajouteront aux 250 classes relais déjà ouvertes. Ces "ateliers" accueilleront les élèves les plus turbulents dans une structure qui sera obligatoirement en dehors du collège. "Nous pensons que dans certains cas, pour redonner de la quiétude, il faut complètement sortir l'élève du collège" a déclaré au Monde un collaborateur de X. Darcos. Cette structure semble donc hésiter entre deux objectifs : celui de la rescolarisation et celui de l'exclusion. Quelle est donc la mission de l'éducation nationale ?
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--292053-,00.html

24 élèves par classe
C'est le nombre moyen d'élèves à l'école primaire et au collège, et ce taux est resté stable depuis plus de 10 ans, alors qu'il baissait sensiblement en lycée (28 élèves) et en lycée professionnel (19,5 élèves). Ces chiffres sont tirés des " grands chiffres de l'éducation nationale ", une publication statistique annuelle du ministère. Autre enseignement : l'augmentation du coût moyen de chaque élève : plus de 4000 euros dans le primaire (moins de 3000 en 1986), 6910 euros en collège, 8790 en lycée.
http://www.education.gouv.fr/dpd/grands_ chiffres/gchif_e.htm

L'égalité républicaine, un leurre ?
Dans un article publié par le Nouvel Observateur, le sociologue Roger Establet dénonce les inégalités sociales face à l'enseignement. " L'égalité des chances reste un leurre. Ainsi, quand on a institué le collège unique, les parents avertis ont aussitôt mis en place une stratégie pour identifier les meilleurs. Il y a collège et collège... Avec 80% d'une classe d'âge au niveau bac, les processus hiérarchiques implicites qui existaient au collège se sont étendus au-delà. Pour satisfaire à ce mot d'ordre, on a multiplié les bacs: bacs technologiques mais surtout bacs professionnels qui n'ont pas vocation à ouvrir vers des études universitaires. Tout cela crée un effet de brouillard, de nébuleuse, où les parents les moins armés sont perdants... il faut s'intéresser en priorité aux enfants qui n'ont pas les acquis minimaux, ils sont 60000 chaque année qui continuent à quitter le système scolaire les mains vides. En bref, le niveau monte mais les inégalités s'accroissent ".
http://permanent.nouvelobs.com/conseils/ enseignement/article/article1953_097.html

X. Darcos à la recherche des "bonnes pratiques"
"Nous allons repérer les bonnes pratiques et leur demander ce que les régions et les départements peuvent faire de plus dans l'éducation en matière de décentralisation" précise X. Darcos avant d'effectuer un petit tour de France des académies. Cet intérêt porté au terrain est louable. Mais les bonnes pratiques de l'enseignats X sont-elles transposables au professeur Y ? On peut en douter...
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020919154818.2tg4wtjj.html

Alexandre Jardin au secours de l'école
Selon Le Monde du 19 septembre 2002, le premier ministre a décidé d'affecter un million d'euros au projet d'Agence des pratiques développé par Alexandre Jardin. Ce dernier le présente ainsi : " La logique de notre combat est vraiment une logique civique. Si [le gouvernement] se plante, ce n'est pas seulement la droite, mais tous les partis démocratiques qui vont déguster". Le repérage des "bonnes pratiques" est une bonne chose. Mais on peut douter que celles-ci soient aisé ment transportables.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 4--291001-,00.html

8èmes Rencontres de l'ORME
C'est devenu un lieu incontournable où se rencontrent enseignants, formateurs et professionnels. Les 8èmes Rencontres de l'ORME auront lieu du 9 au 11 octobre au Palais du Pharo à Marseille. La thématique 2002 porte sur "les nouveaux espaces d'éducation", une formule qui englobe aussi bien le tutorat que le e-learning. Cette année les Rencontres accueillent le séminaire "l'économie du e- dans l'éducation" organisé par la Direction de la technologie du ministère.
http://www.orme-multimedia.org/rencontre s/2002/texteAccueil.htm

Impact limité des écoles par "coupons"
Dans une étude réalisée pour l'Economic Growth Center de l'université Yale, Dante Contreras étudie les retombées du système de soutien par coupons (voucher school) sur les résultats des élèves au Chili. Vingt ans après sa mise en place, l'impact du système de coupons est faible. Tout au plus bénéficie-t-il mieux aux garçons qu'aux filles.
http://netec.wustl.edu/adnetec-cgi-bin/n ep?urn=RePEc:wop:yalegr:845

A Kaboul, lycée rime avec liberté
France 5 diffuse le 26 septembre à 15h35 un reportage sur la réouverture des lycées français de Kaboul. Dans ce pays ravagé par la guerre, la réouverture de ces établissements est gage de paix et d'émancipation, particulièrement pour les femmes. Si les conditions de redémarrage de ces lycées sont difficiles, France 5 a participé à leur équipement informatique et multimédia et continuera à apporter son soutien à la reconstruction du système éducatif afghan.
http://www.france5.fr/education/

- VIE PROFESSIONNELLE    [ Haut ]

Le ministère lance une campagne de recrutement
"Au moment où s'ouvrent les inscriptions aux concours, du 24 septembre au 27 novembre 2002, le ministère de la jeunesse, de l'éducation nationale et de la recherche lance une nouvelle campagne pour favoriser le recrutement de professeurs du premier degré et dans certaines disciplines du second degré (langues, sciences, technologies). Les messages s'adressent en priorité aux étudiants en cours de formation à bac + 3 ou bac + 4.
Ils sont diffusés par la presse et la radio. Des encarts publicitaires sont présents dans les journaux Phosphore, Vocable, Le Figaro étudiant, Campus, Jeunes magazine, Le Guide du professeur, L'Etudiant, La Voix du Nord depuis le 18 septembre. Un message radio est diffusé sur les ondes de RTL 2, NRJ, Skyrock, Fun Radio, RMC, Le Mouv, RFI et 80 stations du groupement des radios indépendantes pendant cinq semaines. Deux radios grand public, RTL et France Inter, ont également été retenues afin de sensibiliser les parents et les enseignants".
Cette campagne doit permettre de faire face aux nombreux départs en retraite. La campagne mise essentiellement sur le rôle social des enseignants : "Eclairer des esprits en éveil, ça vous tente" demande un professer des écoles; "communiquer votre amour des sciences, ça vous tente ?" semble répondre une prof de maths. Dans les dépliants officiels, "former des citoyens", "des métiers relationnels", "une forte capacité d'adaptation" sont les premières caractéristiques du métier d'enseignant.
http://www.education.gouv.fr/personnel/e nseignant/campagne.htm

La crise des vocations touche l'enseignement
Alors que le système éducatif doit remplacer près d'un enseignant sur deux d'ici 2010, Le Monde du 16 septembre publie plusieurs articles sur la crise des vocations des professeurs au collège et au lycée. En effet, alors que les candidats se pressent pour devenir professeur des écoles, le nombre de candidats à l'enseignement du second degré diminue (-7% en 2002). Certains CAPES connaissent une véritable désaffection : physique-chimie, maths, histoire-géographie, lettres par exemple. Pour le quotidien, " Plusieurs enquêtes indiquent qu'un des éléments les plus dissuasifs au choix du métier de professeur du second degré est aujourd'hui la crainte d'une première affectation dans une zone ou un établissement réputé difficile...Certains, qui auraient pu faire d'excellents professeurs de collège ou de lycée, se dirigent vers le professorat des écoles, non par goût mais par crainte de ces postes difficiles ou pour éviter un éloignement de leur famille". Pour le sociologue André Robert, "depuis la création du corps de "professeur des écoles" en remplacement de celui des instituteurs, il y a plus de dix ans, la différence de statut - et peut-être de prestige - avec les professeurs de collège et de lycée s'est réduite. Pourquoi le basculement s'opère-t-il maintenant ? Sans doute parce qu'il faut un temps de décantation pour que cette uniformisation soit intériorisée par les candidats. A statut égal, les difficultés du métier de professeur dans le secondaire peuvent devenir un obstacle. C'est comme si, par anticipation négative, on pensait que, à équivalence de diplôme, le premier degré est plus aisé à dominer et plus gratifiant. Le métier de professeur des écoles s'anticipe sans doute plus volontiers comme pouvant s'exercer en véritable collectif, en petites équipes. A l'inverse, le métier de professeur s'anticipe comme plus individuel, plus solitaire, avec les risques que cela induit dans le contexte des collèges difficiles".
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--290548-,00.html
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--290549-,00.html

La profession enseignante en Europe
L'Union européenne publie une étude sur les projections des évolutions démographiques du monde enseignant. Si certains pays sont en surplus d'enseignants (l'Italie, le Portugal), plus nombreuses sont les situations de pénurie (Royaume-Uni, Pays-Bas, Belgique etc.). Quant à la France elle enregistre à la fis pénurie et surplus ! Comme les autres pays européens, la France est frappée par le vieillissement des enseignants. Les départs en retraite massifs attendus dans les prochaines années devraient ouvrir de nouvelles possibilités de carrière pour les jeunes enseignants. Or c'est l'attractivité de la profession qui peut remédier à la pénurie.
http://www.eurydice.org/Doc_intermediair es/analysis/fr/teachers.html#La%20formati on%20continue%20des%20enseignants
http://www.eurydice.org/Documents/KeyTop ics3/fr/KT3R2FR.pdf

Rapport de l'Inspection générale sur les réseaux numériques
C'est un rapport particulièrement riche que l'Inspection générale publie sur les réseaux numériques. Le prochain numéro du Café pédagogique en fera l'analyse détaillée qui complétera cette rapide présentation Il s'ouvre sur une interrogation : "comment faire pour que l'Ecole intègre les réseaux numériques sans que les réseaux numériques ne désintègrent l'Ecole ?". Le rapport s'ouvre sur une première partie qui constitue un tour d'horizon à la fois large et précis sur les pratiques observées dans les classes dans les différentes disciplines. Elles témoignent d'une " évidente généralisation des recours aux technologies de l'information et de la communication dans l'enseignement" . Nous avons été particulièrement sensibles au fait que le rapport s'intéresse aux publications réalisées par les enseignants en dehors de l'institution. Une deuxième partie traite des conditions de la généralisation dans un environnement plus mobile et où de nouveaux acteurs apparaissent.
Chaque chapitre se clôt sur des recommandations de l'Inspection. L'Inspection appelle d'abord à un travail approfondi de recherche pédagogique sur les apports des réseaux à l'enseignement de chaque discipline et les relations entre les outils traditionnels et les nouveaux outils. Ces études devraient permettre, selon l'Inspection, une évolution des examens de façon à ce qu'ils valorisent les compétences acquises grâce aux réseaux. L'Inspection souhaite également réorganiser les réseaux institutionnels de ressources pédagogiques de façon à mieux les coordonner et développer des réseaux de personnes ressources capables d'accompagner les enseignants et les chefs d'établissement.. Elle veut également développer les approches prospectives particulièrement vers les collectivités locales et l'Europe. Plus délicate nous paraît la volonté de " redéfinir la nécessaire "liberté pédagogique" des enseignants" : c'est cette liberté qui fait se multiplier les ressources.
http://www.education.gouv.fr/syst/igen/r apport.htm

Enfin, la suite Star Office pour tous !
A la suite d'un accord avec l'éducation nationale, Sun Microsystems autorise tous les établissements d'enseignement et de recherche (écoles, collèges, lycées) à utiliser la suite bureautique StarOffice 6.0 pour tous types d'usage. Cet accord permet à tous les établissements de disposer gratuitement et de façon illimitée d'une suite bureautique complète (traitement de texte, tableur, gestionnaire de base de données) comparable aux logiciels commerciaux. Star Office a l'avantage de fonctionner aussi bien sous Windows que sous Linux. Voilà une excellente nouvelle pour tous les enseignants !
http://bd.educnet.education.fr/actua/htm l/arts/G20020926.htm

- LES ELEVES    [ Haut ]

Le cannabis se banalise
C'est un des enseignements de la dernière enquête de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies, présentée par Libération du 16 septembre. Un jeune sur deux a consommé du cannabis dans l'année, un garçon sur cinq est un consommateur quasi quotidien. L'enquête souligne également l'impact des autres drogues : un jeune sur deux fume tous les jours, un garçon sur cinq consomme de l'alcool régulièrement. Par contre l'utilisation des drogues "dures" reste marginale : 2% des jeunes environ.
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=53163

A Asnières, les collégiens étaient des apprentis terroristes
C'est finalement 4 collégiens qui ont été mis en examen après l'explosion d'une bouteille d'acide dans un collège d'Asnières le 11 septembre. Ils ont reconnu avoir prémédité leur acte et un d'entre eux s'est réclamé de l'Islam pour expliquer ce geste.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020913175147.cs3x095d.html

- LES PARENTS    [ Haut ]

Les parents à l'école
Le ministère prévoit du 7 au 12 octobre une "semaine des parents à l'école". Durant celle-ci, le ministère recommande l'organisation d'une opération "portes ouvertes" pour améliorer le contact avec les parents.
http://www.education.gouv.fr/bo/2002/34/ ensel.htm

La FCPE contre les mesures Sarkozy
La FCPE annonce son intention de combattre les mesures annoncées par le ministre de l'intérieur pour lutter contre l'absentéisme scolaire. Pour la FCPE, elles "ne règlent en rien la question de l'absentéisme scolaire (lequel est massif quand les enseignants ne sont pas remplacés et dès le début juin quand l'administration renvoie les élèves au motif que l'établissement est centre d'examen) ni les difficultés rencontrées par les familles avec leurs adolescents. Ce projet vise encore à frapper durement et à stigmatiser une fois de plus les familles modestes".
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id= 175

Hyperactivité et déficit d'attention
"Je ne fais pas exprès
d'être à côté du sujet
parce que souvent dans la lune,
et qu'à gauche je tiens ma plume,
si j'écris comme un cochon,
et suis fâché avec la conjugaison,
de collectionner
les zéros en dictée,
remarques concernant
le comportement;
colles pour cahiers oubliés
ou devoirs non faits.
On me dit intelligent
voir précoce mais à l'école pourtant
je n'ai ni la cote,
ni les notes".
Ces quelques vers extraits de la "complainte de l'élève Thada" ouvrent les pages de ce site attachant réalisé par la mère d'un enfant atteint d'hyperactivité. Un site fort bien documenté : on y trouvera des comptes-rendus de conférences et d'ouvrages, de très nombreux témoignages de parents et de médecins, par exemple sur la Ritaline. Les pages concernent le déficit d'attention mais aussi le lunatisme ou la dépression chez l'enfant. Les parents y échangent trucs et astuces.
http://users.pandora.be/scarlett/

La justice frappe les parents frappeurs
A Thiais, Gap ou Saint-Brieuc, plusieurs faits divers récents montrent le durcissement de la justice dans la condamnation de parents ayant agressé des enseignants. Ainsi à Gap une mère de famille a été condamnée à 1601 euros d'amende pour avoir insulté un principal. A Saint-Brieuc c'est une gifle assénée à un directeur qui a été payée de trois mois de prison avec sursis. A Thiais un père qui avait frappé un instituteur a été condamné à dix mois de prison avec sursis.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020928161715.74xc140f.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020927170013.noy8ot7b.html

- PRIMAIRE    [ Haut ]

Quel statut pour les directeurs d'école
Lancée à la rentrée 2000, la grève des directeurs d'école continue. C'est que ceux-ci estiment qu'il y a "trop de travail pour trop peu d'argent" comme le souligne Libération du 18 septembre. Pour autant les directeurs ne sont pas d'accord sur leur avenir : doivent-ils rester des enseignants parmi d'autres ou devenir de véritables chefs d'établissement ? La question intéresse tout le système éducatif.
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=53637

Un tiers des nouveaux professeurs des écoles sortent des listes complémentaires
Le Monde du 13 septembre le dénonce : un tiers des nouveaux professeurs des écoles ont été reçus sur liste complémentaire. Le quotidien insiste sur leur manque de formation alors que, souvent, ils héritent des postes les plus .durs.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--290231-,00.html

Premiers échos de la lutte contre l'illettrisme
L'AFP donne en exemple une école de Valenton retenue pour être un des cent mini-CP lancés par le plan national de lutte contre l'illettrisme. Les élèves découvrent la lecture et l'écriture dans des classes limitées à 10 ou 12 élèves la matin. L'après-midi, les élèves sont répartis entre des ateliers.
En Haute-Savoie c'est une nouvelle méthode de lecture, La planète des Alphas, qui suscite l'intérêt. Elaborée avec le centre psycho-pédagogique de Genève, elle associe graphisme et son et semble bien adaptée aux élèves dyslexiques. Pour une institutrice, "c'est un peu magique, les enfants ont été passionnés tout de suite, çà leur donne l'envie et le plaisir d'apprendre à lire".
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020920124006.v1rliqa8.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_020920124425.gf7l96l3.html

La STIP
Ce site regroupe des enseignants picards désireux de promouvoir les sciences à l'école primaire. On trouvera dans ses pages des exemples d'expériences menées en classe, des ateliers téléchargeables, des témoignages sur des visites en musée, etc. De quoi donner des idées, regonfler l'enthousiasme et armer la réflexion.
http://www.ac-amiens.fr/stip/

La main à la pâte sur France-Info
Tous les jeudis sur France-Info, Emmanuel Davidenkoff présentera une chronique sur la main à la pâte. Elles seront diffusées 6 fois par jour sur la station.
http://www.inrp.fr/lamap/echanges/france -info/accueil.html

Les ouvrages de littérature du cycle III
L'entrée de la littérature à l'école primaire est saluée par la presse et les professionnels de l'édition. EduScol publie la liste des ouvrages de littérature retenus pour le cycle III.
http://www.eduscol.education.fr/D0102/li ste-par-categorie.htm

L'ACORES pour une école ouverte sur le monde.
Née en 1987 à l'initiative d'instituteurs, l'association ACORES propose des jumelages de classes pour développer des réseaux de correspondance et d'échanges. L'association assiste les enseignants qui souhaitent utiliser la correspondance scolaire comme support pédagogique. Elle leur fournit un guide pédagogique qui explique la mise en oeuvre de ce type de projet.
http://perso.wanadoo.fr/acores/

Fûtés Puissance 2
Le lancement a eu lieu lundi 16. Voilà un sympathique concours qui associe via Internet des classes distantes qui s'entraident pour répondre à des questions. Destiné en priorité aux 9-12 ans, le jeu reste ouvert à tous. Lancé par un instituteur suisse, J.P. Nater, le concours sautera sans doute les montagnes pour faire collaborer des classes francophones.
http://www.ecolemartigny.ch/fute2

Utiliser les TICE en maternelle
C'est un dossier très concret que publie le CDDP du Haut-Rhin. En une dizaine de pages il donne des informations simples mais utiles pour l'utilisation des TICE en maternelle : quels types de logiciels utiliser ? Comment s'organiser dans l'école ? Quelles ressources en ligne ?
http://www.crdp-strasbourg.fr/cddp68/mat ernelle/TICE%20en%20maternelle.htm

Sciences en ligne, An II
Pour la seconde année, les classes de Dordogne et d'Ariège vont pouvoir participer au projet "Sciences en ligne" piloté par Claudette Balpe. Il s'agit d'encourager le développement de l'expérimentation dans l'enseignement primaire et d'aider les maîtres à mener des expériences. Des situations-problèmes, des défis sont proposés aux classes participantes qui doivent élaborer un processus d'expérimentation.
http://www.ac-toulouse.fr/ariege-educati on/spip/

Que faire avec les TICE en CM1-CM2 ?
Jacques Faverjon publie un compte-rendu des activités liées aux TICE en CM1- 2 à l'école de la Chabure. Il met en évidence la diversité des usages (utilisation de logiciels de remédiation, consultation de sites, correspondance électronique etc.). Mais il montre également les modifications plus profondes des pratiques pédagogiques permises par les TIC : c'est pour permettre à chacun d'utiliser l'unique ordinateur de la classe que j'ai fait un pas vers l'individualisation du travail des enfants". Ce sont également les TIC qui l'ont amené à un fonctionnement coopératif.
http://perso.wanadoo.fr/ecole.chabure/ma itres/utilisationTICE.htm

Le monde de la récré
Le Monde du 23 septembre rend compte de l'ouvrage de Julie Delalande : "La cour de récréation, Pour une anthropologie de l'enfance". Pendant 5 ans, J. Delalande a analysé le comportement des enfants de 4 à 9 ans dans la cour de récréation. Un espace plus organisé et plus policé qu'il n'apparaît, un véritable lieu de socialisation..
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,323 0--291416-,00.html

Une journée à l'école américaine
Cette étude, publiée par Teacher Record, analyse une journée scolaire typique en Elementary School du C.P. au CM2. Si la journée moyenne de classe dure 6 heures et 35 minutes, dont 4 heures et 11 minutes dévolues aux matières fondamentales et 47 minutes pour les activités d'enrichissement, l'emploi du temps des élèves peut fortement varier d'une école à l'autre. "Comment les écoles pourraient elles former des jeunes bien éduqués quand 15% des enfants n'ont aucune activité d'enrichissement et que ,pour ceux qui en ont, elles ne durent que 54 minutes par jour ? Comment les élèves peuvent-ils se concentrer quand un quart d'entre eux n'ont aucune récréation ? L'étude montre que les activités d'enrichissement personnel sont plus rares dans les écoles regroupant les enfants des minorités. Un tiers des enfants noirs n'ont pas de récréation.
http://www.tcrecord.org/Content.asp?Cont entID=11018

[ Haut ]

Archives de la rubrique Informations Professionnelles :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique Informations Professionnelles dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable