Informations Professionnelles (Café N° 30)

- François Jarraud -

- A la Une : Philippe Meirieu relance le débat sur la formation et le collège unique    [ Haut ]

Plus qu'une lettre ouverte, c'est un manifeste qu'adresse Philippe Meirieu à Luc Ferry dans les colonnes du Monde du 23 janvier. P. Meirieu dirige aujourd'hui l'IUFM de Lyon après avoir été l'inspirateur des récentes tentatives de réforme du système éducatif. C'est à ce titre qu'il écrit au ministre pour "lever quelques malentendus et faire avancer quelques chantiers". Et, surtout, défendre ses propositions au moment où le ministre semble hésiter. Oui l'élève doit être "au centre du système éducatif" : "c'est une saine parade contre la tentation du délire qui menace tout enseignant : s'enfermer dans la satisfaction de sa propre parole".Oui le collège unique est possible. Face à l'hétérogénéité, "la solution existe depuis bien des années, elle a été expérimentée avec succès.. et on continue à faire comme s'il n'en était rien !". Concernant la réforme des IUFM, P. Meirieu se déclare hostile à l'allongement du stage pratique de 2de année qui ne peut se faire qu'au détriment de la formation théorique : "plus de terrain c'est moins de temps pour la réflexion". Moins de réflexion, ce sont des enseignants moins armés pour faire face aux élèves. Des enseignants moins armés ce sont des élèves plus démobilisés. Des élèves plus démobilisés, c'est plus d'incivilité et de violence".
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,323 2--306505-,00.html

- LE SYSTEME EDUCATIF    [ Haut ]

Colloque des CD IUFM et formation des enseignants
La Conférence des directeurs d'IUFM prendra la forme cette année d'un colloque sur le thème "recruter et former des professionnels de l'enseignement dans le contexte européen". Une étude comparative permettra de dégager les forces et les faiblesses des différents dispositifs de formation. (information : D. Ferragne).
A voir également sur le site de la CDIUFM, les propositions de réforme de la formation des enseignants. Raymond-Philippe Garry, président de la CDIUFM, estime que la pré-professionnalisation est nécessaire alors qu'elle n'est pas suffisante dans toutes les filières. "Les programmes des concours devraient être liés aux savoirs à enseigner et aux programmes des collèges et lycées en intégrant leurs évolutions... La dimension professionnelle doit être effective dans tous les concours". La CDIUFM appelle à renforcer la seconde année de formation et à une meilleure articulation entre la formation initiale et continue. Le ministre pourairt rendre ses arbitrages en mars.
http://www.cpu.fr/ActU/Actu.asp?Id=546&I nst=CDIUFM

La réforme des IUFM en mars
D'après Le Monde du 31 janvier, c'est en mars que Luc Ferry annoncerait une nouvelle réforme des IUFM. Celle-ci pourrait diminuer la formation théorique des étudiants au bénéfice de stages plus longs en deuxième année, continués régulièrement pendant les deux premières années d'exercice. Le mémoire professionnel pourrait être transformé en un simple rapport de stage. Des mesures contestées par P. Meirieu dans une tribune du même quotidien.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--307527-,00.html
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,323 2--306505-,00.html

Lancement de l'Espace numérique des savoirs
C'est près de Bordeaux, au Bouscat, que Xavier Darcos a inauguré le premier Espace numérique des savoirs, ce nouveau dispositif qui doit à terme mettre à la disposition des enseignants, de l'école au lycée, un large éventail de ressources numériques. C'est que, pour le ministre, l'équipement des établissements est maintenant suffisant pour que l'effort gouvernemental se porte sur la mise à disposition de contenus et sur les usages. "Il s'agit désormais de mettre la technologie au service des disciplines et d'en faire apparaître clairement les bénéfices pédagogiques. Aujourd'hui, naviguer sur l'internet et y rechercher des informations ne doit plus être une affaire de spécialistes ou de technophiles, mais doit constituer une véritable opportunité pour développer les échanges et favoriser l'accès du plus grand nombre à la culture et à la connaissance. L'éducation nationale, dans sa mission de service public, doit donc œuvrer pour cette démocratisation de l'utilisation des contenus numériques". Parmi les ressources, le ministre a mentionné la banque audiovisuelle développée par le CNDP et France 5. Il a souligné le fait que ENS règle une fois pour toutes le problème des droits d'utilisation des oeuvres : les enseignants pourront utiliser librement pour leurs cours, leurs documents pédagogiques les ressources de l'ENS; par exemple un film, une oeuvre littéraire ou un article d'encyclopédie. Il a également écarté le risque d'un contrôle étatique sur les ressources éducatives en rappelant le rôle de l'industrie privée dans ce projet.
La parole est maintenant aux expérimentateurs (environ 1500 établissements) qui devront tester le portail et les contenus proposés actuellement.
http://www.education.gouv.fr/discours/20 03/espsavoir.htm
http://www.educnet.education.fr/actua/ht ml/arts/G20030150.htm

Le rapport sur l'obligation scolaire
Le rapport de Luc Machard sur "les manquements à l'obligation scolaire" présente les travaux de la commission réunie par le ministre de la santé et de la famille. Celle-ci a effectué un travail important de réflexion sur l'absentéisme mais constate son désaccord sur la question de la sanction des familles.
La commission a bien du mal à évaluer le phénomène en l'absence d'outils d'enregistrement fiables et universels. L'enquête administrative ABVI évalue à 1% les élèves absentéistes. Mais ce taux pourrait être supérieur ne serait ce que parce que des catégories particulières de jeunes échappent à l'obligation scolaire : enfants du voyage, primo-arrivants, jeunes filles travaillant clandestinement, jeunes délinquants etc. On le constate les causes de l'absentéisme sont variées ce qui doit amener des réponses différentes.
La commission s'est attachée à faire de nombreuses propositions non répressives. Elle souhaite favoriser l'assiduité grâce à des mesures internes à l'établissement. Mais il faut bien dire que sur ce terrain là ses propositions sont indigentes. Un guide des relations avec les parents est envisagé. Sans doute faudrait-il aussi une formation des enseignants à détecter les signes avant coureurs du "décrochage", un angle de vue qui a une place trop modeste dans le rapport. Le rapport semble miser prioritairement sur la création d'un "module de responsabilisation parentale" qui réunirait différents partenaires pour faire prendre conscience aux parents de l'obligation scolaire. Si la discussion avec les parents restait vaine, alors la commission préconise des sanctions mais hésite entre le délit, frappant la famille d'une amende et d'une peine de prison, et la contravention.
Le rapport a été diversement jugé par les associations de parents. La FCPE "refuse la création d'un délit d'absentéisme" et rappelle la responsabilité de l'école. Elle demande des mesures de soutien préventives. La PEEP rappelle également la responsabilité de l'école mais n'est pas hostile aux sanctions. L'UNAPEL n'est pas hostile à la création d'une contravention.
Sur ce sujet délicat la commission nous semble s'être attachée à trouver une solution unique qui se situerait après les réponses pédagogiques. Sur ce terrain là, le rapport n'apporte pas de réponses aux enseignants qui voient des élèves régulièrement absents et en ignorent les causes. Une large diffusion des études sur le décrochage scolaire est recommandée. Il faut souhaiter qu'elle soit suivie d'effets, on répondra ainsi à la grande majorité des cas. Restent les autres situations qui sont totalement différentes. Quoiqu'il en soit le gouvernement aura à arbitrer sur le volet répressif.
http://www.education.gouv.fr/presse/2003 /manquecp.htm
http://www.social.gouv.fr/famille-enfanc e/doss_pr/ob_scol/sommaire.htm
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/b rp/notices/034000020.shtml

Claire Brisset "L'absentéisme exige du cousu main"
La Défenseure des enfants intervient à nouveau dans le débat social et politique. Dans un entretien accordé au Parisien, elle s'exprime sur le récent rapport sur l'absentéisme scolaire : "L'absentéisme exige du cousu main, qu'il ne peut se résoudre que dans l'adaptation de l'école aux enfants d'aujourd'hui. Les efforts pour renouveler la pédagogie sont très en dessous des besoins". Intervenant à propos de la violence scolaire, elle interpelle l'école : " Comment l'école régule ces violences, et comment les droits de l'enfant sont respectés... Que fait l'école de ceux qui posent problème ? La culture du " Je ne veux voir qu'une seule tête " n'est pas acceptable. Il faut donc bien, aussi, regarder de près la formation des enseignants et les moyens dont dispose l'école".
http://www.leparisien.com/home/info/perm anent/article.htm?themeid=513&articleid=1 85985087

Darcos demande aux enseignants de s'adapter
Dans un entretien à Libération, Xavier Darcos appelle les enseignants à "s'adapter" à leurs élèves. Evoquant les grèves intervenues dans deux lycées suite à des incidents, il affirme : " J'ai toujours donné raison aux équipes, je suis de leur côté. Mais ce n'est pas une raison pour devenir intolérant à tout. Etre enseignant, c'est accepter d'affronter les élèves tels qu'ils sont, ou alors il faut changer de métier". Le ministre a vanté le système scolaire britannique où "la notion de communauté scolaire prend un tout autre sens qu'en France. Les personnes qui travaillent dans les établissements scolaires sont tour à tour enseignant, assistante sociale, orientateur, travailleur social, intermédiaire vis-à-vis des familles ou du quartier... Cette polyvalence crée d'emblée un état d'esprit différent ; j'ai senti des relations plus naturellement respectueuses qu'en France, moins marquées par la hiérarchisation des rapports. De même, évidemment, que la présence continue de tous les adultes, enseignants compris ­ ces derniers passent 32 heures et demi par semaine dans leur établissement. Tout cela est à l'évidence efficace pour améliorer le comportement des élèves. Quand je parle de rouvrir le dossier du métier d'enseignant, je pense à ce genre de questions".
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=83973

Darcos rend hommage aux profs de ZEP
"Ce que l'on peut dire, c'est que les écarts de réussite entre les élèves de ZEP et les élèves hors ZEP ne se sont pas comblés. Nous devons donc impérativement prendre en compte ce constat dans la rédaction des futurs projets de zone ainsi que des contrats de réussite. Mais ce qu'il faut dire aussi, c'est que ces écarts ne se sont pas creusés et que l'investissement de tous les personnels qui travaillent sur le territoire de l'éducation prioritaire a empêché la situation de se dégrader là où les populations connaissaient des difficultés souvent accrues. Est-il besoin de souligner que l'école demeure souvent le dernier des services publics dans les quartiers les plus sensibles". Les ZEP concernent actuellement un professeur sur cinq, un million d'écoliers, 600.000 collégiens, et plusieurs dizaines de milliers de lycéens dans plus de 250 établissements. Le ministre a annoncé son intention de relancer le pilotage académique de l'éducation prioritaire afin de rendre le dispositif plus dynamique.
http://www.education.gouv.fr/discours/20 03/educprioritaire.htm

Darcos : "Redonner de la solennité à l'école"
S'exprimant dans L'Express du 15 janvier, X. Darcos veut "redonner de la solennité à l'école". Cela passe pour lui par une réforme de l'éducation civique, mission dont est chargé l'historien René Rémond. On attend de cette éducation une modification des comportements. Pour Jacqueline Costa-Lascoux, directrice de recherche au CEVIPOF et présidente de la Ligue de l'enseignement, " chez les jeunes ayant pu bénéficier d'une éducation à la citoyenneté, on a observé une réelle amélioration du comportement. Mais cet enseignement exigeant implique un vrai choix de société et il faut y mettre les moyens" .
http://www.lexpress.fr/Express/Info/Fran ce/Dossier/educationnation/dossier.asp

Le Monde pose la question des moyens
Dans son numéro du 27 janvier, Le Monde pose la question des moyens dans l'éducation nationale : sont-ils suffisants ? Jusqu'où doivent-ils monter ? Le quotidien a interrogé 4 personnalités. Ainsi, Pierre-André Périssol, député de la majorité, estime que " L'uniformisation de nos modalités d'enseignement et l'accumulation des cours condamnent un trop grand nombre d'élèves à l'échec, tout en étant par ailleurs très consommateurs de moyens". Claude Lelièvre, professeur d'histoire de l'éducation, relève, qu'au delà des variations budgétaires, "on ne peut pas demander aux enseignants de travailler autrement - c'est à dire de les insécuriser - sans les gratifier d'une façon ou d'une autre".
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 4--306976-,00.html
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 4--306977-,00.html

Raffarin s'obstine à délocaliser le CNDP
Devant une assemblée d'élus de la Vienne, le premier ministre a confirmé son intention de délocaliser le CNDP à Chasseneuil-du-Poitou. Cette petite commune poitevine abrite déjà le Futuroscope et le CNED. Pour le premier ministre, "c'est une priorité que de réussir la délocalisation du CNDP, c'est très très important... Il y a des inquiétudes chez les personnels, ce que je comprends et que je respecte mais ils ne connaissent pas la qualité de vie du Poitou". Un argument qui pourrait laisser froids les parisiens de la rue d'Ulm.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_030127135804.wjk5dexo.html

La charte de l'école ouverte
Le B.O. du 30 janvier publie la "charte de l'école ouverte" élaborée par les ministères de l'éducation, de la famille, de la ville et des affaires sociales. C'est que l'école ouverte "est une occasion de plus donnée à l'institution scolaire d'oeuvrer en faveur de l'intégration sociale et scolaire". Et ça marche si on en juge par le succès de ces opérations et par la volonté ministérielle de les doubler. La charte établit les critères d'ouverture d'une école ouverte, en fixe les activités et l'organisation.
http://www.education.gouv.fr/botexte/bo0 30130/MENE0203096C.htm

Rapport 2002 de l'Observatoire de la sécurité
Ce sont 18 propositions que l'Observatoire national de la sécurité des établissements scolaires publie dans son rapport annuel. L'Observatoire s'est particulièrement intéressé aux élèves et personnels handicapés : il souhaite qu'ils ne soient pas oubliés dans les exercices d'évacuation et les simulations. Parmi les autres propositions : généraliser la formation aux gestes de premiers secours dans les IUFM et faire passer un examen médical à tous les élèves à chaque changement de cycle.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/s yst/ons/rap02.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/readstep.ht ml

Appel au boycott à l'Université Pierre Mendès France de Grenoble
Selon Proche Orient Info, quelques jours après Paris VI, l'Université Pierre Mendès France de Grenoble a adopté le 10 janvier une motion appelant au boycott des universités israéliennes. Le texte, voté par 13 voix le 10 janvier, affirme : " En conséquence, les membres du Conseil d'administration de l'Université Pierre Mendès France demandent que le Gouvernement français et le ministre Luc Ferry prennent toutes leurs responsabilités dans les discussions sur l'accord d'association euro-méditerranéen Union européenne-Israël.(...) Ils demandent que ces dispositions (celles de l'article 2 de l'accord, relatif aux droits de l'homme, ndlr) soient clairement rappelées et examinées dans le cadre de cette discussion, et avant toute signature d'un accord intergouvernemental de coopération, entre l'Union européenne et Israël, comme entre l'Union européenne et d'autres pays. " Comme à Paris 6, cette motion aurait été adoptée en début de réunion, alors que seule une partie (18 membres sur 57) du conseil d'administration était présente. Qu'en aurait pensé Mendès France ?
http://www.proche-orient.info/xjournal_p ol_rep.php3?id_article=8596

Les facs françaises face à l'antisémitisme
Dans une tribune donnée au Monde du 21 janvier, Patrick Klugman et Paul Bernard (président et secrétaire de l'Union des étudiants juifs de France) lèvent courageusement un tabou en dénonçant les nombreuses manifestations d'antisémitisme dans les universités françaises. On connaissait les appels aux boycott des universités israéliennes dans deux universités françaises. Ils dénoncent une violence physique dont les étudiants sont les acteurs. "La haine des juifs est devenue un fait statistique dans les universités françaises. Trois cocktails molotov ont été lancés sur le local de notre association à l'université de Jussieu. Un étudiant juif de l'université de Saint-Denis a été roué de coups... Un professeur d'une université de la région parisienne a dû interrompre son cours, sous les menaces, parce qu'il traitait de la Shoah. La liste de ces anecdotes pourrait être assez longue pour leur ôter tout caractère anecdotique.. Nous en avons assez de voir le droit inaliénable des Palestiniens à disposer d'un Etat souverain, pour lequel nous sommes prêts à militer, dévoyé au profit d'un délire où s'exaltent les thèmes les plus abjects de l'antisémitisme millénaire. Nous en avons assez d'entendre des allusions à notre richesse prétendue, à notre pouvoir supposé. Nous en avons assez de voir souillés les mots de "paix" et de "justice" qui servent à justifier l'idéologie de la mort et le suicide mis au service du meurtre". Pour l'UEJF, c'est le mal-être de toute une fraction de la jeunesse française qui s'exprime dans les facs où des étudiants "déracinés" s'assimilent aux militants palestiniens. Les étudiants juifs se sentent seuls et ont peur. Ils en appellent aux étudiants : "s'il vous faut absolument des adversaires pour donner un sens à votre vie, il est temps que vous en trouviez d'autres que les juifs !" Ils en appellent aussi à la République. Nous le savons, le combat pour la tolérance doit être mené également dans nos établissements.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,323 2--306268-,00.html

Le CSE vote contre le projet de loi sur les assistants d'éducation
Selon une dépêche AFP, le Conseil supérieur de l'éducation, un organe consultatif qui regroupe des représentants des différents acteurs du monde éducatif, a rejeté le projet de loi créant les assistants d'éducation.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_030130184336.a6k4ig00.html

- VIE PROFESSIONNELLE    [ Haut ]

Les postes en 2003
Le ministre a annoncé les créations de poste prévues en 2003. Du côté des enseignants, c'est 30.000 postes qui seront mis au concours soit 12.000 dans le primaire, où la pression est forte, et 18.000 dans le secondaire. Le nombre de professeurs des écoles admis sur listes complémentaires devrait être ramené en dessous de 2000. Par contre le nombre d'assistants d'éducation annoncé par le ministre ne compensera pas les départs de surveillants et emplois-jeunes. Luc Ferry a décidé l'embauche de 16.000 assistants d'éducation. Ils devront remplacer les 20.000 aides-éducateurs et 6000 surveillants qui partiront à la rentrée. La FCPE a beau jeu de dire que "Le compte n'y est pas. Malgré une augmentation de 5000 postes, il en manque toujours 10000". Où les trouver ? Peut-être par des financements locaux. Dans sa conférence de presse, Luc Ferry précise que "les collectivités locales pourront compléter cet effort pour des activités susceptibles d'être organisées par elles dans les établissements scolaires dans le cadre de leurs compétences". Economies budgétaires et décentralisation sont liées.
http://www.education.gouv.fr/presse/2003 /assistantcp.htm
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id= 215

Affectation des stagiaires
Le B.O. n°5 publie une note de service définissant les modalités d'affectation des lauréats des concours de recrutement de l'agrégation, du capes, du capet, du capeps, du CAPLP, des lauréats des concours réservés et des examens professionnels. Un document à consulter pour les collègues (et futurs collègues !) reçus à ces concours.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/5/e ncart.htm

Modification des congés de fin d'activité
Depuis le 1er janvier, les congés de fin d'activité (CFA) sont appelés à disparaître. "Les agents nés après le 31 décembre 1946 ne pourront prétendre au bénéfice du CFA. Toutefois, les années de naissance mentionnées dans les deux premiers cas de figure ne sont pas opposables aux agents qui, au 31 décembre 2002, justifiaient, soit de 40 années de services publics effectifs, (soit 40 annuités au titre du régime de pensions des fonctionnaires), soit de 172 trimestres (équivalent de 43 ans, au titre d'autres régimes de base obligatoires d'assurance vieillesse) dont 15 ans de services effectifs. Ces agents pourront donc partir à tout moment avant d'atteindre l'âge de 60 ans". Merci à André Rossignol pour cette information.
http://www.fonction-publique.gouv.fr/com munications/textes/191202.htm

Concours section arts appliqués
Une note publiée au B.O. modifie la durée de certaines épreuves du Capet, Caplp, agrégation arts appliqués, du caplp bâtiment peinture, conducteurs routiers, carrosserie, métiers de l'alimentation, pâtisserie.
http://www.education.gouv.fr/botexte/bo0 30123/MENP0201524Z.htm

Les "journées de l'engagement" en mars
S'adressant au Conseil national de la jeunesse et au Conseil national de la vie lycéenne, Luc Ferry a annoncé le lancement des Journées de l'engagement entre le 12 et le 31 mars. Le Livret de l'engagement devrait être prêt le 12 mars. Le ministre a rendu hommage à la jeunesse : "Il existe un espace de la société civile dans lequel les jeunes peuvent s'engager, et je crois que beaucoup d'entre eux ont envie de le faire. Les jeunes en ont par-dessus la tête de l'image que la société et les médias leur renvoient, de sauvageons, de fauteurs de troubles, de violents. Car, comme dans toutes les catégories de la population, ce n'est le cas que d'une minorité qui ne correspond pas à la réalité de la jeunesse d'aujourd'hui".
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,326 4--306040-,00.html

OTIUM versus NEG-OTIUM : Ennui et démotivation ?
Un détour chez nos amis canadiens : Rolland VIAU, la motivation en contexte scolaire (Bruxelles : De Boeck
Université, 1994). Pourquoi, à l'école, certains élèves font-ils tout pour ne rien faire, alors que d'autres décident de s'engager à fond dans leurs études ? Pourquoi mettent-ils peu d'entrain à effectuer les activités qu'on leur propose, alors que d'autres y consacrent tout l'énergie nécessaire ? Pourquoi abandonnent-ils leurs activités à la moindre occasion, alors que d'autres persévèrent jusqu'au bout ? Toutes ces questions ont en commun la motivation en contexte scolaire. Les intervenants en milieu scolaire, particulièrement les enseignants, savent que la motivation joue un rôle de premier plan dans l'apprentissage. Or, si tous les enseignants le savent, beaucoup méconnaissent l'exploitation de cette dimension chez l'élève. Ce livre propose des pistes concrètes d'action sur la motivation. La motivation en contexte scolaire est surtout influencée par 3 types de perception :
- La perception de la valeur d'une activité : Pourquoi ferais-je cette activité ?
- La perception de sa compétence à l'accomplir : Est-ce que je suis capable de l'accomplir ?
- La perception de la contrôlabilité de son déroulement et de ses conséquences : Ai-je un certain contrôle sur son déroulement et sur ses conséquences ?
Quelques extraits
http://parcours-diversifies.scola.ac-par is.fr/PERETTI/MOTIVATION.htm
http://parcours-diversifies.scola.ac-par is.fr/PERETTI/comment_faire_.htm
En annexe: UN MODÈLE DE MOTIVATION DANS UN CONTEXTE SCOLAIRE
Utilisée en partie dans UNE COMMUNAUTÉ D'APPRENTISSAGE (la connaissance
construite en collaboration) - compte rendu par Louise Ménard
http://www.protic.net/profs/menardl/refl exion/unmodle.htm

Ennui et démotivation (suite)
Retour en France pour une approche centrée sur les pratiques enseignantes : des recherches récentes menées par l'équipe du professeur Jean-Marc MONTEIL, professeur au CNRS, recteur de l'académie d'Aix sur l'importance du contexte dans les performances scolaires donnent plus que des pistes utiles aux enseignants. Il propose dans la foulée un tableau synthétique des attitudes enseignantes et de ses effets directs sur des élèves, selon leur "rôle" (qu'on veut bien leur faire jouer) dans la classe. A lire pour mesurer que la part d'ennui est aussi le produit de certaines de nos pratiques et renvoie immanquablement aux pratiques de l'évaluation scolaire. (François Muller).
http://francois.muller.free.fr/diversifi er/du_contexte_scolaire.htm
Les données et synthèses du colloque de Poitiers sont disponibles sur
http://www.ac-poitiers.fr/eps/peda/monte il/sommair.htm
http://parcours-diversifies.scola.ac-par is.fr/PERETTI/definition.htm

Symphonie ennuyeuse
Libération du 14 janvier revient sur le colloque, ennuyeux ?, organisé par le CNP sur l'ennui à l'école. Il interroge les pédagogues sur ce phénomène. Ainsi Philippe Meirieu justifie une certaine dose d'ennui : " il y aura toujours une part d'ennui à l'école... Il y a, dans l'apprentissage, une part irréductible d'ingratitude, qui forme la volonté, oblige à faire le vide en soi... Le sens, lui-même, n'est pas toujours apparent et c'est normal". Pour Anne Barrère l'ennui naît de la répétition. "La répétition est ennuyeuse, et les enseignants, de ce point de vue, me semblent plutôt heureux des changements de programmes. C'est une contrainte extérieure qui leur permet de rompre avec la répétition du travail de préparation des cours. Qu'il s'agisse des professeurs ou des élèves, c'est bien la forme scolaire répétitive qui provoque l'ennui. Mais il est aussi difficile, pour un enseignant, de changer un cours qui marche". Autant s'y faire..
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=80647
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=80649

Journée de la Shoah le 27 janvier
A l'initiative du Conseil de l'Europe, les pays européens commémorent la Shoah. Pour la France la date retenue est le 27 janvier. France 5 ouvre sur son site un vaste dossier sur l'enseignement de la Shoah. Il propose des pistes pédagogiques en collège et lycée pour enseigner la Shoah et effectuer le devoir de mémoire ainsi que des travaux de collégiens réalisés à l'occasion des journées "Etudes et mémoire" du département du Rhône et des documents pédagogiques et historiques. Les enseignants trouvent dans cette partie du site, réalisée en partenariat avec le Café, des idées et de la documentation pour participer à cette Journée. Le dossier propose également des extraits vidéos (à diffuser avec un vidéoprojecteur) qui peuvent sensibiliser les élèves et servir de point de départ à un débat. A noter également l'interview de Jean-Pierre Winter, psychanalyste, sur la difficulté à transmettre cette mémoire et les pièges à éviter. Ce superbe dossier est vivement recommandé par le Café.
http://www.france5.fr/education/shoah/

La Journée de la Shoah sur notre site
Le Café s'est intéressé à des aspects citoyens de l'enseignement de la Shoah. Quelle attitude l'enseignant doit-il avoir face aux sites négationnistes ? Nous avons demandé à Dominique Natanson et Gilles Karmasyn de nous faire bénéficier de leurs réflexions.
http://www.cafepedagogique.net/shoah/ind ex.php

L'amitié franco-allemande à l'école le 22 janvier
Le traité de l'Elysée, signé le 22 janvier 2003, est une date tournant pour la France et l'Allemagne et surtout pour la construction européenne. Aussi le 22 janvier les enseignants sont invités à célébrer cet événement en commençant la journée par des lectures. Le ministère a sélectionné un texte de Barbara pour les écoles primaires. En collège et au lycée des discours de de Gaulle marqueront l'événement. A cette occasion, l'Office franco-allemand de la Jeunesse et la Sofres ont réalisé un sondage sur l'image de leurs voisins auprès des jeunes Français et Allemands. Les résultats montrent une méconnaissance réciproque et peu d'intérêt pour l'apprentissage de la langue du pays voisin. Cependant les relations franco-allemandes seraient perçues comme très bonnes des deux côtés du Rhin. Le sondage est donc positif et optimiste. Pourtant la situation de l'allemand en France apparaît comme préoccupante. Une étude ministérielle d'octobre 2000 avait publié des chiffres montrant un net déclin de l'Allemand aussi bien en première langue (13% des élèves en 1980, 9% en 2000) qu'en seconde langue (en 2000 25% des élèves de terminale mais seulement 15% des jeunes de quatrième !). En 1970 l'espagnol et l'allemand étaient choisies à égalité comme deuxième langue par 36% des élèves. En 2000, 15% des élèves dont de l'allemand, 66% de l'espagnol ! Ce déclin de l'enseignement de l'allemand s'accompagne d'une montée de la germanophobie dans de très nombreux établissements. Sans doute est-il d'autant plus nécessaire de commémorer le traité de l'Elysée. Mais d'autres efforts seront nécessaires pour renforcer le coeur de l'Europe.
A cette occasion, le Café publie une page spéciale. Vous y trouverez de nombreux signets vers les textes officiels, les commémorations, les projets pédagogiques en cours ainsi que des ressources pour la classe d'allemand et d'histoire. N'hésitez pas à nous signaler vos projets et vos ressources en ligne.
http://www.cafepedagogique.net/traite200 3/index.php
http://www.eduscol.education.fr/D0003/ac tu_jan03a.htm
http://www.sofres.com/etudes/pol/150103_ franceallemagne.htm
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0040.pdf

La grève
D'après Le Monde du 28 janvier, 24 à 43% des enseignants auraient fait grève mardi 28.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--307206-,00.html

Un impair des jurys de l'agrèg.
Luc Ferry publie un communiqué rappelant l'obligation de parité dans les jurys de l'agrégation. En effet, la parité n'est pas respectée dans les jurys de droit privé, sciences criminelles, science politique et sciences de gestion.
http://www.education.gouv.fr/presse/2003 /jurys.htm

La réforme des retraites
Le premier ministre a annoncé le 3 février les grandes lignes de son plan pour les retraites. Il s'est fixé une date butoir : une loi "avant l'été". Il a repoussé le principe de la capitalisation et affirmé son choix d'une retraite par répartition qui respecte un "devoir de justice". S'agissant des pensions des fonctionnaires, le premier ministre annonce une révision des durées de cotisation : "Même si les retraites dans la fonction publique ont leur spécificité, les problèmes liés à la démographie sont les mêmes. Si l'on ne fait rien aujourd'hui, l'Etat devra demain soit réduire le niveau des pensions, ce qui n'est pas acceptable, soit augmenter massivement les impôts pour les payer et risquer ainsi d'ouvrir un véritable conflit entre le pays et ses fonctionnaires. A l'horizon 2020, alors qu'ils représentent 20 % des actifs, les besoins de financement des régimes de fonctionnaires devraient représenter plus de 60 % des besoins globaux des régimes de retraites, il y a donc nécessité d'agir pour eux comme pour les autres... La prise en compte des spécificités de la fonction publique ne doit pas faire obstacle aux exigences de l'équité qui veulent que la situation de personnes placées dans des situations comparables soit harmonisée. Je pense notamment aux durées de cotisation. De tout cela, il nous faut débattre de manière ouverte avec le souci de l'intérêt général".
Enfin le gouvernement souhaite "injecter davantage de liberté dans notre système de retraite", c'est à dire donner la possibilité de partir plus tôt mais avec une retraite réduite, ou plus tard avec une pension plus importante. L'épargne retraite sera encouragée.
Le premier ministre a annoncé son intention de négocier avec les syndicats dès le 6 février.
http://www.retraites.gouv.fr/article149. html

- PRIMAIRE    [ Haut ]

Le prix de La Map
"La Main à la pâte" est sans doute une des plus innovantes des réalisations pédagogiques de ces dernières années en France. Elle a permis à des milliers d'écoliers de prendre goût aux sciences et de former leur raisonnement. Les meilleurs projets ont été récompensés le 21 janvier par l'académie des sciences : 35 classes, dont 8 maternelles, voient ainsi leur travail mis à l'honneur. Deux prix "professionnels" récompensent des maîtres stagiaires qui ont travaillé dans l'esprit de "La Map".
http://www.education.gouv.fr/presse/2003 /lamap.htm

Rémunération des travaux supplémentaires
Le B.O. du 16 janvier publie les taux de rémunération des travaux supplémentaires effectués par les enseignants des écoles à la demande des collectivités locales : heures d'enseignement, d'étude surveillée, surveillance.
http://www.education.gouv.fr/botexte/bo0 30116/MENF0203115N.htm

A Lyon, des artistes à l'école
La ville de Lyon et l'inspection académique ont décidé d'accueillir à mi-temps des artistes qui installeront leur atelier dans les classes pour réaliser avec les enfants des projets artistiques. Un millier d'élèves participeront à l'expérience.
http://www.lagazettedescommunes.com/depe ches/depeches.asp#bas

Un projet de loi pour les directeurs
Le site Le Directeur fait connaître une proposition de loi relative au statut de directeur. Cette proposition, qui sera entendue par la commission des affaires culturelles avant de passer éventuellement devant l'Assemblée, prévoit un nouveau régime de décharge d'enseignement ainsi qu'une protection juridique pour les directeurs.
http://www.ledirecteur.levillage.org/art icle.php3?id_article=82

"Parle petit, la télé t'écoute !"
Cet ouvrage de Françoise Soury-Ligier (éditions L'Harmattan) présente en premier lieu une réflexion sur le rôle constructif de la télévision en classe - spectacle partagé, source de plaisir- et son influence sur l'expression orale des jeunes enfants. Le lecteur suivra ensuite une expérience se déroulant sur une année scolaire et reposant sur le visionnage d'albums animés disponibles aujourd'hui dans la collection " Raconte-moi" du CNDP. L'auteur, institutrice en banlieue puis à Paris fait entrer le petit écran dans sa classe. Par ailleurs, elle a obtenu un DEA en nouvelles technologies éducatives à Paris10. Devenue conseillère pédagogique, la passion de l'image demeure... (François Muller)
http://www.parlepetit.fr.fm

Voir également notre page "Primaire"

- COLLEGE    [ Haut ]

En mission dans le 9-3
"Les élèves de sixième n'ont pas d'accent. Pardon, les élèves de sixième ont un accent parisien. Cela ne dure pas. En trois, quatre mois, ils prennent l'accent du "neuf-trois". Ils parlent d'abord ainsi entre eux, puis quand ils s'énervent, enfin tout le temps. Quand je le leur dis, ils s'en amusent, puis ne s'en amusent plus du tout. Leur vocabulaire et leur intonation n'ont rien de véritablement inventif ni désopilant. Osons dire qu'aplatir tous les mots et sembler prêt à exploser d'agressivité dès qu'on ouvre la bouche n'est digne de personne. Il faudrait aussi se demander si l'on peut avoir des pensées profondes et subtiles avec vingt mots de vocabulaire. Que l'on cesse de croire que chaque môme est un petit MC Solaar. Il n'y a pas grand-chose de rigolo dans tout cela, il n'y a qu'un registre de discours limité et souvent assez laid. Un registre discriminant, aussi, celui de la misère sociale comme culturelle". Le Monde publie des extraits de l'ouvrage de Mara Goyet, "Collèges de France" sur la vie quotidienne des établissements de Seine-Saint-Denis.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,323 0--306260-,00.html

Un concours pour les jeunes éco-citoyens
Samedi 1er février 14h20, France 5 diffuse un documentaire de la série Gaïa. A travers des exemples concrets, ce documentaire aborde les suites du sommet de Rio, l'évolution de la biodiversité, la désertification etc. A cette occasion, France 5 lance un concours réservé aux collégiens (de la 6ème à la 3ème). On trouvera sur le site de France 5 des ressources pédagogiques complémentaires, des liens, des extraits vidéos et des conseils méthodologiques pour participer à ce concours.
http://www.france5.fr/education/dossiers /W00206/2/75902.cfm

- LYCEE    [ Haut ]

Français : Epreuves orales au bac 2003
Quelques semaines après la publication du rapport de l'Inspection générale sur la nouvelle épreuve anticipée qui avait souhaité quelques modifications, le B.O. définit l'épreuve anticipée des bacs général et technologique. La note de service est accompagnée d'une fiche d'évaluation type. Elle présente également le descriptif qui accompagne les candidats. Enfin elle précise quelle épreuve doivent subir les candidats redoublants.
http://www.education.gouv.fr/botexte/bo0 30116/MENE0203030N.htm

Les épreuves de langues vivantes au bac
Un arrêté du 6 janvier fixe les langues qui peuvent être présentées au bac dans les différentes académies.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENE0203032A

Philosophie : Les annales du bac en ligne
Le ministère publie les annales du bac de 2000 à 2002. Ce sont 161 sujets de l'épreuve de philosophie (332 questions, 161 textes) des différentes séries générales et technologiques qui sont mis en ligne. Une banque très utile pour préparer le bac 2003.
http://www.eduscol.education.fr/D0016/an nales.htm

Les examens en Ile-de-France
Le service inter-académique francilien des examens publie des données rares sur son site. D'abord les sujets des dernières épreuves (depuis 2000) y compris ceux de septembre 2002. Plus rare, il diffuse les statistiques des notes, session par session, pour chaque académie dans toutes les disciplines avec les écarts- types et la courbe de notation.
http://www.siec.fr/examens/examens.htm

Les concours d'entrée en grandes écoles
Le B.O. publie les dates des concours d'entrée des prépas scientifiques offrant une option MP, PC, PSI, TSI et PT.
http://www.education.gouv.fr/botexte/bo0 30116/MENS0202807Z.htm

- ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL    [ Haut ]

Séminaire national sur les maths en CAP
A l'initiative de l'Inspection générale, un séminaire national réunit formateurs et inspecteurs pour aider à la mise en place des nouveaux programmes. Outre la présentation des ateliers, cette page d'EduScol donne accès au rapport de l'Inspection générale ainsi qu'aux textes officiels.
http://www.eduscol.education.fr/?./D0033 /sem_capmathscience.htm&./D0033/bandeau.h tm&./D0033/menu.htm&programme%20national% 20de%20pilotage%20-%20programme

Création du CAP "conduite de systèmes industriels"
Le J.O. du 17 janvier publie un arrêté créant le CAP "Conduite de systèmes industriels". Il comporte 6 options : agroalimentaire, fabrication-assemblage, production en industries textiles, traitement en industries textiles, production et transformation des métaux et papier - carton. Le premier examen aura lieu en 2005. L'arrêté devrait être publié au B.O. du 13 février.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENE0203078A

Consultations sur les langues en CAP
EduScol met en ligne les nouveaux projets de programmes de langues pour le CAP. Ils sont invités à envoyer leur contribution.
http://www.eduscol.education.fr/D0048/CA Plangues.htm

La lettre du CRDP de Besançon
Le numéro 8 de la lettre de l'enseignement technologique et professionnel du CRDP de Besançon est parue. Elle fait connaître 35 sites relatifs à l'hôtellerie, l'automatisme, la mécanique, la productique etc.
http://crdp.ac-besancon.fr/crts/lettretp 1.htm

Retour à La Tournelle
" Je soutiens les profs qui, pour une fois, ont besoin de nous. Mais je pense que ce n'est pas une question de moyens supplémentaires. Il faut qu'on se parle entre élèves. C'est à nous de dire stop, ça suffit la loi du silence. Mais on a peur des représailles." Le Monde donne la parole aux élèves et aux enseignants du lycée professionnel La Tournelle de La Garenne-Colombes (92) où une enseignante a été frappée d'un coup de couteau mardi. Une semaine plus tard le lycée est toujours en proie à ses angoisses et en grève. Les enseignants demandent un classement en ZEP. Une manifestation est prévue jeudi.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--305536-,00.html

Création du "diplôme des métiers d'art"
Un décret du 15 janvier 2003 crée le "diplôme des métiers d'art". "Il atteste que son titulaire maîtrise les savoirs technologiques, artistiques et généraux... relevant de sa spécialité et est apte à exercer des fonctions d'encadrement technique et professionnel". Le diplôme est inscrit au niveau III et est préparé, par voie scolaire et apprentissage après un BT ou un bac, par formation professionnelle ou par VAE. Il sera mis en place à partir de la rentrée 2003.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENS0203079D


Les informations européennes et internationales, la rubrique "Parents" et "Elèves" sont sur de nouvelles pages. Consultez le menu.


- François Jarraud -

- A la Une : Philippe Meirieu relance le débat sur la formation et le collège unique    [ Haut ]

Plus qu'une lettre ouverte, c'est un manifeste qu'adresse Philippe Meirieu à Luc Ferry dans les colonnes du Monde du 23 janvier. P. Meirieu dirige aujourd'hui l'IUFM de Lyon après avoir été l'inspirateur des récentes tentatives de réforme du système éducatif. C'est à ce titre qu'il écrit au ministre pour "lever quelques malentendus et faire avancer quelques chantiers". Et, surtout, défendre ses propositions au moment où le ministre semble hésiter. Oui l'élève doit être "au centre du système éducatif" : "c'est une saine parade contre la tentation du délire qui menace tout enseignant : s'enfermer dans la satisfaction de sa propre parole".Oui le collège unique est possible. Face à l'hétérogénéité, "la solution existe depuis bien des années, elle a été expérimentée avec succès.. et on continue à faire comme s'il n'en était rien !". Concernant la réforme des IUFM, P. Meirieu se déclare hostile à l'allongement du stage pratique de 2de année qui ne peut se faire qu'au détriment de la formation théorique : "plus de terrain c'est moins de temps pour la réflexion". Moins de réflexion, ce sont des enseignants moins armés pour faire face aux élèves. Des enseignants moins armés ce sont des élèves plus démobilisés. Des élèves plus démobilisés, c'est plus d'incivilité et de violence".
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,323 2--306505-,00.html

- LE SYSTEME EDUCATIF    [ Haut ]

Colloque des CD IUFM et formation des enseignants
La Conférence des directeurs d'IUFM prendra la forme cette année d'un colloque sur le thème "recruter et former des professionnels de l'enseignement dans le contexte européen". Une étude comparative permettra de dégager les forces et les faiblesses des différents dispositifs de formation. (information : D. Ferragne).
A voir également sur le site de la CDIUFM, les propositions de réforme de la formation des enseignants. Raymond-Philippe Garry, président de la CDIUFM, estime que la pré-professionnalisation est nécessaire alors qu'elle n'est pas suffisante dans toutes les filières. "Les programmes des concours devraient être liés aux savoirs à enseigner et aux programmes des collèges et lycées en intégrant leurs évolutions... La dimension professionnelle doit être effective dans tous les concours". La CDIUFM appelle à renforcer la seconde année de formation et à une meilleure articulation entre la formation initiale et continue. Le ministre pourairt rendre ses arbitrages en mars.
http://www.cpu.fr/ActU/Actu.asp?Id=546&I nst=CDIUFM

La réforme des IUFM en mars
D'après Le Monde du 31 janvier, c'est en mars que Luc Ferry annoncerait une nouvelle réforme des IUFM. Celle-ci pourrait diminuer la formation théorique des étudiants au bénéfice de stages plus longs en deuxième année, continués régulièrement pendant les deux premières années d'exercice. Le mémoire professionnel pourrait être transformé en un simple rapport de stage. Des mesures contestées par P. Meirieu dans une tribune du même quotidien.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--307527-,00.html
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,323 2--306505-,00.html

Lancement de l'Espace numérique des savoirs
C'est près de Bordeaux, au Bouscat, que Xavier Darcos a inauguré le premier Espace numérique des savoirs, ce nouveau dispositif qui doit à terme mettre à la disposition des enseignants, de l'école au lycée, un large éventail de ressources numériques. C'est que, pour le ministre, l'équipement des établissements est maintenant suffisant pour que l'effort gouvernemental se porte sur la mise à disposition de contenus et sur les usages. "Il s'agit désormais de mettre la technologie au service des disciplines et d'en faire apparaître clairement les bénéfices pédagogiques. Aujourd'hui, naviguer sur l'internet et y rechercher des informations ne doit plus être une affaire de spécialistes ou de technophiles, mais doit constituer une véritable opportunité pour développer les échanges et favoriser l'accès du plus grand nombre à la culture et à la connaissance. L'éducation nationale, dans sa mission de service public, doit donc œuvrer pour cette démocratisation de l'utilisation des contenus numériques". Parmi les ressources, le ministre a mentionné la banque audiovisuelle développée par le CNDP et France 5. Il a souligné le fait que ENS règle une fois pour toutes le problème des droits d'utilisation des oeuvres : les enseignants pourront utiliser librement pour leurs cours, leurs documents pédagogiques les ressources de l'ENS; par exemple un film, une oeuvre littéraire ou un article d'encyclopédie. Il a également écarté le risque d'un contrôle étatique sur les ressources éducatives en rappelant le rôle de l'industrie privée dans ce projet.
La parole est maintenant aux expérimentateurs (environ 1500 établissements) qui devront tester le portail et les contenus proposés actuellement.
http://www.education.gouv.fr/discours/20 03/espsavoir.htm
http://www.educnet.education.fr/actua/ht ml/arts/G20030150.htm

Le rapport sur l'obligation scolaire
Le rapport de Luc Machard sur "les manquements à l'obligation scolaire" présente les travaux de la commission réunie par le ministre de la santé et de la famille. Celle-ci a effectué un travail important de réflexion sur l'absentéisme mais constate son désaccord sur la question de la sanction des familles.
La commission a bien du mal à évaluer le phénomène en l'absence d'outils d'enregistrement fiables et universels. L'enquête administrative ABVI évalue à 1% les élèves absentéistes. Mais ce taux pourrait être supérieur ne serait ce que parce que des catégories particulières de jeunes échappent à l'obligation scolaire : enfants du voyage, primo-arrivants, jeunes filles travaillant clandestinement, jeunes délinquants etc. On le constate les causes de l'absentéisme sont variées ce qui doit amener des réponses différentes.
La commission s'est attachée à faire de nombreuses propositions non répressives. Elle souhaite favoriser l'assiduité grâce à des mesures internes à l'établissement. Mais il faut bien dire que sur ce terrain là ses propositions sont indigentes. Un guide des relations avec les parents est envisagé. Sans doute faudrait-il aussi une formation des enseignants à détecter les signes avant coureurs du "décrochage", un angle de vue qui a une place trop modeste dans le rapport. Le rapport semble miser prioritairement sur la création d'un "module de responsabilisation parentale" qui réunirait différents partenaires pour faire prendre conscience aux parents de l'obligation scolaire. Si la discussion avec les parents restait vaine, alors la commission préconise des sanctions mais hésite entre le délit, frappant la famille d'une amende et d'une peine de prison, et la contravention.
Le rapport a été diversement jugé par les associations de parents. La FCPE "refuse la création d'un délit d'absentéisme" et rappelle la responsabilité de l'école. Elle demande des mesures de soutien préventives. La PEEP rappelle également la responsabilité de l'école mais n'est pas hostile aux sanctions. L'UNAPEL n'est pas hostile à la création d'une contravention.
Sur ce sujet délicat la commission nous semble s'être attachée à trouver une solution unique qui se situerait après les réponses pédagogiques. Sur ce terrain là, le rapport n'apporte pas de réponses aux enseignants qui voient des élèves régulièrement absents et en ignorent les causes. Une large diffusion des études sur le décrochage scolaire est recommandée. Il faut souhaiter qu'elle soit suivie d'effets, on répondra ainsi à la grande majorité des cas. Restent les autres situations qui sont totalement différentes. Quoiqu'il en soit le gouvernement aura à arbitrer sur le volet répressif.
http://www.education.gouv.fr/presse/2003 /manquecp.htm
http://www.social.gouv.fr/famille-enfanc e/doss_pr/ob_scol/sommaire.htm
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/b rp/notices/034000020.shtml

Claire Brisset "L'absentéisme exige du cousu main"
La Défenseure des enfants intervient à nouveau dans le débat social et politique. Dans un entretien accordé au Parisien, elle s'exprime sur le récent rapport sur l'absentéisme scolaire : "L'absentéisme exige du cousu main, qu'il ne peut se résoudre que dans l'adaptation de l'école aux enfants d'aujourd'hui. Les efforts pour renouveler la pédagogie sont très en dessous des besoins". Intervenant à propos de la violence scolaire, elle interpelle l'école : " Comment l'école régule ces violences, et comment les droits de l'enfant sont respectés... Que fait l'école de ceux qui posent problème ? La culture du " Je ne veux voir qu'une seule tête " n'est pas acceptable. Il faut donc bien, aussi, regarder de près la formation des enseignants et les moyens dont dispose l'école".
http://www.leparisien.com/home/info/perm anent/article.htm?themeid=513&articleid=1 85985087

Darcos demande aux enseignants de s'adapter
Dans un entretien à Libération, Xavier Darcos appelle les enseignants à "s'adapter" à leurs élèves. Evoquant les grèves intervenues dans deux lycées suite à des incidents, il affirme : " J'ai toujours donné raison aux équipes, je suis de leur côté. Mais ce n'est pas une raison pour devenir intolérant à tout. Etre enseignant, c'est accepter d'affronter les élèves tels qu'ils sont, ou alors il faut changer de métier". Le ministre a vanté le système scolaire britannique où "la notion de communauté scolaire prend un tout autre sens qu'en France. Les personnes qui travaillent dans les établissements scolaires sont tour à tour enseignant, assistante sociale, orientateur, travailleur social, intermédiaire vis-à-vis des familles ou du quartier... Cette polyvalence crée d'emblée un état d'esprit différent ; j'ai senti des relations plus naturellement respectueuses qu'en France, moins marquées par la hiérarchisation des rapports. De même, évidemment, que la présence continue de tous les adultes, enseignants compris ­ ces derniers passent 32 heures et demi par semaine dans leur établissement. Tout cela est à l'évidence efficace pour améliorer le comportement des élèves. Quand je parle de rouvrir le dossier du métier d'enseignant, je pense à ce genre de questions".
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=83973

Darcos rend hommage aux profs de ZEP
"Ce que l'on peut dire, c'est que les écarts de réussite entre les élèves de ZEP et les élèves hors ZEP ne se sont pas comblés. Nous devons donc impérativement prendre en compte ce constat dans la rédaction des futurs projets de zone ainsi que des contrats de réussite. Mais ce qu'il faut dire aussi, c'est que ces écarts ne se sont pas creusés et que l'investissement de tous les personnels qui travaillent sur le territoire de l'éducation prioritaire a empêché la situation de se dégrader là où les populations connaissaient des difficultés souvent accrues. Est-il besoin de souligner que l'école demeure souvent le dernier des services publics dans les quartiers les plus sensibles". Les ZEP concernent actuellement un professeur sur cinq, un million d'écoliers, 600.000 collégiens, et plusieurs dizaines de milliers de lycéens dans plus de 250 établissements. Le ministre a annoncé son intention de relancer le pilotage académique de l'éducation prioritaire afin de rendre le dispositif plus dynamique.
http://www.education.gouv.fr/discours/20 03/educprioritaire.htm

Darcos : "Redonner de la solennité à l'école"
S'exprimant dans L'Express du 15 janvier, X. Darcos veut "redonner de la solennité à l'école". Cela passe pour lui par une réforme de l'éducation civique, mission dont est chargé l'historien René Rémond. On attend de cette éducation une modification des comportements. Pour Jacqueline Costa-Lascoux, directrice de recherche au CEVIPOF et présidente de la Ligue de l'enseignement, " chez les jeunes ayant pu bénéficier d'une éducation à la citoyenneté, on a observé une réelle amélioration du comportement. Mais cet enseignement exigeant implique un vrai choix de société et il faut y mettre les moyens" .
http://www.lexpress.fr/Express/Info/Fran ce/Dossier/educationnation/dossier.asp

Le Monde pose la question des moyens
Dans son numéro du 27 janvier, Le Monde pose la question des moyens dans l'éducation nationale : sont-ils suffisants ? Jusqu'où doivent-ils monter ? Le quotidien a interrogé 4 personnalités. Ainsi, Pierre-André Périssol, député de la majorité, estime que " L'uniformisation de nos modalités d'enseignement et l'accumulation des cours condamnent un trop grand nombre d'élèves à l'échec, tout en étant par ailleurs très consommateurs de moyens". Claude Lelièvre, professeur d'histoire de l'éducation, relève, qu'au delà des variations budgétaires, "on ne peut pas demander aux enseignants de travailler autrement - c'est à dire de les insécuriser - sans les gratifier d'une façon ou d'une autre".
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 4--306976-,00.html
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 4--306977-,00.html

Raffarin s'obstine à délocaliser le CNDP
Devant une assemblée d'élus de la Vienne, le premier ministre a confirmé son intention de délocaliser le CNDP à Chasseneuil-du-Poitou. Cette petite commune poitevine abrite déjà le Futuroscope et le CNED. Pour le premier ministre, "c'est une priorité que de réussir la délocalisation du CNDP, c'est très très important... Il y a des inquiétudes chez les personnels, ce que je comprends et que je respecte mais ils ne connaissent pas la qualité de vie du Poitou". Un argument qui pourrait laisser froids les parisiens de la rue d'Ulm.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_030127135804.wjk5dexo.html

La charte de l'école ouverte
Le B.O. du 30 janvier publie la "charte de l'école ouverte" élaborée par les ministères de l'éducation, de la famille, de la ville et des affaires sociales. C'est que l'école ouverte "est une occasion de plus donnée à l'institution scolaire d'oeuvrer en faveur de l'intégration sociale et scolaire". Et ça marche si on en juge par le succès de ces opérations et par la volonté ministérielle de les doubler. La charte établit les critères d'ouverture d'une école ouverte, en fixe les activités et l'organisation.
http://www.education.gouv.fr/botexte/bo0 30130/MENE0203096C.htm

Rapport 2002 de l'Observatoire de la sécurité
Ce sont 18 propositions que l'Observatoire national de la sécurité des établissements scolaires publie dans son rapport annuel. L'Observatoire s'est particulièrement intéressé aux élèves et personnels handicapés : il souhaite qu'ils ne soient pas oubliés dans les exercices d'évacuation et les simulations. Parmi les autres propositions : généraliser la formation aux gestes de premiers secours dans les IUFM et faire passer un examen médical à tous les élèves à chaque changement de cycle.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/s yst/ons/rap02.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/readstep.ht ml

Appel au boycott à l'Université Pierre Mendès France de Grenoble
Selon Proche Orient Info, quelques jours après Paris VI, l'Université Pierre Mendès France de Grenoble a adopté le 10 janvier une motion appelant au boycott des universités israéliennes. Le texte, voté par 13 voix le 10 janvier, affirme : " En conséquence, les membres du Conseil d'administration de l'Université Pierre Mendès France demandent que le Gouvernement français et le ministre Luc Ferry prennent toutes leurs responsabilités dans les discussions sur l'accord d'association euro-méditerranéen Union européenne-Israël.(...) Ils demandent que ces dispositions (celles de l'article 2 de l'accord, relatif aux droits de l'homme, ndlr) soient clairement rappelées et examinées dans le cadre de cette discussion, et avant toute signature d'un accord intergouvernemental de coopération, entre l'Union européenne et Israël, comme entre l'Union européenne et d'autres pays. " Comme à Paris 6, cette motion aurait été adoptée en début de réunion, alors que seule une partie (18 membres sur 57) du conseil d'administration était présente. Qu'en aurait pensé Mendès France ?
http://www.proche-orient.info/xjournal_p ol_rep.php3?id_article=8596

Les facs françaises face à l'antisémitisme
Dans une tribune donnée au Monde du 21 janvier, Patrick Klugman et Paul Bernard (président et secrétaire de l'Union des étudiants juifs de France) lèvent courageusement un tabou en dénonçant les nombreuses manifestations d'antisémitisme dans les universités françaises. On connaissait les appels aux boycott des universités israéliennes dans deux universités françaises. Ils dénoncent une violence physique dont les étudiants sont les acteurs. "La haine des juifs est devenue un fait statistique dans les universités françaises. Trois cocktails molotov ont été lancés sur le local de notre association à l'université de Jussieu. Un étudiant juif de l'université de Saint-Denis a été roué de coups... Un professeur d'une université de la région parisienne a dû interrompre son cours, sous les menaces, parce qu'il traitait de la Shoah. La liste de ces anecdotes pourrait être assez longue pour leur ôter tout caractère anecdotique.. Nous en avons assez de voir le droit inaliénable des Palestiniens à disposer d'un Etat souverain, pour lequel nous sommes prêts à militer, dévoyé au profit d'un délire où s'exaltent les thèmes les plus abjects de l'antisémitisme millénaire. Nous en avons assez d'entendre des allusions à notre richesse prétendue, à notre pouvoir supposé. Nous en avons assez de voir souillés les mots de "paix" et de "justice" qui servent à justifier l'idéologie de la mort et le suicide mis au service du meurtre". Pour l'UEJF, c'est le mal-être de toute une fraction de la jeunesse française qui s'exprime dans les facs où des étudiants "déracinés" s'assimilent aux militants palestiniens. Les étudiants juifs se sentent seuls et ont peur. Ils en appellent aux étudiants : "s'il vous faut absolument des adversaires pour donner un sens à votre vie, il est temps que vous en trouviez d'autres que les juifs !" Ils en appellent aussi à la République. Nous le savons, le combat pour la tolérance doit être mené également dans nos établissements.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,323 2--306268-,00.html

Le CSE vote contre le projet de loi sur les assistants d'éducation
Selon une dépêche AFP, le Conseil supérieur de l'éducation, un organe consultatif qui regroupe des représentants des différents acteurs du monde éducatif, a rejeté le projet de loi créant les assistants d'éducation.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_030130184336.a6k4ig00.html

- VIE PROFESSIONNELLE    [ Haut ]

Les postes en 2003
Le ministre a annoncé les créations de poste prévues en 2003. Du côté des enseignants, c'est 30.000 postes qui seront mis au concours soit 12.000 dans le primaire, où la pression est forte, et 18.000 dans le secondaire. Le nombre de professeurs des écoles admis sur listes complémentaires devrait être ramené en dessous de 2000. Par contre le nombre d'assistants d'éducation annoncé par le ministre ne compensera pas les départs de surveillants et emplois-jeunes. Luc Ferry a décidé l'embauche de 16.000 assistants d'éducation. Ils devront remplacer les 20.000 aides-éducateurs et 6000 surveillants qui partiront à la rentrée. La FCPE a beau jeu de dire que "Le compte n'y est pas. Malgré une augmentation de 5000 postes, il en manque toujours 10000". Où les trouver ? Peut-être par des financements locaux. Dans sa conférence de presse, Luc Ferry précise que "les collectivités locales pourront compléter cet effort pour des activités susceptibles d'être organisées par elles dans les établissements scolaires dans le cadre de leurs compétences". Economies budgétaires et décentralisation sont liées.
http://www.education.gouv.fr/presse/2003 /assistantcp.htm
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id= 215

Affectation des stagiaires
Le B.O. n°5 publie une note de service définissant les modalités d'affectation des lauréats des concours de recrutement de l'agrégation, du capes, du capet, du capeps, du CAPLP, des lauréats des concours réservés et des examens professionnels. Un document à consulter pour les collègues (et futurs collègues !) reçus à ces concours.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/5/e ncart.htm

Modification des congés de fin d'activité
Depuis le 1er janvier, les congés de fin d'activité (CFA) sont appelés à disparaître. "Les agents nés après le 31 décembre 1946 ne pourront prétendre au bénéfice du CFA. Toutefois, les années de naissance mentionnées dans les deux premiers cas de figure ne sont pas opposables aux agents qui, au 31 décembre 2002, justifiaient, soit de 40 années de services publics effectifs, (soit 40 annuités au titre du régime de pensions des fonctionnaires), soit de 172 trimestres (équivalent de 43 ans, au titre d'autres régimes de base obligatoires d'assurance vieillesse) dont 15 ans de services effectifs. Ces agents pourront donc partir à tout moment avant d'atteindre l'âge de 60 ans". Merci à André Rossignol pour cette information.
http://www.fonction-publique.gouv.fr/com munications/textes/191202.htm

Concours section arts appliqués
Une note publiée au B.O. modifie la durée de certaines épreuves du Capet, Caplp, agrégation arts appliqués, du caplp bâtiment peinture, conducteurs routiers, carrosserie, métiers de l'alimentation, pâtisserie.
http://www.education.gouv.fr/botexte/bo0 30123/MENP0201524Z.htm

Les "journées de l'engagement" en mars
S'adressant au Conseil national de la jeunesse et au Conseil national de la vie lycéenne, Luc Ferry a annoncé le lancement des Journées de l'engagement entre le 12 et le 31 mars. Le Livret de l'engagement devrait être prêt le 12 mars. Le ministre a rendu hommage à la jeunesse : "Il existe un espace de la société civile dans lequel les jeunes peuvent s'engager, et je crois que beaucoup d'entre eux ont envie de le faire. Les jeunes en ont par-dessus la tête de l'image que la société et les médias leur renvoient, de sauvageons, de fauteurs de troubles, de violents. Car, comme dans toutes les catégories de la population, ce n'est le cas que d'une minorité qui ne correspond pas à la réalité de la jeunesse d'aujourd'hui".
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,326 4--306040-,00.html

OTIUM versus NEG-OTIUM : Ennui et démotivation ?
Un détour chez nos amis canadiens : Rolland VIAU, la motivation en contexte scolaire (Bruxelles : De Boeck
Université, 1994). Pourquoi, à l'école, certains élèves font-ils tout pour ne rien faire, alors que d'autres décident de s'engager à fond dans leurs études ? Pourquoi mettent-ils peu d'entrain à effectuer les activités qu'on leur propose, alors que d'autres y consacrent tout l'énergie nécessaire ? Pourquoi abandonnent-ils leurs activités à la moindre occasion, alors que d'autres persévèrent jusqu'au bout ? Toutes ces questions ont en commun la motivation en contexte scolaire. Les intervenants en milieu scolaire, particulièrement les enseignants, savent que la motivation joue un rôle de premier plan dans l'apprentissage. Or, si tous les enseignants le savent, beaucoup méconnaissent l'exploitation de cette dimension chez l'élève. Ce livre propose des pistes concrètes d'action sur la motivation. La motivation en contexte scolaire est surtout influencée par 3 types de perception :
- La perception de la valeur d'une activité : Pourquoi ferais-je cette activité ?
- La perception de sa compétence à l'accomplir : Est-ce que je suis capable de l'accomplir ?
- La perception de la contrôlabilité de son déroulement et de ses conséquences : Ai-je un certain contrôle sur son déroulement et sur ses conséquences ?
Quelques extraits
http://parcours-diversifies.scola.ac-par is.fr/PERETTI/MOTIVATION.htm
http://parcours-diversifies.scola.ac-par is.fr/PERETTI/comment_faire_.htm
En annexe: UN MODÈLE DE MOTIVATION DANS UN CONTEXTE SCOLAIRE
Utilisée en partie dans UNE COMMUNAUTÉ D'APPRENTISSAGE (la connaissance
construite en collaboration) - compte rendu par Louise Ménard
http://www.protic.net/profs/menardl/refl exion/unmodle.htm

Ennui et démotivation (suite)
Retour en France pour une approche centrée sur les pratiques enseignantes : des recherches récentes menées par l'équipe du professeur Jean-Marc MONTEIL, professeur au CNRS, recteur de l'académie d'Aix sur l'importance du contexte dans les performances scolaires donnent plus que des pistes utiles aux enseignants. Il propose dans la foulée un tableau synthétique des attitudes enseignantes et de ses effets directs sur des élèves, selon leur "rôle" (qu'on veut bien leur faire jouer) dans la classe. A lire pour mesurer que la part d'ennui est aussi le produit de certaines de nos pratiques et renvoie immanquablement aux pratiques de l'évaluation scolaire. (François Muller).
http://francois.muller.free.fr/diversifi er/du_contexte_scolaire.htm
Les données et synthèses du colloque de Poitiers sont disponibles sur
http://www.ac-poitiers.fr/eps/peda/monte il/sommair.htm
http://parcours-diversifies.scola.ac-par is.fr/PERETTI/definition.htm

Symphonie ennuyeuse
Libération du 14 janvier revient sur le colloque, ennuyeux ?, organisé par le CNP sur l'ennui à l'école. Il interroge les pédagogues sur ce phénomène. Ainsi Philippe Meirieu justifie une certaine dose d'ennui : " il y aura toujours une part d'ennui à l'école... Il y a, dans l'apprentissage, une part irréductible d'ingratitude, qui forme la volonté, oblige à faire le vide en soi... Le sens, lui-même, n'est pas toujours apparent et c'est normal". Pour Anne Barrère l'ennui naît de la répétition. "La répétition est ennuyeuse, et les enseignants, de ce point de vue, me semblent plutôt heureux des changements de programmes. C'est une contrainte extérieure qui leur permet de rompre avec la répétition du travail de préparation des cours. Qu'il s'agisse des professeurs ou des élèves, c'est bien la forme scolaire répétitive qui provoque l'ennui. Mais il est aussi difficile, pour un enseignant, de changer un cours qui marche". Autant s'y faire..
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=80647
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=80649

Journée de la Shoah le 27 janvier
A l'initiative du Conseil de l'Europe, les pays européens commémorent la Shoah. Pour la France la date retenue est le 27 janvier. France 5 ouvre sur son site un vaste dossier sur l'enseignement de la Shoah. Il propose des pistes pédagogiques en collège et lycée pour enseigner la Shoah et effectuer le devoir de mémoire ainsi que des travaux de collégiens réalisés à l'occasion des journées "Etudes et mémoire" du département du Rhône et des documents pédagogiques et historiques. Les enseignants trouvent dans cette partie du site, réalisée en partenariat avec le Café, des idées et de la documentation pour participer à cette Journée. Le dossier propose également des extraits vidéos (à diffuser avec un vidéoprojecteur) qui peuvent sensibiliser les élèves et servir de point de départ à un débat. A noter également l'interview de Jean-Pierre Winter, psychanalyste, sur la difficulté à transmettre cette mémoire et les pièges à éviter. Ce superbe dossier est vivement recommandé par le Café.
http://www.france5.fr/education/shoah/

La Journée de la Shoah sur notre site
Le Café s'est intéressé à des aspects citoyens de l'enseignement de la Shoah. Quelle attitude l'enseignant doit-il avoir face aux sites négationnistes ? Nous avons demandé à Dominique Natanson et Gilles Karmasyn de nous faire bénéficier de leurs réflexions.
http://www.cafepedagogique.net/shoah/ind ex.php

L'amitié franco-allemande à l'école le 22 janvier
Le traité de l'Elysée, signé le 22 janvier 2003, est une date tournant pour la France et l'Allemagne et surtout pour la construction européenne. Aussi le 22 janvier les enseignants sont invités à célébrer cet événement en commençant la journée par des lectures. Le ministère a sélectionné un texte de Barbara pour les écoles primaires. En collège et au lycée des discours de de Gaulle marqueront l'événement. A cette occasion, l'Office franco-allemand de la Jeunesse et la Sofres ont réalisé un sondage sur l'image de leurs voisins auprès des jeunes Français et Allemands. Les résultats montrent une méconnaissance réciproque et peu d'intérêt pour l'apprentissage de la langue du pays voisin. Cependant les relations franco-allemandes seraient perçues comme très bonnes des deux côtés du Rhin. Le sondage est donc positif et optimiste. Pourtant la situation de l'allemand en France apparaît comme préoccupante. Une étude ministérielle d'octobre 2000 avait publié des chiffres montrant un net déclin de l'Allemand aussi bien en première langue (13% des élèves en 1980, 9% en 2000) qu'en seconde langue (en 2000 25% des élèves de terminale mais seulement 15% des jeunes de quatrième !). En 1970 l'espagnol et l'allemand étaient choisies à égalité comme deuxième langue par 36% des élèves. En 2000, 15% des élèves dont de l'allemand, 66% de l'espagnol ! Ce déclin de l'enseignement de l'allemand s'accompagne d'une montée de la germanophobie dans de très nombreux établissements. Sans doute est-il d'autant plus nécessaire de commémorer le traité de l'Elysée. Mais d'autres efforts seront nécessaires pour renforcer le coeur de l'Europe.
A cette occasion, le Café publie une page spéciale. Vous y trouverez de nombreux signets vers les textes officiels, les commémorations, les projets pédagogiques en cours ainsi que des ressources pour la classe d'allemand et d'histoire. N'hésitez pas à nous signaler vos projets et vos ressources en ligne.
http://www.cafepedagogique.net/traite200 3/index.php
http://www.eduscol.education.fr/D0003/ac tu_jan03a.htm
http://www.sofres.com/etudes/pol/150103_ franceallemagne.htm
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0040.pdf

La grève
D'après Le Monde du 28 janvier, 24 à 43% des enseignants auraient fait grève mardi 28.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--307206-,00.html

Un impair des jurys de l'agrèg.
Luc Ferry publie un communiqué rappelant l'obligation de parité dans les jurys de l'agrégation. En effet, la parité n'est pas respectée dans les jurys de droit privé, sciences criminelles, science politique et sciences de gestion.
http://www.education.gouv.fr/presse/2003 /jurys.htm

La réforme des retraites
Le premier ministre a annoncé le 3 février les grandes lignes de son plan pour les retraites. Il s'est fixé une date butoir : une loi "avant l'été". Il a repoussé le principe de la capitalisation et affirmé son choix d'une retraite par répartition qui respecte un "devoir de justice". S'agissant des pensions des fonctionnaires, le premier ministre annonce une révision des durées de cotisation : "Même si les retraites dans la fonction publique ont leur spécificité, les problèmes liés à la démographie sont les mêmes. Si l'on ne fait rien aujourd'hui, l'Etat devra demain soit réduire le niveau des pensions, ce qui n'est pas acceptable, soit augmenter massivement les impôts pour les payer et risquer ainsi d'ouvrir un véritable conflit entre le pays et ses fonctionnaires. A l'horizon 2020, alors qu'ils représentent 20 % des actifs, les besoins de financement des régimes de fonctionnaires devraient représenter plus de 60 % des besoins globaux des régimes de retraites, il y a donc nécessité d'agir pour eux comme pour les autres... La prise en compte des spécificités de la fonction publique ne doit pas faire obstacle aux exigences de l'équité qui veulent que la situation de personnes placées dans des situations comparables soit harmonisée. Je pense notamment aux durées de cotisation. De tout cela, il nous faut débattre de manière ouverte avec le souci de l'intérêt général".
Enfin le gouvernement souhaite "injecter davantage de liberté dans notre système de retraite", c'est à dire donner la possibilité de partir plus tôt mais avec une retraite réduite, ou plus tard avec une pension plus importante. L'épargne retraite sera encouragée.
Le premier ministre a annoncé son intention de négocier avec les syndicats dès le 6 février.
http://www.retraites.gouv.fr/article149. html

- PRIMAIRE    [ Haut ]

Le prix de La Map
"La Main à la pâte" est sans doute une des plus innovantes des réalisations pédagogiques de ces dernières années en France. Elle a permis à des milliers d'écoliers de prendre goût aux sciences et de former leur raisonnement. Les meilleurs projets ont été récompensés le 21 janvier par l'académie des sciences : 35 classes, dont 8 maternelles, voient ainsi leur travail mis à l'honneur. Deux prix "professionnels" récompensent des maîtres stagiaires qui ont travaillé dans l'esprit de "La Map".
http://www.education.gouv.fr/presse/2003 /lamap.htm

Rémunération des travaux supplémentaires
Le B.O. du 16 janvier publie les taux de rémunération des travaux supplémentaires effectués par les enseignants des écoles à la demande des collectivités locales : heures d'enseignement, d'étude surveillée, surveillance.
http://www.education.gouv.fr/botexte/bo0 30116/MENF0203115N.htm

A Lyon, des artistes à l'école
La ville de Lyon et l'inspection académique ont décidé d'accueillir à mi-temps des artistes qui installeront leur atelier dans les classes pour réaliser avec les enfants des projets artistiques. Un millier d'élèves participeront à l'expérience.
http://www.lagazettedescommunes.com/depe ches/depeches.asp#bas

Un projet de loi pour les directeurs
Le site Le Directeur fait connaître une proposition de loi relative au statut de directeur. Cette proposition, qui sera entendue par la commission des affaires culturelles avant de passer éventuellement devant l'Assemblée, prévoit un nouveau régime de décharge d'enseignement ainsi qu'une protection juridique pour les directeurs.
http://www.ledirecteur.levillage.org/art icle.php3?id_article=82

"Parle petit, la télé t'écoute !"
Cet ouvrage de Françoise Soury-Ligier (éditions L'Harmattan) présente en premier lieu une réflexion sur le rôle constructif de la télévision en classe - spectacle partagé, source de plaisir- et son influence sur l'expression orale des jeunes enfants. Le lecteur suivra ensuite une expérience se déroulant sur une année scolaire et reposant sur le visionnage d'albums animés disponibles aujourd'hui dans la collection " Raconte-moi" du CNDP. L'auteur, institutrice en banlieue puis à Paris fait entrer le petit écran dans sa classe. Par ailleurs, elle a obtenu un DEA en nouvelles technologies éducatives à Paris10. Devenue conseillère pédagogique, la passion de l'image demeure... (François Muller)
http://www.parlepetit.fr.fm

Voir également notre page "Primaire"

- COLLEGE    [ Haut ]

En mission dans le 9-3
"Les élèves de sixième n'ont pas d'accent. Pardon, les élèves de sixième ont un accent parisien. Cela ne dure pas. En trois, quatre mois, ils prennent l'accent du "neuf-trois". Ils parlent d'abord ainsi entre eux, puis quand ils s'énervent, enfin tout le temps. Quand je le leur dis, ils s'en amusent, puis ne s'en amusent plus du tout. Leur vocabulaire et leur intonation n'ont rien de véritablement inventif ni désopilant. Osons dire qu'aplatir tous les mots et sembler prêt à exploser d'agressivité dès qu'on ouvre la bouche n'est digne de personne. Il faudrait aussi se demander si l'on peut avoir des pensées profondes et subtiles avec vingt mots de vocabulaire. Que l'on cesse de croire que chaque môme est un petit MC Solaar. Il n'y a pas grand-chose de rigolo dans tout cela, il n'y a qu'un registre de discours limité et souvent assez laid. Un registre discriminant, aussi, celui de la misère sociale comme culturelle". Le Monde publie des extraits de l'ouvrage de Mara Goyet, "Collèges de France" sur la vie quotidienne des établissements de Seine-Saint-Denis.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,323 0--306260-,00.html

Un concours pour les jeunes éco-citoyens
Samedi 1er février 14h20, France 5 diffuse un documentaire de la série Gaïa. A travers des exemples concrets, ce documentaire aborde les suites du sommet de Rio, l'évolution de la biodiversité, la désertification etc. A cette occasion, France 5 lance un concours réservé aux collégiens (de la 6ème à la 3ème). On trouvera sur le site de France 5 des ressources pédagogiques complémentaires, des liens, des extraits vidéos et des conseils méthodologiques pour participer à ce concours.
http://www.france5.fr/education/dossiers /W00206/2/75902.cfm

- LYCEE    [ Haut ]

Français : Epreuves orales au bac 2003
Quelques semaines après la publication du rapport de l'Inspection générale sur la nouvelle épreuve anticipée qui avait souhaité quelques modifications, le B.O. définit l'épreuve anticipée des bacs général et technologique. La note de service est accompagnée d'une fiche d'évaluation type. Elle présente également le descriptif qui accompagne les candidats. Enfin elle précise quelle épreuve doivent subir les candidats redoublants.
http://www.education.gouv.fr/botexte/bo0 30116/MENE0203030N.htm

Les épreuves de langues vivantes au bac
Un arrêté du 6 janvier fixe les langues qui peuvent être présentées au bac dans les différentes académies.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENE0203032A

Philosophie : Les annales du bac en ligne
Le ministère publie les annales du bac de 2000 à 2002. Ce sont 161 sujets de l'épreuve de philosophie (332 questions, 161 textes) des différentes séries générales et technologiques qui sont mis en ligne. Une banque très utile pour préparer le bac 2003.
http://www.eduscol.education.fr/D0016/an nales.htm

Les examens en Ile-de-France
Le service inter-académique francilien des examens publie des données rares sur son site. D'abord les sujets des dernières épreuves (depuis 2000) y compris ceux de septembre 2002. Plus rare, il diffuse les statistiques des notes, session par session, pour chaque académie dans toutes les disciplines avec les écarts- types et la courbe de notation.
http://www.siec.fr/examens/examens.htm

Les concours d'entrée en grandes écoles
Le B.O. publie les dates des concours d'entrée des prépas scientifiques offrant une option MP, PC, PSI, TSI et PT.
http://www.education.gouv.fr/botexte/bo0 30116/MENS0202807Z.htm

- ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL    [ Haut ]

Séminaire national sur les maths en CAP
A l'initiative de l'Inspection générale, un séminaire national réunit formateurs et inspecteurs pour aider à la mise en place des nouveaux programmes. Outre la présentation des ateliers, cette page d'EduScol donne accès au rapport de l'Inspection générale ainsi qu'aux textes officiels.
http://www.eduscol.education.fr/?./D0033 /sem_capmathscience.htm&./D0033/bandeau.h tm&./D0033/menu.htm&programme%20national% 20de%20pilotage%20-%20programme

Création du CAP "conduite de systèmes industriels"
Le J.O. du 17 janvier publie un arrêté créant le CAP "Conduite de systèmes industriels". Il comporte 6 options : agroalimentaire, fabrication-assemblage, production en industries textiles, traitement en industries textiles, production et transformation des métaux et papier - carton. Le premier examen aura lieu en 2005. L'arrêté devrait être publié au B.O. du 13 février.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENE0203078A

Consultations sur les langues en CAP
EduScol met en ligne les nouveaux projets de programmes de langues pour le CAP. Ils sont invités à envoyer leur contribution.
http://www.eduscol.education.fr/D0048/CA Plangues.htm

La lettre du CRDP de Besançon
Le numéro 8 de la lettre de l'enseignement technologique et professionnel du CRDP de Besançon est parue. Elle fait connaître 35 sites relatifs à l'hôtellerie, l'automatisme, la mécanique, la productique etc.
http://crdp.ac-besancon.fr/crts/lettretp 1.htm

Retour à La Tournelle
" Je soutiens les profs qui, pour une fois, ont besoin de nous. Mais je pense que ce n'est pas une question de moyens supplémentaires. Il faut qu'on se parle entre élèves. C'est à nous de dire stop, ça suffit la loi du silence. Mais on a peur des représailles." Le Monde donne la parole aux élèves et aux enseignants du lycée professionnel La Tournelle de La Garenne-Colombes (92) où une enseignante a été frappée d'un coup de couteau mardi. Une semaine plus tard le lycée est toujours en proie à ses angoisses et en grève. Les enseignants demandent un classement en ZEP. Une manifestation est prévue jeudi.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--305536-,00.html

Création du "diplôme des métiers d'art"
Un décret du 15 janvier 2003 crée le "diplôme des métiers d'art". "Il atteste que son titulaire maîtrise les savoirs technologiques, artistiques et généraux... relevant de sa spécialité et est apte à exercer des fonctions d'encadrement technique et professionnel". Le diplôme est inscrit au niveau III et est préparé, par voie scolaire et apprentissage après un BT ou un bac, par formation professionnelle ou par VAE. Il sera mis en place à partir de la rentrée 2003.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENS0203079D


Les informations européennes et internationales, la rubrique "Parents" et "Elèves" sont sur de nouvelles pages. Consultez le menu.


[ Haut ]

Archives de la rubrique Informations Professionnelles :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique Informations Professionnelles dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable