Informations Professionnelles (Café N° 36)

- François Jarraud -

- A la Une : Les enjeux de l'enseignement aujourd'hui    [ Haut ]

Mardi 20 mai, l'Association des historiens organisait une conférence-débat sur les enjeux et la réforme de l'enseignement. C'est que, Jean-Louis Auduc (IUFM Créteil) devait le rappeler, le système scolaire, de réforme en réforme, est devenu illisible pour les familles si ce n'est pour les enseignants. Il est urgent de modifier les concours pour les professionnaliser. Actuellement les enseignants débutants "vivent une rupture effrayante" en arrivant en poste. Pour François Dubet (sociologue, Bordeaux II), l'école est devenue avec la massification le lieu du désenchantement : c'est elle qui fait sa propre sélection et produit la frustration prolongée puisqu'elle allonge son terme. D'où les défis qu'elle doit affronter : redéfinition de la culture commune, place de l'enseignement professionnel, pilotage du système par exemple. Pour F. Dubet il faut accorder plus d'autonomie aux établissements, améliorer le pilotage en s'intéressant aux résultats de l'école et redéfinir le service des enseignants de façon à ce qu'ils prennent en charge leur mission éducative. Mais depuis 15 ans nous n'arrivons pas à changer l'école. On est devant un problème politique : notre société peut-elle construire son système éducatif ?" F. Dubet est pessimiste. C'est Philippe Joutard (Université de Provence) qui a clôturé la réunion en émettant plusieurs voeux pour l'école.. D'abord celui d'une école plus positive dans le regard porté sur les élèves : les enquêtes internationales, comme PISA, montrent que les écoliers français hésitent à exprimer leur avis. Le moment lui semble venu de mettre en place de véritables bivalences : c'est l'intérêt des élèves, perdus en collège entre tous ces professeurs, et des savoirs disciplinaires exagérément émiettés. Un débat qui rebondira probablement le 4 juin.
http://www.senat.fr/evenement/historiens /

- Le système scolaire    [ Haut ]

4 juin : Pour un débat sur le collège unique
"Le collège unique vit aujourd'hui une crise si profonde qu'on ne pourra pas faire l'économie d'un débat engageant progressivement l'ensemble du pays". Un collectif, regroupant des pédagogues comme Gaby Cohn-Bendit, Gilbert Longhi, Marie-Danielle Pierrelée et des responsables associatifs (OZP, GFEN, OCCE, CRAP, CEMEA) et syndicaux (SNUIPP, UNSA, SGEN), fait ce bilan et appelle à une réflexion commune. La première étape aura lieu le 4 juin à Paris à la mairie du 13ème à 9h45. François Dubet, Francine Best et Jean Foucambert analyseront la crise du collège unique. Le Café rendra compte de cette réunion.
Contact : jpbn@noos.fr

Education & Devenir pour un large débat sur l'école
" Nous avons besoin que soient clarifiées les missions que la Nation confie à l'Ecole, que nos élus débattent sur les personnels qu'elle doit former et recruter et la manière dont ils doivent exercer leurs métiers. Pour que ce débat ne soit pas vain il importe que l'Etat fixe en même temps les modalités incontournables pour prévenir les dérives et restaurer la confiance". Dans un communiqué, Education & Devenir s'inquiète devant la crise profonde et de plus en plus violente qui entraîne l'école. Elle appelle à un débat qui puisse refonder la confiance. Ce qui implique qu'il ne se limite pas au Parlement.
http://education.devenir.free.fr/communi que.htm

Une décentralisation positive selon C. Thélot
Dans un entretien accordé au Monde, Claude Thélot, ancien président du Haut conseil de l'évaluation de l'école, juge positive la décentralisation projetée par le gouvernement. Rappelant que la première décentralisation a été bénéfique pour les établissements scolaires, il a exprimé ses doutes sur le développement des inégalités entre les régions : " c'est un des enseignements de la décentralisation : la façon dont les régions et les départements ont investi dans les collèges et les lycées n'est pas directement liée à leur richesse. Les départements et les régions d'Alsace ou d'Aquitaine, territoires parmi les plus riches, dépensent beaucoup moins par collégien ou par lycéen que ceux du Nord- Pas-de-Calais, du Languedoc-Roussillon, territoires moins riches. Les choix politiques des collectivités territoriales se sont souvent faits dans le sens du rattrapage des inégalités". S'agissant des écarts relevés entre écoles primaires, il relève que " Ce qui compte, ce sont avant tout les pratiques. L'équipe pédagogique, les livres, les branchements Internet, les ordinateurs, c'est bien. Mais les inégalités dépendent moins des équipements que de leur usage, c'est-à-dire des pratiques des enseignants"..
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 4--321691-,00.html

La décentralisation
Quelques exemples du rôle éducatif des régions et des collectivités locales aujourd'hui. Partant de l'exemple de la Basse-Normandie, cette présentation Powerpoint de M. Cattaneo (INRP) présente leur implication dans l'intégration des TICE dans le système scolaire. Un autre exemple est fourni par la région Picardie et son réseau EducPôle.
http://www.inrp.fr/Tecne/Savoirplus/Rech 40124/Pdf/annee01/cattaneo01.ppt
http://www.cr-picardie.fr/fr/page.cfm?pa geref=formation~lycees~art

Le fantôme de Jules hante les palais nationaux
Sans attendre le débat national qui est annoncé au Parlement, certains élus ont déposé des projets de loi pour repeindre le système éducatif à leur couleur préférée. Ainsi trois sénateurs (MM. Autain, Autexier et Loridant) suggèrent au nom de la laïcité, un strict contrôle des enseignants. Leur projet compte deux articles : "Le port de tout signe extérieur visible d'appartenance religieuse ou politique est prohibé... Les fonctionnaires, conformément au principe de neutralité, ne peuvent, sous quelque forme que ce soit, manifester leurs opinions philosophiques, politiques ou religieuses dans l'exercice de leurs fonctions". Si l'école doit respecter enfants et familles, la démocratie peut-elle transmettre les valeurs républicaines avec des enseignants sans référents moraux et politiques ? Ca paraît douteux.. A l'Assemblée, Jérôme Rivière, mise sur La Marseillaise. " L'enseignement obligatoire des paroles de l'hymne national participera, dans le cadre de l'école primaire, à la pédagogie et aux méthodes d'enseignements. Ensuite, l'enseignement de La Marseillaise développera l'esprit civique des enfants... D'autre part, l'enseignement de La Marseillaise sera l'occasion de réconcilier notre pays à l'intégration. Le chant, symbole de la République, est un repère commun. Il servira à affirmer les valeurs communes défendus par notre République". Ainsi il propose que "L'enseignement d'éducation civique comporte obligatoirement l'enseignement de l'hymne national dans les établissements du premier degré". L'exercice est sans doute excellent pour la mémoire et la musique adoucit les moeurs. Mais suffira-t-il à régler la crise de l'intégration et de l'école ?
http://www.senat.fr/leg/ppl02-288.html
http://www.assemblee-nationale.fr/12/pro positions/pion0786.asp

Pilotage des classes relais
"Il est déterminant aujourd'hui d'assurer l'essor du nombre de classes et d'ateliers relais". On ne saurait trop souligner l'importance de ces dispositifs pour le ministre. Une circulaire vient rappeler les objectifs et les modalités de mise en oeuvre de ces dispositifs. Les classes relais sont définies comme des structures permettant un accueil temporaire ayant pour but de réinsérer le jeune. La circulaire annonce la publication de documents pédagogiques nouveaux.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/21/ MENE0301107C.htm

L'enseignement bilingue en langue régionale entre dans le secondaire
Un arrêté publié au J.O. du 24 mai fixe les conditions de mise en place d'un enseignement bilingue en langue régionale dans les collèges et les lycées. Cet arrêté est pris en application du décret de juillet 2001. Il stipule que "l'enseignement bilingue à parité horaire est dispensé pour moitié en langue régionale et pour moitié en français", aucune discipline (autre que la langue régionale) ne pouvant être enseignée que dans cette langue.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENE0301049A

Pas de lycée musulman à Lille
Le rectorat de Lille a finalement renouvelé son opposition à l'ouverture d'un lycée privé musulman à Lille. Cette interdiction, basée sur un retard dans la transmission de l'avis de la commission de sécurité, est contestée par la Ligue musulmane du Nord. Les deux précédantes demandes avaient été repoussées également pour des motifs administratifs.
http://infos.aol.fr/info/ADepeche?id=159 683&cat_id=1

La Ligue, la J.P.A. dénoncent la baisse de leurs moyens
La Ligue de l'enseignement, la Jeunesse en Plein Air et d'autres associations péri-éducatives qui participent pleinement au service d'éducation protestent contre la baisse de leurs ressources. Les subventions accordées par le ministère ont baissé de 10 à 30%. Les associations estiment "qu'il est indispensable de renforcer le soutien (aux) associations pour réduire les inégalités sociales et culturelles, principales causes de l'échec scolaire".
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_030527161154.x76at7hk.html

Internet inquiète les parents de la PEEP
C'est l'Europe qui est au coeur de la réflexion du congrès annuel de la PEEP du 29 au 31 mai. A cette occasion, la PEEP publie son enquête habituelle sur les inquiétudes des parents. Si l'inquiétude des parents a globalement baissé cette année, et particulièrement la crainte de violences, la drogue devient la première préoccupation des parents. Deux nouvelles sources d'inquiétude apparaissent : la violence routière et l'utilisation non-surveillée d'Internet (pour un tiers des parents). Les parents de la PEEP soutiennent la décentralisation : 62% estiment que la région devrait avoir des responsabilités dans la mise en place des projets pédagogiques dans l'enseignement général et dans l'orientation.
http://www.peep.asso.fr/derniere/obs16.h tm

Les éditeurs dénoncent la pénurie de manuels
Les éditeurs scolaires regroupés dans l'association Savoir Livres mettent en évidence le manque de manuels à l'école primaire. Alors que les parents sont unanimes à reconnaître leur utilité, seulement un tiers des élèves auraient des manuels dans toutes les disciplines. Savoir Livres invite donc les députés à débattre de la question du financement des manuels scolaires.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_030515220121.wiwff3uo.html

- Les grèves    [ Haut ]

Le conflit de l'école dans la presse
Alors que le conflit rebondit, les magazines se penchent sur la crise de l'école. Ainsi, dans le Nouvel Obs, Jacques Julliard estime que "au fil des ans les enseignants se sont sentis tellement menacés, ils se sont installés dans une mentalité tellement obsidionale que tout changement est automatiquement assimilé à un recul de leur condition. La réforme de l'enseignement n'est plus aujourd'hui affaire de structures, ni même de crédits, mais de psychologie: on doit savoir que l'Education nationale est un grand corps psychotique, où tous, enseignants, élèves, parents, sont des écorchés vifs, des organismes en proie à l'inquiétude, aux peurs collectives et aux fantasmes". Le Monde s'en tient à une énumération des avantages perdus du fait de la réforme des retraites. Le CRAP Cahiers pédagogiques intervient également dans le débat. Pour les Cahiers, " on a l'impression que la préoccupation de faire travailler ensemble tous les personnels de l'établissement dans le cadre d'un projet commun est abandonnée... Au lieu d'aller de l'avant vers le développement d'un travail commun de tous les acteurs concernés, on semble revenir en arrière en séparant l'instruction de l'éducation ? Les coups de menton et rodomontades autour du thème de l'autorité et de la lutte contre les dérives soixante-huitardes ne peuvent remplacer un travail de fond d'une vraie équipe éducative, comme en témoigne le travail fait dans nombre d'établissements, souvent mis en évidence dans plusieurs recherches... Les enseignants sont actuellement découragés, désabusés, ne savent plus trop quelle est leur mission... Qu'est-ce qui peut les mobiliser ? Un discours fort qui les motiverait en partant de l'énergie déployée avec succès dans de nombreux endroits pour faire apprendre vraiment les élèves, par exemple celle que l'on voit à l'œuvre dans les itinéraires de découverte, les travaux personnels encadrés ou les projets pluridisciplinaires à caractère professionnel, ou encore dans la manière d'organiser une vie de classe efficace".
http://www.nouvelobs.com/articles/p2011/ a196929.html
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 4--321418-,00.html
http://www.cahiers-pedagogiques.com

La grève en sondage
D'après un sondage BVA pour La Dépêche du Midi, repris par l'AFP, 60% des Français soutiennent le mouvement des enseignants. Cependant 46% des Français trouvent "anormal que les enseignants prennent les élèves en otage ". Un autre sondage du même BVA en mai 2003 est plutôt contradictoire : il établit que 66% des Français souhaitent un service minimum en cas de grève dans l'éducation nationale. L'AFP fait également le point dans une dépêche sur les retenues pour grève des enseignants : le décompte des jours impayés inclut les jours fériés et les dimanches.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_030526160410.4p2skv9t.html
http://www.bva.fr/new/service_public_030 513.htm
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_030526135851.8quo5158.html

La grève et les rumeurs
De nombreuses rumeurs circulent dans les établissements. Libération les démonte. http://www.liberation.fr/page.php?Article =111292

La grève ignore la déclaration du premier ministre
La journée de grève du 27 mai a rencontré un beau succès avec 46% de grévistes dans le premier degré, 43% en collège et 30% en lycée (mais 19% des ATOS). Ces chiffres sont très supérieurs à ceux des autres ministères. Dans l'après-midi le premier ministre a annoncé un certain nombre de mesures destinées aux enseignants. Après un hommage aux professeurs, " chaque professeur de France fait, jour après jour, année après année, l'expérience de la singularité d'un métier qui l'expose comme aucun autre dans son être et dans sa relation aux autres", J.-P. Raffarin a annoncé certains avantages sur le dossier des retraites : "les avantages familiaux, les cessations progressives d'activité, les mi-temps avec cotisations à taux plein sont maintenus ou améliorés. La prise en compte des années d'études sera rendue possible. L'accession à une seconde carrière sera facilitée". S'agissant de la décentralisation, il annonce des négociations sur sa mise en oeuvre et le statut des personnels. Enfin, un " grand débat national sur l'avenir de l'école" aura lieu avec le Parlement, les syndicats et les jeunes. Le chef du gouvernement a terminé en mettant en garde les enseignants sur un éventuel boycott des examens : " Tous les défenseurs de l'école condamnent les actions répétées de blocage des centres d'examen, qui ne sont approuvées par aucune organisation syndicale et mettent en cause très gravement les droits fondamentaux des élèves et des étudiants. Le Gouvernement ne tolérera aucun débordement dans ce domaine qui est au cœur des devoirs de l'école de la République". Le SGEN, le SNUIPP, le SNES, l'UNSEN CGT ont estimé ces propositions insuffisantes si ce n'est inexistantes. Ainsi pour le SNUIPP, le premier ministre prend " la lourde responsabilité de voir le conflit se poursuivre et même se durcir".
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_030527173847.7nikjhy1.html
http://www.premier-ministre.gouv.fr/fr/p .cfm?ref=39701
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_030527183714.hv48rgg0.html

Grève et examens
Après Jean-Pierre Raffarin, Luc Ferry a annoncé son intention de ne pas tolérer le boycott des examens. Libération du 29 mai fait le point sur les sanctions possibles pour des enseignants qui s'opposeraient aux examens. Un flou juridique entoure la capacité à requérir des enseignants grévistes. Par contre la rétention de notes a déjà fait l'objet de condamnation. La FCPE a renouvelé une nouvelle fois son opposition à tout boycott des examens : "Les parents réaffirment que les examens doivent se dérouler normalement. C'est au gouvernement de prendre ses responsabilités pour mettre fin à une situation de blocage dont il est à l'origine et qu'il persiste à maintenir". Mais elle appelle à participer à la grève du 3 juin. La PEEP a émis également une condamnation d'un éventuel boycott : " la PEEP estime scandaleux que des enseignants fassent la grève des notes, qu'ils entravent le déroulement de certains examens au mépris même de leur mission éducative. La PEEP estime de même inadmissible que des enseignants menacent de perturber l'organisation du baccalauréat et des examens de fin d'année, montrant ainsi qu'ils font peu de cas de l'inquiétude des élèves face aux échéances qui approchent et qu'ils respectent peu leur travail de l'année"
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id= 273
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=114166
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,323 0--320459-,00.html
http://www.peep.asso.fr/Flash03/flash14. htm

La révolte des enseignants vue par Le Figaro
" La révolte des enseignants est aussi révélatrice d'un malaise plus profond. Il se nourrit des tabous et des non-dits qui obscurcissent tout le débat sur l'éducation. Que doit-on enseigner à nos enfants? Peuvent-ils tous entrer dans le même moule? Les méthodes pédagogiques actuelles sont-elles les bonnes? Pourquoi la France est-elle, parmi les pays occidentaux, l'un de ceux qui dépensent le plus pour le primaire et le secondaire? Et pourquoi faut-il toujours plus d'enseignants et de moyens matériels alors que le nombre d'élèves ne cesse, depuis dix ans, de baisser? " Ces bonnes questions sont posées par Christine Clerc dans une grande enquête sur l'école pour Le Figaro. Des articles qui donnent la chair de poule, traçant le portrait d'établissements livrés à des hordes barbares et sauvageonnes et à des enseignants doctrinaires. Car, pour C. Clerc, l'école traumatise les bons élèves et tente de niveler par le bas, aidée en cela par les dispositifs transversaux : " Voilà comment s'est constituée une véritable école de l'apartheid. Et comment les professeurs sont devenus schizophrènes. Beaucoup d'entre eux prennent conscience que le seul moyen de relever le niveau serait de "revenir aux fondamentaux" au lieu de se perdre en "itinéraires de découverte" censés éveiller la créativité des enfants. "On a passé des semaines, raconte Madeleine P., professeur de lettres à Brive, sur le thème du pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle. Ça a fait plaisir aux profs. Mais les enfants ? On prétend apporter ainsi aux plus défavorisés une culture qui ne leur est pas transmise à la maison. C'est une idée simple mais bête : car ces "itinéraires" viennent à la place des enseignements de base, sans lesquels les enfants ne peuvent avoir accès à rien". Conservatisme pédagogique et social se rejoignent dans ces articles. Et si on parlait des établissements qui arrivent à dépasser le double handicap des difficultés sociales et d'intégration ? Comment font-ils ? Le dossier du Café sur la violence scolaire montre que l'école peut aussi changer la donne.
http://www.lefigaro.fr/france/20030509.F IG0162.html
http://www.lefigaro.fr/france/20030519.F IG0123.html
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/ violence/

- Vie professionnelle    [ Haut ]

Les programmes des concours
Le B.O. spécial du 22 mai publie les programmes de l'agrégation interne et externe, du CAPES (interne et externe) et du CAPET dans les différentes disciplines pour la session 2004.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/spe cial3/default.htm

IntelliMetric, le logiciel qui corrige les copies
Basé sur un moteur d'intelligence artificielle, IntelliMetric Sholar est un outil d'évaluation des copies qui commence une carrière sans doute prometteuse outre-Atlantique. Car, ne rêvez-pas, IntelliMetric ne traite pour le moment que des devoirs en anglais. Mais il arrive à les corriger avec un taux d'exactitude dans l'évaluation que son éditeur situe "au-dessus de 90%". C'est dire qu'IntelliMetric ne remplace peut-être pas totalement le bon vieux correcteur. Cependant la démonstration en ligne montre une analyse assez poussée des travaux d'élèves. IntelliMetric pourrait apporter une aide sérieuse à l'évaluation et au retour vers les élèves (voir à l'auto-évaluation).
http://www.intellimetric.com/
http://www.intellimetric.com/demosite/de mo.scriptedessay.html

Un projet français primé aux Etats-Unis !
Lancé en 1999, le projet de "classe collaborative" du lycée de Paul Héroult, à Saint Jean de Maurienne, fait travailler ensemble et rencontrer des lycéens français et des étudiants de la Penn State University et de l'University of South Carolina. "L'American Council on Education" vient de reconnaître la valeur pédagogique exceptionnelle de cette expérience en lui décernant le grand prix ACE & ATT, une des plus éclatantes distinctions américaines puisqu'y concourent toutes les universités américaines. Ce prix récompense les utilisations innovantes des TICE dans l'internationalisation de l'enseignement.
Le Café avait présenté cette expérience en juin 2001 dans son numéro 5. Nous avions été frappés par la qualité pédagogique de la démarche et la dimension humaine de son initiateur. Interrogé sur cette réussite, Jean-François Cerles rappelle que "le programme collaboratif a été récompensé parce qu'il a fait ses preuves. Chaque année depuis 1999, des étudiants américains sont venus étudier chez nous en Savoie et nos élèves sont allés étudier en Pennsylvanie et Caroline du Sud. Ces visites, qui parachèvent et valident le travail de toute une année scolaire de terminale ont bien sûr abouti dans tous les cas à une remise en question des stéréotypes et idées reçues, et ont fortement contribué à une meilleure compréhension de la culture de l'autre. Par les temps qui courent, ce n'est pas un luxe".
http://www.ac-grenoble.fr/heroult/langue s/report2001_idx.htm
http://www.acenet.edu/news/press_release /2003/05may/ATT.html
http://www.cafepedagogique.net/pedago/pr atiques/archives/2001/index_5_01.php3

La sécu en déficit
La Commission des comptes de la sécurité sociale l'annonce : la sécurité sociale connaîtra un lourd déficit de 8 milliards d'euros cette année. Cette situation résulte d'une croissance plus rapide des dépenses que des recettes. En 4 ans elles ont connu une hausse de 26%. Pour réduire le déficit il faudra soit freiner les dépenses soit augmenter les recettes. Une nouvelle occasion de conflit en perspective.
http://www.social.gouv.fr/htm/dossiers/c css/a-03/ccss0305/sommaire.htm

- Vie scolaire    [ Haut ]

Piloter un établissement
"Entre le manque à être du pouvoir pour faire exister un idéal à travers une organisation pensée, négociée et les représentants syndicaux qui n'analysent la situation qu'à travers les conditions de travail et dont le corporatisme tient souvent lieu de civisme, l'EPLE est une zone de compromis où ce qui s'oppose à d'autres niveaux tend à se rapprocher. Ce qui s'exprime en termes d'appartenance idéologique ou de parti pris politique sur le sens de l'école aux autres niveaux doit se confronter au " faire " dans l'établissement où l'on ne peut se contenter de se réfugier dans un " jeu de rôles "". .J. Fouque, nouveau président d'Education et Devenir, ne mâche pas ses mots. C'est que l'établissement lui semble être le lieu dans lequel se joue l'avenir du système éducatif. Dans un texte dense, il montre comment animer et piloter un EPLE de façon à en faire évoluer les pratiques. Parmi les leviers : l'entretien individuel de progrès et les conseils de classe.
http://education.devenir.free.fr/piloneg o.htm

L'humiliation au quotidien
L'humiliation au quotidien c'est ce que vivent les millions d'élèves confrontés à la saleté des toilettes des établissements scolaires. Il est rare qu'un pédagogue daigne se pencher sur ce sujet. Philippe Meirieu le fait dans le dernier numéro de Liaisons laïques, le bulletin parisien de la FCPE. Il soulève ainsi un véritable tabou. "Abandon, saleté, portes fracturées, absence de papier hygiènique.. On ne dit pas assez à quel point cette impossibilité totale de trouver l'intimité nécessaire et l'environnement accueillant entraine (les écoliers) vers une sorte de déni complet de ces réalités physiques... Que ce qui est vraiment inconvenant c'est de réserver les toilettes propres et entretenues aux seuls adultes.. On ne dit pas que c'est cette attitude qui condamne les enfants à l'obscénité"... Nous exaltons dans nos institutions l'intelligence spéculative, tandis que nous les contraignons à s'humilier au quotidien. "
http://www.fcpe75.org

Des seuils fixés pour le bruit des écoles
Est-ce un effet du temps ? Un arrêté publié au J.O. du 28 mai fixe les seuils de tolérance du bruit émanant des établissements d'éducation. Il diffère bien sur en fonction de la nature des locaux.
http://www.admi.net/jo/20030528/DEVP0320 066A.html

Le ministère recrute les assistants d'éducation
Le site ministériel lance une campagne de recrutement des nouveaux assistants d'éducation. Ils sont appelés à remplacer partiellement les actuels aides-éducateurs et surveillants. Le site ministériel donne les indications pratiques pour faire acte de candidature.
http://www.education.gouv.fr/personnel/a ssistant_education.htm

Un appel pour le foulard
"Ce foulard recouvre des réalités diverses, et nous avons des appréciations diverses, voire divergentes, de sa signification ; mais nous sommes tous d'accord pour estimer que, dans tous les cas (que le foulard soit imposé aux jeunes filles ou qu'il résulte d'un choix), l'exclusion est la pire des solutions. Nous ne sommes pas des "partisans du voile " ; nous sommes simplement partisans d'une école laïque qui ouvre à l'émancipation de tous, et non à l'exclusion... Dans tous les cas, c'est en l'accueillant à l'école laïque qu'on peut l'aider à s'émanciper, en lui donnant les moyens de son autonomie, et c'est en la renvoyant qu'on la condamne à l'oppression". Cet appel intervient après une déclaration du président de la République souhaitant une loi sur la laïcité. Il est signé par une centaine d'intellectuels et de militants, parmi lesquels Etienne Balibar, Christian Baudelot, Stéphane Beaud, Monique Chemillier-Gendreau, Jean-Luc Einaudi, Philippe Frémeaux, Laurent Mucchielli, Gérard Noiriel, Alain Touraine, Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 4--321187-,00.html
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=111734

Et contre le foulard
" Les partisans du port du foulard oublient que celui-ci est moins le signe d'une appartenance religieuse que le symbole d'un rejet de l'altérité qui va à l'encontre du principe de mixité et d'égalité propre à l'école républicaine... Le fameux hidjab auquel tiennent tant les signataires de l'Appel du 20 mai porte en lui la trace d'une emprise corporelle qui a de fortes chances d'enfermer les élèves musulmanes dans un redoutable clivage identitaire. Studieuses à l'école, tout en étant silencieusement reliées par leur voile à un dieu intérieur fanatisé, qui entrave leur liberté de jugement, elles risquent de demeurer étrangères au contenu principiel du savoir qu'on leur enseigne et de n'en retenir que les aspects utilitaires ou techniques : quelque chose comme une science sans conscience". Elisabeth Roudinesco, psychanalyste, dans Libération du 27 mai, fonde ainsi le refus du foulard à l'école.
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=113573

Bavure au centre éducatif fermé
C'est une nouvelle bavure pour les "centres éducatifs fermés", un dispositif mis en place avec détermination par le garde des sceaux pour redresser les adolescents délinquants. Selon Le Monde du 26 mai, le directeur d'un des premiers centres, ouvert depuis deux mois seulement, celui de Lusigny, est inculpé de viol. Même si la victime n'est pas une adolescente, cette affaire jette un sérieux discrédit sur les qualités éducatives du personnel de ce centre. D'autant qu'il exigeait des pensionnaires qu'elles fournissent avant admission leurs mensurations. Curieux directeur, étrange règlement, singulière pédagogie pour un service public.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--321569-,00.html

- Primaire    [ Haut ]

Des instits en crise d'identité
En pleine grève, c'est dans le centre-ouest que Libération est allé interroger des professeurs des écoles sur leur métier. Le journaliste expose un malaise qui va bien au-delà des revendications actuelles, une véritable crise d'identité de ces enseignants, tous grévistes. Ainsi, pour une instit trentenaire, "l'école n'est plus cette machine miraculeuse à intégrer ou promouvoir... Nos aînés se sentaient quelqu'un, un côté sacerdoce. Moi, professionnellement, je ne me sens personne : fonctionnaire". Un collègue, en zone rurale, a demandé un poste en ZEP "Ces postes-là restent les seuls où on continue à avoir une image de saint.".
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=112045

Un livret par compétence
L'académie de Paris publie un livret scolaire qui permet de rendre compte de l'acquisition de compétences précises, d'améliorer le suivi des élèves et la communication avec les familles. Le livret est simple et accompagné d'un guide d'utilisation et d'un diaporama. Un outil efficace qui permet d'améliorer ses pratiques. A voir !
http://livretscolaire.scola.ac-paris.fr

Le fossé numérique traverse l'école primaire
Au moment où le ministre promet un effort financier pour équiper les écoles primaires, une étude ministérielle rend compte de leur sous-équipement. En effet, seulement un tiers des écoles disposent de plus de 4 ordinateurs et une sur 10 n'en a encore aucun. A l'autre extrémité, une école sur 10 dispose de plus de 10 ordinateurs. Pourtant 88% des directeurs ont une connaissance de base de l'ordinateur et 64% d'Internet. Déjà une école sur deux utilise Internet pour les échanges administratifs. Un domaine où l'électron est en train de chasser la plume.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0333.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/readstep.ht ml

- Collège    [ Haut ]

L'école ouverte réconcilie
Créé en 1991, le dispositif "Ecole ouverte" accueille des écoliers, collégiens et lycéens des ZEP dans les établissements scolaires pendant les vacances scolaires et, durant l'année, les mercredis et samedis. Eduscol publie une étude qui évalue ce dispositif qui accueille plus de 76.000 jeunes et continue sa croissance. Il "modifie les relations entre les jeunes et les adultes et contribue à la lutte contre la violence en instaurant ou en consolidant dans l'établissement scolaire un climat de confiance".
http://www.eduscol.education.fr/D0116/vb ilan.htm

- Lycée    [ Haut ]

Bac avec mention "section européenne"
Le J.O. du 24 mai publie deux arrêtés instituant la mention "section européenne" et "section de langue orientale" aux bacs. Ces mentions seront appliquées à partir de la session 2004.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENE0301050A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENS0301008A

Nouveaux thèmes pour les TPE
Le B.O. du 22 mai publie la liste des nouveaux thèmes des TPE pour 2004 et 2005. Sont supprimés le thème commun de l'ordre et du désordre et, en S "sciences et aliments", en ES "les élites" et en L "héritage et invention". Le nouveau thème commun aux 3 sections est "hériter, innover". Dans les séries, les nouveaux thèmes sont "l'insolite" en L, "exclusion / intégration en ES et "formes et structures" en S.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/21/ MENE0301080N.htm

Lettres anciennes : Epreuves du bac
Une note de service définit les épreuves de latin et de grec au bac général à compter de la session 2004. Elle se compose de 2 épreuves : un écrit de 3 heures , coeff 4, version et commentaire de texte , une épreuve orale de contrôle du second groupe de 15 minutes.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/21/ MENE0301081N.htm

Rénovation de la série STT
"Tous les plus beaux programmes du monde ne sont rien sans les professeurs pour les faire vivre". Jacques Saraf, doyen du groupe économie-gestion de l'Inspection générale, expose ls ambitions de la réforme des STT sur le site national. La réforme est ambitieuse mais " la forte élévation des niveaux de qualifications dans tous les métiers du tertiaire nous impose d'y préparer nos élèves et nous savons qu'ils sont capables de suivre cette évolution". Cette dernière phrase répond aux interrogations d'enseignants qui se demandent si le public de la série STT ne va pas changer (comprendre : s'embourgeoiser ) à l'occasion de cette réforme qui vise à mieux armer les élèves pour une poursuite d'études dans le supérieur court et long. Elle hausse significativement le niveau requis dans l'utilisation des TICE et introduit la pédagogie de projet. Il est également envisagé d'installer les TPE et l'ECJS en classe de première.
http://www.educnet.education.fr/ecogest/ enseignements/renov/renovsttjs.htm

Internet et la réforme des STT
Quand on est très jeune on fête les "demi". La liste de discussion Ecogestion n'échappe pas à la règle en fêtant 4 ans et demi de services appréciables rendus à l'enseignement technique. A coté de l'anniversaire, le débat y est lancé sur la réforme des séries STT. Ainsi, le 26 mai, une collègue favorable à la réforme, en prévoit les effets sociaux. "Si le niveau augmente, il faudra que celui de nos élèves suive. Dans ce cas, l'orientation en EG (future appellation des STT) devra être un vrai projet, avec des résultats satisfaisants en seconde et non une orientation par défaut comme c'est le cas actuellement pour bon nombre d'élèves. Or, le système scolaire se doit d'offrir une orientation à tous. Que vont devenir ces élèves fragiles, ni trop faibles pour suivre un enseignement professionnel ni assez forts pour suivre une voie générale ?". Une évolution qui rappelle celle des IUT et demain, peut-être, celle des BTS commerciaux.
http://listes.educnet.education.fr/wws/i nfo/ecogestactu

Le chômage pointe à la porte du lycée
Selon une enquête ministérielle, le taux de chômage des jeunes qui quittent le lycée est en hausse de 3%. Un jeune sur cinq qui quitte le lycée ne trouve pas d'emploi 7 mois après son départ. Les moins diplômés sont les plus touchés.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0330.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/readstep.ht ml

- Enseignement professionnel    [ Haut ]

Sujets d'examens en professionnel
Retrouvez tous les sujets d'examen de l'enseignement professionnel, du CAP au BTS , sur le site académique de Montpellier.
http://www.ac-montpellier.fr/ressources/ examens/consultation/

La Lettre de Besançon
Automatisme, électronique, bois, commerce, hôtellerie, mécanique, productique, biochimie : la Lettre de l'enseignement technologique et professionnel du CRDP de Besançon présente 38 sites éducatifs.
http://crdp.ac-besancon.fr/crts/lettretp 1.htm

Deux nouveaux bacs pros
Deux arrêtés paraissent au J.O. du 29 mai. Ils créent le bac professionnel spécialité production graphique et le bac professionnel production imprimée. Ils fixent les modalités de préparation et de délivrance du diplôme. La première session de ces examens aura lieu en 2005.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENE0301074A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENE0301075A

- François Jarraud -

- A la Une : Les enjeux de l'enseignement aujourd'hui    [ Haut ]

Mardi 20 mai, l'Association des historiens organisait une conférence-débat sur les enjeux et la réforme de l'enseignement. C'est que, Jean-Louis Auduc (IUFM Créteil) devait le rappeler, le système scolaire, de réforme en réforme, est devenu illisible pour les familles si ce n'est pour les enseignants. Il est urgent de modifier les concours pour les professionnaliser. Actuellement les enseignants débutants "vivent une rupture effrayante" en arrivant en poste. Pour François Dubet (sociologue, Bordeaux II), l'école est devenue avec la massification le lieu du désenchantement : c'est elle qui fait sa propre sélection et produit la frustration prolongée puisqu'elle allonge son terme. D'où les défis qu'elle doit affronter : redéfinition de la culture commune, place de l'enseignement professionnel, pilotage du système par exemple. Pour F. Dubet il faut accorder plus d'autonomie aux établissements, améliorer le pilotage en s'intéressant aux résultats de l'école et redéfinir le service des enseignants de façon à ce qu'ils prennent en charge leur mission éducative. Mais depuis 15 ans nous n'arrivons pas à changer l'école. On est devant un problème politique : notre société peut-elle construire son système éducatif ?" F. Dubet est pessimiste. C'est Philippe Joutard (Université de Provence) qui a clôturé la réunion en émettant plusieurs voeux pour l'école.. D'abord celui d'une école plus positive dans le regard porté sur les élèves : les enquêtes internationales, comme PISA, montrent que les écoliers français hésitent à exprimer leur avis. Le moment lui semble venu de mettre en place de véritables bivalences : c'est l'intérêt des élèves, perdus en collège entre tous ces professeurs, et des savoirs disciplinaires exagérément émiettés. Un débat qui rebondira probablement le 4 juin.
http://www.senat.fr/evenement/historiens /

- Le système scolaire    [ Haut ]

4 juin : Pour un débat sur le collège unique
"Le collège unique vit aujourd'hui une crise si profonde qu'on ne pourra pas faire l'économie d'un débat engageant progressivement l'ensemble du pays". Un collectif, regroupant des pédagogues comme Gaby Cohn-Bendit, Gilbert Longhi, Marie-Danielle Pierrelée et des responsables associatifs (OZP, GFEN, OCCE, CRAP, CEMEA) et syndicaux (SNUIPP, UNSA, SGEN), fait ce bilan et appelle à une réflexion commune. La première étape aura lieu le 4 juin à Paris à la mairie du 13ème à 9h45. François Dubet, Francine Best et Jean Foucambert analyseront la crise du collège unique. Le Café rendra compte de cette réunion.
Contact : jpbn@noos.fr

Education & Devenir pour un large débat sur l'école
" Nous avons besoin que soient clarifiées les missions que la Nation confie à l'Ecole, que nos élus débattent sur les personnels qu'elle doit former et recruter et la manière dont ils doivent exercer leurs métiers. Pour que ce débat ne soit pas vain il importe que l'Etat fixe en même temps les modalités incontournables pour prévenir les dérives et restaurer la confiance". Dans un communiqué, Education & Devenir s'inquiète devant la crise profonde et de plus en plus violente qui entraîne l'école. Elle appelle à un débat qui puisse refonder la confiance. Ce qui implique qu'il ne se limite pas au Parlement.
http://education.devenir.free.fr/communi que.htm

Une décentralisation positive selon C. Thélot
Dans un entretien accordé au Monde, Claude Thélot, ancien président du Haut conseil de l'évaluation de l'école, juge positive la décentralisation projetée par le gouvernement. Rappelant que la première décentralisation a été bénéfique pour les établissements scolaires, il a exprimé ses doutes sur le développement des inégalités entre les régions : " c'est un des enseignements de la décentralisation : la façon dont les régions et les départements ont investi dans les collèges et les lycées n'est pas directement liée à leur richesse. Les départements et les régions d'Alsace ou d'Aquitaine, territoires parmi les plus riches, dépensent beaucoup moins par collégien ou par lycéen que ceux du Nord- Pas-de-Calais, du Languedoc-Roussillon, territoires moins riches. Les choix politiques des collectivités territoriales se sont souvent faits dans le sens du rattrapage des inégalités". S'agissant des écarts relevés entre écoles primaires, il relève que " Ce qui compte, ce sont avant tout les pratiques. L'équipe pédagogique, les livres, les branchements Internet, les ordinateurs, c'est bien. Mais les inégalités dépendent moins des équipements que de leur usage, c'est-à-dire des pratiques des enseignants"..
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 4--321691-,00.html

La décentralisation
Quelques exemples du rôle éducatif des régions et des collectivités locales aujourd'hui. Partant de l'exemple de la Basse-Normandie, cette présentation Powerpoint de M. Cattaneo (INRP) présente leur implication dans l'intégration des TICE dans le système scolaire. Un autre exemple est fourni par la région Picardie et son réseau EducPôle.
http://www.inrp.fr/Tecne/Savoirplus/Rech 40124/Pdf/annee01/cattaneo01.ppt
http://www.cr-picardie.fr/fr/page.cfm?pa geref=formation~lycees~art

Le fantôme de Jules hante les palais nationaux
Sans attendre le débat national qui est annoncé au Parlement, certains élus ont déposé des projets de loi pour repeindre le système éducatif à leur couleur préférée. Ainsi trois sénateurs (MM. Autain, Autexier et Loridant) suggèrent au nom de la laïcité, un strict contrôle des enseignants. Leur projet compte deux articles : "Le port de tout signe extérieur visible d'appartenance religieuse ou politique est prohibé... Les fonctionnaires, conformément au principe de neutralité, ne peuvent, sous quelque forme que ce soit, manifester leurs opinions philosophiques, politiques ou religieuses dans l'exercice de leurs fonctions". Si l'école doit respecter enfants et familles, la démocratie peut-elle transmettre les valeurs républicaines avec des enseignants sans référents moraux et politiques ? Ca paraît douteux.. A l'Assemblée, Jérôme Rivière, mise sur La Marseillaise. " L'enseignement obligatoire des paroles de l'hymne national participera, dans le cadre de l'école primaire, à la pédagogie et aux méthodes d'enseignements. Ensuite, l'enseignement de La Marseillaise développera l'esprit civique des enfants... D'autre part, l'enseignement de La Marseillaise sera l'occasion de réconcilier notre pays à l'intégration. Le chant, symbole de la République, est un repère commun. Il servira à affirmer les valeurs communes défendus par notre République". Ainsi il propose que "L'enseignement d'éducation civique comporte obligatoirement l'enseignement de l'hymne national dans les établissements du premier degré". L'exercice est sans doute excellent pour la mémoire et la musique adoucit les moeurs. Mais suffira-t-il à régler la crise de l'intégration et de l'école ?
http://www.senat.fr/leg/ppl02-288.html
http://www.assemblee-nationale.fr/12/pro positions/pion0786.asp

Pilotage des classes relais
"Il est déterminant aujourd'hui d'assurer l'essor du nombre de classes et d'ateliers relais". On ne saurait trop souligner l'importance de ces dispositifs pour le ministre. Une circulaire vient rappeler les objectifs et les modalités de mise en oeuvre de ces dispositifs. Les classes relais sont définies comme des structures permettant un accueil temporaire ayant pour but de réinsérer le jeune. La circulaire annonce la publication de documents pédagogiques nouveaux.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/21/ MENE0301107C.htm

L'enseignement bilingue en langue régionale entre dans le secondaire
Un arrêté publié au J.O. du 24 mai fixe les conditions de mise en place d'un enseignement bilingue en langue régionale dans les collèges et les lycées. Cet arrêté est pris en application du décret de juillet 2001. Il stipule que "l'enseignement bilingue à parité horaire est dispensé pour moitié en langue régionale et pour moitié en français", aucune discipline (autre que la langue régionale) ne pouvant être enseignée que dans cette langue.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENE0301049A

Pas de lycée musulman à Lille
Le rectorat de Lille a finalement renouvelé son opposition à l'ouverture d'un lycée privé musulman à Lille. Cette interdiction, basée sur un retard dans la transmission de l'avis de la commission de sécurité, est contestée par la Ligue musulmane du Nord. Les deux précédantes demandes avaient été repoussées également pour des motifs administratifs.
http://infos.aol.fr/info/ADepeche?id=159 683&cat_id=1

La Ligue, la J.P.A. dénoncent la baisse de leurs moyens
La Ligue de l'enseignement, la Jeunesse en Plein Air et d'autres associations péri-éducatives qui participent pleinement au service d'éducation protestent contre la baisse de leurs ressources. Les subventions accordées par le ministère ont baissé de 10 à 30%. Les associations estiment "qu'il est indispensable de renforcer le soutien (aux) associations pour réduire les inégalités sociales et culturelles, principales causes de l'échec scolaire".
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_030527161154.x76at7hk.html

Internet inquiète les parents de la PEEP
C'est l'Europe qui est au coeur de la réflexion du congrès annuel de la PEEP du 29 au 31 mai. A cette occasion, la PEEP publie son enquête habituelle sur les inquiétudes des parents. Si l'inquiétude des parents a globalement baissé cette année, et particulièrement la crainte de violences, la drogue devient la première préoccupation des parents. Deux nouvelles sources d'inquiétude apparaissent : la violence routière et l'utilisation non-surveillée d'Internet (pour un tiers des parents). Les parents de la PEEP soutiennent la décentralisation : 62% estiment que la région devrait avoir des responsabilités dans la mise en place des projets pédagogiques dans l'enseignement général et dans l'orientation.
http://www.peep.asso.fr/derniere/obs16.h tm

Les éditeurs dénoncent la pénurie de manuels
Les éditeurs scolaires regroupés dans l'association Savoir Livres mettent en évidence le manque de manuels à l'école primaire. Alors que les parents sont unanimes à reconnaître leur utilité, seulement un tiers des élèves auraient des manuels dans toutes les disciplines. Savoir Livres invite donc les députés à débattre de la question du financement des manuels scolaires.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_030515220121.wiwff3uo.html

- Les grèves    [ Haut ]

Le conflit de l'école dans la presse
Alors que le conflit rebondit, les magazines se penchent sur la crise de l'école. Ainsi, dans le Nouvel Obs, Jacques Julliard estime que "au fil des ans les enseignants se sont sentis tellement menacés, ils se sont installés dans une mentalité tellement obsidionale que tout changement est automatiquement assimilé à un recul de leur condition. La réforme de l'enseignement n'est plus aujourd'hui affaire de structures, ni même de crédits, mais de psychologie: on doit savoir que l'Education nationale est un grand corps psychotique, où tous, enseignants, élèves, parents, sont des écorchés vifs, des organismes en proie à l'inquiétude, aux peurs collectives et aux fantasmes". Le Monde s'en tient à une énumération des avantages perdus du fait de la réforme des retraites. Le CRAP Cahiers pédagogiques intervient également dans le débat. Pour les Cahiers, " on a l'impression que la préoccupation de faire travailler ensemble tous les personnels de l'établissement dans le cadre d'un projet commun est abandonnée... Au lieu d'aller de l'avant vers le développement d'un travail commun de tous les acteurs concernés, on semble revenir en arrière en séparant l'instruction de l'éducation ? Les coups de menton et rodomontades autour du thème de l'autorité et de la lutte contre les dérives soixante-huitardes ne peuvent remplacer un travail de fond d'une vraie équipe éducative, comme en témoigne le travail fait dans nombre d'établissements, souvent mis en évidence dans plusieurs recherches... Les enseignants sont actuellement découragés, désabusés, ne savent plus trop quelle est leur mission... Qu'est-ce qui peut les mobiliser ? Un discours fort qui les motiverait en partant de l'énergie déployée avec succès dans de nombreux endroits pour faire apprendre vraiment les élèves, par exemple celle que l'on voit à l'œuvre dans les itinéraires de découverte, les travaux personnels encadrés ou les projets pluridisciplinaires à caractère professionnel, ou encore dans la manière d'organiser une vie de classe efficace".
http://www.nouvelobs.com/articles/p2011/ a196929.html
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 4--321418-,00.html
http://www.cahiers-pedagogiques.com

La grève en sondage
D'après un sondage BVA pour La Dépêche du Midi, repris par l'AFP, 60% des Français soutiennent le mouvement des enseignants. Cependant 46% des Français trouvent "anormal que les enseignants prennent les élèves en otage ". Un autre sondage du même BVA en mai 2003 est plutôt contradictoire : il établit que 66% des Français souhaitent un service minimum en cas de grève dans l'éducation nationale. L'AFP fait également le point dans une dépêche sur les retenues pour grève des enseignants : le décompte des jours impayés inclut les jours fériés et les dimanches.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_030526160410.4p2skv9t.html
http://www.bva.fr/new/service_public_030 513.htm
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_030526135851.8quo5158.html

La grève et les rumeurs
De nombreuses rumeurs circulent dans les établissements. Libération les démonte. http://www.liberation.fr/page.php?Article =111292

La grève ignore la déclaration du premier ministre
La journée de grève du 27 mai a rencontré un beau succès avec 46% de grévistes dans le premier degré, 43% en collège et 30% en lycée (mais 19% des ATOS). Ces chiffres sont très supérieurs à ceux des autres ministères. Dans l'après-midi le premier ministre a annoncé un certain nombre de mesures destinées aux enseignants. Après un hommage aux professeurs, " chaque professeur de France fait, jour après jour, année après année, l'expérience de la singularité d'un métier qui l'expose comme aucun autre dans son être et dans sa relation aux autres", J.-P. Raffarin a annoncé certains avantages sur le dossier des retraites : "les avantages familiaux, les cessations progressives d'activité, les mi-temps avec cotisations à taux plein sont maintenus ou améliorés. La prise en compte des années d'études sera rendue possible. L'accession à une seconde carrière sera facilitée". S'agissant de la décentralisation, il annonce des négociations sur sa mise en oeuvre et le statut des personnels. Enfin, un " grand débat national sur l'avenir de l'école" aura lieu avec le Parlement, les syndicats et les jeunes. Le chef du gouvernement a terminé en mettant en garde les enseignants sur un éventuel boycott des examens : " Tous les défenseurs de l'école condamnent les actions répétées de blocage des centres d'examen, qui ne sont approuvées par aucune organisation syndicale et mettent en cause très gravement les droits fondamentaux des élèves et des étudiants. Le Gouvernement ne tolérera aucun débordement dans ce domaine qui est au cœur des devoirs de l'école de la République". Le SGEN, le SNUIPP, le SNES, l'UNSEN CGT ont estimé ces propositions insuffisantes si ce n'est inexistantes. Ainsi pour le SNUIPP, le premier ministre prend " la lourde responsabilité de voir le conflit se poursuivre et même se durcir".
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_030527173847.7nikjhy1.html
http://www.premier-ministre.gouv.fr/fr/p .cfm?ref=39701
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_030527183714.hv48rgg0.html

Grève et examens
Après Jean-Pierre Raffarin, Luc Ferry a annoncé son intention de ne pas tolérer le boycott des examens. Libération du 29 mai fait le point sur les sanctions possibles pour des enseignants qui s'opposeraient aux examens. Un flou juridique entoure la capacité à requérir des enseignants grévistes. Par contre la rétention de notes a déjà fait l'objet de condamnation. La FCPE a renouvelé une nouvelle fois son opposition à tout boycott des examens : "Les parents réaffirment que les examens doivent se dérouler normalement. C'est au gouvernement de prendre ses responsabilités pour mettre fin à une situation de blocage dont il est à l'origine et qu'il persiste à maintenir". Mais elle appelle à participer à la grève du 3 juin. La PEEP a émis également une condamnation d'un éventuel boycott : " la PEEP estime scandaleux que des enseignants fassent la grève des notes, qu'ils entravent le déroulement de certains examens au mépris même de leur mission éducative. La PEEP estime de même inadmissible que des enseignants menacent de perturber l'organisation du baccalauréat et des examens de fin d'année, montrant ainsi qu'ils font peu de cas de l'inquiétude des élèves face aux échéances qui approchent et qu'ils respectent peu leur travail de l'année"
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id= 273
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=114166
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,323 0--320459-,00.html
http://www.peep.asso.fr/Flash03/flash14. htm

La révolte des enseignants vue par Le Figaro
" La révolte des enseignants est aussi révélatrice d'un malaise plus profond. Il se nourrit des tabous et des non-dits qui obscurcissent tout le débat sur l'éducation. Que doit-on enseigner à nos enfants? Peuvent-ils tous entrer dans le même moule? Les méthodes pédagogiques actuelles sont-elles les bonnes? Pourquoi la France est-elle, parmi les pays occidentaux, l'un de ceux qui dépensent le plus pour le primaire et le secondaire? Et pourquoi faut-il toujours plus d'enseignants et de moyens matériels alors que le nombre d'élèves ne cesse, depuis dix ans, de baisser? " Ces bonnes questions sont posées par Christine Clerc dans une grande enquête sur l'école pour Le Figaro. Des articles qui donnent la chair de poule, traçant le portrait d'établissements livrés à des hordes barbares et sauvageonnes et à des enseignants doctrinaires. Car, pour C. Clerc, l'école traumatise les bons élèves et tente de niveler par le bas, aidée en cela par les dispositifs transversaux : " Voilà comment s'est constituée une véritable école de l'apartheid. Et comment les professeurs sont devenus schizophrènes. Beaucoup d'entre eux prennent conscience que le seul moyen de relever le niveau serait de "revenir aux fondamentaux" au lieu de se perdre en "itinéraires de découverte" censés éveiller la créativité des enfants. "On a passé des semaines, raconte Madeleine P., professeur de lettres à Brive, sur le thème du pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle. Ça a fait plaisir aux profs. Mais les enfants ? On prétend apporter ainsi aux plus défavorisés une culture qui ne leur est pas transmise à la maison. C'est une idée simple mais bête : car ces "itinéraires" viennent à la place des enseignements de base, sans lesquels les enfants ne peuvent avoir accès à rien". Conservatisme pédagogique et social se rejoignent dans ces articles. Et si on parlait des établissements qui arrivent à dépasser le double handicap des difficultés sociales et d'intégration ? Comment font-ils ? Le dossier du Café sur la violence scolaire montre que l'école peut aussi changer la donne.
http://www.lefigaro.fr/france/20030509.F IG0162.html
http://www.lefigaro.fr/france/20030519.F IG0123.html
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/ violence/

- Vie professionnelle    [ Haut ]

Les programmes des concours
Le B.O. spécial du 22 mai publie les programmes de l'agrégation interne et externe, du CAPES (interne et externe) et du CAPET dans les différentes disciplines pour la session 2004.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/spe cial3/default.htm

IntelliMetric, le logiciel qui corrige les copies
Basé sur un moteur d'intelligence artificielle, IntelliMetric Sholar est un outil d'évaluation des copies qui commence une carrière sans doute prometteuse outre-Atlantique. Car, ne rêvez-pas, IntelliMetric ne traite pour le moment que des devoirs en anglais. Mais il arrive à les corriger avec un taux d'exactitude dans l'évaluation que son éditeur situe "au-dessus de 90%". C'est dire qu'IntelliMetric ne remplace peut-être pas totalement le bon vieux correcteur. Cependant la démonstration en ligne montre une analyse assez poussée des travaux d'élèves. IntelliMetric pourrait apporter une aide sérieuse à l'évaluation et au retour vers les élèves (voir à l'auto-évaluation).
http://www.intellimetric.com/
http://www.intellimetric.com/demosite/de mo.scriptedessay.html

Un projet français primé aux Etats-Unis !
Lancé en 1999, le projet de "classe collaborative" du lycée de Paul Héroult, à Saint Jean de Maurienne, fait travailler ensemble et rencontrer des lycéens français et des étudiants de la Penn State University et de l'University of South Carolina. "L'American Council on Education" vient de reconnaître la valeur pédagogique exceptionnelle de cette expérience en lui décernant le grand prix ACE & ATT, une des plus éclatantes distinctions américaines puisqu'y concourent toutes les universités américaines. Ce prix récompense les utilisations innovantes des TICE dans l'internationalisation de l'enseignement.
Le Café avait présenté cette expérience en juin 2001 dans son numéro 5. Nous avions été frappés par la qualité pédagogique de la démarche et la dimension humaine de son initiateur. Interrogé sur cette réussite, Jean-François Cerles rappelle que "le programme collaboratif a été récompensé parce qu'il a fait ses preuves. Chaque année depuis 1999, des étudiants américains sont venus étudier chez nous en Savoie et nos élèves sont allés étudier en Pennsylvanie et Caroline du Sud. Ces visites, qui parachèvent et valident le travail de toute une année scolaire de terminale ont bien sûr abouti dans tous les cas à une remise en question des stéréotypes et idées reçues, et ont fortement contribué à une meilleure compréhension de la culture de l'autre. Par les temps qui courent, ce n'est pas un luxe".
http://www.ac-grenoble.fr/heroult/langue s/report2001_idx.htm
http://www.acenet.edu/news/press_release /2003/05may/ATT.html
http://www.cafepedagogique.net/pedago/pr atiques/archives/2001/index_5_01.php3

La sécu en déficit
La Commission des comptes de la sécurité sociale l'annonce : la sécurité sociale connaîtra un lourd déficit de 8 milliards d'euros cette année. Cette situation résulte d'une croissance plus rapide des dépenses que des recettes. En 4 ans elles ont connu une hausse de 26%. Pour réduire le déficit il faudra soit freiner les dépenses soit augmenter les recettes. Une nouvelle occasion de conflit en perspective.
http://www.social.gouv.fr/htm/dossiers/c css/a-03/ccss0305/sommaire.htm

- Vie scolaire    [ Haut ]

Piloter un établissement
"Entre le manque à être du pouvoir pour faire exister un idéal à travers une organisation pensée, négociée et les représentants syndicaux qui n'analysent la situation qu'à travers les conditions de travail et dont le corporatisme tient souvent lieu de civisme, l'EPLE est une zone de compromis où ce qui s'oppose à d'autres niveaux tend à se rapprocher. Ce qui s'exprime en termes d'appartenance idéologique ou de parti pris politique sur le sens de l'école aux autres niveaux doit se confronter au " faire " dans l'établissement où l'on ne peut se contenter de se réfugier dans un " jeu de rôles "". .J. Fouque, nouveau président d'Education et Devenir, ne mâche pas ses mots. C'est que l'établissement lui semble être le lieu dans lequel se joue l'avenir du système éducatif. Dans un texte dense, il montre comment animer et piloter un EPLE de façon à en faire évoluer les pratiques. Parmi les leviers : l'entretien individuel de progrès et les conseils de classe.
http://education.devenir.free.fr/piloneg o.htm

L'humiliation au quotidien
L'humiliation au quotidien c'est ce que vivent les millions d'élèves confrontés à la saleté des toilettes des établissements scolaires. Il est rare qu'un pédagogue daigne se pencher sur ce sujet. Philippe Meirieu le fait dans le dernier numéro de Liaisons laïques, le bulletin parisien de la FCPE. Il soulève ainsi un véritable tabou. "Abandon, saleté, portes fracturées, absence de papier hygiènique.. On ne dit pas assez à quel point cette impossibilité totale de trouver l'intimité nécessaire et l'environnement accueillant entraine (les écoliers) vers une sorte de déni complet de ces réalités physiques... Que ce qui est vraiment inconvenant c'est de réserver les toilettes propres et entretenues aux seuls adultes.. On ne dit pas que c'est cette attitude qui condamne les enfants à l'obscénité"... Nous exaltons dans nos institutions l'intelligence spéculative, tandis que nous les contraignons à s'humilier au quotidien. "
http://www.fcpe75.org

Des seuils fixés pour le bruit des écoles
Est-ce un effet du temps ? Un arrêté publié au J.O. du 28 mai fixe les seuils de tolérance du bruit émanant des établissements d'éducation. Il diffère bien sur en fonction de la nature des locaux.
http://www.admi.net/jo/20030528/DEVP0320 066A.html

Le ministère recrute les assistants d'éducation
Le site ministériel lance une campagne de recrutement des nouveaux assistants d'éducation. Ils sont appelés à remplacer partiellement les actuels aides-éducateurs et surveillants. Le site ministériel donne les indications pratiques pour faire acte de candidature.
http://www.education.gouv.fr/personnel/a ssistant_education.htm

Un appel pour le foulard
"Ce foulard recouvre des réalités diverses, et nous avons des appréciations diverses, voire divergentes, de sa signification ; mais nous sommes tous d'accord pour estimer que, dans tous les cas (que le foulard soit imposé aux jeunes filles ou qu'il résulte d'un choix), l'exclusion est la pire des solutions. Nous ne sommes pas des "partisans du voile " ; nous sommes simplement partisans d'une école laïque qui ouvre à l'émancipation de tous, et non à l'exclusion... Dans tous les cas, c'est en l'accueillant à l'école laïque qu'on peut l'aider à s'émanciper, en lui donnant les moyens de son autonomie, et c'est en la renvoyant qu'on la condamne à l'oppression". Cet appel intervient après une déclaration du président de la République souhaitant une loi sur la laïcité. Il est signé par une centaine d'intellectuels et de militants, parmi lesquels Etienne Balibar, Christian Baudelot, Stéphane Beaud, Monique Chemillier-Gendreau, Jean-Luc Einaudi, Philippe Frémeaux, Laurent Mucchielli, Gérard Noiriel, Alain Touraine, Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 4--321187-,00.html
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=111734

Et contre le foulard
" Les partisans du port du foulard oublient que celui-ci est moins le signe d'une appartenance religieuse que le symbole d'un rejet de l'altérité qui va à l'encontre du principe de mixité et d'égalité propre à l'école républicaine... Le fameux hidjab auquel tiennent tant les signataires de l'Appel du 20 mai porte en lui la trace d'une emprise corporelle qui a de fortes chances d'enfermer les élèves musulmanes dans un redoutable clivage identitaire. Studieuses à l'école, tout en étant silencieusement reliées par leur voile à un dieu intérieur fanatisé, qui entrave leur liberté de jugement, elles risquent de demeurer étrangères au contenu principiel du savoir qu'on leur enseigne et de n'en retenir que les aspects utilitaires ou techniques : quelque chose comme une science sans conscience". Elisabeth Roudinesco, psychanalyste, dans Libération du 27 mai, fonde ainsi le refus du foulard à l'école.
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=113573

Bavure au centre éducatif fermé
C'est une nouvelle bavure pour les "centres éducatifs fermés", un dispositif mis en place avec détermination par le garde des sceaux pour redresser les adolescents délinquants. Selon Le Monde du 26 mai, le directeur d'un des premiers centres, ouvert depuis deux mois seulement, celui de Lusigny, est inculpé de viol. Même si la victime n'est pas une adolescente, cette affaire jette un sérieux discrédit sur les qualités éducatives du personnel de ce centre. D'autant qu'il exigeait des pensionnaires qu'elles fournissent avant admission leurs mensurations. Curieux directeur, étrange règlement, singulière pédagogie pour un service public.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,322 6--321569-,00.html

- Primaire    [ Haut ]

Des instits en crise d'identité
En pleine grève, c'est dans le centre-ouest que Libération est allé interroger des professeurs des écoles sur leur métier. Le journaliste expose un malaise qui va bien au-delà des revendications actuelles, une véritable crise d'identité de ces enseignants, tous grévistes. Ainsi, pour une instit trentenaire, "l'école n'est plus cette machine miraculeuse à intégrer ou promouvoir... Nos aînés se sentaient quelqu'un, un côté sacerdoce. Moi, professionnellement, je ne me sens personne : fonctionnaire". Un collègue, en zone rurale, a demandé un poste en ZEP "Ces postes-là restent les seuls où on continue à avoir une image de saint.".
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=112045

Un livret par compétence
L'académie de Paris publie un livret scolaire qui permet de rendre compte de l'acquisition de compétences précises, d'améliorer le suivi des élèves et la communication avec les familles. Le livret est simple et accompagné d'un guide d'utilisation et d'un diaporama. Un outil efficace qui permet d'améliorer ses pratiques. A voir !
http://livretscolaire.scola.ac-paris.fr

Le fossé numérique traverse l'école primaire
Au moment où le ministre promet un effort financier pour équiper les écoles primaires, une étude ministérielle rend compte de leur sous-équipement. En effet, seulement un tiers des écoles disposent de plus de 4 ordinateurs et une sur 10 n'en a encore aucun. A l'autre extrémité, une école sur 10 dispose de plus de 10 ordinateurs. Pourtant 88% des directeurs ont une connaissance de base de l'ordinateur et 64% d'Internet. Déjà une école sur deux utilise Internet pour les échanges administratifs. Un domaine où l'électron est en train de chasser la plume.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0333.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/readstep.ht ml

- Collège    [ Haut ]

L'école ouverte réconcilie
Créé en 1991, le dispositif "Ecole ouverte" accueille des écoliers, collégiens et lycéens des ZEP dans les établissements scolaires pendant les vacances scolaires et, durant l'année, les mercredis et samedis. Eduscol publie une étude qui évalue ce dispositif qui accueille plus de 76.000 jeunes et continue sa croissance. Il "modifie les relations entre les jeunes et les adultes et contribue à la lutte contre la violence en instaurant ou en consolidant dans l'établissement scolaire un climat de confiance".
http://www.eduscol.education.fr/D0116/vb ilan.htm

- Lycée    [ Haut ]

Bac avec mention "section européenne"
Le J.O. du 24 mai publie deux arrêtés instituant la mention "section européenne" et "section de langue orientale" aux bacs. Ces mentions seront appliquées à partir de la session 2004.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENE0301050A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENS0301008A

Nouveaux thèmes pour les TPE
Le B.O. du 22 mai publie la liste des nouveaux thèmes des TPE pour 2004 et 2005. Sont supprimés le thème commun de l'ordre et du désordre et, en S "sciences et aliments", en ES "les élites" et en L "héritage et invention". Le nouveau thème commun aux 3 sections est "hériter, innover". Dans les séries, les nouveaux thèmes sont "l'insolite" en L, "exclusion / intégration en ES et "formes et structures" en S.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/21/ MENE0301080N.htm

Lettres anciennes : Epreuves du bac
Une note de service définit les épreuves de latin et de grec au bac général à compter de la session 2004. Elle se compose de 2 épreuves : un écrit de 3 heures , coeff 4, version et commentaire de texte , une épreuve orale de contrôle du second groupe de 15 minutes.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/21/ MENE0301081N.htm

Rénovation de la série STT
"Tous les plus beaux programmes du monde ne sont rien sans les professeurs pour les faire vivre". Jacques Saraf, doyen du groupe économie-gestion de l'Inspection générale, expose ls ambitions de la réforme des STT sur le site national. La réforme est ambitieuse mais " la forte élévation des niveaux de qualifications dans tous les métiers du tertiaire nous impose d'y préparer nos élèves et nous savons qu'ils sont capables de suivre cette évolution". Cette dernière phrase répond aux interrogations d'enseignants qui se demandent si le public de la série STT ne va pas changer (comprendre : s'embourgeoiser ) à l'occasion de cette réforme qui vise à mieux armer les élèves pour une poursuite d'études dans le supérieur court et long. Elle hausse significativement le niveau requis dans l'utilisation des TICE et introduit la pédagogie de projet. Il est également envisagé d'installer les TPE et l'ECJS en classe de première.
http://www.educnet.education.fr/ecogest/ enseignements/renov/renovsttjs.htm

Internet et la réforme des STT
Quand on est très jeune on fête les "demi". La liste de discussion Ecogestion n'échappe pas à la règle en fêtant 4 ans et demi de services appréciables rendus à l'enseignement technique. A coté de l'anniversaire, le débat y est lancé sur la réforme des séries STT. Ainsi, le 26 mai, une collègue favorable à la réforme, en prévoit les effets sociaux. "Si le niveau augmente, il faudra que celui de nos élèves suive. Dans ce cas, l'orientation en EG (future appellation des STT) devra être un vrai projet, avec des résultats satisfaisants en seconde et non une orientation par défaut comme c'est le cas actuellement pour bon nombre d'élèves. Or, le système scolaire se doit d'offrir une orientation à tous. Que vont devenir ces élèves fragiles, ni trop faibles pour suivre un enseignement professionnel ni assez forts pour suivre une voie générale ?". Une évolution qui rappelle celle des IUT et demain, peut-être, celle des BTS commerciaux.
http://listes.educnet.education.fr/wws/i nfo/ecogestactu

Le chômage pointe à la porte du lycée
Selon une enquête ministérielle, le taux de chômage des jeunes qui quittent le lycée est en hausse de 3%. Un jeune sur cinq qui quitte le lycée ne trouve pas d'emploi 7 mois après son départ. Les moins diplômés sont les plus touchés.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0330.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/readstep.ht ml

- Enseignement professionnel    [ Haut ]

Sujets d'examens en professionnel
Retrouvez tous les sujets d'examen de l'enseignement professionnel, du CAP au BTS , sur le site académique de Montpellier.
http://www.ac-montpellier.fr/ressources/ examens/consultation/

La Lettre de Besançon
Automatisme, électronique, bois, commerce, hôtellerie, mécanique, productique, biochimie : la Lettre de l'enseignement technologique et professionnel du CRDP de Besançon présente 38 sites éducatifs.
http://crdp.ac-besancon.fr/crts/lettretp 1.htm

Deux nouveaux bacs pros
Deux arrêtés paraissent au J.O. du 29 mai. Ils créent le bac professionnel spécialité production graphique et le bac professionnel production imprimée. Ils fixent les modalités de préparation et de délivrance du diplôme. La première session de ces examens aura lieu en 2005.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENE0301074A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENE0301075A

[ Haut ]

Archives de la rubrique Informations Professionnelles :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique Informations Professionnelles dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable