Informations Professionnelles (Caf N 38)

- François Jarraud -

- A la Une : C'est la rentrée    [ Haut ]

Dossier "Rentrée"
Quand on débute, que dire le premier jour ? Quand on a plus d'expérience, comment vivre sa " prise de fonctions " ? Mais aussi quels nouveaux textes s'appliquent à la rentrée ? Quelles évolutions, quels débats sont en cours dans ma discipline ? L'équipe du Café met en ligne le jour de la rentrée un dossier spécial pour aider les débutants et les autres à passer le cap.
http://www.cafepedagogique.net/do ssiers/rentree2003

Hourtin
Du 25 au 29 août, le Café a participé à la 24ème Université d'été de la communication à Hourtin. Chaque jour, nous avons publié un reportage sur cette manifestation : rencontres avec des enseignants ou des communautés éducatives, comptes-rendus de conférences, communiqués. A voir particulièrement pour faire le point sur les projets d'Environnement numérique de travail et d'Espace numérique des savoirs, la place des collectivités locales dans le système éducatif, les rapports entre médias et école. Des questions qui feront l'actualité de l'année.
http://www.cafepedagogique.net/di vers/hourtin2003

- Le système scolaire    [ Haut ]

PISA révèle les inégalités nationales des systèmes éducatifs
L'Unesco a publié le 1er juillet de nouveaux résultats de l'étude internationale PISA menée conjointement par l'Unesco et l'OCDE dans 32 pays. Elle permet de mesurer l'efficacité des systèmes éducatifs pour les jeunes âgés de 15 ans. En tête de classement se trouvent certains pays asiatiques (Japon, Corée du sud, Chine) ainsi que des états de peuplement européen (Finlande, Irlande, Australie, Royaume-Uni, Suède). La France se place en position moyenne. Elle établit que "dépenser plus par élève tend à donner de meilleures performances mais ne le garantit pas". Ainsi les Etats-Unis et la France dépensent nettement plus que la Corée pour chaque élève tout en ayant des résultats inférieurs. L'origine sociale joue également un rôle important dans les résultats des élèves mais certains pays ont réussi à développer des systèmes très égalitaires (Canada, Chine, Japon). Les écarts les plus forts se trouvent en Amérique latine. Plus profond semble le fossé entre les sexes : les filles sont partout meilleure en lecture et les garçons en maths.
http://www1.oecd.org/publications /e-book/9603071E.PDF

En attendant la réforme
C'est un constat unanime que font Le Monde et Libération ce 16 juin : la réforme de l'école devient urgente sous peine d'explosion. Mais est-elle possible ? Pour Luc Bronner, dans Le Monde, l'essentiel "réside dans la clarification des missions de l'éducation nationale, donc de celle des enseignants. Jusqu'où doit-aller l'enseignement obligatoire ? Quelle est la culture commune" minimale que l'école s'engage à transmettre ? Comment diversifier les parcours ? Doit-on maintenir l'objectif des 80 % d'une classe d'âge à mener au niveau du baccalauréat ?"
Pour Emmanuel Davidenkoff, dans Libération, les conditions d'un débat sur l'école ne sont pas réunies. "Cela ne tient pas au caractère hystérique des anathèmes échangés ces dernières semaines, mais bien plus au formidable mensonge sur lequel (sur)vit notre système éducatif depuis les années 60 : structurellement, l'école ne veut pas de tous les élèves, contrairement à la légende ânonnée depuis quarante ans". Il dénonce la double rupture instituée lors de la mise en place du collège unique : la volonté de démocratiser le système éducatif s'est heurtée au refus d'adapter la pédagogie et le métier d'enseignant en collège en le "primarisant". Au contraire on a fait des collèges des petits lycées ce qui a mis en place l'échec scolaire. "Si le mode de recrutement et les méthodes d'enseignement des professeurs de ce qui allait devenir le "collège unique" n'avaient pas été calqués sur ceux du lycée, la suite de l'histoire eût été différente. Le Snes prit alors la responsabilité historique de défendre un collège pour tous calé sur le modèle du lycée ; tout ramène à cette erreur originelle. Parachevant un mouvement engagé depuis le XIXe siècle, l'Etat exonère alors les enseignants du second degré de tout un pan de leurs missions, pour ne garder que l'essence du métier : l'enseignement, stricto sensu". Mais pour E. Davidenkoff, "aucun gouvernement ne semble prêt à s'attaquer à la question névralgique de la nature des connaissances que l'on transmet et à ses modes de transmission". Seul un référendum peut faire évoluer le système éducatif. Une analyse qui est proche de celle du Collectif pour le collège unique sur la réforme nécessaire du système mais qui oublie son existence. Ces forces qui existent en son sein pour sa mutation pèsent-elles si peu ?
http://www.lemonde.fr/article/0,5 987,3232--324034-,00.html
http://www.liberation.fr/page.php ?Article=117989
http://www.cafepedagogique.net/di vers/collectif/

2003-2004, l'année du débat sur l'éducation
"Sur des problèmes aussi fondamentaux, dans la démocratie à laquelle nous tenons tous, c'est au peuple et à ses représentants que doit revenir le dernier mot. Il s'agira, 15 ans après la loi d'orientation de 1989, de fixer par un nouveau texte législatif le projet éducatif que se donne notre Nation pour les prochaines décennies". Réuni le 28 juillet en comité interministériel, le gouvernement a annoncé son projet de nouvelle loi d'orientation sur l'école. Le gouvernement lancera un débat national dès la rentrée. Une commission nationale sera mise en place dès septembre et, durant le premier trimestre, des réunions auront lieu dans les établissements pour élaborer un "état de l'école". Le débat sortira également de l'école avec des réunions publiques. C'est ensuite le parlement qui débattra durant le second semestre 2004. Le gouvernement entend donc ne pas réserver la question de l'école aux seuls enseignants. Ceux-ci ont déjà entamé la réflexion avec le débat sur le collège.
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=2003729921
http://www.premier-ministre.gouv. fr/fr/p.cfm?ref=40270
http://www.cafepedagogique.net/di vers/collectif/

Le médiateur, éveilleur de l'éducation nationale
Respect. C'est sans doute le maître mot de Jacky Simon, médiateur de l'éducation nationale. Il rendait lundi 23 juin son rapport annuel. 2002 a vu une certaine stabilité des affaires traitées par le médiateur national ou ses collègues académiques avec 4790 demandes. 41% viennent des "usagers" de l'éducation nationale, un chiffre en progression qui montre que les médiateurs sont davantage connus et que leur travail est reconnu. Cette année, ils ont eu à intervenir particulièrement en faveur de la scolarisation des enfants handicapés, et, pour les enseignants, dans des affaires de harcèlement moral. Aussi le médiateur a-t-il pris courageusement le taureau par les cornes. Il s'attaque à la rédaction d'un code de déontologie. Un projet sans doute nécessaire, soutenu par une partie des enseignants, mais qui pourrait rencontrer des résistances. A suivre...
http://www.education.gouv.fr/syst /mediateur/rapport2002.htm

Les TICE et la rentrée
En marge du comité ministériel du 28 juillet, le gouvernement a précisé les grands axes de la rentrée. Au primaire, l'effort principal concernera la lutte contre l'illettrisme en cours préparatoire. Au collège, le ministre souhaite développer l'enseignement en alternance : un quart des collèges proposeront des formations en lien avec l'enseignement professionnel. Les TICE restent une priorité avec le développement de services à destination des enseignants et le rappel du caractère obligatoire du B2i.
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=2003729921

La presse française en accès libre
Xavier Darcos inaugurera lundi la 24ème université d'Hourtin. A cette occasion, il signera un accord de partenariat avec le syndicat de la presse parisienne et son homologue de la presse régionale. Il permettra à 500 établissemnts d'accéder gratuitement par Internet aux contenus de la presse française. Un nouveau pas dans la mise en place de l'Espace numérique des savoirs.
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=20038221010

Une commission sur la laïcité
Le gouvernement crée une commission chargée de réfléchir à la question de la laïcité dans l'éducation. Elle sera présidée par B. Stasi et comportera des intellectuels tels Régis Debray, Gilles Kepel, René Rémond, Alain Touraine ou Patrick Weil. Un membre de la commission, Jean Baubérot, écrit dans Libération : " D'autres pays sont en train d'inventer des formes nouvelles de laïcité (1), allons-nous nous enfermer dans un national-universalisme où nous croirions être universels à nous tout seuls, ou dans une exacerbation de nos spécificités, au lieu d'être dynamiques et attractifs dans le nécessaire dialogue entre peuples et nations ?".
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_030701141617.atujn07z.html
http://www.liberation.fr/page.php ?Article=122488

Les établissements innovants appellent
"L'innovation à caractère coopératif au sein du système éducatif apparaît plus que jamais nécessaire mais, il semble que, depuis les dernières élections législatives, elle ait été reléguée". Une trentaine d'établissements scolaires innovants, existants ou en projet, parmi lesquels le LAP de Paris, les lycées de Saint-Nazaire et d'Hérouville, demandent des moyens mais aussi une "liaison effective entre tous les niveaux de la hiérarchie scolaire et les collectivités territoriales concernées", avec pour enjeu le développement de nombreux projets en cours.
http://ecolesdifferentes.free.fr/ APPELCOOP.html

La réforme de l'école démontrée par l'OCDE
L'OCDE a déjà publié plusieurs études sur "l'école de demain" où l'organisation envisageait plusieurs scénarios d'évolution pour les systèmes éducatifs. Le nouvel ouvrage de l'OCDE, "L'école de demain. Réseaux d'innovation. Vers de nouveaux modèles de gestion des écoles et des systèmes" s'attache à montrer le rôle des réseaux et de l'innovation dans leur évolution. Il intervient au moment où, en France, l'école traverse une crise sérieuse et où toute réforme semble impossible.
L'ouvrage appelle à délaisser le modèle scolaire traditionnel pour un nouveau modèle "post-industriel, flexible et professionnalisé". Pour cela le premier effort doit porter sur la gouvernance du système éducatif et plus particulièrement sur celle des établissements scolaires. C'est là qu'interviennent les réseaux. Ils permettent d'ouvrir l'école sur la société environnante, ce qui aide à son évolution, "les réseaux intègrent les établissements d'enseignement aux sociétés qu'ils servent", et peuvent être des lieux de partage du savoir voir de construction d'une volonté collective. L'ouvrage donne des exemples et on voit bien en France, sur Internet, la constitution de communautés éducatives délocalisées, qui sont autant de lieux de partage de connaissance et de réflexion (cf. par exemple l'étude du PNER http://www.pner.org ). L'état doit encourager ces réseaux. Il doit aussi faire évoluer la gestion du système en engageant l'autonomie des établissements. Pour les auteurs, celle-ci n'est pas contradictoire avec un pilotage du système "les établissements ne peuvent jouir d'une grande autonomie que s'ils sont dotés d'un encadrement solide". Aujourd'hui on aurait pas de mal à trouver des exemples de systèmes éducatifs très centralisés et pourtant fort peu pilotés...
L'autonomie suppose une nouvelle direction des établissements. Non plus une direction reposant sur une soumission hiérarchique, mais une direction partageant ses décisions et capable d'impulsion. Pour l'OCDE, le bon chef d'établissement pratique le soutien individuel des enseignants, crée une atmosphère de confiance et de respect (particulièrement respect des élèves), oeuvre au consensus et incite à la réflexion et la formation. Tout cela serait voeux pieux, si l'ouvrage ne s'appuyait sur des études et des réalisations, par exemple le projet IQEA ou les écoles de la fondation Bertelsmann en Allemagne. Et ce n'est pas le moindre des intérêts de ce livre que de nous présenter des exemples réels de réformes, au Portugal (avec la réforme des programmes du primaire et le projet "Bonne Espérance"), en Hongrie, en Angleterre et aux Pays-Bas. Oui il est possible de réformer l'éducation. Certains pays l'ont fait.
http://www.cafepedagogique.net/di sci/archives.php3?numero=10&discipline=ac tu
http://www.cafepedagogique.net/di sci/archives.php3?numero=3&discipline=act u
http://www1.oecd.org/publications /e-book/9603042E.PDF

- Vie professionnelle    [ Haut ]

Retenues pour fait de grève
Comment vont être calculées les retenues correspondant aux grèves du printemps dernier ? Le Journal Officiel du 5 août publie une circulaire qui rappelle aux comptables publics, et sans doute aux enseignants, les textes existants. Première règle, celle du trentième qui veut qu'on opère une retenue d'un trentième même pour un arrêt de travail ne couvrant qu'une partie de la journée. Si vous faites grève une heure, c'est la journée qui est retirée du salaire. Seconde règle, celle de la période : " le décompte des retenues à opérer sur le traitement mensuel d'un agent public s'élève à autant de trentièmes qu'il y a de journées comprises du premier jour inclus au dernier jour inclus où cette absence de service fait a été constatée, même si, durant certaines de ces journées, cet agent n'avait, pour quelque cause que ce soit, aucun service à accomplir". La retenue porte donc également sur les jours fériés, les week-ends ou les congés s'ils sont inscrits entre deux journées où l'on a fait grève. Vous faites grève un vendredi et un lundi, c'est 4 jours qui sont prélevés. La retenue est calculée sur l'ensemble de la rémunération, primes incluses à l'exception des prestations sociales (indemnité de logement, prestations familiales par exemple). Elle ne peut excéder le vingtième du revenu s'il est inférieur à 3060 EUR, le dixième entre 3060 et 6030 EUR, le cinquième de 6030 à 9040 EUR. Enfin, la circulaire précise que " la retenue n'a pas à être précédée de la communication du dossier, du respect des droits de la défense ou d'un avertissement".
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=FPPA0300123C

Les prélèvements pour grève arrivent
Ca risque de peser sur la rentrée. D'après Libération du 23 août, les premiers prélèvements pour grève seraient effectués sur la paye d'août. Lors de la rencontre avec les syndicats, le 21 aoùt, le premier ministre a maintenu sa décision d'appliquer les textes en vigueur. C'est sur d'autres points qu'il ouvre des négociations : " Je suis donc prêt, sur les sujets importants tels que le rachat des années d'études ou l'attractivité du métier, à poursuivre et à ouvrir des groupes de discussion avec les organisations syndicales ; je suis prêt, non à la cogestion, mais au dialogue positif, à la négociation, à l'accord ".
http://www.liberation.fr/page.php ?Article=132108
http://www.premier-ministre.gouv. fr/fr/p.cfm?ref=40398

Nouveaux programmes des concours
Le B.O. du 17 juillet publie les programmes des concours externes de l'agrégation de lettres modernes; maths, SES, hébreu et néerlandais. Paraissent également ceux de l'agrégation interne de maths, SES, physique, EPS, économie et gestion et musique. Le même numéro diffuse les programmes du capes externe de créole et d'espagnol ainsi que des capes internes de SVT, SES, physique et chimie. Sont également publiés les programmes du CAPLP de Lettres histoire et maths - sciences physiques. Le B.O. du 24 juillet publie les programmes des épreuves de l'agrégation externe d'arabe, portugais, russe et physique, ainsi que celui du capes de chinois. On notera l'apparition de sites Internet dans la bibliographie. Le programme du Capeps est reconduit en 2004. Au J.O. du 29 juillet, un arrêté modifie l'organisation des épreuves de l'agrégation de musique et de physique.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/encart.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/30/MENP0301524X.htm
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENP0301422A

L'usure des profs dans le secondaire
Qu'est ce qui motive les profs ? Que craignent-ils ? Quelles sont leurs attentes ? Une étude ministérielle nous permet d'en savoir plus, ou de vérifier nos hypothèses. Pour la majorité des profs, leur principale motivation reste le plaisir de transmettre des connaissances. Elle vient devant le contact avec les élèves. Pourtant ils déplorent le niveau et le manque d'investissement des élèves. L'indiscipline dans la classe vient au 3ème rang des difficultés professionnelles (hors ZEP un quart des enseignants la rencontrent parfois, 41% en ZEP). Mais le principal apport de cette étude est de mettre en évidence le sentiment d'usure des profs. Après 20 ans de métier, il n'y a plus que 10% des profs à trouver leur métier de plus en plus satisfaisant alors que la moitié se déclarent de moins en moins satisfaits et que deux enseignants sur trois jugent le métier de plus en plus difficile. Principal remède envisagé par les enseignants : la réduction du nombre d'élèves par classe.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0337.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/read step.html

L'âge, point commun des enseignants
Où en est le vieillissement du corps enseignant ? Une étude ministérielle en dresse la pyramide des âges. L'âge moyen des enseignants est de 41,5 ans. Pour tous les corps, la pyramide des âges montre un sommet chez les quinquagénaires. Les corps les plus concernés sont également ceux où la proportion de femmes est la plus faible : les agrégés et les PLP. Surtout le vieillissement varie assez fortement d'une région à l'autre : une "ceinture du vieillissement" s'est constituée de Brest à Nice.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0338.pdf

D.E.I. France dénonce les violences à l'école
" Quelles que soient les difficultés actuelles du métier d'enseignant, et même s'il ne s'agit à l'évidence que de cas relativement isolés, rien ne peut justifier que des enfants aient à subir encore aujourd'hui des maltraitances physiques et psychologiques graves au sein de l'école et dans leurs classes". S'appuyant sur certains cas récents, l'association Défense des enfants international France dénonce la montée des maltraitances à l'école et la loi du silence qui reste trop souvent de mise : soit les administations locales couvrent les faits, soit, versant dans l'excès inverse, signalent aux autorités judiciaires des comportements qui devraient ne relever que du disciplinaire". Pour DEI France, "il devient de plus en plus urgent que, comme pour les autres métiers du social, un code de déontologie soit enfin élaboré par et pour la fonction enseignante... L'immense majorité des enseignants qui font leur métier dans des conditions parfois très difficiles ne pourraient que s'en trouver confortés dans leur action éducative".
http://www.globenet.org/enfant

- Vie scolaire    [ Haut ]

La rentrée reste au 1er septembre
Encore une rumeur démentie. Le calendrier scolaire des années 2004-2005 à 2006-2007 est paru au J.O. du 24 juillet. La rentrée des congés d'été reste fixée au 1er septembre.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301509A
http://www.education.gouv.fr/prat /cal.htm

Tous les textes sur les assistants d'éducation
Le ministère publie au B.O. du 19 juin un encart regroupant les textes nécessaires à l'embauche des assistants d'éducation. A noter la circulaire du 11 juin qui précise les fonctions des assistants et leurs conditions d'emploi. Ils seront recrutés par les établissements (EPLE) et, dans le primaire, par l'intermédiaire d'un "collège support". Une autre circulaire précise la gestion des crédits pour leur emploi.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/25/encart.htm

4000 assistants d'éducation supplémentaires à la rentrée
D'après une dépêche AFP du 24 juillet, c'est finalement 20.000 postes d'assistants d'éducation qui seront créés à la rentrée. Ils remplaceront les 20.000 aides-éducateurs qui arrivent en fin de contrat. Un effort qu'appuie la déclaration du premier ministre promettant un effort budgétaire supplémentaire en 2004 pour l'éducation : "nous avons compris le mal-être des enseignants, nous sommes attentifs aux difficultés de cette formidable organisation nationale qui est cette éducation à laquelle toutes les Françaises et les Français sont attachés. Nous ferons (..) un certain nombre d'efforts pour qu'on puisse affirmer encore davantage cette priorité nationale".
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_030724212225.s4u4ad2x.html
http://www.premier-ministre.gouv. fr/fr/p.cfm?ref=40253

Inscription des élèves
Un arrêté paru au J.O. du 6 août, supprime la fiche d'état civil des documents à fournir pour l'inscription des élèves. Par contre il établit, pour pouvoir appliquer la carte scolaire et combler un vide juridique, qu'un justificatif de domicile peut être exigé.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301183D

GEP migrera sous Windows
Educnet rend compte d'une information de l'AEF selon laquelle le logiciel GEP migrera sous Windows en 2005. GEP est utilisé dans le secondaire pour la gestion des élèves et des enseignants.
http://www.educnet.education.fr/a ef/articles/html/aef-35532.htm

L'accès des handicapés aux examens
Le B.O. du 3 juillet publie une circulaire décrivant les dispositifs obligatoires pour faciliter l'accès des handicapés aux examens, aussi bien pour leur motricité que pour la réalisation des épreuves.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/27/MENE0301373C.htm

Un guide pour l'examen
Il nous vient de Genève, où il a été conçu pour les étudiants. Mais, tel quel, il est à faire lire aux jeunes qui vont se présenter au bac : travaillez toute l'année, mais aussi apprenez à dormir, à vous détendre, arrivez à l'heure le jour J, n'oubliez ni nourriture ni mascotte, etc. Une série de conseils simples, efficaces, que certains connaissent mais qui manquent souvent aux jeunes des milieux défavorisés. Cette éducation là entre aussi dans les "nouvelles compétences" des profs.
http://www.unige.ch/presse/archiv es/unes/2003/pdf/fute.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/read step.html

Mouvement de recteurs
Le Journal Officiel du 25 juillet fait connaître de nouveaux déplacements de recteurs. Ainsi M. Bernard Saint-Girons, précédemment recteur de l'académie de Nice, est nommé à Créteil. Il est remplacé par M. Jean-Marie Carbasse. Mme Claire Lovisi est nommée rectrice de l'académie de Dijon. M. Ali Bencheneb est nommé à Reims, M. Christian Merlin à la Réunion et M. Serge Guinchard en Guadeloupe.

- Primaire    [ Haut ]

Déclin des effectifs en 2002
Ils sont plus de 6 millions. Le ministère publie une étude sur les élèves du primaire en 2002. Cette année a vu le nombre des écoliers baisser de 0,1% malgré l'augmentation de la scolarisation dans le préélémentaire. L'étude montre également un effort d'intégration des élèves relevant de l'enseignement spécial dans des classes ordinaires.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0341.pdf

La décentralisation et la carte scolaire
"La préparation de la carte scolaire du premier degré est une compétence partagée entre l'État et les communes... L'importance de la concertation entre l'État et les collectivités territoriales est, de ce fait, une composante essentielle de l'élaboration de la carte scolaire... La présente circulaire décrit les étapes du processus d'élaboration de la carte scolaire, en mettant l'accent sur les procédures de concertation et en proposant un calendrier indicatif pour le déroulement des opérations". Une circulaire parue au B.O. du 10 juillet abroge le texte de 1986 et adapte l'élaboration de la carte scolaire dans le primaire à la décentralisation. Si l'association des maires de France est associée à la concertation sur l'élaboration de la carte, l'Etat reste maître des ouvertures et fermetures de classes.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/28/MENE0300766C.htm

Un guide d'équipement des écoles
Quels équipement informatiques acheter pour l'école ? Quel réseau choisir ? Où installer le matériel ? Quels usages privilégier ? Educnet met en ligne un guide à l'usage des professeurs des écoles pour les aider à maîtriser l'intégration des TIC dans leur école.
http://www.educnet.education.fr/p rimaire/guide.htm

Langues régionales
Les deux arrêtés concernant les langues régionales à l'école primaire, annoncés dans un précédent Expresso, sont publiés au B.O. hors-série du 19 juin. Il fixe précisément les programmes d'enseignement pour le basque, le breton, le catalan, la langue régionale d'Alsace et des pays Mosellans, la langue d'Oc et le Corse.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/hs2/default.htm

Evaluation 2003-2004
Le B.O. du 17 juillet présente le dispositif d'évaluation en CE2. Il rappelle l'obligation d'information des parents sur les résultats des élèves. De nouveaux outils seront disponibles sur le site "banqoutils" comprenant des suggestions d'activités couvrant tout le cycle 3.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/MENK0301454C.htm

La réforme du Capsais contestée
La réforme du Capsais, le certificat qui permet d'enseigner à des enfants handicapés, soulève des oppositions. Des formateurs de l'IUFM de Lyon, s'ils reconnaissent certains aspects positifs au projet, s'inquiètent de la réduction de la durée de la formation des maîtres. Pour eux, l'enseignement spécialisé a besoin d'enseignants disposant d'une formation plus solide. Leur pétition, soutenue par plusieurs syndicats, a déjà recueillie plus de 3000 signatures.
http://capsais.free.fr/

Nouveau temps scolaire à Paris
La Mairie de Paris vient d'annoncer qu'à partir de la rentrée 2003, les écoliers auront classe un samedi sur deux à Paris. La Mairie organisera des ateliers durant les samedis libres pour les parents qui le désireront. On se rappelle que le projet d'aménagement du temps scolaire à Paris avait soulevé une vague de protestation l'an dernier.
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_030626093714.av3owapy.html

Inversion de tendance dans les inscriptions
Alors que, depuis 10 ans, le nombre d'élèves déclinait dans le primaire, la rentrée 2003 verra une augmentation sensible des effectifs (+1%). Cette hausse résultera d'abord de la hausse des inscriptions à l'école maternelle (+2%). En élémentaire, les d'écoliers seront encore un peu moins nombreux en 2003 (-0,3%), la hausse ne devant arriver qu'en 2004. Ces évolutions démographiques s'accompagnent de forts écarts régionaux. La hausse est surtout sensible dans un croissant allant de la Bretagne à Rhône-Alpes.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0347.pdf

Les nouvelles recrues sont des femmes
Plus de 8 candidats admis aux concours de recrutement de professeurs des écoles en 2001 sont des femmes. C'est un des enseignements d'une étude ministérielle. 71% des candidats admis sont titulaires d'un diplôme de second cycle universitaire, particulièrement en lettres, langues vivantes ou histoire. Un candidat admis sur trois n'est pas passé par les IUFM, proportion qui atteint un sur deux à Créteil et dans les DOM.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0343.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/read step.html

Une lettre d'information pour Primlangues
Primlangues, le site national d'accompagnement pour l'enseignement des langues au primaire, se dote d'une lettre d'information électronique qui permet de suivre l'actualité du site. C'est que, dans un domaine où beaucoup reste à faire, Primlangues multiplie les documents pédagogiques et les initiatives. Ainsi de nouvelles ressources pour l'enseignement de l'italien sont en ligne, des informations, des projets pédagogiques , comme le dialogue inter-classes "Devinez qui nous sommes".
http://www.primlangues.education. fr

La FCPE Paris en campagne pour les maternelles
Pour la FCPE c'est près de 500 enfants de 3 ans qui ne trouveront pas place en maternelle cette année. La FCPE craint, que faute de place, les parents renoncent à scolariser leur enfant, alors que le tribunal administratif leur reconnaît ce droit.
http://www.fcpe75.org

Alerte ! Géronimo arrive !
Ce rongeur va envahir les cours de récréation dès septembre. Il vaut mieux vous y préparer. Son nom ? Géronimo Stilton. Avec 2,5 millions d'exemplaires vendus, les romans de cette sympathique souris ont envahi les librairies italiennes. Elle arrive en France à la rentrée chez Albin Michel avec des romans destinés aux 7-10 ans, un dessin animé et sans doute de nombreux produits dérivés. La souris serait porteuse de valeurs positives : solidarité, amitié, honnêteté.
http://www.albin-michel-jeunesse. com/
http://www.geronimostilton.it/

- Collège    [ Haut ]

Un brevet ordinaire
Après ceux du bac, les résultats du brevet donnent eux aussi l'image d'une année ordinaire : 78,3% de reçus, un chiffre en très léger recul par rapport à 2002 (78,6%).
Seule variation notable, la hausse de 10% des candidats de la série professionnelle qui reflète la relance des 3èmes technologiques voulue par le ministre. Une série qui pose problème : un taux de reussite particulièrement faible (68,6%) en recul pour la troisième année consécutive.
Le brevet est aussi marqué par des variations régionales importantes. Comme pour le bac et comme l'an dernier, Rennes obtient le plus fort taux de réussite avec 84,9% de reçus. Clermont-Ferrand a le taux métropolitain le plus faible avec 74,8%.
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=20037151747

Disparition de l'évaluation en 5ème
A peine née, l'évaluation nationale mise en place en 5ème est supprimée par une circulaire publiée au B.O. du 17 juillet. Les évaluations de CE et 6ème restent obligatoires et sont adaptées pour prendre en compte les acquisitions en langues au primaire.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/MENK0301454C.htm

- Lycée    [ Haut ]

Bac : Une année presque ordinaire

Finalement il ne s'est rien passé cette année au bac. En dehors de la gestion à Montpellier, aucune épreuve n'a du être refaite et les taux de réussite sont quasi stables. Le ministre les a présenté la presse ce matin. L'édition 2003 est dans la moyenne : 62,6% de jeunes de cette génération ont eu le bac, soit 80,1% des candidats, en très légère hausse de 1% par rapport à 2002. Des chiffres stables depuis le milieu des années 1990

Un tiers (33,8%) des jeunes de cette génération ont obtenu un bac général. Les taux de réussite s'établissent à 84,7% des candidats en série S, 83,6% en L et 81,3% en ES. Le bac S progresse de 4,5%, les bacs L et ES d'environ 2%.

Le bac technologique a un taux de succès inférieur à 76,7% avec une légère progression de la série STI (75,8%) et un léger recul des autres séries : en SMS 77,8% de reçus (-2,6%), en STT 76,3% (-0,7%)88% de reçus en F11 et hôtellerie.

Le bac professionnel ne compte que 75,9% de reçus, soit 1,3% de moins qu'en 2002, l'essentiel de la baisse touchant les bacs de services (75,4% de reçus, -2,2%).

Succès qualitatif et quantitatif des TPE

Cette année près de 85% des candidats ont présenté un TPE au bac, plus du double qu'en 2002, et généralement ils ont fait de bons travaux. Ce double plébiscite des lycéens explique en partie la légère hausse du taux de réussite aux bacs généraux. Les TPE ont souvent augmenté d'un point la moyenne des candidats. Interrogé par la presse, Luc Ferry a confirmé le maintien de cette épreuve au bac, quitte éventuellement à l'aménager pour en simplifier un peu l'évaluation. La hausse sensible des résultats du bac S provient en partie des TPE, en partie de la nouvelle épreuve pratique de physique-chimie mise en place cette année dans cette série. L'épreuve de maths, dont on appréhendait les effets, a obtenu les notes habituelles, sans écart sensible inaccoutumé d'une académie à l'autre.

Les STT sur la sellette

En dehors des STI et du bac pro agricole, cette année est encore marquée par un recul du taux de réussite dans les bacs technologiques et professionnels. Pour les ministres, la situation est préoccupante en STT. Pour eux, la série a perdu sa spécificité et hésite entre série générale et technologique. Ils annoncent un "repositionnement" de la filière. La grande difficulté sera de rehausser le niveau sans casser le fil avec les élèves qui traditionnellement optent pour cette série.

De forts écarts régionaux

En 2003 les écarts entre académies ne se réduisent pas. L'académie de Rennes reste en tête avec 89,2% de reçus au bac général et 84,8% au bac technologique, et Créteil conserve le score le plus faible de métropole avec 76,4% et 67,1%. En bac général, les progressions les plus fortes sont à Amiens et Bordeaux. En série technologique, les baisses les plus fortes sont à Rouen et en Corse.

Le bac reste le sésame de l'université

Pour les ministres, le bac doit rester le premier grade universitaire. Pourtant ils n'ignorent pas qu'un bachelier général sur deux échoue au DEUG, proportion qui gonfle à 4 sur 5 pour les bacheliers technologiques. Pour eux, la solution réside dans l'amélioration de l'orientation des bacheliers. Aujourd'hui ceux qui échouent au DEUG sont majoritairement des jeunes qui n'ont pas été acceptés en BTS ou IUT. Ils entendent donc continuer à demander aux recteurs de favoriser l'accès des bacheliers technologiques et professionnels dans ces filières courtes.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0342.pdf

Langues : Les épreuves du bac
Le B.O. du 24 juillet fait le point sur les épreuves de langues aux bacs général et technologique. Elle rappelle la liste des langues qui peuvent être évaluées aux différentes épreuves des bacs. Un autre texte reconduit pour 2004 l'autorisation donnée à certains candidats aux bacs STI et STT de remplacer l'épreuve de seconde langue par une épreuve de langue 1 renforcée.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/30/MENE0301542N.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/30/MENE0301418A.htm

Maths : Programme de série L
Le programme de maths de 1ère et terminale L est publié au J.O. du 29 juillet. Le programme de première est applicable dès la rentrée 2003. On se rappelle qu'EduScol met en ligne l'intégralité de ces programmes et propose une liste de discussion pour aider les enseignants à leur mise en place.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301521A
http://www.eduscol.education.fr/D 0015/LLPHPR01.htm

Lycée des métiers et partenariats
Le nouveau "lycée des métiers" s'ancre dans le tissu économique local. Pour faciliter leur mise en place, EduScol publie une brochure et maintenant de nombreux exemples de réalisations d'établissements. Ainsi à Lamballe, un lycée a créé une option "matériels agricoles" pour un BTS technico-commercial en lien avec les organisations professionnelles et une cinquantaine d'entreprises, réalisant une rare adéquation entre formation et emploi. A Delle, le lycée Jules Ferry a travaillé sur l'organisation des périodes d'alternance en entreprise de façon à mieux l'intégrer dans la formation des étudiants, à crédibiliser le lycée auprès des partenaires, à impliquer les familles. D'autres actions visent la promotion des formations, l'insertion des étudiants, la coopération technologique, l'ouverture vers l'extérieur. Une visite de ce site s'impose aux responsables de formation.
http://www.eduscol.education.fr/D 0154/default.htm

Un rapport pour rénover l'enseignement du tourisme
Arlette Franco, député UMP, a remis son rapport sur la réforme des formations aux métiers du tourisme. Il vise à "rendre plus cohérent le système de formation et d'enseignement, à développer la validation des acquis de l'expérience et à améliorer l'accès à la formation continue". Ses recommandations pédagogiques sont ambitieuses. Mme Franco souhaite faire du tourisme une discipline à part entière et la création de BTS spécialisés (accueil des handicapés, tourisme et développement durable, activités de pleine nature). Cela passe par l'élévation du niveau de qualification des enseignants (agrégation, revalorisation du Capet), le développement de l'apprentissage des langues et augmenter le temps des stages.
http://www.tourisme.gouv.fr/actua lite/mission_formation.htm

Le BTS sourit aux lycéens des séries générales
Le BTS, lui aussi, sourit d'abord aux bacheliers des séries générales. Au moment où le ministre souhaite favoriser l'orientation des bacheliers technologiques et professionnels en BTS, les résultats de l'examen 2002 montrent que ces formations restent difficilement accessibles aux bacheliers professionnels, voir aux techniciens. En 2002, alors que 78% des candidats titulaires d'un bac général ont été reçus au BTS, ce taux descend à 61% pour les étudiants issus de STT, 54% pour ceux qui viennent de SMS et 41% pour les bacheliers professionnels. Si les BTS sont bien leur prolongement "naturel", les formations technologiques et professionnelles préparent-elles suffisamment au post-bac ? Sur 154.000 diplômés en 2002, 42.000 viennent de l'enseignement général.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0346.pdf

Publication du BTS Management
Le J.O. du 9 août publie un arrêté fixant les conditions de délivrance du BTS Management des unités commerciales. La première session de ce nouveau BTS aura lieu en 2006. Il remplacera le BTS Action commerciale.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENS0301628A
http://www.ac-nancy-metz.fr/crm
http://www.ac-nancy-metz.fr/ensei gn/ste/CRM/RENOVBTS/MUC_SOMM.htm

- Enseignement professionnel    [ Haut ]

Lycée des métiers et partenariats
Le nouveau "lycée des métiers" s'ancre dans le tissu économique local. Pour faciliter leur mise en place, EduScol publie une brochure et maintenant de nombreux exemples de réalisations d'établissements. Ainsi à Lamballe, un lycée a créé une option "matériels agricoles" pour un BTS technico-commercial en lien avec les organisations professionnelles et une cinquantaine d'entreprises, réalisant une rare adéquation entre formation et emploi. A Delle, le lycée Jules Ferry a travaillé sur l'organisation des périodes d'alternance en entreprise de façon à mieux l'intégrer dans la formation des étudiants, à crédibiliser le lycée auprès des partenaires, à impliquer les familles. D'autres actions visent la promotion des formations, l'insertion des étudiants, la coopération technologique, l'ouverture vers l'extérieur. Une visite de ce site s'impose aux responsables de formation.
http://www.eduscol.education.fr/D 0154/default.htm

Un rapport pour rénover l'enseignement du tourisme
Arlette Franco, député UMP, a remis son rapport sur la réforme des formations aux métiers du tourisme. Il vise à "rendre plus cohérent le système de formation et d'enseignement, à développer la validation des acquis de l'expérience et à améliorer l'accès à la formation continue". Ses recommandations pédagogiques sont ambitieuses. Mme Franco souhaite faire du tourisme une discipline à part entière et la création de BTS spécialisés (accueil des handicapés, tourisme et développement durable, activités de pleine nature). Cela passe par l'élévation du niveau de qualification des enseignants (agrégation, revalorisation du Capet), le développement de l'apprentissage des langues et augmenter le temps des stages.
http://www.tourisme.gouv.fr/actua lite/mission_formation.htm

Convention avec les Chambres de métiers
Le ministère de l'éducation publie une convention signée avec l'Assemblée permanente des chambres de métiers (APCM). Elle prévoit une étroite collaboration entre les deux organismes en matière d'offre de formation. Ainsi l'APCM pourrait sensibiliser profs et élèves aux emplois et formations proposés par les métiers et faciliter les stages des élèves. A noter que les CFA envisagent de préparer le B2i.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/26/MENE0301300X.htm

Le BTS sourit aux lycéens des séries générales
Le BTS, lui aussi, sourit d'abord aux bacheliers des séries générales. Au moment où le ministre souhaite favoriser l'orientation des bacheliers technologiques et professionnels en BTS, les résultats de l'examen 2002 montrent que ces formations restent difficilement accessibles aux bacheliers professionnels, voir aux techniciens. En 2002, alors que 78% des candidats titulaires d'un bac général ont été reçus au BTS, ce taux descend à 61% pour les étudiants issus de STT, 54% pour ceux qui viennent de SMS et 41% pour les bacheliers professionnels. Si les BTS sont bien leur prolongement "naturel", les formations technologiques et professionnelles préparent-elles suffisamment au post-bac ? Sur 154.000 diplômés en 2002, 42.000 viennent de l'enseignement général.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0346.pdf

Les disciplines générales au CAP
Un arrêté paru au J.O. du 27 juin fixe les unités générales du CAP et définit l'évaluation de l'enseignement général à cet examen. Français - histoire-géographie, maths-sciences et EPS sont communs à tous les CAP et évalués, pour les candidats scolaires, par contrôle en cours de formation.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301281A

La professionnalisation en question
EduScol, le site de la Desco, publie les actes de la conférence débat tenue en décembre 2002 sur "la formation professionnelle en Europe". Elle compare la situation dans 4 pays européens : la Grande-Bretagne, l'Allemagne; l'Espagne et la France. L'enseignement professionnel et la formation professionnelle rencontrent les mêmes problèmes dans ces pays, y compris la question du partage des rôles entre Etat et région.
http://www.eduscol.education.fr/D 0122/r_professionnel.htm

L'apprentissage recule face au chômage
Selon une étude ministérielle, la proportion d'apprentis ayant trouvé un emploi 7 mois après avoir quitté leur CFA est passée de 71à 69% de 2001 à 2002. L'insertion varie selon le diplôme possédé, le secteur et le sexe. Les moins qualifiés et les titulaires d'un BTS voient leur situation se dégrader.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0339.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/read step.html

Des programmes pour le CAP
Le BO du 17 juillet publie le programme de maths-sciences du CAP par secteur professionnel ainsi que les modalités d'évaluation de l'enseignement général au CAP. Celui-ci comprend trois épreuves obligatoires (français - histoire-géo, maths-sciences et EPS) et deux facultatives (langue vivante et arts appliqués). En même temps paraît au J.O. du 19 juillet le programme d'enseignement des langues vivantes entrant en application en 2003.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/MENE0301281A.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/MENE0301302N.htm
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301433A

A propos des langues
Le B.O. hors série du 25 juillet publie les programmes de langues vivantes pour les CAP. Le J.O. du 29 juillet définit l'épreuve de langue vivante au bac professionnel.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/hs4/default.htm
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301475A

Nouveaux CAP
Le J.O. du 29 juillet annonce la création des CAP charpentier bois, menuisier installateur, menuisier fabricant de menuiserie, et constructeur bois.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301537A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301538A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301539A

Création du B.P. esthétique
Par arrêté du 23 juillet, le B.P. "esthétique-cosmétique" est supprimé à partir de la session 2004. Il est remplacé par un nouveau brevet professionnel "esthétique / cosmétique - parfumerie".
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301563A

Nouveaux bacs pros alimentaires et BEP chimie
Le J.O. du 9 août publie deux arrêtés créant les bacs professionnels "technicien vente et conseil qualité en produits alimentaires" et "technicien vente et conseil-qualité en vins et spiritueux". Première session en 2005. Le même J.O. annonce la création du BEP "métiers des industries chimiques, des bio-industries et du traitement des eaux". Première session en 2006.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301652A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301653A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301675A

BP conducteur d'appareils des industries chimiques
Le B.O. n°28 publie l'arrêté créant le BP conducteur d'appareils des industries chimiques. Première session en 2005 (voir L'Expresso du 6 juin).
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/28/MENE0301240A.htm

Nouveaux BEP et CAP
Le J.O. du 12 août annonce la création de nombreux CAP et BEP : CAP boulanger, serrurier, carreleur, installateur thermique, installateur sanitaire, peintre applicateur, chocolatier, couvreur, maçon, constructeurs d'ouvrages du bâtiment en aluminium, tailleur de pierre, constructeur en béton armé, plâtrier et BEP travaux publics, géomètre, techniques du froid, techniques des métaux, techniques du gros bâtiment, installations sanitaires.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/RechercheSimpleJorf.jsp

Deux nouveaux bacs pro
Le B.O. du 19 juin publie les arrêtés créant les bacs professionnels " spécialité production graphique" et
"spécialité production imprimée".
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/25/MENE0301074A.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/25/MENE0301075A.htm

BP conducteur d'appareils
Le J.O. du 19 juin publie l'arrêté créant le BP "conducteur d'appareils des industries chimiques". Le BP se prépare par voie d'apprentissage ou de formation professionnelle. La première session ara lieu en 2005.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301240A

Création du bac pro énergie équipements communicants
Le J.O. du 19 juillet publie un arrêté créant un bac professionnel spécialité électrotechnique énergie équipements communicants. Sa première session aura lieu en 2006 où il remplacera le bac pro équipements et installations électriques.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301474A

Brevet "technicien en facture instrumentale"
Un arrêté du 8 juillet crée le brevet des métiers d'art "technicien en facture instrumentale".
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301419A

Naissance du BEP communication et industries graphiques
Le B.O. publie l'arrêté du 27 mai annoncé dans L'Expresso qui crée un BEP des métiers de la communication et des industries graphiques. Ce BEP remplace les BEP industries graphiques. La première session aura lieu en 2005.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/26/MENE0301185A.htm

- Le Café à Hourtin    [ Haut ]

Du 25 au 29 août, le Café a participé à la 24ème Université d'été de la communication à Hourtin. Chaque jour, nous avons publié un reportage sur cette manifestation : rencontres avec des enseignants ou des communautés éducatives, comptes-rendus de conférences, communiqués. A voir particulièrement pour faire le point sur les projets d'Environnement numérique de travail et d'Espace numérique des savoirs, la place des collectivités locales dans le système éducatif, les rapports entre médias et école. Des questions qui feront l'actualité de l'année.
http://www.cafepedagogique.net/di vers/hourtin2003

- François Jarraud -

- A la Une : C'est la rentrée    [ Haut ]

Dossier "Rentrée"
Quand on débute, que dire le premier jour ? Quand on a plus d'expérience, comment vivre sa " prise de fonctions " ? Mais aussi quels nouveaux textes s'appliquent à la rentrée ? Quelles évolutions, quels débats sont en cours dans ma discipline ? L'équipe du Café met en ligne le jour de la rentrée un dossier spécial pour aider les débutants et les autres à passer le cap.
http://www.cafepedagogique.net/do ssiers/rentree2003

Hourtin
Du 25 au 29 août, le Café a participé à la 24ème Université d'été de la communication à Hourtin. Chaque jour, nous avons publié un reportage sur cette manifestation : rencontres avec des enseignants ou des communautés éducatives, comptes-rendus de conférences, communiqués. A voir particulièrement pour faire le point sur les projets d'Environnement numérique de travail et d'Espace numérique des savoirs, la place des collectivités locales dans le système éducatif, les rapports entre médias et école. Des questions qui feront l'actualité de l'année.
http://www.cafepedagogique.net/di vers/hourtin2003

- Le système scolaire    [ Haut ]

PISA révèle les inégalités nationales des systèmes éducatifs
L'Unesco a publié le 1er juillet de nouveaux résultats de l'étude internationale PISA menée conjointement par l'Unesco et l'OCDE dans 32 pays. Elle permet de mesurer l'efficacité des systèmes éducatifs pour les jeunes âgés de 15 ans. En tête de classement se trouvent certains pays asiatiques (Japon, Corée du sud, Chine) ainsi que des états de peuplement européen (Finlande, Irlande, Australie, Royaume-Uni, Suède). La France se place en position moyenne. Elle établit que "dépenser plus par élève tend à donner de meilleures performances mais ne le garantit pas". Ainsi les Etats-Unis et la France dépensent nettement plus que la Corée pour chaque élève tout en ayant des résultats inférieurs. L'origine sociale joue également un rôle important dans les résultats des élèves mais certains pays ont réussi à développer des systèmes très égalitaires (Canada, Chine, Japon). Les écarts les plus forts se trouvent en Amérique latine. Plus profond semble le fossé entre les sexes : les filles sont partout meilleure en lecture et les garçons en maths.
http://www1.oecd.org/publications /e-book/9603071E.PDF

En attendant la réforme
C'est un constat unanime que font Le Monde et Libération ce 16 juin : la réforme de l'école devient urgente sous peine d'explosion. Mais est-elle possible ? Pour Luc Bronner, dans Le Monde, l'essentiel "réside dans la clarification des missions de l'éducation nationale, donc de celle des enseignants. Jusqu'où doit-aller l'enseignement obligatoire ? Quelle est la culture commune" minimale que l'école s'engage à transmettre ? Comment diversifier les parcours ? Doit-on maintenir l'objectif des 80 % d'une classe d'âge à mener au niveau du baccalauréat ?"
Pour Emmanuel Davidenkoff, dans Libération, les conditions d'un débat sur l'école ne sont pas réunies. "Cela ne tient pas au caractère hystérique des anathèmes échangés ces dernières semaines, mais bien plus au formidable mensonge sur lequel (sur)vit notre système éducatif depuis les années 60 : structurellement, l'école ne veut pas de tous les élèves, contrairement à la légende ânonnée depuis quarante ans". Il dénonce la double rupture instituée lors de la mise en place du collège unique : la volonté de démocratiser le système éducatif s'est heurtée au refus d'adapter la pédagogie et le métier d'enseignant en collège en le "primarisant". Au contraire on a fait des collèges des petits lycées ce qui a mis en place l'échec scolaire. "Si le mode de recrutement et les méthodes d'enseignement des professeurs de ce qui allait devenir le "collège unique" n'avaient pas été calqués sur ceux du lycée, la suite de l'histoire eût été différente. Le Snes prit alors la responsabilité historique de défendre un collège pour tous calé sur le modèle du lycée ; tout ramène à cette erreur originelle. Parachevant un mouvement engagé depuis le XIXe siècle, l'Etat exonère alors les enseignants du second degré de tout un pan de leurs missions, pour ne garder que l'essence du métier : l'enseignement, stricto sensu". Mais pour E. Davidenkoff, "aucun gouvernement ne semble prêt à s'attaquer à la question névralgique de la nature des connaissances que l'on transmet et à ses modes de transmission". Seul un référendum peut faire évoluer le système éducatif. Une analyse qui est proche de celle du Collectif pour le collège unique sur la réforme nécessaire du système mais qui oublie son existence. Ces forces qui existent en son sein pour sa mutation pèsent-elles si peu ?
http://www.lemonde.fr/article/0,5 987,3232--324034-,00.html
http://www.liberation.fr/page.php ?Article=117989
http://www.cafepedagogique.net/di vers/collectif/

2003-2004, l'année du débat sur l'éducation
"Sur des problèmes aussi fondamentaux, dans la démocratie à laquelle nous tenons tous, c'est au peuple et à ses représentants que doit revenir le dernier mot. Il s'agira, 15 ans après la loi d'orientation de 1989, de fixer par un nouveau texte législatif le projet éducatif que se donne notre Nation pour les prochaines décennies". Réuni le 28 juillet en comité interministériel, le gouvernement a annoncé son projet de nouvelle loi d'orientation sur l'école. Le gouvernement lancera un débat national dès la rentrée. Une commission nationale sera mise en place dès septembre et, durant le premier trimestre, des réunions auront lieu dans les établissements pour élaborer un "état de l'école". Le débat sortira également de l'école avec des réunions publiques. C'est ensuite le parlement qui débattra durant le second semestre 2004. Le gouvernement entend donc ne pas réserver la question de l'école aux seuls enseignants. Ceux-ci ont déjà entamé la réflexion avec le débat sur le collège.
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=2003729921
http://www.premier-ministre.gouv. fr/fr/p.cfm?ref=40270
http://www.cafepedagogique.net/di vers/collectif/

Le médiateur, éveilleur de l'éducation nationale
Respect. C'est sans doute le maître mot de Jacky Simon, médiateur de l'éducation nationale. Il rendait lundi 23 juin son rapport annuel. 2002 a vu une certaine stabilité des affaires traitées par le médiateur national ou ses collègues académiques avec 4790 demandes. 41% viennent des "usagers" de l'éducation nationale, un chiffre en progression qui montre que les médiateurs sont davantage connus et que leur travail est reconnu. Cette année, ils ont eu à intervenir particulièrement en faveur de la scolarisation des enfants handicapés, et, pour les enseignants, dans des affaires de harcèlement moral. Aussi le médiateur a-t-il pris courageusement le taureau par les cornes. Il s'attaque à la rédaction d'un code de déontologie. Un projet sans doute nécessaire, soutenu par une partie des enseignants, mais qui pourrait rencontrer des résistances. A suivre...
http://www.education.gouv.fr/syst /mediateur/rapport2002.htm

Les TICE et la rentrée
En marge du comité ministériel du 28 juillet, le gouvernement a précisé les grands axes de la rentrée. Au primaire, l'effort principal concernera la lutte contre l'illettrisme en cours préparatoire. Au collège, le ministre souhaite développer l'enseignement en alternance : un quart des collèges proposeront des formations en lien avec l'enseignement professionnel. Les TICE restent une priorité avec le développement de services à destination des enseignants et le rappel du caractère obligatoire du B2i.
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=2003729921

La presse française en accès libre
Xavier Darcos inaugurera lundi la 24ème université d'Hourtin. A cette occasion, il signera un accord de partenariat avec le syndicat de la presse parisienne et son homologue de la presse régionale. Il permettra à 500 établissemnts d'accéder gratuitement par Internet aux contenus de la presse française. Un nouveau pas dans la mise en place de l'Espace numérique des savoirs.
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=20038221010

Une commission sur la laïcité
Le gouvernement crée une commission chargée de réfléchir à la question de la laïcité dans l'éducation. Elle sera présidée par B. Stasi et comportera des intellectuels tels Régis Debray, Gilles Kepel, René Rémond, Alain Touraine ou Patrick Weil. Un membre de la commission, Jean Baubérot, écrit dans Libération : " D'autres pays sont en train d'inventer des formes nouvelles de laïcité (1), allons-nous nous enfermer dans un national-universalisme où nous croirions être universels à nous tout seuls, ou dans une exacerbation de nos spécificités, au lieu d'être dynamiques et attractifs dans le nécessaire dialogue entre peuples et nations ?".
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_030701141617.atujn07z.html
http://www.liberation.fr/page.php ?Article=122488

Les établissements innovants appellent
"L'innovation à caractère coopératif au sein du système éducatif apparaît plus que jamais nécessaire mais, il semble que, depuis les dernières élections législatives, elle ait été reléguée". Une trentaine d'établissements scolaires innovants, existants ou en projet, parmi lesquels le LAP de Paris, les lycées de Saint-Nazaire et d'Hérouville, demandent des moyens mais aussi une "liaison effective entre tous les niveaux de la hiérarchie scolaire et les collectivités territoriales concernées", avec pour enjeu le développement de nombreux projets en cours.
http://ecolesdifferentes.free.fr/ APPELCOOP.html

La réforme de l'école démontrée par l'OCDE
L'OCDE a déjà publié plusieurs études sur "l'école de demain" où l'organisation envisageait plusieurs scénarios d'évolution pour les systèmes éducatifs. Le nouvel ouvrage de l'OCDE, "L'école de demain. Réseaux d'innovation. Vers de nouveaux modèles de gestion des écoles et des systèmes" s'attache à montrer le rôle des réseaux et de l'innovation dans leur évolution. Il intervient au moment où, en France, l'école traverse une crise sérieuse et où toute réforme semble impossible.
L'ouvrage appelle à délaisser le modèle scolaire traditionnel pour un nouveau modèle "post-industriel, flexible et professionnalisé". Pour cela le premier effort doit porter sur la gouvernance du système éducatif et plus particulièrement sur celle des établissements scolaires. C'est là qu'interviennent les réseaux. Ils permettent d'ouvrir l'école sur la société environnante, ce qui aide à son évolution, "les réseaux intègrent les établissements d'enseignement aux sociétés qu'ils servent", et peuvent être des lieux de partage du savoir voir de construction d'une volonté collective. L'ouvrage donne des exemples et on voit bien en France, sur Internet, la constitution de communautés éducatives délocalisées, qui sont autant de lieux de partage de connaissance et de réflexion (cf. par exemple l'étude du PNER http://www.pner.org ). L'état doit encourager ces réseaux. Il doit aussi faire évoluer la gestion du système en engageant l'autonomie des établissements. Pour les auteurs, celle-ci n'est pas contradictoire avec un pilotage du système "les établissements ne peuvent jouir d'une grande autonomie que s'ils sont dotés d'un encadrement solide". Aujourd'hui on aurait pas de mal à trouver des exemples de systèmes éducatifs très centralisés et pourtant fort peu pilotés...
L'autonomie suppose une nouvelle direction des établissements. Non plus une direction reposant sur une soumission hiérarchique, mais une direction partageant ses décisions et capable d'impulsion. Pour l'OCDE, le bon chef d'établissement pratique le soutien individuel des enseignants, crée une atmosphère de confiance et de respect (particulièrement respect des élèves), oeuvre au consensus et incite à la réflexion et la formation. Tout cela serait voeux pieux, si l'ouvrage ne s'appuyait sur des études et des réalisations, par exemple le projet IQEA ou les écoles de la fondation Bertelsmann en Allemagne. Et ce n'est pas le moindre des intérêts de ce livre que de nous présenter des exemples réels de réformes, au Portugal (avec la réforme des programmes du primaire et le projet "Bonne Espérance"), en Hongrie, en Angleterre et aux Pays-Bas. Oui il est possible de réformer l'éducation. Certains pays l'ont fait.
http://www.cafepedagogique.net/di sci/archives.php3?numero=10&discipline=ac tu
http://www.cafepedagogique.net/di sci/archives.php3?numero=3&discipline=act u
http://www1.oecd.org/publications /e-book/9603042E.PDF

- Vie professionnelle    [ Haut ]

Retenues pour fait de grève
Comment vont être calculées les retenues correspondant aux grèves du printemps dernier ? Le Journal Officiel du 5 août publie une circulaire qui rappelle aux comptables publics, et sans doute aux enseignants, les textes existants. Première règle, celle du trentième qui veut qu'on opère une retenue d'un trentième même pour un arrêt de travail ne couvrant qu'une partie de la journée. Si vous faites grève une heure, c'est la journée qui est retirée du salaire. Seconde règle, celle de la période : " le décompte des retenues à opérer sur le traitement mensuel d'un agent public s'élève à autant de trentièmes qu'il y a de journées comprises du premier jour inclus au dernier jour inclus où cette absence de service fait a été constatée, même si, durant certaines de ces journées, cet agent n'avait, pour quelque cause que ce soit, aucun service à accomplir". La retenue porte donc également sur les jours fériés, les week-ends ou les congés s'ils sont inscrits entre deux journées où l'on a fait grève. Vous faites grève un vendredi et un lundi, c'est 4 jours qui sont prélevés. La retenue est calculée sur l'ensemble de la rémunération, primes incluses à l'exception des prestations sociales (indemnité de logement, prestations familiales par exemple). Elle ne peut excéder le vingtième du revenu s'il est inférieur à 3060 EUR, le dixième entre 3060 et 6030 EUR, le cinquième de 6030 à 9040 EUR. Enfin, la circulaire précise que " la retenue n'a pas à être précédée de la communication du dossier, du respect des droits de la défense ou d'un avertissement".
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=FPPA0300123C

Les prélèvements pour grève arrivent
Ca risque de peser sur la rentrée. D'après Libération du 23 août, les premiers prélèvements pour grève seraient effectués sur la paye d'août. Lors de la rencontre avec les syndicats, le 21 aoùt, le premier ministre a maintenu sa décision d'appliquer les textes en vigueur. C'est sur d'autres points qu'il ouvre des négociations : " Je suis donc prêt, sur les sujets importants tels que le rachat des années d'études ou l'attractivité du métier, à poursuivre et à ouvrir des groupes de discussion avec les organisations syndicales ; je suis prêt, non à la cogestion, mais au dialogue positif, à la négociation, à l'accord ".
http://www.liberation.fr/page.php ?Article=132108
http://www.premier-ministre.gouv. fr/fr/p.cfm?ref=40398

Nouveaux programmes des concours
Le B.O. du 17 juillet publie les programmes des concours externes de l'agrégation de lettres modernes; maths, SES, hébreu et néerlandais. Paraissent également ceux de l'agrégation interne de maths, SES, physique, EPS, économie et gestion et musique. Le même numéro diffuse les programmes du capes externe de créole et d'espagnol ainsi que des capes internes de SVT, SES, physique et chimie. Sont également publiés les programmes du CAPLP de Lettres histoire et maths - sciences physiques. Le B.O. du 24 juillet publie les programmes des épreuves de l'agrégation externe d'arabe, portugais, russe et physique, ainsi que celui du capes de chinois. On notera l'apparition de sites Internet dans la bibliographie. Le programme du Capeps est reconduit en 2004. Au J.O. du 29 juillet, un arrêté modifie l'organisation des épreuves de l'agrégation de musique et de physique.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/encart.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/30/MENP0301524X.htm
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENP0301422A

L'usure des profs dans le secondaire
Qu'est ce qui motive les profs ? Que craignent-ils ? Quelles sont leurs attentes ? Une étude ministérielle nous permet d'en savoir plus, ou de vérifier nos hypothèses. Pour la majorité des profs, leur principale motivation reste le plaisir de transmettre des connaissances. Elle vient devant le contact avec les élèves. Pourtant ils déplorent le niveau et le manque d'investissement des élèves. L'indiscipline dans la classe vient au 3ème rang des difficultés professionnelles (hors ZEP un quart des enseignants la rencontrent parfois, 41% en ZEP). Mais le principal apport de cette étude est de mettre en évidence le sentiment d'usure des profs. Après 20 ans de métier, il n'y a plus que 10% des profs à trouver leur métier de plus en plus satisfaisant alors que la moitié se déclarent de moins en moins satisfaits et que deux enseignants sur trois jugent le métier de plus en plus difficile. Principal remède envisagé par les enseignants : la réduction du nombre d'élèves par classe.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0337.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/read step.html

L'âge, point commun des enseignants
Où en est le vieillissement du corps enseignant ? Une étude ministérielle en dresse la pyramide des âges. L'âge moyen des enseignants est de 41,5 ans. Pour tous les corps, la pyramide des âges montre un sommet chez les quinquagénaires. Les corps les plus concernés sont également ceux où la proportion de femmes est la plus faible : les agrégés et les PLP. Surtout le vieillissement varie assez fortement d'une région à l'autre : une "ceinture du vieillissement" s'est constituée de Brest à Nice.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0338.pdf

D.E.I. France dénonce les violences à l'école
" Quelles que soient les difficultés actuelles du métier d'enseignant, et même s'il ne s'agit à l'évidence que de cas relativement isolés, rien ne peut justifier que des enfants aient à subir encore aujourd'hui des maltraitances physiques et psychologiques graves au sein de l'école et dans leurs classes". S'appuyant sur certains cas récents, l'association Défense des enfants international France dénonce la montée des maltraitances à l'école et la loi du silence qui reste trop souvent de mise : soit les administations locales couvrent les faits, soit, versant dans l'excès inverse, signalent aux autorités judiciaires des comportements qui devraient ne relever que du disciplinaire". Pour DEI France, "il devient de plus en plus urgent que, comme pour les autres métiers du social, un code de déontologie soit enfin élaboré par et pour la fonction enseignante... L'immense majorité des enseignants qui font leur métier dans des conditions parfois très difficiles ne pourraient que s'en trouver confortés dans leur action éducative".
http://www.globenet.org/enfant

- Vie scolaire    [ Haut ]

La rentrée reste au 1er septembre
Encore une rumeur démentie. Le calendrier scolaire des années 2004-2005 à 2006-2007 est paru au J.O. du 24 juillet. La rentrée des congés d'été reste fixée au 1er septembre.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301509A
http://www.education.gouv.fr/prat /cal.htm

Tous les textes sur les assistants d'éducation
Le ministère publie au B.O. du 19 juin un encart regroupant les textes nécessaires à l'embauche des assistants d'éducation. A noter la circulaire du 11 juin qui précise les fonctions des assistants et leurs conditions d'emploi. Ils seront recrutés par les établissements (EPLE) et, dans le primaire, par l'intermédiaire d'un "collège support". Une autre circulaire précise la gestion des crédits pour leur emploi.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/25/encart.htm

4000 assistants d'éducation supplémentaires à la rentrée
D'après une dépêche AFP du 24 juillet, c'est finalement 20.000 postes d'assistants d'éducation qui seront créés à la rentrée. Ils remplaceront les 20.000 aides-éducateurs qui arrivent en fin de contrat. Un effort qu'appuie la déclaration du premier ministre promettant un effort budgétaire supplémentaire en 2004 pour l'éducation : "nous avons compris le mal-être des enseignants, nous sommes attentifs aux difficultés de cette formidable organisation nationale qui est cette éducation à laquelle toutes les Françaises et les Français sont attachés. Nous ferons (..) un certain nombre d'efforts pour qu'on puisse affirmer encore davantage cette priorité nationale".
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_030724212225.s4u4ad2x.html
http://www.premier-ministre.gouv. fr/fr/p.cfm?ref=40253

Inscription des élèves
Un arrêté paru au J.O. du 6 août, supprime la fiche d'état civil des documents à fournir pour l'inscription des élèves. Par contre il établit, pour pouvoir appliquer la carte scolaire et combler un vide juridique, qu'un justificatif de domicile peut être exigé.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301183D

GEP migrera sous Windows
Educnet rend compte d'une information de l'AEF selon laquelle le logiciel GEP migrera sous Windows en 2005. GEP est utilisé dans le secondaire pour la gestion des élèves et des enseignants.
http://www.educnet.education.fr/a ef/articles/html/aef-35532.htm

L'accès des handicapés aux examens
Le B.O. du 3 juillet publie une circulaire décrivant les dispositifs obligatoires pour faciliter l'accès des handicapés aux examens, aussi bien pour leur motricité que pour la réalisation des épreuves.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/27/MENE0301373C.htm

Un guide pour l'examen
Il nous vient de Genève, où il a été conçu pour les étudiants. Mais, tel quel, il est à faire lire aux jeunes qui vont se présenter au bac : travaillez toute l'année, mais aussi apprenez à dormir, à vous détendre, arrivez à l'heure le jour J, n'oubliez ni nourriture ni mascotte, etc. Une série de conseils simples, efficaces, que certains connaissent mais qui manquent souvent aux jeunes des milieux défavorisés. Cette éducation là entre aussi dans les "nouvelles compétences" des profs.
http://www.unige.ch/presse/archiv es/unes/2003/pdf/fute.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/read step.html

Mouvement de recteurs
Le Journal Officiel du 25 juillet fait connaître de nouveaux déplacements de recteurs. Ainsi M. Bernard Saint-Girons, précédemment recteur de l'académie de Nice, est nommé à Créteil. Il est remplacé par M. Jean-Marie Carbasse. Mme Claire Lovisi est nommée rectrice de l'académie de Dijon. M. Ali Bencheneb est nommé à Reims, M. Christian Merlin à la Réunion et M. Serge Guinchard en Guadeloupe.

- Primaire    [ Haut ]

Déclin des effectifs en 2002
Ils sont plus de 6 millions. Le ministère publie une étude sur les élèves du primaire en 2002. Cette année a vu le nombre des écoliers baisser de 0,1% malgré l'augmentation de la scolarisation dans le préélémentaire. L'étude montre également un effort d'intégration des élèves relevant de l'enseignement spécial dans des classes ordinaires.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0341.pdf

La décentralisation et la carte scolaire
"La préparation de la carte scolaire du premier degré est une compétence partagée entre l'État et les communes... L'importance de la concertation entre l'État et les collectivités territoriales est, de ce fait, une composante essentielle de l'élaboration de la carte scolaire... La présente circulaire décrit les étapes du processus d'élaboration de la carte scolaire, en mettant l'accent sur les procédures de concertation et en proposant un calendrier indicatif pour le déroulement des opérations". Une circulaire parue au B.O. du 10 juillet abroge le texte de 1986 et adapte l'élaboration de la carte scolaire dans le primaire à la décentralisation. Si l'association des maires de France est associée à la concertation sur l'élaboration de la carte, l'Etat reste maître des ouvertures et fermetures de classes.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/28/MENE0300766C.htm

Un guide d'équipement des écoles
Quels équipement informatiques acheter pour l'école ? Quel réseau choisir ? Où installer le matériel ? Quels usages privilégier ? Educnet met en ligne un guide à l'usage des professeurs des écoles pour les aider à maîtriser l'intégration des TIC dans leur école.
http://www.educnet.education.fr/p rimaire/guide.htm

Langues régionales
Les deux arrêtés concernant les langues régionales à l'école primaire, annoncés dans un précédent Expresso, sont publiés au B.O. hors-série du 19 juin. Il fixe précisément les programmes d'enseignement pour le basque, le breton, le catalan, la langue régionale d'Alsace et des pays Mosellans, la langue d'Oc et le Corse.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/hs2/default.htm

Evaluation 2003-2004
Le B.O. du 17 juillet présente le dispositif d'évaluation en CE2. Il rappelle l'obligation d'information des parents sur les résultats des élèves. De nouveaux outils seront disponibles sur le site "banqoutils" comprenant des suggestions d'activités couvrant tout le cycle 3.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/MENK0301454C.htm

La réforme du Capsais contestée
La réforme du Capsais, le certificat qui permet d'enseigner à des enfants handicapés, soulève des oppositions. Des formateurs de l'IUFM de Lyon, s'ils reconnaissent certains aspects positifs au projet, s'inquiètent de la réduction de la durée de la formation des maîtres. Pour eux, l'enseignement spécialisé a besoin d'enseignants disposant d'une formation plus solide. Leur pétition, soutenue par plusieurs syndicats, a déjà recueillie plus de 3000 signatures.
http://capsais.free.fr/

Nouveau temps scolaire à Paris
La Mairie de Paris vient d'annoncer qu'à partir de la rentrée 2003, les écoliers auront classe un samedi sur deux à Paris. La Mairie organisera des ateliers durant les samedis libres pour les parents qui le désireront. On se rappelle que le projet d'aménagement du temps scolaire à Paris avait soulevé une vague de protestation l'an dernier.
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_030626093714.av3owapy.html

Inversion de tendance dans les inscriptions
Alors que, depuis 10 ans, le nombre d'élèves déclinait dans le primaire, la rentrée 2003 verra une augmentation sensible des effectifs (+1%). Cette hausse résultera d'abord de la hausse des inscriptions à l'école maternelle (+2%). En élémentaire, les d'écoliers seront encore un peu moins nombreux en 2003 (-0,3%), la hausse ne devant arriver qu'en 2004. Ces évolutions démographiques s'accompagnent de forts écarts régionaux. La hausse est surtout sensible dans un croissant allant de la Bretagne à Rhône-Alpes.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0347.pdf

Les nouvelles recrues sont des femmes
Plus de 8 candidats admis aux concours de recrutement de professeurs des écoles en 2001 sont des femmes. C'est un des enseignements d'une étude ministérielle. 71% des candidats admis sont titulaires d'un diplôme de second cycle universitaire, particulièrement en lettres, langues vivantes ou histoire. Un candidat admis sur trois n'est pas passé par les IUFM, proportion qui atteint un sur deux à Créteil et dans les DOM.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0343.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/read step.html

Une lettre d'information pour Primlangues
Primlangues, le site national d'accompagnement pour l'enseignement des langues au primaire, se dote d'une lettre d'information électronique qui permet de suivre l'actualité du site. C'est que, dans un domaine où beaucoup reste à faire, Primlangues multiplie les documents pédagogiques et les initiatives. Ainsi de nouvelles ressources pour l'enseignement de l'italien sont en ligne, des informations, des projets pédagogiques , comme le dialogue inter-classes "Devinez qui nous sommes".
http://www.primlangues.education. fr

La FCPE Paris en campagne pour les maternelles
Pour la FCPE c'est près de 500 enfants de 3 ans qui ne trouveront pas place en maternelle cette année. La FCPE craint, que faute de place, les parents renoncent à scolariser leur enfant, alors que le tribunal administratif leur reconnaît ce droit.
http://www.fcpe75.org

Alerte ! Géronimo arrive !
Ce rongeur va envahir les cours de récréation dès septembre. Il vaut mieux vous y préparer. Son nom ? Géronimo Stilton. Avec 2,5 millions d'exemplaires vendus, les romans de cette sympathique souris ont envahi les librairies italiennes. Elle arrive en France à la rentrée chez Albin Michel avec des romans destinés aux 7-10 ans, un dessin animé et sans doute de nombreux produits dérivés. La souris serait porteuse de valeurs positives : solidarité, amitié, honnêteté.
http://www.albin-michel-jeunesse. com/
http://www.geronimostilton.it/

- Collège    [ Haut ]

Un brevet ordinaire
Après ceux du bac, les résultats du brevet donnent eux aussi l'image d'une année ordinaire : 78,3% de reçus, un chiffre en très léger recul par rapport à 2002 (78,6%).
Seule variation notable, la hausse de 10% des candidats de la série professionnelle qui reflète la relance des 3èmes technologiques voulue par le ministre. Une série qui pose problème : un taux de reussite particulièrement faible (68,6%) en recul pour la troisième année consécutive.
Le brevet est aussi marqué par des variations régionales importantes. Comme pour le bac et comme l'an dernier, Rennes obtient le plus fort taux de réussite avec 84,9% de reçus. Clermont-Ferrand a le taux métropolitain le plus faible avec 74,8%.
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=20037151747

Disparition de l'évaluation en 5ème
A peine née, l'évaluation nationale mise en place en 5ème est supprimée par une circulaire publiée au B.O. du 17 juillet. Les évaluations de CE et 6ème restent obligatoires et sont adaptées pour prendre en compte les acquisitions en langues au primaire.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/MENK0301454C.htm

- Lycée    [ Haut ]

Bac : Une année presque ordinaire

Finalement il ne s'est rien passé cette année au bac. En dehors de la gestion à Montpellier, aucune épreuve n'a du être refaite et les taux de réussite sont quasi stables. Le ministre les a présenté la presse ce matin. L'édition 2003 est dans la moyenne : 62,6% de jeunes de cette génération ont eu le bac, soit 80,1% des candidats, en très légère hausse de 1% par rapport à 2002. Des chiffres stables depuis le milieu des années 1990

Un tiers (33,8%) des jeunes de cette génération ont obtenu un bac général. Les taux de réussite s'établissent à 84,7% des candidats en série S, 83,6% en L et 81,3% en ES. Le bac S progresse de 4,5%, les bacs L et ES d'environ 2%.

Le bac technologique a un taux de succès inférieur à 76,7% avec une légère progression de la série STI (75,8%) et un léger recul des autres séries : en SMS 77,8% de reçus (-2,6%), en STT 76,3% (-0,7%)88% de reçus en F11 et hôtellerie.

Le bac professionnel ne compte que 75,9% de reçus, soit 1,3% de moins qu'en 2002, l'essentiel de la baisse touchant les bacs de services (75,4% de reçus, -2,2%).

Succès qualitatif et quantitatif des TPE

Cette année près de 85% des candidats ont présenté un TPE au bac, plus du double qu'en 2002, et généralement ils ont fait de bons travaux. Ce double plébiscite des lycéens explique en partie la légère hausse du taux de réussite aux bacs généraux. Les TPE ont souvent augmenté d'un point la moyenne des candidats. Interrogé par la presse, Luc Ferry a confirmé le maintien de cette épreuve au bac, quitte éventuellement à l'aménager pour en simplifier un peu l'évaluation. La hausse sensible des résultats du bac S provient en partie des TPE, en partie de la nouvelle épreuve pratique de physique-chimie mise en place cette année dans cette série. L'épreuve de maths, dont on appréhendait les effets, a obtenu les notes habituelles, sans écart sensible inaccoutumé d'une académie à l'autre.

Les STT sur la sellette

En dehors des STI et du bac pro agricole, cette année est encore marquée par un recul du taux de réussite dans les bacs technologiques et professionnels. Pour les ministres, la situation est préoccupante en STT. Pour eux, la série a perdu sa spécificité et hésite entre série générale et technologique. Ils annoncent un "repositionnement" de la filière. La grande difficulté sera de rehausser le niveau sans casser le fil avec les élèves qui traditionnellement optent pour cette série.

De forts écarts régionaux

En 2003 les écarts entre académies ne se réduisent pas. L'académie de Rennes reste en tête avec 89,2% de reçus au bac général et 84,8% au bac technologique, et Créteil conserve le score le plus faible de métropole avec 76,4% et 67,1%. En bac général, les progressions les plus fortes sont à Amiens et Bordeaux. En série technologique, les baisses les plus fortes sont à Rouen et en Corse.

Le bac reste le sésame de l'université

Pour les ministres, le bac doit rester le premier grade universitaire. Pourtant ils n'ignorent pas qu'un bachelier général sur deux échoue au DEUG, proportion qui gonfle à 4 sur 5 pour les bacheliers technologiques. Pour eux, la solution réside dans l'amélioration de l'orientation des bacheliers. Aujourd'hui ceux qui échouent au DEUG sont majoritairement des jeunes qui n'ont pas été acceptés en BTS ou IUT. Ils entendent donc continuer à demander aux recteurs de favoriser l'accès des bacheliers technologiques et professionnels dans ces filières courtes.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0342.pdf

Langues : Les épreuves du bac
Le B.O. du 24 juillet fait le point sur les épreuves de langues aux bacs général et technologique. Elle rappelle la liste des langues qui peuvent être évaluées aux différentes épreuves des bacs. Un autre texte reconduit pour 2004 l'autorisation donnée à certains candidats aux bacs STI et STT de remplacer l'épreuve de seconde langue par une épreuve de langue 1 renforcée.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/30/MENE0301542N.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/30/MENE0301418A.htm

Maths : Programme de série L
Le programme de maths de 1ère et terminale L est publié au J.O. du 29 juillet. Le programme de première est applicable dès la rentrée 2003. On se rappelle qu'EduScol met en ligne l'intégralité de ces programmes et propose une liste de discussion pour aider les enseignants à leur mise en place.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301521A
http://www.eduscol.education.fr/D 0015/LLPHPR01.htm

Lycée des métiers et partenariats
Le nouveau "lycée des métiers" s'ancre dans le tissu économique local. Pour faciliter leur mise en place, EduScol publie une brochure et maintenant de nombreux exemples de réalisations d'établissements. Ainsi à Lamballe, un lycée a créé une option "matériels agricoles" pour un BTS technico-commercial en lien avec les organisations professionnelles et une cinquantaine d'entreprises, réalisant une rare adéquation entre formation et emploi. A Delle, le lycée Jules Ferry a travaillé sur l'organisation des périodes d'alternance en entreprise de façon à mieux l'intégrer dans la formation des étudiants, à crédibiliser le lycée auprès des partenaires, à impliquer les familles. D'autres actions visent la promotion des formations, l'insertion des étudiants, la coopération technologique, l'ouverture vers l'extérieur. Une visite de ce site s'impose aux responsables de formation.
http://www.eduscol.education.fr/D 0154/default.htm

Un rapport pour rénover l'enseignement du tourisme
Arlette Franco, député UMP, a remis son rapport sur la réforme des formations aux métiers du tourisme. Il vise à "rendre plus cohérent le système de formation et d'enseignement, à développer la validation des acquis de l'expérience et à améliorer l'accès à la formation continue". Ses recommandations pédagogiques sont ambitieuses. Mme Franco souhaite faire du tourisme une discipline à part entière et la création de BTS spécialisés (accueil des handicapés, tourisme et développement durable, activités de pleine nature). Cela passe par l'élévation du niveau de qualification des enseignants (agrégation, revalorisation du Capet), le développement de l'apprentissage des langues et augmenter le temps des stages.
http://www.tourisme.gouv.fr/actua lite/mission_formation.htm

Le BTS sourit aux lycéens des séries générales
Le BTS, lui aussi, sourit d'abord aux bacheliers des séries générales. Au moment où le ministre souhaite favoriser l'orientation des bacheliers technologiques et professionnels en BTS, les résultats de l'examen 2002 montrent que ces formations restent difficilement accessibles aux bacheliers professionnels, voir aux techniciens. En 2002, alors que 78% des candidats titulaires d'un bac général ont été reçus au BTS, ce taux descend à 61% pour les étudiants issus de STT, 54% pour ceux qui viennent de SMS et 41% pour les bacheliers professionnels. Si les BTS sont bien leur prolongement "naturel", les formations technologiques et professionnelles préparent-elles suffisamment au post-bac ? Sur 154.000 diplômés en 2002, 42.000 viennent de l'enseignement général.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0346.pdf

Publication du BTS Management
Le J.O. du 9 août publie un arrêté fixant les conditions de délivrance du BTS Management des unités commerciales. La première session de ce nouveau BTS aura lieu en 2006. Il remplacera le BTS Action commerciale.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENS0301628A
http://www.ac-nancy-metz.fr/crm
http://www.ac-nancy-metz.fr/ensei gn/ste/CRM/RENOVBTS/MUC_SOMM.htm

- Enseignement professionnel    [ Haut ]

Lycée des métiers et partenariats
Le nouveau "lycée des métiers" s'ancre dans le tissu économique local. Pour faciliter leur mise en place, EduScol publie une brochure et maintenant de nombreux exemples de réalisations d'établissements. Ainsi à Lamballe, un lycée a créé une option "matériels agricoles" pour un BTS technico-commercial en lien avec les organisations professionnelles et une cinquantaine d'entreprises, réalisant une rare adéquation entre formation et emploi. A Delle, le lycée Jules Ferry a travaillé sur l'organisation des périodes d'alternance en entreprise de façon à mieux l'intégrer dans la formation des étudiants, à crédibiliser le lycée auprès des partenaires, à impliquer les familles. D'autres actions visent la promotion des formations, l'insertion des étudiants, la coopération technologique, l'ouverture vers l'extérieur. Une visite de ce site s'impose aux responsables de formation.
http://www.eduscol.education.fr/D 0154/default.htm

Un rapport pour rénover l'enseignement du tourisme
Arlette Franco, député UMP, a remis son rapport sur la réforme des formations aux métiers du tourisme. Il vise à "rendre plus cohérent le système de formation et d'enseignement, à développer la validation des acquis de l'expérience et à améliorer l'accès à la formation continue". Ses recommandations pédagogiques sont ambitieuses. Mme Franco souhaite faire du tourisme une discipline à part entière et la création de BTS spécialisés (accueil des handicapés, tourisme et développement durable, activités de pleine nature). Cela passe par l'élévation du niveau de qualification des enseignants (agrégation, revalorisation du Capet), le développement de l'apprentissage des langues et augmenter le temps des stages.
http://www.tourisme.gouv.fr/actua lite/mission_formation.htm

Convention avec les Chambres de métiers
Le ministère de l'éducation publie une convention signée avec l'Assemblée permanente des chambres de métiers (APCM). Elle prévoit une étroite collaboration entre les deux organismes en matière d'offre de formation. Ainsi l'APCM pourrait sensibiliser profs et élèves aux emplois et formations proposés par les métiers et faciliter les stages des élèves. A noter que les CFA envisagent de préparer le B2i.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/26/MENE0301300X.htm

Le BTS sourit aux lycéens des séries générales
Le BTS, lui aussi, sourit d'abord aux bacheliers des séries générales. Au moment où le ministre souhaite favoriser l'orientation des bacheliers technologiques et professionnels en BTS, les résultats de l'examen 2002 montrent que ces formations restent difficilement accessibles aux bacheliers professionnels, voir aux techniciens. En 2002, alors que 78% des candidats titulaires d'un bac général ont été reçus au BTS, ce taux descend à 61% pour les étudiants issus de STT, 54% pour ceux qui viennent de SMS et 41% pour les bacheliers professionnels. Si les BTS sont bien leur prolongement "naturel", les formations technologiques et professionnelles préparent-elles suffisamment au post-bac ? Sur 154.000 diplômés en 2002, 42.000 viennent de l'enseignement général.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0346.pdf

Les disciplines générales au CAP
Un arrêté paru au J.O. du 27 juin fixe les unités générales du CAP et définit l'évaluation de l'enseignement général à cet examen. Français - histoire-géographie, maths-sciences et EPS sont communs à tous les CAP et évalués, pour les candidats scolaires, par contrôle en cours de formation.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301281A

La professionnalisation en question
EduScol, le site de la Desco, publie les actes de la conférence débat tenue en décembre 2002 sur "la formation professionnelle en Europe". Elle compare la situation dans 4 pays européens : la Grande-Bretagne, l'Allemagne; l'Espagne et la France. L'enseignement professionnel et la formation professionnelle rencontrent les mêmes problèmes dans ces pays, y compris la question du partage des rôles entre Etat et région.
http://www.eduscol.education.fr/D 0122/r_professionnel.htm

L'apprentissage recule face au chômage
Selon une étude ministérielle, la proportion d'apprentis ayant trouvé un emploi 7 mois après avoir quitté leur CFA est passée de 71à 69% de 2001 à 2002. L'insertion varie selon le diplôme possédé, le secteur et le sexe. Les moins qualifiés et les titulaires d'un BTS voient leur situation se dégrader.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0339.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/read step.html

Des programmes pour le CAP
Le BO du 17 juillet publie le programme de maths-sciences du CAP par secteur professionnel ainsi que les modalités d'évaluation de l'enseignement général au CAP. Celui-ci comprend trois épreuves obligatoires (français - histoire-géo, maths-sciences et EPS) et deux facultatives (langue vivante et arts appliqués). En même temps paraît au J.O. du 19 juillet le programme d'enseignement des langues vivantes entrant en application en 2003.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/MENE0301281A.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/MENE0301302N.htm
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301433A

A propos des langues
Le B.O. hors série du 25 juillet publie les programmes de langues vivantes pour les CAP. Le J.O. du 29 juillet définit l'épreuve de langue vivante au bac professionnel.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/hs4/default.htm
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301475A

Nouveaux CAP
Le J.O. du 29 juillet annonce la création des CAP charpentier bois, menuisier installateur, menuisier fabricant de menuiserie, et constructeur bois.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301537A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301538A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301539A

Création du B.P. esthétique
Par arrêté du 23 juillet, le B.P. "esthétique-cosmétique" est supprimé à partir de la session 2004. Il est remplacé par un nouveau brevet professionnel "esthétique / cosmétique - parfumerie".
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301563A

Nouveaux bacs pros alimentaires et BEP chimie
Le J.O. du 9 août publie deux arrêtés créant les bacs professionnels "technicien vente et conseil qualité en produits alimentaires" et "technicien vente et conseil-qualité en vins et spiritueux". Première session en 2005. Le même J.O. annonce la création du BEP "métiers des industries chimiques, des bio-industries et du traitement des eaux". Première session en 2006.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301652A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301653A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301675A

BP conducteur d'appareils des industries chimiques
Le B.O. n°28 publie l'arrêté créant le BP conducteur d'appareils des industries chimiques. Première session en 2005 (voir L'Expresso du 6 juin).
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/28/MENE0301240A.htm

Nouveaux BEP et CAP
Le J.O. du 12 août annonce la création de nombreux CAP et BEP : CAP boulanger, serrurier, carreleur, installateur thermique, installateur sanitaire, peintre applicateur, chocolatier, couvreur, maçon, constructeurs d'ouvrages du bâtiment en aluminium, tailleur de pierre, constructeur en béton armé, plâtrier et BEP travaux publics, géomètre, techniques du froid, techniques des métaux, techniques du gros bâtiment, installations sanitaires.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/RechercheSimpleJorf.jsp

Deux nouveaux bacs pro
Le B.O. du 19 juin publie les arrêtés créant les bacs professionnels " spécialité production graphique" et
"spécialité production imprimée".
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/25/MENE0301074A.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/25/MENE0301075A.htm

BP conducteur d'appareils
Le J.O. du 19 juin publie l'arrêté créant le BP "conducteur d'appareils des industries chimiques". Le BP se prépare par voie d'apprentissage ou de formation professionnelle. La première session ara lieu en 2005.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301240A

Création du bac pro énergie équipements communicants
Le J.O. du 19 juillet publie un arrêté créant un bac professionnel spécialité électrotechnique énergie équipements communicants. Sa première session aura lieu en 2006 où il remplacera le bac pro équipements et installations électriques.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301474A

Brevet "technicien en facture instrumentale"
Un arrêté du 8 juillet crée le brevet des métiers d'art "technicien en facture instrumentale".
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301419A

Naissance du BEP communication et industries graphiques
Le B.O. publie l'arrêté du 27 mai annoncé dans L'Expresso qui crée un BEP des métiers de la communication et des industries graphiques. Ce BEP remplace les BEP industries graphiques. La première session aura lieu en 2005.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/26/MENE0301185A.htm

- Le Café à Hourtin    [ Haut ]

Du 25 au 29 août, le Café a participé à la 24ème Université d'été de la communication à Hourtin. Chaque jour, nous avons publié un reportage sur cette manifestation : rencontres avec des enseignants ou des communautés éducatives, comptes-rendus de conférences, communiqués. A voir particulièrement pour faire le point sur les projets d'Environnement numérique de travail et d'Espace numérique des savoirs, la place des collectivités locales dans le système éducatif, les rapports entre médias et école. Des questions qui feront l'actualité de l'année.
http://www.cafepedagogique.net/di vers/hourtin2003

- François Jarraud -

- A la Une : C'est la rentrée    [ Haut ]

Dossier "Rentrée"
Quand on débute, que dire le premier jour ? Quand on a plus d'expérience, comment vivre sa " prise de fonctions " ? Mais aussi quels nouveaux textes s'appliquent à la rentrée ? Quelles évolutions, quels débats sont en cours dans ma discipline ? L'équipe du Café met en ligne le jour de la rentrée un dossier spécial pour aider les débutants et les autres à passer le cap.
http://www.cafepedagogique.net/do ssiers/rentree2003

Hourtin
Du 25 au 29 août, le Café a participé à la 24ème Université d'été de la communication à Hourtin. Chaque jour, nous avons publié un reportage sur cette manifestation : rencontres avec des enseignants ou des communautés éducatives, comptes-rendus de conférences, communiqués. A voir particulièrement pour faire le point sur les projets d'Environnement numérique de travail et d'Espace numérique des savoirs, la place des collectivités locales dans le système éducatif, les rapports entre médias et école. Des questions qui feront l'actualité de l'année.
http://www.cafepedagogique.net/di vers/hourtin2003

- Le système scolaire    [ Haut ]

PISA révèle les inégalités nationales des systèmes éducatifs
L'Unesco a publié le 1er juillet de nouveaux résultats de l'étude internationale PISA menée conjointement par l'Unesco et l'OCDE dans 32 pays. Elle permet de mesurer l'efficacité des systèmes éducatifs pour les jeunes âgés de 15 ans. En tête de classement se trouvent certains pays asiatiques (Japon, Corée du sud, Chine) ainsi que des états de peuplement européen (Finlande, Irlande, Australie, Royaume-Uni, Suède). La France se place en position moyenne. Elle établit que "dépenser plus par élève tend à donner de meilleures performances mais ne le garantit pas". Ainsi les Etats-Unis et la France dépensent nettement plus que la Corée pour chaque élève tout en ayant des résultats inférieurs. L'origine sociale joue également un rôle important dans les résultats des élèves mais certains pays ont réussi à développer des systèmes très égalitaires (Canada, Chine, Japon). Les écarts les plus forts se trouvent en Amérique latine. Plus profond semble le fossé entre les sexes : les filles sont partout meilleure en lecture et les garçons en maths.
http://www1.oecd.org/publications /e-book/9603071E.PDF

En attendant la réforme
C'est un constat unanime que font Le Monde et Libération ce 16 juin : la réforme de l'école devient urgente sous peine d'explosion. Mais est-elle possible ? Pour Luc Bronner, dans Le Monde, l'essentiel "réside dans la clarification des missions de l'éducation nationale, donc de celle des enseignants. Jusqu'où doit-aller l'enseignement obligatoire ? Quelle est la culture commune" minimale que l'école s'engage à transmettre ? Comment diversifier les parcours ? Doit-on maintenir l'objectif des 80 % d'une classe d'âge à mener au niveau du baccalauréat ?"
Pour Emmanuel Davidenkoff, dans Libération, les conditions d'un débat sur l'école ne sont pas réunies. "Cela ne tient pas au caractère hystérique des anathèmes échangés ces dernières semaines, mais bien plus au formidable mensonge sur lequel (sur)vit notre système éducatif depuis les années 60 : structurellement, l'école ne veut pas de tous les élèves, contrairement à la légende ânonnée depuis quarante ans". Il dénonce la double rupture instituée lors de la mise en place du collège unique : la volonté de démocratiser le système éducatif s'est heurtée au refus d'adapter la pédagogie et le métier d'enseignant en collège en le "primarisant". Au contraire on a fait des collèges des petits lycées ce qui a mis en place l'échec scolaire. "Si le mode de recrutement et les méthodes d'enseignement des professeurs de ce qui allait devenir le "collège unique" n'avaient pas été calqués sur ceux du lycée, la suite de l'histoire eût été différente. Le Snes prit alors la responsabilité historique de défendre un collège pour tous calé sur le modèle du lycée ; tout ramène à cette erreur originelle. Parachevant un mouvement engagé depuis le XIXe siècle, l'Etat exonère alors les enseignants du second degré de tout un pan de leurs missions, pour ne garder que l'essence du métier : l'enseignement, stricto sensu". Mais pour E. Davidenkoff, "aucun gouvernement ne semble prêt à s'attaquer à la question névralgique de la nature des connaissances que l'on transmet et à ses modes de transmission". Seul un référendum peut faire évoluer le système éducatif. Une analyse qui est proche de celle du Collectif pour le collège unique sur la réforme nécessaire du système mais qui oublie son existence. Ces forces qui existent en son sein pour sa mutation pèsent-elles si peu ?
http://www.lemonde.fr/article/0,5 987,3232--324034-,00.html
http://www.liberation.fr/page.php ?Article=117989
http://www.cafepedagogique.net/di vers/collectif/

2003-2004, l'année du débat sur l'éducation
"Sur des problèmes aussi fondamentaux, dans la démocratie à laquelle nous tenons tous, c'est au peuple et à ses représentants que doit revenir le dernier mot. Il s'agira, 15 ans après la loi d'orientation de 1989, de fixer par un nouveau texte législatif le projet éducatif que se donne notre Nation pour les prochaines décennies". Réuni le 28 juillet en comité interministériel, le gouvernement a annoncé son projet de nouvelle loi d'orientation sur l'école. Le gouvernement lancera un débat national dès la rentrée. Une commission nationale sera mise en place dès septembre et, durant le premier trimestre, des réunions auront lieu dans les établissements pour élaborer un "état de l'école". Le débat sortira également de l'école avec des réunions publiques. C'est ensuite le parlement qui débattra durant le second semestre 2004. Le gouvernement entend donc ne pas réserver la question de l'école aux seuls enseignants. Ceux-ci ont déjà entamé la réflexion avec le débat sur le collège.
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=2003729921
http://www.premier-ministre.gouv. fr/fr/p.cfm?ref=40270
http://www.cafepedagogique.net/di vers/collectif/

Le médiateur, éveilleur de l'éducation nationale
Respect. C'est sans doute le maître mot de Jacky Simon, médiateur de l'éducation nationale. Il rendait lundi 23 juin son rapport annuel. 2002 a vu une certaine stabilité des affaires traitées par le médiateur national ou ses collègues académiques avec 4790 demandes. 41% viennent des "usagers" de l'éducation nationale, un chiffre en progression qui montre que les médiateurs sont davantage connus et que leur travail est reconnu. Cette année, ils ont eu à intervenir particulièrement en faveur de la scolarisation des enfants handicapés, et, pour les enseignants, dans des affaires de harcèlement moral. Aussi le médiateur a-t-il pris courageusement le taureau par les cornes. Il s'attaque à la rédaction d'un code de déontologie. Un projet sans doute nécessaire, soutenu par une partie des enseignants, mais qui pourrait rencontrer des résistances. A suivre...
http://www.education.gouv.fr/syst /mediateur/rapport2002.htm

Les TICE et la rentrée
En marge du comité ministériel du 28 juillet, le gouvernement a précisé les grands axes de la rentrée. Au primaire, l'effort principal concernera la lutte contre l'illettrisme en cours préparatoire. Au collège, le ministre souhaite développer l'enseignement en alternance : un quart des collèges proposeront des formations en lien avec l'enseignement professionnel. Les TICE restent une priorité avec le développement de services à destination des enseignants et le rappel du caractère obligatoire du B2i.
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=2003729921

La presse française en accès libre
Xavier Darcos inaugurera lundi la 24ème université d'Hourtin. A cette occasion, il signera un accord de partenariat avec le syndicat de la presse parisienne et son homologue de la presse régionale. Il permettra à 500 établissemnts d'accéder gratuitement par Internet aux contenus de la presse française. Un nouveau pas dans la mise en place de l'Espace numérique des savoirs.
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=20038221010

Une commission sur la laïcité
Le gouvernement crée une commission chargée de réfléchir à la question de la laïcité dans l'éducation. Elle sera présidée par B. Stasi et comportera des intellectuels tels Régis Debray, Gilles Kepel, René Rémond, Alain Touraine ou Patrick Weil. Un membre de la commission, Jean Baubérot, écrit dans Libération : " D'autres pays sont en train d'inventer des formes nouvelles de laïcité (1), allons-nous nous enfermer dans un national-universalisme où nous croirions être universels à nous tout seuls, ou dans une exacerbation de nos spécificités, au lieu d'être dynamiques et attractifs dans le nécessaire dialogue entre peuples et nations ?".
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_030701141617.atujn07z.html
http://www.liberation.fr/page.php ?Article=122488

Les établissements innovants appellent
"L'innovation à caractère coopératif au sein du système éducatif apparaît plus que jamais nécessaire mais, il semble que, depuis les dernières élections législatives, elle ait été reléguée". Une trentaine d'établissements scolaires innovants, existants ou en projet, parmi lesquels le LAP de Paris, les lycées de Saint-Nazaire et d'Hérouville, demandent des moyens mais aussi une "liaison effective entre tous les niveaux de la hiérarchie scolaire et les collectivités territoriales concernées", avec pour enjeu le développement de nombreux projets en cours.
http://ecolesdifferentes.free.fr/ APPELCOOP.html

La réforme de l'école démontrée par l'OCDE
L'OCDE a déjà publié plusieurs études sur "l'école de demain" où l'organisation envisageait plusieurs scénarios d'évolution pour les systèmes éducatifs. Le nouvel ouvrage de l'OCDE, "L'école de demain. Réseaux d'innovation. Vers de nouveaux modèles de gestion des écoles et des systèmes" s'attache à montrer le rôle des réseaux et de l'innovation dans leur évolution. Il intervient au moment où, en France, l'école traverse une crise sérieuse et où toute réforme semble impossible.
L'ouvrage appelle à délaisser le modèle scolaire traditionnel pour un nouveau modèle "post-industriel, flexible et professionnalisé". Pour cela le premier effort doit porter sur la gouvernance du système éducatif et plus particulièrement sur celle des établissements scolaires. C'est là qu'interviennent les réseaux. Ils permettent d'ouvrir l'école sur la société environnante, ce qui aide à son évolution, "les réseaux intègrent les établissements d'enseignement aux sociétés qu'ils servent", et peuvent être des lieux de partage du savoir voir de construction d'une volonté collective. L'ouvrage donne des exemples et on voit bien en France, sur Internet, la constitution de communautés éducatives délocalisées, qui sont autant de lieux de partage de connaissance et de réflexion (cf. par exemple l'étude du PNER http://www.pner.org ). L'état doit encourager ces réseaux. Il doit aussi faire évoluer la gestion du système en engageant l'autonomie des établissements. Pour les auteurs, celle-ci n'est pas contradictoire avec un pilotage du système "les établissements ne peuvent jouir d'une grande autonomie que s'ils sont dotés d'un encadrement solide". Aujourd'hui on aurait pas de mal à trouver des exemples de systèmes éducatifs très centralisés et pourtant fort peu pilotés...
L'autonomie suppose une nouvelle direction des établissements. Non plus une direction reposant sur une soumission hiérarchique, mais une direction partageant ses décisions et capable d'impulsion. Pour l'OCDE, le bon chef d'établissement pratique le soutien individuel des enseignants, crée une atmosphère de confiance et de respect (particulièrement respect des élèves), oeuvre au consensus et incite à la réflexion et la formation. Tout cela serait voeux pieux, si l'ouvrage ne s'appuyait sur des études et des réalisations, par exemple le projet IQEA ou les écoles de la fondation Bertelsmann en Allemagne. Et ce n'est pas le moindre des intérêts de ce livre que de nous présenter des exemples réels de réformes, au Portugal (avec la réforme des programmes du primaire et le projet "Bonne Espérance"), en Hongrie, en Angleterre et aux Pays-Bas. Oui il est possible de réformer l'éducation. Certains pays l'ont fait.
http://www.cafepedagogique.net/di sci/archives.php3?numero=10&discipline=ac tu
http://www.cafepedagogique.net/di sci/archives.php3?numero=3&discipline=act u
http://www1.oecd.org/publications /e-book/9603042E.PDF

- Vie professionnelle    [ Haut ]

Retenues pour fait de grève
Comment vont être calculées les retenues correspondant aux grèves du printemps dernier ? Le Journal Officiel du 5 août publie une circulaire qui rappelle aux comptables publics, et sans doute aux enseignants, les textes existants. Première règle, celle du trentième qui veut qu'on opère une retenue d'un trentième même pour un arrêt de travail ne couvrant qu'une partie de la journée. Si vous faites grève une heure, c'est la journée qui est retirée du salaire. Seconde règle, celle de la période : " le décompte des retenues à opérer sur le traitement mensuel d'un agent public s'élève à autant de trentièmes qu'il y a de journées comprises du premier jour inclus au dernier jour inclus où cette absence de service fait a été constatée, même si, durant certaines de ces journées, cet agent n'avait, pour quelque cause que ce soit, aucun service à accomplir". La retenue porte donc également sur les jours fériés, les week-ends ou les congés s'ils sont inscrits entre deux journées où l'on a fait grève. Vous faites grève un vendredi et un lundi, c'est 4 jours qui sont prélevés. La retenue est calculée sur l'ensemble de la rémunération, primes incluses à l'exception des prestations sociales (indemnité de logement, prestations familiales par exemple). Elle ne peut excéder le vingtième du revenu s'il est inférieur à 3060 EUR, le dixième entre 3060 et 6030 EUR, le cinquième de 6030 à 9040 EUR. Enfin, la circulaire précise que " la retenue n'a pas à être précédée de la communication du dossier, du respect des droits de la défense ou d'un avertissement".
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=FPPA0300123C

Les prélèvements pour grève arrivent
Ca risque de peser sur la rentrée. D'après Libération du 23 août, les premiers prélèvements pour grève seraient effectués sur la paye d'août. Lors de la rencontre avec les syndicats, le 21 aoùt, le premier ministre a maintenu sa décision d'appliquer les textes en vigueur. C'est sur d'autres points qu'il ouvre des négociations : " Je suis donc prêt, sur les sujets importants tels que le rachat des années d'études ou l'attractivité du métier, à poursuivre et à ouvrir des groupes de discussion avec les organisations syndicales ; je suis prêt, non à la cogestion, mais au dialogue positif, à la négociation, à l'accord ".
http://www.liberation.fr/page.php ?Article=132108
http://www.premier-ministre.gouv. fr/fr/p.cfm?ref=40398

Nouveaux programmes des concours
Le B.O. du 17 juillet publie les programmes des concours externes de l'agrégation de lettres modernes; maths, SES, hébreu et néerlandais. Paraissent également ceux de l'agrégation interne de maths, SES, physique, EPS, économie et gestion et musique. Le même numéro diffuse les programmes du capes externe de créole et d'espagnol ainsi que des capes internes de SVT, SES, physique et chimie. Sont également publiés les programmes du CAPLP de Lettres histoire et maths - sciences physiques. Le B.O. du 24 juillet publie les programmes des épreuves de l'agrégation externe d'arabe, portugais, russe et physique, ainsi que celui du capes de chinois. On notera l'apparition de sites Internet dans la bibliographie. Le programme du Capeps est reconduit en 2004. Au J.O. du 29 juillet, un arrêté modifie l'organisation des épreuves de l'agrégation de musique et de physique.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/encart.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/30/MENP0301524X.htm
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENP0301422A

L'usure des profs dans le secondaire
Qu'est ce qui motive les profs ? Que craignent-ils ? Quelles sont leurs attentes ? Une étude ministérielle nous permet d'en savoir plus, ou de vérifier nos hypothèses. Pour la majorité des profs, leur principale motivation reste le plaisir de transmettre des connaissances. Elle vient devant le contact avec les élèves. Pourtant ils déplorent le niveau et le manque d'investissement des élèves. L'indiscipline dans la classe vient au 3ème rang des difficultés professionnelles (hors ZEP un quart des enseignants la rencontrent parfois, 41% en ZEP). Mais le principal apport de cette étude est de mettre en évidence le sentiment d'usure des profs. Après 20 ans de métier, il n'y a plus que 10% des profs à trouver leur métier de plus en plus satisfaisant alors que la moitié se déclarent de moins en moins satisfaits et que deux enseignants sur trois jugent le métier de plus en plus difficile. Principal remède envisagé par les enseignants : la réduction du nombre d'élèves par classe.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0337.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/read step.html

L'âge, point commun des enseignants
Où en est le vieillissement du corps enseignant ? Une étude ministérielle en dresse la pyramide des âges. L'âge moyen des enseignants est de 41,5 ans. Pour tous les corps, la pyramide des âges montre un sommet chez les quinquagénaires. Les corps les plus concernés sont également ceux où la proportion de femmes est la plus faible : les agrégés et les PLP. Surtout le vieillissement varie assez fortement d'une région à l'autre : une "ceinture du vieillissement" s'est constituée de Brest à Nice.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0338.pdf

D.E.I. France dénonce les violences à l'école
" Quelles que soient les difficultés actuelles du métier d'enseignant, et même s'il ne s'agit à l'évidence que de cas relativement isolés, rien ne peut justifier que des enfants aient à subir encore aujourd'hui des maltraitances physiques et psychologiques graves au sein de l'école et dans leurs classes". S'appuyant sur certains cas récents, l'association Défense des enfants international France dénonce la montée des maltraitances à l'école et la loi du silence qui reste trop souvent de mise : soit les administations locales couvrent les faits, soit, versant dans l'excès inverse, signalent aux autorités judiciaires des comportements qui devraient ne relever que du disciplinaire". Pour DEI France, "il devient de plus en plus urgent que, comme pour les autres métiers du social, un code de déontologie soit enfin élaboré par et pour la fonction enseignante... L'immense majorité des enseignants qui font leur métier dans des conditions parfois très difficiles ne pourraient que s'en trouver confortés dans leur action éducative".
http://www.globenet.org/enfant

- Vie scolaire    [ Haut ]

La rentrée reste au 1er septembre
Encore une rumeur démentie. Le calendrier scolaire des années 2004-2005 à 2006-2007 est paru au J.O. du 24 juillet. La rentrée des congés d'été reste fixée au 1er septembre.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301509A
http://www.education.gouv.fr/prat /cal.htm

Tous les textes sur les assistants d'éducation
Le ministère publie au B.O. du 19 juin un encart regroupant les textes nécessaires à l'embauche des assistants d'éducation. A noter la circulaire du 11 juin qui précise les fonctions des assistants et leurs conditions d'emploi. Ils seront recrutés par les établissements (EPLE) et, dans le primaire, par l'intermédiaire d'un "collège support". Une autre circulaire précise la gestion des crédits pour leur emploi.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/25/encart.htm

4000 assistants d'éducation supplémentaires à la rentrée
D'après une dépêche AFP du 24 juillet, c'est finalement 20.000 postes d'assistants d'éducation qui seront créés à la rentrée. Ils remplaceront les 20.000 aides-éducateurs qui arrivent en fin de contrat. Un effort qu'appuie la déclaration du premier ministre promettant un effort budgétaire supplémentaire en 2004 pour l'éducation : "nous avons compris le mal-être des enseignants, nous sommes attentifs aux difficultés de cette formidable organisation nationale qui est cette éducation à laquelle toutes les Françaises et les Français sont attachés. Nous ferons (..) un certain nombre d'efforts pour qu'on puisse affirmer encore davantage cette priorité nationale".
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_030724212225.s4u4ad2x.html
http://www.premier-ministre.gouv. fr/fr/p.cfm?ref=40253

Inscription des élèves
Un arrêté paru au J.O. du 6 août, supprime la fiche d'état civil des documents à fournir pour l'inscription des élèves. Par contre il établit, pour pouvoir appliquer la carte scolaire et combler un vide juridique, qu'un justificatif de domicile peut être exigé.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301183D

GEP migrera sous Windows
Educnet rend compte d'une information de l'AEF selon laquelle le logiciel GEP migrera sous Windows en 2005. GEP est utilisé dans le secondaire pour la gestion des élèves et des enseignants.
http://www.educnet.education.fr/a ef/articles/html/aef-35532.htm

L'accès des handicapés aux examens
Le B.O. du 3 juillet publie une circulaire décrivant les dispositifs obligatoires pour faciliter l'accès des handicapés aux examens, aussi bien pour leur motricité que pour la réalisation des épreuves.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/27/MENE0301373C.htm

Un guide pour l'examen
Il nous vient de Genève, où il a été conçu pour les étudiants. Mais, tel quel, il est à faire lire aux jeunes qui vont se présenter au bac : travaillez toute l'année, mais aussi apprenez à dormir, à vous détendre, arrivez à l'heure le jour J, n'oubliez ni nourriture ni mascotte, etc. Une série de conseils simples, efficaces, que certains connaissent mais qui manquent souvent aux jeunes des milieux défavorisés. Cette éducation là entre aussi dans les "nouvelles compétences" des profs.
http://www.unige.ch/presse/archiv es/unes/2003/pdf/fute.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/read step.html

Mouvement de recteurs
Le Journal Officiel du 25 juillet fait connaître de nouveaux déplacements de recteurs. Ainsi M. Bernard Saint-Girons, précédemment recteur de l'académie de Nice, est nommé à Créteil. Il est remplacé par M. Jean-Marie Carbasse. Mme Claire Lovisi est nommée rectrice de l'académie de Dijon. M. Ali Bencheneb est nommé à Reims, M. Christian Merlin à la Réunion et M. Serge Guinchard en Guadeloupe.

- Primaire    [ Haut ]

Déclin des effectifs en 2002
Ils sont plus de 6 millions. Le ministère publie une étude sur les élèves du primaire en 2002. Cette année a vu le nombre des écoliers baisser de 0,1% malgré l'augmentation de la scolarisation dans le préélémentaire. L'étude montre également un effort d'intégration des élèves relevant de l'enseignement spécial dans des classes ordinaires.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0341.pdf

La décentralisation et la carte scolaire
"La préparation de la carte scolaire du premier degré est une compétence partagée entre l'État et les communes... L'importance de la concertation entre l'État et les collectivités territoriales est, de ce fait, une composante essentielle de l'élaboration de la carte scolaire... La présente circulaire décrit les étapes du processus d'élaboration de la carte scolaire, en mettant l'accent sur les procédures de concertation et en proposant un calendrier indicatif pour le déroulement des opérations". Une circulaire parue au B.O. du 10 juillet abroge le texte de 1986 et adapte l'élaboration de la carte scolaire dans le primaire à la décentralisation. Si l'association des maires de France est associée à la concertation sur l'élaboration de la carte, l'Etat reste maître des ouvertures et fermetures de classes.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/28/MENE0300766C.htm

Un guide d'équipement des écoles
Quels équipement informatiques acheter pour l'école ? Quel réseau choisir ? Où installer le matériel ? Quels usages privilégier ? Educnet met en ligne un guide à l'usage des professeurs des écoles pour les aider à maîtriser l'intégration des TIC dans leur école.
http://www.educnet.education.fr/p rimaire/guide.htm

Langues régionales
Les deux arrêtés concernant les langues régionales à l'école primaire, annoncés dans un précédent Expresso, sont publiés au B.O. hors-série du 19 juin. Il fixe précisément les programmes d'enseignement pour le basque, le breton, le catalan, la langue régionale d'Alsace et des pays Mosellans, la langue d'Oc et le Corse.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/hs2/default.htm

Evaluation 2003-2004
Le B.O. du 17 juillet présente le dispositif d'évaluation en CE2. Il rappelle l'obligation d'information des parents sur les résultats des élèves. De nouveaux outils seront disponibles sur le site "banqoutils" comprenant des suggestions d'activités couvrant tout le cycle 3.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/MENK0301454C.htm

La réforme du Capsais contestée
La réforme du Capsais, le certificat qui permet d'enseigner à des enfants handicapés, soulève des oppositions. Des formateurs de l'IUFM de Lyon, s'ils reconnaissent certains aspects positifs au projet, s'inquiètent de la réduction de la durée de la formation des maîtres. Pour eux, l'enseignement spécialisé a besoin d'enseignants disposant d'une formation plus solide. Leur pétition, soutenue par plusieurs syndicats, a déjà recueillie plus de 3000 signatures.
http://capsais.free.fr/

Nouveau temps scolaire à Paris
La Mairie de Paris vient d'annoncer qu'à partir de la rentrée 2003, les écoliers auront classe un samedi sur deux à Paris. La Mairie organisera des ateliers durant les samedis libres pour les parents qui le désireront. On se rappelle que le projet d'aménagement du temps scolaire à Paris avait soulevé une vague de protestation l'an dernier.
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_030626093714.av3owapy.html

Inversion de tendance dans les inscriptions
Alors que, depuis 10 ans, le nombre d'élèves déclinait dans le primaire, la rentrée 2003 verra une augmentation sensible des effectifs (+1%). Cette hausse résultera d'abord de la hausse des inscriptions à l'école maternelle (+2%). En élémentaire, les d'écoliers seront encore un peu moins nombreux en 2003 (-0,3%), la hausse ne devant arriver qu'en 2004. Ces évolutions démographiques s'accompagnent de forts écarts régionaux. La hausse est surtout sensible dans un croissant allant de la Bretagne à Rhône-Alpes.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0347.pdf

Les nouvelles recrues sont des femmes
Plus de 8 candidats admis aux concours de recrutement de professeurs des écoles en 2001 sont des femmes. C'est un des enseignements d'une étude ministérielle. 71% des candidats admis sont titulaires d'un diplôme de second cycle universitaire, particulièrement en lettres, langues vivantes ou histoire. Un candidat admis sur trois n'est pas passé par les IUFM, proportion qui atteint un sur deux à Créteil et dans les DOM.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0343.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/read step.html

Une lettre d'information pour Primlangues
Primlangues, le site national d'accompagnement pour l'enseignement des langues au primaire, se dote d'une lettre d'information électronique qui permet de suivre l'actualité du site. C'est que, dans un domaine où beaucoup reste à faire, Primlangues multiplie les documents pédagogiques et les initiatives. Ainsi de nouvelles ressources pour l'enseignement de l'italien sont en ligne, des informations, des projets pédagogiques , comme le dialogue inter-classes "Devinez qui nous sommes".
http://www.primlangues.education. fr

La FCPE Paris en campagne pour les maternelles
Pour la FCPE c'est près de 500 enfants de 3 ans qui ne trouveront pas place en maternelle cette année. La FCPE craint, que faute de place, les parents renoncent à scolariser leur enfant, alors que le tribunal administratif leur reconnaît ce droit.
http://www.fcpe75.org

Alerte ! Géronimo arrive !
Ce rongeur va envahir les cours de récréation dès septembre. Il vaut mieux vous y préparer. Son nom ? Géronimo Stilton. Avec 2,5 millions d'exemplaires vendus, les romans de cette sympathique souris ont envahi les librairies italiennes. Elle arrive en France à la rentrée chez Albin Michel avec des romans destinés aux 7-10 ans, un dessin animé et sans doute de nombreux produits dérivés. La souris serait porteuse de valeurs positives : solidarité, amitié, honnêteté.
http://www.albin-michel-jeunesse. com/
http://www.geronimostilton.it/

- Collège    [ Haut ]

Un brevet ordinaire
Après ceux du bac, les résultats du brevet donnent eux aussi l'image d'une année ordinaire : 78,3% de reçus, un chiffre en très léger recul par rapport à 2002 (78,6%).
Seule variation notable, la hausse de 10% des candidats de la série professionnelle qui reflète la relance des 3èmes technologiques voulue par le ministre. Une série qui pose problème : un taux de reussite particulièrement faible (68,6%) en recul pour la troisième année consécutive.
Le brevet est aussi marqué par des variations régionales importantes. Comme pour le bac et comme l'an dernier, Rennes obtient le plus fort taux de réussite avec 84,9% de reçus. Clermont-Ferrand a le taux métropolitain le plus faible avec 74,8%.
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=20037151747

Disparition de l'évaluation en 5ème
A peine née, l'évaluation nationale mise en place en 5ème est supprimée par une circulaire publiée au B.O. du 17 juillet. Les évaluations de CE et 6ème restent obligatoires et sont adaptées pour prendre en compte les acquisitions en langues au primaire.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/MENK0301454C.htm

- Lycée    [ Haut ]

Bac : Une année presque ordinaire

Finalement il ne s'est rien passé cette année au bac. En dehors de la gestion à Montpellier, aucune épreuve n'a du être refaite et les taux de réussite sont quasi stables. Le ministre les a présenté la presse ce matin. L'édition 2003 est dans la moyenne : 62,6% de jeunes de cette génération ont eu le bac, soit 80,1% des candidats, en très légère hausse de 1% par rapport à 2002. Des chiffres stables depuis le milieu des années 1990

Un tiers (33,8%) des jeunes de cette génération ont obtenu un bac général. Les taux de réussite s'établissent à 84,7% des candidats en série S, 83,6% en L et 81,3% en ES. Le bac S progresse de 4,5%, les bacs L et ES d'environ 2%.

Le bac technologique a un taux de succès inférieur à 76,7% avec une légère progression de la série STI (75,8%) et un léger recul des autres séries : en SMS 77,8% de reçus (-2,6%), en STT 76,3% (-0,7%)88% de reçus en F11 et hôtellerie.

Le bac professionnel ne compte que 75,9% de reçus, soit 1,3% de moins qu'en 2002, l'essentiel de la baisse touchant les bacs de services (75,4% de reçus, -2,2%).

Succès qualitatif et quantitatif des TPE

Cette année près de 85% des candidats ont présenté un TPE au bac, plus du double qu'en 2002, et généralement ils ont fait de bons travaux. Ce double plébiscite des lycéens explique en partie la légère hausse du taux de réussite aux bacs généraux. Les TPE ont souvent augmenté d'un point la moyenne des candidats. Interrogé par la presse, Luc Ferry a confirmé le maintien de cette épreuve au bac, quitte éventuellement à l'aménager pour en simplifier un peu l'évaluation. La hausse sensible des résultats du bac S provient en partie des TPE, en partie de la nouvelle épreuve pratique de physique-chimie mise en place cette année dans cette série. L'épreuve de maths, dont on appréhendait les effets, a obtenu les notes habituelles, sans écart sensible inaccoutumé d'une académie à l'autre.

Les STT sur la sellette

En dehors des STI et du bac pro agricole, cette année est encore marquée par un recul du taux de réussite dans les bacs technologiques et professionnels. Pour les ministres, la situation est préoccupante en STT. Pour eux, la série a perdu sa spécificité et hésite entre série générale et technologique. Ils annoncent un "repositionnement" de la filière. La grande difficulté sera de rehausser le niveau sans casser le fil avec les élèves qui traditionnellement optent pour cette série.

De forts écarts régionaux

En 2003 les écarts entre académies ne se réduisent pas. L'académie de Rennes reste en tête avec 89,2% de reçus au bac général et 84,8% au bac technologique, et Créteil conserve le score le plus faible de métropole avec 76,4% et 67,1%. En bac général, les progressions les plus fortes sont à Amiens et Bordeaux. En série technologique, les baisses les plus fortes sont à Rouen et en Corse.

Le bac reste le sésame de l'université

Pour les ministres, le bac doit rester le premier grade universitaire. Pourtant ils n'ignorent pas qu'un bachelier général sur deux échoue au DEUG, proportion qui gonfle à 4 sur 5 pour les bacheliers technologiques. Pour eux, la solution réside dans l'amélioration de l'orientation des bacheliers. Aujourd'hui ceux qui échouent au DEUG sont majoritairement des jeunes qui n'ont pas été acceptés en BTS ou IUT. Ils entendent donc continuer à demander aux recteurs de favoriser l'accès des bacheliers technologiques et professionnels dans ces filières courtes.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0342.pdf

Langues : Les épreuves du bac
Le B.O. du 24 juillet fait le point sur les épreuves de langues aux bacs général et technologique. Elle rappelle la liste des langues qui peuvent être évaluées aux différentes épreuves des bacs. Un autre texte reconduit pour 2004 l'autorisation donnée à certains candidats aux bacs STI et STT de remplacer l'épreuve de seconde langue par une épreuve de langue 1 renforcée.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/30/MENE0301542N.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/30/MENE0301418A.htm

Maths : Programme de série L
Le programme de maths de 1ère et terminale L est publié au J.O. du 29 juillet. Le programme de première est applicable dès la rentrée 2003. On se rappelle qu'EduScol met en ligne l'intégralité de ces programmes et propose une liste de discussion pour aider les enseignants à leur mise en place.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301521A
http://www.eduscol.education.fr/D 0015/LLPHPR01.htm

Lycée des métiers et partenariats
Le nouveau "lycée des métiers" s'ancre dans le tissu économique local. Pour faciliter leur mise en place, EduScol publie une brochure et maintenant de nombreux exemples de réalisations d'établissements. Ainsi à Lamballe, un lycée a créé une option "matériels agricoles" pour un BTS technico-commercial en lien avec les organisations professionnelles et une cinquantaine d'entreprises, réalisant une rare adéquation entre formation et emploi. A Delle, le lycée Jules Ferry a travaillé sur l'organisation des périodes d'alternance en entreprise de façon à mieux l'intégrer dans la formation des étudiants, à crédibiliser le lycée auprès des partenaires, à impliquer les familles. D'autres actions visent la promotion des formations, l'insertion des étudiants, la coopération technologique, l'ouverture vers l'extérieur. Une visite de ce site s'impose aux responsables de formation.
http://www.eduscol.education.fr/D 0154/default.htm

Un rapport pour rénover l'enseignement du tourisme
Arlette Franco, député UMP, a remis son rapport sur la réforme des formations aux métiers du tourisme. Il vise à "rendre plus cohérent le système de formation et d'enseignement, à développer la validation des acquis de l'expérience et à améliorer l'accès à la formation continue". Ses recommandations pédagogiques sont ambitieuses. Mme Franco souhaite faire du tourisme une discipline à part entière et la création de BTS spécialisés (accueil des handicapés, tourisme et développement durable, activités de pleine nature). Cela passe par l'élévation du niveau de qualification des enseignants (agrégation, revalorisation du Capet), le développement de l'apprentissage des langues et augmenter le temps des stages.
http://www.tourisme.gouv.fr/actua lite/mission_formation.htm

Le BTS sourit aux lycéens des séries générales
Le BTS, lui aussi, sourit d'abord aux bacheliers des séries générales. Au moment où le ministre souhaite favoriser l'orientation des bacheliers technologiques et professionnels en BTS, les résultats de l'examen 2002 montrent que ces formations restent difficilement accessibles aux bacheliers professionnels, voir aux techniciens. En 2002, alors que 78% des candidats titulaires d'un bac général ont été reçus au BTS, ce taux descend à 61% pour les étudiants issus de STT, 54% pour ceux qui viennent de SMS et 41% pour les bacheliers professionnels. Si les BTS sont bien leur prolongement "naturel", les formations technologiques et professionnelles préparent-elles suffisamment au post-bac ? Sur 154.000 diplômés en 2002, 42.000 viennent de l'enseignement général.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0346.pdf

Publication du BTS Management
Le J.O. du 9 août publie un arrêté fixant les conditions de délivrance du BTS Management des unités commerciales. La première session de ce nouveau BTS aura lieu en 2006. Il remplacera le BTS Action commerciale.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENS0301628A
http://www.ac-nancy-metz.fr/crm
http://www.ac-nancy-metz.fr/ensei gn/ste/CRM/RENOVBTS/MUC_SOMM.htm

- Enseignement professionnel    [ Haut ]

Lycée des métiers et partenariats
Le nouveau "lycée des métiers" s'ancre dans le tissu économique local. Pour faciliter leur mise en place, EduScol publie une brochure et maintenant de nombreux exemples de réalisations d'établissements. Ainsi à Lamballe, un lycée a créé une option "matériels agricoles" pour un BTS technico-commercial en lien avec les organisations professionnelles et une cinquantaine d'entreprises, réalisant une rare adéquation entre formation et emploi. A Delle, le lycée Jules Ferry a travaillé sur l'organisation des périodes d'alternance en entreprise de façon à mieux l'intégrer dans la formation des étudiants, à crédibiliser le lycée auprès des partenaires, à impliquer les familles. D'autres actions visent la promotion des formations, l'insertion des étudiants, la coopération technologique, l'ouverture vers l'extérieur. Une visite de ce site s'impose aux responsables de formation.
http://www.eduscol.education.fr/D 0154/default.htm

Un rapport pour rénover l'enseignement du tourisme
Arlette Franco, député UMP, a remis son rapport sur la réforme des formations aux métiers du tourisme. Il vise à "rendre plus cohérent le système de formation et d'enseignement, à développer la validation des acquis de l'expérience et à améliorer l'accès à la formation continue". Ses recommandations pédagogiques sont ambitieuses. Mme Franco souhaite faire du tourisme une discipline à part entière et la création de BTS spécialisés (accueil des handicapés, tourisme et développement durable, activités de pleine nature). Cela passe par l'élévation du niveau de qualification des enseignants (agrégation, revalorisation du Capet), le développement de l'apprentissage des langues et augmenter le temps des stages.
http://www.tourisme.gouv.fr/actua lite/mission_formation.htm

Convention avec les Chambres de métiers
Le ministère de l'éducation publie une convention signée avec l'Assemblée permanente des chambres de métiers (APCM). Elle prévoit une étroite collaboration entre les deux organismes en matière d'offre de formation. Ainsi l'APCM pourrait sensibiliser profs et élèves aux emplois et formations proposés par les métiers et faciliter les stages des élèves. A noter que les CFA envisagent de préparer le B2i.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/26/MENE0301300X.htm

Le BTS sourit aux lycéens des séries générales
Le BTS, lui aussi, sourit d'abord aux bacheliers des séries générales. Au moment où le ministre souhaite favoriser l'orientation des bacheliers technologiques et professionnels en BTS, les résultats de l'examen 2002 montrent que ces formations restent difficilement accessibles aux bacheliers professionnels, voir aux techniciens. En 2002, alors que 78% des candidats titulaires d'un bac général ont été reçus au BTS, ce taux descend à 61% pour les étudiants issus de STT, 54% pour ceux qui viennent de SMS et 41% pour les bacheliers professionnels. Si les BTS sont bien leur prolongement "naturel", les formations technologiques et professionnelles préparent-elles suffisamment au post-bac ? Sur 154.000 diplômés en 2002, 42.000 viennent de l'enseignement général.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0346.pdf

Les disciplines générales au CAP
Un arrêté paru au J.O. du 27 juin fixe les unités générales du CAP et définit l'évaluation de l'enseignement général à cet examen. Français - histoire-géographie, maths-sciences et EPS sont communs à tous les CAP et évalués, pour les candidats scolaires, par contrôle en cours de formation.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301281A

La professionnalisation en question
EduScol, le site de la Desco, publie les actes de la conférence débat tenue en décembre 2002 sur "la formation professionnelle en Europe". Elle compare la situation dans 4 pays européens : la Grande-Bretagne, l'Allemagne; l'Espagne et la France. L'enseignement professionnel et la formation professionnelle rencontrent les mêmes problèmes dans ces pays, y compris la question du partage des rôles entre Etat et région.
http://www.eduscol.education.fr/D 0122/r_professionnel.htm

L'apprentissage recule face au chômage
Selon une étude ministérielle, la proportion d'apprentis ayant trouvé un emploi 7 mois après avoir quitté leur CFA est passée de 71à 69% de 2001 à 2002. L'insertion varie selon le diplôme possédé, le secteur et le sexe. Les moins qualifiés et les titulaires d'un BTS voient leur situation se dégrader.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0339.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/read step.html

Des programmes pour le CAP
Le BO du 17 juillet publie le programme de maths-sciences du CAP par secteur professionnel ainsi que les modalités d'évaluation de l'enseignement général au CAP. Celui-ci comprend trois épreuves obligatoires (français - histoire-géo, maths-sciences et EPS) et deux facultatives (langue vivante et arts appliqués). En même temps paraît au J.O. du 19 juillet le programme d'enseignement des langues vivantes entrant en application en 2003.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/MENE0301281A.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/MENE0301302N.htm
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301433A

A propos des langues
Le B.O. hors série du 25 juillet publie les programmes de langues vivantes pour les CAP. Le J.O. du 29 juillet définit l'épreuve de langue vivante au bac professionnel.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/hs4/default.htm
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301475A

Nouveaux CAP
Le J.O. du 29 juillet annonce la création des CAP charpentier bois, menuisier installateur, menuisier fabricant de menuiserie, et constructeur bois.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301537A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301538A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301539A

Création du B.P. esthétique
Par arrêté du 23 juillet, le B.P. "esthétique-cosmétique" est supprimé à partir de la session 2004. Il est remplacé par un nouveau brevet professionnel "esthétique / cosmétique - parfumerie".
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301563A

Nouveaux bacs pros alimentaires et BEP chimie
Le J.O. du 9 août publie deux arrêtés créant les bacs professionnels "technicien vente et conseil qualité en produits alimentaires" et "technicien vente et conseil-qualité en vins et spiritueux". Première session en 2005. Le même J.O. annonce la création du BEP "métiers des industries chimiques, des bio-industries et du traitement des eaux". Première session en 2006.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301652A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301653A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301675A

BP conducteur d'appareils des industries chimiques
Le B.O. n°28 publie l'arrêté créant le BP conducteur d'appareils des industries chimiques. Première session en 2005 (voir L'Expresso du 6 juin).
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/28/MENE0301240A.htm

Nouveaux BEP et CAP
Le J.O. du 12 août annonce la création de nombreux CAP et BEP : CAP boulanger, serrurier, carreleur, installateur thermique, installateur sanitaire, peintre applicateur, chocolatier, couvreur, maçon, constructeurs d'ouvrages du bâtiment en aluminium, tailleur de pierre, constructeur en béton armé, plâtrier et BEP travaux publics, géomètre, techniques du froid, techniques des métaux, techniques du gros bâtiment, installations sanitaires.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/RechercheSimpleJorf.jsp

Deux nouveaux bacs pro
Le B.O. du 19 juin publie les arrêtés créant les bacs professionnels " spécialité production graphique" et
"spécialité production imprimée".
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/25/MENE0301074A.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/25/MENE0301075A.htm

BP conducteur d'appareils
Le J.O. du 19 juin publie l'arrêté créant le BP "conducteur d'appareils des industries chimiques". Le BP se prépare par voie d'apprentissage ou de formation professionnelle. La première session ara lieu en 2005.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301240A

Création du bac pro énergie équipements communicants
Le J.O. du 19 juillet publie un arrêté créant un bac professionnel spécialité électrotechnique énergie équipements communicants. Sa première session aura lieu en 2006 où il remplacera le bac pro équipements et installations électriques.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301474A

Brevet "technicien en facture instrumentale"
Un arrêté du 8 juillet crée le brevet des métiers d'art "technicien en facture instrumentale".
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301419A

Naissance du BEP communication et industries graphiques
Le B.O. publie l'arrêté du 27 mai annoncé dans L'Expresso qui crée un BEP des métiers de la communication et des industries graphiques. Ce BEP remplace les BEP industries graphiques. La première session aura lieu en 2005.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/26/MENE0301185A.htm

- Le Café à Hourtin    [ Haut ]

Du 25 au 29 août, le Café a participé à la 24ème Université d'été de la communication à Hourtin. Chaque jour, nous avons publié un reportage sur cette manifestation : rencontres avec des enseignants ou des communautés éducatives, comptes-rendus de conférences, communiqués. A voir particulièrement pour faire le point sur les projets d'Environnement numérique de travail et d'Espace numérique des savoirs, la place des collectivités locales dans le système éducatif, les rapports entre médias et école. Des questions qui feront l'actualité de l'année.
http://www.cafepedagogique.net/di vers/hourtin2003

- François Jarraud -

- A la Une : C'est la rentrée    [ Haut ]

Dossier "Rentrée"
Quand on débute, que dire le premier jour ? Quand on a plus d'expérience, comment vivre sa " prise de fonctions " ? Mais aussi quels nouveaux textes s'appliquent à la rentrée ? Quelles évolutions, quels débats sont en cours dans ma discipline ? L'équipe du Café met en ligne le jour de la rentrée un dossier spécial pour aider les débutants et les autres à passer le cap.
http://www.cafepedagogique.net/do ssiers/rentree2003

Hourtin
Du 25 au 29 août, le Café a participé à la 24ème Université d'été de la communication à Hourtin. Chaque jour, nous avons publié un reportage sur cette manifestation : rencontres avec des enseignants ou des communautés éducatives, comptes-rendus de conférences, communiqués. A voir particulièrement pour faire le point sur les projets d'Environnement numérique de travail et d'Espace numérique des savoirs, la place des collectivités locales dans le système éducatif, les rapports entre médias et école. Des questions qui feront l'actualité de l'année.
http://www.cafepedagogique.net/di vers/hourtin2003

- Le système scolaire    [ Haut ]

PISA révèle les inégalités nationales des systèmes éducatifs
L'Unesco a publié le 1er juillet de nouveaux résultats de l'étude internationale PISA menée conjointement par l'Unesco et l'OCDE dans 32 pays. Elle permet de mesurer l'efficacité des systèmes éducatifs pour les jeunes âgés de 15 ans. En tête de classement se trouvent certains pays asiatiques (Japon, Corée du sud, Chine) ainsi que des états de peuplement européen (Finlande, Irlande, Australie, Royaume-Uni, Suède). La France se place en position moyenne. Elle établit que "dépenser plus par élève tend à donner de meilleures performances mais ne le garantit pas". Ainsi les Etats-Unis et la France dépensent nettement plus que la Corée pour chaque élève tout en ayant des résultats inférieurs. L'origine sociale joue également un rôle important dans les résultats des élèves mais certains pays ont réussi à développer des systèmes très égalitaires (Canada, Chine, Japon). Les écarts les plus forts se trouvent en Amérique latine. Plus profond semble le fossé entre les sexes : les filles sont partout meilleure en lecture et les garçons en maths.
http://www1.oecd.org/publications /e-book/9603071E.PDF

En attendant la réforme
C'est un constat unanime que font Le Monde et Libération ce 16 juin : la réforme de l'école devient urgente sous peine d'explosion. Mais est-elle possible ? Pour Luc Bronner, dans Le Monde, l'essentiel "réside dans la clarification des missions de l'éducation nationale, donc de celle des enseignants. Jusqu'où doit-aller l'enseignement obligatoire ? Quelle est la culture commune" minimale que l'école s'engage à transmettre ? Comment diversifier les parcours ? Doit-on maintenir l'objectif des 80 % d'une classe d'âge à mener au niveau du baccalauréat ?"
Pour Emmanuel Davidenkoff, dans Libération, les conditions d'un débat sur l'école ne sont pas réunies. "Cela ne tient pas au caractère hystérique des anathèmes échangés ces dernières semaines, mais bien plus au formidable mensonge sur lequel (sur)vit notre système éducatif depuis les années 60 : structurellement, l'école ne veut pas de tous les élèves, contrairement à la légende ânonnée depuis quarante ans". Il dénonce la double rupture instituée lors de la mise en place du collège unique : la volonté de démocratiser le système éducatif s'est heurtée au refus d'adapter la pédagogie et le métier d'enseignant en collège en le "primarisant". Au contraire on a fait des collèges des petits lycées ce qui a mis en place l'échec scolaire. "Si le mode de recrutement et les méthodes d'enseignement des professeurs de ce qui allait devenir le "collège unique" n'avaient pas été calqués sur ceux du lycée, la suite de l'histoire eût été différente. Le Snes prit alors la responsabilité historique de défendre un collège pour tous calé sur le modèle du lycée ; tout ramène à cette erreur originelle. Parachevant un mouvement engagé depuis le XIXe siècle, l'Etat exonère alors les enseignants du second degré de tout un pan de leurs missions, pour ne garder que l'essence du métier : l'enseignement, stricto sensu". Mais pour E. Davidenkoff, "aucun gouvernement ne semble prêt à s'attaquer à la question névralgique de la nature des connaissances que l'on transmet et à ses modes de transmission". Seul un référendum peut faire évoluer le système éducatif. Une analyse qui est proche de celle du Collectif pour le collège unique sur la réforme nécessaire du système mais qui oublie son existence. Ces forces qui existent en son sein pour sa mutation pèsent-elles si peu ?
http://www.lemonde.fr/article/0,5 987,3232--324034-,00.html
http://www.liberation.fr/page.php ?Article=117989
http://www.cafepedagogique.net/di vers/collectif/

2003-2004, l'année du débat sur l'éducation
"Sur des problèmes aussi fondamentaux, dans la démocratie à laquelle nous tenons tous, c'est au peuple et à ses représentants que doit revenir le dernier mot. Il s'agira, 15 ans après la loi d'orientation de 1989, de fixer par un nouveau texte législatif le projet éducatif que se donne notre Nation pour les prochaines décennies". Réuni le 28 juillet en comité interministériel, le gouvernement a annoncé son projet de nouvelle loi d'orientation sur l'école. Le gouvernement lancera un débat national dès la rentrée. Une commission nationale sera mise en place dès septembre et, durant le premier trimestre, des réunions auront lieu dans les établissements pour élaborer un "état de l'école". Le débat sortira également de l'école avec des réunions publiques. C'est ensuite le parlement qui débattra durant le second semestre 2004. Le gouvernement entend donc ne pas réserver la question de l'école aux seuls enseignants. Ceux-ci ont déjà entamé la réflexion avec le débat sur le collège.
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=2003729921
http://www.premier-ministre.gouv. fr/fr/p.cfm?ref=40270
http://www.cafepedagogique.net/di vers/collectif/

Le médiateur, éveilleur de l'éducation nationale
Respect. C'est sans doute le maître mot de Jacky Simon, médiateur de l'éducation nationale. Il rendait lundi 23 juin son rapport annuel. 2002 a vu une certaine stabilité des affaires traitées par le médiateur national ou ses collègues académiques avec 4790 demandes. 41% viennent des "usagers" de l'éducation nationale, un chiffre en progression qui montre que les médiateurs sont davantage connus et que leur travail est reconnu. Cette année, ils ont eu à intervenir particulièrement en faveur de la scolarisation des enfants handicapés, et, pour les enseignants, dans des affaires de harcèlement moral. Aussi le médiateur a-t-il pris courageusement le taureau par les cornes. Il s'attaque à la rédaction d'un code de déontologie. Un projet sans doute nécessaire, soutenu par une partie des enseignants, mais qui pourrait rencontrer des résistances. A suivre...
http://www.education.gouv.fr/syst /mediateur/rapport2002.htm

Les TICE et la rentrée
En marge du comité ministériel du 28 juillet, le gouvernement a précisé les grands axes de la rentrée. Au primaire, l'effort principal concernera la lutte contre l'illettrisme en cours préparatoire. Au collège, le ministre souhaite développer l'enseignement en alternance : un quart des collèges proposeront des formations en lien avec l'enseignement professionnel. Les TICE restent une priorité avec le développement de services à destination des enseignants et le rappel du caractère obligatoire du B2i.
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=2003729921

La presse française en accès libre
Xavier Darcos inaugurera lundi la 24ème université d'Hourtin. A cette occasion, il signera un accord de partenariat avec le syndicat de la presse parisienne et son homologue de la presse régionale. Il permettra à 500 établissemnts d'accéder gratuitement par Internet aux contenus de la presse française. Un nouveau pas dans la mise en place de l'Espace numérique des savoirs.
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=20038221010

Une commission sur la laïcité
Le gouvernement crée une commission chargée de réfléchir à la question de la laïcité dans l'éducation. Elle sera présidée par B. Stasi et comportera des intellectuels tels Régis Debray, Gilles Kepel, René Rémond, Alain Touraine ou Patrick Weil. Un membre de la commission, Jean Baubérot, écrit dans Libération : " D'autres pays sont en train d'inventer des formes nouvelles de laïcité (1), allons-nous nous enfermer dans un national-universalisme où nous croirions être universels à nous tout seuls, ou dans une exacerbation de nos spécificités, au lieu d'être dynamiques et attractifs dans le nécessaire dialogue entre peuples et nations ?".
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_030701141617.atujn07z.html
http://www.liberation.fr/page.php ?Article=122488

Les établissements innovants appellent
"L'innovation à caractère coopératif au sein du système éducatif apparaît plus que jamais nécessaire mais, il semble que, depuis les dernières élections législatives, elle ait été reléguée". Une trentaine d'établissements scolaires innovants, existants ou en projet, parmi lesquels le LAP de Paris, les lycées de Saint-Nazaire et d'Hérouville, demandent des moyens mais aussi une "liaison effective entre tous les niveaux de la hiérarchie scolaire et les collectivités territoriales concernées", avec pour enjeu le développement de nombreux projets en cours.
http://ecolesdifferentes.free.fr/ APPELCOOP.html

La réforme de l'école démontrée par l'OCDE
L'OCDE a déjà publié plusieurs études sur "l'école de demain" où l'organisation envisageait plusieurs scénarios d'évolution pour les systèmes éducatifs. Le nouvel ouvrage de l'OCDE, "L'école de demain. Réseaux d'innovation. Vers de nouveaux modèles de gestion des écoles et des systèmes" s'attache à montrer le rôle des réseaux et de l'innovation dans leur évolution. Il intervient au moment où, en France, l'école traverse une crise sérieuse et où toute réforme semble impossible.
L'ouvrage appelle à délaisser le modèle scolaire traditionnel pour un nouveau modèle "post-industriel, flexible et professionnalisé". Pour cela le premier effort doit porter sur la gouvernance du système éducatif et plus particulièrement sur celle des établissements scolaires. C'est là qu'interviennent les réseaux. Ils permettent d'ouvrir l'école sur la société environnante, ce qui aide à son évolution, "les réseaux intègrent les établissements d'enseignement aux sociétés qu'ils servent", et peuvent être des lieux de partage du savoir voir de construction d'une volonté collective. L'ouvrage donne des exemples et on voit bien en France, sur Internet, la constitution de communautés éducatives délocalisées, qui sont autant de lieux de partage de connaissance et de réflexion (cf. par exemple l'étude du PNER http://www.pner.org ). L'état doit encourager ces réseaux. Il doit aussi faire évoluer la gestion du système en engageant l'autonomie des établissements. Pour les auteurs, celle-ci n'est pas contradictoire avec un pilotage du système "les établissements ne peuvent jouir d'une grande autonomie que s'ils sont dotés d'un encadrement solide". Aujourd'hui on aurait pas de mal à trouver des exemples de systèmes éducatifs très centralisés et pourtant fort peu pilotés...
L'autonomie suppose une nouvelle direction des établissements. Non plus une direction reposant sur une soumission hiérarchique, mais une direction partageant ses décisions et capable d'impulsion. Pour l'OCDE, le bon chef d'établissement pratique le soutien individuel des enseignants, crée une atmosphère de confiance et de respect (particulièrement respect des élèves), oeuvre au consensus et incite à la réflexion et la formation. Tout cela serait voeux pieux, si l'ouvrage ne s'appuyait sur des études et des réalisations, par exemple le projet IQEA ou les écoles de la fondation Bertelsmann en Allemagne. Et ce n'est pas le moindre des intérêts de ce livre que de nous présenter des exemples réels de réformes, au Portugal (avec la réforme des programmes du primaire et le projet "Bonne Espérance"), en Hongrie, en Angleterre et aux Pays-Bas. Oui il est possible de réformer l'éducation. Certains pays l'ont fait.
http://www.cafepedagogique.net/di sci/archives.php3?numero=10&discipline=ac tu
http://www.cafepedagogique.net/di sci/archives.php3?numero=3&discipline=act u
http://www1.oecd.org/publications /e-book/9603042E.PDF

- Vie professionnelle    [ Haut ]

Retenues pour fait de grève
Comment vont être calculées les retenues correspondant aux grèves du printemps dernier ? Le Journal Officiel du 5 août publie une circulaire qui rappelle aux comptables publics, et sans doute aux enseignants, les textes existants. Première règle, celle du trentième qui veut qu'on opère une retenue d'un trentième même pour un arrêt de travail ne couvrant qu'une partie de la journée. Si vous faites grève une heure, c'est la journée qui est retirée du salaire. Seconde règle, celle de la période : " le décompte des retenues à opérer sur le traitement mensuel d'un agent public s'élève à autant de trentièmes qu'il y a de journées comprises du premier jour inclus au dernier jour inclus où cette absence de service fait a été constatée, même si, durant certaines de ces journées, cet agent n'avait, pour quelque cause que ce soit, aucun service à accomplir". La retenue porte donc également sur les jours fériés, les week-ends ou les congés s'ils sont inscrits entre deux journées où l'on a fait grève. Vous faites grève un vendredi et un lundi, c'est 4 jours qui sont prélevés. La retenue est calculée sur l'ensemble de la rémunération, primes incluses à l'exception des prestations sociales (indemnité de logement, prestations familiales par exemple). Elle ne peut excéder le vingtième du revenu s'il est inférieur à 3060 EUR, le dixième entre 3060 et 6030 EUR, le cinquième de 6030 à 9040 EUR. Enfin, la circulaire précise que " la retenue n'a pas à être précédée de la communication du dossier, du respect des droits de la défense ou d'un avertissement".
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=FPPA0300123C

Les prélèvements pour grève arrivent
Ca risque de peser sur la rentrée. D'après Libération du 23 août, les premiers prélèvements pour grève seraient effectués sur la paye d'août. Lors de la rencontre avec les syndicats, le 21 aoùt, le premier ministre a maintenu sa décision d'appliquer les textes en vigueur. C'est sur d'autres points qu'il ouvre des négociations : " Je suis donc prêt, sur les sujets importants tels que le rachat des années d'études ou l'attractivité du métier, à poursuivre et à ouvrir des groupes de discussion avec les organisations syndicales ; je suis prêt, non à la cogestion, mais au dialogue positif, à la négociation, à l'accord ".
http://www.liberation.fr/page.php ?Article=132108
http://www.premier-ministre.gouv. fr/fr/p.cfm?ref=40398

Nouveaux programmes des concours
Le B.O. du 17 juillet publie les programmes des concours externes de l'agrégation de lettres modernes; maths, SES, hébreu et néerlandais. Paraissent également ceux de l'agrégation interne de maths, SES, physique, EPS, économie et gestion et musique. Le même numéro diffuse les programmes du capes externe de créole et d'espagnol ainsi que des capes internes de SVT, SES, physique et chimie. Sont également publiés les programmes du CAPLP de Lettres histoire et maths - sciences physiques. Le B.O. du 24 juillet publie les programmes des épreuves de l'agrégation externe d'arabe, portugais, russe et physique, ainsi que celui du capes de chinois. On notera l'apparition de sites Internet dans la bibliographie. Le programme du Capeps est reconduit en 2004. Au J.O. du 29 juillet, un arrêté modifie l'organisation des épreuves de l'agrégation de musique et de physique.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/encart.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/30/MENP0301524X.htm
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENP0301422A

L'usure des profs dans le secondaire
Qu'est ce qui motive les profs ? Que craignent-ils ? Quelles sont leurs attentes ? Une étude ministérielle nous permet d'en savoir plus, ou de vérifier nos hypothèses. Pour la majorité des profs, leur principale motivation reste le plaisir de transmettre des connaissances. Elle vient devant le contact avec les élèves. Pourtant ils déplorent le niveau et le manque d'investissement des élèves. L'indiscipline dans la classe vient au 3ème rang des difficultés professionnelles (hors ZEP un quart des enseignants la rencontrent parfois, 41% en ZEP). Mais le principal apport de cette étude est de mettre en évidence le sentiment d'usure des profs. Après 20 ans de métier, il n'y a plus que 10% des profs à trouver leur métier de plus en plus satisfaisant alors que la moitié se déclarent de moins en moins satisfaits et que deux enseignants sur trois jugent le métier de plus en plus difficile. Principal remède envisagé par les enseignants : la réduction du nombre d'élèves par classe.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0337.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/read step.html

L'âge, point commun des enseignants
Où en est le vieillissement du corps enseignant ? Une étude ministérielle en dresse la pyramide des âges. L'âge moyen des enseignants est de 41,5 ans. Pour tous les corps, la pyramide des âges montre un sommet chez les quinquagénaires. Les corps les plus concernés sont également ceux où la proportion de femmes est la plus faible : les agrégés et les PLP. Surtout le vieillissement varie assez fortement d'une région à l'autre : une "ceinture du vieillissement" s'est constituée de Brest à Nice.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0338.pdf

D.E.I. France dénonce les violences à l'école
" Quelles que soient les difficultés actuelles du métier d'enseignant, et même s'il ne s'agit à l'évidence que de cas relativement isolés, rien ne peut justifier que des enfants aient à subir encore aujourd'hui des maltraitances physiques et psychologiques graves au sein de l'école et dans leurs classes". S'appuyant sur certains cas récents, l'association Défense des enfants international France dénonce la montée des maltraitances à l'école et la loi du silence qui reste trop souvent de mise : soit les administations locales couvrent les faits, soit, versant dans l'excès inverse, signalent aux autorités judiciaires des comportements qui devraient ne relever que du disciplinaire". Pour DEI France, "il devient de plus en plus urgent que, comme pour les autres métiers du social, un code de déontologie soit enfin élaboré par et pour la fonction enseignante... L'immense majorité des enseignants qui font leur métier dans des conditions parfois très difficiles ne pourraient que s'en trouver confortés dans leur action éducative".
http://www.globenet.org/enfant

- Vie scolaire    [ Haut ]

La rentrée reste au 1er septembre
Encore une rumeur démentie. Le calendrier scolaire des années 2004-2005 à 2006-2007 est paru au J.O. du 24 juillet. La rentrée des congés d'été reste fixée au 1er septembre.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301509A
http://www.education.gouv.fr/prat /cal.htm

Tous les textes sur les assistants d'éducation
Le ministère publie au B.O. du 19 juin un encart regroupant les textes nécessaires à l'embauche des assistants d'éducation. A noter la circulaire du 11 juin qui précise les fonctions des assistants et leurs conditions d'emploi. Ils seront recrutés par les établissements (EPLE) et, dans le primaire, par l'intermédiaire d'un "collège support". Une autre circulaire précise la gestion des crédits pour leur emploi.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/25/encart.htm

4000 assistants d'éducation supplémentaires à la rentrée
D'après une dépêche AFP du 24 juillet, c'est finalement 20.000 postes d'assistants d'éducation qui seront créés à la rentrée. Ils remplaceront les 20.000 aides-éducateurs qui arrivent en fin de contrat. Un effort qu'appuie la déclaration du premier ministre promettant un effort budgétaire supplémentaire en 2004 pour l'éducation : "nous avons compris le mal-être des enseignants, nous sommes attentifs aux difficultés de cette formidable organisation nationale qui est cette éducation à laquelle toutes les Françaises et les Français sont attachés. Nous ferons (..) un certain nombre d'efforts pour qu'on puisse affirmer encore davantage cette priorité nationale".
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_030724212225.s4u4ad2x.html
http://www.premier-ministre.gouv. fr/fr/p.cfm?ref=40253

Inscription des élèves
Un arrêté paru au J.O. du 6 août, supprime la fiche d'état civil des documents à fournir pour l'inscription des élèves. Par contre il établit, pour pouvoir appliquer la carte scolaire et combler un vide juridique, qu'un justificatif de domicile peut être exigé.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301183D

GEP migrera sous Windows
Educnet rend compte d'une information de l'AEF selon laquelle le logiciel GEP migrera sous Windows en 2005. GEP est utilisé dans le secondaire pour la gestion des élèves et des enseignants.
http://www.educnet.education.fr/a ef/articles/html/aef-35532.htm

L'accès des handicapés aux examens
Le B.O. du 3 juillet publie une circulaire décrivant les dispositifs obligatoires pour faciliter l'accès des handicapés aux examens, aussi bien pour leur motricité que pour la réalisation des épreuves.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/27/MENE0301373C.htm

Un guide pour l'examen
Il nous vient de Genève, où il a été conçu pour les étudiants. Mais, tel quel, il est à faire lire aux jeunes qui vont se présenter au bac : travaillez toute l'année, mais aussi apprenez à dormir, à vous détendre, arrivez à l'heure le jour J, n'oubliez ni nourriture ni mascotte, etc. Une série de conseils simples, efficaces, que certains connaissent mais qui manquent souvent aux jeunes des milieux défavorisés. Cette éducation là entre aussi dans les "nouvelles compétences" des profs.
http://www.unige.ch/presse/archiv es/unes/2003/pdf/fute.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/read step.html

Mouvement de recteurs
Le Journal Officiel du 25 juillet fait connaître de nouveaux déplacements de recteurs. Ainsi M. Bernard Saint-Girons, précédemment recteur de l'académie de Nice, est nommé à Créteil. Il est remplacé par M. Jean-Marie Carbasse. Mme Claire Lovisi est nommée rectrice de l'académie de Dijon. M. Ali Bencheneb est nommé à Reims, M. Christian Merlin à la Réunion et M. Serge Guinchard en Guadeloupe.

- Primaire    [ Haut ]

Déclin des effectifs en 2002
Ils sont plus de 6 millions. Le ministère publie une étude sur les élèves du primaire en 2002. Cette année a vu le nombre des écoliers baisser de 0,1% malgré l'augmentation de la scolarisation dans le préélémentaire. L'étude montre également un effort d'intégration des élèves relevant de l'enseignement spécial dans des classes ordinaires.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0341.pdf

La décentralisation et la carte scolaire
"La préparation de la carte scolaire du premier degré est une compétence partagée entre l'État et les communes... L'importance de la concertation entre l'État et les collectivités territoriales est, de ce fait, une composante essentielle de l'élaboration de la carte scolaire... La présente circulaire décrit les étapes du processus d'élaboration de la carte scolaire, en mettant l'accent sur les procédures de concertation et en proposant un calendrier indicatif pour le déroulement des opérations". Une circulaire parue au B.O. du 10 juillet abroge le texte de 1986 et adapte l'élaboration de la carte scolaire dans le primaire à la décentralisation. Si l'association des maires de France est associée à la concertation sur l'élaboration de la carte, l'Etat reste maître des ouvertures et fermetures de classes.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/28/MENE0300766C.htm

Un guide d'équipement des écoles
Quels équipement informatiques acheter pour l'école ? Quel réseau choisir ? Où installer le matériel ? Quels usages privilégier ? Educnet met en ligne un guide à l'usage des professeurs des écoles pour les aider à maîtriser l'intégration des TIC dans leur école.
http://www.educnet.education.fr/p rimaire/guide.htm

Langues régionales
Les deux arrêtés concernant les langues régionales à l'école primaire, annoncés dans un précédent Expresso, sont publiés au B.O. hors-série du 19 juin. Il fixe précisément les programmes d'enseignement pour le basque, le breton, le catalan, la langue régionale d'Alsace et des pays Mosellans, la langue d'Oc et le Corse.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/hs2/default.htm

Evaluation 2003-2004
Le B.O. du 17 juillet présente le dispositif d'évaluation en CE2. Il rappelle l'obligation d'information des parents sur les résultats des élèves. De nouveaux outils seront disponibles sur le site "banqoutils" comprenant des suggestions d'activités couvrant tout le cycle 3.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/MENK0301454C.htm

La réforme du Capsais contestée
La réforme du Capsais, le certificat qui permet d'enseigner à des enfants handicapés, soulève des oppositions. Des formateurs de l'IUFM de Lyon, s'ils reconnaissent certains aspects positifs au projet, s'inquiètent de la réduction de la durée de la formation des maîtres. Pour eux, l'enseignement spécialisé a besoin d'enseignants disposant d'une formation plus solide. Leur pétition, soutenue par plusieurs syndicats, a déjà recueillie plus de 3000 signatures.
http://capsais.free.fr/

Nouveau temps scolaire à Paris
La Mairie de Paris vient d'annoncer qu'à partir de la rentrée 2003, les écoliers auront classe un samedi sur deux à Paris. La Mairie organisera des ateliers durant les samedis libres pour les parents qui le désireront. On se rappelle que le projet d'aménagement du temps scolaire à Paris avait soulevé une vague de protestation l'an dernier.
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_030626093714.av3owapy.html

Inversion de tendance dans les inscriptions
Alors que, depuis 10 ans, le nombre d'élèves déclinait dans le primaire, la rentrée 2003 verra une augmentation sensible des effectifs (+1%). Cette hausse résultera d'abord de la hausse des inscriptions à l'école maternelle (+2%). En élémentaire, les d'écoliers seront encore un peu moins nombreux en 2003 (-0,3%), la hausse ne devant arriver qu'en 2004. Ces évolutions démographiques s'accompagnent de forts écarts régionaux. La hausse est surtout sensible dans un croissant allant de la Bretagne à Rhône-Alpes.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0347.pdf

Les nouvelles recrues sont des femmes
Plus de 8 candidats admis aux concours de recrutement de professeurs des écoles en 2001 sont des femmes. C'est un des enseignements d'une étude ministérielle. 71% des candidats admis sont titulaires d'un diplôme de second cycle universitaire, particulièrement en lettres, langues vivantes ou histoire. Un candidat admis sur trois n'est pas passé par les IUFM, proportion qui atteint un sur deux à Créteil et dans les DOM.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0343.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/read step.html

Une lettre d'information pour Primlangues
Primlangues, le site national d'accompagnement pour l'enseignement des langues au primaire, se dote d'une lettre d'information électronique qui permet de suivre l'actualité du site. C'est que, dans un domaine où beaucoup reste à faire, Primlangues multiplie les documents pédagogiques et les initiatives. Ainsi de nouvelles ressources pour l'enseignement de l'italien sont en ligne, des informations, des projets pédagogiques , comme le dialogue inter-classes "Devinez qui nous sommes".
http://www.primlangues.education. fr

La FCPE Paris en campagne pour les maternelles
Pour la FCPE c'est près de 500 enfants de 3 ans qui ne trouveront pas place en maternelle cette année. La FCPE craint, que faute de place, les parents renoncent à scolariser leur enfant, alors que le tribunal administratif leur reconnaît ce droit.
http://www.fcpe75.org

Alerte ! Géronimo arrive !
Ce rongeur va envahir les cours de récréation dès septembre. Il vaut mieux vous y préparer. Son nom ? Géronimo Stilton. Avec 2,5 millions d'exemplaires vendus, les romans de cette sympathique souris ont envahi les librairies italiennes. Elle arrive en France à la rentrée chez Albin Michel avec des romans destinés aux 7-10 ans, un dessin animé et sans doute de nombreux produits dérivés. La souris serait porteuse de valeurs positives : solidarité, amitié, honnêteté.
http://www.albin-michel-jeunesse. com/
http://www.geronimostilton.it/

- Collège    [ Haut ]

Un brevet ordinaire
Après ceux du bac, les résultats du brevet donnent eux aussi l'image d'une année ordinaire : 78,3% de reçus, un chiffre en très léger recul par rapport à 2002 (78,6%).
Seule variation notable, la hausse de 10% des candidats de la série professionnelle qui reflète la relance des 3èmes technologiques voulue par le ministre. Une série qui pose problème : un taux de reussite particulièrement faible (68,6%) en recul pour la troisième année consécutive.
Le brevet est aussi marqué par des variations régionales importantes. Comme pour le bac et comme l'an dernier, Rennes obtient le plus fort taux de réussite avec 84,9% de reçus. Clermont-Ferrand a le taux métropolitain le plus faible avec 74,8%.
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=20037151747

Disparition de l'évaluation en 5ème
A peine née, l'évaluation nationale mise en place en 5ème est supprimée par une circulaire publiée au B.O. du 17 juillet. Les évaluations de CE et 6ème restent obligatoires et sont adaptées pour prendre en compte les acquisitions en langues au primaire.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/MENK0301454C.htm

- Lycée    [ Haut ]

Bac : Une année presque ordinaire

Finalement il ne s'est rien passé cette année au bac. En dehors de la gestion à Montpellier, aucune épreuve n'a du être refaite et les taux de réussite sont quasi stables. Le ministre les a présenté la presse ce matin. L'édition 2003 est dans la moyenne : 62,6% de jeunes de cette génération ont eu le bac, soit 80,1% des candidats, en très légère hausse de 1% par rapport à 2002. Des chiffres stables depuis le milieu des années 1990

Un tiers (33,8%) des jeunes de cette génération ont obtenu un bac général. Les taux de réussite s'établissent à 84,7% des candidats en série S, 83,6% en L et 81,3% en ES. Le bac S progresse de 4,5%, les bacs L et ES d'environ 2%.

Le bac technologique a un taux de succès inférieur à 76,7% avec une légère progression de la série STI (75,8%) et un léger recul des autres séries : en SMS 77,8% de reçus (-2,6%), en STT 76,3% (-0,7%)88% de reçus en F11 et hôtellerie.

Le bac professionnel ne compte que 75,9% de reçus, soit 1,3% de moins qu'en 2002, l'essentiel de la baisse touchant les bacs de services (75,4% de reçus, -2,2%).

Succès qualitatif et quantitatif des TPE

Cette année près de 85% des candidats ont présenté un TPE au bac, plus du double qu'en 2002, et généralement ils ont fait de bons travaux. Ce double plébiscite des lycéens explique en partie la légère hausse du taux de réussite aux bacs généraux. Les TPE ont souvent augmenté d'un point la moyenne des candidats. Interrogé par la presse, Luc Ferry a confirmé le maintien de cette épreuve au bac, quitte éventuellement à l'aménager pour en simplifier un peu l'évaluation. La hausse sensible des résultats du bac S provient en partie des TPE, en partie de la nouvelle épreuve pratique de physique-chimie mise en place cette année dans cette série. L'épreuve de maths, dont on appréhendait les effets, a obtenu les notes habituelles, sans écart sensible inaccoutumé d'une académie à l'autre.

Les STT sur la sellette

En dehors des STI et du bac pro agricole, cette année est encore marquée par un recul du taux de réussite dans les bacs technologiques et professionnels. Pour les ministres, la situation est préoccupante en STT. Pour eux, la série a perdu sa spécificité et hésite entre série générale et technologique. Ils annoncent un "repositionnement" de la filière. La grande difficulté sera de rehausser le niveau sans casser le fil avec les élèves qui traditionnellement optent pour cette série.

De forts écarts régionaux

En 2003 les écarts entre académies ne se réduisent pas. L'académie de Rennes reste en tête avec 89,2% de reçus au bac général et 84,8% au bac technologique, et Créteil conserve le score le plus faible de métropole avec 76,4% et 67,1%. En bac général, les progressions les plus fortes sont à Amiens et Bordeaux. En série technologique, les baisses les plus fortes sont à Rouen et en Corse.

Le bac reste le sésame de l'université

Pour les ministres, le bac doit rester le premier grade universitaire. Pourtant ils n'ignorent pas qu'un bachelier général sur deux échoue au DEUG, proportion qui gonfle à 4 sur 5 pour les bacheliers technologiques. Pour eux, la solution réside dans l'amélioration de l'orientation des bacheliers. Aujourd'hui ceux qui échouent au DEUG sont majoritairement des jeunes qui n'ont pas été acceptés en BTS ou IUT. Ils entendent donc continuer à demander aux recteurs de favoriser l'accès des bacheliers technologiques et professionnels dans ces filières courtes.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0342.pdf

Langues : Les épreuves du bac
Le B.O. du 24 juillet fait le point sur les épreuves de langues aux bacs général et technologique. Elle rappelle la liste des langues qui peuvent être évaluées aux différentes épreuves des bacs. Un autre texte reconduit pour 2004 l'autorisation donnée à certains candidats aux bacs STI et STT de remplacer l'épreuve de seconde langue par une épreuve de langue 1 renforcée.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/30/MENE0301542N.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/30/MENE0301418A.htm

Maths : Programme de série L
Le programme de maths de 1ère et terminale L est publié au J.O. du 29 juillet. Le programme de première est applicable dès la rentrée 2003. On se rappelle qu'EduScol met en ligne l'intégralité de ces programmes et propose une liste de discussion pour aider les enseignants à leur mise en place.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301521A
http://www.eduscol.education.fr/D 0015/LLPHPR01.htm

Lycée des métiers et partenariats
Le nouveau "lycée des métiers" s'ancre dans le tissu économique local. Pour faciliter leur mise en place, EduScol publie une brochure et maintenant de nombreux exemples de réalisations d'établissements. Ainsi à Lamballe, un lycée a créé une option "matériels agricoles" pour un BTS technico-commercial en lien avec les organisations professionnelles et une cinquantaine d'entreprises, réalisant une rare adéquation entre formation et emploi. A Delle, le lycée Jules Ferry a travaillé sur l'organisation des périodes d'alternance en entreprise de façon à mieux l'intégrer dans la formation des étudiants, à crédibiliser le lycée auprès des partenaires, à impliquer les familles. D'autres actions visent la promotion des formations, l'insertion des étudiants, la coopération technologique, l'ouverture vers l'extérieur. Une visite de ce site s'impose aux responsables de formation.
http://www.eduscol.education.fr/D 0154/default.htm

Un rapport pour rénover l'enseignement du tourisme
Arlette Franco, député UMP, a remis son rapport sur la réforme des formations aux métiers du tourisme. Il vise à "rendre plus cohérent le système de formation et d'enseignement, à développer la validation des acquis de l'expérience et à améliorer l'accès à la formation continue". Ses recommandations pédagogiques sont ambitieuses. Mme Franco souhaite faire du tourisme une discipline à part entière et la création de BTS spécialisés (accueil des handicapés, tourisme et développement durable, activités de pleine nature). Cela passe par l'élévation du niveau de qualification des enseignants (agrégation, revalorisation du Capet), le développement de l'apprentissage des langues et augmenter le temps des stages.
http://www.tourisme.gouv.fr/actua lite/mission_formation.htm

Le BTS sourit aux lycéens des séries générales
Le BTS, lui aussi, sourit d'abord aux bacheliers des séries générales. Au moment où le ministre souhaite favoriser l'orientation des bacheliers technologiques et professionnels en BTS, les résultats de l'examen 2002 montrent que ces formations restent difficilement accessibles aux bacheliers professionnels, voir aux techniciens. En 2002, alors que 78% des candidats titulaires d'un bac général ont été reçus au BTS, ce taux descend à 61% pour les étudiants issus de STT, 54% pour ceux qui viennent de SMS et 41% pour les bacheliers professionnels. Si les BTS sont bien leur prolongement "naturel", les formations technologiques et professionnelles préparent-elles suffisamment au post-bac ? Sur 154.000 diplômés en 2002, 42.000 viennent de l'enseignement général.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0346.pdf

Publication du BTS Management
Le J.O. du 9 août publie un arrêté fixant les conditions de délivrance du BTS Management des unités commerciales. La première session de ce nouveau BTS aura lieu en 2006. Il remplacera le BTS Action commerciale.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENS0301628A
http://www.ac-nancy-metz.fr/crm
http://www.ac-nancy-metz.fr/ensei gn/ste/CRM/RENOVBTS/MUC_SOMM.htm

- Enseignement professionnel    [ Haut ]

Lycée des métiers et partenariats
Le nouveau "lycée des métiers" s'ancre dans le tissu économique local. Pour faciliter leur mise en place, EduScol publie une brochure et maintenant de nombreux exemples de réalisations d'établissements. Ainsi à Lamballe, un lycée a créé une option "matériels agricoles" pour un BTS technico-commercial en lien avec les organisations professionnelles et une cinquantaine d'entreprises, réalisant une rare adéquation entre formation et emploi. A Delle, le lycée Jules Ferry a travaillé sur l'organisation des périodes d'alternance en entreprise de façon à mieux l'intégrer dans la formation des étudiants, à crédibiliser le lycée auprès des partenaires, à impliquer les familles. D'autres actions visent la promotion des formations, l'insertion des étudiants, la coopération technologique, l'ouverture vers l'extérieur. Une visite de ce site s'impose aux responsables de formation.
http://www.eduscol.education.fr/D 0154/default.htm

Un rapport pour rénover l'enseignement du tourisme
Arlette Franco, député UMP, a remis son rapport sur la réforme des formations aux métiers du tourisme. Il vise à "rendre plus cohérent le système de formation et d'enseignement, à développer la validation des acquis de l'expérience et à améliorer l'accès à la formation continue". Ses recommandations pédagogiques sont ambitieuses. Mme Franco souhaite faire du tourisme une discipline à part entière et la création de BTS spécialisés (accueil des handicapés, tourisme et développement durable, activités de pleine nature). Cela passe par l'élévation du niveau de qualification des enseignants (agrégation, revalorisation du Capet), le développement de l'apprentissage des langues et augmenter le temps des stages.
http://www.tourisme.gouv.fr/actua lite/mission_formation.htm

Convention avec les Chambres de métiers
Le ministère de l'éducation publie une convention signée avec l'Assemblée permanente des chambres de métiers (APCM). Elle prévoit une étroite collaboration entre les deux organismes en matière d'offre de formation. Ainsi l'APCM pourrait sensibiliser profs et élèves aux emplois et formations proposés par les métiers et faciliter les stages des élèves. A noter que les CFA envisagent de préparer le B2i.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/26/MENE0301300X.htm

Le BTS sourit aux lycéens des séries générales
Le BTS, lui aussi, sourit d'abord aux bacheliers des séries générales. Au moment où le ministre souhaite favoriser l'orientation des bacheliers technologiques et professionnels en BTS, les résultats de l'examen 2002 montrent que ces formations restent difficilement accessibles aux bacheliers professionnels, voir aux techniciens. En 2002, alors que 78% des candidats titulaires d'un bac général ont été reçus au BTS, ce taux descend à 61% pour les étudiants issus de STT, 54% pour ceux qui viennent de SMS et 41% pour les bacheliers professionnels. Si les BTS sont bien leur prolongement "naturel", les formations technologiques et professionnelles préparent-elles suffisamment au post-bac ? Sur 154.000 diplômés en 2002, 42.000 viennent de l'enseignement général.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0346.pdf

Les disciplines générales au CAP
Un arrêté paru au J.O. du 27 juin fixe les unités générales du CAP et définit l'évaluation de l'enseignement général à cet examen. Français - histoire-géographie, maths-sciences et EPS sont communs à tous les CAP et évalués, pour les candidats scolaires, par contrôle en cours de formation.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301281A

La professionnalisation en question
EduScol, le site de la Desco, publie les actes de la conférence débat tenue en décembre 2002 sur "la formation professionnelle en Europe". Elle compare la situation dans 4 pays européens : la Grande-Bretagne, l'Allemagne; l'Espagne et la France. L'enseignement professionnel et la formation professionnelle rencontrent les mêmes problèmes dans ces pays, y compris la question du partage des rôles entre Etat et région.
http://www.eduscol.education.fr/D 0122/r_professionnel.htm

L'apprentissage recule face au chômage
Selon une étude ministérielle, la proportion d'apprentis ayant trouvé un emploi 7 mois après avoir quitté leur CFA est passée de 71à 69% de 2001 à 2002. L'insertion varie selon le diplôme possédé, le secteur et le sexe. Les moins qualifiés et les titulaires d'un BTS voient leur situation se dégrader.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0339.pdf
http://www.adobe.com/Acrobat/read step.html

Des programmes pour le CAP
Le BO du 17 juillet publie le programme de maths-sciences du CAP par secteur professionnel ainsi que les modalités d'évaluation de l'enseignement général au CAP. Celui-ci comprend trois épreuves obligatoires (français - histoire-géo, maths-sciences et EPS) et deux facultatives (langue vivante et arts appliqués). En même temps paraît au J.O. du 19 juillet le programme d'enseignement des langues vivantes entrant en application en 2003.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/MENE0301281A.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/29/MENE0301302N.htm
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301433A

A propos des langues
Le B.O. hors série du 25 juillet publie les programmes de langues vivantes pour les CAP. Le J.O. du 29 juillet définit l'épreuve de langue vivante au bac professionnel.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/hs4/default.htm
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301475A

Nouveaux CAP
Le J.O. du 29 juillet annonce la création des CAP charpentier bois, menuisier installateur, menuisier fabricant de menuiserie, et constructeur bois.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301537A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301538A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301539A

Création du B.P. esthétique
Par arrêté du 23 juillet, le B.P. "esthétique-cosmétique" est supprimé à partir de la session 2004. Il est remplacé par un nouveau brevet professionnel "esthétique / cosmétique - parfumerie".
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301563A

Nouveaux bacs pros alimentaires et BEP chimie
Le J.O. du 9 août publie deux arrêtés créant les bacs professionnels "technicien vente et conseil qualité en produits alimentaires" et "technicien vente et conseil-qualité en vins et spiritueux". Première session en 2005. Le même J.O. annonce la création du BEP "métiers des industries chimiques, des bio-industries et du traitement des eaux". Première session en 2006.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301652A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301653A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301675A

BP conducteur d'appareils des industries chimiques
Le B.O. n°28 publie l'arrêté créant le BP conducteur d'appareils des industries chimiques. Première session en 2005 (voir L'Expresso du 6 juin).
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/28/MENE0301240A.htm

Nouveaux BEP et CAP
Le J.O. du 12 août annonce la création de nombreux CAP et BEP : CAP boulanger, serrurier, carreleur, installateur thermique, installateur sanitaire, peintre applicateur, chocolatier, couvreur, maçon, constructeurs d'ouvrages du bâtiment en aluminium, tailleur de pierre, constructeur en béton armé, plâtrier et BEP travaux publics, géomètre, techniques du froid, techniques des métaux, techniques du gros bâtiment, installations sanitaires.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/RechercheSimpleJorf.jsp

Deux nouveaux bacs pro
Le B.O. du 19 juin publie les arrêtés créant les bacs professionnels " spécialité production graphique" et
"spécialité production imprimée".
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/25/MENE0301074A.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/25/MENE0301075A.htm

BP conducteur d'appareils
Le J.O. du 19 juin publie l'arrêté créant le BP "conducteur d'appareils des industries chimiques". Le BP se prépare par voie d'apprentissage ou de formation professionnelle. La première session ara lieu en 2005.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301240A

Création du bac pro énergie équipements communicants
Le J.O. du 19 juillet publie un arrêté créant un bac professionnel spécialité électrotechnique énergie équipements communicants. Sa première session aura lieu en 2006 où il remplacera le bac pro équipements et installations électriques.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301474A

Brevet "technicien en facture instrumentale"
Un arrêté du 8 juillet crée le brevet des métiers d'art "technicien en facture instrumentale".
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENE0301419A

Naissance du BEP communication et industries graphiques
Le B.O. publie l'arrêté du 27 mai annoncé dans L'Expresso qui crée un BEP des métiers de la communication et des industries graphiques. Ce BEP remplace les BEP industries graphiques. La première session aura lieu en 2005.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 003/26/MENE0301185A.htm

- Le Café à Hourtin    [ Haut ]

Du 25 au 29 août, le Café a participé à la 24ème Université d'été de la communication à Hourtin. Chaque jour, nous avons publié un reportage sur cette manifestation : rencontres avec des enseignants ou des communautés éducatives, comptes-rendus de conférences, communiqués. A voir particulièrement pour faire le point sur les projets d'Environnement numérique de travail et d'Espace numérique des savoirs, la place des collectivités locales dans le système éducatif, les rapports entre médias et école. Des questions qui feront l'actualité de l'année.
http://www.cafepedagogique.net/di vers/hourtin2003

[ Haut ]

Archives de la rubrique Informations Professionnelles :

Caf  n1 - n2 - n3 - n4 - n5 - n6 - n7 - n8 - n9 - n10 - n11 - n12 - n13 - n14 - n15 - n16 - n17 - n18 - n19 - n20 - n21 - n22 - n23 - n24 - n25 - n26 - n27 - n28 - n29 - n30 - n31 - n32 - n33 - n34 - n35 - n36 - n37 - n38 - n39 - n40 - n41 - n42 - n43 - n44 - n45 - n46 - n47 - n48 - n49 - n50 - n51 - n52 - n53 - n54 - n55 - n56 - n57 - n58 - n59 - n60 - n61 - n62 - n63 - n64 - n65 - n66 - n67 - n68 - n69 - n70 - n71 - n72 - n73 - n74 - n75 - n76 - n77 - n78 -

 
  La rubrique Informations Professionnelles dans les archives :
 • Les dernires ditions du Caf :
n74 - n75 - n76 - n77 - n78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous crire


 • S'abonner cette rubrique
 • Nous connatre
 • Nous aider
 • Version imprimable