Informations Professionnelles (Café N° 43)

Édition du 04-12-2003

- François Jarraud -

- A la Une : Mobilisation pour l'école démocratique    [ Haut ]

C'est un nouvel élan que veulent donner la Ligue de l'enseignement, la FCPE et l'association Education & Devenir. Les trois mouvements appellent les citoyens à participer au débat national sur l'école pour construire un système éducatif plus démocratique. Ils demandent le maintien de la loi de 1989 et conservent l'objectif de 80% d'une tranche d'âge au bac. Mais ils saisissent l'occasion du débat pour affirmer leurs convictions : " seule une modification profonde des approches éducatives et des relations entre adultes et jeunes peut faire vivre les valeurs que l'Ecole a pour mission de transmettre : solidarité, démocratie, entraide, coopération, respect mutuel, engagement, responsabilité, capacité à l'analyse critique...en un mot la laïcité". Les trois organisations veulent une école qui " accueille tous les enfants et les jeunes tels qu'ils sont aujourd'hui, sans discriminations, dans la diversité de leurs conditions, de leurs cultures, sans nostalgie des élèves d'hier" et qui associe davantage les parents. Cet appel pourrait donner un nouveau souffle au débat national et rassembler tous ceux qui veulent éviter la mise en place d'une école conservatrice et sélective.
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id= 317

- Le système scolaire    [ Haut ]

100.000 euros l'élève
La France a consacré 103,6 milliards d'euros en 2002 à son système éducatif soit 6,9% de son PIB. 82% de cette somme concerne les frais d'enseignement. Les différences restent grandes d'une structure à l'autre : si l'écolier "coûte" 4460 euros et le collégien 7110, il faut débourser 9060 euros pour le lycéen. Au total, une scolarité sans redoublement de la maternelle à 3 ans au bac revient à 90.550 euros. Le décrochage coûte encore davantage...
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0357.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

L'enseignement des sciences est en crise
" En cinq ans, le nombre des candidats au Capes de physique-chimie est tombé de 9 à 3,5 pour un poste et de 7 à 4,5 en mathématiques. Si l'on n'y prend pas garde, la question des enseignements scientifiques dans le secondaire sera bientôt réglée, de fait, par l'absence de professeurs". Le Monde du 2 décembre se penche sur la crise qui affecte l'enseignement des sciences à l'Ecole. Pour Jean-Didier Vincent, président du Conseil national des programmes, " Il existe avant tout une désaffection de la société pour les sciences. Celles-ci n'ont jamais vraiment trouvé leur place dans la culture commune. Elles ont perdu de leur aura de mystère, elles ont été désenchantées, sans être mieux intégrées". Aussi préconise-t-il la rénovation des programmes "pour rendre les sciences aimables". Des démarches expérimentales du type de La main à la pâte sont recommandées. Mais " Il faut aussi revoir la formation des maîtres. La part des sciences y est insuffisante, si bien que certains professeurs d'école ont peur d'enseigner les sciences. Les élèves comprendront si on leur explique bien et on leur expliquera bien si on sait de quoi on parle. En biologie notamment, les connaissances évoluent très vite. L'enseignant doit lui-même apprendre en permanence. Etre un éternel étudiant fait partie de son métier. C'est la seule façon d'enseigner une science vivante."
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3244,36-344337,0.html
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3244,36-344339,0.html
http://www.inrp.fr/lamap/

La lutte contre l'illettrisme passera par la FNAC
Le ministère de l'éducation nationale organisera en mars 2004 avec la FNAC une journée "envie d'agir pour la prévention de l'illettrisme" pour mettre en valeur l'action d'associations. Elle sera suivie en juin d'un concours de littérature de jeunesse, auquel participera la FNAC, avec des classes du primaire. Enfin, la FNAC soutiendra financièrement deux associations de prévention de l'illettrisme.
http://www.education.gouv.fr/actu/elemen t.php?itemID=200311261624

Proposition de loi pour la gratuité des manuels
"Les progrès de la scolarisation ne doivent en aucun cas s'accompagner d'un recul du principe de la gratuité de l'enseignement scolaire public. Il semble donc nécessaire de généraliser à tous les niveaux de l'enseignement la mise à disposition gratuite des manuels. La prise en charge directe par l'Etat constitue la solution la plus appropriée dans ce domaine". Le député UMP Jean-Claude Decagny a déposé une proposition de loi sur le bureau de l'Assemblée nationale demandant la gratuité des manuels scolaires.
http://www.assemblee-nationale.fr/12/pro positions/pion1129.asp

Luc Ferry le-Mal-Aimé
Dans Le Monde du 25 novembre, Luc Bronner dresse le portrait d'un ministre en difficulté : "comme Claude Allègre, l'actuel ministre est tombé dans le piège d'un discours de "bon sens", pessimiste sur l'état de l'éducation nationale", discours rejeté par les enseignants. Au delà, les épreuves du ministre viendraient aussi d'une évolution sociologique des enseignants : "Sans que la société en prenne conscience, le monde enseignant s'est largement renouvelé : 40 % des professeurs aujourd'hui en poste n'ont, par exemple, pas connu les débats autour de la loi d'orientation sur l'éducation de 1989... Luc Ferry n'est que le premier des ministres de l'éducation à découvrir l'ampleur des changements".
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3232,36-343304,0.html

L'antisémitisme frappe l'école
Selon Le Nouvel Observateur du 1er décembre, un élève de sixième du collège Montaigne à Paris a été battu et insulté par des camarades musulmans. Cet affaire survient dans un établissement de centre-ville après des incidents similaires dans des quartiers populaires. A la mi-novembre c'est une école juive de Gagny qui avait été incendiée. Au même moment, le ministre avait demandé aux éditions Delagrave le retrait d'un manuel d'histoire de CAP et invité les enseignants à ne pas le choisir. Le manuel assimile juifs et Israéliens et propose un jeu de rôle inadmissible.
http://permanent.nouvelobs.com/societe/2 0031130.OBS0519.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_031116151249.d91i027c.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_031115122721.0z7cxup0.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_031114115041.8cq410mp.html

De petites CNIL dans les établissements
Selon Educnet, des Commissions Locales Informatique et Liberté seront installées dans les établissements scolaires à partir de la fin 2003. Cela résulterait d'un accord signé entre la CNIL et le ministère. L'objectif est de sensibiliser les élèves à la protection des données personnelles et de garantir une utilisation sécurisée d'Internet.
http://www.educnet.education.fr/aef/arti cles/html/aef-38396.htm

Les syndicats du CNDP écrivent à Chirac
Refusant toujours la délocalisation à Chasseneuil du Poitou, l'intersyndicale du CNDP écrit à J. Chirac en lui demandant de mettre ses actes en accord avec les thèmes de son discours sur l'école.
http://www.nodeloc.net

FCPE, FAGE, SGEN et UNSA prônent le LMD
Le sujet embrase les facs. La FCPE, la FAGE, le SGEN et UNSA éducation prennent parti pour la réforme L.M.D. (licence, maîtrise, doctorat). Pour eux, " cette réforme est une chance pour les étudiants comme pour l'enseignement supérieur de notre pays, en facilitant la création de nouvelles formations, en permettant une plus grande souplesse des cursus, en favorisant la pluridisciplinarité, en intégrant le processus de validation des acquis de l'expérience, en s'ouvrant sur l'Europe. Parallèlement, cette réforme garantit les droits étudiants."
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id= 319

- Le débat national sur l'école    [ Haut ]

Lancement du débat sur l'école
Devant 600 chefs d'établissement, Luc Ferry lancera lundi 17 novembre à Lille le débat national sur l'éducation. "Chaque français (citoyen, parent, élève, personnel de l'éducation nationale) est invité à y participer. A cette occasion, dans Le Monde du 15 novembre, Luc Bronner et Martine Laronche dressent un tableau du scepticisme enseignant. "Poudre aux yeux", complexité, manque de confiance, peur des parents, les enseignants s'engageraient à reculons dans le débat. Interrogé par le quotidien, Claude Thélot défend l'utilité du débat perçu comme un exercice de démocratie directe.
http://www.education.gouv.fr/actu/elemen t.php?itemID=200311141622
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-342047,0.html
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-342049,0.html

Pour Christian Forestier, il faut réformer les filières générales
"J'avoue mon incrédulité et ma fureur lorsque j'entends évoquer un éventuel "examen d'entrée en 6e. De quoi parle-t-on et qu'a-t-on imaginé pour les enfants qui ne pourraient prétendre entrer au collège ? Comment peut-on concevoir, comme certains l'envisageaient il y a peu, de revenir à la possibilité d'arrêter la formation commune après la 5e ?" Le président du Haut conseil de l'évaluation de l'école revient sur les analyses du rapport remis par le HCEE. Il insiste particulièrement sur la nécessaire réforme du lycée : "depuis quelques années, tout se passe comme si l'institution scolaire s'était mise dans la situation de "protéger" sa voie générale en demandant aux seules voies technologiques et professionnelles de poursuivre la hausse du niveau de formation, notamment pour les élèves issus des milieux les plus défavorisés... Ces deux voies ont été utilisées comme alibi pour ne pas consentir les efforts nécessaires pour permettre aux enfants des milieux les plus défavorisés d'accéder au baccalauréat général... Si l'objectif de réduire les sorties sans diplôme peut être assez consensuel, celui de donner enfin la priorité aux formations les plus générales au détriment des formations professionnelles courtes sera probablement beaucoup plus discuté, tant il se heurte à toutes les idées reçues. Mais l'on n'a jamais réussi à expliquer comment on pouvait construire une formation professionnelle, autre que manuelle, sur un échec de la formation générale".
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3232,36-342687,0.html

Darcos : Eduquer à la limite
" Tous ces faits disent assez à quel point aujourd'hui nous avons besoin de cette éducation à la limite, sans laquelle toute autre éducation est impossible". X. Darcos revient sur la nécessité de rétablir l'autorité dans les établissements. Dans cet objectif il dénonce internet et la télévision "J'ai mentionné l'apparition d'une autorité d'un type inédit, émanant des nouveaux médias (télévision, Internet, etc.), en soulignant leur action potentiellement néfaste. Rien n'interdit de penser que ces nouveaux maîtres de vérité, parfois révérés par nos enfants, puissent jouer un rôle éducatif positif".
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3232,36-342636,0.html

A. Prost craint un débat qui dérape
" Il peut sembler aberrant de demander aux Français d'exprimer leurs vœux pour faire une nouvelle loi sur l'éducation. Car je ne pense pas que gouverner soit se mettre à la remorque de l'opinion. Ça, c'est la politique du chien crevé au fil de l'eau." Dans le Nouvel Observateur du 27 novembre, Antoine Prost, historien de l'éducation, met en doute l'utilité de l'ouverture au public du débat national sur l'école. Il craint un dérapage du débat : " En matière d'éducation, les gens ne croient ni les experts ni les statistiques. Ils croient leur expérience, et ils la généralisent. Ces débats risquent de tourner aux cahiers de doléances, à l'énumération d'obsessions. Car l'école est un domaine hautement affectif, hanté par les fantasmes: elle ne remplit pas ses missions, le niveau baisse, la violence règne partout... Les médias s'emploient d'ailleurs à conforter ces idées fausses. Les Français ne se rendent pas compte que leur école tient bon".
http://www.nouvelobs.com/articles/p2038/ a226260.html

Le débat national selon J. Chirac
J. Chirac a ouvert ce jeudi les grand débat sur l'école avec un hommage à l'école républicaine mais aussi l'affirmation d'un nécessaire changement. Affirmant que <"ce n'est pas dans la nostalgie que l'école construira son avenir", il a donné le cap d'une hausse du nombre de diplômés à l'avenir pour entrer dans "l'âge de l'information". Il souhaite "garantir, dès le plus jeune âge, la maîtrise de la lecture, afin qu'elle soit pour chaque élève l'alliée de toute une vie dans la découverte du savoir ; mieux reconnaître la diversité des talents et offrir à tous, au sein du collège, un véritable parcours de réussite".
http://www.elysee.fr/magazine/actualite/ sommaire.php?doc=/documents/discours/2003 /031117AE.html

Le débat et sa caricature
"Il aurait été facile de formuler des questions claires, en moins grand nombre et bien plus cruciales que celles du grand débat. Démonstration". En toute modestie, Le Figaro Magazine annonce qu'il va faire mieux que la commission Thélot et enfin dire la vérité aux Français "car l'Education nationale sait fort bien truquer ses résultats.. en ne communiquant.... jamais sur l'effondrement (des) connaissances.. En clair l'opinion est constamment désinformée". Vingt-deux questions, pour Véronique Grousset c'est beaucoup trop, et elle résume le débat éducatif, et sa solution, en quatre points. Citons-en deux. "Est-ce que mon enfant va savoir lire, écrire et compter en sortant de l'école primaire ?" Apparemment la question se pose dans les locaux du Figaro où le français est un peu pâteux. "Pourquoi oblige-t-on les enseignants à passer deux ans dans les IUFM, où les formateurs n'ont aucune expérience pratique ?" Il suffit de l'affirmer. Hier, Antoine Prost craignait que le débat sombre dans l'insignifiance "car l'école est un domaine hautement affectif, hanté par les fantasmes: elle ne remplit pas ses missions, le niveau baisse, la violence règne partout... Les médias s'emploient d'ailleurs à conforter ces idées fausses". Peut-être n'avait-il pas tort. Ou peut-être participe-t-il du complot...
http://www.lefigaro.fr/magazine/20031201 .FIG0223.html

Le Figaro met les profs au piquet
Dans Le Figaro du 17 novembre, Marielle Court analyse l'évaluation des enseignants pour en dénoncer le laxisme. Ainsi, interrogeant un IPR qui déclare " sur 120 inspections par an je prends des mesures disciplinaires pour deux ou trois enseignants", la journaliste conclue : " Face à l'incompétence, un inspecteur n'a qu'un léger pouvoir de nuisance...".
http://www.lefigaro.fr/france/20031117.F IG0157.html

La mixité en débat au Figaro
"Longtemps sacro-sainte, la cohabitation entre garçons et filles... commence à être remise en cause". Le Figaro du 24 novembre publie un petit dossier sur la mixité à l'école. Devant les écarts de niveau entre filles et garçons, les attitudes machistes, les différences d'orientation, le quotidien prône une formation des maîtres à la mixité.
http://www.lefigaro.fr/france/20031124.F IG0153.html

Pour l'OCCE, l'école doit éduquer à la solidarité
"La définition d'un socle culturel commun, adapté aux exigences de la vie dans une société fort différente de celle qui fonda l'Ecole de la République et élargi à toutes les formes " d'intelligences ", de talents ou de potentialités, implique de redéfinir la place du collège au sein de la période de scolarité obligatoire, de modifier son fonctionnement qui juxtapose les enseignements et leur fait perdre leur sens, d'introduire l'enseignement de la technologie pour tous le plus tôt possible, de reconsidérer le poids respectif des disciplines." Dans une déclaration, Jean-François Vincent, président de l'Office central de coopération à l'école, demande une refonte de l'école autour de nouvelles valeurs. "Identifier, valoriser les potentialités de chaque élève pour lui permettre de construire son projet de réussite en développant la capacité à coopérer avec d'autres dans la résolution de problèmes complexes, doit être le second objectif de l'Ecole de la République... Il est nécessaire que l'Ecole prenne enfin conscience que toutes les pratiques pédagogiques ne se valent pas pour " apprendre ", que certaines sont docilisantes et construisent la " mésestime " de soi, l'individualisme, que d'autres sont au contraire socialisantes et émancipatrices et qu'elles permettent une réelle compréhension de la complexité". Car l'objectif reste d'apprendre à vivre ensemble, dans une nouvelle société. De toutes les valeurs que l'école doit transmettre la solidarité doit, pour J.F. Vincent, avoir une place centrale. " Cet ancrage du projet de l'Ecole dans un projet politique envisageant la construction d'une humanité solidaire et responsable ne doit pas simplement traduire une affirmation éducative généreuse. Il doit être la véritable mission que la société assigne à l'Ecole de demain et guider la réflexion de l'ensemble des autres questions en débat."
http://www.occe.net/

- La question du voile    [ Haut ]

Voile : une loi inapplicable et liberticide
"Une défaite de la République". Dans un entretien avec l'AFP, Jean-Michel Ducomte, président de la Ligue de l'enseignement, prédit l'échec d'une loi inapplicable et liberticide. " Si toute personne qui porte (le voile) est exclue de l'école, ce sera une défaite fabuleuse de la République. On va créer une école aseptisée et conforme, basée sur le modèle social dominant, qui fera le lit des intégristes. Ils pourront alors dire que la République n'intègre pas, et multiplier les écoles confessionnelles". Pour le président de la Ligue, la République doit soigner la ghettoisation avant de s'attaquer à ses symptômes. " Quand la république sera revenue dans les ghettos, même si ça fait mal, on verra. Si on fait passer la loi avant le débat, je crains que ce ne soit une nouvelle défaite pour les laïcs".
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_031129161249.txjjfi2o.html

Proposition de loi sur le voile
" Le port apparent de signes religieux, politiques ou philosophiques est interdit dans l'enceinte des établissements publics d'enseignement ainsi que dans toutes les activités extérieures organisées par eux". Cette proposition de loi déposée par le député PS Jean-Marc Ayrault est justifiée par la " solidarité envers les équipes éducatives". Elle ne s'appliquerait pas aux établissements privés sous contrat.
http://www.assemblee-nationale.fr/12/pro positions/pion1227.asp

Bernard Defrance contre une loi sur le voile
" C'est bien en effet parce que je suis contre le voile, radicalement, que j'exige que la République ne trahisse pas sa mission en renvoyant, sans recours, celles qui le portent à la soumission que leur imposent les mâles, ou à leurs propres infidélités à leur propre foi". Bernard Defrance, professeur de philosophie et secrétaire général de DEI France prend parti dans un texte publié sur son site. Un autre document s'oppose à la décentralisation à la fois pour des raisons de démocratie locale et d'égalité.
http://www.bernard-defrance.net/artic/in dex.php?textesperso=151
http://www.bernard-defrance.net/artic/in dex.php?textesperso=150

Vers une loi sur le voile
Le sénateur S. Lagauche a déposé une proposition de loi sur le voile au Sénat. Elle reprend les termes de la proposition présentée par le PS à l'Assemblée. Au même moment, selon Libération, l'UMP s'est prononcée pour une loi en adoptant la motion suivante : " Le Conseil national de l'UMP... demande au gouvernement de procéder à l'élaboration d'un "code de la laïcité" qui regrouperait l'ensemble des règles applicables en la matière, et, au besoin, les compléterait par l'adoption d'une disposition législative prohibant explicitement le port ostentatoire de tout signe politique ou religieux dans les écoles, collèges et lycées". Si la gauche et la droite semblent se rallier à l'idée d'une loi, la Ligue de l'enseignement et la FCPE y sont toujours hostiles. Ainsi pour la Ligue, " légiférer sur le port de signes d'appartenance religieuse est inopportun. Toute loi serait soit inutile soit impossible... Quelles que soient les précautions prises, il ne fait aucun doute que l'effet obtenu sera un interdit stigmatisant en fait les musulmans. Une loi inutile ou impossible, car, soit le texte voté se limite à une affirmation de principe et il n'ajoutera rien par rapport à l'avis du Conseil d'Etat, soit il doit définir les modalités de l'interdiction, et alors, la liste des formes d'ostentation et de prosélytisme sera toujours incomplète et n'empêchera pas les interprétations... L'exclusion de l'école publique n'empêchera pas de se scolariser ailleurs.. Le combat pour l'émancipation des jeunes filles, en particulier, passe prioritairement par leur scolarisation".
http://www.senat.fr/dossierleg/ppl03-068 .html
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=161373
http://www.laligue.org/laligue/rubriques /ligue/projet/ag_cgres/03laicite.pdf

- Vie professionnelle    [ Haut ]

Des fiches métiers
Le site ministériel ouvre une nouvelle page consacrée aux métiers de l'éducation. Elle fait connaître les différents métiers de l'école et les conditions pour y accéder.
http://www.education.gouv.fr/personnel/m etiers/default.htm

Calendrier du Capsais
Le B.O. du 20 novembre fixe le calendrier du déroulement des épreuves d'obtention du Capsais. Une note de service définit les conditions d'organisation du concours.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/43/ MENE0302174A.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/43/ MENE0302175N.htm

Enseigner dans le supérieur
Une note de service rappelle la procédure à suivre pour les agrégés et certifiés candidats aux postes du supérieur.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/43/ MENP0302506N.htm

Formation de formateurs FLE
Le B.O. du 27 novembre annonce l'ouverture de stages de formation destinés aux enseignants souhaitant découvrir le Français Langue étrangère (FLE).
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/44/ MENC0302552V.htm

- Vie scolaire    [ Haut ]

La honte des sanitaires
"Les toilettes sont sales et il y a des gros mots écrits dedans". Ce témoignage d'un écolier parisien résume assez bien l'enjeu éducatif du problème des toilettes à l'école. La FCPE a enquêté à Paris, mais le problème dépasse malheureusement la capitale où la situation n'est probablement que "moyenne". L'association de parents d'élèves a reçu plus de 700 témoignages ce qui démontre la nécessité de lever ce tabou. Le tableau est affligeant. Les toilettes sont sales. L'accès au papier, quand il est possible, est un parcours du combattant humiliant. Dans un cas sur deux, les toilettes ne sont pas surveillées ce qui est cause de nouvelles humiliations ou de jeux dangereux. 70% des enfants se plaignent des toilettes. 5% n'y vont jamais, 43% occasionnellement, ce qui veut dire qu'un enfant sur deux se retient régulièrement. Outre les troubles physiologiques (28% des enfants en sont atteints à Paris), c'est le rapport à l'école, au "propre" et à l'estime de soi qui est en jeu.
http://www.fcpe75.org

Stage des élèves à l'étranger
A l'heure où les établissements s'ouvrent à l'Europe et à l'international, le ministère publie une circulaire présentant un exemple de convention - type pour les périodes de formation en milieu professionnel des jeunes en formation aux niveaux V et IV. La convention prévoit notamment la résolution des questions de discipline et l'encadrement pédagogique des jeunes à l'étranger. Le financement des stages reste dépendant des fonds européens. Le modèle de convention est disponible en plusieurs langues.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/44/ MENE0302367C.htm

Rencontre sur la Veille éducative
Essayer d'identifier sur un territoire les problèmes des jeunes en rupture scolaire et éducative et tenter d'y répondre en réunissant tous les acteurs locaux travaillant dans le domaine de l'éducation, tel est l'objectif de cette démarche innovante et originale. Elle implique les acteurs locaux de l'éducation, équipes éducatives des établissements scolaires, intervenants sociaux, professionnels de l'insertion, de la santé, élus, parents et bien sur les municipalités qui coordonnent le dispositif. Actuellement une trentaine de villes ont développé une veille éducative. Le ministère de la Ville, la préfecture d'Ile-de-France et "Profession banlieue" organisent le 17 décembre à Levallois-Perret une Rencontre des différents acteurs. Ils présenteront leurs travaux et leurs expériences.
http://www.ville.gouv.fr/infos/dossiers/ veille-educative.html
http://www.ville.gouv.fr/pdf/lettre-e/20 03-11-06.pdf

- Primaire    [ Haut ]

Les défis grenoblois
Les défis scolaires organisés par le CRDP de Grenoble donnent l'occasion d'acquérir les compétences du B2i en jouant et en communiquant avec d'autres classes. Tous les deux mois un nouveau défi est lancé, par exemple, en novembre sur la Renaissance. Les écoliers du cycle 3, éventuellement de jeunes collégiens, peuvent y participer.
http://www.crdp.ac-grenoble.fr/defi/

Echanger avec Europschool.net
Comment amener les enfants à utiliser une langue étrangère dans une vraie situation de communication, à lire et écrire, à s'ouvrir à d'autres cultures ? Le projet Europschool.net, soutenu par la Ligue de l'enseignement et la Commission européenne, veut mettre les TIC au service des enseignants de l'école élémentaire et de la maternelle qui souhaitent monter des projets de correspondance scolaire sur Internet. Il développe des outils pédagogiques adaptés et travaille en lien avec des associations professionnelles belges et allemandes. Plusieurs classes françaises ont déjà sauté le pas. Venez découvrir leurs projets.
http://www.europschool.net/

Les élèves en difficulté à l'entrée en 6ème
"Les IEN doivent être alertés et appelés à la vigilance quant aux dysfonctionnements constatés en matière de redoublements et dans le .. recours au RASED". L'Inspection générale publie une étude menée par Bernard Gossot et Philippe Dubreuil, sur "les élèves en difficulté à l'entrée au collège". Elle s'est penchée sur le cas des élèves en difficulté en 6ème et fait apparaître de nombreuses lacunes de l'école. Signalons d'abord "l'usage inopérant, voire contre-indiqué du redoublement en primaire" : dans de nombreux cas, le redoublement est pratiqué en CP et ignore les cycles. De la même façon, les élèves sont rarement signalés au RASED (réseau d'aide et soutien). Le suivi école - collège est rarement fait ce qui rend difficile le suivi du jeune collégien. L'inspection appelle à y faire attention et souhaite un renforcement du rôle des professeurs principaux. L'Inspection appelle aussi à compléter le regard de l'école en y associant médecins, associations etc.
http://62.23.17.247/BRP/034000657/0000.p df
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

Plaidoyer pour les petites écoles
La Fédération nationale pour l'école rurale se bat pour les "petites écoles". Hostiles au projet de réseaux d'écoles, la FNER veut défendre une école "de qualité, à taille huamine".
http://www.marelle.org/users/fner/Reseau x_Statuts.htm

Des oeuvres patrimoniales pour le cycle 3
Le ministère annonce la reconduction de la liste des oeuvres de jeunesse et la volonté à l'avenir de mettre davantage l'accent sur les oeuvres patrimoniales. "Parce que la quasi-totalité des professeurs des écoles sont demandeurs de références, le principe d'une liste est confirmé ; mais le caractère obligatoire de la liste actuelle - qui a d'ailleurs été assoupli par les documents d'accompagnement introduisant une proportion de 6 titres à choisir dans la liste pour 4 titres à choisir librement" ne sera pas maintenu au-delà de cette année scolaire.
http://www.education.gouv.fr/actu/elemen t.php?itemID=200311181756

Calendrier du Capsais
Le B.O. du 20 novembre fixe le calendrier du déroulement des épreuves d'obtention du Capsais. Une note de service définit les conditions d'organisation du concours.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/43/ MENE0302174A.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/43/ MENE0302175N.htm

- Collège    [ Haut ]

Les élèves en difficulté à l'entrée en 6ème
"Les IEN doivent être alertés et appelés à la vigilance quant aux dysfonctionnements constatés en matière de redoublements et dans le .. recours au RASED". L'Inspection générale publie une étude menée par Bernard Gossot et Philippe Dubreuil, sur "les élèves en difficulté à l'entrée au collège". Elle s'est penchée sur le cas des élèves en difficulté en 6ème et fait apparaître de nombreuses lacunes de l'école. Signalons d'abord "l'usage inopérant, voire contre-indiqué du redoublement en primaire" : dans de nombreux cas, le redoublement est pratiqué en CP et ignore les cycles. De la même façon, les élèves sont rarement signalés au RASED (réseau d'aide et soutien). Le suivi école - collège est rarement fait ce qui rend difficile le suivi du jeune collégien. L'inspection appelle à y faire attention et souhaite un renforcement du rôle des professeurs principaux. L'Inspection appelle aussi à compléter le regard de l'école en y associant médecins, associations etc.
http://62.23.17.247/BRP/034000657/0000.p df
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

- Lycée    [ Haut ]

Le bac 2004
Sur EduScol, enseignants et candidats apprécieront de trouver les textes réglementaires relatifs à l'examen : calendrier, organisation des épreuves etc.
http://www.eduscol.education.fr/D0056/ac tualite.htm#calendrier

Maths : Des sujets zéros pour les bacs ES et S 2004
Après la réforme de 2002, cette année les candidats affronteront de nouveaux types de sujets au bac ES et S. EduScol diffuse des exemples de sujets qui aideront les professeurs à mieux préparer les élèves.
http://www.eduscol.education.fr/D0056/ma ths-sujets.htm

Individualiser l'aide aux élèves en seconde
Ce numéro spécial de Modulo, édité par l'académie de Créteil, rassemble des activités, des analyses et des comptes rendus de séquences de travail proposées dans des classes de seconde, sur le mode du témoignage. Résultant de la volonté de ne proposer aucun modèle de pratique mais plutôt des exemples construits à partir d'un enjeu commun, "individualiser l'aide", il reflète la diversité des approches et des réflexions. Il offre, de manière disparate, des réflexions et des activités dans lesquelles chaque lecteur pourra trouver matière à construire son propre projet.
http://www.ac-creteil.fr/lettres/pedagog ie/lycee/modulo/index.htm

- Enseignement professionnel    [ Haut ]

Formation : Remise des prix Formatel
Les Webs Trophées Formatel récompensent les meilleurs sites Internet créés par des organismes de formation. Signalons dans la catégorie "organismes publics", le prix remporté par le réseau de formation de l'académie de Créteil et l'université Paris V en DESS Banques.
http://www.formatel.com/parole30.html

L'avenir du supérieur court
Au moment où l'université met en place un nouveau système de diplôme, le L.M.D., et entre plus directement en concurrence avec les systèmes éducatifs européens, la question de l'avenir des formations courtes prend une nouvelle dimension. Le ministère avait déjà exprimé son souhait de voir STS et IUT modifier leur recrutement pour intégrer davantage d'élèves sortis de l'enseignement technologique et professionnel. Le Haut conseil à l'évaluation de l'école publie un rapport sur l'avenir des filières supérieures courtes. Parmi les recommandations du HCEE, signalons trois points : la création d'un "crédit de formation différée" qui permettrait d'inscrire la formation initiale dans le cadre de la formation tout au long de la vie, un effort pour développer l'alternance, l'ouverture de nouvelles licences professionnelles proposées aux titulaires d'un diplôme court qui leur permettrait de se rattacher au système LMD.
http://62.23.17.247/BRP/034000654/0000.p df
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

Les Chefs de travaux ont-ils un avenir ?
"Il faut ouvrir loyalement et sans tabous la question du statut des chefs de travaux en relation constructive avec les représentants de cette profession et au contact du corps des chefs d'établissement. Un nouveau statut, moderne adapté, évolutif me semble être de nature non seulement à valoriser en la reconnaissant mieux l'importance de cette fonction mais également à accroître le potentiel et donc les résultats de la partie professionnelle de l'enseignement dispensé dans les établissements secondaires". A l'heure du grand débat pour la construction de l'École de demain, le site des chefs de travaux invite Guy Geoffroy, député UMP, membre de la commission Thélot, et "Monsieur Education" de sa formation.
http://www.chef-de-travaux.net/

Eco-Gestion : Le programme est adopté
" Très bonne nouvelle pour la voie technologique, le Conseil Supérieur de l'Éducation (CSE) a approuvé dans sa séance du 25 novembre 2003 l'ensemble des programmes de la classe de première proposés par le GEPS dans leur version définitive, laquelle avait pris en compte les observations remontées lors de la consultation des professeurs d'Économie-gestion au printemps dernier". Le Doyen Saraf annonce, sur le site Ecogest, la mise ne place de la réforme de l'économie-gestion en filière STT. Les nouveaux programmes entreront en application à la rentrée 2005. Si les horaires et les épreuves du bac ne sont pas beaucoup modifiés (renforcement du français, maintien d'une épreuve pratique par exemple), les contenus d'enseignement sont profondément modifiés. Pour le doyen, " le projet de cette réforme est simple.. : conduire un plus grand nombre d'élèves de nos séries vers l'enseignement supérieur... sans exclure pour autant la poursuite d'études plus longues." Un sacré pari par conséquent : la réforme risque de détourner une partie des élèves. Ces préoccupations répondent à un constat dressé cet été par le ministre et rappelé dans le rapport du Haut conseil de l'évaluation de l'école : la filière STT accueille actuellement trop de lycéens et est mal située entre les formations générales et professionnelles.
http://www.educnet.education.fr/ecogest/ enseignements/renov/renovsttcse.htm

Stage des élèves à l'étranger
A l'heure où les établissements s'ouvrent à l'Europe et à l'international, le ministère publie une circulaire présentant un exemple de convention - type pour les périodes de formation en milieu professionnel des jeunes en formation aux niveaux V et IV. La convention prévoit notamment la résolution des questions de discipline et l'encadrement pédagogique des jeunes à l'étranger. Le financement des stages reste dépendant des fonds européens. Le modèle de convention est disponible en plusieurs langues.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/44/ MENE0302367C.htm

- Le Café    [ Haut ]

Les Indispensables 2003
Le Café pédagogique publie un nouveau dossier : "Les Indispensables 2003". Dans chaque discipline du secondaire et pour le primaire et la maternelle, l'équipe du Café a retenu les dix sites "indispensables" et trois sites coups de coeur. Connus ou moins connus, ces sites sont les "indispensables" du net éducatif. Réunis en un dossier, c'est une trousse à outil pédagogique que publie le Café.
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/ indisp2003/

Édition du 04-12-2003

- François Jarraud -

- A la Une : Mobilisation pour l'école démocratique    [ Haut ]

C'est un nouvel élan que veulent donner la Ligue de l'enseignement, la FCPE et l'association Education & Devenir. Les trois mouvements appellent les citoyens à participer au débat national sur l'école pour construire un système éducatif plus démocratique. Ils demandent le maintien de la loi de 1989 et conservent l'objectif de 80% d'une tranche d'âge au bac. Mais ils saisissent l'occasion du débat pour affirmer leurs convictions : " seule une modification profonde des approches éducatives et des relations entre adultes et jeunes peut faire vivre les valeurs que l'Ecole a pour mission de transmettre : solidarité, démocratie, entraide, coopération, respect mutuel, engagement, responsabilité, capacité à l'analyse critique...en un mot la laïcité". Les trois organisations veulent une école qui " accueille tous les enfants et les jeunes tels qu'ils sont aujourd'hui, sans discriminations, dans la diversité de leurs conditions, de leurs cultures, sans nostalgie des élèves d'hier" et qui associe davantage les parents. Cet appel pourrait donner un nouveau souffle au débat national et rassembler tous ceux qui veulent éviter la mise en place d'une école conservatrice et sélective.
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id= 317

- Le système scolaire    [ Haut ]

100.000 euros l'élève
La France a consacré 103,6 milliards d'euros en 2002 à son système éducatif soit 6,9% de son PIB. 82% de cette somme concerne les frais d'enseignement. Les différences restent grandes d'une structure à l'autre : si l'écolier "coûte" 4460 euros et le collégien 7110, il faut débourser 9060 euros pour le lycéen. Au total, une scolarité sans redoublement de la maternelle à 3 ans au bac revient à 90.550 euros. Le décrochage coûte encore davantage...
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0357.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

L'enseignement des sciences est en crise
" En cinq ans, le nombre des candidats au Capes de physique-chimie est tombé de 9 à 3,5 pour un poste et de 7 à 4,5 en mathématiques. Si l'on n'y prend pas garde, la question des enseignements scientifiques dans le secondaire sera bientôt réglée, de fait, par l'absence de professeurs". Le Monde du 2 décembre se penche sur la crise qui affecte l'enseignement des sciences à l'Ecole. Pour Jean-Didier Vincent, président du Conseil national des programmes, " Il existe avant tout une désaffection de la société pour les sciences. Celles-ci n'ont jamais vraiment trouvé leur place dans la culture commune. Elles ont perdu de leur aura de mystère, elles ont été désenchantées, sans être mieux intégrées". Aussi préconise-t-il la rénovation des programmes "pour rendre les sciences aimables". Des démarches expérimentales du type de La main à la pâte sont recommandées. Mais " Il faut aussi revoir la formation des maîtres. La part des sciences y est insuffisante, si bien que certains professeurs d'école ont peur d'enseigner les sciences. Les élèves comprendront si on leur explique bien et on leur expliquera bien si on sait de quoi on parle. En biologie notamment, les connaissances évoluent très vite. L'enseignant doit lui-même apprendre en permanence. Etre un éternel étudiant fait partie de son métier. C'est la seule façon d'enseigner une science vivante."
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3244,36-344337,0.html
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3244,36-344339,0.html
http://www.inrp.fr/lamap/

La lutte contre l'illettrisme passera par la FNAC
Le ministère de l'éducation nationale organisera en mars 2004 avec la FNAC une journée "envie d'agir pour la prévention de l'illettrisme" pour mettre en valeur l'action d'associations. Elle sera suivie en juin d'un concours de littérature de jeunesse, auquel participera la FNAC, avec des classes du primaire. Enfin, la FNAC soutiendra financièrement deux associations de prévention de l'illettrisme.
http://www.education.gouv.fr/actu/elemen t.php?itemID=200311261624

Proposition de loi pour la gratuité des manuels
"Les progrès de la scolarisation ne doivent en aucun cas s'accompagner d'un recul du principe de la gratuité de l'enseignement scolaire public. Il semble donc nécessaire de généraliser à tous les niveaux de l'enseignement la mise à disposition gratuite des manuels. La prise en charge directe par l'Etat constitue la solution la plus appropriée dans ce domaine". Le député UMP Jean-Claude Decagny a déposé une proposition de loi sur le bureau de l'Assemblée nationale demandant la gratuité des manuels scolaires.
http://www.assemblee-nationale.fr/12/pro positions/pion1129.asp

Luc Ferry le-Mal-Aimé
Dans Le Monde du 25 novembre, Luc Bronner dresse le portrait d'un ministre en difficulté : "comme Claude Allègre, l'actuel ministre est tombé dans le piège d'un discours de "bon sens", pessimiste sur l'état de l'éducation nationale", discours rejeté par les enseignants. Au delà, les épreuves du ministre viendraient aussi d'une évolution sociologique des enseignants : "Sans que la société en prenne conscience, le monde enseignant s'est largement renouvelé : 40 % des professeurs aujourd'hui en poste n'ont, par exemple, pas connu les débats autour de la loi d'orientation sur l'éducation de 1989... Luc Ferry n'est que le premier des ministres de l'éducation à découvrir l'ampleur des changements".
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3232,36-343304,0.html

L'antisémitisme frappe l'école
Selon Le Nouvel Observateur du 1er décembre, un élève de sixième du collège Montaigne à Paris a été battu et insulté par des camarades musulmans. Cet affaire survient dans un établissement de centre-ville après des incidents similaires dans des quartiers populaires. A la mi-novembre c'est une école juive de Gagny qui avait été incendiée. Au même moment, le ministre avait demandé aux éditions Delagrave le retrait d'un manuel d'histoire de CAP et invité les enseignants à ne pas le choisir. Le manuel assimile juifs et Israéliens et propose un jeu de rôle inadmissible.
http://permanent.nouvelobs.com/societe/2 0031130.OBS0519.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_031116151249.d91i027c.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_031115122721.0z7cxup0.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_031114115041.8cq410mp.html

De petites CNIL dans les établissements
Selon Educnet, des Commissions Locales Informatique et Liberté seront installées dans les établissements scolaires à partir de la fin 2003. Cela résulterait d'un accord signé entre la CNIL et le ministère. L'objectif est de sensibiliser les élèves à la protection des données personnelles et de garantir une utilisation sécurisée d'Internet.
http://www.educnet.education.fr/aef/arti cles/html/aef-38396.htm

Les syndicats du CNDP écrivent à Chirac
Refusant toujours la délocalisation à Chasseneuil du Poitou, l'intersyndicale du CNDP écrit à J. Chirac en lui demandant de mettre ses actes en accord avec les thèmes de son discours sur l'école.
http://www.nodeloc.net

FCPE, FAGE, SGEN et UNSA prônent le LMD
Le sujet embrase les facs. La FCPE, la FAGE, le SGEN et UNSA éducation prennent parti pour la réforme L.M.D. (licence, maîtrise, doctorat). Pour eux, " cette réforme est une chance pour les étudiants comme pour l'enseignement supérieur de notre pays, en facilitant la création de nouvelles formations, en permettant une plus grande souplesse des cursus, en favorisant la pluridisciplinarité, en intégrant le processus de validation des acquis de l'expérience, en s'ouvrant sur l'Europe. Parallèlement, cette réforme garantit les droits étudiants."
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id= 319

- Le débat national sur l'école    [ Haut ]

Lancement du débat sur l'école
Devant 600 chefs d'établissement, Luc Ferry lancera lundi 17 novembre à Lille le débat national sur l'éducation. "Chaque français (citoyen, parent, élève, personnel de l'éducation nationale) est invité à y participer. A cette occasion, dans Le Monde du 15 novembre, Luc Bronner et Martine Laronche dressent un tableau du scepticisme enseignant. "Poudre aux yeux", complexité, manque de confiance, peur des parents, les enseignants s'engageraient à reculons dans le débat. Interrogé par le quotidien, Claude Thélot défend l'utilité du débat perçu comme un exercice de démocratie directe.
http://www.education.gouv.fr/actu/elemen t.php?itemID=200311141622
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-342047,0.html
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-342049,0.html

Pour Christian Forestier, il faut réformer les filières générales
"J'avoue mon incrédulité et ma fureur lorsque j'entends évoquer un éventuel "examen d'entrée en 6e. De quoi parle-t-on et qu'a-t-on imaginé pour les enfants qui ne pourraient prétendre entrer au collège ? Comment peut-on concevoir, comme certains l'envisageaient il y a peu, de revenir à la possibilité d'arrêter la formation commune après la 5e ?" Le président du Haut conseil de l'évaluation de l'école revient sur les analyses du rapport remis par le HCEE. Il insiste particulièrement sur la nécessaire réforme du lycée : "depuis quelques années, tout se passe comme si l'institution scolaire s'était mise dans la situation de "protéger" sa voie générale en demandant aux seules voies technologiques et professionnelles de poursuivre la hausse du niveau de formation, notamment pour les élèves issus des milieux les plus défavorisés... Ces deux voies ont été utilisées comme alibi pour ne pas consentir les efforts nécessaires pour permettre aux enfants des milieux les plus défavorisés d'accéder au baccalauréat général... Si l'objectif de réduire les sorties sans diplôme peut être assez consensuel, celui de donner enfin la priorité aux formations les plus générales au détriment des formations professionnelles courtes sera probablement beaucoup plus discuté, tant il se heurte à toutes les idées reçues. Mais l'on n'a jamais réussi à expliquer comment on pouvait construire une formation professionnelle, autre que manuelle, sur un échec de la formation générale".
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3232,36-342687,0.html

Darcos : Eduquer à la limite
" Tous ces faits disent assez à quel point aujourd'hui nous avons besoin de cette éducation à la limite, sans laquelle toute autre éducation est impossible". X. Darcos revient sur la nécessité de rétablir l'autorité dans les établissements. Dans cet objectif il dénonce internet et la télévision "J'ai mentionné l'apparition d'une autorité d'un type inédit, émanant des nouveaux médias (télévision, Internet, etc.), en soulignant leur action potentiellement néfaste. Rien n'interdit de penser que ces nouveaux maîtres de vérité, parfois révérés par nos enfants, puissent jouer un rôle éducatif positif".
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3232,36-342636,0.html

A. Prost craint un débat qui dérape
" Il peut sembler aberrant de demander aux Français d'exprimer leurs vœux pour faire une nouvelle loi sur l'éducation. Car je ne pense pas que gouverner soit se mettre à la remorque de l'opinion. Ça, c'est la politique du chien crevé au fil de l'eau." Dans le Nouvel Observateur du 27 novembre, Antoine Prost, historien de l'éducation, met en doute l'utilité de l'ouverture au public du débat national sur l'école. Il craint un dérapage du débat : " En matière d'éducation, les gens ne croient ni les experts ni les statistiques. Ils croient leur expérience, et ils la généralisent. Ces débats risquent de tourner aux cahiers de doléances, à l'énumération d'obsessions. Car l'école est un domaine hautement affectif, hanté par les fantasmes: elle ne remplit pas ses missions, le niveau baisse, la violence règne partout... Les médias s'emploient d'ailleurs à conforter ces idées fausses. Les Français ne se rendent pas compte que leur école tient bon".
http://www.nouvelobs.com/articles/p2038/ a226260.html

Le débat national selon J. Chirac
J. Chirac a ouvert ce jeudi les grand débat sur l'école avec un hommage à l'école républicaine mais aussi l'affirmation d'un nécessaire changement. Affirmant que <"ce n'est pas dans la nostalgie que l'école construira son avenir", il a donné le cap d'une hausse du nombre de diplômés à l'avenir pour entrer dans "l'âge de l'information". Il souhaite "garantir, dès le plus jeune âge, la maîtrise de la lecture, afin qu'elle soit pour chaque élève l'alliée de toute une vie dans la découverte du savoir ; mieux reconnaître la diversité des talents et offrir à tous, au sein du collège, un véritable parcours de réussite".
http://www.elysee.fr/magazine/actualite/ sommaire.php?doc=/documents/discours/2003 /031117AE.html

Le débat et sa caricature
"Il aurait été facile de formuler des questions claires, en moins grand nombre et bien plus cruciales que celles du grand débat. Démonstration". En toute modestie, Le Figaro Magazine annonce qu'il va faire mieux que la commission Thélot et enfin dire la vérité aux Français "car l'Education nationale sait fort bien truquer ses résultats.. en ne communiquant.... jamais sur l'effondrement (des) connaissances.. En clair l'opinion est constamment désinformée". Vingt-deux questions, pour Véronique Grousset c'est beaucoup trop, et elle résume le débat éducatif, et sa solution, en quatre points. Citons-en deux. "Est-ce que mon enfant va savoir lire, écrire et compter en sortant de l'école primaire ?" Apparemment la question se pose dans les locaux du Figaro où le français est un peu pâteux. "Pourquoi oblige-t-on les enseignants à passer deux ans dans les IUFM, où les formateurs n'ont aucune expérience pratique ?" Il suffit de l'affirmer. Hier, Antoine Prost craignait que le débat sombre dans l'insignifiance "car l'école est un domaine hautement affectif, hanté par les fantasmes: elle ne remplit pas ses missions, le niveau baisse, la violence règne partout... Les médias s'emploient d'ailleurs à conforter ces idées fausses". Peut-être n'avait-il pas tort. Ou peut-être participe-t-il du complot...
http://www.lefigaro.fr/magazine/20031201 .FIG0223.html

Le Figaro met les profs au piquet
Dans Le Figaro du 17 novembre, Marielle Court analyse l'évaluation des enseignants pour en dénoncer le laxisme. Ainsi, interrogeant un IPR qui déclare " sur 120 inspections par an je prends des mesures disciplinaires pour deux ou trois enseignants", la journaliste conclue : " Face à l'incompétence, un inspecteur n'a qu'un léger pouvoir de nuisance...".
http://www.lefigaro.fr/france/20031117.F IG0157.html

La mixité en débat au Figaro
"Longtemps sacro-sainte, la cohabitation entre garçons et filles... commence à être remise en cause". Le Figaro du 24 novembre publie un petit dossier sur la mixité à l'école. Devant les écarts de niveau entre filles et garçons, les attitudes machistes, les différences d'orientation, le quotidien prône une formation des maîtres à la mixité.
http://www.lefigaro.fr/france/20031124.F IG0153.html

Pour l'OCCE, l'école doit éduquer à la solidarité
"La définition d'un socle culturel commun, adapté aux exigences de la vie dans une société fort différente de celle qui fonda l'Ecole de la République et élargi à toutes les formes " d'intelligences ", de talents ou de potentialités, implique de redéfinir la place du collège au sein de la période de scolarité obligatoire, de modifier son fonctionnement qui juxtapose les enseignements et leur fait perdre leur sens, d'introduire l'enseignement de la technologie pour tous le plus tôt possible, de reconsidérer le poids respectif des disciplines." Dans une déclaration, Jean-François Vincent, président de l'Office central de coopération à l'école, demande une refonte de l'école autour de nouvelles valeurs. "Identifier, valoriser les potentialités de chaque élève pour lui permettre de construire son projet de réussite en développant la capacité à coopérer avec d'autres dans la résolution de problèmes complexes, doit être le second objectif de l'Ecole de la République... Il est nécessaire que l'Ecole prenne enfin conscience que toutes les pratiques pédagogiques ne se valent pas pour " apprendre ", que certaines sont docilisantes et construisent la " mésestime " de soi, l'individualisme, que d'autres sont au contraire socialisantes et émancipatrices et qu'elles permettent une réelle compréhension de la complexité". Car l'objectif reste d'apprendre à vivre ensemble, dans une nouvelle société. De toutes les valeurs que l'école doit transmettre la solidarité doit, pour J.F. Vincent, avoir une place centrale. " Cet ancrage du projet de l'Ecole dans un projet politique envisageant la construction d'une humanité solidaire et responsable ne doit pas simplement traduire une affirmation éducative généreuse. Il doit être la véritable mission que la société assigne à l'Ecole de demain et guider la réflexion de l'ensemble des autres questions en débat."
http://www.occe.net/

- La question du voile    [ Haut ]

Voile : une loi inapplicable et liberticide
"Une défaite de la République". Dans un entretien avec l'AFP, Jean-Michel Ducomte, président de la Ligue de l'enseignement, prédit l'échec d'une loi inapplicable et liberticide. " Si toute personne qui porte (le voile) est exclue de l'école, ce sera une défaite fabuleuse de la République. On va créer une école aseptisée et conforme, basée sur le modèle social dominant, qui fera le lit des intégristes. Ils pourront alors dire que la République n'intègre pas, et multiplier les écoles confessionnelles". Pour le président de la Ligue, la République doit soigner la ghettoisation avant de s'attaquer à ses symptômes. " Quand la république sera revenue dans les ghettos, même si ça fait mal, on verra. Si on fait passer la loi avant le débat, je crains que ce ne soit une nouvelle défaite pour les laïcs".
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_031129161249.txjjfi2o.html

Proposition de loi sur le voile
" Le port apparent de signes religieux, politiques ou philosophiques est interdit dans l'enceinte des établissements publics d'enseignement ainsi que dans toutes les activités extérieures organisées par eux". Cette proposition de loi déposée par le député PS Jean-Marc Ayrault est justifiée par la " solidarité envers les équipes éducatives". Elle ne s'appliquerait pas aux établissements privés sous contrat.
http://www.assemblee-nationale.fr/12/pro positions/pion1227.asp

Bernard Defrance contre une loi sur le voile
" C'est bien en effet parce que je suis contre le voile, radicalement, que j'exige que la République ne trahisse pas sa mission en renvoyant, sans recours, celles qui le portent à la soumission que leur imposent les mâles, ou à leurs propres infidélités à leur propre foi". Bernard Defrance, professeur de philosophie et secrétaire général de DEI France prend parti dans un texte publié sur son site. Un autre document s'oppose à la décentralisation à la fois pour des raisons de démocratie locale et d'égalité.
http://www.bernard-defrance.net/artic/in dex.php?textesperso=151
http://www.bernard-defrance.net/artic/in dex.php?textesperso=150

Vers une loi sur le voile
Le sénateur S. Lagauche a déposé une proposition de loi sur le voile au Sénat. Elle reprend les termes de la proposition présentée par le PS à l'Assemblée. Au même moment, selon Libération, l'UMP s'est prononcée pour une loi en adoptant la motion suivante : " Le Conseil national de l'UMP... demande au gouvernement de procéder à l'élaboration d'un "code de la laïcité" qui regrouperait l'ensemble des règles applicables en la matière, et, au besoin, les compléterait par l'adoption d'une disposition législative prohibant explicitement le port ostentatoire de tout signe politique ou religieux dans les écoles, collèges et lycées". Si la gauche et la droite semblent se rallier à l'idée d'une loi, la Ligue de l'enseignement et la FCPE y sont toujours hostiles. Ainsi pour la Ligue, " légiférer sur le port de signes d'appartenance religieuse est inopportun. Toute loi serait soit inutile soit impossible... Quelles que soient les précautions prises, il ne fait aucun doute que l'effet obtenu sera un interdit stigmatisant en fait les musulmans. Une loi inutile ou impossible, car, soit le texte voté se limite à une affirmation de principe et il n'ajoutera rien par rapport à l'avis du Conseil d'Etat, soit il doit définir les modalités de l'interdiction, et alors, la liste des formes d'ostentation et de prosélytisme sera toujours incomplète et n'empêchera pas les interprétations... L'exclusion de l'école publique n'empêchera pas de se scolariser ailleurs.. Le combat pour l'émancipation des jeunes filles, en particulier, passe prioritairement par leur scolarisation".
http://www.senat.fr/dossierleg/ppl03-068 .html
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=161373
http://www.laligue.org/laligue/rubriques /ligue/projet/ag_cgres/03laicite.pdf

- Vie professionnelle    [ Haut ]

Des fiches métiers
Le site ministériel ouvre une nouvelle page consacrée aux métiers de l'éducation. Elle fait connaître les différents métiers de l'école et les conditions pour y accéder.
http://www.education.gouv.fr/personnel/m etiers/default.htm

Calendrier du Capsais
Le B.O. du 20 novembre fixe le calendrier du déroulement des épreuves d'obtention du Capsais. Une note de service définit les conditions d'organisation du concours.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/43/ MENE0302174A.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/43/ MENE0302175N.htm

Enseigner dans le supérieur
Une note de service rappelle la procédure à suivre pour les agrégés et certifiés candidats aux postes du supérieur.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/43/ MENP0302506N.htm

Formation de formateurs FLE
Le B.O. du 27 novembre annonce l'ouverture de stages de formation destinés aux enseignants souhaitant découvrir le Français Langue étrangère (FLE).
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/44/ MENC0302552V.htm

- Vie scolaire    [ Haut ]

La honte des sanitaires
"Les toilettes sont sales et il y a des gros mots écrits dedans". Ce témoignage d'un écolier parisien résume assez bien l'enjeu éducatif du problème des toilettes à l'école. La FCPE a enquêté à Paris, mais le problème dépasse malheureusement la capitale où la situation n'est probablement que "moyenne". L'association de parents d'élèves a reçu plus de 700 témoignages ce qui démontre la nécessité de lever ce tabou. Le tableau est affligeant. Les toilettes sont sales. L'accès au papier, quand il est possible, est un parcours du combattant humiliant. Dans un cas sur deux, les toilettes ne sont pas surveillées ce qui est cause de nouvelles humiliations ou de jeux dangereux. 70% des enfants se plaignent des toilettes. 5% n'y vont jamais, 43% occasionnellement, ce qui veut dire qu'un enfant sur deux se retient régulièrement. Outre les troubles physiologiques (28% des enfants en sont atteints à Paris), c'est le rapport à l'école, au "propre" et à l'estime de soi qui est en jeu.
http://www.fcpe75.org

Stage des élèves à l'étranger
A l'heure où les établissements s'ouvrent à l'Europe et à l'international, le ministère publie une circulaire présentant un exemple de convention - type pour les périodes de formation en milieu professionnel des jeunes en formation aux niveaux V et IV. La convention prévoit notamment la résolution des questions de discipline et l'encadrement pédagogique des jeunes à l'étranger. Le financement des stages reste dépendant des fonds européens. Le modèle de convention est disponible en plusieurs langues.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/44/ MENE0302367C.htm

Rencontre sur la Veille éducative
Essayer d'identifier sur un territoire les problèmes des jeunes en rupture scolaire et éducative et tenter d'y répondre en réunissant tous les acteurs locaux travaillant dans le domaine de l'éducation, tel est l'objectif de cette démarche innovante et originale. Elle implique les acteurs locaux de l'éducation, équipes éducatives des établissements scolaires, intervenants sociaux, professionnels de l'insertion, de la santé, élus, parents et bien sur les municipalités qui coordonnent le dispositif. Actuellement une trentaine de villes ont développé une veille éducative. Le ministère de la Ville, la préfecture d'Ile-de-France et "Profession banlieue" organisent le 17 décembre à Levallois-Perret une Rencontre des différents acteurs. Ils présenteront leurs travaux et leurs expériences.
http://www.ville.gouv.fr/infos/dossiers/ veille-educative.html
http://www.ville.gouv.fr/pdf/lettre-e/20 03-11-06.pdf

- Primaire    [ Haut ]

Les défis grenoblois
Les défis scolaires organisés par le CRDP de Grenoble donnent l'occasion d'acquérir les compétences du B2i en jouant et en communiquant avec d'autres classes. Tous les deux mois un nouveau défi est lancé, par exemple, en novembre sur la Renaissance. Les écoliers du cycle 3, éventuellement de jeunes collégiens, peuvent y participer.
http://www.crdp.ac-grenoble.fr/defi/

Echanger avec Europschool.net
Comment amener les enfants à utiliser une langue étrangère dans une vraie situation de communication, à lire et écrire, à s'ouvrir à d'autres cultures ? Le projet Europschool.net, soutenu par la Ligue de l'enseignement et la Commission européenne, veut mettre les TIC au service des enseignants de l'école élémentaire et de la maternelle qui souhaitent monter des projets de correspondance scolaire sur Internet. Il développe des outils pédagogiques adaptés et travaille en lien avec des associations professionnelles belges et allemandes. Plusieurs classes françaises ont déjà sauté le pas. Venez découvrir leurs projets.
http://www.europschool.net/

Les élèves en difficulté à l'entrée en 6ème
"Les IEN doivent être alertés et appelés à la vigilance quant aux dysfonctionnements constatés en matière de redoublements et dans le .. recours au RASED". L'Inspection générale publie une étude menée par Bernard Gossot et Philippe Dubreuil, sur "les élèves en difficulté à l'entrée au collège". Elle s'est penchée sur le cas des élèves en difficulté en 6ème et fait apparaître de nombreuses lacunes de l'école. Signalons d'abord "l'usage inopérant, voire contre-indiqué du redoublement en primaire" : dans de nombreux cas, le redoublement est pratiqué en CP et ignore les cycles. De la même façon, les élèves sont rarement signalés au RASED (réseau d'aide et soutien). Le suivi école - collège est rarement fait ce qui rend difficile le suivi du jeune collégien. L'inspection appelle à y faire attention et souhaite un renforcement du rôle des professeurs principaux. L'Inspection appelle aussi à compléter le regard de l'école en y associant médecins, associations etc.
http://62.23.17.247/BRP/034000657/0000.p df
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

Plaidoyer pour les petites écoles
La Fédération nationale pour l'école rurale se bat pour les "petites écoles". Hostiles au projet de réseaux d'écoles, la FNER veut défendre une école "de qualité, à taille huamine".
http://www.marelle.org/users/fner/Reseau x_Statuts.htm

Des oeuvres patrimoniales pour le cycle 3
Le ministère annonce la reconduction de la liste des oeuvres de jeunesse et la volonté à l'avenir de mettre davantage l'accent sur les oeuvres patrimoniales. "Parce que la quasi-totalité des professeurs des écoles sont demandeurs de références, le principe d'une liste est confirmé ; mais le caractère obligatoire de la liste actuelle - qui a d'ailleurs été assoupli par les documents d'accompagnement introduisant une proportion de 6 titres à choisir dans la liste pour 4 titres à choisir librement" ne sera pas maintenu au-delà de cette année scolaire.
http://www.education.gouv.fr/actu/elemen t.php?itemID=200311181756

Calendrier du Capsais
Le B.O. du 20 novembre fixe le calendrier du déroulement des épreuves d'obtention du Capsais. Une note de service définit les conditions d'organisation du concours.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/43/ MENE0302174A.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/43/ MENE0302175N.htm

- Collège    [ Haut ]

Les élèves en difficulté à l'entrée en 6ème
"Les IEN doivent être alertés et appelés à la vigilance quant aux dysfonctionnements constatés en matière de redoublements et dans le .. recours au RASED". L'Inspection générale publie une étude menée par Bernard Gossot et Philippe Dubreuil, sur "les élèves en difficulté à l'entrée au collège". Elle s'est penchée sur le cas des élèves en difficulté en 6ème et fait apparaître de nombreuses lacunes de l'école. Signalons d'abord "l'usage inopérant, voire contre-indiqué du redoublement en primaire" : dans de nombreux cas, le redoublement est pratiqué en CP et ignore les cycles. De la même façon, les élèves sont rarement signalés au RASED (réseau d'aide et soutien). Le suivi école - collège est rarement fait ce qui rend difficile le suivi du jeune collégien. L'inspection appelle à y faire attention et souhaite un renforcement du rôle des professeurs principaux. L'Inspection appelle aussi à compléter le regard de l'école en y associant médecins, associations etc.
http://62.23.17.247/BRP/034000657/0000.p df
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

- Lycée    [ Haut ]

Le bac 2004
Sur EduScol, enseignants et candidats apprécieront de trouver les textes réglementaires relatifs à l'examen : calendrier, organisation des épreuves etc.
http://www.eduscol.education.fr/D0056/ac tualite.htm#calendrier

Maths : Des sujets zéros pour les bacs ES et S 2004
Après la réforme de 2002, cette année les candidats affronteront de nouveaux types de sujets au bac ES et S. EduScol diffuse des exemples de sujets qui aideront les professeurs à mieux préparer les élèves.
http://www.eduscol.education.fr/D0056/ma ths-sujets.htm

Individualiser l'aide aux élèves en seconde
Ce numéro spécial de Modulo, édité par l'académie de Créteil, rassemble des activités, des analyses et des comptes rendus de séquences de travail proposées dans des classes de seconde, sur le mode du témoignage. Résultant de la volonté de ne proposer aucun modèle de pratique mais plutôt des exemples construits à partir d'un enjeu commun, "individualiser l'aide", il reflète la diversité des approches et des réflexions. Il offre, de manière disparate, des réflexions et des activités dans lesquelles chaque lecteur pourra trouver matière à construire son propre projet.
http://www.ac-creteil.fr/lettres/pedagog ie/lycee/modulo/index.htm

- Enseignement professionnel    [ Haut ]

Formation : Remise des prix Formatel
Les Webs Trophées Formatel récompensent les meilleurs sites Internet créés par des organismes de formation. Signalons dans la catégorie "organismes publics", le prix remporté par le réseau de formation de l'académie de Créteil et l'université Paris V en DESS Banques.
http://www.formatel.com/parole30.html

L'avenir du supérieur court
Au moment où l'université met en place un nouveau système de diplôme, le L.M.D., et entre plus directement en concurrence avec les systèmes éducatifs européens, la question de l'avenir des formations courtes prend une nouvelle dimension. Le ministère avait déjà exprimé son souhait de voir STS et IUT modifier leur recrutement pour intégrer davantage d'élèves sortis de l'enseignement technologique et professionnel. Le Haut conseil à l'évaluation de l'école publie un rapport sur l'avenir des filières supérieures courtes. Parmi les recommandations du HCEE, signalons trois points : la création d'un "crédit de formation différée" qui permettrait d'inscrire la formation initiale dans le cadre de la formation tout au long de la vie, un effort pour développer l'alternance, l'ouverture de nouvelles licences professionnelles proposées aux titulaires d'un diplôme court qui leur permettrait de se rattacher au système LMD.
http://62.23.17.247/BRP/034000654/0000.p df
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

Les Chefs de travaux ont-ils un avenir ?
"Il faut ouvrir loyalement et sans tabous la question du statut des chefs de travaux en relation constructive avec les représentants de cette profession et au contact du corps des chefs d'établissement. Un nouveau statut, moderne adapté, évolutif me semble être de nature non seulement à valoriser en la reconnaissant mieux l'importance de cette fonction mais également à accroître le potentiel et donc les résultats de la partie professionnelle de l'enseignement dispensé dans les établissements secondaires". A l'heure du grand débat pour la construction de l'École de demain, le site des chefs de travaux invite Guy Geoffroy, député UMP, membre de la commission Thélot, et "Monsieur Education" de sa formation.
http://www.chef-de-travaux.net/

Eco-Gestion : Le programme est adopté
" Très bonne nouvelle pour la voie technologique, le Conseil Supérieur de l'Éducation (CSE) a approuvé dans sa séance du 25 novembre 2003 l'ensemble des programmes de la classe de première proposés par le GEPS dans leur version définitive, laquelle avait pris en compte les observations remontées lors de la consultation des professeurs d'Économie-gestion au printemps dernier". Le Doyen Saraf annonce, sur le site Ecogest, la mise ne place de la réforme de l'économie-gestion en filière STT. Les nouveaux programmes entreront en application à la rentrée 2005. Si les horaires et les épreuves du bac ne sont pas beaucoup modifiés (renforcement du français, maintien d'une épreuve pratique par exemple), les contenus d'enseignement sont profondément modifiés. Pour le doyen, " le projet de cette réforme est simple.. : conduire un plus grand nombre d'élèves de nos séries vers l'enseignement supérieur... sans exclure pour autant la poursuite d'études plus longues." Un sacré pari par conséquent : la réforme risque de détourner une partie des élèves. Ces préoccupations répondent à un constat dressé cet été par le ministre et rappelé dans le rapport du Haut conseil de l'évaluation de l'école : la filière STT accueille actuellement trop de lycéens et est mal située entre les formations générales et professionnelles.
http://www.educnet.education.fr/ecogest/ enseignements/renov/renovsttcse.htm

Stage des élèves à l'étranger
A l'heure où les établissements s'ouvrent à l'Europe et à l'international, le ministère publie une circulaire présentant un exemple de convention - type pour les périodes de formation en milieu professionnel des jeunes en formation aux niveaux V et IV. La convention prévoit notamment la résolution des questions de discipline et l'encadrement pédagogique des jeunes à l'étranger. Le financement des stages reste dépendant des fonds européens. Le modèle de convention est disponible en plusieurs langues.
http://www.education.gouv.fr/bo/2003/44/ MENE0302367C.htm

- Le Café    [ Haut ]

Les Indispensables 2003
Le Café pédagogique publie un nouveau dossier : "Les Indispensables 2003". Dans chaque discipline du secondaire et pour le primaire et la maternelle, l'équipe du Café a retenu les dix sites "indispensables" et trois sites coups de coeur. Connus ou moins connus, ces sites sont les "indispensables" du net éducatif. Réunis en un dossier, c'est une trousse à outil pédagogique que publie le Café.
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/ indisp2003/

[ Haut ]

Archives de la rubrique Informations Professionnelles :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique Informations Professionnelles dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable