Informations Professionnelles (Café N° 51)

Édition du 06-06-2004

- François Jarraud -

- A la Une : La question du redoublement saisie par la société    [ Haut ]

Alors que les établissements organisent les conseils de classe de fin d'année, la question de l'utilité des redoublements sort du ghetto pédagogique pour devenir un enjeu de société. Le quotidien Le Monde lui consacre une page entière, sous la plume de Martine Laronche. Le quotidien rappelle les travaux des spécialistes qui concluent tous à l'inefficacité du redoublement pour améliorer le niveau scolaire des jeunes. Ainsi, M. Laronche s'appuie sur une étude à paraître de Jean-Paul Caille , réalisée pour le ministère, qui conclue que "le redoublement semble fragiliser la confiance en soi de l'élève l'amenant à réduire ses ambitions scolaires.. Qui plus est, l'image des élèves redoublants auprès des enseignants apparaît moins favorable, ce qui influe sur leur orientation". Ainsi à note égale, les redoublants seraient davantage orientés vers la voie professionnelle à l'issue du collège. Ce travail prend à contre-pied le ministre qui, dans Le Monde du 26 mai défendait le redoublement. Le Monde rappelle aussi le relatif isolement de la France sur cette question : alors que 37% des élèves français accusent un retard en fin de collège, les pays d'Europe du nord et le Royaume-Uni affichent des taux compris entre 0,6 et 3% ! Or l'enquête PISA a montré que ces pays où le redoublement est quasi ignoré obtiennent de meilleurs résultats scolaires. Pourtant aujourd'hui encore le redoublement reste la seule issue proposée par les conseils de classe français pour les élèves faibles. Une "solution" qui pourrait être davantage contestée par les parents.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-366452,0.html
http://www.cafepedagogique.net/expresso/ index.php3?express=349
http://www.cafepedagogique.net/disci/arc hives.php?numero=39&discipline=pedago

- Le système éducatif    [ Haut ]

F. Fillon promet une rentrée sereine
"Il n'y a pas de menace sur l'encadrement des classes" a assuré, selon l'AFP, le ministre de l'éducation nationale à l'Assemblée nationale le 25 mai. F. Fillon veut concilier les contraintes budgétaires avec la "priorité" que reste l'éducation.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040525140253.dbhghexm.html

F. Fillon annonce un collège modulable
Dans son discours au Conseil Supérieur de l'Education, F. Fillon a annoncé quelques orientations : " que chacun puisse librement choisir, au terme d’un tronc commun, la voie qui lui est la plus appropriée. Je refuse d’entrer dans les débats théoriques sur le collège unique ou multiple, « indivisible » ou « bicéphale »… Il faut que le collège soit pour tous ! C’est à dire un collège qui donne les moyens à chacun d’acquérir des savoirs fondamentaux - c’est la notion de « socle » - et qui offre en parallèle une ouverture sur des filières professionnelles qui doivent être motivantes et valorisantes. Pour cela, il ne faut pas hiérarchiser et opposer les filières…C’est dans cet esprit que j’examine actuellement sans préjugé le projet d’adaptation de la 3ème". Selon l'AFP, le ministre souhaiterait également renforcer la formation permanente des enseignants.
http://www.education.gouv.fr/actu/elemen t.php?itemID=20045171025
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040517174321.138q7kg4.html

Quelle place pour les parents à l'école ?
Les parents doivent ils avoir leur mot à dire sur l'orientation de leurs enfants s'interroge Le Monde du 29 mai. Il cite le président de la FCPE pour qui le ministre "flatte les côtés les plus réactionnaires du monde enseignant au nom d'une autorité qui déciderait de l'avenir des jeunes. C'est une dénonciation de la loi de 1989" . La PEEP de son côté estime que "en règle générale, le conseil de classe est tout à fait légitime dans ces décisions. Mais quand il y a un problème, il est normal que les parents aient leur mot à dire". Des positions se heurtent souvent à des crispations…
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-366766,0.html

Les jeunes handicapés bientôt à l'école ?
La loi imposera bientôt la scolarisation des enfants handicapés. L'Assemblée nationale examine en ce moment un projet de loi sur le handicap qui renforce nettement le droit à l'éducation et à la scolarisation des handicapés. Dans son article 6 il établit que " (les handicapés) sont inscrits dans l'école, l'établissement public d'enseignement ou l'établissement mentionné à l'article L. 442-1 le plus proche de leur domicile, qui constitue leur établissement de référence. Ils y reçoivent leur formation, au besoin dans le cadre de dispositifs adaptés" . Le projet prévoit d'imputer aux collectivités locales les dépenses liées aux difficultés d'accès dans les établissements. Les enseignants pourraient être formés à l'accueil des enfants handicapés. Actuellement seulement la moitié des jeunes handicapés sont scolarisés.
http://www.assemblee-nationale.fr/12/dos siers/handicapes.asp

Appel pour une politique de scolarisation des handicapés
" Le droit à l’École est, pour tous les citoyens, l'une des clés essentielles d’accès à l'autonomie, à la citoyenneté et à une vie sociale et professionnelle harmonieuse… Les élèves en situation de handicap ne sont pas, en France, à égalité de droits avec tous les autres. Leur scolarisation en milieu ordinaire est loin d'être partout une réalité et par ailleurs, du côté des établissements et services spécialisés, les inégalités géographiques persistent". La FCPE, les syndicats d'enseignants (Fsu, Snuipp, Snes, Sgen Cfdt, Unsa Education, SE-Unsa) lancent un appel commun pour " une politique ambitieuse dont les jeunes en situation de handicap ont besoin". L'intégration des handicapés est pourtant une des priorités annoncées par F. Fillon, en continuité avec la politique de L. Ferry. Mais, malgré des progrès, moins de la moitié des enfants handicapés sont actuellement intégrés dans les établissements scolaires. A la question des moyens s'ajoute sans doute celle de la tradition de l'école française, peu ouverte aux handicapés.
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id= 362

L'affaire de Montaigne rebondit
Le 1er juin le tribunal administratif de Paris annulait l'exclusion prononcée contre deux élèves de Montaigne pour des actes antisémites. Le ministre de l'éducation nationale a annoncé le 2 juin qu'il faisait appel de ce verdict. La décision ministérielle intervient à un moment où les violences antisémites se multiplient dans les établissements. La FCPE du lycée Montaigne a regretté un jugement qui "donne l'impunité totale à des enfants qui ont commis des actes de violence".
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040602140543.sv31arh4.html

Un cinquième des agressions antisémites ont lieu à l'école
"T'es juive ? Parce que mon père m'a dit que les Juifs, fallait tous les brûler..." Le Parisien du 25 mai rapporte cette phrase entendue par une petite fille de 9 ans dans son école de Seine-Saint-Denis. Les propos antisémites se multiplient dans les établissements de banlieue. Les agressions physiques sont devenues hebdomadaires. Pour Emmanuel Brenner, interrogé par Le Parisien, "l'antisémitisme… touche principalement la jeunesse. Or la France de demain n'est pas dans la Creuse mais dans les banlieues".
http://www.leparisien.fr/home/info/vivre mieux/article.htm?articleid=241037540
http://www.leparisien.fr/home/info/vivre mieux/article.htm?articleid=241037541

L'Assemblée nationale soutient l'ELCO
Dans un rapport remis à l'Assemblée nationale, le député Jacques Domergue dresse un tableau positif de l'enseignement des langues et cultures d'origine (ELCO) et rejette une demande de création d'une commission d'enquête à leur sujet. Pourtant le Haut Conseil l'Intégration en 2000, puis, plus récemment, la Commission Stasi, ont demandé la suppression de l'ELCO. Ainsi, pour le HCI, l'ELCO "détourné de son objectif initial de permettre aux enfants de familles immigrées de repartir le moment venu dans leur pays, cantonne les élèves dans un enseignement aux effets plus désintégrateurs qu'autre chose".
http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap ports/r1618.asp
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/b rp/notices/034000725.shtml
http://lesrapports.ladocumentationfranca ise.fr/BRP/014000017/0000.pdf

- Vie professionnelle    [ Haut ]

Programmes des concours
Un B.O. spécial établit les programmes des concours externes et internes de l'agrégation, du Capes, du Capeps, du Capet, du CaPLP, de Cop et de Cpe pour la session 2005. Consultez le pour connaître celui de votre discipline.
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/spe cial5/default.htm

L'agrégation Génie électrique modifiée
De nouvelles épreuves attendront dès 2005 les candidats à l'agrégation externe de génie électrique Le B.O. du 3 juin publie ces modifications.
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/22/ MENP0400534A.htm

Ateliers scientifiques et techniques
Comment redonner le goût des sciences aux jeunes ? La question se pose dans de nombreux pays européens touchés par la chute du nombre d'étudiants en sciences et chacun envisage une solution. En Angleterre un rapport officiel recommande de payer les étudiants en sciences. En France, le ministère rénove les ateliers scientifiques et techniques par une circulaire parue au B.O. du 3 juin. Ces ateliers intègrent l'emploi du temps des élèves et participent au projet d'établissement.
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/22/ MENE0401106C.htm
http://www.cafepedagogique.net/disci/arc hives.php?numero=47&discipline=europe

La Grève du 25 mai
Lancée par la FSU, l'Unsa-éducation, le Sgen-Cfdt et la Ferc-CGT, la grève le 25 mai a eu peu de succès : 9% de grévistes en L.P., 14% en lycée, 15% dans le primaire, 18% en collège. Les quatre fédérations s'opposent au transfert des TOS et dénoncent la pénurie de moyens. Le SNES lance une pétition s'opposant à la décentralisation : " Plus que jamais les élèves ont besoin autour d’eux d’équipes pédagogiques et éducatives complètes et capables de travailler collectivement. Et pourtant, le gouvernement ne créé aucun poste de copsy, de CPE, d’assistantes sociales et d’infirmières. Il poursuit son idée de décentraliser l’éducation en se débarrassant de 90 000 techniciens, ouvriers et personnels de service auprès des collectivités territoriales. Il compte renforcer le pouvoir des élus sur la sectorisation des collèges et renforcer l’autonomie des établissements".
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040523063538.7l6kl6ao.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040525161459.ubihvbc3.html

L'expérience landaise : nouveaux éclairages
Quelques jours après le Colloque de Moliets, Caroline Jouneau-Sion rend compte de l'événement sur le site des Clionautes. Relevant que "la réaction première devant ce genre d'expérience innovante n'est pas tant l'extase que la réticence", elle estime que les interventions du colloque ont répondu en partie à ces inquiétudes. Mais à certaines conditions : "l'autoformation des enseignants est un élément essentiel dans la réussite de cette expérience. Elle ne peut fonctionner que grâce à la mutualisation, notamment par le biais d'Internet.. Il semble que ce qui importe plus que le matériel c'est la capacité de chacun des acteurs de l'enseignement à remettre en cause ses pratiques pour que chaque élève ait accès égal à l'enseignement et à la culture". Le compte-rendu de C. Jouneau-Sion, très complet, montre la richesse des interventions et des débats de cette journée.
http://www.clionautes.org/article.php3?i d_article=533

Autorité et redoublement
"L'autorité doit être au cœur de l'école républicaine, car elle doit être un lieu exemplaire de savoir et de respect. Il n'y a pas d'égalité entre l'adulte et l'élève. L'autorité du maître conditionne la réussite de l'élève. Il ne s'agit pas d'une attitude nostalgique, mais réaliste. Un exemple : la loi de 1989 a conduit à enlever aux enseignants leur pouvoir de décision en matière de redoublement. N'est-on pas allé trop loin ?" F. Fillon reprend, avec ces propos, des thèmes chers à Luc Ferry.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-366282,0.html

Diplôme de compétence en langue
Créé en 2002, le Diplôme de compétence en langue " atteste les compétences acquises en langue de communication usuelle et professionnelle communes à l'ensemble des secteurs d'activité économique". Passé sans condition de formation, il valide des compétences obtenues dans la vie professionnelle. Le B.O. du 27 mai fixe le calendrier des examens des 3 prochaines années.
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/21/ MENE0401017N.htm
http://www.d-c-l.net/default.htm

La CFDT demande un nouveau collectif budgétaire
A l'issue de son congrès, le Sgen-Cfdt a adopté une motion demandant un collectif budgétaire pour l'éducation. Les congressistes rappellent leur opposition au "renforcement du contrôle social et (à) la remise en cause du secret professionnel", allusion aux mesures sécuritaires prises par le gouvernement .
http://sgen-cfdt.org/illkirch/

Le congrès de l'UNSA critique le gouvernement
" Pas d'idée, pas de projet, une unique obsession: la réduction des moyens. Des intentions sommaires en lieu et place d'une analyse serrée et d'objectifs définis, un réquisitoire partisan des difficultés supposées du système éducatif". Selon l'AFP, l'UNSA demande que la loi d'orientation renforce le service public d'éducation.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040527120418.j0effv1s.html

Les syndicats de l'enseignement agricole mobilisent
Quatre fédérations syndicales de l'enseignement agricole (FSU, CGT, CFDT et FO) dénoncent les réductions budgétaires (-1,5% pour les DGH) et annoncent "une rentrée catastrophique". Elles appellent les enseignants et administratifs à défendre l'enseignement agricole.
http://www.sgen-cfdt.org/actu/article581 .html

- Vie scolaire    [ Haut ]

Violence scolaire : + 5 %
Libération il y a quelques jours annonçait 10%. Le ministre, selon l'AFP, reconnaît 5% d'augmentation de la violence scolaire d'avril 2003 à avril 2004.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040603173516.z04jaggs.html

Les conflits vus par Education & Management
"Etre coach, c'est mettre en mouvement et indiquer une direction". C'est ce modèle, un peu médiatique, que le nouveau numéro d'Education & Management propose aux décideurs de l'éducation. Le premier problème du "coach" c'est sans doute la gestion des conflits. Sur ce terrain là, les chefs d'établissement ont été particulièrement gâtés ces derniers mois et l'application de circulaire sur la laïcité promet sans doute d'intéressants rendez-vous. La revue propose un intéressant dossier qui fait analyser les conflits par des pédagogues, des sociologues de l'éducation, des décideurs et un juge. Sans doute le conflit est-il aussi un signe que l'école est bien vivante.
http://www.crdp.ac-creteil.fr/CRDP/editi on/desrevues/EetM/pdf/EetM26.pdf

La circulaire sur le voile adoptée par le CSE
Le score est meilleur que pour la loi sur la laïcité mais les abstentions l'ont encore emporté au CSE sur ce sujet pourtant important. Pour le ministre, " cette circulaire ne doit pas être interprétée comme la victoire des uns sur les autres. Nul ne doit se sentir stigmatisé par le renforcement de la laïcité". F. Fillon croit avoir trouvé le bon équilibre entre fermeté et " pragmatisme et de responsabilité laissée aux acteurs de terrain pour faire respecter la règle commune et sanctionner ses éventuels contournements". En efet ce sont les chefs d'établissements qui vont maintenant se trouver en première ligne. Le Monde a demandé à trois d'entre eux leur interprétation du texte : tous trois en ont une différente.. Du côté des parents, la PEEP a adopté le texte mais demande la rédaction d'une "charte de la laïcité" pour guider la rédaction des règlements intérieurs. Quant à la FCPE, son président estime qu'on " risque de renforcer la loi du faciès" et relève que " sous couvert de défendre la laïcité, on va interdire le voile sous le crucifix en Alsace-Moselle" .
http://www.education.gouv.fr/actu/elemen t.php?itemID=20045171025
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-364984,0.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040517122608.e6z8d4np.html

Circulaire sur le voile : le début du calvaire ?
La circulaire sur le voile a-t-elle simplifié la situation des chefs d'établissement ? Le Figaro et Libération en doutent. " Tout reste à faire pour les chefs d'établissement" déclare un inspecteur dans Le Figaro qui craint "une laïcité à deux vitesses" variable d'un établissement à l'autre. Libération a interrogé Yann Buttner, juriste dans un rectorat, qui prévoit que "tout comme le Conseil d'Etat avait dû, en 1989, définir ce qu'on entendait par «ostentatoire», on peut imaginer qu'il aura un jour à dire ce qu'est une manifestation «ostensible»". La rentrée pourrait réserver des surprises.
http://www.lefigaro.fr/france/20040518.F IG0241.html
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=206777

La loi sur le voile et l'ONU
La loi sur la laïcité est-elle conforme à la Convention internationale des droits de l'enfant ? Selon un communiqué de la Défenseure des enfants, le Comité des Droits de l'enfant des Nations unies, après avoir entendu la ministre française de la famille, a exprimé le 2 juin son "inquiétude" à ce sujet. Il craint une stigmatisation de la communauté musulmane en France et dénonce " une faille dans l'esprit de tolérance". Le Comité a également déploré d'autres mesures gouvernementales comme l'extension de la garde à vue des mineurs et l'âge auquel ils peuvent être privés de liberté.
http://www.defenseurdesenfants.fr/actus/ index1.htm

Un cake au cannabis pour le prof
Les fins d'années sont redoutables. Un lycéen de Mitry-Mory (77) a offert à ses camarades et à son professeur d'allemand un gros "Space Cake" aimablement parfumé au cannabis. Le professeur a été intoxiqué. Certains élèves aussi (mais pas tous !). Le lycéen est inculpé. A noter que la même mésaventure est arrivée cette année à un collègue… allemand.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040603140347.eslsh9tx.html
http://www.cafepedagogique.net/disci/arc hives.php?numero=47&discipline=allemand

Le Snpden appelle les chefs d'établissement à la grève administrative
Selon l'AFP, le SNPDEN a appelé ses adhérents à une grève administrative estimant que le métier "est de plus en plus difficile" et manque de reconnaissance.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040519124302.6qbr6ver.html

La démocratie directe à l'école
" A l'école, beaucoup d'enfants se contentent d'être élèves. Ils sont là sans être là. On pourrait presque parler d'absentéisme psychologique. Ils sont désimpliqués et donc dévalorisés". Libération publie un entretien avec Claire Rueff-Escoubès conceptrice d'une méthode qui vise à développer la démocratie à l'école. " La délégation était une avancée démocratique ; elle n'est plus suffisante aujourd'hui. Dans notre démarche, tous les élèves sont égaux dans le groupe. Leur position sociale et institutionnelle, c'est d'être tous élèves et, à ce titre, ils ont tous le droit d'exprimer avec leurs mots ce qu'ils vivent à l'école". Selon elle, appliquer sa méthode permettrait de réduire la violence et de favoriser l'apprentissage citoyen.
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=208319
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=208320

- Primaire    [ Haut ]

Les instits : réacs, aigris, déprimés ou incertains ?
"Aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours voulu être institutrice". Pourtant Anne-Laure, interrogée par Libération, est sous anti-dépresseurs. C'est une imagé très contrastée des jeunes professeurs des écoles qui est restituée par un sondage réalisé pour le Snuipp et publié dans Libération du 1er juin. Ils s'y déclarent à la fois satisfaits (à 87% !) d'un métier choisi par vocation (à 71%). Mais en même temps ils ne croient plus dans la réussite de tous les élèves (à 62%), s'intéressent moins à l'épanouissement des enfants (33%) et sont favorables aux redoublements (à 61%). Pour Philippe Meirieu, directeur de l'IUFM de Lyon, " le sondage montre qu'ils sont plus sensibles qu'auparavant au discours «anti-Mai 68». Beaucoup de Français ont, à mon avis partiellement à tort, le sentiment que la gauche été impuissante à résoudre les problèmes d'échec scolaire, d'exclusion, qu'elle s'est épuisée en bons sentiments, vainement, et qu'il faudrait mieux en revenir aux «bonnes vieilles méthodes» de la carotte et du bâton. Que les jeunes enseignants endossent en partie ce discours n'a rien d'étonnant. Je me demande seulement s'ils n'y résistent pas mieux que la majorité des Français". Cela remet pourtant en question l'enseignement reçu en IUFM. P. Meirieu y voit une crise de l'institution : " (c'est) le signe du divorce entre l'ambition individuelle extraordinaire que manifestent les jeunes instits et la médiocrité tout aussi extraordinaire de l'ambition politique à leur égard. Ils ont de plus en plus le sentiment de porter seuls les valeurs de l'école. D'où un certain fatalisme face à l'échec".
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=210820
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=210822
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=210823

Les CP renforcés luttent contre l'échec scolaire
" C'est toujours difficile de savoir quels sont précisément les effets en termes d'acquis scolaires. Mais je suis sûr d'en profiter, moi en tant qu'enseignant : à travers les stages, les réunions, on a des apports pédagogiques évidents pour varier nos méthodes". Selon Le Monde du 28 mai, le premier effet des "CP renforcés" c'est d'encourager l'innovation pédagogique. Luc Bronner décrit le quotidien d'une classe d'Argenteuil (95) qui bénéficie d'un assistant d'éducation à mi-temps pour aider les 3 enseignants de CP dans les activités de lecture et écriture. Le dispositif semble donner des résultats.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-366453,0.html

60.000 écoliers de plus en 2004
Les effectifs élèves vont connaître une hausse significative en 2004 et 2005 dans l'élémentaire et le préélémentaire. Selon les estimations ministérielles, publiées dans un numéro des Notes d'information, 65.200 enfants supplémentaires devraient intégrer l'école primaire en 2004 et 58.700 en 2005. Ces évolutions ne reflètent pas un meilleur taux de scolarisation des 2-3 ans mais résultent de la hausse de la natalité après 1994. Le phénomène touche inégalement le pays : la hausse est lus forte dans un croissant allant de la Bretagne au Lyonnais. Elle provient également du maintien du taux de retards scolaires dès le primaire : 19% des jeunes de 11 ans sont encore scolarisés en élémentaire.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0415.pdf


- Collège    [ Haut ]

Une troisième pré-professionnelle dès 2005
Dans une interview accordée au Monde, F. Fillon a annoncé l'ouverture rentrée 2005 d'une troisième "de découverte professionnelle" La seconde langue et l'enseignement optionnel (latin, 3ème langue) seront remplacés par 6 heures de "découverte professionnelle" en lycée professionnel et en entreprise. L'horaire de physique, SVT et technologie serait également amputé. Pour le ministre, " le collège unique ne doit pas être un collège uniforme". F. Fillon a promis que " des dispositions seront prises pour permettre en tout état de cause l'accès en seconde générale" mais on voit mal comment les élèves pourraient récupérer le retard pris en langues. Selon Le Monde, le Snes juge que cette mesure "permet de garder le collège pour tous tout en diversifiant les parcours". Pour le Sgen, "il s’agit d’un dispositif de pré-orientation et non d’un dispositif permettant à tous les élèves d’acquérir une connaissance de la vie professionnelle. L’option 3 heures pouvait éventuellement contribuer à un projet d’orientation et de formation, il n’en est pas de même de l’option 6 heures qui constitue bel et bien une voie à part. Il s’agit en fait d’institutionnaliser la pré-orientation voire l’orientation précoce". La récente enquête internationale PISA montre que les pays qui sélectionnent précocement obtiennent des résultats plus mauvais que ceux qui assurent un tronc commun.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-366281,0.html
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-366282,0.html

- Lycée    [ Haut ]

Quel avenir après le bac ?
Quelles sont les formations préférées des nouveaux bacheliers ? A quelques jours du bac, le ministère publie une étude qui dresse une rétrospective de l'orientation des bacheliers depuis 1996. Elle montre certaines stabilités : depuis 1996, 62% d'une ranche d'âge obtient le bac (on reste loin des 80%) et 85% d'entre eux choisissent de faire des études supérieures. Mais elle établit surtout des bouleversements dans les parcours éducatifs. Il faut d'abord signaler le discrédit des formations universitaires. Le premier cycle universitaire n'accueille plus qu'un bachelier sur trois (-3%) et ce sont plutôt les moins bons : "les choix des bacheliers généraux "à l'heure" se déplacent vers les écoles recrutant après le bac, telles que les écoles d'art, d'architecture, de commerce ou du secteur paramédical, mais également vers les I.U.T. qui gagnent pus de 3 points". Le pourcentage des bacs généraux allant en DEUG a diminué de 5% (de 10% pour les filières scientifiques). Les bacheliers technologiques, et particulièrement les plus âgés, trouvent moins de places en STS (un pourcentage en chute de 3 points). Quant aux bacs professionnels , ils sont nettement plus nombreux à poursuivre des études supérieures (44% au lieu de 31%) : leur nombre a doublé en DEUG alors même que leur taux d'échec y est écrasant. L'orientation des bacheliers technologiques et professionnels semble bien donc continuer à être problématique : la majorité des bacheliers technologiques n'a pas obtenu de place dans la STS de son choix. Au discrédit de l'université, à la fermeture des IUT et des STS à certains publics, répond la croissance de l'alternance : 5% des bacheliers suivent ces formations contre 3% en 1996. Une croissance qui se retrouve chez tous les bacheliers. Le dernier enseignement de cette étude concerne le rôle des enseignants : "le fait d'avoir bénéficié ou non de leurs conseils exerce une influence presque aussi forte que les variables scolaires". En pleine période de conseils de classe, il fallait le rappeler.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0414.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

Les sujets du bac 2004 en Amérique du nord
Après Pondichéry (Inde), le bac 2004 vient de commencer en Amérique du nord. Les sujets sont en ligne pour les épreuves du bac général de terminale. L'EAF devrait être publié très prochainement. Ces sujets sont bien sur différents de ceux qui seront utilisés dans quelques jours en France. Mais ils donnent un aperçu des priorités des jurys 2004.
http://www.rochambeau.org/informations/e xamens/bac/bac2004/bac2004.html

Programmes des classes préparatoires
Le J.O. du 20 mai publie deux arrêtés précisant le programme de sciences et celui de lettres des classes préparatoires scientifiques.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENS0400954A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENS0400963A

TIPE et géographie en classe prépa
Le J.O. du 26 mai publie deux arrêtés précisant le programme des TIPE en prépas scientifiques ainsi que le programme de géographie en prépa BCPST : " Les territoires ruraux des Etats-Unis d'Amérique et du Canada".
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENS0400995A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENS0400999A

- Eneignement professionnel    [ Haut ]

Bac pro commerce
Le B.O. du 3 juin publie les nouvelles modalités du bac professionnel commerce. La première session du nouvel examen aura lieu en 2006. Nous avions annoncé le 14 mai lapublication de cet arrêté au J.O.
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/22/ MENE0400865A.htm

- Le Café    [ Haut ]

L'Expresso au téléphone
Chaque matin recevez l'intégralité de L'Expresso sur votre téléphone portable ou votre PDA. Ce service n'est accessible que si votre téléphone dispose d'un accès Internet. Dites nous quels autres services vous souhaiteriez voir sur ces terminaux. Le Café travaille actuellement à d'autres espaces interactifs.
http://www.cafepedagogique.net/w/index.w ml
http://www.cafepedagogique.net/i/

Édition du 06-06-2004

- François Jarraud -

- A la Une : La question du redoublement saisie par la société    [ Haut ]

Alors que les établissements organisent les conseils de classe de fin d'année, la question de l'utilité des redoublements sort du ghetto pédagogique pour devenir un enjeu de société. Le quotidien Le Monde lui consacre une page entière, sous la plume de Martine Laronche. Le quotidien rappelle les travaux des spécialistes qui concluent tous à l'inefficacité du redoublement pour améliorer le niveau scolaire des jeunes. Ainsi, M. Laronche s'appuie sur une étude à paraître de Jean-Paul Caille , réalisée pour le ministère, qui conclue que "le redoublement semble fragiliser la confiance en soi de l'élève l'amenant à réduire ses ambitions scolaires.. Qui plus est, l'image des élèves redoublants auprès des enseignants apparaît moins favorable, ce qui influe sur leur orientation". Ainsi à note égale, les redoublants seraient davantage orientés vers la voie professionnelle à l'issue du collège. Ce travail prend à contre-pied le ministre qui, dans Le Monde du 26 mai défendait le redoublement. Le Monde rappelle aussi le relatif isolement de la France sur cette question : alors que 37% des élèves français accusent un retard en fin de collège, les pays d'Europe du nord et le Royaume-Uni affichent des taux compris entre 0,6 et 3% ! Or l'enquête PISA a montré que ces pays où le redoublement est quasi ignoré obtiennent de meilleurs résultats scolaires. Pourtant aujourd'hui encore le redoublement reste la seule issue proposée par les conseils de classe français pour les élèves faibles. Une "solution" qui pourrait être davantage contestée par les parents.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-366452,0.html
http://www.cafepedagogique.net/expresso/ index.php3?express=349
http://www.cafepedagogique.net/disci/arc hives.php?numero=39&discipline=pedago

- Le système éducatif    [ Haut ]

F. Fillon promet une rentrée sereine
"Il n'y a pas de menace sur l'encadrement des classes" a assuré, selon l'AFP, le ministre de l'éducation nationale à l'Assemblée nationale le 25 mai. F. Fillon veut concilier les contraintes budgétaires avec la "priorité" que reste l'éducation.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040525140253.dbhghexm.html

F. Fillon annonce un collège modulable
Dans son discours au Conseil Supérieur de l'Education, F. Fillon a annoncé quelques orientations : " que chacun puisse librement choisir, au terme d’un tronc commun, la voie qui lui est la plus appropriée. Je refuse d’entrer dans les débats théoriques sur le collège unique ou multiple, « indivisible » ou « bicéphale »… Il faut que le collège soit pour tous ! C’est à dire un collège qui donne les moyens à chacun d’acquérir des savoirs fondamentaux - c’est la notion de « socle » - et qui offre en parallèle une ouverture sur des filières professionnelles qui doivent être motivantes et valorisantes. Pour cela, il ne faut pas hiérarchiser et opposer les filières…C’est dans cet esprit que j’examine actuellement sans préjugé le projet d’adaptation de la 3ème". Selon l'AFP, le ministre souhaiterait également renforcer la formation permanente des enseignants.
http://www.education.gouv.fr/actu/elemen t.php?itemID=20045171025
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040517174321.138q7kg4.html

Quelle place pour les parents à l'école ?
Les parents doivent ils avoir leur mot à dire sur l'orientation de leurs enfants s'interroge Le Monde du 29 mai. Il cite le président de la FCPE pour qui le ministre "flatte les côtés les plus réactionnaires du monde enseignant au nom d'une autorité qui déciderait de l'avenir des jeunes. C'est une dénonciation de la loi de 1989" . La PEEP de son côté estime que "en règle générale, le conseil de classe est tout à fait légitime dans ces décisions. Mais quand il y a un problème, il est normal que les parents aient leur mot à dire". Des positions se heurtent souvent à des crispations…
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-366766,0.html

Les jeunes handicapés bientôt à l'école ?
La loi imposera bientôt la scolarisation des enfants handicapés. L'Assemblée nationale examine en ce moment un projet de loi sur le handicap qui renforce nettement le droit à l'éducation et à la scolarisation des handicapés. Dans son article 6 il établit que " (les handicapés) sont inscrits dans l'école, l'établissement public d'enseignement ou l'établissement mentionné à l'article L. 442-1 le plus proche de leur domicile, qui constitue leur établissement de référence. Ils y reçoivent leur formation, au besoin dans le cadre de dispositifs adaptés" . Le projet prévoit d'imputer aux collectivités locales les dépenses liées aux difficultés d'accès dans les établissements. Les enseignants pourraient être formés à l'accueil des enfants handicapés. Actuellement seulement la moitié des jeunes handicapés sont scolarisés.
http://www.assemblee-nationale.fr/12/dos siers/handicapes.asp

Appel pour une politique de scolarisation des handicapés
" Le droit à l’École est, pour tous les citoyens, l'une des clés essentielles d’accès à l'autonomie, à la citoyenneté et à une vie sociale et professionnelle harmonieuse… Les élèves en situation de handicap ne sont pas, en France, à égalité de droits avec tous les autres. Leur scolarisation en milieu ordinaire est loin d'être partout une réalité et par ailleurs, du côté des établissements et services spécialisés, les inégalités géographiques persistent". La FCPE, les syndicats d'enseignants (Fsu, Snuipp, Snes, Sgen Cfdt, Unsa Education, SE-Unsa) lancent un appel commun pour " une politique ambitieuse dont les jeunes en situation de handicap ont besoin". L'intégration des handicapés est pourtant une des priorités annoncées par F. Fillon, en continuité avec la politique de L. Ferry. Mais, malgré des progrès, moins de la moitié des enfants handicapés sont actuellement intégrés dans les établissements scolaires. A la question des moyens s'ajoute sans doute celle de la tradition de l'école française, peu ouverte aux handicapés.
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id= 362

L'affaire de Montaigne rebondit
Le 1er juin le tribunal administratif de Paris annulait l'exclusion prononcée contre deux élèves de Montaigne pour des actes antisémites. Le ministre de l'éducation nationale a annoncé le 2 juin qu'il faisait appel de ce verdict. La décision ministérielle intervient à un moment où les violences antisémites se multiplient dans les établissements. La FCPE du lycée Montaigne a regretté un jugement qui "donne l'impunité totale à des enfants qui ont commis des actes de violence".
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040602140543.sv31arh4.html

Un cinquième des agressions antisémites ont lieu à l'école
"T'es juive ? Parce que mon père m'a dit que les Juifs, fallait tous les brûler..." Le Parisien du 25 mai rapporte cette phrase entendue par une petite fille de 9 ans dans son école de Seine-Saint-Denis. Les propos antisémites se multiplient dans les établissements de banlieue. Les agressions physiques sont devenues hebdomadaires. Pour Emmanuel Brenner, interrogé par Le Parisien, "l'antisémitisme… touche principalement la jeunesse. Or la France de demain n'est pas dans la Creuse mais dans les banlieues".
http://www.leparisien.fr/home/info/vivre mieux/article.htm?articleid=241037540
http://www.leparisien.fr/home/info/vivre mieux/article.htm?articleid=241037541

L'Assemblée nationale soutient l'ELCO
Dans un rapport remis à l'Assemblée nationale, le député Jacques Domergue dresse un tableau positif de l'enseignement des langues et cultures d'origine (ELCO) et rejette une demande de création d'une commission d'enquête à leur sujet. Pourtant le Haut Conseil l'Intégration en 2000, puis, plus récemment, la Commission Stasi, ont demandé la suppression de l'ELCO. Ainsi, pour le HCI, l'ELCO "détourné de son objectif initial de permettre aux enfants de familles immigrées de repartir le moment venu dans leur pays, cantonne les élèves dans un enseignement aux effets plus désintégrateurs qu'autre chose".
http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap ports/r1618.asp
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/b rp/notices/034000725.shtml
http://lesrapports.ladocumentationfranca ise.fr/BRP/014000017/0000.pdf

- Vie professionnelle    [ Haut ]

Programmes des concours
Un B.O. spécial établit les programmes des concours externes et internes de l'agrégation, du Capes, du Capeps, du Capet, du CaPLP, de Cop et de Cpe pour la session 2005. Consultez le pour connaître celui de votre discipline.
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/spe cial5/default.htm

L'agrégation Génie électrique modifiée
De nouvelles épreuves attendront dès 2005 les candidats à l'agrégation externe de génie électrique Le B.O. du 3 juin publie ces modifications.
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/22/ MENP0400534A.htm

Ateliers scientifiques et techniques
Comment redonner le goût des sciences aux jeunes ? La question se pose dans de nombreux pays européens touchés par la chute du nombre d'étudiants en sciences et chacun envisage une solution. En Angleterre un rapport officiel recommande de payer les étudiants en sciences. En France, le ministère rénove les ateliers scientifiques et techniques par une circulaire parue au B.O. du 3 juin. Ces ateliers intègrent l'emploi du temps des élèves et participent au projet d'établissement.
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/22/ MENE0401106C.htm
http://www.cafepedagogique.net/disci/arc hives.php?numero=47&discipline=europe

La Grève du 25 mai
Lancée par la FSU, l'Unsa-éducation, le Sgen-Cfdt et la Ferc-CGT, la grève le 25 mai a eu peu de succès : 9% de grévistes en L.P., 14% en lycée, 15% dans le primaire, 18% en collège. Les quatre fédérations s'opposent au transfert des TOS et dénoncent la pénurie de moyens. Le SNES lance une pétition s'opposant à la décentralisation : " Plus que jamais les élèves ont besoin autour d’eux d’équipes pédagogiques et éducatives complètes et capables de travailler collectivement. Et pourtant, le gouvernement ne créé aucun poste de copsy, de CPE, d’assistantes sociales et d’infirmières. Il poursuit son idée de décentraliser l’éducation en se débarrassant de 90 000 techniciens, ouvriers et personnels de service auprès des collectivités territoriales. Il compte renforcer le pouvoir des élus sur la sectorisation des collèges et renforcer l’autonomie des établissements".
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040523063538.7l6kl6ao.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040525161459.ubihvbc3.html

L'expérience landaise : nouveaux éclairages
Quelques jours après le Colloque de Moliets, Caroline Jouneau-Sion rend compte de l'événement sur le site des Clionautes. Relevant que "la réaction première devant ce genre d'expérience innovante n'est pas tant l'extase que la réticence", elle estime que les interventions du colloque ont répondu en partie à ces inquiétudes. Mais à certaines conditions : "l'autoformation des enseignants est un élément essentiel dans la réussite de cette expérience. Elle ne peut fonctionner que grâce à la mutualisation, notamment par le biais d'Internet.. Il semble que ce qui importe plus que le matériel c'est la capacité de chacun des acteurs de l'enseignement à remettre en cause ses pratiques pour que chaque élève ait accès égal à l'enseignement et à la culture". Le compte-rendu de C. Jouneau-Sion, très complet, montre la richesse des interventions et des débats de cette journée.
http://www.clionautes.org/article.php3?i d_article=533

Autorité et redoublement
"L'autorité doit être au cœur de l'école républicaine, car elle doit être un lieu exemplaire de savoir et de respect. Il n'y a pas d'égalité entre l'adulte et l'élève. L'autorité du maître conditionne la réussite de l'élève. Il ne s'agit pas d'une attitude nostalgique, mais réaliste. Un exemple : la loi de 1989 a conduit à enlever aux enseignants leur pouvoir de décision en matière de redoublement. N'est-on pas allé trop loin ?" F. Fillon reprend, avec ces propos, des thèmes chers à Luc Ferry.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-366282,0.html

Diplôme de compétence en langue
Créé en 2002, le Diplôme de compétence en langue " atteste les compétences acquises en langue de communication usuelle et professionnelle communes à l'ensemble des secteurs d'activité économique". Passé sans condition de formation, il valide des compétences obtenues dans la vie professionnelle. Le B.O. du 27 mai fixe le calendrier des examens des 3 prochaines années.
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/21/ MENE0401017N.htm
http://www.d-c-l.net/default.htm

La CFDT demande un nouveau collectif budgétaire
A l'issue de son congrès, le Sgen-Cfdt a adopté une motion demandant un collectif budgétaire pour l'éducation. Les congressistes rappellent leur opposition au "renforcement du contrôle social et (à) la remise en cause du secret professionnel", allusion aux mesures sécuritaires prises par le gouvernement .
http://sgen-cfdt.org/illkirch/

Le congrès de l'UNSA critique le gouvernement
" Pas d'idée, pas de projet, une unique obsession: la réduction des moyens. Des intentions sommaires en lieu et place d'une analyse serrée et d'objectifs définis, un réquisitoire partisan des difficultés supposées du système éducatif". Selon l'AFP, l'UNSA demande que la loi d'orientation renforce le service public d'éducation.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040527120418.j0effv1s.html

Les syndicats de l'enseignement agricole mobilisent
Quatre fédérations syndicales de l'enseignement agricole (FSU, CGT, CFDT et FO) dénoncent les réductions budgétaires (-1,5% pour les DGH) et annoncent "une rentrée catastrophique". Elles appellent les enseignants et administratifs à défendre l'enseignement agricole.
http://www.sgen-cfdt.org/actu/article581 .html

- Vie scolaire    [ Haut ]

Violence scolaire : + 5 %
Libération il y a quelques jours annonçait 10%. Le ministre, selon l'AFP, reconnaît 5% d'augmentation de la violence scolaire d'avril 2003 à avril 2004.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040603173516.z04jaggs.html

Les conflits vus par Education & Management
"Etre coach, c'est mettre en mouvement et indiquer une direction". C'est ce modèle, un peu médiatique, que le nouveau numéro d'Education & Management propose aux décideurs de l'éducation. Le premier problème du "coach" c'est sans doute la gestion des conflits. Sur ce terrain là, les chefs d'établissement ont été particulièrement gâtés ces derniers mois et l'application de circulaire sur la laïcité promet sans doute d'intéressants rendez-vous. La revue propose un intéressant dossier qui fait analyser les conflits par des pédagogues, des sociologues de l'éducation, des décideurs et un juge. Sans doute le conflit est-il aussi un signe que l'école est bien vivante.
http://www.crdp.ac-creteil.fr/CRDP/editi on/desrevues/EetM/pdf/EetM26.pdf

La circulaire sur le voile adoptée par le CSE
Le score est meilleur que pour la loi sur la laïcité mais les abstentions l'ont encore emporté au CSE sur ce sujet pourtant important. Pour le ministre, " cette circulaire ne doit pas être interprétée comme la victoire des uns sur les autres. Nul ne doit se sentir stigmatisé par le renforcement de la laïcité". F. Fillon croit avoir trouvé le bon équilibre entre fermeté et " pragmatisme et de responsabilité laissée aux acteurs de terrain pour faire respecter la règle commune et sanctionner ses éventuels contournements". En efet ce sont les chefs d'établissements qui vont maintenant se trouver en première ligne. Le Monde a demandé à trois d'entre eux leur interprétation du texte : tous trois en ont une différente.. Du côté des parents, la PEEP a adopté le texte mais demande la rédaction d'une "charte de la laïcité" pour guider la rédaction des règlements intérieurs. Quant à la FCPE, son président estime qu'on " risque de renforcer la loi du faciès" et relève que " sous couvert de défendre la laïcité, on va interdire le voile sous le crucifix en Alsace-Moselle" .
http://www.education.gouv.fr/actu/elemen t.php?itemID=20045171025
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-364984,0.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040517122608.e6z8d4np.html

Circulaire sur le voile : le début du calvaire ?
La circulaire sur le voile a-t-elle simplifié la situation des chefs d'établissement ? Le Figaro et Libération en doutent. " Tout reste à faire pour les chefs d'établissement" déclare un inspecteur dans Le Figaro qui craint "une laïcité à deux vitesses" variable d'un établissement à l'autre. Libération a interrogé Yann Buttner, juriste dans un rectorat, qui prévoit que "tout comme le Conseil d'Etat avait dû, en 1989, définir ce qu'on entendait par «ostentatoire», on peut imaginer qu'il aura un jour à dire ce qu'est une manifestation «ostensible»". La rentrée pourrait réserver des surprises.
http://www.lefigaro.fr/france/20040518.F IG0241.html
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=206777

La loi sur le voile et l'ONU
La loi sur la laïcité est-elle conforme à la Convention internationale des droits de l'enfant ? Selon un communiqué de la Défenseure des enfants, le Comité des Droits de l'enfant des Nations unies, après avoir entendu la ministre française de la famille, a exprimé le 2 juin son "inquiétude" à ce sujet. Il craint une stigmatisation de la communauté musulmane en France et dénonce " une faille dans l'esprit de tolérance". Le Comité a également déploré d'autres mesures gouvernementales comme l'extension de la garde à vue des mineurs et l'âge auquel ils peuvent être privés de liberté.
http://www.defenseurdesenfants.fr/actus/ index1.htm

Un cake au cannabis pour le prof
Les fins d'années sont redoutables. Un lycéen de Mitry-Mory (77) a offert à ses camarades et à son professeur d'allemand un gros "Space Cake" aimablement parfumé au cannabis. Le professeur a été intoxiqué. Certains élèves aussi (mais pas tous !). Le lycéen est inculpé. A noter que la même mésaventure est arrivée cette année à un collègue… allemand.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040603140347.eslsh9tx.html
http://www.cafepedagogique.net/disci/arc hives.php?numero=47&discipline=allemand

Le Snpden appelle les chefs d'établissement à la grève administrative
Selon l'AFP, le SNPDEN a appelé ses adhérents à une grève administrative estimant que le métier "est de plus en plus difficile" et manque de reconnaissance.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040519124302.6qbr6ver.html

La démocratie directe à l'école
" A l'école, beaucoup d'enfants se contentent d'être élèves. Ils sont là sans être là. On pourrait presque parler d'absentéisme psychologique. Ils sont désimpliqués et donc dévalorisés". Libération publie un entretien avec Claire Rueff-Escoubès conceptrice d'une méthode qui vise à développer la démocratie à l'école. " La délégation était une avancée démocratique ; elle n'est plus suffisante aujourd'hui. Dans notre démarche, tous les élèves sont égaux dans le groupe. Leur position sociale et institutionnelle, c'est d'être tous élèves et, à ce titre, ils ont tous le droit d'exprimer avec leurs mots ce qu'ils vivent à l'école". Selon elle, appliquer sa méthode permettrait de réduire la violence et de favoriser l'apprentissage citoyen.
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=208319
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=208320

- Primaire    [ Haut ]

Les instits : réacs, aigris, déprimés ou incertains ?
"Aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours voulu être institutrice". Pourtant Anne-Laure, interrogée par Libération, est sous anti-dépresseurs. C'est une imagé très contrastée des jeunes professeurs des écoles qui est restituée par un sondage réalisé pour le Snuipp et publié dans Libération du 1er juin. Ils s'y déclarent à la fois satisfaits (à 87% !) d'un métier choisi par vocation (à 71%). Mais en même temps ils ne croient plus dans la réussite de tous les élèves (à 62%), s'intéressent moins à l'épanouissement des enfants (33%) et sont favorables aux redoublements (à 61%). Pour Philippe Meirieu, directeur de l'IUFM de Lyon, " le sondage montre qu'ils sont plus sensibles qu'auparavant au discours «anti-Mai 68». Beaucoup de Français ont, à mon avis partiellement à tort, le sentiment que la gauche été impuissante à résoudre les problèmes d'échec scolaire, d'exclusion, qu'elle s'est épuisée en bons sentiments, vainement, et qu'il faudrait mieux en revenir aux «bonnes vieilles méthodes» de la carotte et du bâton. Que les jeunes enseignants endossent en partie ce discours n'a rien d'étonnant. Je me demande seulement s'ils n'y résistent pas mieux que la majorité des Français". Cela remet pourtant en question l'enseignement reçu en IUFM. P. Meirieu y voit une crise de l'institution : " (c'est) le signe du divorce entre l'ambition individuelle extraordinaire que manifestent les jeunes instits et la médiocrité tout aussi extraordinaire de l'ambition politique à leur égard. Ils ont de plus en plus le sentiment de porter seuls les valeurs de l'école. D'où un certain fatalisme face à l'échec".
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=210820
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=210822
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=210823

Les CP renforcés luttent contre l'échec scolaire
" C'est toujours difficile de savoir quels sont précisément les effets en termes d'acquis scolaires. Mais je suis sûr d'en profiter, moi en tant qu'enseignant : à travers les stages, les réunions, on a des apports pédagogiques évidents pour varier nos méthodes". Selon Le Monde du 28 mai, le premier effet des "CP renforcés" c'est d'encourager l'innovation pédagogique. Luc Bronner décrit le quotidien d'une classe d'Argenteuil (95) qui bénéficie d'un assistant d'éducation à mi-temps pour aider les 3 enseignants de CP dans les activités de lecture et écriture. Le dispositif semble donner des résultats.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-366453,0.html

60.000 écoliers de plus en 2004
Les effectifs élèves vont connaître une hausse significative en 2004 et 2005 dans l'élémentaire et le préélémentaire. Selon les estimations ministérielles, publiées dans un numéro des Notes d'information, 65.200 enfants supplémentaires devraient intégrer l'école primaire en 2004 et 58.700 en 2005. Ces évolutions ne reflètent pas un meilleur taux de scolarisation des 2-3 ans mais résultent de la hausse de la natalité après 1994. Le phénomène touche inégalement le pays : la hausse est lus forte dans un croissant allant de la Bretagne au Lyonnais. Elle provient également du maintien du taux de retards scolaires dès le primaire : 19% des jeunes de 11 ans sont encore scolarisés en élémentaire.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0415.pdf


- Collège    [ Haut ]

Une troisième pré-professionnelle dès 2005
Dans une interview accordée au Monde, F. Fillon a annoncé l'ouverture rentrée 2005 d'une troisième "de découverte professionnelle" La seconde langue et l'enseignement optionnel (latin, 3ème langue) seront remplacés par 6 heures de "découverte professionnelle" en lycée professionnel et en entreprise. L'horaire de physique, SVT et technologie serait également amputé. Pour le ministre, " le collège unique ne doit pas être un collège uniforme". F. Fillon a promis que " des dispositions seront prises pour permettre en tout état de cause l'accès en seconde générale" mais on voit mal comment les élèves pourraient récupérer le retard pris en langues. Selon Le Monde, le Snes juge que cette mesure "permet de garder le collège pour tous tout en diversifiant les parcours". Pour le Sgen, "il s’agit d’un dispositif de pré-orientation et non d’un dispositif permettant à tous les élèves d’acquérir une connaissance de la vie professionnelle. L’option 3 heures pouvait éventuellement contribuer à un projet d’orientation et de formation, il n’en est pas de même de l’option 6 heures qui constitue bel et bien une voie à part. Il s’agit en fait d’institutionnaliser la pré-orientation voire l’orientation précoce". La récente enquête internationale PISA montre que les pays qui sélectionnent précocement obtiennent des résultats plus mauvais que ceux qui assurent un tronc commun.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-366281,0.html
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-366282,0.html

- Lycée    [ Haut ]

Quel avenir après le bac ?
Quelles sont les formations préférées des nouveaux bacheliers ? A quelques jours du bac, le ministère publie une étude qui dresse une rétrospective de l'orientation des bacheliers depuis 1996. Elle montre certaines stabilités : depuis 1996, 62% d'une ranche d'âge obtient le bac (on reste loin des 80%) et 85% d'entre eux choisissent de faire des études supérieures. Mais elle établit surtout des bouleversements dans les parcours éducatifs. Il faut d'abord signaler le discrédit des formations universitaires. Le premier cycle universitaire n'accueille plus qu'un bachelier sur trois (-3%) et ce sont plutôt les moins bons : "les choix des bacheliers généraux "à l'heure" se déplacent vers les écoles recrutant après le bac, telles que les écoles d'art, d'architecture, de commerce ou du secteur paramédical, mais également vers les I.U.T. qui gagnent pus de 3 points". Le pourcentage des bacs généraux allant en DEUG a diminué de 5% (de 10% pour les filières scientifiques). Les bacheliers technologiques, et particulièrement les plus âgés, trouvent moins de places en STS (un pourcentage en chute de 3 points). Quant aux bacs professionnels , ils sont nettement plus nombreux à poursuivre des études supérieures (44% au lieu de 31%) : leur nombre a doublé en DEUG alors même que leur taux d'échec y est écrasant. L'orientation des bacheliers technologiques et professionnels semble bien donc continuer à être problématique : la majorité des bacheliers technologiques n'a pas obtenu de place dans la STS de son choix. Au discrédit de l'université, à la fermeture des IUT et des STS à certains publics, répond la croissance de l'alternance : 5% des bacheliers suivent ces formations contre 3% en 1996. Une croissance qui se retrouve chez tous les bacheliers. Le dernier enseignement de cette étude concerne le rôle des enseignants : "le fait d'avoir bénéficié ou non de leurs conseils exerce une influence presque aussi forte que les variables scolaires". En pleine période de conseils de classe, il fallait le rappeler.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0414.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

Les sujets du bac 2004 en Amérique du nord
Après Pondichéry (Inde), le bac 2004 vient de commencer en Amérique du nord. Les sujets sont en ligne pour les épreuves du bac général de terminale. L'EAF devrait être publié très prochainement. Ces sujets sont bien sur différents de ceux qui seront utilisés dans quelques jours en France. Mais ils donnent un aperçu des priorités des jurys 2004.
http://www.rochambeau.org/informations/e xamens/bac/bac2004/bac2004.html

Programmes des classes préparatoires
Le J.O. du 20 mai publie deux arrêtés précisant le programme de sciences et celui de lettres des classes préparatoires scientifiques.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENS0400954A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENS0400963A

TIPE et géographie en classe prépa
Le J.O. du 26 mai publie deux arrêtés précisant le programme des TIPE en prépas scientifiques ainsi que le programme de géographie en prépa BCPST : " Les territoires ruraux des Etats-Unis d'Amérique et du Canada".
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENS0400995A
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENS0400999A

- Eneignement professionnel    [ Haut ]

Bac pro commerce
Le B.O. du 3 juin publie les nouvelles modalités du bac professionnel commerce. La première session du nouvel examen aura lieu en 2006. Nous avions annoncé le 14 mai lapublication de cet arrêté au J.O.
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/22/ MENE0400865A.htm

- Le Café    [ Haut ]

L'Expresso au téléphone
Chaque matin recevez l'intégralité de L'Expresso sur votre téléphone portable ou votre PDA. Ce service n'est accessible que si votre téléphone dispose d'un accès Internet. Dites nous quels autres services vous souhaiteriez voir sur ces terminaux. Le Café travaille actuellement à d'autres espaces interactifs.
http://www.cafepedagogique.net/w/index.w ml
http://www.cafepedagogique.net/i/

[ Haut ]

Archives de la rubrique Informations Professionnelles :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique Informations Professionnelles dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable