Informations Professionnelles (Caf N 54)

Édition du 30-09-2004

- François Jarraud -

- A la Une : Budget 2005 : 4.500 enseignants en moins    [ Haut ]

"Ce budget est marqué par la priorité gouvernementale en faveur de l'enseignement et de la recherche". Cette affirmation de François Fillon est-elle fondée ? Certes le budget de l'éducation augmente de 2,8% et de 2,6% pour le seul enseignement scolaire, et cette hausse correspond aux prévisions de croissance du PIB en 2005. Il atteint 72,5 milliards d'euros dont 56,6 pour l'enseignement scolaire. Mais l'augmentation est une des plus faibles de ces dernières années : 3,3% en 2000, 7,5% en 2001, 3,8% en 2002, 2,3% en 2003 et 2,8% en 2004 pour l'enseignement scolaire.
Le nombre d'enseignants diminue : " nous avons fait le choix d'augmenter les effectifs dans le premier degré et de les diminuer dans le second degré, conformément aux évolutions prévues pour le nombre d'élèves" argumente le ministre. Si 1000 postes sont créés dans le primaire pour accueillir 51.000 écoliers supplémentaires, la perte de 44.700 élèves du secondaire justifie aux yeux du ministre la suppression de 3.400 postes d'enseignants titulaires, auxquels il faut ajouter 2.100 auxiliaires et contractuels. L'écart entre ces deux nombres s'explique pour F. Fillon par "un taux d'encadrement différend entre le 1er et le 2d degré et le fait que l'évolution des effectifs élèves n'ait pas été suivie dans le passé". Dans le secondaire l'augmentation du nombre de postes mis aux concours (14.000 soit +1500) ne comblera pas le vide créé par les départs en retraite (18.500) en 2006. Le ministre pense atténuer le choc en utilisant davantage les ressources. Ainsi les remplaçants seront astreints à intervenir sur un territoire plus vaste. Les enseignants des disciplines en sureffectifs, environ 2400 empois concernant la philosophie, l'allemand, physique - chimie, l'électricité, le génie électrique et l'anglais littéraire, seront invités à intervenir dans davantage d'établissements ou à changer de discipline.
Mais ce budget se détache des précédents par l'absence de perspectives éducatives. Le budget 2004 prévoyait une hausse des dépenses pédagogiques, un effort d'intégration des handicapés, la lutte contre l'illettrisme et la violence scolaire, l'engagement des jeunes etc. Le budget 2005 ne fait référence à aucune politique éducative. D'ailleurs sur 56,6 milliards seuls 2,6 milliards sont réservés aux dépenses autres que salariales. Là-dessus 650 millions sont réservés aux dépenses pédagogiques (au sens large). C'est peu pour 12 millions d'élèves.
Dans l'enseignement supérieur, le ministère annonce un milliard supplémentaire. Mais une partie de cette somme correspond à des rattrapages des années antérieures, une autre partie concerne la recherche privée.
Analysant le budget dans la perspective des relations entre le gouvernement et les organisations syndicales, Emmanuel Davidenkoff, dans Libération, estime que " la droite semble… avoir les mains libres pour parachever le programme qu'on lui a longtemps prêté : supprimer des postes et casser les syndicats. A moins que l'atonie actuelle soit de celles qui précèdent les grandes tempêtes... Ou que Fillon remette les organisations dans le jeu pour se prémunir du pire danger pour un ministre : n'avoir aucun interlocuteur pour apaiser un éventuel mouvement". Les syndicats ont accueilli négativement le budget. Pour la CFDT, "Avec un tel budget, comment vouloir conduire tous les jeunes à la réussite scolaire ? Comment contribuer efficacement au « vivre ensemble » ? .. Ce budget augure bien mal du débat sur la future loi d’orientation". Le Snuipp a souligné lé fait que la création de 1000 postes pour 51.100 élèves supplémentaires aboutissait à "un poste pour 70 élèves". L'UNSA parle de "régressions".
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=2004922145
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=20039251558
http://www.liberation.fr/page.php ?Article=240336

Pénuries et économies à l'Ecole
Dans Libération du 10 septembre, Emmanuel Davidenkoff évoque " une érosion de l'offre, une myriade d'inconforts" qui résultent des économies réalisées un peu partout dans les budgets scolaires à l'image de la subvention du Café pédagogique. "Dans quelques semaines, faute de professeurs remplaçants en nombre suffisant, (les parents) feront massivement connaissance avec les classes sans enseignant".
http://www.liberation.fr/page.php ?Article=237351


- Le système éducatif    [ Haut ]

F. Fillon et 25 ans d'errements…
"L'école paie aujourd'hui la facture de 25 années d'irrésolution de notre société face à la dissolution des repères moraux et civiques." Lors des journées parlementaires de l'UMP, selon l'AFP, le ministre de l'éducation nationale associe pédagogues et dealers : "quand la violence (scolaire) fut si longtemps excusée et non sanctionnée, quand le dealer gagne plus que le travailleur, quand certains parents démissionnent, quand l'enfant est considéré comme l'égal de l'adulte, alors il n'est pas surprenant de voir certains adolescents faire leurs lois".
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_040928091438.si7d5vvl.html

F. Fillon : la morale au centre
" Si nous voulons établir les fondements d'un nouveau pacte républicain, il est indispensable de placer les références morales et civiques au centre du système scolaire". Dans un entretien accordé au Figaro Magazine, le ministre de l'éducation nationale plaide le retour aux valeurs traditionnelles et à l'autorité. Ainsi il oppose les livres aux médias audiovisuelles : "les modes d'expression audiovisuels imposent des images aux jeunes alors que la littérature leur offre la liberté de réflexion et ouvre les portes du rêve". Néanmoins vous pouvez découvrir l'ensemble de l'entretien sur votre écran !
http://www.lefigaro.fr/magazine/2 0040910.MAG0020.html

L'école des autorités…
"L’institution scolaire a été utilisée pour parvenir à un résultat, la reconduite à la frontière de la mère, qui certes est conforme à la loi mais n’est certainement pas favorable à cet enfant, scolarisé depuis plus d’un an… Il serait particulièrement dangereux que la prise en compte de l’intérêt de l’enfant disparaisse derrière les nécessités d’exécuter des décisions, quelque incontestables qu’elles soient". Pour Claire Brisset, défenseure des enfants, les deux interventions de police à Rennes et dans le Var ne respectent pas la Convention internationale des droits de l'enfant, un traité que la France a signé. L'affaire de Rennes pose aussi un cas de conscience aux enseignants. L'adjoint de l'inspecteur d'académie, utilisé par la police pour arrêter la mère, en situation irrégulière, du petit Randy, s'est déclaré "très ému en tant qu'homme et grand-père". L'enjeu c'est la nécessaire collaboration des administrations localement. C. Brisset conclue : " De telles interventions compromettent lourdement les efforts faits depuis des années par les institutions pour mieux travailler ensemble, dans le respect des enfants, des parents et des missions de l’école".
http://www.defenseurdesenfants.fr /
http://www.globenet.org/enfant/ci de.html
http://www.rennes.maville.com/act u/Detail.asp?idDOC=170680&idCLA=31

La rentrée au conseil des ministres
"Satisfaisante". C'est l'adjectif utilisé pour qualifier la rentrée scolaire au conseil des ministres du 8 septembre. F. Fillon s'est félicité que "la loi réaffirmant le principe de laïcité à l'école publique (ait) été très majoritairement respectée". Il a également annoncé la généralisation du B2i, un dispositif mis en œuvre difficilement depuis des années. Pour l'intersyndicale FSU – CGT – UNSA, "Cette fausse-bonne rentrée est marquée par les choix du budget 2004 qui ont conduit à une dégradation de l'encadrement". S'agissant du voile, Le Monde précise qu'en Alsace on est passé de 450 filles voilées à 108. En Seine-Saint-Denis, d'après l'AFP, un millier d'élèves n'aurait pas réintégré l'école.
http://www.premier-ministre.gouv. fr/fr/p.cfm?ref=45370
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_040908101641.3pnla8jg.html
http://www.lemonde.fr/web/article /0,1-0@2-3226,36-378277,0.html

De la nostalgie à la réaction
Luc Bronner, dans Le Monde du 14 septembre, s'inquiète de la vague nostalgique qui met en avant l'école de grand-papa. Propos ministériels en faveur de l'autorité, émission de télé, livre sur le certif, "les signes d'un retour à un ordre disparu se sont accumulés". Une attitude jugée "pathologique" par l'historien Antoine Prost. Pour Hervé Hamon, auteur d'un livre sur les enseignants et membre du Haut conseil de l'évaluation de l'école, "l'école des années 1950 était brutale, bricolée, peu ambitieuse et peu performante. Le niveau était faible, le recrutement des enseignants court et souvent improvisé, avec beaucoup de contractuels, dont le niveau universitaire était léger. Les méthodes d'enseignement étaient abrutissantes et peu efficaces d'un point de vue pédagogique. C'est dans les années 1960 et 1970 que l'école a fait son grand bond en avant… Aujourd'hui, la question ne doit pas être de revenir en arrière. Ce serait une solution paresseuse. Ceux qui veulent décréter le retour à l'ordre expriment leur haine de la démocratie. Ils considèrent qu'on a eu tort de faire accéder plus d'élèves au collège. Alors que la vraie exigence, c'est justement cela : réussir à faire une école démocratique."
http://www.lemonde.fr/web/article /0,1-0@2-3226,36-379043,0.html
http://www.lemonde.fr/web/article /0,1-0@2-3226,36-379044,0.html

Lundi de Pentecôte : confusion et désordre
La "journée de solidarité" aura-t-elle lieu le lundi de Pentecôte ? F. Fillon l'avait annoncé le 6 septembre. Mais un communiqué du 17 invite " chaque recteur (à) engager une concertation avec l'ensemble des acteurs locaux et (à) faire des propositions au ministre d'ici fin octobre". Dans ces conditions, la date sera probablement différente d'une académie à l'autre, ce qui est vivement critiqué. Pour la FCPE, "les parents, qui sont des salariés, vont parallèlement mener des négociations dans leurs entreprises, on va avoir une incohérence totale, on va surtout favoriser l'absentéisme". La FSU de son coté parle de " confusion et nocivité". L'UNSA estime que la mesure, déjà injuste, "devient aussi cacophonique et la solidarité est mise à l'épreuve du ridicule".
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=20049171224
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_040917162022.jsr2w4jc.html

Le mystère Ferry
Sur le site Vousnousils, Emmanuel Davidenkoff raconte pourquoi il a écrit un livre sur le "mystère Ferry" ("Luc Ferry. Une comédie du pouvoir"). Un ouvrage qui met en évidence les erreurs de l'ancien ministre, une "erreur de casting".
http://www.vousnousils.fr/page.ph p?P=data/ca_vous_parle/l_invite/&key=itm_ 20040910_111756_emmanuel_davidenkoff_le_m ystere_.txt

L'éducation française mise en évidence par l'OCDE
"Les personnes qui achèvent des études universitaires ou d'autres types de formation supérieure sont plus nombreuses que jamais de par le monde. Cependant, les progrès sont inégaux d'un pays à l'autre et certains enregistrent une régression importante susceptible de compromettre leur aptitude future à suivre le rythme de l'évolution économique et sociale". L'édition 2004 de l'annuaire de l'OCDE pour l'éducation met en évidence ces particularités. Ainsi la France dépense en moyenne davantage que les autres pays de l'OCDE pour l'éducation (6% du PIB contre 5,6%). L'enquête de l'OCDE souligne la lourdeur du système éducatif français pour les élèves. Une scolarité nettement plus longue (15 ans contre 12 en moyenne) avec des horaires pesants dans le secondaire : 1031 heures annuelles au collège contre 933 chez nos voisins; un phénomène aggravé par un plus faible nombre de semaines de cours. Mais c'est surtout par son enseignement supérieur que la France se distingue. Si la France dépense davantage pour l'enseignement secondaire, par contre elle met peu d'argent dans le supérieur. Fait rare, elle ne connaît pas une hausse de son nombre d'étudiants alors que celle-ci est spectaculaire dans de nombreux pays. Le phénomène st aggravé par un taux d'échec très fort dans le supérieur : seulement 59% des étudiants décrochent un diplôme de 1er cycle du supérieur contre 70% dans l'OCDE. Résultat : seulement un quart d'une classe d'âge a un diplôme de licence en France. C'est plus d'un tiers dans l'OCDE. Ce relativement faible niveau d'instruction n'est pas sans répercussions économiques.
http://www.oecd.org/document/31/0 ,2340,fr_2649_201185_33714184_1_1_1_1,00. html
http://www.oecd.org/dataoecd/36/5 2/33716195.ppt

15% des élèves ne maîtrisent pas du tout les programmes
"A la fin de l'école primaire, un peu moins du tiers des élèves ont des performances manifestant une maîtrise complète des compétences en compréhension orale et écrite fixées par les programmes; 15% sont en difficulté voire en grande difficulté". Une étude ministérielle, en ligne début octobre, révèle les faibles performances d'une fraction importante des écoliers et des collégiens. Car le reste des écoliers, environ un sur deux, a des compétences "fragiles". Par exemple, ils sont en difficulté devant un texte qui exige une lecture suivie. A la fin du collège, la situation demeure : "15% des collégiens ne manifestent pratiquement aucune maîtrise ou seulement une maîtrise réduite de ces compétences et sont en difficulté devant un texte complexe… Un peu plus de 2% sont ne très grande difficulté".

Réflexions sur le rapport Thélot
Sous le titre "la rupture du rapport Thélot", Luc Bronner, dans Le Monde du 15 septembre, défend l'idée d'un texte fondateur pour l'Ecole française. "L'instauration d'un socle (de connaissances) commun marquerait une rupture : en donnant à l'éducation nationale la mission de garantir son acquisition, on ne définit plus les exigences par le haut - ce que doit savoir un candidat au baccalauréat - mais par le bas - ce qu'aucun élève ne doit ignorer à la fin de la troisième". Or le collège dans les années 1970 s'est aligné sur les exigences et la pédagogie du lycée. "La commission Thélot suggère un renversement de perspective. Plutôt que d'associer le collège au lycée, elle propose - en termes prudents - d'associer le collège à l'école primaire. Au lieu d'avoir, comme aujourd'hui, une opposition entre le premier et le second degré, la France choisirait ainsi le modèle d'une "école fondamentale", correspondant à la scolarité obligatoire de 5 à 16 ans, laquelle serait ensuite prolongée par le lycée". Un modèle dominant l'Europe du nord, une zone où les résultats scolaires sont meilleurs.
http://www.lemonde.fr/web/article /0,1-0@2-3232,36-379195,0.html

Le nombre d'élèves par classe reste stable
Selon une étude ministérielle, le nombre moyen d'élèves pris en charge par les enseignants s'établirait à 15,7 en enseignement professionnel, 22,9 en lycée général et technologique et 22,7 en collège. Ce chiffre prend en compte les dédoublements. Une taille qui varie selon les régions et les disciplines mais qui est restée stable depuis 2001.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0422.pdf

Le ministre délègue de nouveaux pouvoirs aux recteurs
Les recteurs ont maintenant délégation de pouvoir pour gérer de nombreux aspects de la carrière des enseignants et des personnels d'éducation : congé parental, congé de fin d'activité, nouvelles affectations, etc. Ce texte simplifie la gestion des personnels mais pourrait aussi creuser quelques écarts d'une académie à l'autre. Le ministère entend cependant garder son territoire : sont exclus de la gestion académique les personnes en fonction au ministère ou dans un établissement d'enseignement supérieur.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/33/MENP0401751A.htm

L'intersyndicale du CNDP dénonce un désaveu de la médiation
L'intersyndicale du CNDP continue la bataille contre la délocalisation. Elle dénonce l'arrêt de certains CDD au 31 décembre et l'absence de recrutement à Paris. Ce qui lui semble en contradiction avec les engagements du médiateur.
http://www.nodeloc.net

- Vie professionnelle    [ Haut ]

Sanctionné pour un message sur une liste de discussion
Peut-on débattre du barème du bac sur Internet ? Il semble que non. En effet, un collègue d'Orléans vient d'être sanctionné d'un avertissement pour avoir émis une critique à propos du barème de l'épreuve de maths du bac sur une liste de discussion de professeurs de maths. Pour l'autorité hiérarchique, ce faisant, le collègue "dévoile des éléments confidentiels du barème ce qui semble une faute grave". Le fait que la liste de discussion relie d'autres enseignants de maths et que les archives soient réservées aux seuls membres n'a pas empêché la sanction. Il est vrai qu'elle venait après un autre contentieux concernant un établissement d'Orléans : notre professeur, devant sa ghettoïsation, en demandait publiquement la fermeture, solution jugée inacceptable l'été dernier mais envisagée aujourd'hui par la commission Thélot. Une liste de discussion de maths non- institutionnelle et fermée est à la fois un espace privé et un outil professionnel. L'évolution générale du métier, le déploiement des espaces numériques de travail tendent à effacer la frontière entre l'espace privé et le monde professionnel. Cet exemple témoigne de la nécessité d'une évolution de la culture professionnelle. A moins qu'on veuille faire de l'Internet et des futurs bureaux virtuels de simples relais au service de la hiérarchie.

Concours : Les inscriptions sont ouvertes
Le site ministériel ouvre ses serveurs d'inscription pour les concours de professeur des écoles, d'enseignant du 2d degré, de CPE, de conseillers d'orientation.
http://www.education.gouv.fr/siac /

Concours : Les rapports des jurys
Les rapports des jurys du Capes et de l'agrégation sont publiés sur le site du ministère. Toutes les disciplines ne sont pas encore disponibles. Mais c'est déjà le cas pour la session 2004 pour un nombre important d'entre elles.
http://www.education.gouv.fr/siac /siac2/jury/default.htm

Concours : Programmes de l'agrégation et du Capes
Un texte, paru au B.O. du 16 septembre, modifie les programmes de physique-chimie au Capes et à l'agrégation. Un arrêté modifie les modalités des agrégations d'hébreu et de polonais.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/33/MENP0401183A.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/33/MENP0401799V.htm

Rachat d'années d'études
Le B.O. du 9 septembre publie une note précisant le dispositif de rachat d'années d'études en vue du calcul de la pension de retraite.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/32/MENF0401747N.htm

21 profs gagnent leur retraite anticipée
Selon l'AFP, le tribunal administratif de Poitiers vient d'accorder le droit à une retraite anticipée à 21 enseignants pères de trois enfants. Cette décision s'appuie sur le principe d'égalité de rémunération entre les sexes pour exiger l'application aux pères d'un arrêt autorisant les mères de 3 enfants à partir en retraite après 15 ans de service. Une décision qui pourrait faire boule de neige.
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_040915103007.3dq8m242.html

Les agresseurs d'une principale condamnés
Trois mois de prison ferme : c'est la peine décidée par le tribunal correctionnel de Bourges contre deux personnes qui avaient frappé une principale de collège.
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_040916082335.dubdzkbf.html

CPA des profs du privé
Un décret modifie le régime de cessation progressive d'activité des maîtres et documentalistes contractuels ou agréés définitifs du privé sous contrat.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENX0400185D

Roland Veuillet, gréviste
Roland Veuillet, 47 ans, est en grève de la faim depuis 25 jours. CPE dans un lycée de Nîmes, syndicaliste, il refuse une mutation disciplinaire décidée en juin 2003. Pour l'intersyndicale qui le soutient, R. Veuillet est victime de ses activités syndicales. Mercredi 22 septembre un rassemblement en sa faveur a eu lieu rue de Grenelle. Affaibli, R. Veuillet a pu y participer : depuis 24 jours il dort dans sa voiture sous les fenêtres du ministre.
http://www.humanite.presse.fr/jou rnal/2004-09-22/2004-09-22-400985

Concours et évaluation des personnels de direction
Le B.O. du 23 septembre fixe les règles et le calendrier d'inscription aux deux concours de recrutement des personnels de direction. Il détermine la procédure d'évaluation de ceux-ci et fixe les conditions de mouvement et le tableau d'avancement.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/34/MEND0402006N.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/34/MEND0402013N.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/34/MEND0402034N.htm

Enfants de profs
" Sachant que la catégorie professionnelle des enseignants représente 4 % de la population active : 12 % des élèves qui entrent au CP avec un an d’avance ont au moins un parent enseignant; 74,3 % des enfants d’enseignants, entrés en sixième en 1989, ont obtenu un bac général en 1995; 42,7 % d’entre eux ont décroché un bac S". Explication : " La raison principale réside dans le fait que tous les parents qui exercent le métier d'enseignant sont des initiés. Comme ils sont logiquement les mieux informés sur le système scolaire, à chaque fois qu'il y a un choix à faire, ils font le bon" commente la sociologue Marie Duru-Bellat. Mais Agnès Auschitzka, dans La Croix, jette un regard sympathique sur les enfants de profs. Est-ce vraiment un avantage d'avoir un parent enseignant ? Anne, Sandrine, François témoignent que ce n'est pas toujours facile.
http://www.la-croix.com/article/i ndex.jsp?docId=2057500&rubId=5549

- Vie scolaire    [ Haut ]

Le suivi de la loi sur la laïcité
Deux inspecteurs généraux, Hanifa Cherifi, médiatrice de l'éducation nationale sur la question du voile, et Gérard Mamou, sont chargés par F. Fillon de suivre l'application de la loi surla laïcité.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/33/MENB0402037Y.htm
http://www.france5.fr/actu_societ e/W00137/9/102912.cfm

Quel bilan de la loi sur le voile ?
"Il se passe des tas de microtensions. Il y a aussi un certain nombre de filles qui se sont autoexclues" affirme dans Le Monde la présidente de "Une école pour tous-tes", une association qui réunit des mouvements laïques et musulmans. Le nombre des auto-exclues ne sera sans doute apprécié que tardivement. L'AFP signale quelques cas de tensions en Alsace : "on nous interdit tout contact avec les autres élèves. C'est extrêmement humiliant" affirme une jeune fille voilée d'un lycée de Strasbourg.
http://www.lemonde.fr/web/article /0,1-0@2-3226,36-378741,0.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_040911170721.3h40nxhw.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_040910171930.fc4tmyyq.html

Recours et dérapages menacent la loi sur le voile
Selon Libération, vexations, menaces et petits chantages accompagneraient l'application de la loi sur le voile. Ainsi une lycéenne strasbourgeoise serait totalement mise à l'écart de ses camarades. L'accès aux cours lui serait interdit mais également le CDI, la cour de récréation et même les toilettes des élèves. Une situation qui a abouti à une première plainte au tribunal administratif et qui ne serait peut-être pas isolée. Ailleurs, des propositions financières seraient faites aux parents pour qu'ils aillent inscrire leur enfant ailleurs. Cela alimente, selon le Courrier international, une campagne lancée au Parlement européen sur le thème du respect des libertés fondamentales.
http://www.liberation.fr/page.php ?Article=241235
http://www.courrierinternational. com/AFP/depeche.asp?obj_id=040923111316.d ci5m7qa

Un dossier sur la violence scolaire
C. Vidal, D. Damon et A.Tempesta proposent sur le site du CRDP de Nice un intéressant dossier sur la violence scolaire. Au sommaire :les textes officiels, une sélection de sites de référence avec une ouverture sur l'étranger.
http://www.crdp-nice.fr/espacedoc s/alaune/dossiers/violence.pdf
http://www.cafepedagogique.net/do ssiers/violence/

La déscolarisation
"Les jeunes quittent une école où ils ne trouvent plus leur place et où ce qui s'y passe n'a plus de sens pour eux". Selon l'AFP c'est une des conclusions du programme interministériel de recherche sur les processus de déscolarisation dont la synthèse vient d'être publiée. Une douzaine d'études préparatoires sont disponibles en ligne, certaines ayant déjà été publiées dans VEI Enjeux. Elles montrent la complexité des situations de décrochage qui touchent plus fréquemment les jeunes des milieux populaires.
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_040921151118.zwvztcjx.html
http://cisad.adc.education.fr/des colarisation/

275.000 absentéistes
Le Parisien parle "d'élèves fantômes". Selon le quotidien, une étude officielle à paraître chiffre à 275.000, soit 5%, le nombre d'élèves absentéistes en France. Il s'agit de jeunes qui sont absents au moins 4 demi-journées par mois. Un établissement sur dix compterait 15% d'absents.
http://www.leparisien.fr/home/inf o/vivremieux/article.htm?articleid=241145 609

Simplification des actes des établissements
F. Fillon a présenté au conseil des ministres du 22 septembre un projet de loi ratifiant l’ordonnance du 1er juillet 2004 relative à la simplification du régime d’entrée en vigueur, de transmission et de contrôle des actes des autorités des établissements publics locaux d’enseignement. Ce texte, entré en vigueur à la rentrée, réduit le nombre d'actes des établissements (EPLE) soumis à ratification par l'autorité hiérarchique.
http://www.premier-ministre.gouv. fr/fr/p.cfm?ref=45489

Compte épargne-temps
Le compte permet de bénéficier de congés supplémentaires en "mettant de coté " des jours non pris. Un arrêté fixe les conditions d'utilisation par les personnels ouvriers et administratifs des établissements.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/34/MENF0401190A.htm

- Primaire    [ Haut ]

Un cahier, un crayon
Du 2 septembre au 15 novembre 2004, Solidarité Laïque, CAMIF Solidarité et la MAIF organisent la quatrième édition de la rentrée solidaire « Un cahier, un crayon ». Cette année la collecte sera destinée aux enfants du Maroc. Un pays où plus de 50% des plus de 15 ans sont analphabètes. Le site donne des informations sur la situation au Maroc. Une façon concrète de faire découvrir la solidarité internationale aux jeunes.
http://www.solidarite-laique.asso .fr/enter/actu/actu6.htm

Un village, une école
Sous ce titre, la Fédération nationale des écoles rurales organise à Beynes (78), en partenariat avec la Ligue de l'enseignement, Education & Devenir et la FCPE, le 2 octobre, un colloque sur le maintien des petites écoles rurales. Pour la FNER, "les petites écoles rurales offrent un cadre privilégié de mise en œuvre des avancées pédagogiques". La Fédération s'insurge contre la loi de décentralisation qui incite les communs à créer des réseaux d'école.
http://ecole-rurale.marelle.org

Quels manuels pour les élèves et leurs maîtres ?
Fenêtres sur cours, la revue du Snuipp, consacre un intéressant dossier (n°259) au choix des manuels. Si 94 % des enseignants les trouvent utiles, 20% ne les utilisent jamais et préfèrent d'autres supports, dont le recours aux TICE. Faut-il opposer manuels, polycopiés et ressources électroniques ? Pour Jean Hébrard, inspecteur général, interrogé par Fenêtres sur cours, " la qualité d’un enseignant aujourd’hui, c’est son art d’inter-agir sur la relation entre l’élève et le livre. Il est au-dessus de la mêlée, regarde les élèves travailler, aide celui-ci, rattrape celui-là, passe de l’un à l’autre. Les enfants doivent apprendre l’autonomie face à leur manuel. De plus en plus, l’enseignant n’aura plus à fournir l’information, elle existe. Il aura à être un médiateur, en particulier entre l’enfant et le livre".
http://www.snuipp.fr/IMG/pdf/FsC2 59.pdf
http://www.adobe.fr/products/acro bat/readstep2.html

Liste d'aptitude des PE et concours
17.486 instituteurs pourront intégrer en 2004, par liste d'aptitude, le corps des professeurs des écoles. Le B.O. du 16 septembre publie les contingents départementaux.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/33/MENP0401616A.htm

Le Parfum de la Dame en Noir
Comment amener les élèves à s'exprimer, à maîtriser les langages et les initier aux TICE ? Le CRDP de Paris propose aux écoliers de CM1 et CM2 et aux collégiens de 6ème, 5ème ou Segpa de participer à un grand concours en ligne basé sur le roman policier de Gaston Leroux : "Le Parfum de la Dame en Noir". Chaque classe mène une enquête policière à partir d'indices : vidéos, articles de presse, photos, rapports de police et envoie par courriel ses conclusions. L'année dernière "Le Mystère de la Chambre jaune" avait réuni 420 classes francophones. Cette année les inscriptions seront ouvertes à partir du 1er octobre et le nombre maximal de classes est fixé à 300. Qu'on se le dise !
http://crdp.ac-paris.fr/

Hygiène et beauté à Rome
Rome est célèbre par ses thermes. La main à la pâte, le Centre de recherche et de restauration des Musées de France, l'ambassade de France à Berlin invitent les écoliers de 10 à 11 ans à participer à un grand jeu concours sur l'hygiène et la beauté à Rome. Chaque classe travaillera en lien avec son homologue allemande.
http://www.inrp.fr/lamapphp/hygie ne/accueil.php

Ouvrages pour le cycle III
EduScol publie une liste d'ouvrages recommandés en cycle III.
http://www.eduscol.education.fr/D 0102/liste-par-categorie.htm

- Collège    [ Haut ]

La sécurité routière sur Internet
Après EduScol, le site de l'Assemblée nationale s'adresse aux collégiens pour leur proposer un site interactif, accompagné d'un quiz, sur la sécurité routière. Il rappelle également le rôle des pouvoirs publics dans la lutte contre les dangers de la route.
http://education.assemblee-nation ale.fr/site-jeunes/securite-routiere/accu eil/accueil.asp

ASSR : Entraînez-vous sur Internet !
Pour une fois EduScol, le site ministériel de la Desco, s'adresse directement aux collégiens. Il les invite à réviser et à s'autoévaluer pour la préparation aux attestations de sécurité routière niveaux 1 et 2. Des fiches aident à la révision. Des tests, soutenus par des extraits vidéos, permettent l'évaluation.
http://www.eduscol.education.fr/D 0187/default.htm

- Lycée    [ Haut ]

Le point sur le bac 2005
Quels changements au bac 2005 ? Le B.O. du 23 septembre présente les nouvelles épreuves et les nouvelles réglementations.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/34/MENE0402040N.htm

Chroniques lycéennes
Transformer vos lycéens en critiques musicaux : voilà ce que proposent les "chroniques lycéennes". Le projet, soutenu par le CNDP, le pôle national de ressources musicales et le magazine Les Inrockuptibles, a réuni l'an dernier 18.000 élèves. Il redémarre.
http://www.ac-amiens.fr/internote s/chroniques/chroniques2003_2004/

Nouveaux programmes
Deux numéros hors-série du B.O. publient les nouveaux programmes de maths et de SVT de 6ème ainsi que ceux de maths de 1ère STG et de 1ère L ainsi que les programmes de langue de terminale séries générales et technologiques. Application à la rentrée 2005.

http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/hs5/default.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/hs4/default.htm

Les marques et l'uniforme
Pour libérer les enfants de la tyrannie des marques et faire des économies, rien de tel que l'uniforme affirme l'Union des familles en Europe, une association qui représente 23.000 familles. Selon elle, 48% des parents seraient favorables à l'uniforme. Un chiffre assez surprenant dans un pays où le port de l'uniforme par les enfants rappelle les Chantiers de la jeunesse de Vichy ou les Enfants de troupe. Les associations de parents ne partagent pas cette analyse. La FCPE parle de "vraie-fausse solution" et la PEEP invite les parents à éduquer leurs enfants.
http://www.uniondesfamilles.org/e nquetes.htm
http://www.20minutes.fr/journal/f rance/article.php?ida=29620

CPGE : Les programmes
Un B.O. hors série regroupe les programmes des classes préparatoires.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/hs6/default.htm

Les ZEP réussissent à Sciences-Po
Le Monde du 21 septembre témoigne du succès de l'intégration de lycéens issus de Zep dans la prestigieuse Sciences-Po. 45 nouveaux candidats viennent d'intégrer l'école en application des conventions d'éducation prioritaire. Un exemple de discrimination positive à suivre.
http://www.lemonde.fr/web/article /0,1-0@2-3226,36-379912,0.html
http://www.sciences-po.fr/presse/ zep/index.htm

- Enseignement professionnel    [ Haut ]

Modification du règlement du CAP
Le B.O. n°33 apporte quelques modifications au règlement du CAP.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/33/MENE0401330D.htm

Le dossier de Vie publique
Le site officiel Vie publique publie un dossier sur l'apprentissage et l'enseignement professionnel. Il présente les différentes filières et propose une bibliographie et une sélection de sites pour aller plus loin.
http://www.vie-publique.fr/dossie r_polpublic/apprentissage/index.shtml

Agricole : Services hebdomadaires
Le J.O. du 17 septembre publie un décret fixant les obligations de service hebdomadaire des enseignants de l'enseignement agricole : 15 heures pour les agrégés, 18 heures pour les certifiés, 18 heures pour les PEGC des disciplines littéraires, scientifiques ou techniques, 20 heures pour ceux enseignant l'EPS. Un autre texte fixe les taux de rémunération des heures supplémentaires.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=AGRA0401540D
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=AGRA0401541D

Grèves dans l'enseignement agricole
Dénonçant le manque de moyens, la fermeture de 60 classes et la réduction des matières optionnelles comme les langues ou l'éducation socioculturelle, le Snetap menace de faire grève.
http://www.terre-net.fr/actus/act us_detail.asp?id=41450

Changer les règles pour réussir la formation professionnelle
Constat surprenant : les salariés les moins formés, les plus soumis aux aléas du marché de l'emploi, sont justement ceux qui demandent les moins demandeurs de formation. Comment expliquer le paradoxe ? Une étude du Cereq montre que le manque de visibilité sur les avantages des formations et particulièrement la déception sur l'espoir d'un avantage salarial, explique ce manque d'appétit.
http://www.cereq.fr/cereq/b209.pd f

Partenariats
Un B.O. spécial publie les conventions de partenariat signées par le ministère avec des groupements professionnels ou de grandes entreprises.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/special9/default.htm

- Dossier spécial : La circulaire sur le français au collège    [ Haut ]

J.-P. Jaffré : la dictée n'apprend pas l'orthographe
Sur le site officiel Bien lire, Jean-Pierre Jaffré (CNRS) fait le point des recherches sur l'apprentissage de l'orthographe. Pour lui, "la dictée est un bon outil d’évaluation mais elle ne permet pas vraiment d’apprendre l’orthographe… Loin des exercices du Bled et de la dictée, ce qui fait la compétence orthographique d’un individu, c’est sa capacité à gérer des problèmes en situation de production écrite. Or cela s’apprend, en écrivant et en décomposant les différents temps de cet acte complexe : les mises en forme d’un texte, son orthographe proprement dite, sa réécriture, etc. Comme on dit : « Écrire c’est réécrire ». La maîtrise d’une orthographe utile passe par l’organisation pédagogique de ces différents temps de l’écriture". Il faut donc faire écrire les élèves pour leur apprendre l'orthographe plutôt que cultiver la nostalgie de l'école de la IIIème République..
http://www.bienlire.education.fr/ 01-actualite/a-interview19.asp

Fillon en appelle au zéro et aux dictées
"Les punitions collectives sont interdites, le fait de mettre zéro à une copie, aussi. Ainsi, il est pratiquement impossible pour un professeur de sanctionner. Et pourtant, les punitions font partie de la pédagogie. Je veux revenir à des choses plus simples, permettre aux établissements de fonctionner de manière plus autonome". Dans un article du Parisien, le ministre de l'éducation nationale estime nécessaire d'asseoir l'autorité des enseignants sur le zéro, les punitions et la dictée. Car, " la circulaire sur le renforcement des exercices individuels et répétitifs, tels la dictée ou la rédaction, part aujourd'hui. Elle est adressée directement à l'ensemble des professeurs de français". Quant à l'augmentation des horaires de français, "il en sera discuté au moment de la préparation de la loi d'orientation sur l'école à la fin de cette année". Ce nouvel appel nostalgique à l'école de grand-père pourrait donner à croire que l'Ecole est laxiste. Pourtant le zéro n'a pas disparu de l'échelle des notes. Une circulaire de 2000 demande simplement aux enseignants de ne pas mélanger évaluation des aptitudes et répression des manquements à la discipline. Elle publie une liste indicative des punitions et des sanctions qui peuvent être appliquées dans les établissements scolaires. Des textes que le ministre n'a peut-être pas appris…
http://www.leparisien.com/home/in fo/vivremieux/article.htm?articleid=24114 4815
http://www.education.gouv.fr/bo/m entor/word/2000/bo08sp/r3.doc
http://www.education.gouv.fr/sec/ chefdet/

Français : Fillon choisit la continuité pédagogique
"La circulaire sur le renforcement des exercices individuels et répétitifs, tels la dictée ou la rédaction, part aujourd'hui... On ne devient pas pianiste sans faire de gammes !" Décrite ainsi dans Le Parisien par F. Fillon, la circulaire sur l'enseignement du français au collège annonçait une rupture pédagogique et le retour aux exercices traditionnels. Il n'en est rien ! La nouvelle circulaire maintient le cap des orientations pédagogiques précédentes et s'appuie sur les propositions du groupe d'experts présidé par René Rémond. Elle invite les professeurs de collège à " tenir compte des connaissances et compétences acquises par les élèves à l'issue de l'école primaire" et pour cela rappelle précisément les programmes de l'école, parfois mal connus en collège. L'objectif annoncé est clairement de "faciliter la transition entre ces deux niveaux". Au collège, le ministre " demande que soit renforcée, dans l’organisation des séquences, la place d’exercices fondamentaux, à l’écrit comme à l’oral, qui favorisent un effort personnel et répété des élèves". Il s'agit de "donner le goût de lire aux élèves" en encourageant la lecture en dehors de l'école. L'écriture est aussi encouragée : "chaque séance de français doit comporter un temps d’écriture : rédaction de textes qui développent l’autonomie, l’imagination et la créativité des élèves... L’écriture fait ainsi l’objet d’un entraînement régulier, en dehors de toute perspective d’évaluation immédiate". A coté de la récitation, " les échanges oraux entre les élèves doivent être stimulés". Où sont passées les fameuses dictées brandies par le ministre ? La fin de la circulaire précise que " les différentes formes de dictée (entraînement, contrôle) sont conjuguées avec des exercices conduisant les élèves à orthographier correctement leurs propres productions . Une grande vigilance orthographique est demandée, constamment et pour l’ensemble de leurs productions écrites, aux élèves. L’usage des manuels et de l’outil informatique (correcteur automatique) permet à l’élève de trouver les informations qu’il recherche". Loin de la rupture annoncée,la circulaire ministérielle confirme les orientations précédentes. Comment expliquer l'écart avec les déclarations à la presse ?
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=20049231448
http://www.leparisien.com/home/in fo/vivremieux/article.htm?articleid=24114 4815

Tribune : Français au collège : circulaire et agitation démagogique
La circulaire sur les programmes de français au collège souligne bien la différence entre un effet d'annonce et une tentative de programmation. Quand le ministre Fillon se fait prendre en photo devant un musée de la pédagogie*, quand il décrète le retour de la dictée, etc., il fait un calcul politique, donne des gages à la réaction et aux nostalgiques qui se retrouvent dans l'ouvrage de M. Le Bris**. En revanche, quand il faut entrer dans le détail d'une circulaire détaillée, il devient très difficile d'innover tant, en la matière, tout a déjà été dit à un moment ou à un autre.
Mais dans cette impression de redite, il y a aussi les limites de la communication. Car le retour aux bonnes vieilles méthodes, avec le but avoué de prendre le contre-pied de ces "démarches laxistes" qui veulent mettre l'enfant "au centre du dispositif", est typiquement un faux débat. Les propositions de la recherche n'ont en effet jamais suggéré une telle dérive. Leur message, autrement plus complexe, essayait de montrer comment on peut mieux aider les enfants en tenant compte de ce qu'ils sont, ce que l'on connaît mieux grâce notamment à la psycholinguistique. Loin de tout laxisme, il s'agissait au contraire de promouvoir un comportement exigeant qui rompe avec toute démarche adultocentriste. Et d'ailleurs quel est le plus laxiste de celui qui prétend que l'adulte seul sait ce qui est bon pour l'enfant ou de celui qui cherche à mieux comprendre l'enfant pour améliorer ses performances ?
En fait, cette agitation médiatique est révélatrice de l'impuissance des pouvoirs publics mais aussi des limites de certaines méthodes pédagogiques qui, pour ne pas se remettre en question, pour ne pas affronter la nouveauté, nous expliquent que c'était mieux avant, en créant un passé mythique qui n'a jamais existé***. Autrement dit, on défend ce que l'on connaît, ce que l'on est, par crainte du nouveau, de l'inconnu. C'est tout à fait ce qui se passe en matière d'orthographe où les victimes adorent souvent leur bourreau. Cela s'appelle tout simplement le conservatisme. Mais cette posture est en outre révélatrice d'une fuite en avant. Ce qui est bon, c'est toujours ce que l'on ne fait pas, et qu'il faudrait faire mieux, autrement. C'est ainsi que se comporte un pouvoir politique qui surfe sur la vague du mécontentement. Et, au-delà du calcul politique, cela s'appelle tout simplement la démagogie.

Jean-Pierre Jaffré
J.-P. Jaffré est chercheur au CNRS dans le Laboratoire d’études sur l’acquisition et la pathologie du langage chez l’enfant. Le Café a rendu compte récemment d'un entretien publié sur le site ministériel de lutte contre l'illettrisme Bien Lire.

* Le Musée de l'école du Grand Meaulnes, à Epineuil (Cher), paru dans le Figaro Magazinedu 11 septembre.
** Et vos enfants ne sauront pas lire… ni compter !, Marc Le Bris, Stock.
*** Comme le dit si justement H. Hammon dans Le Monde daté du 15/09/2004, rubrique Société / Éducation, pp. 10-11.
http://www.bienlire.education.fr/ 01-actualite/a-interview19.asp
http://www.cafepedagogique.net/ex presso/index.php?express=409

Édition du 30-09-2004

- François Jarraud -

- A la Une : Budget 2005 : 4.500 enseignants en moins    [ Haut ]

"Ce budget est marqué par la priorité gouvernementale en faveur de l'enseignement et de la recherche". Cette affirmation de François Fillon est-elle fondée ? Certes le budget de l'éducation augmente de 2,8% et de 2,6% pour le seul enseignement scolaire, et cette hausse correspond aux prévisions de croissance du PIB en 2005. Il atteint 72,5 milliards d'euros dont 56,6 pour l'enseignement scolaire. Mais l'augmentation est une des plus faibles de ces dernières années : 3,3% en 2000, 7,5% en 2001, 3,8% en 2002, 2,3% en 2003 et 2,8% en 2004 pour l'enseignement scolaire.
Le nombre d'enseignants diminue : " nous avons fait le choix d'augmenter les effectifs dans le premier degré et de les diminuer dans le second degré, conformément aux évolutions prévues pour le nombre d'élèves" argumente le ministre. Si 1000 postes sont créés dans le primaire pour accueillir 51.000 écoliers supplémentaires, la perte de 44.700 élèves du secondaire justifie aux yeux du ministre la suppression de 3.400 postes d'enseignants titulaires, auxquels il faut ajouter 2.100 auxiliaires et contractuels. L'écart entre ces deux nombres s'explique pour F. Fillon par "un taux d'encadrement différend entre le 1er et le 2d degré et le fait que l'évolution des effectifs élèves n'ait pas été suivie dans le passé". Dans le secondaire l'augmentation du nombre de postes mis aux concours (14.000 soit +1500) ne comblera pas le vide créé par les départs en retraite (18.500) en 2006. Le ministre pense atténuer le choc en utilisant davantage les ressources. Ainsi les remplaçants seront astreints à intervenir sur un territoire plus vaste. Les enseignants des disciplines en sureffectifs, environ 2400 empois concernant la philosophie, l'allemand, physique - chimie, l'électricité, le génie électrique et l'anglais littéraire, seront invités à intervenir dans davantage d'établissements ou à changer de discipline.
Mais ce budget se détache des précédents par l'absence de perspectives éducatives. Le budget 2004 prévoyait une hausse des dépenses pédagogiques, un effort d'intégration des handicapés, la lutte contre l'illettrisme et la violence scolaire, l'engagement des jeunes etc. Le budget 2005 ne fait référence à aucune politique éducative. D'ailleurs sur 56,6 milliards seuls 2,6 milliards sont réservés aux dépenses autres que salariales. Là-dessus 650 millions sont réservés aux dépenses pédagogiques (au sens large). C'est peu pour 12 millions d'élèves.
Dans l'enseignement supérieur, le ministère annonce un milliard supplémentaire. Mais une partie de cette somme correspond à des rattrapages des années antérieures, une autre partie concerne la recherche privée.
Analysant le budget dans la perspective des relations entre le gouvernement et les organisations syndicales, Emmanuel Davidenkoff, dans Libération, estime que " la droite semble… avoir les mains libres pour parachever le programme qu'on lui a longtemps prêté : supprimer des postes et casser les syndicats. A moins que l'atonie actuelle soit de celles qui précèdent les grandes tempêtes... Ou que Fillon remette les organisations dans le jeu pour se prémunir du pire danger pour un ministre : n'avoir aucun interlocuteur pour apaiser un éventuel mouvement". Les syndicats ont accueilli négativement le budget. Pour la CFDT, "Avec un tel budget, comment vouloir conduire tous les jeunes à la réussite scolaire ? Comment contribuer efficacement au « vivre ensemble » ? .. Ce budget augure bien mal du débat sur la future loi d’orientation". Le Snuipp a souligné lé fait que la création de 1000 postes pour 51.100 élèves supplémentaires aboutissait à "un poste pour 70 élèves". L'UNSA parle de "régressions".
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=2004922145
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=20039251558
http://www.liberation.fr/page.php ?Article=240336

Pénuries et économies à l'Ecole
Dans Libération du 10 septembre, Emmanuel Davidenkoff évoque " une érosion de l'offre, une myriade d'inconforts" qui résultent des économies réalisées un peu partout dans les budgets scolaires à l'image de la subvention du Café pédagogique. "Dans quelques semaines, faute de professeurs remplaçants en nombre suffisant, (les parents) feront massivement connaissance avec les classes sans enseignant".
http://www.liberation.fr/page.php ?Article=237351


- Le système éducatif    [ Haut ]

F. Fillon et 25 ans d'errements…
"L'école paie aujourd'hui la facture de 25 années d'irrésolution de notre société face à la dissolution des repères moraux et civiques." Lors des journées parlementaires de l'UMP, selon l'AFP, le ministre de l'éducation nationale associe pédagogues et dealers : "quand la violence (scolaire) fut si longtemps excusée et non sanctionnée, quand le dealer gagne plus que le travailleur, quand certains parents démissionnent, quand l'enfant est considéré comme l'égal de l'adulte, alors il n'est pas surprenant de voir certains adolescents faire leurs lois".
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_040928091438.si7d5vvl.html

F. Fillon : la morale au centre
" Si nous voulons établir les fondements d'un nouveau pacte républicain, il est indispensable de placer les références morales et civiques au centre du système scolaire". Dans un entretien accordé au Figaro Magazine, le ministre de l'éducation nationale plaide le retour aux valeurs traditionnelles et à l'autorité. Ainsi il oppose les livres aux médias audiovisuelles : "les modes d'expression audiovisuels imposent des images aux jeunes alors que la littérature leur offre la liberté de réflexion et ouvre les portes du rêve". Néanmoins vous pouvez découvrir l'ensemble de l'entretien sur votre écran !
http://www.lefigaro.fr/magazine/2 0040910.MAG0020.html

L'école des autorités…
"L’institution scolaire a été utilisée pour parvenir à un résultat, la reconduite à la frontière de la mère, qui certes est conforme à la loi mais n’est certainement pas favorable à cet enfant, scolarisé depuis plus d’un an… Il serait particulièrement dangereux que la prise en compte de l’intérêt de l’enfant disparaisse derrière les nécessités d’exécuter des décisions, quelque incontestables qu’elles soient". Pour Claire Brisset, défenseure des enfants, les deux interventions de police à Rennes et dans le Var ne respectent pas la Convention internationale des droits de l'enfant, un traité que la France a signé. L'affaire de Rennes pose aussi un cas de conscience aux enseignants. L'adjoint de l'inspecteur d'académie, utilisé par la police pour arrêter la mère, en situation irrégulière, du petit Randy, s'est déclaré "très ému en tant qu'homme et grand-père". L'enjeu c'est la nécessaire collaboration des administrations localement. C. Brisset conclue : " De telles interventions compromettent lourdement les efforts faits depuis des années par les institutions pour mieux travailler ensemble, dans le respect des enfants, des parents et des missions de l’école".
http://www.defenseurdesenfants.fr /
http://www.globenet.org/enfant/ci de.html
http://www.rennes.maville.com/act u/Detail.asp?idDOC=170680&idCLA=31

La rentrée au conseil des ministres
"Satisfaisante". C'est l'adjectif utilisé pour qualifier la rentrée scolaire au conseil des ministres du 8 septembre. F. Fillon s'est félicité que "la loi réaffirmant le principe de laïcité à l'école publique (ait) été très majoritairement respectée". Il a également annoncé la généralisation du B2i, un dispositif mis en œuvre difficilement depuis des années. Pour l'intersyndicale FSU – CGT – UNSA, "Cette fausse-bonne rentrée est marquée par les choix du budget 2004 qui ont conduit à une dégradation de l'encadrement". S'agissant du voile, Le Monde précise qu'en Alsace on est passé de 450 filles voilées à 108. En Seine-Saint-Denis, d'après l'AFP, un millier d'élèves n'aurait pas réintégré l'école.
http://www.premier-ministre.gouv. fr/fr/p.cfm?ref=45370
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_040908101641.3pnla8jg.html
http://www.lemonde.fr/web/article /0,1-0@2-3226,36-378277,0.html

De la nostalgie à la réaction
Luc Bronner, dans Le Monde du 14 septembre, s'inquiète de la vague nostalgique qui met en avant l'école de grand-papa. Propos ministériels en faveur de l'autorité, émission de télé, livre sur le certif, "les signes d'un retour à un ordre disparu se sont accumulés". Une attitude jugée "pathologique" par l'historien Antoine Prost. Pour Hervé Hamon, auteur d'un livre sur les enseignants et membre du Haut conseil de l'évaluation de l'école, "l'école des années 1950 était brutale, bricolée, peu ambitieuse et peu performante. Le niveau était faible, le recrutement des enseignants court et souvent improvisé, avec beaucoup de contractuels, dont le niveau universitaire était léger. Les méthodes d'enseignement étaient abrutissantes et peu efficaces d'un point de vue pédagogique. C'est dans les années 1960 et 1970 que l'école a fait son grand bond en avant… Aujourd'hui, la question ne doit pas être de revenir en arrière. Ce serait une solution paresseuse. Ceux qui veulent décréter le retour à l'ordre expriment leur haine de la démocratie. Ils considèrent qu'on a eu tort de faire accéder plus d'élèves au collège. Alors que la vraie exigence, c'est justement cela : réussir à faire une école démocratique."
http://www.lemonde.fr/web/article /0,1-0@2-3226,36-379043,0.html
http://www.lemonde.fr/web/article /0,1-0@2-3226,36-379044,0.html

Lundi de Pentecôte : confusion et désordre
La "journée de solidarité" aura-t-elle lieu le lundi de Pentecôte ? F. Fillon l'avait annoncé le 6 septembre. Mais un communiqué du 17 invite " chaque recteur (à) engager une concertation avec l'ensemble des acteurs locaux et (à) faire des propositions au ministre d'ici fin octobre". Dans ces conditions, la date sera probablement différente d'une académie à l'autre, ce qui est vivement critiqué. Pour la FCPE, "les parents, qui sont des salariés, vont parallèlement mener des négociations dans leurs entreprises, on va avoir une incohérence totale, on va surtout favoriser l'absentéisme". La FSU de son coté parle de " confusion et nocivité". L'UNSA estime que la mesure, déjà injuste, "devient aussi cacophonique et la solidarité est mise à l'épreuve du ridicule".
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=20049171224
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_040917162022.jsr2w4jc.html

Le mystère Ferry
Sur le site Vousnousils, Emmanuel Davidenkoff raconte pourquoi il a écrit un livre sur le "mystère Ferry" ("Luc Ferry. Une comédie du pouvoir"). Un ouvrage qui met en évidence les erreurs de l'ancien ministre, une "erreur de casting".
http://www.vousnousils.fr/page.ph p?P=data/ca_vous_parle/l_invite/&key=itm_ 20040910_111756_emmanuel_davidenkoff_le_m ystere_.txt

L'éducation française mise en évidence par l'OCDE
"Les personnes qui achèvent des études universitaires ou d'autres types de formation supérieure sont plus nombreuses que jamais de par le monde. Cependant, les progrès sont inégaux d'un pays à l'autre et certains enregistrent une régression importante susceptible de compromettre leur aptitude future à suivre le rythme de l'évolution économique et sociale". L'édition 2004 de l'annuaire de l'OCDE pour l'éducation met en évidence ces particularités. Ainsi la France dépense en moyenne davantage que les autres pays de l'OCDE pour l'éducation (6% du PIB contre 5,6%). L'enquête de l'OCDE souligne la lourdeur du système éducatif français pour les élèves. Une scolarité nettement plus longue (15 ans contre 12 en moyenne) avec des horaires pesants dans le secondaire : 1031 heures annuelles au collège contre 933 chez nos voisins; un phénomène aggravé par un plus faible nombre de semaines de cours. Mais c'est surtout par son enseignement supérieur que la France se distingue. Si la France dépense davantage pour l'enseignement secondaire, par contre elle met peu d'argent dans le supérieur. Fait rare, elle ne connaît pas une hausse de son nombre d'étudiants alors que celle-ci est spectaculaire dans de nombreux pays. Le phénomène st aggravé par un taux d'échec très fort dans le supérieur : seulement 59% des étudiants décrochent un diplôme de 1er cycle du supérieur contre 70% dans l'OCDE. Résultat : seulement un quart d'une classe d'âge a un diplôme de licence en France. C'est plus d'un tiers dans l'OCDE. Ce relativement faible niveau d'instruction n'est pas sans répercussions économiques.
http://www.oecd.org/document/31/0 ,2340,fr_2649_201185_33714184_1_1_1_1,00. html
http://www.oecd.org/dataoecd/36/5 2/33716195.ppt

15% des élèves ne maîtrisent pas du tout les programmes
"A la fin de l'école primaire, un peu moins du tiers des élèves ont des performances manifestant une maîtrise complète des compétences en compréhension orale et écrite fixées par les programmes; 15% sont en difficulté voire en grande difficulté". Une étude ministérielle, en ligne début octobre, révèle les faibles performances d'une fraction importante des écoliers et des collégiens. Car le reste des écoliers, environ un sur deux, a des compétences "fragiles". Par exemple, ils sont en difficulté devant un texte qui exige une lecture suivie. A la fin du collège, la situation demeure : "15% des collégiens ne manifestent pratiquement aucune maîtrise ou seulement une maîtrise réduite de ces compétences et sont en difficulté devant un texte complexe… Un peu plus de 2% sont ne très grande difficulté".

Réflexions sur le rapport Thélot
Sous le titre "la rupture du rapport Thélot", Luc Bronner, dans Le Monde du 15 septembre, défend l'idée d'un texte fondateur pour l'Ecole française. "L'instauration d'un socle (de connaissances) commun marquerait une rupture : en donnant à l'éducation nationale la mission de garantir son acquisition, on ne définit plus les exigences par le haut - ce que doit savoir un candidat au baccalauréat - mais par le bas - ce qu'aucun élève ne doit ignorer à la fin de la troisième". Or le collège dans les années 1970 s'est aligné sur les exigences et la pédagogie du lycée. "La commission Thélot suggère un renversement de perspective. Plutôt que d'associer le collège au lycée, elle propose - en termes prudents - d'associer le collège à l'école primaire. Au lieu d'avoir, comme aujourd'hui, une opposition entre le premier et le second degré, la France choisirait ainsi le modèle d'une "école fondamentale", correspondant à la scolarité obligatoire de 5 à 16 ans, laquelle serait ensuite prolongée par le lycée". Un modèle dominant l'Europe du nord, une zone où les résultats scolaires sont meilleurs.
http://www.lemonde.fr/web/article /0,1-0@2-3232,36-379195,0.html

Le nombre d'élèves par classe reste stable
Selon une étude ministérielle, le nombre moyen d'élèves pris en charge par les enseignants s'établirait à 15,7 en enseignement professionnel, 22,9 en lycée général et technologique et 22,7 en collège. Ce chiffre prend en compte les dédoublements. Une taille qui varie selon les régions et les disciplines mais qui est restée stable depuis 2001.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/e dutel/dpd/ni0422.pdf

Le ministre délègue de nouveaux pouvoirs aux recteurs
Les recteurs ont maintenant délégation de pouvoir pour gérer de nombreux aspects de la carrière des enseignants et des personnels d'éducation : congé parental, congé de fin d'activité, nouvelles affectations, etc. Ce texte simplifie la gestion des personnels mais pourrait aussi creuser quelques écarts d'une académie à l'autre. Le ministère entend cependant garder son territoire : sont exclus de la gestion académique les personnes en fonction au ministère ou dans un établissement d'enseignement supérieur.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/33/MENP0401751A.htm

L'intersyndicale du CNDP dénonce un désaveu de la médiation
L'intersyndicale du CNDP continue la bataille contre la délocalisation. Elle dénonce l'arrêt de certains CDD au 31 décembre et l'absence de recrutement à Paris. Ce qui lui semble en contradiction avec les engagements du médiateur.
http://www.nodeloc.net

- Vie professionnelle    [ Haut ]

Sanctionné pour un message sur une liste de discussion
Peut-on débattre du barème du bac sur Internet ? Il semble que non. En effet, un collègue d'Orléans vient d'être sanctionné d'un avertissement pour avoir émis une critique à propos du barème de l'épreuve de maths du bac sur une liste de discussion de professeurs de maths. Pour l'autorité hiérarchique, ce faisant, le collègue "dévoile des éléments confidentiels du barème ce qui semble une faute grave". Le fait que la liste de discussion relie d'autres enseignants de maths et que les archives soient réservées aux seuls membres n'a pas empêché la sanction. Il est vrai qu'elle venait après un autre contentieux concernant un établissement d'Orléans : notre professeur, devant sa ghettoïsation, en demandait publiquement la fermeture, solution jugée inacceptable l'été dernier mais envisagée aujourd'hui par la commission Thélot. Une liste de discussion de maths non- institutionnelle et fermée est à la fois un espace privé et un outil professionnel. L'évolution générale du métier, le déploiement des espaces numériques de travail tendent à effacer la frontière entre l'espace privé et le monde professionnel. Cet exemple témoigne de la nécessité d'une évolution de la culture professionnelle. A moins qu'on veuille faire de l'Internet et des futurs bureaux virtuels de simples relais au service de la hiérarchie.

Concours : Les inscriptions sont ouvertes
Le site ministériel ouvre ses serveurs d'inscription pour les concours de professeur des écoles, d'enseignant du 2d degré, de CPE, de conseillers d'orientation.
http://www.education.gouv.fr/siac /

Concours : Les rapports des jurys
Les rapports des jurys du Capes et de l'agrégation sont publiés sur le site du ministère. Toutes les disciplines ne sont pas encore disponibles. Mais c'est déjà le cas pour la session 2004 pour un nombre important d'entre elles.
http://www.education.gouv.fr/siac /siac2/jury/default.htm

Concours : Programmes de l'agrégation et du Capes
Un texte, paru au B.O. du 16 septembre, modifie les programmes de physique-chimie au Capes et à l'agrégation. Un arrêté modifie les modalités des agrégations d'hébreu et de polonais.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/33/MENP0401183A.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/33/MENP0401799V.htm

Rachat d'années d'études
Le B.O. du 9 septembre publie une note précisant le dispositif de rachat d'années d'études en vue du calcul de la pension de retraite.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/32/MENF0401747N.htm

21 profs gagnent leur retraite anticipée
Selon l'AFP, le tribunal administratif de Poitiers vient d'accorder le droit à une retraite anticipée à 21 enseignants pères de trois enfants. Cette décision s'appuie sur le principe d'égalité de rémunération entre les sexes pour exiger l'application aux pères d'un arrêt autorisant les mères de 3 enfants à partir en retraite après 15 ans de service. Une décision qui pourrait faire boule de neige.
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_040915103007.3dq8m242.html

Les agresseurs d'une principale condamnés
Trois mois de prison ferme : c'est la peine décidée par le tribunal correctionnel de Bourges contre deux personnes qui avaient frappé une principale de collège.
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_040916082335.dubdzkbf.html

CPA des profs du privé
Un décret modifie le régime de cessation progressive d'activité des maîtres et documentalistes contractuels ou agréés définitifs du privé sous contrat.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=MENX0400185D

Roland Veuillet, gréviste
Roland Veuillet, 47 ans, est en grève de la faim depuis 25 jours. CPE dans un lycée de Nîmes, syndicaliste, il refuse une mutation disciplinaire décidée en juin 2003. Pour l'intersyndicale qui le soutient, R. Veuillet est victime de ses activités syndicales. Mercredi 22 septembre un rassemblement en sa faveur a eu lieu rue de Grenelle. Affaibli, R. Veuillet a pu y participer : depuis 24 jours il dort dans sa voiture sous les fenêtres du ministre.
http://www.humanite.presse.fr/jou rnal/2004-09-22/2004-09-22-400985

Concours et évaluation des personnels de direction
Le B.O. du 23 septembre fixe les règles et le calendrier d'inscription aux deux concours de recrutement des personnels de direction. Il détermine la procédure d'évaluation de ceux-ci et fixe les conditions de mouvement et le tableau d'avancement.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/34/MEND0402006N.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/34/MEND0402013N.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/34/MEND0402034N.htm

Enfants de profs
" Sachant que la catégorie professionnelle des enseignants représente 4 % de la population active : 12 % des élèves qui entrent au CP avec un an d’avance ont au moins un parent enseignant; 74,3 % des enfants d’enseignants, entrés en sixième en 1989, ont obtenu un bac général en 1995; 42,7 % d’entre eux ont décroché un bac S". Explication : " La raison principale réside dans le fait que tous les parents qui exercent le métier d'enseignant sont des initiés. Comme ils sont logiquement les mieux informés sur le système scolaire, à chaque fois qu'il y a un choix à faire, ils font le bon" commente la sociologue Marie Duru-Bellat. Mais Agnès Auschitzka, dans La Croix, jette un regard sympathique sur les enfants de profs. Est-ce vraiment un avantage d'avoir un parent enseignant ? Anne, Sandrine, François témoignent que ce n'est pas toujours facile.
http://www.la-croix.com/article/i ndex.jsp?docId=2057500&rubId=5549

- Vie scolaire    [ Haut ]

Le suivi de la loi sur la laïcité
Deux inspecteurs généraux, Hanifa Cherifi, médiatrice de l'éducation nationale sur la question du voile, et Gérard Mamou, sont chargés par F. Fillon de suivre l'application de la loi surla laïcité.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/33/MENB0402037Y.htm
http://www.france5.fr/actu_societ e/W00137/9/102912.cfm

Quel bilan de la loi sur le voile ?
"Il se passe des tas de microtensions. Il y a aussi un certain nombre de filles qui se sont autoexclues" affirme dans Le Monde la présidente de "Une école pour tous-tes", une association qui réunit des mouvements laïques et musulmans. Le nombre des auto-exclues ne sera sans doute apprécié que tardivement. L'AFP signale quelques cas de tensions en Alsace : "on nous interdit tout contact avec les autres élèves. C'est extrêmement humiliant" affirme une jeune fille voilée d'un lycée de Strasbourg.
http://www.lemonde.fr/web/article /0,1-0@2-3226,36-378741,0.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_040911170721.3h40nxhw.html
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_040910171930.fc4tmyyq.html

Recours et dérapages menacent la loi sur le voile
Selon Libération, vexations, menaces et petits chantages accompagneraient l'application de la loi sur le voile. Ainsi une lycéenne strasbourgeoise serait totalement mise à l'écart de ses camarades. L'accès aux cours lui serait interdit mais également le CDI, la cour de récréation et même les toilettes des élèves. Une situation qui a abouti à une première plainte au tribunal administratif et qui ne serait peut-être pas isolée. Ailleurs, des propositions financières seraient faites aux parents pour qu'ils aillent inscrire leur enfant ailleurs. Cela alimente, selon le Courrier international, une campagne lancée au Parlement européen sur le thème du respect des libertés fondamentales.
http://www.liberation.fr/page.php ?Article=241235
http://www.courrierinternational. com/AFP/depeche.asp?obj_id=040923111316.d ci5m7qa

Un dossier sur la violence scolaire
C. Vidal, D. Damon et A.Tempesta proposent sur le site du CRDP de Nice un intéressant dossier sur la violence scolaire. Au sommaire :les textes officiels, une sélection de sites de référence avec une ouverture sur l'étranger.
http://www.crdp-nice.fr/espacedoc s/alaune/dossiers/violence.pdf
http://www.cafepedagogique.net/do ssiers/violence/

La déscolarisation
"Les jeunes quittent une école où ils ne trouvent plus leur place et où ce qui s'y passe n'a plus de sens pour eux". Selon l'AFP c'est une des conclusions du programme interministériel de recherche sur les processus de déscolarisation dont la synthèse vient d'être publiée. Une douzaine d'études préparatoires sont disponibles en ligne, certaines ayant déjà été publiées dans VEI Enjeux. Elles montrent la complexité des situations de décrochage qui touchent plus fréquemment les jeunes des milieux populaires.
http://actu.voila.fr/Depeche/depe che_emploi_040921151118.zwvztcjx.html
http://cisad.adc.education.fr/des colarisation/

275.000 absentéistes
Le Parisien parle "d'élèves fantômes". Selon le quotidien, une étude officielle à paraître chiffre à 275.000, soit 5%, le nombre d'élèves absentéistes en France. Il s'agit de jeunes qui sont absents au moins 4 demi-journées par mois. Un établissement sur dix compterait 15% d'absents.
http://www.leparisien.fr/home/inf o/vivremieux/article.htm?articleid=241145 609

Simplification des actes des établissements
F. Fillon a présenté au conseil des ministres du 22 septembre un projet de loi ratifiant l’ordonnance du 1er juillet 2004 relative à la simplification du régime d’entrée en vigueur, de transmission et de contrôle des actes des autorités des établissements publics locaux d’enseignement. Ce texte, entré en vigueur à la rentrée, réduit le nombre d'actes des établissements (EPLE) soumis à ratification par l'autorité hiérarchique.
http://www.premier-ministre.gouv. fr/fr/p.cfm?ref=45489

Compte épargne-temps
Le compte permet de bénéficier de congés supplémentaires en "mettant de coté " des jours non pris. Un arrêté fixe les conditions d'utilisation par les personnels ouvriers et administratifs des établissements.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/34/MENF0401190A.htm

- Primaire    [ Haut ]

Un cahier, un crayon
Du 2 septembre au 15 novembre 2004, Solidarité Laïque, CAMIF Solidarité et la MAIF organisent la quatrième édition de la rentrée solidaire « Un cahier, un crayon ». Cette année la collecte sera destinée aux enfants du Maroc. Un pays où plus de 50% des plus de 15 ans sont analphabètes. Le site donne des informations sur la situation au Maroc. Une façon concrète de faire découvrir la solidarité internationale aux jeunes.
http://www.solidarite-laique.asso .fr/enter/actu/actu6.htm

Un village, une école
Sous ce titre, la Fédération nationale des écoles rurales organise à Beynes (78), en partenariat avec la Ligue de l'enseignement, Education & Devenir et la FCPE, le 2 octobre, un colloque sur le maintien des petites écoles rurales. Pour la FNER, "les petites écoles rurales offrent un cadre privilégié de mise en œuvre des avancées pédagogiques". La Fédération s'insurge contre la loi de décentralisation qui incite les communs à créer des réseaux d'école.
http://ecole-rurale.marelle.org

Quels manuels pour les élèves et leurs maîtres ?
Fenêtres sur cours, la revue du Snuipp, consacre un intéressant dossier (n°259) au choix des manuels. Si 94 % des enseignants les trouvent utiles, 20% ne les utilisent jamais et préfèrent d'autres supports, dont le recours aux TICE. Faut-il opposer manuels, polycopiés et ressources électroniques ? Pour Jean Hébrard, inspecteur général, interrogé par Fenêtres sur cours, " la qualité d’un enseignant aujourd’hui, c’est son art d’inter-agir sur la relation entre l’élève et le livre. Il est au-dessus de la mêlée, regarde les élèves travailler, aide celui-ci, rattrape celui-là, passe de l’un à l’autre. Les enfants doivent apprendre l’autonomie face à leur manuel. De plus en plus, l’enseignant n’aura plus à fournir l’information, elle existe. Il aura à être un médiateur, en particulier entre l’enfant et le livre".
http://www.snuipp.fr/IMG/pdf/FsC2 59.pdf
http://www.adobe.fr/products/acro bat/readstep2.html

Liste d'aptitude des PE et concours
17.486 instituteurs pourront intégrer en 2004, par liste d'aptitude, le corps des professeurs des écoles. Le B.O. du 16 septembre publie les contingents départementaux.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/33/MENP0401616A.htm

Le Parfum de la Dame en Noir
Comment amener les élèves à s'exprimer, à maîtriser les langages et les initier aux TICE ? Le CRDP de Paris propose aux écoliers de CM1 et CM2 et aux collégiens de 6ème, 5ème ou Segpa de participer à un grand concours en ligne basé sur le roman policier de Gaston Leroux : "Le Parfum de la Dame en Noir". Chaque classe mène une enquête policière à partir d'indices : vidéos, articles de presse, photos, rapports de police et envoie par courriel ses conclusions. L'année dernière "Le Mystère de la Chambre jaune" avait réuni 420 classes francophones. Cette année les inscriptions seront ouvertes à partir du 1er octobre et le nombre maximal de classes est fixé à 300. Qu'on se le dise !
http://crdp.ac-paris.fr/

Hygiène et beauté à Rome
Rome est célèbre par ses thermes. La main à la pâte, le Centre de recherche et de restauration des Musées de France, l'ambassade de France à Berlin invitent les écoliers de 10 à 11 ans à participer à un grand jeu concours sur l'hygiène et la beauté à Rome. Chaque classe travaillera en lien avec son homologue allemande.
http://www.inrp.fr/lamapphp/hygie ne/accueil.php

Ouvrages pour le cycle III
EduScol publie une liste d'ouvrages recommandés en cycle III.
http://www.eduscol.education.fr/D 0102/liste-par-categorie.htm

- Collège    [ Haut ]

La sécurité routière sur Internet
Après EduScol, le site de l'Assemblée nationale s'adresse aux collégiens pour leur proposer un site interactif, accompagné d'un quiz, sur la sécurité routière. Il rappelle également le rôle des pouvoirs publics dans la lutte contre les dangers de la route.
http://education.assemblee-nation ale.fr/site-jeunes/securite-routiere/accu eil/accueil.asp

ASSR : Entraînez-vous sur Internet !
Pour une fois EduScol, le site ministériel de la Desco, s'adresse directement aux collégiens. Il les invite à réviser et à s'autoévaluer pour la préparation aux attestations de sécurité routière niveaux 1 et 2. Des fiches aident à la révision. Des tests, soutenus par des extraits vidéos, permettent l'évaluation.
http://www.eduscol.education.fr/D 0187/default.htm

- Lycée    [ Haut ]

Le point sur le bac 2005
Quels changements au bac 2005 ? Le B.O. du 23 septembre présente les nouvelles épreuves et les nouvelles réglementations.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/34/MENE0402040N.htm

Chroniques lycéennes
Transformer vos lycéens en critiques musicaux : voilà ce que proposent les "chroniques lycéennes". Le projet, soutenu par le CNDP, le pôle national de ressources musicales et le magazine Les Inrockuptibles, a réuni l'an dernier 18.000 élèves. Il redémarre.
http://www.ac-amiens.fr/internote s/chroniques/chroniques2003_2004/

Nouveaux programmes
Deux numéros hors-série du B.O. publient les nouveaux programmes de maths et de SVT de 6ème ainsi que ceux de maths de 1ère STG et de 1ère L ainsi que les programmes de langue de terminale séries générales et technologiques. Application à la rentrée 2005.

http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/hs5/default.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/hs4/default.htm

Les marques et l'uniforme
Pour libérer les enfants de la tyrannie des marques et faire des économies, rien de tel que l'uniforme affirme l'Union des familles en Europe, une association qui représente 23.000 familles. Selon elle, 48% des parents seraient favorables à l'uniforme. Un chiffre assez surprenant dans un pays où le port de l'uniforme par les enfants rappelle les Chantiers de la jeunesse de Vichy ou les Enfants de troupe. Les associations de parents ne partagent pas cette analyse. La FCPE parle de "vraie-fausse solution" et la PEEP invite les parents à éduquer leurs enfants.
http://www.uniondesfamilles.org/e nquetes.htm
http://www.20minutes.fr/journal/f rance/article.php?ida=29620

CPGE : Les programmes
Un B.O. hors série regroupe les programmes des classes préparatoires.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/hs6/default.htm

Les ZEP réussissent à Sciences-Po
Le Monde du 21 septembre témoigne du succès de l'intégration de lycéens issus de Zep dans la prestigieuse Sciences-Po. 45 nouveaux candidats viennent d'intégrer l'école en application des conventions d'éducation prioritaire. Un exemple de discrimination positive à suivre.
http://www.lemonde.fr/web/article /0,1-0@2-3226,36-379912,0.html
http://www.sciences-po.fr/presse/ zep/index.htm

- Enseignement professionnel    [ Haut ]

Modification du règlement du CAP
Le B.O. n°33 apporte quelques modifications au règlement du CAP.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/33/MENE0401330D.htm

Le dossier de Vie publique
Le site officiel Vie publique publie un dossier sur l'apprentissage et l'enseignement professionnel. Il présente les différentes filières et propose une bibliographie et une sélection de sites pour aller plus loin.
http://www.vie-publique.fr/dossie r_polpublic/apprentissage/index.shtml

Agricole : Services hebdomadaires
Le J.O. du 17 septembre publie un décret fixant les obligations de service hebdomadaire des enseignants de l'enseignement agricole : 15 heures pour les agrégés, 18 heures pour les certifiés, 18 heures pour les PEGC des disciplines littéraires, scientifiques ou techniques, 20 heures pour ceux enseignant l'EPS. Un autre texte fixe les taux de rémunération des heures supplémentaires.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=AGRA0401540D
http://www.legifrance.gouv.fr/WAs pad/UnTexteDeJorf?numjo=AGRA0401541D

Grèves dans l'enseignement agricole
Dénonçant le manque de moyens, la fermeture de 60 classes et la réduction des matières optionnelles comme les langues ou l'éducation socioculturelle, le Snetap menace de faire grève.
http://www.terre-net.fr/actus/act us_detail.asp?id=41450

Changer les règles pour réussir la formation professionnelle
Constat surprenant : les salariés les moins formés, les plus soumis aux aléas du marché de l'emploi, sont justement ceux qui demandent les moins demandeurs de formation. Comment expliquer le paradoxe ? Une étude du Cereq montre que le manque de visibilité sur les avantages des formations et particulièrement la déception sur l'espoir d'un avantage salarial, explique ce manque d'appétit.
http://www.cereq.fr/cereq/b209.pd f

Partenariats
Un B.O. spécial publie les conventions de partenariat signées par le ministère avec des groupements professionnels ou de grandes entreprises.
http://www.education.gouv.fr/bo/2 004/special9/default.htm

- Dossier spécial : La circulaire sur le français au collège    [ Haut ]

J.-P. Jaffré : la dictée n'apprend pas l'orthographe
Sur le site officiel Bien lire, Jean-Pierre Jaffré (CNRS) fait le point des recherches sur l'apprentissage de l'orthographe. Pour lui, "la dictée est un bon outil d’évaluation mais elle ne permet pas vraiment d’apprendre l’orthographe… Loin des exercices du Bled et de la dictée, ce qui fait la compétence orthographique d’un individu, c’est sa capacité à gérer des problèmes en situation de production écrite. Or cela s’apprend, en écrivant et en décomposant les différents temps de cet acte complexe : les mises en forme d’un texte, son orthographe proprement dite, sa réécriture, etc. Comme on dit : « Écrire c’est réécrire ». La maîtrise d’une orthographe utile passe par l’organisation pédagogique de ces différents temps de l’écriture". Il faut donc faire écrire les élèves pour leur apprendre l'orthographe plutôt que cultiver la nostalgie de l'école de la IIIème République..
http://www.bienlire.education.fr/ 01-actualite/a-interview19.asp

Fillon en appelle au zéro et aux dictées
"Les punitions collectives sont interdites, le fait de mettre zéro à une copie, aussi. Ainsi, il est pratiquement impossible pour un professeur de sanctionner. Et pourtant, les punitions font partie de la pédagogie. Je veux revenir à des choses plus simples, permettre aux établissements de fonctionner de manière plus autonome". Dans un article du Parisien, le ministre de l'éducation nationale estime nécessaire d'asseoir l'autorité des enseignants sur le zéro, les punitions et la dictée. Car, " la circulaire sur le renforcement des exercices individuels et répétitifs, tels la dictée ou la rédaction, part aujourd'hui. Elle est adressée directement à l'ensemble des professeurs de français". Quant à l'augmentation des horaires de français, "il en sera discuté au moment de la préparation de la loi d'orientation sur l'école à la fin de cette année". Ce nouvel appel nostalgique à l'école de grand-père pourrait donner à croire que l'Ecole est laxiste. Pourtant le zéro n'a pas disparu de l'échelle des notes. Une circulaire de 2000 demande simplement aux enseignants de ne pas mélanger évaluation des aptitudes et répression des manquements à la discipline. Elle publie une liste indicative des punitions et des sanctions qui peuvent être appliquées dans les établissements scolaires. Des textes que le ministre n'a peut-être pas appris…
http://www.leparisien.com/home/in fo/vivremieux/article.htm?articleid=24114 4815
http://www.education.gouv.fr/bo/m entor/word/2000/bo08sp/r3.doc
http://www.education.gouv.fr/sec/ chefdet/

Français : Fillon choisit la continuité pédagogique
"La circulaire sur le renforcement des exercices individuels et répétitifs, tels la dictée ou la rédaction, part aujourd'hui... On ne devient pas pianiste sans faire de gammes !" Décrite ainsi dans Le Parisien par F. Fillon, la circulaire sur l'enseignement du français au collège annonçait une rupture pédagogique et le retour aux exercices traditionnels. Il n'en est rien ! La nouvelle circulaire maintient le cap des orientations pédagogiques précédentes et s'appuie sur les propositions du groupe d'experts présidé par René Rémond. Elle invite les professeurs de collège à " tenir compte des connaissances et compétences acquises par les élèves à l'issue de l'école primaire" et pour cela rappelle précisément les programmes de l'école, parfois mal connus en collège. L'objectif annoncé est clairement de "faciliter la transition entre ces deux niveaux". Au collège, le ministre " demande que soit renforcée, dans l’organisation des séquences, la place d’exercices fondamentaux, à l’écrit comme à l’oral, qui favorisent un effort personnel et répété des élèves". Il s'agit de "donner le goût de lire aux élèves" en encourageant la lecture en dehors de l'école. L'écriture est aussi encouragée : "chaque séance de français doit comporter un temps d’écriture : rédaction de textes qui développent l’autonomie, l’imagination et la créativité des élèves... L’écriture fait ainsi l’objet d’un entraînement régulier, en dehors de toute perspective d’évaluation immédiate". A coté de la récitation, " les échanges oraux entre les élèves doivent être stimulés". Où sont passées les fameuses dictées brandies par le ministre ? La fin de la circulaire précise que " les différentes formes de dictée (entraînement, contrôle) sont conjuguées avec des exercices conduisant les élèves à orthographier correctement leurs propres productions . Une grande vigilance orthographique est demandée, constamment et pour l’ensemble de leurs productions écrites, aux élèves. L’usage des manuels et de l’outil informatique (correcteur automatique) permet à l’élève de trouver les informations qu’il recherche". Loin de la rupture annoncée,la circulaire ministérielle confirme les orientations précédentes. Comment expliquer l'écart avec les déclarations à la presse ?
http://www.education.gouv.fr/actu /element.php?itemID=20049231448
http://www.leparisien.com/home/in fo/vivremieux/article.htm?articleid=24114 4815

Tribune : Français au collège : circulaire et agitation démagogique
La circulaire sur les programmes de français au collège souligne bien la différence entre un effet d'annonce et une tentative de programmation. Quand le ministre Fillon se fait prendre en photo devant un musée de la pédagogie*, quand il décrète le retour de la dictée, etc., il fait un calcul politique, donne des gages à la réaction et aux nostalgiques qui se retrouvent dans l'ouvrage de M. Le Bris**. En revanche, quand il faut entrer dans le détail d'une circulaire détaillée, il devient très difficile d'innover tant, en la matière, tout a déjà été dit à un moment ou à un autre.
Mais dans cette impression de redite, il y a aussi les limites de la communication. Car le retour aux bonnes vieilles méthodes, avec le but avoué de prendre le contre-pied de ces "démarches laxistes" qui veulent mettre l'enfant "au centre du dispositif", est typiquement un faux débat. Les propositions de la recherche n'ont en effet jamais suggéré une telle dérive. Leur message, autrement plus complexe, essayait de montrer comment on peut mieux aider les enfants en tenant compte de ce qu'ils sont, ce que l'on connaît mieux grâce notamment à la psycholinguistique. Loin de tout laxisme, il s'agissait au contraire de promouvoir un comportement exigeant qui rompe avec toute démarche adultocentriste. Et d'ailleurs quel est le plus laxiste de celui qui prétend que l'adulte seul sait ce qui est bon pour l'enfant ou de celui qui cherche à mieux comprendre l'enfant pour améliorer ses performances ?
En fait, cette agitation médiatique est révélatrice de l'impuissance des pouvoirs publics mais aussi des limites de certaines méthodes pédagogiques qui, pour ne pas se remettre en question, pour ne pas affronter la nouveauté, nous expliquent que c'était mieux avant, en créant un passé mythique qui n'a jamais existé***. Autrement dit, on défend ce que l'on connaît, ce que l'on est, par crainte du nouveau, de l'inconnu. C'est tout à fait ce qui se passe en matière d'orthographe où les victimes adorent souvent leur bourreau. Cela s'appelle tout simplement le conservatisme. Mais cette posture est en outre révélatrice d'une fuite en avant. Ce qui est bon, c'est toujours ce que l'on ne fait pas, et qu'il faudrait faire mieux, autrement. C'est ainsi que se comporte un pouvoir politique qui surfe sur la vague du mécontentement. Et, au-delà du calcul politique, cela s'appelle tout simplement la démagogie.

Jean-Pierre Jaffré
J.-P. Jaffré est chercheur au CNRS dans le Laboratoire d’études sur l’acquisition et la pathologie du langage chez l’enfant. Le Café a rendu compte récemment d'un entretien publié sur le site ministériel de lutte contre l'illettrisme Bien Lire.

* Le Musée de l'école du Grand Meaulnes, à Epineuil (Cher), paru dans le Figaro Magazinedu 11 septembre.
** Et vos enfants ne sauront pas lire… ni compter !, Marc Le Bris, Stock.
*** Comme le dit si justement H. Hammon dans Le Monde daté du 15/09/2004, rubrique Société / Éducation, pp. 10-11.
http://www.bienlire.education.fr/ 01-actualite/a-interview19.asp
http://www.cafepedagogique.net/ex presso/index.php?express=409

[ Haut ]

Archives de la rubrique Informations Professionnelles :

Caf  n1 - n2 - n3 - n4 - n5 - n6 - n7 - n8 - n9 - n10 - n11 - n12 - n13 - n14 - n15 - n16 - n17 - n18 - n19 - n20 - n21 - n22 - n23 - n24 - n25 - n26 - n27 - n28 - n29 - n30 - n31 - n32 - n33 - n34 - n35 - n36 - n37 - n38 - n39 - n40 - n41 - n42 - n43 - n44 - n45 - n46 - n47 - n48 - n49 - n50 - n51 - n52 - n53 - n54 - n55 - n56 - n57 - n58 - n59 - n60 - n61 - n62 - n63 - n64 - n65 - n66 - n67 - n68 - n69 - n70 - n71 - n72 - n73 - n74 - n75 - n76 - n77 - n78 -

 
  La rubrique Informations Professionnelles dans les archives :
 • Les dernires ditions du Caf :
n74 - n75 - n76 - n77 - n78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous crire


 • S'abonner cette rubrique
 • Nous connatre
 • Nous aider
 • Version imprimable