Informations Professionnelles (Café N° 58)

Version imprimable Version imprimable

Le système éducatif

Vie professionnelle

Vie scolaire

Primaire

Collège

Lycée

Enseignement professionnel

Édition du 18-01-2005

- François Jarraud -

- A la Une : Le projet de loi d'orientation de l'Ecole    [ Haut ]

La loi Fillon au Conseil des ministres
F. Fillon a présenté le 12 janvier son projet de loi d'orientation de l'école au Conseil des ministres. Il sera débattu au Parlement en février et dès la prochaine année scolaire une partie de la loi entrera en application. Ce sera le cas des Contrats individuels de réussite éducative (CIRE) censés remettre à niveau les élèves en difficulté, la généralisation de la "découverte professionnelle" en 3ème, le nouveau brevet, la note " de vie scolaire" et la multiplication des classes relais amenées à accueillir "les élèves perturbateurs". Evoquant " le jugement frileux des professionnels de l'immobilisme et le verdict grincheux des adeptes de la table rase", F. Fillon est certain de la mise en place rapide de la loi. "Les critiques éparses et contradictoires qu'a suscitées notre projet semblent plus tacticiennes que structurelles.... Je respecte les convictions de chacun de ceux qui choisiront de " battre le pavé ", mais je veux leur dire que le statu quo est contraire aux intérêts d'une École plus juste et plus efficace".Peut-on pour autant considérer que le projet de loi fait avancer l'Ecole ?
http://www.education.gouv.fr/actu/elemen t.php?itemID=20051121433
http://www.education.gouv.fr/actu/elemen t.php?itemID=20051121042

16 Décembre : Le CSE vote contre la loi Fillon
Le rejet de la loi d'orientation annonce une mobilisation des enseignants. Jeudi 16 décembre au matin, s'adressant au CSE, François Fillon maintenait son projet de loi en l'état, estimant qu'il se situe dans la continuité de la loi de 1989 et que son texte a été conçu "en cherchant à rassembler nos concitoyens". Il a effectivement rassemblé les membres du Conseil Supérieur de l'Education. Par 39 voix contre , 9 abstentions et 4 voix pour (le Medef, la CFTC et la CPU), le CSE a voté contre la loi d'orientation pour l'éducation proposée par F. Fillon. Le CSE a adopté une motion proposée par le Sgen : "Le projet de loi d'orientation qui nous est proposé ne répond pas à la " nouvelle ambition pour l'École " affichée par le ministre pour les deux décennies à venir. Ce projet ignore pour l'essentiel le débat national. Les propositions avancées ne sont pas à la hauteur des attentes des citoyens. L'École mérite mieux. Les jeunes méritent mieux. Ce projet n'est pas en mesure de lutter contre les inégalités scolaires, de conduire tous les jeunes à la réussite scolaire, de contribuer à l'élévation du niveau de qualification. Aussi, le CSE, réuni le 16 décembre 2004, demande au ministre de l'Éducation nationale de reprendre ce projet de loi, d'ouvrir de véritables négociations et de se donner le temps nécessaire pour éviter un gâchis lourd de conséquences". Ce texte a été adopté par 41 voix (Sgen, Fep, CFDT, FSU, Unsa Éducation, CGT, FCPE, PEEP, Unapel, Unef, UNL, Ligue de l'enseignement) contre 6 (Medef, Cftc, Csen) et 8 refus de vote ou abstentions (Snep, Fage, Snpden).

Cela n'empêchait pas F. Fillon d'ironiser après le CSE sur la division syndicale : "les motifs qui fondent les positions des syndicats qui se sont opposés au projet sont contradictoires. Certains jugent qu'il faut un socle mais veulent corriger sa définition. D'autres ne veulent pas de socle. Certains sont favorables au CIRE, d'autres contre". Un peu plus tard sur France Inter il annonçait de nouvelles créations de postes. "Le gouvernement est prêt à mettre des moyens supplémentaires dans le cadre d'un effort pour l'Education nationale et aussi par l'optimisation des moyens, lorsque la réforme sera votée, lorsqu'elle sera mise en œuvre". Et s'attirait cette réponse de Luc Bérille (Se Unsa) : "Vous venez de créer des postes brutalement mais ces fameux... vous avez réussi à les financer en faisant un certain nombre de mesures d'économies, dont la suppression des TPE".

Les syndicats annoncent de nouvelles actions. Pour le Sgen Cfdt, "Le ministre doit entendre raison... François Fillon se doit de prendre en considération le vœu présenté par notre organisation qui demande au ministre de "reprendre son projet de loi, d'ouvrir de véritables négociations et de se donner le temps nécessaire pour éviter un gâchis lourd de conséquences" et qui a obtenu 41 voix. Pour le Sgen-CFDT, il n'est pas question de refuser toute évolution. Bien au contraire. Il y a nécessité de transformer en profondeur le système éducatif. L'objectif de conduire tous les jeunes à la réussite scolaire passe par une loi ambitieuse et courageuse. Nous en sommes loin".. Le SE Unsa renouvelle son opposition et texte et mobilise : "Ce projet fixe à l'Ecole l'objectif de faire réussir tous les élèves mais sans dire comment et avec quels moyens y parvenir. Le fossé entre les objectifs affichés et les mesures envisagées pour les atteindre est considérable. Il ne peut qu'accroître le désarroi des enseignants en quête de formation, de reconnaissance et qui ont besoin de conditions de travail plus favorables pour aider davantage leurs élèves....Il assure pour une large part le financement des mesures nouvelles par des économies faites sur le dos des élèves et des personnels ( la suppression des TPE en terminale par exemple permet de récupérer l'équivalent de 1000 postes...)... La FSU voit dans le projet Fillon "un ensemble de mesures dont certaines pourraient sembler relever du bon sens. Mais cet affichage masque mal des orientations qui de fait, tournent le dos à ces objectifs et qui s'accommodent de l'idée que la réussite de tous serait impossible, ignorent le poids des inégalités sociales pour faire de la réussite une question " d'aptitudes " ou de " talents individuels "... Au lycée, la suppression des TPE (sans concertation, sans évaluation) est significative des choix gouvernementaux : aucune ambition pédagogique, les seules réponses se situant au plan du resserrement des structures. Mais, plus globalement, c'est bien à une réduction de l'offre de formation qu'on aboutira ainsi qu'à une fragilisation de certains enseignements et de certaines séries (notamment la série ES) et à une remise en cause de la valeur nationale du baccalauréat, faisant courir encore une fois le risque d'une pénalisation des plus défavorisés". La FSU évoque également la "dénaturation du métier" par exemple à propos des remplacements imposés aux enseignants.
http://www.education.gouv.fr/actu/elemen t.php?itemID=200412161444
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_041216192246.qq7yhygs.html

20 Décembre : Le Cneser contre la loi Fillon
Après le Conseil supérieur de l'éducation, le Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche a adopté le 20 décembre une motion demandant le retrait du projet de loi Fillon par 32 voix contre 5.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_041220130152.13o6rc4o.html

Prises de position
Grève le 20 janvier
" Après les coupes intervenues depuis 2003, les mesures de carte scolaire, de suppressions de postes et de fermetures de classes résultant du budget 2005 sont d'une extrême gravité. Elles sont lourdes de conséquences pour les élèves et l'ensemble des personnels : réduction de l'offre d'enseignements, diminution des moyens de lutter contre l'échec scolaire, dégradation des conditions de travail et d'enseignement, précarité accrue. La diminution des recrutements compromet l'avenir. Ces choix budgétaires éclairent pour partie le contenu du projet de loi d'orientation qui non seulement ne comporte aucune programmation de moyens nouveaux mais prévoit de nouveaux redéploiements. Ce projet rejeté très largement par le CSE tourne le dos aux objectifs qu'il affiche. Ses dispositions ne permettront pas de conduire tous les jeunes à la réussite scolaire, de réduire les inégalités et, pour certaines, elles dégraderont les conditions d'exercice de nos métiers". Pour ces raisons, les fédérations syndicales (FAEN - FERC-CGT - FSU - SGEN-CFDT - UNSA Education) appellent à une journée de grève le 20 janvier. Ce mouvement rejoint celui des autres fonctionnaires pour la revalorisation salariale.
http://www.sgen-cfdt.org/actu/article727 .html
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_041222161511.d8qakbb1.html

La FCPE alerte les parents sur la loi Fillon
"Rien dans cette loi ne permettra d'améliorer le système scolaire... La loi ne s'attaque pas à ce qui fonctionne mal, ne touche pas à l'essentiel, ignore les zones où se concentrent les difficultés". La FCPE avertit les parents à propos de la loi d'orientation de l'école. "Elle confie la décision finale d'orientation aux enseignants, les parents n'ayant plus leur mot à dire. On risque fort de voir ainsi augmenter le nombre d'orientations précoces et non choisies".
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_050112155025.nlscr60d.html

La PEEP veut que le Parlement modifie la loi Fillon
" Si le parlement dont nous attendons beaucoup, voire un miracle, ne modifie profondément cette loi d'orientation nous ne changerons rien aux problèmes récurrents de notre système éducatif et ce pour les dix années qui viennent". Josette Daniel, présidente de la PEEP, association de parents d'élèves de l'enseignement public, a vivement condamné la loi Fillon. "Cette loi d'orientation aurait dû être une opportunité pour faire réellement évoluer notre système éducatif. Il s'avère que pour l'instant ce n'est pas le cas... Très peu des propositions du rapport de la commission Thélot sont reprises dans le projet de loi et, si elles le sont, elles sont vidées du sens premier que la commission Thélot leur avait donné". Elle a rappelé que le rapport Thélot avait été approuvé par les 3 fédérations de parents d'élèves et par nombre de syndicats d'enseignants et regretté que le ministre ait laissé passer cette opportunité d'une réforme réelle. "Nous sommes inquiets quant à l'avenir de notre système éducatif car, une fois de plus, on nous a promis une réforme qui n'aura pas lieu".
http://www.peep.asso.fr/contenu.php?affi chage=3&id_niv1=30&id_niv2=55&id_niv3=&id _contenu=617

Le Courrier d'E&D
" Disparaissent des perspectives ministérielles la confiance en l'éducabilité de tous les jeunes et la valorisation du lien social et de l'interaction des acteurs dans une dynamique qu'ils construisent et s'approprient. L'école va-t-elle produire des êtres formatés s'adaptant parfaitement aux besoins économiques du moment ou former des citoyens engagés, autonomes et critiques. L'Éducation Nationale n'avait pas, depuis longtemps, effectué un tel retour en arrière". Le Courrier de l'association Education & Devenir s'ouvre sur cet éditorial. Le numéro propose une analyse d'une UPI pour jeunes autistes, une lettre ouverte de G. Roche sur la réforme des conseils de discipline.
http://education.devenir.free.fr/editori al.htm

Des associations dénoncent les risques d'exclusion des personnes handicapées
La FAIT 21, Fédération des Associations pour l'Insertion sociale des personnes porteuses d'une Trisomie 21, met en cause l'article 8 du projet de loi pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées qui donne un droit de décision, en cas de désaccord avec la famille, à la commission des droits et de l'autonomie. Pour la Fait21, " cette disposition retire de fait la responsabilité aux parents.. Nous connaissons tous le rôle décisif des parents dans le développement de l'intégration scolaire au cours de ces 30 dernières années. Les blocages sur le terrain seront nombreux, les inégalités renforcées, l'accès à l'école sera encore plus difficile et l'amertume des familles accrue". La fédération demande quela décision finale revienne aux parents.
http://www.fait21.org/

Les MFR appellent à changer la loi
"Ceux qui militent pour " une école nouvelle " sont déçus. Ceux qui défendent le statu quo sont mécontents. Ceux qui rêvent d'un retour en arrière sont chagrinés. De cette opposition caricaturale, les enfants, les adolescents et les étudiants n'y trouveront indubitablement pas leur compte. Le Gouvernement non plus. Le pays encore moins". Le Mouvement des Maisons Familiales Rurales, une structure qui fédère 446 MFR, déplore, elle aussi, le projet de loi Fillon. Si elle lui reconnaît quelques mesures intéressantes, elle trouve qu'il "reste bien en deçà des défis éducatifs". Le mouvement souhaite des 4ème set 3èmes différenciées, des classes préparatoire sà l'apprentissage, plus de souplesse dans les changements de section. Il invite les députés à revoir le texte.
http://www.mfr.asso.fr


Réactions et analyses
Fillon défend sa loi
" Mon école du XXIe siècle met l'accent sur les résultats, plus que sur les pétitions de principe ou les préjugés idéologiques. Elle doit être plus juste, car l'ascenseur social est en panne. Plus efficace, car nous reculons, en langues, par exemple. Et plus ouverte, parce que nos jeunes doivent être préparés aux métiers de demain, aux nouvelles technologies..." Dans L'Express, F. Fillon défend avec adresse la loi d'orientation dressant l'autoportrait d'un ministre moderne, ouvert, respectueux des enseignants, soucieux de l'avenir des élèves. Il n'est pas interdit de comparer les propos ministériels au contenu de la loi...
http://www.lexpress.fr/info/france/dossi er/educationnation/dossier.asp?ida=431192

Chirac soutient la loi Fillon
"L'objectif de la réforme engagée par le gouvernement, c'est de garder toute sa force à notre modèle et de le faire progresser. C'est de construire une école plus juste, plus efficace, plus ouverte, plus sûre" a déclaré le président de la République selon l'AFP. Il a également promis de régler les problèmes de violence scolaire : "nous allons renforcer l'éducation civique et lutter résolument contre l'incivilité ou la violence, pour faire revenir la sérénité dans toutes les écoles de la République".
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_050105122515.7hg0oth2.html

Davidenkoff : une vraie fausse loi
La loi Fillon permet-elle "d'orienter" l'éducation ? Pour Emmanuel Davidenkoff, dans une belle tribune de Libération, il s'agit plutôt d'un écran qui camoufle une politique qui n'est pas dite. " L'école du XXIe siècle se construira donc sur des références bâties à la fin du XIXe. Pourquoi pas. Ce fragile équilibre survit... Le mythe tient, le récit se prolonge, la geste s'interprète. A tout prendre, mieux vaut pourtant ce combat sincère, mis en mots parfois plus qu'en actes, que pas de combat du tout. Or le plus inquiétant est peut-être que la future loi méprise jusqu'à cette sincérité. Laquelle aurait mérité mieux qu'un texte qui, pour l'essentiel, ne légifère pas, au sens où il n'établit pas de mécanisme juridique qui permettrait à un quelconque "juge" de dire si elle est ou non respectée. Loi "politique", donc. Pendant ce temps, la vraie politique, celle qui incarne des paroles en actions, se joue ailleurs, dans le désengagement financier de l'Etat, qui supprime postes et crédits à tour de bras au nom d'une démographie en berne. Qu'il justifie suppressions ou créations de postes, cet argument demeure stérile tant qu'il n'est pas accompagné de propositions sur la façon dont la richesse nationale est investie dans l'éducation".
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=261609

Fillon guide des conservateurs de l'Ecole
"La loi Fillon marquera la fin d'une parenthèse - l'emprise du pédagogisme sur l'école -, qui a pu être qualifié d'"enseignement de l'ignorance".. Sous la pression continue des réformes votées depuis 1981, le vide s'est imposé comme le contenu central de l'enseignement. Les TPE (travaux personnels encadrés), courageusement supprimés par François Fillon, exprimaient la quintessence de cette substitution du vide à tout autre contenu. Le projet des pédagogistes, à l'oeuvre dans toutes les mesures scolaires décidées par la gauche, se ramenait à marier l'école avec un certain air du temps, celui de "l'ère du vide"." Dans Le Figaro, en rabâchant une fois de plus l'opposition entre pédagogie et connaissances, Robert Redeker fait l'apologie du ministre qui réunit ainsi les suffrages des conservateurs sociaux et conservateurs de l'Ecole.
http://www.lefigaro.fr/debats/20050108.F IG0086.html

A. Prost : Fillon trahit Thélot
" C'est une trahison du rapport Thélot. (Le) projet de socle commun est réduit à un enseignement minimal de connaissances et à une note de vie scolaire. Si nous ne voulons pas des sauvageons, il faut éduquer les jeunes à l'école. Avec la mise en place d'une note de vie scolaire, on se limite à punir les élèves qui ne seraient pas socialisés. C'est une caricature". Antoine Prost, historien et acteur de l'éducation, ne mâche pas ses mots dans un entretien accordé au Monde. Assimilant les objectifs fixés par le projet de loi d'orientation de l'Ecole à une "déclaration d'intention" qui n'engage pas le ministre, il juge sévèrement le texte. " M. Fillon va à l'encontre du résultat des recherches. Imaginez un ministre de la santé qui dispose de quarante études montrant qu'un produit est nocif et qui invite les médecins à le prescrire. C'est ce que fait le ministre en augmentant le pouvoir des enseignants en matière de redoublement, dont toutes les études montrent l'inefficacité. Cette décision est indigne. Elle ne résout pas le problème majeur des élèves en difficulté". A. Prost n'a pas digéré la suppression des TPE : " la suppression par François Fillon des travaux personnels encadrés (TPE) en classe de terminale est ridicule. La première année, les professeurs ont dit : "On n'en veut pas." La deuxième, ils ont trouvé que ça n'était pas si mal. La troisième, ils ont essayé d'en tirer vraiment parti. Aujourd'hui, on les supprime !". C'est aussi l'avis du Café !
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-393774,0.html

La loi Fillon européenne selon Le Monde
"Le texte du ministre de l'éducation se caractérise par l'importance donnée aux engagements pris à Bruxelles en matière d'enseignement et par l'instauration d'une logique managériale et d'une "culture du résultat" affirme Luc Bronner dans Le Monde. L'article rappelle les objectifs fixés par le "processus de Lisbonne" et fait le lien avec ceux de la loi. Pour Luc Bronner, " le gouvernement veut insuffler à l'éducation nationale une "culture du résultat" ce qui expliquerait la longue liste des objectifs plus ou moins lointains présagés par la loi. On passerait d'une administration de l'éducation à un pilotage devant afficher des résultats. On saura après coup si ces objectifs pourront être poursuivis sérieusement ou s'ils ne sont inscrits dans le texte que pour occulter l'essentiel : le dégonflage du budget de l'éducation nationale organisé par le rapport annexé à la loi. Luc Bronner retrouve dans les mesures de la loi Fillon les deux milliards d'euros que le ministre prévoit au budget en application du texte.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-393773,0.html
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-393775,0.html

- Le système éducatif    [ Haut ]

Des milliers de postes supprimés à la rentrée
Le Monde publie le décompte académique des suppressions de postes annoncées par le ministère à la rentrée 2005. Dans le premier degré, 1.000 emplois sont créés afin de faire face à une hausse des effectifs élèves ramenée par le ministère à 45.000 personnes (alors que ses services annonçaient initialement 61.000 !). Mais dans le secondaire, la baisse de 42.500 élèves "justifie" la suppression de 5.640 postes. Le quotidien met en ligne une carte qui montre la saignée opérée dans le Nord-Pas-de-Calais (-895), en Lorraine (-495), en Ile-de-France (-553), en Champagne (-287), Bourgogne (-314), Picardie (-309), dans le Centre (-312) et l'ouest (- 526 pour les deux académies bretonnes). La suppression des TPE permet de récupérer 1421 postes. Le SE- Unsa annonce une "rentrée catastrophique". Pour le Snes, " pour la 3ème année, les établissements connaîtront une baisse du nombre d'adultes présents dans les établissements, ce qui touche particulièrement les zones difficiles. Cette préparation de rentrée s'accorde avec la volonté du gouvernement de diminuer l'offre éducative".
http://www.snes.edu/snesactu/article.php 3?id_article=1257
http://www.se-unsa.org/_comm/041213.htm
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-390868,0.html

Le recul des effectifs du secondaire ne touche pas toutes les académies
A la rentrée 2004, les établissements du second degré accueillent 41.000 élèves de moins (-0,7%) qu'en 2003. Cette évolution résulte principalement d'une baisse démographique que ne compense pas l'attrait des formations professionnelles (+1%) et la hausse des redoublements en terminale. Mais cette baisse est très inégale d'une académie à l'autre. Ainsi Strasbourg, Toulouse et Paris connaissent une évolution positive, ce qui pourrait reposer la question des moyens.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0438.pdf

Repli sur le supérieur
Après plusieurs années de déclin, l'enseignement supérieur connaît à la rentrée 2004 un nouvel afflux d'étudiants, annonce une étude ministérielle. Cette évolution est sans doute une conséquence de la baisse du marché de l'emploi. Toutes les filières n'évoluent pas de façon identique. Alors que les inscriptions en Staps s'effondrent (-13%), les STS et les CPGE voient leur recrutement progresser.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0439.pdf

L'Ecole ignore l'entreprise. Les élèves aussi
"Excepté pour les enseignements spécialisés des orientations tertiaires ou comptables, il ressort globalement que l'approche de l'entreprise relève plus de l'évocation que de l'explication. Elle se fait au détour de l'apprentissage de la technologie, des métiers, parfois de l'histoire et de la géographie. L'entreprise est un univers supposé connu : la connaissance semble aller de soi dans le meilleur des cas, mais il ressort de cette analyse que cet univers est le plus souvent ignoré". Pour l'Observatoire des PME, une structure crée par la Caisse des Dépôts et la Banque de développement des PME, l'ignorance de l'entreprise est d'autant plus choquante que 75% des élèves y travailleront. L'Observatoire publie une étude qui analys els programmes et les manuels scolaires. Elle demande l'introduction du thème de l'entreprise dans les IDD, les TPE et les PPCP; l'information des enseignants par les entrepreneurs et une "inflexion des manuels scolaires pour mieux saisir les opportunités de présenter le fonctionnement de l'entreprise, notamment dans le cadre de matières classiques comme l'histoire et la géographie". Pour G. Dupon-Lahitte,président de la FCPE, "aujourd'hui, le monde de l'école et celui de l'entreprise ne peuvent plus s'ignorer si l'on veut offrir à tous les jeunes d'autres perspectives que le chômage et la précarité".
http://www.portailpme.fr/Observatoire_de s_PME/telecharger/Connaissance_entreprise _par_eleves.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

L'école au chevet de l'Europe et de l'environnement
"Tout reste quasiment à faire pour que la construction européenne et ses enjeux aient leur place nécessaire et suffisante dans le système éducatif français" Patrick Delnatte, député UMP, a déposé une proposition de loi visant à instaurer à tous les niveaux du système éducatif un enseignement de la construction européenne. Son collègue Philippe Vitel (UMP) souhaite s'intéresse à l'environnement : "Tel est l'objet de la présente proposition de loi qui vise, en rendant obligatoire le tri sélectif dans les établissements scolaires, à mettre en œuvre une éducation concrète au respect de l'environnement. Adaptée à chaque niveau scolaire, la journée consacrée au tri sélectif permettra ainsi d'appréhender les grands enjeux de la maîtrise de l'environnement et du développement durable. En outre, les établissements scolaires seront encouragés à procéder au tri sélectif par l'attribution d'une part du papier recyclé".
http://www.assemblee-nationale.fr/12/pro positions/pion1751.asp
http://www.assemblee-nationale.fr/12/pro positions/pion1942.asp

- Vie professionnelle    [ Haut ]

Vers une seconde carrière des enseignants
Selon l'AFP, le Conseil supérieur de la Fonction publique a adopté le 20 décembre deux projets de décrets ouvrant aux enseignants fonctionnaires ayant au moins 15 ans de services une seconde carrière dans l'administration. Un millier d'enseignants pourraient en bénéficier dès la rentrée 2005.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_041220182050.i3zi6w5m.html
http://www.cafepedagogique.net/disci/act u/57.php

Création du C2i enseignant
On l'attendait depuis des mois. Le C2i niveau 2 enseignant est défini par une circulaire publiée dans le B.O. n°46. Le texte définit les compétences liées au métier d'enseignant et nécessaires à l'intégration des TICE dans sa pratique. Le C2i sera expérimenté cette année dans 23 IUFM.
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/46/ MENT0402675C.htm

Hors classe
Comment accéder à la hors-classe ? Le B.O. n°46 apporte une réponse pour les certifiés, PLP, Peps et CPE.
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/46/ MENP0402643N.htm

Mutation
Le B.O. 46 publie une note sur les mutations à Mayotte et Saint-Pierre-et-Miquelon : dépôt des candidatures, instruction des dossiers.
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/46/ MENP0402687N.htm

Retraite du privé : texte adopté
Après l'Assemblée nationale, le Sénat a adopté le 22 décembre la proposition de loi qui diminue l'écart de la retraite des professeurs de l'enseignement privé sous contrat avec l'Etat avec celle des enseignants du public. Le texte pourrait être appliqué dès 2005 mais ses effets sur les pensions prendront plusieurs décennies.
http://www.assemblee-nationale.fr/12/dos siers/retraite_des_maitres.asp

Absences pour fêtes religieuses
La traditionnelle circulaire sur "les autorisations d'absence pouvant être accordées à l'occasion des principales fêtes religieuses" est parue. Elle concerne les fêtes orthodoxes, arméniennes, musulmanes, juives et bouddhistes.
http://www.fonction-publique.gouv.fr/com munications/textes/Circulaire_20041215_fp 7_2083.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

2h45 par semaine
2h45 par semaine : un chiffre publié par Le Point. Il correspond au temps que mettent les enseignants à préparer et corriger les contrôles au collège. C'est ce que l'hebdomadaire a retenu de l'étude ministérielle sur l'évaluation des profs au collège dont L'Expresso a rendu compte le 26 décembre.
http://www.lepoint.fr/societe/document.h tml?did=157357
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/noteeval/eva0413.pdf
http://www.cafepedagogique.net/expresso/ index261204.php

Deux instits portent plainte
Selon l'AFP, deux instituteurs de Carhaix (29) ont porté plainte contre les parents d'un élève pour insultes et menaces de mort.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_050109153822.r891732a.html

Bibliographie pour les personnels de direction
Rentrée, gestion de crise, violence, parents : voilà quelques-uns des sujets abordés dans cette bibliographie pour la formation des personnels de direction réalisée par le CRDP de Nice.
http://www.crdp-nice.fr/espacedocs/polit ik/biblios/biblio_chef_Etab0683.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

Plan de formation
Le B.O. spécial du 6 janvier publie le programme national de pilotage de la formation continue des personnels d'encadrement de l'enseignement scolaire et supérieur ainsi que des personnels d'encadrement ATOS et ITRF et des personnels ATOS et ITRF.
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/spe cial1/default.htm

Notation des Iatoss, agents administratifs etc.
Deux arrêtés paraissent au B.O. n°46 qui définissent les critères de notation des Iatoss et de plusieurs catégories de personnel administratif.
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/46/ MENA0402690C.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/46/ MENF0402476A.htm

A. Bentolila contre la réforme des IUFM
" La loi d'orientation risque de commettre une erreur fatale en renforçant encore plus les liens entre les IUFM et les universités. Disons le tout net ! L'immense majorité des universitaires n'ont rien à apporter à la formation des maîtres du premier degré. Exigeons donc des universités qu'elles proposent des cursus pluridisciplinaires spécifiques à ceux qui se destinent au métier d'enseignant ; et laissons à ceux qui ont une expérience réelle du terrain le soin de former professionnellement les futurs instituteurs". Alain Bentolila (Paris 5) prend le contre-pied du projet ministériel d'intégration des IUFM dans l'Université. Il le fait au nom d'un "artisanat" éducatif qui mobilise les souvenirs d'un passé mythifié. " Quand mon père fermait la porte de sa classe, vers 17 h 30, son tableau était prêt pour le lendemain, son cahier de préparation impeccablement à jour. Je suppose qu'il rentrait chez lui le coeur apaisé, sachant que le lendemain serait un jour, certes nouveau, mais dont l'organisation était parfaitement préparée... Récemment, une étudiante d'IUFM me disait que pour elle "être instit, c'était un peu comme être artisan". Et je pense qu'elle avait parfaitement raison ; ce qui fait le bon maître d'école, maître de son savoir et maître de sa pratique, c'est un savant mélange, sans arrêt enrichi, de connaissances filtrées par les exigences d'une pratique quotidienne".
http://www.lefigaro.fr/debats/20050103.F IG0150.html


- Vie scolaire    [ Haut ]

Journée de solidarité : 16 mai
Un arrêté publié au JO du 21 décembre fixe au 16 mai la "journée de solidarité". Toutefois des adaptations peuvent être décidées par les recteurs.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENF0402669A

Mais les parents en sont exonérés !
" Les parents ne devraient donc pas se voir reprocher l'absence de leurs enfants s'ils ne vont pas à l'Ecole ce jour-là". Ce jour-là c'est bien sur le lundi de Pentecôte, ou, pour le Gard et le Territoire de Belfort, le lundi de Pâques. Analysant l'arrêté du ministre de l'éducation nationale, la FCPE en conclue que réglementairement ce texte ne concerne que les personnels de l'éducation nationale et que les élèves ne sont pas tenus de venir en cours ce jour là !
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id= 409

Jeudi 6: 22 vla les flics !
"Opération publicitaire", pour le principal syndicat de policiers, "spectacle" pour la FSU, l'opération de "sécurisation" des établissements scolaires est accueillie fraîchement. Jeudi 6, le ministre de l'intérieur participera à des contrôles d'identité menés devant des établissements scolaires. Des actions similaires auront lieu dans plusieurs régions dans les établissements "difficiles". Pour Patrick Gonthier, Unsa-Education, "l'effet spectacle dissimule l'absence d'intérêt réel pour ces problèmes de sécurité.. On va cibler des établissements dits difficiles. On va donc les stigmatiser... Cela fera bien pour le JT mais cela ne fera aucun bien à l'éducation".
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_050105170608.macapzdz.html
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/ violence/index.php

Sécurisation et expulsion
Alors que le ministre de l'intérieur lançait une "opération de sécurisation" autour des établissements, L'Humanité signale plusieurs cas d'expulsion d'enfants et de collégiens. L'Expresso avait mentionné le cas de Samuel, un élève de Pau arrêté dans son collège. A Dreux, selon L'Humanité, Artium, 8 ans, et Sofia, 11 ans, ont quitté l'école : leurs parents, réfugiés, en France depuis 2002, sont menacés d'expulsion.
http://www.humanite.presse.fr/journal/20 05-01-06/2005-01-06-454185

La sécurisation et la violence
" Cette opération est purement publicitaire... Le côté négatif ressort sur les élèves qui nous disent ce matin : c'est n'importe quoi. A Stains, les jeunes sont souvent confrontés aux violences, ils en connaissent les causes et les conséquences. La sécurisation ne peut régler la répression. Ils savent qu'il est nécessaire d'avoir des policiers qui règlent les délits, mais ils ne comprennent pas qu'on mette comme ce matin des agents électoraux au service d'un ministre". Bernard Defrance, professeur de philosophie à Stains et président de DEI France, critique dans le Nouvel Observateur "l'opération de sécurisation" menée le 6 janvier devant les établissements scolaires. "Les élèves ont peu apprécié la vérification, les palpations, les fouilles... Cet effet d'humiliation fabrique véritablement la violence. Etre victime d'un tel traitement pousse à effectuer soi-même la transgression : je n'ai rien fait et je suis contrôlé, la prochaine fois, ils auront une bonne raison... L'opération discrédite la justice et la police... L'opération de "sécurisation" fabrique plus la violence qu'elle ne la prévient".
http://permanent.nouvelobs.com/societe/2 0050106.OBS5554.html

Education sans frontières
Pau, Ivry, Bordeaux, Amiens : des enseignants se sont mobilisés dans ces villes pour tenter d'empêcher l'expulsion de jeunes étrangers scolarisés. Le mouvement "enseignants sans frontières" fait connaître ces actions et a réalisé un "Guide des jeunes scolarisés sans papiers" pour faciliter leur régularisation. Le dernier cas communiqué par l'association concerne un Angolais de 10 ans, scolarisé en Cm2 à Paris, dont le frère âgé de 20 ans est expulsable. Ces deux frères sont les seuls rescapés d'une famille massacrée en Angola. Le statut de réfugié politique vient d'être refusé au frère aîné. Les instituteurs de l'école Pierre Larousse (Paris 14ème) ont lancé une pétition.
http://www.educationsansfrontieres.org/

Comment aborder en classe le séisme d'Asie ?
Le séisme du 26 décembre 2004 marquera les esprits par sa force exceptionnelle et ses graves conséquences humaines. Il est difficile de ne pas l'évoquer avec les jeunes. Le Café publie un dossier spécial qui recense des liens pour aborder le sujet en classe dans plusieurs disciplines.
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/ seisme/index.php

Sapin laïc et baladeur
Le Monde du 16 décembre raconte l'histoire du sapin d'un lycée de Lagny, d'abord supprimé au nom de la loi sur la laïcité et "par sécurité" à la demande de deux lycéennes avant d'être restauré spontanément par les élèves. Curieuse affaire qui témoigne d'un climat tendu dans certains établissements.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3208,36-391082,0.html


- Primaire    [ Haut ]

Séjours scolaires et classes de découvertes
Le B.O. publie une nouvelle circulaire sur l'organisation des séjours scolaires et des classes de découverte. Elle met l'accent sur la préparation et l'exploitation pédagogique du séjour : décloisonnement des enseignements, apprentissages transversaux. Elle institue un "livre de bord" qui permet de suivre et piloter la sortie ou la classe de découvertes (avec un s supplémentaire !). Mais le texte précise la circulaire de 1999 sur la sécurité sur des aspects de sécurité. Elle fixe le rôle des inspecteurs de l'académie d'origine, chargé plutôt de la validation pédagogique et de vérifier les qualifications des intervenants, et de l'académie d'accueil qui doit plutôt vérifier la conformité des structures d'accueil.
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/2/M ENE0402921C.htm

Le vidéoprojecteur avec la PMEV
Comment utiliser un vidéoprojecteur en classe quand on pratique la PMEV (pédagogie de maîtrise à effet vicariant) ? Le Bulletin de la PMEV fait le point sur le sujet et présente plusieurs types d'activités et d'utilisations où les professeurs des écoles, en général, trouveront des idées.
http://www.lebulletinpmev.com/articles.p hp?lng=fr&pg=535

AIS Net
AIS Net relie des enseignants de l'éducation spécialisée. A noter les informations tenues à jour sur ce secteur : derniers textes, calendriers etc.
http://aisnet.lautre.net/

Moins d'enfants de deux ans scolarisés
"La scolarisation d'un nombre plus important d'enfants de 4 ans et plus s'est faite au détriment de l'accueil des 2 ans". Analysant l'évolution des effectifs du premier degré à la rentrée 2004, une étude ministérielle souligne à la fois la hausse du nombre d'élèves (+0,5%) et la régression de la scolarisation précoce. Une évolution qui renvoie au débat autour de la scolarisation dès deux ans. L'enquête montre également de fortes disparités territoriales : la France du sud et de l'ouest voit ses effectifs progresser, celle du nord et de l'est baisser.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0437.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html
http://www.cafepedagogique.net/disci/pri maire/57.php#294

La banlieue a une histoire
Issu d'une exposition ouverte à Saint-Denis (93), le site "copains de banlieue" raconte l'histoire de la banlieue nord de Paris. D'où sont venus ses habitants ? Dans quel type d'habitat se sont-ils installés ? Comment vivaient-ils ? Où travaillaient-ils ? Comment se sont passées les guerres ? Cette histoire est racontée aux enfants de façon très ludique. Les enfants sont invités à accompagner des personnages : Marco est le fils d'un Italien d'Aubervilliers au début du 20ème siècle, Najette est la fille d'un Algérien et vit en cité etc. C'est ainsi en jouant que les jeunes découvrent le passé d'une population un peu oubliée dans les manuels. Le site est accessible à tous mais les archives de Saint-Denis proposent des ateliers pédagogiques et des dossiers complémentaires.
http://www.copainsdebanlieue.com

Candidature au Capa Sh
Une circulaire précise les modalités de candidature au certificat d'aptitude professionnelle pour les aides spécialisées, les enseignements adaptés et la scolarisation des enfants handicapés (CAPA - SH).
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/46/ MENE0402739C.htm


- Collège    [ Haut ]

Le module découverte professionnelle en questions
"Envoyer au lycée ces élèves, n'est ce pas renforcer son image de voie de relégation ?" Dans le Courrier 9&10 d'Education & Devenir, Michel Minetti, principal, analyse l'option "découverte professionnelle" mise en place en troisième : mise en place, réglementation mais aussi mise en perspective. Avec une conclusion qui rappelle les enjeux : "arrivera-t-on un jour, au collège, sans exclure, à diversifier les parcours ?".
http://education.devenir.free.fr/actuali te.htm#h_actual

ASSR : nouveaux documents
EduScol publie des fiches pédagogiques actualisées pour l'éducation routière.
http://eduscol.education.fr/D0162/fichpe daASSR.htm

- Lycée    [ Haut ]

Le nouveau bac en 2007
"Les jeunes qui entreront en terminale en septembre 2006 inaugureront (le) nouveau baccalauréat dès juin 2007... D'ici à trois mois la décision sera prise et le bac modernisé". "Serein", à la veille du conseil des ministres qui étudiera son texte, le ministre de l'éducation nationale présente dans Le Parisien son projet de loi d'orientation dur l'école et dresse un bilan très positif de son action personnelle.
http://www.leparisien.fr/home/info/vivre mieux/article.htm?articleid=245957025

L'arrêté sur les TPE au B.O.
L'arrêté qui supprime les TPE en terminale est paru au B.O. Application à la rentrée 2005.
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/1/M ENE0402726A.htm
http://www.tpe-petition.net

Les langues rares au bac
Le J.O. du 12 janvier publie un arrêté autorisant les académies à organiser les épreuves du bac 2005 pour certaines langues rares. Ainsi le basque ne pourra être présenté qu'à Bordeaux et le finnois qu'en Ile-de-France.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENE0402906A

Admissions en CPGE
La procédure d'admission mise en place en 2003 est élargie à de nouvelles formations. Une circulaire établit le calendrier et précise les nouvelles formations concernées. Le texte s'intéresse surtout aux secondes années. Il fixe un ordre de priorité pour les admissions afin de couper court à des abus (élèves livrés à eux-mêmes etc.). Officiellement, les établissements ne pourront plus imposer de changement de lycée.
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/2/M ENS0402918C.htm

- Enseignement professionnel    [ Haut ]

Le BEP menacé par les nouvelles filières
Pour la seconde année consécutive, le BEP voit ses effectifs baisser. En 2002 la filière du BEP en 2 ans comptait 435.731 élèves contre 428.920 en 2004. Ce déclin ne correspond pas à l'évolution de l'enseignement professionnel qui est passé de 698.497 à 713.835 élèves. Il s'explique par le succès des nouvelles filières : le BEP en un an, le CAP en deux ans et l'essor du bac pro, particulièrement du bac pro en 3 ans préparé à l'issue de la 3ème. Pour cette dernière formation le nombre d'inscrits a plus que doublé en un an.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0438.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

Des fermetures en hôtellerie
Des correspondants nous signalent des fermetures de sections particulièrement en hôtellerie. Merci de faire remonter les informations que vous pourriez avoir sur les fermetures d'établissements ou de sections dans cette branche ou une autre.

Rénovation des diplômes
Le B.O. hors série n°8 publie les arrêtés créant ou modifiant 10 CAP et un BEP parus au J.O. en novembre (voir L'Expresso à ces dates). Il rappelle les textes précédents.
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/hs8 /default.htm

Repli de l'apprentissage
Avec 232.800 nouveaux apprentis en 2003, l'apprentissage a à nouveau reculé. Un chiffre qui contrarie l'objectif gouvernemental de 500.000 apprentis. Selon une étude de la Dares (Ministère de l'emploi) le nombre d'apprentis a diminué dans tous les secteurs mais particulièrement dans la réparation auto et le commerce de détail. Parallèlement l'apprentissage se redéfinit : de moins en moins de jeunes sans qualification, davantage de formations débouchant sur un diplôme de l'enseignement supérieur : un tiers des nouveaux apprentis de 2003.
http://www.travail.gouv.fr/publications/ picts/titres/titre2295/integral/2004.12-5 3.3.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

La Lettre de Besançon
Ce sont 51 sites qui sont présentées dans cette nouvelle édition de la Lettre ETP du CRDP de Besançon. Des ressources en bâtiment, électronique, électrotechnique, plasturgie, mécanique, structures métalliques, carrosserie, etc.
http://crdp.ac-besancon.fr/lalettre/accu eil.php

Ouverture de la seconde fac des métiers
Controversée, la seconde faculté des métiers a été inaugurée le 10 janvier à Evry par le président de la région Ile-de-France, principal bailleur de fonds, et le ministre de l'emploi. Elle devrait accueillir dès la rentrée prochaine 3.500 apprentis suivant des formations allant du CAP à la licence. Cette faculté témoigne des engagements des pouvoirs publics et de la région Ile-de-France en faveur du développement de l'apprentissage.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_050110113926.r6cnl7ab.html

Les L.P. parisiens délocalisés en banlieue
"La vraie raison de ces fermetures, c'est qu'il faut supprimer 119 postes d'enseignants l'an prochain dans le secondaire. Alors l'académie a choisi de tailler dans l'enseignement professionnel". Libération cite ces propos d'Eric Ferrand, adjoint au maire de Paris chargé de la vie scolaire, en conclusion d'un article qui évoque les lycées professionnels parisiens "déménagés" en banlieue.
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=266982
http://www.cafepedagogique.net/expresso/ index261204.php

Le rapport sur l'apprentissage
Réalisé par un groupe de travail dirigé par Jean-Paul Anciaux et Patrick Beaudoin, pour le ministre délégué aux PME, ce document fait 20 propositions pour réformer l'apprentissage. On sait que le gouvernement souhaite fortement développer ce secteur de formation. Parmi les propositions on notera la création d'une option "découverte professionnelle" en lycée, afin de continuer l'option de 3ème, l'instauration d'une période en alternance en entreprise en L.P., la modification des dossiers d'orientation en 3ème pour faire connaître l'apprentissage, la création de diplômes d'enseignement supérieur délivrés par apprentissage. Autant de mesures qui effritent l'enseignement général ou professionnel.
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/b rp/notices/044000596.shtml


- Le Café    [ Haut ]

A.G. de l'association CIIP
L'association CIIP, éditrice du Café pédagogique, tiendra son assemblée générale le 29 janvier. Une invitation parviendra prochainement aux membres.
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/ ag05/

[ Haut ]

Archives de la rubrique Informations Professionnelles :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique Informations Professionnelles dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable