Informations Professionnelles (Café N° 66)

Version imprimable Version imprimable


- A la Une : Le travail enseignant se complexifie en Europe

- Le système scolaire

- Vie professionnelle

- Primaire

- Collège

- Lycée

- Enseignement professionnel

Édition du 09-10-2005

- François Jarraud -

- A la Une : Le travail enseignant se complexifie en Europe    [ Haut ]

" En définitive, le malaise enseignant peut paraître lié à l’intensification individuelle du travail qui paraît à des degrés variables dans les différents segments du champ scolaire. Mais le malaise existe aussi à un niveau plus collectif. Le malaise peut parfois être entretenu par les politiques, de sorte que l’acteur enseignant tend dans ce cas à résister au changement plutôt qu’à le porter" Dans un numéro des Cahiers de recherche en éducation et formation du Girsef, Christian Maroy, université de Louvain, synthétise les études sur l'évolution du travail enseignant en Europe et sur les résistances au changement observées partout sur le continent.

En effet partout en Europe le métier change par la diffusion d'un nouveau modèle professionnel correspondant à la fois à des politiques éducatives et à des changements sociaux et culturels. " Le discours modernisateur qui sous-tend nombre de politiques éducatives pourrait donc être abruptement résumé de la façon suivante. Grâce à des établissements plus autonomes, développant des projets éducatifs portés par des enseignants engagés dans une dynamique collective, grâce à des enseignants pédagogues, réflexifs et centrés sur l’apprentissage de l’élève, grâce aussi à un cadrage institutionnel où l’Etat régule et évalue les unités d’enseignement décentralisées, l’école devrait pouvoir affronter les défis auxquels elle est confrontée. Elle devrait devenir simultanément plus juste et plus efficace". Ce nouveau modèle d'Ecole demande une évolution du métier d'enseignant.

Pour C.Maroy cela n'est pas sans conséquences sur le volume et la difficulté du travail enseignant. " On assiste à une diversification et à un accroissement du nombre de tâches demandées formellement aux enseignants dans la plupart des pays européens investigués par Eurydice. Au niveau du travail réel, la littérature semble de plus s’accorder sur un constat d’intensification et de complexification du travail des enseignants. L’intensification se marque moins par un allongement de la durée du travail, que par un alourdissement et une extension des tâches à réaliser, et par une complexification du travail en classe qui constitue le cœur du métier. Simultanément, on peut se demander si on n’assiste pas aussi à une différenciation assez nette des conditions d’exercice du métier selon le type d’établissement où l’on enseigne". C. Maroy souligne également que le temps formel de travail des enseignants ne baisse pas. Même s'il est difficile de calculer leur temps de travail réel (incluant préparations, corrections etc.), les enseignants sont la seule catégorie sociale dont le temps de travail officiel ne baisse pas (et donc augmente relativement).

D'autre part ces évolutions qui visent à modifier l'identité du professeur sont sources de conflit interne. " Les enseignants vivent des sentiments de déprofessionalisation ou de tensions entre leurs orientations normatives et celles des politiques dans la mesure où la dimension « affective » et éducative du métier tend à devoir être mise en veilleuse, au profit d’une logique d’enseignement plus instrumentale. La surcharge de travail peut aussi être paradoxalement liée dans ces contextes aux tentatives des enseignants de satisfaire simultanément les demandes officielles et leurs propres conceptions du métier".

Aussi, pour C.Maroy, la résistance au changement n'est pas conservatisme. Il en renverrait volontiers la responsabilité aux politiques. "Le malaise enseignant face aux politiques de professionnalisation et aux changements du « métier » enseignant, nous semble plus profondément lié à des formes de retrait ou de résistance face aux réformes, lorsqu’elles accentuent la déprofessionalisation des enseignants". Là l'auteur expose une thèse déjà évoquée dans L'Expresso.
http://www.girsef.ucl.ac.be/Cahiers_CREF/042cahier.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/readstep2.html
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index310505.php

- Le système scolaire    [ Haut ]

Un budget contesté
" Le budget de l’enseignement scolaire, de la maternelle à la terminale, atteint 58,47 milliards d’euros. Cette augmentation de 3,65 % est le double de celle du budget total (1,8 %) ; cela manifeste très clairement le caractère prioritaire de l’éducation dans la politique de la Nation". Gilles de Robien a présenté le budget 2006 de l'éducation nationale. Il se traduit par la création de 1000 postes dans le primaire et la suppression de 1383 postes de professeurs dans le secondaire, auxquels il faudrait ajouter, selon les syndicats, 1400 postes de professeurs stagiaires. Le ministre a aussi conformé son intention de supprimer les détachements : "je souhaite appliquer un principe simple, que tout le monde comprendra : un professeur doit être en priorité devant des élèves ! Or, le rapport de la Cour des comptes paru en janvier dernier soulignait qu’il y a encore de nombreux professeurs qui ne sont pas devant des élèves. Nous avons là un potentiel inemployé ; je souhaite lui redonner la possibilité d’enseigner". Il a promis un allégement général des cours de langues en terminales à la rentrée 2006.

Les syndicats ont réagi négativement à l'annonce du budget. Pour le Snes, " le Ministre camoufle l’essentiel de ce qu’est aujourd’hui la situation des établissements et occulte les menaces qui pèsent sur l’avenir du second degré…Tout porte à penser que le PPRE sera financé par un redéploiement d’heures déjà dispensées aux élèves (par exemple les 2 heures d’ATP en 6ème, l’ heure dite « libre » en 5ème et 4ème). Dans ce cadre, les moyens de la politique d’Education prioritaire (ZEP) sont eux aussi menacés". Le Snuipp estime que " le Ministre a multiplié les annonces : scolarisation des enfants handicapés, enseignement des langues vivantes, ZEP, soutien et aide aux enfants en difficulté, direction d'école; les décisions budgétaires les vident de sens !". Le Se-Unsa dénonce les réductions de postes : 3500 dans le primaire en 3 ans, 18 000 dans le secondaire depuis 2003. " Le financement des rares mesures inscrites dans la loi d’orientation (projet personnalisé de réussite éducative, plan langues vivantes) est prévu par la réorientation de moyens existants et donc, au détriment d’autres actions. Au total, les ambitions gouvernementales affichées pour l’école se réduisent comme peau de chagrin. En un an, d’une loi d’orientation et de programmation, on sera passé à une loi de très faibles orientations qu’aujourd’hui le budget 2006 ne finance même plus !"

Pour le Sgen-Cfdt, "la réussite scolaire de tous les jeunes n'est décidément pas la priorité du gouvernement. Non seulement les départs en retraite soit loin d'être compensés mais, qui plus est, le ministère continue de supprimer des emplois… Quand on sait par ailleurs que les PPRE (programmes personnalisés de réussite éducative) devront être financés par des redéploiements, on peut bel et bien affirmer que la réussite scolaire ne constitue pas un objectif, ne serait ce que dans l'imaginaire de ce ministère".
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=200592[...]
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=200592[...]
http://www.sgen-cfdt.org/actu/article906.html

Une circulaire réforme la commission permanente
Le B.O. du 6 octobre publie une circulaire qui met en application les modifications dans la gestion des établissements introduites par la loi Fillon. Il s'agit d'abord de l'augmentation des pouvoirs de la Commission permanente", un conseil d'administration réduit, chargé de traiter les questions pour lesquelles elle reçoit délégation. Le Conseil d'administration est remanié. Dans les établissements techniques et professionnels, son président n'est plus forcément le chef d'établissement mais peut être une "personnalité extérieure" c'est-à-dire quelqu'un méconnaissant l'Ecole. La représentation des élèves est modifiée.

Le même texte établit l'obligation d'un projet d'établissement et d'un contrat d'objectifs dans les établissements. Ce dernier "sur la base des orientations fixées aux niveaux national et académique, il définit des objectifs à atteindre à une échéance pluriannuelle (de 3 à 5 ans) sous forme d’un programme d’actions, dont la mise en œuvre peut être facilitée voire conditionnée par un appui des services rectoraux. Les indicateurs permettant d’apprécier la réalisation de ces objectifs sont mentionnés dans le contrat". L'Ecole française entre ainsi dans la voie glissante du pilotage par les résultats. On en voit pourtant les déviances outre-Atlantique ou en Angleterre. La statistique finit par y devenir la raison d'être de l'école. La tentation d'exclure les difficultés est forte.

Enfin le texte définit l'équipe de direction et le rôle du gestionnaire.
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/36/MENE0502168C.htm

Nouveaux textes d'application de la loi Fillon au B.O.
Le B.O. n°35 publie le décret modifiant le fonctionnement des établissements scolaires en application de la loi Fillon annoncé par L'Expresso du 12 septembre. Il évoque la mission de liaison avec les collectivités locales du gestionnaire, le fonctionnement et l'élection des conseils, la possibilité de choisir le président du conseil d'administration "parmi les personnalités extérieures à l'établissement". Tous ces points refusés par le CSE sont mis en œuvre par le ministre. Une circulaire précise les missions et le recrutement des assistants pédagogiques.
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/35/encart.htm
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index120905.php

La journée d'action du 4 octobre
Combien étaient-ils ? Selon le ministère, 29% des enseignants du premier degré, 37% en collège, 32% en lycée, 25% des ATOS. Pour les syndicats, un enseignant sur deux a fait grève le 4 octobre. Les cortèges ont réuni plus d'un million de personnes selon les syndicats, 470.000 selon la police.

Les syndicats se félicitent : " le gouvernement ne peut laisser en l’état ses projets et ses décisions sur la précarisation accentuée, sur les salaires et l’avenir des services publics" affirme l'Unsa. " Le Ministre de l’Education nationale doit répondre maintenant aux exigences des personnels largement soutenues par l’opinion publique" réclame le Snuipp.

Ca semble mal parti : pour le ministre la journée d'action est un échec : "la grève d’aujourd’hui a été moins suivie que ne l’avaient annoncé les syndicats, c’est sans doute (à cause de)… la qualité de la concertation avec les partenaires sociaux depuis trois mois".

Pour E. Davidenkoff, dans Libération, "la mobilisation du monde de l'éducation pourrait signer la fin des illusions pour le ministre de l'Education nationale : les déclarations d'amour réitérées de Gilles de Robien n'ont pas entamé la mauvaise humeur de personnels qui ont le sentiment qu'on leur demande toujours plus avec toujours moins".
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=200510[...]
http://www.liberation.fr/page.php?Article=328426

L'orientation et l'entreprise
Annoncé dans L'Expresso du 9 septembre, le rapport de la députée I. Tharin sur l'orientation scolaire est maintenant publié. Il voit dans les entreprises le recours aux maux, bien réels, dont souffre l'orientation scolaire. Ainsi, I. Tharin déplore que "la formation des C.O.P. (conseillers d'orientation) a été essentiellement basée sur la psychologie". Elle demande donc une refonte de leur recrutement et des stages obligatoires en entreprise. Finalement, à ses yeux, c'est la vie professionnelle qui justifie les enseignements : "il faut donner du sens en expliquant aux élèves l'utilité professionnelle et sociale de sa discipline". Ces excès font oublier quelques propositions de bon sens : améliorer l'éducation à l'orientation en prévoyant un temps ad hoc dans les emplois du temps et un programme, valoriser ce que l'élève sait faire par exemple.

I. Tharin demande également une réforme du BEP : la seconde professionnelle devrait ouvrir sur des BEP moins étroits et au bac pro en 2 ans. Mais faut-il diminuer la valeur professionnelle de certains BEP et bacs pros encore recherchés ?
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/054[...]
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index090905.php

L'Université demande des moyens
"Nous sommes prêts à assumer la mission de recevoir tous les jeunes qui ont eu plus de 10 au bac, nous sommes contre la sélection à l'entrée de l'université, mais il faut qu'on nous donne les moyens de les faire réussir" demande, selon l'AFP, la Conférence des présidents d'université. Elle souligne l'écart de moyens entre université et classes préparatoires. Les premières ont les élèves les plus faibles et peu de crédits.
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]

La lente scolarisation des enfants handicapés
"Avant l'annonce de son handicap, Louis, pourtant bon élève, était parfois considéré comme "pas très courageux". "Il a passé plusieurs récréations à devoir réécrire ses cahiers, explique sa mère. Juste parce qu'au bout d'un moment, il lui devenait difficile de lire et d'écrire en même temps. Mais sa maîtresse ne pouvait pas le savoir… A l'heure actuelle, - c'est un environnement - adapté car Louis voit encore. Mais si sa vue continue de baisser, cela deviendra dur". Le Monde publie un intéressant dossier sur la scolarisation des enfants handicapés depuis le vote de la loi de février 2005 qui l'ordonne.

En fait plusieurs milliers d'enfants sont encore laissés hors de toute structure comme le révèle le procès gagné par une famille contre l'Etat pour défaut de scolarisation. A l'Ecole, la situation n'est pas toujours facile. Le Monde cite le cas de Clairvine, scolarisée en CE1. Elle souffre de troubles de la personnalité. Sa maîtresse "n'a bénéficié d'aucune formation, d'aucun conseil... Elle est allée se documenter sur Internet".

Pour le président de l'Unapei, " La loi est un acte politique fort. Mais elle ne va pas résoudre les problèmes de scolarisation d'un coup de baguette magique". La présidente d'Autisme France appelle les parents d'enfants handicapés à saisir la justice pour faire respecter leur droit à être scolarisés.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-695903@51-696019,0.html
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-695904@51-696019,0.html
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-695905@51-696019,0.html

L'OZP intervient dans le débat sur les ZEP
Plutôt que sembler découvrir cette réalité et vouloir tirer un trait sur les ZEP, mieux vaut engager, comme prévu, des expérimentations, en choisissant un petit nombre de territoires où il est urgent de rendre à l’Education nationale la capacité d’être efficace. L’OZP, pour sa part, a déjà présenté des analyses et des propositions précises en demandant la création de sites urbains prioritaires en éducation (SUPE)". L'Observatoire des zones prioritaires répond ainsi à la diffusion médiatique des résultats d'une enquête (voir l'Expresso du 19 septembre). Dans une lettre au ministre l'OZP demande que l'on cible certains territoires en concentrant sur eux les moyens de l'Etat.
http://www.association-ozp.net/article.php3?id_article=1071).
http://www.association-ozp.net/article.php3?id_article=1456
http://www.association-ozp.net/article.php3?id_article=1455

Le petit livre rouge de la Desco
Comme le célèbre petit Livre, la couverture est rouge et le contenu décevant. Pour la Direction de l'enseignement scolaire "Les dossiers de l’enseignement scolaire font le point sur les orientations et les chantiers prioritaires de la politique éducative française et sur leur pilotage pédagogique par la Direction de l’enseignement scolaire… Pour chaque thème sont proposés une information qui situe les données et les enjeux de la question, précise l’esprit et les objectifs des évolutions en cours ; des contacts avec les personnes compétentes sur le sujet traité, au sein de la Direction de l’enseignement scolaire ; des ressources documentaires".

Mais on est frappé de la distance qui sépare les affirmations de l'ouvrage avec les réalités du terrain. Prenons quelques exemples. Ainsi à propos de l'éducation à l'environnement pour un développement durable, l'ouvrage affirme "depuis la rentrée 2004, les élèves bénéficient d’une éducation à l’environnement pour un développement durable (EEDD) qui leur assure une formation progressive tout au long de leur cursus scolaire" alors que la mise en place de l'EEDD ne concerne encore qu'une petite minorité d'établissements. A propos des TICE, il présente un large déploiement du B2i ce qui semble là aussi éloigné de la réalité. L'ouvrage donne la même impression que certaines circulaires, celle de la confusion entre l'injonction et le pilotage éducatif.
http://eduscol.education.fr/index.php?./D0039/actualites200[...]

Une rubrique d'aide juridique
La répartition des élèves dans les classes est-elle une mesure d'ordre intérieur ? Quelles limites à l'obéissance des élèves ? L'Ecole supérieure de l'éducation nationale ouvre une intéressante chronique juridique qui fait le point sur la jurisprudence en matière éducative. Ainsi cet arrêt qui rappelle l'obligation de politesse et d'obéissance des élèves. Objet d'une colle de 2 heures pour manquement à la première obligation, un élève peut-il être excusé par son père ? Cette chronique est d'autant plus précieuse que l'Ecole n'échappe pas à la judiciarisation de la société.
http://www.esen.education.fr/actualites/

Des assistants pédagogiques pour le soutien scolaire
" Les assistants pédagogiques assurent une fonction de soutien et d’accompagnement aux élèves en difficulté qui ont besoin d’une aide scolaire… L’objectif premier est de permettre aux élèves de préparer les examens dans les meilleures conditions : il s’agit donc d’offrir une aide méthodologique et une aide au travail personnel dans le cadre des programmes enseignés". Pour cela 1 500 assistants d'éducation seront affectés dans 361 lycées où se concentrent des difficultés a annoncé G. de Robien le 23 septembre. Le même jour, un décret paru au Journal officiel précisait que ces assistants seraient recrutés parmi des étudiants se préparant aux carrières de l'enseignement titulaires d'un DEUG. Ils sont embauchés pour 36 semaines.
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=200592[...]
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=ME[...]

Versailles sous les feux de l'inspection
"L'académie de Versailles a vu ces dernières années ses résultats scolaires baisser progressivement. Depuis la fin des années 1990, elle s'est peu à peu écartée de la moyenne nationale avec un décrochage particulièrement préoccupant des résultats de la fin du collège et du baccalauréat technologique et professionnel. Rien, pourtant à première vue, n'explique une telle situation. Sa population est nettement plus favorisée que la moyenne, elle bénéficie d'équipes d'encadrement et d'enseignement formées et expérimentées, elle a une longue tradition d'innovation administrative et pédagogique". Le rapport d'évaluation de l'enseignement dans l'académie de Versailles, rédigé par l'Inspection générale, concerne la première académie de France avec un million d'élèves et un budget de près de 4 milliards d'euros. Il cherche à expliquer et à remédier à ce paradoxe. Les causes semblent à la fois locales et nationales.

Nationales d'abord : Dieu est loin et Paris est si proche. Lors de la création de l'académie, Versailles a été mal dotée. Cela a pu être compensé localement par des interventions politiques fortes qui ont creusé des inégalités dans l'académie. Mais, si proche de Paris, l'académie est pourtant délaissée par le ministère : "à leur arrivée, les recteurs successifs, pour la plupart, ont adressé au cabinet du ministre un diagnostic académique et des propositions d’action. Aucune réponse ne leur est parvenue, aucune feuille de route ne leur a jamais été donnée".

Il y a aussi des facteurs internes. "Dans l’académie de Versailles, le référent implicite et assez bien partagé de la réussite scolaire est celui de l’intégration dans la voie générale et plus particulièrement dans la série scientifique. En résulte un surinvestissement sur le LEGT et plus particulièrement sur la seconde générale et technologique, niveau clé de l’orientation vers la voie générale, au détriment, d’une part du premier degré et du collège (et par conséquent de la voie générale) et d’autre part des deux autres voies de formation. En dehors de ce modèle dominant de la réussite, non adapté à l’extrême diversité de la population scolaire, le discours se focalise sur la réparation (améliorer les résultats, fluidifier les parcours et rééquilibrer les flux) et non sur l’ambition".

Beaucoup d'énergie semble dépensée au bénéfice de la discipline scolaire et de la surveillance avec, semble-t-il une certaine contre-productivité éducative. Le rapport cite le cas d'un collège de 500 élèves, éloigné des caractéristiques ZEP, qui a distribué 122 sanctions, allant du blâme à l'exclusion en 2003-2004. Dans certains établissements "Il n’est pas mis fin à des vexations ou à des humiliations ou parfois à de fortes incitations à la démission".

Les recommandations du rapport répondent-elles aux difficultés académiques ? Le rapport souhaite un rééquilibrage des académies franciliennes. Il demande davantage de pilotage académique et "une grande marge d'initiative maîtrisée " pour les différents acteurs, "un micro pilotage permanent".
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/syst/igen/enseignement_versailles.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/readstep2.html

Langues : Réactions syndicales
Pour le Snuipp, " pour augmenter encore les progrès des élèves, par exemple en compréhension orale, les efforts doivent porter sur la formation initiale et continue des enseignants ainsi que les conditions matérielles et pédagogiques de cet enseignement. Il faut, par exemple, que les effectifs soient allégés". Le Se-unsa souligne lui que "le plan de rénovation des langues proposé par le ministère et l’adoption du cadre européen de référence ne s’accompagnent d’aucun effort en matière de formation et de recrutement… Enfin, la cohérence n’est toujours pas au rendez-vous : un élève qui commence l’apprentissage d’une langue vivante à l’école primaire n’a toujours pas l’assurance de le poursuivre l’année suivante puis au collège".
http://www.se-unsa.org/presse/comm/page.php?id=050927
http://www.snuipp.fr/article2659.html

- Vie professionnelle    [ Haut ]

La laïcité soude les enseignants
A travers les générations, les valeurs laïques continuent à souder les enseignants. Selon un sondage réalisé par CSA pour le Se-Unsa auprès de près de 2000 étudiants en IUFM, 98% des futurs enseignants estiment que la laïcité à l'école est quelque chose d'important et près de 9 sur 10 sont favorables à la loi sur le voile. Des taux qui montrent que la culture professionnelle est bien transmise même si la moitié des étudiants n'ont reçu aucune formation sur la loi de 2004 sur le voile.

Ce qui confirme la transmission c'est aussi la définition traditionnelle qui est faite de la laïcité. Si pour deux étudiants sur trois, elle se définit comme "l'apprentissage du vivre ensemble", près d'un sur deux évoque "l'apprentissage de l'autonomie du jugement fondé sur la raison", une définition que n'auraient pas reniée les pères fondateurs. Pour consolider la laïcité, l'accès à une école publique de proximité leur semble plus efficace que la promotion de la mixité sociale ou l'enseignement de l'histoire de la colonisation ou de l'immigration.

Huit étudiants sur dix définissent l'enseignement du fait religieux comme celui du rôle culturel et historique des religions. On ne sait malheureusement pas ce qu'ils pensent de son utilité.

Par ailleurs le Se-Unsa a réagi à la publication du rapport de l'Inserm sur les "troubles des conduites". Pour le syndicat, ce rapport "provoque gêne et malaise. L'approche scientifique est détournée pour des conclusions inquiétantes qui ressemblent parfois aux propositions du rapport Benisti. Les caractéristiques de l'adolescence sont parfois assimilées à des symptômes. L'enfance, dans cette expertise, est déjà suspectée". Pour le Se-Unsa, "on demande à l'Ecole de jouer le rôle d'indics du comportement… Une société du "tout médical" se profile pour le plus grand bien des laboratoires pharmaceutiques".
http://www.se-unsa.org/index.htm

Une journée d'action en novembre ?
Selon l'AFP, le Snes souhaiterait lancer une journée d'action intersyndicale en novembre. Le syndicat organisera également des manifestations le 12 octobre pour protester contre les remplacements imposés.
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]

Concours
Le B.O. publie deux "notes de commentaires" relatives au Capet et Caplp des industries graphiques et au concours des plp de maths-sciences physiques.
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/36/MENP0501941X.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/36/MENP0501942X.htm

Les jurys des concours
Le B.O. 34 publie les noms des présidents de jury des concours.
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/34/encart.htm

Mutations Polynésie et Mission laïque
Deux notes publiées au B.O. 36 précisent les conditions de candidature aux postes de la Mission laïque française à l'étranger et des mises à disposition de personnels du second degré en Polynésie.
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/36/MENP0502072N.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/36/MENP0502062N.htm

Le lundi de Pentecôte sera férié mais…
Selon Le Figaro, les cours vaqueront le lundi de Pentecôte. Mais un projet d'arrêté prévoirait pour les enseignants une journée de concertation sur le projet d'école dans le primaire. Dans le secondaire, une journée consacrée au "projet de contrat d'objectifs" ou à l'action et "en faveur de l'orientation et de l'insertion professionnelle des jeunes " sera exigée. Les dates de ces journées seraient fixées par le chef d'établissement ou les I.E.N. Le projet s'inspire donc du rapport Léonetti qui préconisait de " demander aux enseignants de participer à une journée ou à deux demi-journées de travail, sans la présence des élèves. Ce temps pourrait par exemple être consacré à l’étude du projet d’école et d’établissement ainsi qu’aux "contrats d'objectifs" liant l'établissement et l'autorité académique, aux termes de la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’École du 23 avril 2005".

L'année dernière la moitié des salariés n'ont pas participé à la "journée de solidarité" et dans de nombreux établissements les élèves s'étaient abstenus de venir.
http://www.lefigaro.fr/france/20050922.FIG0187.html?082420
http://www.cafepedagogique.net/disci/actu/65.php

La responsabilité des enseignants
L'année a commencé avec la condamnation d'enseignants, par exemple pour des faits survenus lors de stages en entreprises. L'évolution de la jurisprudence amène "Les dossiers de l'enseignant" à faire le point sur la responsabilité des enseignants. Le numéro rappelle les textes réglementaires, donne des conseils sur des cas précis (surveillance au primaire, risques en EPS etc.) et milite pour une clarification.
http://www.se-unsa.org/page_dossier.html

Un directeur relaxé
Selon l'AFP, un directeur d'école qui avait tardé à signaler un viol a été relaxé du chef de "non- dénonciation de mauvais traitement sur personne vulnérable". Il avait été condamné en première instance.
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]

Condamnation d'un prof après un accident
Selon l'AFP, la Cour de Cassation a confirmé la condamnation d'un professeur de gymnastique, rendu responsable d'un accident de voilier en 1993.
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]

Journée mondiale des enseignants
Le 5 octobre, l'Unesco, l'Unicef et d'autres grandes organisations internationales fêtaient la Journée mondiale des enseignants. Cet événement est honoré dans de nombreux pays… mais pas en France.
http://portal.unesco.org/education/fr/ev.php-URL_ID=32260&U[...]

Un décret institue le régime additionnel de retraite des enseignants du privé
Publié au Journal Officiel du 1er octobre, un décret met en œuvre la loi du 5 janvier 2005. Il crée un régime de retraite additionnel pour les professeurs du privé qui devrait permettre un relèvement progressif, sur 20 ans, de leur retraite. Le taux sera progressif passant de 5% à 10% d'ici 2030. L'objectif est de réduire l'écart entre la retraite des enseignants contractuels et la pension des enseignants du public.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=ME[...]
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index070705.php

A Nice les vacataires campent devant le rectorat
Selon l'AFP, des vacataires de l'éducation nationale sans travail entament leur seconde semaine de camping sauvage devant le rectorat de Nice.
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]

Le RESF se félicite de la libération de Guy Effeye
"Pour le Réseau Education Sans Frontières, cette libération est une victoire et la justification de son combat quotidien pour la régularisation des jeunes sans papiers". Le RESF se félicite de la libération de Guy Effeye, un jeune Camerounais, père de famille en France, qui était menacé d'expulsion. Pour le RESF, "c’est aussi une remarquable leçon de citoyenneté et de démocratie : à travers cette lutte exemplaire, des jeunes de Seine Saint-Denis ont donné une belle leçon de démocratie et de citoyenneté en acte. Organisés, actifs, responsables, déterminés, ils ont su avec leur profs, les personnels du lycée Jacques Feyder, les militants du Réseau Education Sans Frontières, gagner une formidable bataille de la solidarité. Nul doute que leur exemple aura été entendu dans beaucoup d’autres lycées de France : sur la régularisation des jeunes sans papiers scolarisés, la mobilisation est possible, elle peut gagner".
http://www.educationsansfrontieres.org/
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index160905.php

La grève des inspecteurs
"Le contexte actuel a encore durci notre tâche. Le discours public sur l'école est très négatif ces dernières années. Comment voulez-vous valoriser les enseignants qui s'impliquent, c'est-à-dire l'écrasante majorité, quand vous êtes confronté à la fois à un discours public négatif sur l'école, qui vient parfois des ministres, et à un système qui offre très peu d'outils de reconnaissance ?... Résultat, tout ressort ­ notamment le fait que la carrière ne soit pas très attractive : nous terminons au même salaire que si nous étions restés professeurs des écoles". Il est rare d'entendre les inspecteurs de l'Education nationale, à la fois cadres de l'institution et garants de l'Ecole publique, parler aussi franchement de leurs difficultés. Ils ont entamé une grève administrative pour manifester leur désarroi. C'est le projet institutionnel qui est interrogé par leur grève. Ainsi Jean-Pol Rocquet souligne la faiblesse du pilotage : " le plus grave, c'est le gouffre qui sépare les injonctions de la réalité". Pour s'en convaincre lire la circulaire de rentrée...
http://www.liberation.fr/page.php?Article=324678

Des mesures pour les inspecteurs
Le ministre a proposé aux inspecteurs, en grève administrative, un relèvement indemnitaire. Pour le Sgen Cfdt, il est urgent d'unifier les corps d'inspection. " Il ne s'agit pas seulement d'une question d'égale reconnaissance des personnels mais surtout de créer un outil nécessaire pour mener une véritable évaluation du système éducatif et conduire une politique éducative cohérente dans l'intérêt des jeunes".
http://www.sgen-cfdt.org
http://www.unsa-education.org/sien/

Handicap : Un dispositif expérimental de formation
L'IUFM C. Freinet de Nice et l'Inspection académique des Alpes maritimes mettent en place un dispositif destiné à renforcer la formation des professeurs de école stagiaires à la prise en charge des élèves handicapés et à l'enseignement en Clis ou en Upi et à ouvrir aux enseignants exerçant dans ces classes l'accès aux stages de formation. 31 professeurs des écoles stagiaires et 15 titulaires se sont portés candidats.
http://www.iufm.unice.fr/

- Primaire    [ Haut ]

Mouvement
Une note de service rappelle l'ensemble des procédures mises en œuvre cette année pour le mouvement interdépartemental. Elle fixe le calendrier. La saisie des vœux débutera le 7 novembre.
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/36/MENP0502063N.htm

L'éducation avant 6 ans
Politiques d'accueil, formation des enseignants, adaptation à la scolarisation, approches pédagogiques : Marie Gaussel, sur le site de l'INRP, fait le point sur la littérature scientifique de plusieurs pays (France, Etats-Unis, Royaume-Uni principalement). Elle nous offre ainsi un riche panorama des situations et des recherches en cours.
http://www.inrp.fr/vst/LettreVST/octobre2005.htm

Comment évaluer ?
"PrimLangues, le site d’accompagnement de l’enseignement des langues vivantes à l’école primaire, lance son cinquième forum du 3 octobre au 25 novembre 2005 sur le thème « Comment évaluer en classe de langue en cycle 3 ?»". Le forum est ouvert aux enseigants et formateurs du premier degré. Ils pourront y échanger sur leurs pratiques et adresser des questions à un groupe d’experts composé d’inspecteurs et de conseillers pédagogiques. Une bibliographie sur le thème est déjà disponible sur le site.
http://www.primlangues.education.fr/php/forums.php

L'éclipse de l'école…
" L'éclipse de Soleil qui s'est déroulée lundi matin a révélé les défaillances de l'Education nationale. La mise en place d'animations pédagogiques, voire de consignes sanitaires, a laissé à désirer" annonce TF1 qui cite un certain nombre de "cafouillages". En effet on pouvait lire, sur les listes de discussion spécialisées, des appels au secours d'enseignants dépourvus de moyens efficaces de protection des élèves. Il faut aussi signaler des expériences pédagogiques, telle celle des enfants du "réseau météo".
http://news.tf1.fr/news/sciences/0,,3250664,00.html
http://www.studentsoftheworld.info/sites/ecoles/180.php

Paris en péniche avec Les Gavroches du monde
L'association Les Gavroches du monde organise des visites de Paris pour les classes de découverte et les centres de vacances. Elle propose par exemple de dormir sur une péniche au cœur de Paris.
http://www.lgdm.org/

Le Se-Unsa appelle au report du premier conseil d'école
"En attendant le carton d'invitation à la table des négociations", le Se-Unsa appelle les directeurs d'école à la grève du zèle. Il leur demande d'organiser l'élection des représentants des parents par correspondance uniquement et la première réunion du conseil d'école dans la semaine du 28 novembre au 2 décembre.
http://www.se-unsa.org/presse/comm/page.php?id=050930

La grève des directeurs
Le Monde évoque dans son numéro du 19 septembre le "ras le bol des directeurs d'école" qui entament leur 6ème année de grève administrative. " Je suis DRH pour les personnels municipaux dans l'école. Je suis secrétaire, assistante sociale, standardiste, chef de travaux quand il y a une fuite, intendante pour les commandes, concierge pour surveiller l'entrée. Et météorologue, quand la mairie me demande en novembre combien de sacs de sel il faut commander pour les gels à venir dans la cour de recréation !" évoque une directrice. Plus simplement on leur demande une curieuse bivalence : devenir chef d'établissement tout en restant instit. L'intersyndicale Se-Unsa, Snuipp, Sgen les appelle mercredi 21 à une "journée nationale d'action".
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-690461@51-653571,0.html
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-690462@51-653571,0.html

Succès de la journée d'action des directeurs
A Strasbourg, les directeurs d'école se sont cotisés pour offrir un sonotone au ministre accusé d'être sourd. A Marseille ils ont affrété une galère. Un peu partout ils se sont rassemblés devant les inspections académiques. Le mouvement d'action des directeurs d'école dure depuis des années. Pour l'intersyndicale Snuipp, Sgen et Se-Unsa, qui se félicite de l'ampleur de cette journée, "il y a urgence à sortir de l’impasse dans laquelle se trouve ce dossier, en traitant, sur le fond, les demandes des personnels".
http://permanent.nouvelobs.com/social/20050921.OBS9818.html
http://www.se-unsa.org/presse/comm/page.php?id=050921

- Collège    [ Haut ]

La loi sur le voile critiquée par l'ONU
"A double tranchant ". C'est ainsi, selon Le Monde, qu'Asma Jahangir, rapporteur sur la liberté religieuse de la commission des droits de l'homme de l'ONU, a défini l'application de la loi sur le voile. Pour elle, "L'application de la loi semble bien se passer. Elle a eu un effet positif : elle protège les jeunes filles que leurs familles veulent forcer à porter le foulard. Mais la loi a aussi donné lieu à de nombreux débordements, dont on peut se demander s'ils ont toujours été bien mesurés par les autorités… Dans de nombreux cas, l'application de la loi par les établissements scolaires a conduit à des abus, qui ont provoqué des sentiments d'humiliation, en particulier parmi les jeunes filles musulmanes. Ces situations sont susceptibles de radicaliser les croyances religieuses"
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-694107@51-687857,0.html

- Lycée    [ Haut ]

Epreuve de théâtre au bac
L'épreuve de théâtre aux bacs généraux et technologiques est modifiée pour l'épreuve d'entretien.
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/36/MENE0502061N.htm

Le B2i généralisé au lycée en 2006
Une nouvelle circulaire suffit-elle à impulser de nouvelles pratiques éducatives ? Le B.O. du 22 septembre publie une circulaire qui définit les objectifs de "la maîtrise des TICE" à l'Ecole, une des 5 composantes du futur "socle commun", et annonce le déploiement du B2i au lycée à la rentrée 2006.

La formation aux TICE vise à" dispenser à chaque futur citoyen la formation qui, à terme, lui permettra de faire une utilisation raisonnée des technologies de l’information et de la communication, de percevoir les possibilités et les limites des traitements informatisés, de faire preuve d’esprit critique face aux résultats de ces traitements et d’identifier les contraintes juridiques et sociales dans lesquelles s’inscrivent ces utilisations".

Pour cela le ministère annonce la généralisation du B2i dans les lycées et CFA à partir de la rentrée 2006. Cette année, ils sont invités à faire passer le B2i collège aux élèves qui ne l'auraient pas. Des "feuilles de position" permettant l'évaluation des compétences sont annexées au texte.

Enfin le texte recommande de désigner un "coordinateur pour les TICE" dans chaque établissement. Il sera chargé du pilotage des TICE et sera aidé d'un référentiel. La circulaire rappelle que le B2i, pour être valide, doit faire intervenir au moins deux disciplines. Il veut donc être prescripteur de l'introduction des TICE dans les disciplines.

La situation des TICE dans l'Ecole française est paradoxale puisque les établissements sont globalement bien équipés (au dessus de la moyenne européenne). Cependant, l'enquête internationale PISA a révélé que les lycéens français (15 ans) avaient le plus faible taux d'utilisation des TICE en classe de tout le continent européen. Plus récemment, l'Union nationale des lycéens rappelait que, vus des lycéens, les taux d'équipement sont trompeurs : "ces chiffres perdent tout leur sens lorsque l'on sait que ces ordinateurs sont peu voire jamais accessibles aux lycéens. Ils restent généralement réservés à des travaux précis dans des disciplines spécifiques au détriment d'utilisations plus larges".

La diffusion du B2i dans les établissements est difficile, particulièrement au collège. Une étude récente du Café évaluait à environ un collège sur deux les établissements ayant mis en place le B2i. Encore sa diffusion repose-t-elle souvent sur le seul professeur de technologie.

Les spécialistes s'affrontent pour expliquer ces retards accumulés. Une circulaire peut-elle changer cet état de fait ?
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/34/MENT0501853C.htm

- Enseignement professionnel    [ Haut ]

Champions grâce au PPCP
"Lorsque nous avons commencé à travailler sur ce projet de mallette pédagogique, nous étions en classe de BEP « Vente action- marchande ». Notre programme comportait un module intitulé "Projets pluridisciplinaires à caractère professionnel", dans lequel nous devions mener un projet de création d’entreprise virtuelle. Lorsque nous sommes passés en classe de Bac Professionnel Commerce, ce projet nous tenait tellement à cœur que notre classe, composée de 15 élèves (11 filles et 4 garçons) a souhaité aller plus loin en produisant et commercialisant la mallette pédagogique, en respectant les démarches du marketing". Les élèves de Bac pro commerce du L.P. Aristide Briand d'Orange ont remporté le concours Initiatives jeunes des meilleurs projets pédagogiques de création d’entreprise avec leur projet de "mallette pédagogique". Il s'agit en fait d'un jeu type Trivial Poursuite qui permet de réviser en s'amusant le programme du bac pro commerce. Les élèves ont trouvé un éditeur et le jeu est distribué. Un bel éloge des PPCP.
http://www.apce.com/index.php?rubrique_id=162&type_page=I
http://www.lyc-briand-orange.ac-aix-marseille.fr/
http://www.lyc-briand-orange.ac-aix-marseille.fr/actualite/

Cap arts du bois
Le J.O. du 24 septembre publie l'arrêté modifiant le cap "arts du bois à trois options". Première session du nouveau cap en 2006.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=ME[...]

Bac pro menuisier agenceur
Le B.O. publie l'arrêté du 11 juillet créant le bac pro "technicien menuisier-agenceur'". Première session en 2007.
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/36/MENE0501481A.htm


[ Haut ]

Archives de la rubrique Informations Professionnelles :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique Informations Professionnelles dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable