Informations Professionnelles (Café N° 74)

Version imprimable Version imprimable

- A la Une : 8 700 postes supprimés

- Le système scolaire

- Vie professionnelle

- Primaire

- Collège

- Lycée

- Enseignement professionnel

- Le Café

Dossier spécial

Édition du 24-06-2006

- François Jarraud -

- A la Une : 8 700 postes supprimés    [ Haut ]

Robien annonce la suppression de 8700 postes et affronte une inconnue : les enseignants accepteront-ils de gagner moins et de travailler gratuitement ?

Finalement ce sont 8 700 postes qui seront supprimés au budget 2007 de l'enseignement scolaire. Cela correspond précisément à la baisse de 3 600 postes aux concours, à 1 800 postes supprimés dans le secondaire et à 3 000 postes récupérés en supprimant des décharges. "Le taux d'encadrement des élèves ne changera pas en 2007" a précisé le ministre à l'AFP. Pour le ministre des finances, T. Breton, "nous avons fait des audits qui démontrent qu'il y a des endroits ou on peut faire autrement avec un petit moins et bien c'est la responsabilité d'un gouvernement que de faire en sorte de donner les moyens disponibles pour préparer l'avenir sans pour autant évidemment obérer nos missions".

Car ces suppressions de postes ne sont possibles que par la "récupération" des décharges. Dès le 9 mai, le Café avait présenté cet audit et annoncé sa cible. Il vise la suppression de la totalité des décharges horaires des enseignants du second degré : heures de première chaire, pondération de STS, associations sportives, CCPN, heures de laboratoire, coordination EPS etc. Pour les auteurs de cet audit, ces décharges ne sont pas justifiées. Ainsi, " avec l’ouverture très large de l’enseignement du second degré depuis la fin des années soixante à des publics nouveaux, socialement et culturellement moins favorisés que ceux du lycée d’antan, les défis pédagogiques à relever et l’obligation de résultat assignée aux enseignants ne se concentrent plus dans la phase ultime de la scolarité secondaire : les difficultés à surmonter se rencontrent, pour les élèves comme pour les professeurs, tout au long de celle-ci" et, par conséquent l'heure de première chaire n'est pas légitime. Pour la pondération en STS, " le régime dont bénéficient les enseignants dans les sections de techniciens supérieurs (STS) trouve sa justification initiale dans le travail supplémentaire demandé aux enseignants du fait du public de ces classes. Cependant, le dispositif ne tient pas compte de la durée réelle de la période d’enseignement. En effet, l’année scolaire (36 semaines) est amputée, en premier lieu, du fait des examens qui sont organisés tout au long du mois de mai et, en second lieu, par les stages des étudiants d’une durée moyenne autour de huit semaines (quatre à seize semaines selon les spécialités)". Les heures d'animation d'association sportive "ne recouvrent pas toutes une activité réelle ou suffisante" ce qui justifie leur suppression.

Au total, le rapport a calculé que, si ces décharges correspondent à 28 000 postes, le gouvernement pourrait en récupérer 11 880 (6 580 au titre de la première chaire, 4 060 pour les pondérations STS, 800 pour les associations sportives par exemple).

Ainsi essaie-t-il une nouvelle approche pour atteindre son but : réduire le budget de l'éducation nationale. La première mesure a consisté à réduire la durée de l'enseignement : c'est ainsi qu'ont été financés les dédoublements en langues (par les TPE de terminale) et le plan Ambition réussite (une demi-heure de cours de moins de collège).

Il tente maintenant la réduction des salaires et le travail gratuit. Souvent ces décharges se traduisent en heures supplémentaires. La perte salariale liée à leur suppression a déjà été calculée par Bercy : 1480 euros par an, soit environ 6% de moins sur la fiche de paie d'un enseignant. Est-ce raisonnablement acceptable ? Supprimer les décharges permettrait de maintenir l'encadrement des élèves à condition que les enseignants acceptent de travailler davantage gratuitement. Cette alternative est-elle raisonnablement acceptable alors que les horaires de travail ont diminué pour toutes les autres professions ?
Article du Figaro
http://www.lefigaro.fr/eco/20060613.FIG000000167_a_l_educat[...]
L'Expresso du 9 mai
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index090506.php
L'audit qui inspire ces mesures (en pdf)
http://www.performance-publique.gouv.fr/pdf/audit/audit_2/r[...]

Syndicats : Rendez-vous à la rentrée
"La suppression annoncée de 8700 postes d’enseignants au budget 2007 constitue une attaque sans précédent de l’Education nationale" affirme le Se-Unsa. " Après plusieurs années de coupes successives, cette mesure touchera notre système éducatif en plein cœur. Elle programme une dégradation générale des conditions de travail qui réduit à néant toute prétention à améliorer la réussite des élèves. L’économisme cynique est aux postes de commande. Les objectifs théoriques de la loi d’orientation n’y auront pas survécu plus d’un an. La disparition de 3600 postes d’étudiants stagiaires claque la porte au nez de milliers d’étudiants qui auront préparé en vain depuis plusieurs années les concours d’enseignants". Le Se-Unsa estime que " l’heure est à la construction de la mobilisation" et appelle à l'unité.

Pour le Sgen Cfdt, " ce gouvernement est totalement irresponsable. Irresponsable quant à l’avenir du service public d’Éducation, irresponsable quant à l’avenir des jeunes, irresponsable ... et condamnable. Le Sgen-CFDT n’acceptera pas qu’on obère totalement le fonctionnement du service éducatif".

"Qui peut croire à la volonté ministérielle en matière de scolarisation d’enfants en situation de handicap, de Zones d’Éducation Prioritaire, de soutien et d’aide aux enfants en difficulté ou encore de direction d’école " interroge le Snuipp. "Le gouvernement doit revoir sa copie. L’avenir de l’école et la réussite de tous les enfants appellent un investissement dans les dépenses d’éducation à l’opposé des choix budgétaires envisagés pour la rentrée 2007. Le SNUipp proposera dès la rentrée une action unitaire de haut niveau".

Le Snes " s’élève contre cette mise à sac du second degré. Dans ces conditions il sera impossible d’atteindre les objectifs que doit se fixer le système éducatif. Le SNES propose que soit mise dès maintenant en débat auprès des enseignants une action de grève unitaire dès la période de rentrée".
http://www.se-unsa.org/
http://www.sgen-cfdt.org/actu/article.php3?id_article=1109
http://www.snuipp.fr/article.php3?id_article=3478

Action le 6 septembre
Les fédérations de l’éducation (Faen, Ferc-Cgt, Fsu, Sgen-Cfdt, Unsa Education), réunies le 19 juin, dénoncent les arbitrages budgétaires du gouvernement qui conduiront à réduire considérablement les moyens du service public. Les fédérations dénoncent une politique à courte vue, rétrograde dans ses choix et dangereuse pour l’avenir. Elles appellent les personnels à se mobiliser dans une action commune d’ampleur dès la rentrée 2006".

Un communiqué commun des fédérations syndicales confirme la date du mercredi 6 septembre comme une journée de "rassemblements unitaires". Une grève aura lieu courant septembre à une date qui reste à fixer. Le mouvement entend protester contre la suppression de 8700 postes et la dégradation des conditions et de l'offre d'enseignement.
http://www.snuipp.fr/article.php3?id_article=3509

La Fcpe et les lycéens contre la suppression des décharges
"Où va-t-on « prendre » ces postes ? Dans les maternelles où la scolarisation est déjà en régression ? Dans les écoles et collèges ruraux où déjà des classes peu chargées ont été fermées ? Dans les lycées professionnels et technologiques où toutes les filières « non rentables » ont été supprimées ? Dans les lycées généraux où l’on a déjà renoncé aux options considérées comme superflues ? Dans les établissements où les effectifs par classe sont déjà trop lourds ?" demande la Fcpe, principale association de parents d'élèves. Pour elle, " le gouvernement poursuit et amplifie sa politique de démolition de l’Ecole publique".

L'Union nationale des lycéens, estime que "le gouvernement poursuit sa logique d'exclusion en affaiblissant l'Ecole publique".
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id=524
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]

Vers un allègement général des horaires ?
" Il apparaît publiquement que l’objectif assigné à cet audit vise une justification a posteriori de décisions d’économie budgétaire déjà prises par ailleurs". L'Humanité rend compte de la réaction de trois syndicats (CGT, Se-Unsa et Sgen-Cfdt) invités à s'exprimer dans le cadre de l'audit sur les collèges.

Dès le 22 avril, le Café avait attiré l'attention sur ces audits lancés par le ministère des finances. On connaît les résultats de celui sur les décharges horaires des enseignants. On devrait avoir prochainement le rapport final des audits sur les horaires du collège et des lycées.

L'audit portant sur la grille horaire du lycée la juge trop lourde et vise à "dégager les marges de manœuvre budgétaires notamment pour financer les mesures de la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école". En clair il devrait proposer de supprimer une partie des enseignements pour équilibrer le budget de l'éducation nationale. D'autres audits viennent d'être lancés par Bercy. Ils portent sur les collèges, l'enseignement agricole et l'enseignement professionnel. Il s'agit à chaque fois de diminuer les dépenses. Ainsi dans le premier il va "analyser la répartition des enseignements… notamment les taux d'heures d'enseignement dispensés devant moins de 10 élèves". Celui sur les collèges reprend le texte sur les lycées et annonce également un allègement des horaires.

Les inquiétudes syndicales semblent fondées. Et nous vous invitons à constater par vous-mêmes les intentions de ces audits. Pour le gouvernement si "l'école doit être son propre recours", c'est en matière comptable…
http://www.humanite.presse.fr/journal/2006-06-20/2006-06-20[...]
http://www.minefi.gouv.fr/performance/audit/audits_02.htm
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index220406.php


- Le système scolaire    [ Haut ]

Le CSE se prononce contre le socle commun
Par 18 voix contre (Fsu, Cgt, Cgc, Sud), 13 favorables (Medef, Peep, Unapel, Unaf, Csen), 16 abstentions (Cfdt, Fcpe, Ligue de l'enseignement, Unsa) et 7 refus de vote (Sgen-Cfdt, Unef), le projet de décret sur le socle commun a été rejeté par le Conseil supérieur de l'éducation le 8 juin.
Communiqué
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=200668[...]
Rappel : F. Dubet et C.Lelièvre analysent le socle
http://www.cafepedagogique.net/disci/article/73.php
Rappel : Le projet de décret
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index110506.php

Socle commun: réactions syndicales
Le Sgen, la Fep, la Fcpe, le Se-Unsa, la Ligue de l'enseignement, le Snpden et l'Unsa Education rappellent qu'elles "revendiquent depuis plusieurs années que soit clairement établi dans notre pays l’ensemble des connaissances et compétences que tous les jeunes doivent impérativement posséder à l’issue de la scolarité obligatoire… (mais) regrettent que le projet de décret définissant le socle commun de connaissances et de compétences ne réponde que très partiellement et imparfaitement à cet objectif".

Pour le Sgen-Cfdt, " le projet de socle commun que vous nous présentez est loin d’être mené à son terme de notre point de vue". Le Sgen dénonce l'apprentissage à 14 ans " obstacle majeur" au socle, ainsi que " des listes-catalogues de connaissances qui recouvrent en fait les programmes actuels de l’école et du collège, des démarches fondamentalement disciplinaires, des formulations sur le mode injonctif, voire moraliste concernant les attitudes à acquérir, l’absence de fait de la place de l’élève dans ces apprentissages".

Pour le Snuipp-Fsu , "le socle proposé tend en effet à différencier encore plus les élèves entre ceux pour qui l'ambition ne sera que la maîtrise du socle et ceux pour qui le socle permettra d'aller au-delà. Le risque est trop important que l'objectif plancher pour tous les élèves devienne l'objectif plafond pour certains. Limité à certains égards, très élevé pour d'autres, le socle se présente comme un ensemble hétérogène de savoirs et de compétences. Il est parfois confus entre ce qui relève des outils et ce qui relève des objectifs à atteindre comme en témoigne le retour à la dictée. Il est souvent très éloigné des programmes de 2002 et prend peu en compte les compétences transversales. La question de l'échec scolaire est la question majeure posée à l'école aujourd'hui. La seule définition d’un socle de connaissances ne peut transformer l’école en lieu de réussite. Il faut dire comment on fait pour que tous les élèves acquièrent les connaissances jugées nécessaires". Le Snuipp évoque aussi de "réels dangers" du socle : "sa mise en place implique-t-elle des modifications d'horaires ?".

Il y aura davantage d'élèves en 2006 et 2007 affirment les études officielles
Selon une étude publiée le 15 juin par le ministère, les collèges devraient recevoir 40 900 élèves en moins en 2006 et 13 600 en 2007. Les lycées devraient accueillir 12 600 élèves supplémentaires à la rentrée 2006 et en perdre 14 500 en 2007. Ces évolutions prennent en compte une baisse tendancielle des redoublements. Au total, l'enseignement secondaire perdra 28 300 élèves rentrée 2006 et 28 100 en 2007. Des chiffres à comparer avec l'évolution du primaire : 39 100 écoliers en plus rentrée 2006, 46 400 en plus rentrée 2007.

Le système éducatif accueillera donc davantage d'élèves. On mesure mieux l'effet négatif de la suppression de 8 700 postes.
Effectifs du primaire (en pdf)
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/dpd/ni/ni2006/ni0618.pdf
Et du secondaire (pdf)
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/dpd/ni/ni2006/ni0619.pdf
Pour lire les pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/readstep2.html

Le calendrier 2007 à 2010 est officiel
En 2007-2008, l'année débutera le 3 septembre pour les enseignants. Les vacances de la Toussaint auront lieu du 27 octobre au 8 novembre et celles de Noël du 22 décembre au 7 janvier. Les vacances d'hiver auront lieu pour la zone A du 16 février au 3 mars, pour la zone B du 9 au 25 février et pour la zone C du 23 février au 10 mars. Les vacances de printemps s'étaleront en zone A du 12 au 28 avril, en B du 5 au 21 avril, en C du 19 avril au 5 mai. Les vacances d'été débuteront le 3 juillet. Ce calendrier avait été rejeté par 41 voix au CSE du 18 mai. Il est pourtant publié au Journal Officiel.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=ME[...]
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index190506.php

Accord provisoire sur le financement des écoles privées
Selon le Collectif pour la promotion et la défense de l'école publique de proximité, un compromis provisoire a été trouvé entre l'association des maires de France et l'enseignement catholique pour l'application de la loi du 13 août 2004 et de la circulaire du 2 décembre 2005, textes qui prévoient la prise en charge par les communes des élèves scolarisés hors-commune dans un établissement privé.

Cet accord prévoit que "dans l'attente de la position du Conseil d'Etat saisi de plusieurs recours en annulation de la circulaire, les préfets n'imposeront, aux communes de résidence ayant une capacité d'accueil, de verser des contributions pour les élèves scolarisés dans des écoles élémentaires privées sous contrat d'association extérieures, que si elles auraient du le faire pour des élèves scolarisés dans des écoles publiques extérieures".
http://ecoledeproximite.free.fr/mobilisations_article89.htm[...]
http://www.andev.com.fr/depart.html

La Ligue, la Fcpe et les syndicats demandent une refonte du financement des écoles privées
L'article 89 de la loi de 2005 sur les responsabilités locales continue à mobiliser syndicats et parents. Cet article impose aux communes les frais de scolarité des enfants scolarisés dans une école privée sous contrat dans une autre commune. La Ligue de l'enseignement, la Fcpe, le se-Unsa, le Sgen-Cfdt et le Snuipp-Fsu dénoncent une mesure qui "alourdit le charges communales" et encourage le contournement de la carte scolaire augmentant ainsi la ségrégation entre les élèves".
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id=525
http://www.cafepedagogique.net/disci/territoires/69.php
http://www.andev.com.fr/depart.html

L'Etat condamné pour le non remplacement d'un professeur
Le tribunal administratif de Clermont-Ferrand a condamné l'Etat pour le non-remplacement d'un professeur de philosophie. Il était poursuivi par un étudiant qui avait eu 6 au bac "du fait" des absences répétées de son professeur. Rappelons aux candidats qu'il n'est pas interdit de lire les manuels voire d'autres livres…
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]

Violence scolaire : Les curieux chiffres des RG
"Bien que fort éloignée du cas américain, la France est confrontée à ce phénomène découlant de règlements de compte entre bandes et d'agressions gratuites ou d'autodéfense, liés à la perte totale de valeurs, de refus de l'autorité et à une consommation de jeux vidéos ou de films banalisant toute forme de violence". Selon Le Monde, un rapport des Renseignements généraux comptabiliserait 667 faits de violences avec armes en milieu scolaire en 2004-2005, contre 385 en 2003-2004.

Le problème c'est que le logiciel Signa, qui enregistre pour l'Education nationale les violences, ne constate pas de progression sensible de la violence scolaire. "En 2004-2005, les établissements publics du second degré ont déclaré en moyenne 14 actes de violence grave, dont plus de la moitié sont des insultes ou des violences physiques. On enregistre ainsi une hausse de 1%par rapport à l’année scolaire 2003-2004" affirmait une étude ministérielle publiée en novembre 2005. Signa avait enregistré 1651 cas de violences physiques, 590 cas de port d'arme et 40 cas de port d'arme à feu. Selon les chiffres de Signa, "les ports d’arme autre qu’arme à feu sont en recul de 20 %". Cherchez l'erreur…
Article du Monde
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-780401@51-780425,0.html
Les chiffres de Signa 2005
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/dpd/ni/ni2005/ni0530.pdf

Les dangers du vin… pour un ministre
"C'est une erreur grave et j'ai demandé que des sanctions soient prises contre ceux qui sont à l'origine de cette erreur… Il y aura, après une enquête qui est en cours, des sanctions contre les responsables de cette erreur dont j'espère qu'elle n'a pas été une provocation en plus d'une erreur"". Le ministre de l'agriculture tremble et rugit. Quelle terrible faute a été commise dans une épreuve de SVT au bac technologique agricole ? Avoir donné un sujet sur "le vin et ses dangers". Et le ministre, dans un communiqué du 19 juin, exige des sanctions contre les rédacteurs du sujet.

Nous nous sommes procurés ce sujet. Nous l'avons trouvé intéressant et nous le soumettons au jugement de nos lecteurs. Démérite-il pour une épreuve de bac technologique ? A-t-on le droit, en France, en terminale, de faire savoir aux élèves que boire du vin peut être dangereux ? Les ministres ne sont-ils pas là pour protéger les agents publics des menaces des lobbys ?

Le 22 juin, les syndicats réagissent. "Sans attendre les conclusions de l’enquête qu’il a diligentée, le ministre de l’Agriculture désigne, à la vindicte de l’opinion publique, les fonctionnaires en charge de l’élaboration des sujets d’examen et ce sous la pression du lobby viticole". La Fga et le Sgen–Cfdt dénoncent les propos du ministre de l'agriculture, suite à la diffusion d'un sujet de SVT sur "les dangers du vin".

Le Snetap-FSU n'est pas en reste et "considère que les propos tenus à Saint-Emilion par Dominique Bussereau sont inacceptables et indignes d'un ministre en charge d'un secteur d'éducation".

Il semble en tous cas qu'ils ne soient pas anodins puisque "les dangers du vin" sont évoqués également dans une publication de la Desco à propos du travail d'une école… languedocienne. Faudra-t-il sanctionner la Desco ?
Le sujet incriminé (pdf)
http://www.cafepedagogique.net/pdf/bacstpa.pdf
Communiqué Sgen Fga Cfdt
http://www.sgen-cfdt.org/actu/article.php3?id_article=1117
Sur Eduscol
http://eduscol.education.fr/D0214/ecole_agriculture.htm
Dépêche AFP
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]

Enseignement professionnel et TICE au menu du G8
Réunis début juin à Moscou, les ministres de l'éducation du G8 (Etats-Unis, Russie, Allemagne, Japon, Royaume-Uni, Canada, Italie, Union européenne, France) ont affirmé leur engagement en faveur du développement de l'enseignement professionnel et de la promotion de l'usage des TICE dans l'éducation.
http://en.g8russia.ru/news/20060602/1151807.html

Pas de lycée musulman à Lyon
"Le recteur n'émet aucun avis d'opportunité sur l'ouverture de l'établissement… Mais la taille des classes et les équipements sanitaires ne sont pas adaptés". Selon l'AFP, c'est pour des raisons sanitaires que le rectorat de Lyon s'est opposé à l'ouverture d'un lycée musulman à Lyon. Un lycée musulman existe à Lille.
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]
Le Lycée Averroès de Lille
http://www.mosqueedelille.fr/index.php?page=lycee

L'école dans le rétro
Le rétro : la formule est de Caroline Brizard qui, dans le Nouvel Observateur, évoque le réseau des réactionnaires de l'Ecole. " Ce n'est pas contre les pédagogues que nos conservateurs poil-à-gratter devraient entrer en guerre, mais plutôt contre tous ceux qui résistent à la réalité, tous ceux qui, au nom d'un âge d'or révolu, refusent de s'adapter à un public d'élèves qui a changé". Gilles de Robien vient de franchir un nouveau pas en faveur de ce groupuscule. Il leur attribue un programme officiel de "recherche". Marc Le Bris, qui était intervenu au dernier congrès de l'UMP, bénéficie d'une décharge d'enseignement.
Article du Nouvel Obs
http://www.nouvelobs.com/articles/p2169/a306822.html
Marc Le Bris au congrès UMP
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/ump/index.php

Nathan et Bordas portent plainte contre Sos Education
" Depuis quelques mois, l’association Sos Education et ses animateurs ont lancé contre les éditions Nathan une campagne calomnieuse visant à décrédibiliser deux manuels scolaires publiés par cette maison et appelant à retirer du marché l’un de ces deux ouvrages. Le travestissement de la réalité et le recours au mensonge, la violence des termes utilisés (il est par exemple imputé à ces ouvrages de « laver le cerveau de nos enfants comme dans les pays totalitaires »), la logique insidieuse des arguments portent atteinte de façon inacceptable au travail et à la réputation des auteurs de ces ouvrages". Nathan et Bordas, deux éditeurs scolaires bien connus, ont décidé de porter plainte pour diffamation, faux et usage de faux, contre Sos Education, une officine ultra-réactionnaire qui s'attaque couramment à l'Ecole et aux enseignants.

Plus gênant encore pour Sos Education, l'éditeur met côte à côte les tracts des ultras sur ses manuels et ceux-ci. C'est éclairant ! Même tactique chez Bordas, qui porte plainte également. "La juxtaposition des propos de l’association et des pages du manuel mis en cause permet tant aux parents qu’aux enseignants de juger par eux-mêmes de l’absurdité des critiques émises contre le contenu du manuel. Bordas a donc entrepris une procédure en diffamation contre SOS Education dont les propos sont inexacts et portent atteinte au travail des auteurs et de la maison Bordas".

Sos Education estime avoir juste écrit "une lettre d'analyses et de critiques contenant des extraits de certains livres de classe". La Justice appréciera. En vertu de l'article 441-1 du Code Pénal, "constitue un faux toute altération frauduleuse de la vérité, de nature à causer un préjudice et accomplie par quelque moyen que ce soit, dans un écrit ou tout autre support d'expression de la pensée qui a pour objet ou qui peut avoir pour effet d'établir la preuve d'un droit ou d'un fait ayant des conséquences juridiques. Le faux et l'usage de faux sont punis de trois ans d'emprisonnement et de 45000 euros d'amende".
Communiqué Bordas
http://www.editions-bordas.com/ecole.php?act=l_infos&id=53&[...]
Communiqué Nathan
http://www.nathan.fr/plainte-soseducation/
Communiqué Sos Education
http://www.soseducation.com/rw_rubrique_314_suite-a-la-camp[...]

- Vie professionnelle    [ Haut ]

Les évaluations en 2006-2007
Le B.O. du 15 juin publie une circulaire précisant la mise en place des évaluations en 2006-2007. Elles concernent obligatoirement le CE1, le CE2 et la 6ème.

En CE 1, l'évaluation " a été conçue pour esquisser un premier constat de l’acquisition des compétences dans les domaines de la lecture, de l’écriture et des premiers apprentissages en mathématiques, et pour repérer et analyser les difficultés que rencontrent certains élèves". Elle doit être organisée en octobre et comporte deux épreuves. La première est commune à tous les élèves. La seconde est réservée aux écoliers en difficulté et vise à préciser la nature des graves difficultés".

En CE2 et en 6ème les évaluations doivent être terminées le 22 septembre. Les résultats seront analysés avec le logiciel J'Ade. Les chefs d'établissement devront en communiquer les résultats aux parents " sous une forme compréhensible, ce qui suppose que les termes techniques naturellement utilisés entre professionnels de l’enseignement soient remplacés par des formulations plus accessibles et plus explicites pour les parents".

D'autres évaluations pourraient être mises en place avec le socle commun, par exemple à la fin du CM2, juste avant l'entrée au collège.
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/24/MENP0601328C.htm

Universités d'été
EduScol annonce 3 universités d'été organisées dans le cadre du PNP. " La pluridisciplinarité dans les enseignements scientifiques à partir des thèmes de convergence" s'adresse à des professeurs de maths, physique, SVT et EPS. L'université a pour objectif de montrer "l'intérêt d'une approche pluridisciplinaire dans l'enseignement des sciences au collège et au lycée". Elle est à mettre dans la perspective du rapport Roland et de l'expérimentation d'un regroupement des sciences au collège.

" De l'information à la connaissance" vise à " confronter les analyses de chercheurs et de praticiens sur le passage de l'information à la connaissance, à un moment où la formidable expansion de l'information, et la multiplicité de ses supports remettent en cause la relation traditionnelle aux savoirs" et s'adresse aux documentalistes et formateurs Tice.
http://eduscol.education.fr/D0033/ue.htm
Rappel : Le rapport Rolland
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index120506.php
Rappel : Le regroupement des sciences
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index090506.php

Choisir un nouveau manuel ?
"Le choix du manuel est important, il conditionne votre travail et celui de vos élèves. S’il est imposé quand vous arrivez dans l’établissement, vous pouvez en explorer ses potentialités et ses limites pour éventuellement en juin proposer à vos collègues de discipline d’en changer. Mais sur quels critères ?" François Muller propose une grille d'évaluation qui permet d'évaluer sous l'angle du savoir, de la didactique, de la pédagogie et de l'utilisation, un nouveau manuel. "Les objectifs de savoirs sont-ils définis ? Y-a-t-il une progression notionnelle ? L'ouvrage comporte-t-il plusieurs parcours de lecture pouvant satisfaire des élèves de niveaux différents ? Les relations entre les différentes parties d'une double page sont-elle suffisamment explicites ? Le livre est-il clair pour des parents peu au fait de la pédagogie actuelle, et des périodes historiques concernées ? "
http://parcours-diversifies.scola.ac-paris.fr/manuel/mettre[...]

Les référentiels B2i
Les projets de référentiels B2i ont été soumis au Conseil supérieur de l'éducation du 18 mai et sont publiés sur le site de Sud Education. Pour Bruno Devauchelle, "le décret ne parle pas des modalités d'évaluation… Faudra-t-il 80% ou 100% des items validés pour avoir le B2i ? Deux disciplines seront-elles le garant minimum du B2i ?"

B. Devauchelle observe également la disparition des feuilles de position : elles devraient faire l'objet d'une circulaire. "Or il suffit d'analyser les pratiques depuis 2000 pour s'apercevoir que ces feuilles sont prépondérantes pour guider l'attitude des équipes. Une première lecture du projet présenté en mars 2006 comportait des indications sur ces feuilles de position. Certains écarts entre le référentiel (devenus "éléments de référentiel" dans le nouveau texte) et les feuilles de position pouvaient poser problème aux équipes. On sait combien cela a posé problème aux équipes sur le premier B2i. On peut donc s'interroger sur ces écarts possibles, même s'il faut attendre la version définitive pour pouvoir faire une analyse détaillée".

Le texte devrait s'appliquer dès la rentrée 2006 ce qui semble difficile particulièrement au lycée.
Projet d'arrêté (pdf)
http://www.sudeducation.org/IMG/pdf/17-2_Projet_arrete_Brev[...]
Référentiels
http://www.sudeducation.org/IMG/pdf/17-3_Annexes_Projet_Bre[...]
Le blog de B. Devauchelle
http://www.brunodevauchelle.com/blog
Le blog B2i
http://www.cafe-b2i.net/

Programmes des concours
Le B.O. du 25 mai publie plusieurs programmes des concours d'enseignement. Ainsi pour l'agrégation externe d'arts appliqués, de maths (reconduction) et de physique (reconduction). A l'agrégation interne, les programmes d'EPS, de génie électrique (reconduction), de lettres modernes (modification) et de mécanique (reconduction).

Les programmes des Capes externes d'hébreu et dephilosophie sont publiés ainsi que le Capeps externe (reconduction). Est aussi publié le programme du Caplp externe de Lettres – Histoire.

Rappelons qu'on pourra trouver les programmes des autres concours dans le B.O spécial n°3.
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/21/encart.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/special3/default.htm
Arabe, chinois et italien : le B.O. du 22 juin publie les programmes de l'agrégation externe d'arabe, de l'agrégation interne de chinois et du capes externe d'italien.
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/25/MENH0601464X.htm

La loi Fauchon 5 ans après
La loi du 10 juillet 2000 portant sur " la définition des délits non intentionnels" concerne au premier chef les enseignants. On se rappelle un instituteur mis en cause parce qu'un élève était tombé d'une fenêtre, une institutrice poursuivie à la suite de la noyade de plusieurs enfants suite à une brusque montée des eaux par exemple.

Le Sénat publie les interventions à un colloque, organisé le 1er mars 2006, qui fait le point sur la jurisprudence et ouvre des perspectives.
http://www.senat.fr/colloques/colloque_2006_delit/colloque_[...]
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=JU[...]
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index080905.php

Affectations en Nouvelle-Calédonie et à Wallis
Le B.O. du 8 juin publie deux notes indiquant les conditions de dépôt des candidatures à des affectations en Nouvelle-Calédonie et à Wallis-et-Futuna à la rentrée 2007. Date limite : le 26 juin.
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/23/MENP0601395N.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/23/MENP0601396N.htm

Mutations des personnels de direction
La saisie des intentions de mouvement des personnels de direction s'effectue jusqu'au 30 juin.
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/23/MEND0601392N.htm

Election des parents les 13 et 14 octobre
Les élections des représentants des parents d'élèves auront lieu les 13 et 14 octobre annonce le B.O. du 22 juin.
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/25/MENE0601489N.htm

Le projet de statut des parents
Selon l'AFP, le projet de décret portant statut des parents d'élèves devrait passer devant le CSE le 10 juillet. Le texte aurait été remis aux associations de parents. Selon l'AFP, il prévoirait au moins deux rencontres parents - professeurs par an et tenterait d'améliorer l'information des parents sur le comportement de leur enfant.

Les points litigieux - l'organisation des conseils de classe hors temps scolaire, de façon à ce que les parents qui travaillent puissent y assister, et la liberté d'expression des associations de parents dans les établissements – auraient-ils été évacués ?
Dépêches AFP
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]
Compte-rendu du Congrès Fcpe
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index060606.php

Un rapport relance le dépistage des troubles de comportement chez les enfants
" Il résulte des études publiées et de l'audition publique des experts que la majorité des personnes souffrant à l'âge adulte d'une organisation de la personnalité à expression psychopathique a présenté des troubles des conduites pendant l'enfance et l'adolescence. Malgré les incertitudes, les données actuelles conduisent la Commission d'audition à préconiser des actions préventives précoces, assorties d'une offre de prise en charge individuelle lorsque cela est nécessaire. Même si la Commission d'audition est consciente du risque de stigmatisation inhérent à toute politique de repérage précoce, elle estime que le risque de laisser des enfants en souffrance sans proposition de prise en charge est largement plus important. Cependant, dès lors que ces troubles des conduites peuvent annoncer des difficultés ou impasses de développement, la Commission d'audition préconise une stratégie de repérage et de prévention non spécifique. Elle insiste sur le fait que le repérage n'a de sens que s'il est accompagné d'une offre de prise en charge". Le vocabulaire s'est adouci depuis le rapport de l'Inserm, mais le rapport remis par la magistrate Nicole Maestracci à la Haute Autorité de Santé recommande lui aussi le repérage des enfants à problèmes.

A vrai dire ce n'est pas étonnant. Car, faute d'études, ce rapport s'appuie sur celui de l'Inserm qui intervient largement dans la bibliographie. Ainsi les statistiques sur la prévalence des troubles, les caractéristiques mêmes des troubles viennent de ce rapport qui lui-même sélectionnait parmi des études nord-américaines. Tout cela est d'ailleurs mentionné dans le rapport Maestracci : " les experts entendus ont confirmé qu’il n’existait pas d’autres données indexées et publiées que celles qui figurent dans l’expertise collective de l’Inserm sur les troubles des conduites chez l’enfant et l’adolescent. Les études publiées sont cependant toutes d’origine étrangère de sorte que, dans un contexte où l’environnement culturel paraît jouer un rôle important, les résultats doivent être transposés avec prudence".

Mais cela n'empêche pas le rapport Maestracci de reprendre les thèses de l'Inserm. Ainsi dans la détection des enfants à "personnalité psychopathique" on retrouve cet inventaire qui fait frémir. Un enfant risque d'être classé psychopathe quand on détecte "chez le bébé, une agitation ou une passivité excessive, des troubles du sommeil, des troubles alimentaires, un retard staturo-pondéral; chez l'enfant des difficultés majeures à supporter des frustrations…, une prise d'autonomie précoce, un comportement destructif…; chez l'adolescent, des échecs scolaires, des troubles du sommeil, une marginalisation installée". Le rapport égrène encore d'autres critères tout droit venus des sources américaines du rapport de l'Inserm : contester ce que disent les adultes, faire souvent l'école buissonnière, se lever en classe, remuer les mains ou les pieds, mentir, faire du charme, tricher, vivre en parasite (sic)… Bref on retrouve là aussi l'amalgame entre problèmes sociaux et médicaux. Comme les rapports Inserm et Bénisti, le rapport Maestracci analyse des faits sociaux comme des symptômes maladifs et n'hésite pas à envisager le fichage et le "suivi" d'un partie de la population. On retrouve là l'influence d'une école nord-américaine, hostile à la psychologie, qui vise le dépistage des déviants et du gène de la déviance. Une perspective qui fait vraiment froid dans le dos, surtout quand on constate cette obstination à la proposer. .

Ce nouveau rapport invite l'Etat à prendre les mêmes mesures que celles du rapport de l'Inserm : "développer une culture commune et pluridisciplinaire de tous les professionnels impliqués concernant le repérage et l’offre de prise en charge ; intégrer systématiquement ces questions dans le programme de formation initiale et continue des acteurs concernés (notamment travailleurs sociaux, fonctionnaires de l’Éducation nationale, acteurs judiciaires)… ; assurer le soutien des équipes éducatives en organisant un travail de supervision, dans les établissements et services accueillant des mineurs". Les enseignants seraient donc au premier rang des indicateurs de cette nouvelle surveillance du conformisme social.
Le rapport Maestracci
http://www.anaes.fr/ANAES/ANAESparametrage.nsf/Page?ReadFor[...](ID)/7FA4E75B2F9E4469C1257193002A8561?opendocument
Rappel : Le rapport de l'Inserm dans L'Expresso du 23/09/05
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index230905.php

Les régularisations au compte-gouttes
La question concerne au premier chef les enseignants puisque une dizaine de milliers d'élèves seraient expulsables ce qui suscite la mobilisation de nombreux établissements. Le ministre de l'intérieur a annoncé le 6 juin son intention de régulariser les familles des enfants nés en France et parlant français, soit environ 720 familles. Pour le Réseau Education sans frontières, qui regroupe des enseignants qui défendent ces enfants sans papiers, selon l'AFP, "la régularisation va concerner des jeunes et des familles qui sont là depuis six ou sept ans. Or les gens qui sont ici depuis six ou sept ans, et qui ont toutes leurs attaches en France, ont droit à des titres de séjour en vertu de la loi actuelle".

Resf, mais aussi le Sgen Cfdt, le Snes Fsu, appellent donc les enseignants à se solidariser avec ces enfants à l'image de ce professeur de français interrogé par Le Figaro. " Je ne suis encartée dans aucun parti, je n'adhère à aucun syndicat… Nous avions l'impression de faire quelque chose de très important pour eux, raconte Agnès, sans prendre des risques inconsidérés. Je suis issue d'une famille de résistants. Eux ont pris de vrais risques."

Mardi 6 juin deux policiers sont venus à l'école maternelle Julien Pesche du Mans et se sont faits remettre deux enfants kurdes de 3 et 6 ans. Ils vont être expulsés avec leur mère.
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]
http://www.lefigaro.fr/france/20060606.FIG000000119_agnes_a[...]
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]

Des établissements mobilisés pour les élèves sans papiers
Selon l'AFP, 46 enseignants de Vaulx-en-Velin ont fait grève les 7 et 8 juin pour manifester leur refus de l'expulsion d'élèves sans papiers. Près de Rennes, à Chartres de Bretagne, le 9 juin, enseignants et parents ont manifesté devant le collège pour empêcher l'expulsion d'un élève mongol. Une pétition de soutien a recueilli près de 4000 signatures.
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]

RESF appelle à résister aux expulsions
"La circulaire Sarkozy du 13 juin 2006 met fin à la période de suspension des expulsions instaurée par celle du 31 octobre 2005. Elle prépare une vague massive de reconduite à frontière dès le 1er juillet" annonce le Réseau éducation sans frontières. Avec les fédérations de Paris de la Fcpe, de l'Unl, et des syndicats (Fsu, Cgt, Sud, Sgen), Resf appelle " à la résistance contre la chasse à l’enfant". Les organisations annoncent la mise en place de numéros verts nationaux et locaux auxquels pourra s’adresser toute personne en difficulté faute de titre de séjour.
http://www.cpe75.org/cdpe/n_rpresse.htm


- Primaire    [ Haut ]

Calcul : Pourquoi refuser le retour de la division en CP
" Si nous devions revenir aux programmes de 1945 et si ces programmes devaient créer à nouveau toutes les difficultés qui ont été analysées dans ce texte (notamment : un ennui important dans les classes du fait de la répétition, un désintérêt généralisé des enseignants pour le fonctionnement intellectuel de leurs élèves, un enseignement élitiste parce que seuls les enfants qui s’auto-questionnent progressent en résolution de problèmes…), malgré toutes ces difficultés, nous n’en garderions pas moins ces programmes pendant 50, voire 100 ans. En effet, quiconque voudrait dénoncer le prétendu enseignement de la multiplication et de la division dès le CP, qu’une campagne de type populiste le ramènerait bien vite à la raison : « Ils ne veulent plus que nos enfants apprennent la multiplication et la division dès le CP ! » ; « À une époque qui nécessite des savoirs de haut niveau, ils alignent les programmes vers le bas ! ». L’enjeu, aujourd’hui, est qu’une campagne de même type ne nous emmène vers cette situation bloquée". Dans un article accordé au Café pédagogique, Rémi Brissiaud, Maître de conférence de psychologie cognitive à l’IUFM de Versailles, dénonce les tentatives de retour aux programmes de calcul de 1945 qui proposaient l'apprentissage des 4 opérations dès le CP.

Si ces programmes avaient l'avantage d'inciter de façon précoce les élèves à mémoriser des relations numériques, il avaient aussi de gros défauts : " les enseignants faisaient obstacle au progrès de certains élèves en assimilant sur une longue durée la division au partage,… l’apprentissage de la résolution de problèmes se faisait seulement à partir de résolutions-types, ce qui légitime l’usage d’analogies superficielles". Ainsi , " l’enseignement de la division avant 1970 n’est pas un « paradis pédagogique » perdu" sauf pour la petite élite qui s'adaptait au moule du programme traditionnel.

Est-ce à dire que les programmes actuels soient parfaits ? R. Brissiaud ne le pense pas. Il constate d'ailleurs qu'ils sont largement interprétés de telle sorte que la division est acquise au CE2. Et c'est cette capacité d'évolution des programmes qui semble la plus enrichissante

Ce que dénonce finalement R. Brissiaud c'est le populisme affiché à la tête de l'Education nationale. "Au début de l’année 2006, un sondage a été commandé par le Ministère de l’Éducation Nationale, qui demandait aux personnes sondées si elles étaient pour ou contre la méthode globale d’apprentissage de la lecture. Ce fut évidemment un raz-de-marée de « contre » (environ 90 %). Imaginons qu’on fasse aujourd’hui un sondage en disant aux personnes interrogées qu’il est possible d’enseigner la division au CP parce que ça se faisait il y a quelque temps et en leur demandant si elles désirent que leurs enfants bénéficient de cet enseignement… Quel parent ne souhaite pas que ses enfants apprennent tout ce que l’école est susceptible de leur enseigner ? Supposons que des chercheurs tentent d’expliquer qu’en réalité, c’est toujours le partage qu’il est ainsi proposé d’enseigner aux enfants mais un partage qu’on a « habillé » du langage et des signes arithmétiques de la division. Supposons que ces chercheurs tentent d’expliquer que, ce faisant, certains élèves n’accéderont peut-être jamais au concept de division parce que trop longtemps, ils penseront que division = partage. Ce discours paraîtra bien complexe et il ne trouvera place que dans des médias très spécialisés…

Avec le développement des moyens modernes de communication (télévision et internet notamment), une démocratie comme la nôtre est de moins en moins à l’abri du populisme. On connaît les belles analyses que fait Pierre Rosanvallon de cette pathologie de la démocratie : il ne la définit pas comme une idéologie mais par son fonctionnement. Il considère le populisme comme un retournement pervers contre elle-même des idéaux et des procédures de la démocratie. Le populisme repose sur le fantasme d’un peuple qui serait unanime à penser autrement qu’une petite élite alors que celle-ci tenterait d’imposer son point de vue. Par exemple : le fantasme d’un peuple unanime à penser qu’il faut revenir à l’enseignement des 4 opérations dès le CP alors qu’une poignée de pédagogues défendraient le contraire".


L'article de Rémi Brissiaud lance un débat important. Il a suscité des réactions. Roland Charnay, Joël Briand, David Lefebvre contribuent au débat dans un nouveau dossier du Café.
Le dossier Calcul avec les contributions
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/contribs/calcul.php
L'article de Rémi Brissiaud
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/contribs/brissiaud2[...]

Une brochure ministérielle sur la lecture dans chaque école
" La rénovation de l'enseignement de la lecture entrera en application à la rentrée prochaine : dès septembre 2006, tous les maîtres et tous les formateurs concernés, mettront en œuvre la circulaire apprendre à lire ainsi que la modification des programmes prévus à l'arrêté du 24 mars 2006. Gilles de Robien, ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a souhaité que les nouveaux textes officiels sur l'enseignement de la lecture ainsi que les références scientifiques et pédagogiques qui les fondent, soient rassemblés dans un document unique".

Pour les médias cette annonce devient "un guide envoyé dans toutes les écoles pour appliquer la méthode syllabique". On en mesure l'ambiguïté et la nuisance. Ambiguïté puisque les nouveaux textes officiels, comme nous l'expliquions le 10 mars, ne préconisent pas le retour à la méthode syllabique traditionnelle mais au contraire des approches variées. Nuisance parce que c'est faire croire aux parents que les maîtres ne savent pas apprendre à lire c'est-à-dire détruire la confiance. C'est aussi leur faire croire qu'une brochure officielle est un acte efficace de formation…
Communiqué
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=200662[...]
Rappel : L'Expresso du 10 mars
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index100306.php
Rappel : Le dossier lecture du Café
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/lecture/index.php

Lecture : Retour en Grande Section
"Ces observations montrent de façon peu contestable qu'il n'y a pas une seule voie pour accéder à la conscience phonographique et à la conscience orthographique, de même qu’il ne peut y avoir un unique rythme d’apprentissage pour tous les enfants d’une classe. Imposer à F., à S., à N., à H., à A. et aux autres le b-a ba au début du CP, c'est vouloir ignorer que ces enfants sont déjà très avancés dans leurs apprentissages fondamentaux de la langue écrite (et que rien ne commencera pour eux au 1er septembre du CP), c'est refuser de comprendre que ces compétences remarquables ont été gagnées par l'écriture individuelle en situation d'activités finalisées (et non par l'alphabétisation collective et la répétition mécanique (in-signifiante) d'exercices in-signifiants pour les enfants)". Bernard Devanne nous emmène faire un dernier tour en Grande section de zep.

On y retrouve O., Z. et d'autres enfants, souvent d'origine étrangère, qui découvrent à travers des activités, lecture et écriture. Pour B. Devanne, ignorer ce travail de G.S. c'est inacceptable. "Je demanderai au Ministre de se prononcer (c’était ma conclusion du courrier au Ministre de janvier) ainsi qu’aux chercheurs qui lui fournissent sa caution scientifique, à partir d'évaluations individuelles conduites en juin sur la base d'exercices caractéristiques des manuels d’enseignement de la lecture au CP". A suivre !
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/contribs/i7l.php

84% des maîtres sont des maîtresses
Selon une étude du ministère, sur les 12 435 candidats aux concours externes de professeur des écoles en 2005, 83,6% des candidats étaient des femmes. Un admis sur quatre est titulaire d'un diplôme supérieur à la licence, 68% sont titulaires d'un diplôme bac + 3.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/dpd/ni/ni2006/ni0620.pdf

Un écolier sur trois suit une semaine aménagée
"En moyenne, au niveau national, 34% des élèves sont concernés par un calendrier dérogatoire : 24% des élèves et 27% des écoles sont concernés par la semaine de 4 jours.. environ 10% des élèves sont concernés par une forme de semaine aménagée avec calendrier dérogatoire autre que la semaine de 4 jours. Dans 5 départements, la totalité des écoles ont adopté un aménagement de ce type (il s’agit, le plus souvent, de l’alternance d’une semaine de quatre jours et d’une semaine de quatre jours et demi, ce qui revient à libérer un samedi, ou un mercredi, sur deux)."
http://eduscol.education.fr/D0113/synthesevacdepartement.ht[...]

Colloque de l'Observatoire de la petite enfance
"Est-ce que ce qu’on va dire aujourd’hui va remonter aux politiques ?". A travers cette question naïve de la salle, s’exprime la volonté d’agir des deux cents participants, majoritairement issus du terrain, au colloque organisé par l’Observatoire de la petite enfance, sur la thématique des politiques éducatives en direction de la petite enfance.

D’entrée, l’objectif affiché par Nicole Geneix, organisatrice, est clair : " arriver à participer, modestement, à la création d’un espace qui permette un croisement d’expérience entre les différents professionnels de la petite enfance : éducation nationale, directrices de crèches, auxiliaires de puéricultrice, psychologues, collectivités territoriales"…

Le Café rend compte des interventions sur le statut de l'enfant d'hier à aujourd'hui, le rôle de l'école maternelle, les politiques publiques.
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/collmat/index.php

Effondrement de la scolarisation des enfants à 2 ans
Depuis 2002, le pourcentage d'enfants scolarisés à l'âge de deux ans est passé en France de 37% à 25% révèle une étude de la Drees (ministère de la santé). Elle met en cause explicitement la politique suivie par l'éducation nationale depuis 2002. " Du fait de la remontée de la natalité intervenue depuis 2000, le nombre d’enfants en âge d’être scolarisés en maternelle (2-5 ans) a en effet augmenté (+ 120000 en 2004 par rapport à 2001), alors que le nombre de places disponibles dans les écoles est resté quasi constant, ce qui a réduit les capacités d’accueil pour ceux qui n’ont que 2 ans". L'étude rappelle que " l’un des objectifs est notamment d’accueillir les enfants vivant dans un environnement social défavorisé et particulièrement en zone d’éducation prioritaire". Les premières victimes de cette politique sont les familles populaires.
http://www.sante.gouv.fr/drees/etude-resultat/er497/er497.p[...]
Rappel : dossier spécial du Café
http://www.cafepedagogique.net/disci/primaire/57.php#294

La carte scolaire 2006
EduScol met en ligne un gros dossier sur la carte scolaire du primaire en 2006. L'intérêt de ce dossier c'est de connaître avec précision les inégalités face à l'Ecole dans le territoire. Pour l'administration, ce dossier permet d'expliquer les suppressions de postes. Mais attention ! Les prévisions démographiques du ministère sont parfois prises en défaut !
Le dossier
http://eduscol.education.fr/D0038/rapport_2006.htm

EduScol ouvre un dossier Maternelle
" Dotée d'une identité originale adaptée à l'âge et au développement des enfants qu'elle accueille, l'école maternelle constitue le socle éducatif et pédagogique sur lequel s'appuient et se développent les apprentissages qui seront systématisés à l'école élémentaire. C'est par l'action, la recherche autonome, l'expérience sensible, le jeu que l'enfant, selon un cheminement qui lui est propre, y construit ses acquisitions fondamentales". EduScol, le serveur de la Desco, ouvre (enfin !) un site dédié à la maternelle. Il propose bien sûr les textes officiels et documents d'accompagnement des programmes.

Mais on appréciera particulièrement la page sur le langage qui reprend plusieurs travaux (R. Goigoux, J. Crinon, A. Florin etc.), celle sur la vie de la classe ou celle sur les tout petits. A noter également la page consacrée aux relations avec les parents : les cahiers de vie, l'entretien avec les parents etc.

Quelques lacunes cependant: par exemple sur l'évolution des effectifs scolarisés en maternelle et le débat sur la scolarisation à 2 ans.
http://eduscol.education.fr/D0101/default.htm
Rappel : La scolarisation à 2 ans
http://www.cafepedagogique.net/disci/primaire/57.php#294

Proposition de loi pour un corps de directeur
" Responsable de l'accueil et de la sécurité des élèves, il est l'interlocuteur des parents d'élèves, du maire, des associations culturelles et sportives, des aides-éducateurs. Il peut également intervenir dans l'élaboration des contrats éducatifs locaux. Son rôle revêt de surcroît une importance capitale dans les communes ou quartiers défavorisés… On pourrait donc croire que ce dernier dispose en contrepartie d'un statut spécifique qui prenne en compte ces sujétions et s'attache à résoudre ces problèmes. Mais tel n'est pas le cas". Alain Ferry, député UMP, propose un statut pour les directeurs d'école qui prévoit de constituer un corps à part disposant d'une décharge complète à partir de 9 classes.
http://www.assemblee-nationale.fr/12/propositions/pion3100.[...]

Ecoles rurales : Robien signe un premier accord territorial
" La convention, première du genre entre le ministère de l’Education nationale et les représentants des collectivités territoriales prévoit, notamment, l’élaboration conjointe par l’inspecteur d’académie et les élus d’un schéma territorial sur le devenir des écoles rurales du département. Il s’agit d’améliorer la qualité du service public d’Education en milieu rural, notamment, en encourageant les regroupements pédagogiques intercommunaux". Gilles de Robien devrait signer le 12 juin cette convention avec les maires du Cantal. Pour le ministre cela permet de renforcer la pédagogie en regroupant les moyens de plusieurs communes.

Le Collectif pour la défense de l'école publique de proximité manifeste son désaccord estimant que l'école rurale de proximité "est le cadre le plus performant pour la réussite de tous les élèves, facilite les innovations pédagogiques et tisse du lien social".
Communiqué
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=200669[...]
Rappel : Colloque de Paris novembre 2005
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index171105.php
Rappel : Colloque sur l'école rurale (2005)
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/ecolerurale/index.p[...]

Effectifs en hausse
" Le nombre d’élèves scolarisés dans les écoles maternelles et élémentaires, publiques et privées, devrait augmenter aux rentrées 2006 (+ 39 100 élèves, soit + 0,6 %) et 2007 (+ 46 400, soit + 0,7 %)" annonce une étude ministérielle. Une hausse qui résulte du croît démographique et qui tient compte d'un faible taux de scolarisation à 2 ans (25%). La hausse touche inégalement les régions : elle est plus forte dans un croissant allant de la Bretagne à la Savoie.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/dpd/ni/ni2006/ni0618.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/readstep2.html

- Collège    [ Haut ]

Note de vie scolaire
Le B.O. du 1er juin publie un décret et un arrêté fixant les conditions d'attribution de la note de vie scolaire de la 6ème à la 3ème. Ces textes ont été annoncés dans L'Expresso du 15 mai. "La note de vie scolaire… prend en compte l'assiduité de l'élève et son respect des dispositions du règlement intérieur dans des proportions égales. La participation de l'élève à la vie de l'établissement et aux activités organisées ou reconnues par l'établissement est valorisée par l'attribution de points supplémentaires… La note de vie scolaire est attribuée trimestriellement et portée au bulletin de chaque élève". C'est le chef d'établissement qui fixera la note sur propositions du professeur principal et du CPE. Rappelons que le CSE a voté massivement contre cette note qui participera de l'évaluation du brevet.
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/22/MENE0601172D.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/22/MENE0601173A.htm
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index150506.php

- Lycée    [ Haut ]

Le bac 2006
Quel événement réunit plus de 1,2 million de personnes ? Le bac. A partir du 12 juin, plus d'un million de candidats se sont présentés aux épreuves, anticipées ou non, du baccalauréat. Ils sont attendus par près de 140 000 correcteurs. Depuis le milieu des années 1990, près de deux jeunes sur trois sont bacheliers (62%) : ce n'était que 11% en 1960. Cette année là, 73% des candidats avaient été reçus contre 80% en 2005.

Quelles nouveautés cette année ? Peut-être une possibilité d'accéder gratuitement aux résultats sur Internet. Dans son discours, G. de Robien annonce : "j’ai demandé à mes services d’étudier la possibilité d’une mise en ligne gratuite des résultats dans toutes les académies. A la suite de cette étude, les adaptations techniques nécessaires ont eu lieu. Je peux garantir aujourd’hui que tout candidat au bac aura accès au résultat de l’examen gratuitement, soit en consultant les listes affichées dans les établissements soit en se connectant par Internet au site de son académie". Il restera à vérifier l'effectivité de cette mesure.

Une inconnue : l'impact de l'évaluation extravagante des TPE en terminale. Cette année, les candidats de terminale seront privés de leur véritable note de TPE, celle-ci étant remplacée par l'évaluation d'une épreuve écrite. Pour la majorité des candidats cela devrait se traduire par la perte de nombreux points. Cette mesure fait suite à l'annulation de la décision de suppression des TPE.
Dossier de presse
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=200666[...]
Rappel : Les résultats du bac 2005
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index130705.php
Rappel : Le dossier bac du Café
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/bb2006/index.php

Le fantasme de la cyber correction
Le quotidien "20 Minutes" revient sur la cyber correction de copies testée cette année à la Maison des examens d'Arcueil (94). Officiellement il s'agit de " simplifier les conditions de travail des profs". On perçoit bien également que ça simplifie la gestion des jurys et diminue les frais de déplacement.

Les premiers correcteurs ont quand même des critiques à formuler : impossibilité de revenir sur une copie et peut-être aussi quelque fatigue oculaire : allez corriger sur écran 100 copies de français !

Pour simplifier le travail des correcteurs il y a d'autres pistes. Réformer les épreuves du bac sans doute. Il y a aussi la véritable correction automatique. Car les robots correcteurs de copie existent bien. Près de 400 écoles américaines testent depuis 2003 des programmes informatiques capables de corriger des compositions. Ces programmes, tel IntelliMetric, utilisent les dernières trouvailles en matière d'intelligence artificielle. L'accueil des professeurs reste mesuré. Certains se réjouissent du temps gagné et de la rapidité avec laquelle ils peuvent rendre les travaux corrigés. D'autres estiment que le programme ne peut évaluer la qualité de l'expression et de la réflexion.
http://www.20minutes.fr/articles/2006/06/19/net_guide_En_ro[...]
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index190506.php
http://www.vantage.com/demosite/demo.html

Le bac au Liban
" Toute interprétation est-elle subjective? Ne désirons-nous que ce qui nous manque?" Au Liban, le bac a commencé le 29 mai avec l'épreuve de philo. Les documentalistes du Collège Louise Wegmann ont la gentillesse de partager avec nous les sujets. Sur leur site on trouve dès aujourd'hui les sujets de philosophie, SVT (série S), SES et Espagnol LV2. Les autres sujets des séries générales suivront.

En Amérique du nord, le lycée Rochambeau de Washington publie les sujets de philosophie, histoire-géographie et langues des séries générales.
http://www.clw.edu.lb/cdi/bacsix/bacsix.htm
http://www.rochambeau.org/informations/examens/bac/bac2006/[...]

Les marronniers du bac
Chaque année ce sont les mêmes articles : "ils" ne savent plus s'exprimer correctement, "ils" font des tas de fautes, "ils" voient leur niveau baisser, "ils" trichent de façon massive. "Ils" se sont les candidats au bac bien sûr. Peu d'articles de fond sur le bac sauf celui de Bernard Gorce dans La Croix qui expose "les nouveaux défis du bac" : redonner plus de justice, revaloriser les filières techno et pro, rénover l'évaluation, redonner de la valeur au diplôme.
http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2271656&rub[...]

Programmes des prépas scientifiques
Le J.O. du 8 juin publie les thèmes des TIPE en math et physique, physique et chimie, PSI, PT, TSI, technologie, TPC, biologie, TB et BCPST. A voir également dans le même numéro, le programme de géographie de seconde année.
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=ME[...]
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=ME[...]

- Enseignement professionnel    [ Haut ]

Greta : rien n'est réglé selon la Cfdt
" Des avancées dues à l'action des personnels, mais insuffisantes". Le Sgen Cfdt a été reçu le 21 juin au ministère. Il souligne des avancées : le ministère versera aux Greta une compensation pour les charges de pensions et enverra un contrat type à durée indéterminée pour les personnels de Greta. Mais le Sgen signale également que " la situation des contractuels administratifs de catégorie B et C n'est toujours pas réglée".
Le Sgen-CFDT a été reçu ce mercredi 21 juin par le directeur général de l'enseignement scolaire sur la situation des Greta.
http://www.sgen-cfdt.org/actu/article.php3?id_article=1116

Omar et Fred vantent l'artisanat
A partir du 24 juin le site de l'artisanat offrira une série quotidienne réalisée avec Omar et Fred. Elle vise à faire découvrir les métiers de l'artisanat aux jeunes. Quinze épisodes montreront les métiers de fleuriste, carreleur, prothésiste, esthéticienne, etc. L'artisanat revendique 175 000 apprentis dans 250 métiers.
http://www.artisanat.info/
Un épisode en avant première
http://www.artisanat.info/communication/omar_et_fred/avantp[...]

120 000 VAE ?
Selon l'AFP, le gouvernement devrait présenter le 27 juin un plan de développement de la validation des acquis de l'expérience (VAE). L'objectif serait de doubler le nombre de VAE (60 000 aujourd'hui). La VAE permet à de salariés de faire reconnaître par un diplôme leur savoir faire.
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]

15 000 apprentis juniors en 2006
Selon l'AFP, devant l'Assemblée nationale, G. de Robien a confirmé son souhait de voir 15 000 apprentis juniors dès la rentrée 2006. Un chiffre en retrait sur les ambitions initiales qui se montaient à 30 000.
Dépêche AFP
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]
Rappel : Les apprentis juniors
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index090506.php

Trois bacs pros au B.O.
Annoncés dans L'Expresso du 17 mai, le B.O. publie les arrêtés de création de trois nouveaux bacs pros : technicien du froid, technicien en installation des systèmes énergétiques et climatiques et technicien de maintenance des systèmes énergétiques et climatiques. Première session en 2008.
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/22/MENE0601230A.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/22/MENE0601231A.htm
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/22/MENE0601232A.htm

Six diplômes au B.O.
Le B.O. du 15 juin annonce la création de 5 bacs pros et d'un CAP. Ce dernier concerne l'option " produits de librairie papeterie presse" du CAP employé de vente spécialisé. Les cinq bacs pros concernent le bâtiment (pour trois d'entre eux), le bac "systèmes électroniques numériques" et le bac "sécurité prévention". Ils ont été annoncés dans L'Expresso le 19 mai.
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/24/default.htm

- Le Café    [ Haut ]

Le Café sur RFI
Quelle place pour les nouvelles communautés éducatives dans le monde éducatif français ? Dans "L'Ecole des savoirs", sur RFI, Emmanuelle Bastide invitait mardi 6 juin, Noël Debarle de l'association Sésamath et François Jarraud, du Café pédagogique.
Le programme
http://www.rfi.fr/radiofr/editions/072/edition_19_20060606.[...]
Téléchargez l'émission en Real Audio
http://shout01.tv-radio.com/scripts/download.php?file=rfi/m[...]
Téléchargez l'émission en Windows Media
http://shout01.tv-radio.com/scripts/download.php?file=rfi/m[...]

Dossier spécial    [ Haut ]
- Enseignement prioritaire : Les limites du plan Ambition réussite

Journée nationale des réseaux "ambition réussite"
Le 30 mai, G. de Robien réunissait les 249 principaux des collèges ambition-réussite, c'est-à-dire les collèges Zep les plus en difficulté, avec une préoccupation majeure : convaincre qu'on peut faire mieux sans investir davantage. "Je suis en effet convaincu qu'il ne sert à rien d'avancer tel ou tel budget, tel ou tel chiffre, si derrière tout cela il n'y a pas un objectif clair, et surtout, des personnes prêtes à s'investir !... Enfin, la démarche par projet vous donne une grande autonomie. Je veux en effet qu'une grande liberté soit donnée aux initiatives des réseaux « Ambition réussite ». Cette liberté, elle se situe d'abord en amont, dans la définition des projets. C'est pourquoi j'ai souhaité qu'une grande latitude vous soit donnée pour la définition des projets pédagogiques". Plaidant pour l'esprit d'initiative, la solidarité et la personnalisation des parcours, le ministre avait peu de moyens supplémentaires à offrir : 1000 postes d'enseignants "expérimentés", 3000 "assistants pédagogiques", une infirmière promise dans chaque réseau (associant plusieurs écoles et un collège). Des postes qui sont financés par une réduction des horaires dans tous les collèges. Le ministre a annoncé deux dispositifs pédagogiques. D'une part, dans ces établissements, l'option découverte professionnelle pourra être avancée en 4ème. D'autre part, les élèves bénéficieront en 4ème, 3ème, 2de et terminale d'un entretien d'orientation conduit par le professeur principal ou le conseiller d'orientation, assisté d'une personne issue du monde professionnel.

La question des moyens a été soulevée par plusieurs principaux. Ainsi, dans le Nord, un collège voit les financements de ses projets culturels réduits de 50% : "comment mettre en place un pôle d'excellence quand les moyens pour financer les projets PAC sont réduits de 50% ?". A Montbéliard, un principal pense avoir du mal à faire venir un professeur expérimenté si on ne lui offre pas de réel avantage de carrière. Il apparaît assez clairement que ces professeurs "expérimentés" seront choisis parmi les enseignants déjà présents avec le risque d'attributions purement administratives (par exemple pour sauver un poste menacé). Ailleurs encore on s'inquiète du sort des "assistants pédagogiques" qui pourraient être embauchés sous contrat d'accès à l'emploi (CAE).

Dans une contribution envoyée au Café, Elisabeth Bruchet et Catherine Aduayom, coordinateurs REP, rappellent la situation des autres établissements de l'éducation prioritaire. " Les établissements des réseaux « de réussite scolaire » ne se voient attribuer aucun moyen supplémentaire et la classification « sensible » qui recouvrait elle aussi des difficultés et des moyens spécifiques n’est plus mentionnée alors même que les établissements dits sensibles n’ont pas tous été labellisés « ambition réussite » ce qui est le cas par exemple pour le département du Rhône des REP Casarès à Rillieux, Valdo et Noirettes à Vaulx-en-Velin, Eluard et Michelet à Vénissieux… En somme, 249 REP « ambition réussite » jouent malgré eux le rôle de l’arbre qui cache la forêt".

Pourtant le projet ministériel séduit aussi des principaux. Ainsi, Nicolas Renard, président de l'Observatoire des Zones prioritaires (OZP) et principal à Asnières (92), se réjouit qu'enfin "on mette des moyens en enseignants pour faire face à des problématiques pédagogiques au lieu de baisser de quelques unités les effectifs par classe". Dans son collège, les moyens horaires attribués pour les professeurs référents seront utilisés pour faire des cours de français intensifs à des élèves en grande difficulté déjà repérés au CM2. Il estime que le dispositif Robien lui laisse plus de liberté pour faire face aux difficultés. Il lui permet de mieux gérer son équipe et de mieux accompagner les élèves qui en ont le plus besoin.

A l'issue de cette Journée, une question demeure. L'étude de T. Piketty, censurée par le ministère, a mis en évidence l'effet positif d'une forte réduction des effectifs en Zep. Et si les Zep méritaient mieux qu'une mobilisation sans frais des enseignants ?
Discours de Robien
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=20065301635
Contribution de E. Bruchet et C. Aduayom
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/contribs/bruchet.php
Dossier spécial du Café
http://www.cafepedagogique.net/disci/actu/70.php#280

Le recrutement des assistants pédagogiques s'avère difficile constate l'Inspection générale
Le déploiement de 3000 assistants pédagogiques dans les collèges est-il réalisable ? Il semble bien que non prédit un rapport de l'Inspection générale. " Ni enseignants, ni aides-éducateurs, ni surveillants, les assistants pédagogiques peuvent rencontrer, au moins dans les premières semaines de leur activité, quelques difficultés à se «situer», tant par rapport aux enseignants que par rapport aux élèves". Mais ce n'est pas la moindre difficulté du déploiement des assistants pédagogiques selon le rapport réalisé par les inspecteurs généraux Dominique Rojat et Marc Buissart.

Mesure d'apaisement lancée par G.de Robien au début de l'année scolaire, le recrutement "d'assistants pédagogiques" est à nouveau un élément phare de la politique en faveur des collèges "ambition réussite" présentée fin mai 2006. Pourtant le rapport de l'Inspection générale montre les limites de l'exercice. " Aucune académie devant recruter plus de 35 AP n’y est parvenue. Le vivier est donc très limité… La raison principale est sans doute à rechercher dans l’attractivité relativement faible de la situation proposée". Emplois précaires (un an) mal rémunérés, les postes d'assistants pédagogiques (AP) ne sont pas courus. Ainsi à Créteil 52 postes sur 228 n'ont pas trouvé preneur, à Versailles 24 sur 128, en Martinique 12 sur 19.

Une autre difficulté est le flou de la fonction. "Tous les modes d’intervention se rencontrent, selon les établissements et les souhaits des enseignants" affirme le rapport qui cite en exemple des cas de dédoublement de classe grâce aux AP. On veut faire jouer aux assistants pédagogiques le rôle des répétiteurs d'avant guerre ce qui est parfois mal vu des enseignants, des élèves (qui parlent de profs au rabais) et des chefs d'établissement (qui cherchent des surveillants ou gestionnaires de réseau). Ainsi, quand il est isolé dans un lycée, l'assistant pédagogique devient souvent un peu tout cela. Le phénomène est aggravé par l'absence de coordination, relevée par le rapport, entre le déploiement des A.P. et les politiques académiques.

Aussi, au moment où de Robien annonce le déploiement de 3 000 assistants dans les collèges ambition réussite, le rapport estime que "l’extension du dispositif aux collèges, où la difficulté est encore plus grande et la culture des enseignants différente, risque d’être plus délicate". Les collèges zep bénéficieront-ils réellement de ces assistants ? Pour quels usages ?
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/syst/igaen/rapports/2006_020_assistants_pedagogiques.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/readstep2.html

L'OZP émet des réserves sur le plan "ambition réussite"
" Ces éléments de contexte contribuent à brouiller la réception et à décrédibiliser a priori des mesures courageuses et bien conçues pour relancer l’éducation prioritaire". L'Observatoire des Zones Prioritaires évalue positivement la réforme ministérielle des Zep, mais souligne des inquiétudes.

Pour l'OZP, " l’accent est mis sur la pédagogie et les 1000 postes supplémentaires sont en principe exclusivement dévolus à une prise en charge innovante des élèves qui rencontrent le plus de difficultés dans leurs apprentissages" ce qui constitue un net progrès. L'OZP apprécie également que la priorité soit donnée à certains établissements sur des critères sociaux et scolaires et "un pilotage fort".

Par contre l'association redoute une démobilisation des établissements Ep2 (établissements destinés à rester en Zep mais qui ne font pas partie des réseaux "ambition réussite"). Surtout elle s'inquiète du " contexte dans lequel ces mesures ont été prises : des annonces sur la lecture qui troublent ceux qui travaillent avec des élèves fragilisés au plan social et scolaire ; une mobilisation sur l’apprentissage à 14 ans qui néglige la recherche d’autres voies permettant d’éviter à certains jeunes de tomber très tôt dans l’échec et le rejet scolaires ; des discours ambigus pouvant encourager une médicalisation de l’échec scolaire ou une stigmatisation des familles".
Communiqué
http://www.association-ozp.net/article.php3?id_article=2644
Rappel : L'Expresso du 31 mai
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index310506.php
Rappel : Dossier spécial
http://www.cafepedagogique.net/disci/actu/70.php#280

1ères Rencontres nationales de la réussite éducative
"Le programme de réussite éducative donne les moyens pérennes d'agir dans la proximité et l'immédiateté… Cette "révolution culturelle" peut susciter des questions : quelles pratiques professionnelles ce programme implique-t-il ? Quelle articulation avec les démarches, dispositifs et mesures existants ? " Bonne question assurément ! Car ces premières Rencontres de la réussite éducative sont le fruit du ministère de l'emploi et de la délégation à la ville : l'éducation nationale brille par son absence, comme si le sujet ne la concernait pas.

Pourtant il sera bien question de l'Ecole jeudi 29 juin à Saint-Denis. Dominique Glasman évoquera les problématiques du programme de réussite éducative. Des tables rondes réuniront des acteurs pour échanger sur leurs pratiques.
http://www.polynome.fr/reussite-educative/
Rappel : Article de D. Glasman dans le Café 60
http://www.cafepedagogique.net/disci/article/60.php

[ Haut ]

Archives de la rubrique Informations Professionnelles :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique Informations Professionnelles dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable