Allemand (Café N° 56)

Version imprimable Version imprimable

Vie de la discipline

Pour le prof

Primaire

Lycée

Sortir

Dossier spécial

Édition du 14-11-2004

- Katrin Goldmann -

- A la Une : Plan stratégique franco-allemand pour le développement de la langue du partenaire

Lors du conseil des ministres commun du 26 octobre 2004, les gouvernements français et allemand ont adopté un plan stratégique pour développer l’apprentissage de la langue du partenaire. Celui-ci sera privilégié, dans un contexte plus général de promotion du plurilinguisme en Europe. Les gouvernements ont adopté le texte suivant :

1 - En janvier 2003, la Déclaration commune à l’occasion du quarantième anniversaire du Traité de l’Elysée soulignait la nécessité de rendre la France et l’Allemagne plus solidaires par une coopération plus intense dans le contexte d’une Union européenne qui allait continuer de s’élargir. La Déclaration proposait, pour atteindre cet objectif, de promouvoir un modèle d’éducation qui permette aux jeunes d’acquérir la maîtrise de deux langues étrangères européennes et de favoriser l’acquisition de la langue du partenaire de façon que les jeunes Français et Allemands trouvent en leurs deux pays un cadre unique pour l’accomplissement de leurs études et l’exercice de leur profession.
Le Communiqué final, lors de la première rencontre entre les Länder allemands et les régions françaises (Poitiers, 28 octobre 2003), soulignait à son tour l’importance de l'amélioration de la connaissance de la langue et de la culture de l’autre et fixait l’objectif d'une progression de 50% en dix ans du chiffre d’apprenants de la langue du partenaire.
Ces objectifs s’inscrivent dans la droite ligne du processus de Lisbonne et du programme " Education et formation 2010 " qui en est issu. La nécessité pour tout citoyen européen de connaître au moins deux langues européennes autres que sa langue maternelle y est en effet donnée comme une des priorités du programme de travail qui doit faire de l’Union européenne l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique.

2-Compte tenu de la situation différente de la langue du partenaire – recul de l’allemand en France, stagnation du français en Allemagne – nous avons décidé, pour atteindre les objectifs ci-dessus, d’œuvrer de façon à privilégier la langue du partenaire dans les systèmes éducatifs en France et en Allemagne :
Des mesures structurelles communes seront prises en Allemagne et en France pour encourager l’apprentissage de la langue du partenaire.
Un lien étroit entre apprentissage linguistique, certification, échange et diplôme de fin d’études doit être établi au sein du curriculum scolaire, qui rende possible l’acquisition de compétences particulières ; les élèves des deux pays doivent, à l’avenir, gr'ce à l’acquisition de la langue du partenaire durant leur scolarité et aux possibilités d’échanges accrues , pouvoir mieux se qualifier et se positionner pour suivre une formation ou exercer une activité professionnelle dans le pays partenaire.
Dans ce cadre, les élèves, les parents et les enseignants seront systématiquement informés sur les avantages liés à l’apprentissage de la langue du partenaire. Cette information mettra en évidence que :
- le français et l’allemand sont les deux langues maternelles les plus parlées d’Europe,
- la France et l’Allemagne sont l’un pour l’autre le partenaire économique le plus important,
- l’apprentissage de la langue du partenaire facilite l’apprentissage d’autres langues,
- la connaissance de la langue du partenaire peut constituer pour tout jeune Français ou Allemand un atout décisif sur le marché du travail européen.
En outre et d’une manière générale, la journée franco-allemande célébrée chaque année le 22 janvier devra être utilisée de façon plus intensive qu’auparavant pour informer les parents sur la langue du partenaire et pour motiver les élèves à faire le choix de l’allemand ou du français en associant tous les acteurs de la coopération franco-allemande. Les établissements seront invités à avoir recours aux services des associations de parents d’élèves, des comités de jumelage des villes et des écoles, aux associations professionnelles et aux entreprises du pays partenaire implantées localement ainsi qu’aux médias.
Des mesures structurelles spécifiques en France permettront, tout particulièrement, de maintenir l’offre d’allemand sur l’ensemble du territoire des académies et d’assurer systématiquement la continuité de l’enseignement du primaire au secondaire.
En Allemagne, le Plénipotentiaire s’engagera tout particulièrement devant les Länder pour que des mesures structurelles spécifiques permettent aux élèves d’être en contact le plus tôt possible avec la langue française et que le français soit étudié jusqu’à l’Abitur.

Le texte intégral peut être lu sur:
http://www.amb-allemagne.fr/#EUR

Vie de la discipline    [ Haut ]
- Congrès national de l'ADEAF à Clermont Ferrand

Le mardi 2 novembre s'est tenu le congrès national de l'ADEAF (Association pour le développement de l'enseignement de l'allemand en France) à Clermont Ferrand, organisé par Martine Buisson, présidente régionale.
Dans une ambiance conviviale et travailleuse à la fois, les présents ont pu écouter les interventions de Mme Jacqueline Serin, IA-IPR d'allemand, M. Jean-Michel Hannequart, président de l'ADEAF, M. Dieter Reinl, attaché culturel de l'ambassade allemande à Paris, Frédéric Sauvage, attaché culturel de l'ambassade de France à Berlin, Conny Reuter, de l'OFAJ, et Hans Luddwig Bauer, directeur du GI à Paris. Le congrès eut lieu dans les locaux de l'ESC Clermont-Ferrand et les germanistes ont été chaleureusement accueillis par M. Andrés Atzena, directeur du groupe ESC Clermont.
Le nouveau bureau a été constitué comme suit:
Jean-Michel Hannequart, président, Frédéric Auria et Bernard bon, vice-présidents, Trésorier: Christian Oudet (trésorerie, fichier adhérents, envoi documents aux régionales...;), Secrétaire : Thérèse Oudet (relations avec les régionales, bulletin) t.oudet@wanadoo.fr, Webmestre: Etirenne Kneipp ( site Adeaf, modérateur liste adeafnet) e.kneipp@ac-nanacy-metz.fr, Membres:
Jean François Bourret: relations avec le monde économique, Frédéric Sauvage: relations extérieures (ancien président), Elisabeth Thomas: bulletin, Laurent Bornert, Martine Buisson, Claude Barrial: chargé de la prospection publicitaire bulletin, René Métrich membre de droit (Nouveaux Cahiers d'allemand), Bernard Martini membre de droit (ancien président).

L'ADEAF regroupe aujourd'hui environ 2400 membres. Or, beaucoup de jeunes collègues ignorent encore l'existence de cette association qui défend le statut de l'allemand dans les écoles françaises.

Ci-dessous le rapport d'activité des trois dernières années:
"Lorsque le bureau exécutif actuel avait été mis en place à l’assemblée générale de Montpellier en octobre 2001, il s’était engagé à prolonger l’action menée depuis 1998 sous la direction de Frédéric Sauvage et avait défini quatre priorités :
- obtenir l’application du plan Lang, particulièrement la revalorisation de l’enseignement des langues vivantes et une plus grande diversification dès l’école primaire. Nous étions alors conscients des difficultés que nous aurions à surmonter car, déjà à cette époque, l’écart entre les espoirs suscités par les textes officiels et la réalité sur le terrain était important.
- poursuivre notre activité de promotion de l’allemand.
- soutenir l’innovation pour contribuer à l’amélioration de l’image de l’enseignement de l’allemand.
- poursuivre le développement des partenariats initiés par l’équipe précédente.

Quel bilan peut-on dresser trois ans plus tard ?
1) Il est évident que nous n’avons pu atteindre notre premier objectif. Déjà à la fin de l’ère Lang, nous dénoncions les retards pris dans l’application du plan du Ministre, notamment dans le domaine de l’information sur le choix des langues, et la mauvaise volonté évidente de certains responsables locaux. L’arrivée de Luc Ferry en mai 2002 a marqué le début d’une période d’immobilisme (au moins dans notre domaine) au cours de laquelle la tendance lourde à l’uniformisation des choix de langues s’est renforcée. Les changements d’équipes gouvernementale ne nous ont pas facilité la tâche, car nous avons du plusieurs fois reprendre notre patient travail de lobbying. Nous avons été reçus six fois au ministère de l’Education, une fois à l’hôtel Matignon et nous sommes adressés à plusieurs reprises au Président de la République pour plaider la cause de l’allemand et obtenir des mesures susceptibles de favoriser une plus grande diversification : d’abord une offre plurielle dès le primaire partout où c’est possible et l’introduction de 6èmes bilangues dans les secteurs ruraux ou à faible densité de population, mais aussi la mise en place d’une information institutionnelle dans le cadre d’une semaine des langues.
Ces idées font leur chemin, car on a pris conscience au niveau politique qu’on ne pouvait prétendre approfondir la coopération franco-allemande sans une meilleure compréhension des langues respectives. C’est le Premier Ministre lui-même qui a fixé l’objectif d’augmenter de 50% le nombre de jeunes Français qui apprennent l’allemand dans les dix prochaines années. Mais les mesures concrètes se font attendre : l’Education nationale est une énorme machine qu’il est difficile de faire évoluer. D’autre part la déconcentration conduit à des disparités grandissantes entre les académies. C’est pourquoi nous avons eu au cours de cette période fréquemment recours à une stratégie que nous avions déjà utilisée au cours de la période Allègre : nous avons profité du réchauffement des relations franco-allemandes pour intervenir auprès du Président de la République, du Premier Ministre, du Ministères des Affaires Etrangères pour qu’ils fassent pression sur l’Education Nationale. Je voudrais souligner que nous avons toujours reçu pour ces interventions le soutien actif de l’Ambassadeur d’Allemagne et de ses conseillers : ainsi, en mars 2004, une délégation composée de Messieurs Rollin et Reinl de l’Ambassade, de M. Bauer de l’Institut Goethe et du Président de l’ADEAF a remis au Conseiller du premier Ministre pour l’éducation Michel Roger et à M. Gottschalk un mémorandum qui reprenait la plupart de nos propositions.
De même, nous nous sommes constamment appuyés sur les conclusions du Rapport du Sénateur Legendre (« l’enseignement des langues étrangères face au défi de la diversification ») que j’avais rencontré en 2003 pour lui exposer notre point de vue. Ainsi nous avons pu situer nos revendications dans un cadre plus large pour réclamer une politique des langues qui correspondent aux besoins d’ouverture internationale de notre pays.
Comme dans la période précédente, cette recherche de contacts avec les autorités, cette ouverture au dialogue nous a semblé la meilleure voie pour faire connaître nos arguments. Le contexte franco-allemand particulièrement porteur nous a fourni plusieurs occasions de nous faire entendre :
- en juillet 2002 à la chancellerie à l’invitation de Brigitte Sauzay.
- en janvier 2003 lors du colloque de la Sorbonne organisé pour le 40ème anniversaire du traité de l’Elysée.
- en octobre 2003 lors des colloques franco-allemands de Sèvre et de Genshagen.
- en mars 2004 lors de la réunion dite « du processus de Poitiers » à l’initiative du Ministère des affaires européennes.
Dans toutes ces manifestations où l’on a tendance à mettre en avant les réalisations modèles de la coopération franco-allemandes (Abibac, Voltaire, manuel d’histoire, etc.), nous avons rappelé la situation sur le terrain et exposé nos propositions.
Nous avons essayé d’être présents partout, mais nous n’y sommes pas toujours parvenus faute de disponibilité. Ainsi nous n’avons pas saisi l’occasion qu’offrait la consultation Thélot pour nous faire entendre. Une seconde occasion manquée a été le congrès franco-allemand prévu en 2002 et qui n’a pas pu se tenir à cause de problèmes d’organisation et de financement.
Un autre levier important pour l’ADEAF n’a pas toujours pu être utilisé : c’est celui de l’action des régionales sur le terrain. Dans le contexte de déconcentration croissante de l’Education nationale, les équipes régionales ont un rôle primordial à jouer. D’une part, elles sont un relais indispensable entre le niveau national et les enseignants d’allemand qu’elles informent, approvisionnent en documents divers et soutiennent, mais surtout elles peuvent être des acteurs importants de la politique des langues définie essentiellement au niveau académique. Lorsqu’elles ont réussi à constituer des équipes efficaces comme à Clermont-Ferrand, elles peuvent intervenir auprès des Recteurs, des IA et alerter le niveau national et l’opinion publique dès que l’enseignement de l’allemand est mal traité. Quelques unes parviennent à assurer une bonne information de leurs adhérents par des courriers réguliers et à mobiliser les professeurs d’allemand, souvent en liaison avec l’institut Goethe ou les maisons d’Allemagne, pour des Deutschlehrertage, des stages ou des manifestations culturelles. Malheureusement un tiers d’entre elles seulement fonctionne de façon satisfaisante et trois n’ont même pas de responsables. Or l’absence d’activité au niveau régional a toujours pour conséquence une perte d’adhérents et donc une perte d’influence pour notre association. Comment mobiliser plus de militants pour des actions constructives et de longue haleine pour promouvoir l’allemand? C’est un problème auquel nous sommes confrontés depuis des années et auquel nous n’avons pas trouvé de vraie solution, au niveau régional comme au niveau national. L’engagement des équipes qui font encore vivre l’ADEAF au niveau local n’en est que plus méritoire et je voudrais saluer les efforts de tous ceux qui, avec une équipe réduite et parfois même seuls, ont fait que le 22 janvier a pu être une occasion de montrer l’importance de la relation franco-allemande, qui, loin de Paris et de son offre culturelle, parfois très loin de la frontière allemande, parviennent à organiser des formations, des lectures, des spectacles, des concours, des réunions d’information dans les établissements scolaires, des cafés allemands, … Le bulletin se fait régulièrement l’écho de ces actions sans lesquelles l’ADEAF ne pourrait exister.

2) Même si elle ne peut pas suppléer au manque d’information officielle sur les langues, l’ADEAF a depuis sa création consacré une partie importante de son budget à la production et à la distribution de documents pour informer les élèves et les parents sur les atouts de l’allemand. Elle a continué à le faire, et les argumentaires élaborés par Frédéric Auria notamment à l’occasion du 22 janvier ont été largement utilisés et cités. (chiffres).
L’ADEAF s’est d’autre part associée à la campagne de sensibilisation « on a tout à faire ensemble menée cette année par l’ambassade et l’institut Goethe. Une partie des affiches, cartes postales, marque-pages distribuées dans les écoles a transité par nos régionales. Un grand merci à la régionale de Lille qui assuré le dispatching des quelques 12 000 documents mis par le GI à notre disposition.
L’année 2004 a vu la mise en ligne du site Deutsch Fans élaboré par notre vice-Président Bernard Bon. Il a pour objectif de faire connaître à de jeunes élèves, mais aussi au grand public la civilisation des pays germanophones pour les inciter à apprendre l’allemand. Deux portails qui constituent de véritables centres de documentation virtuels sont ouverts : ils peuvent être des outils précieux pour les enseignants, notamment du primaire, qui souhaitent présenter des aspects de la civilisation allemande à leurs élèves. Je profite de cette tribune pour remercier Bernard de son engagement : il a consacré plus de trois ans au développement de cet outil extraordinaire qui dès son ouverture au public a connu un grand succès et compte dès maintenant parmi les sites de référence dans le domaine franco-allemand. Nous devons lui assurer la diffusion la plus large et trouver un cadre institutionnel qui permette d’achever la construction du site et d’assurer son fonctionnement et sa pérennisation. Je voudrais aussi rendre hommage à Madame Janine Mourier, informaticienne, qui a mis ses compétences au service de Deutsch-fans à titre complètement bénévole et a consacré des milliers d’heures à sa construction. Enfin cette réalisation n’aurait pas été possible sans le concours du Rectorat de Rennes, sans l’appui de Francis Goullier, Inspecteur général et de Jean-François Pasturel, IA/IPR et sans le concours financier de l’OFAJ et de la fondation Bosch.

Tous ces outils de promotion de l’allemand élaborés par l’ADEAF ne suffiront certainement pas à faire disparaître les a priori, les clichés qui ternissent l’image de l’allemand et de l’Allemagne, mais nous avons la faiblesse de penser que sans cet effort d’information accompli depuis plus de 25 ans, la situation de l’enseignement de l’allemand serait pire encore.

3) Notre association s’est toujours efforcée de contribuer à l’amélioration de l’image de l’enseignement de l’allemand par la promotion de l’innovation. C’est l’objectif des dossiers du bulletin qui ont au cours des dernières années été consacrés à l’enseignement en primaire, en lycée professionnel, à l’internet en cours d’allemand, à la formation des enseignants, à la place de la grammaire, à la présentation de produits culturels attractifs : un grand merci aux membres du comité de rédaction qui ont pris en charge un ou plusieurs de ces dossiers.
ADEAFNET a joué également un rôle pionnier dans la diffusion de l’utilisation des TICE et des innovations pédagogiques en cours d’allemand. Il est d’autant plus injuste que le projet de « portail des ressources TICE » élaboré par Etienne Kneipp n’ait pas pu être réalisé faute de soutien de la part de l’Education Nationale.
L’innovation a également constitué un thème privilégié de nos dernières AG de Bordeaux et du Havre. Et celle de Clermont ne déroge pas à cette tradition puisqu’elle se prolonge demain par un Deutschlehrertag organisé conjointement par l’Inspection Pédagogique Régionale d’Allemand, le GI de Lyon et l’ADEAF.
Nous avions l’ambition de proposer au niveau régional des stages pédagogiques à nos adhérents en complément de ceux que Bernard Martini organise avec le soutien de l’OFAJ. Le succès rencontré par la régionale de Dijon avec son stage « jeux et chansons en primaire » et par les séminaires franco-allemands Caen-Würzburg montrent que nous aurions intérêt à développer ces initiatives".

- Le plus beau mot de la langue allemand

Le Deutscher Sprachrat et l’Institut Goethe viennent de choisir le "plus beau mot de la langue allemande" (voir info parue dans notre Newsletter d’avril 2004) parmi 22.838 envois provenant de 111 pays. Le vote ne dépendant pas de la récurrence du mot, mais de l’argumentation soumise par le candidat. C’est le terme "Habseligkeit" (affaires ou effets personnels, dans un esprit de modestie) qui arrive en tête, suivi de "Geborgenheit" (un mot à forte connotation émotionnelle, que l’on pourrait traduire très imparfaitement par sécurité et bien-être) et "lieben" (aimer). Le "plus beau mot enfantin" est "Libelle" (libellule). Un ouvrage est disponible en librairie ou auprès de l'éditeur (Max-Hueber-Verlag).
Information transmise par l'OFAJ

Pour le prof    [ Haut ]
- Klasse@classe Partnerschaften - Partenariat Classe à classe

Das Projekt der Internet-Partnerschaften zwischen deutschen und französischen Schulklassen entstand im Frühjahr 2003 als Ansatz zur Vernetzung zwischen den DeutschMobilen und den France-Mobilen. Nach unserer Beobachtung zerbrechen die offiziellen Schulpartnerschaften häufig an dem immensen Aufwand, den die organisierenden Lehrer nach einigen Austauschen nicht mehr auf sich nehmen wollen. Ob durch die Reiseorganisation mit Bus oder Bahn, den administrativen Spießrutenlauf durch die Instanzen der Schulbürokratie oder das immer schwierigere Aufspüren von Gastfamilien, die aufgewandten Energien sind bedeutend und haben schon manche Lehrer- und Schülergeneration aufgerieben. Das Programm der Klassenpartnerschaften per Internet vermag die genannten Schwächen zu umgehen: keine aufwändige Reiseorganisation, keine Notwendigkeit, mehrere Klassen oder die ganze Schule einzubeziehen, keine Anträge auf Fördermittel, keine Abschlussberichte, ein zeitlich begrenzter Austausch mit möglicherweise wechselnden Partnerklassen aus unterschiedlichen Regionen: all das erklärt den immensen Erfolg dieses Programms. Bei der Klassenpartnerschaft soll zunächst hauptsächlich ein E-mail-Kontakt aufgebaut werden, der später auch in einen klassischen Austausch mit Besuch der Partnergruppe münden kann, aber nicht muss. Je nach Alter oder Lernniveau können sich die beiden Klassen E-mails direkt in der Fremdsprache schreiben, oder (z.B. in der Grundschule) in der eigenen Muttersprache formulieren, was für die Partnerklasse dann als Leseverstehensübung und landeskundliche Information verarbeitet werden kann. Die E-mails können von den Schülern gemeinsam oder individuell formuliert werden, oder - falls nur ein einziger Computer vorhanden ist – einem Mitschüler diktiert werden, der sie dann später eintippt. Sie können als Hausaufgabe vorbereitet werden, sich an die Klasse als Gruppe wenden oder an einzelne Schüler oder Kleingruppen richten. Der Phantasie sind keine Grenzen gesetzt. Weitere Informationen können auch auf unseren Internetseiten http://www.maison-de-heidelberg.org Stichwort Jumelages Klasse@classe gefunden werden. Das Programm Klasse@classe ist ein Gemeinschaftsprojekt der Aktionen DeutschMobil und France-Mobil, die in den jeweiligen Ländern für das Erlernen der Partnersprache werben.
Info: http://www.deutschmobil.com und http://www.kultur-frankreich.de/francemob il

Primaire    [ Haut ]
- Fêter la St Martin

Le 11 novembre, les petits Allemands ont pour coûtume de se promener avec des lampions en chantant "Laterne, Laterne" et encore bien d'autres chansons pour fêter la St Martin. Selon les régions, ils défilent de porte en porte pour réclamer des friandises après une prestation de chants. Cette fête, à l'origine en référence à St Martin de Tours, est devenue aujourd'hui la fête de Martin Luther et se fête alors le 10 novembre. Sur le site académique de Versailles, une fiche pédagogique pour présenter cette tradition aux jeunes élèves.
http://www.ac-versailles.fr/pedagogi/all emand/prof/deut/st_martin.htm

Lycée    [ Haut ]
- Pour les candidats au programme Voltaire

Chat "questions-réponses". Lundi 15 novembre , à 18 heures, madame Cécile Debreux (responsable du programme Voltaire) se tient à la disposition des élèves souhaitant poser leur candidature au Programme, à l'occasion d'un "chat" sur le site Internet de l'OFAJ, à partir de 18 heures. Il suffit que les parents,éléves, enseignants... se connectent à cette heure là sur le site http://www.ofaj.org, qu'ils enregistrent leur profil sur le chat , ils pourront dialoguer dans la partie "Juniors". Par ailleurs, des témoignages d'anciens élèves Voltaire sont en ligne ici:
http://www.ac-versailles.fr/pedagogi/all emand/prof/p-info/voltaire/temoin.htm

- Bac 2005

Les modalités du bac changent. Les candidats aux épreuves écrites d'allemand devront répondre sur leur copie d'examen. Les cahiers disparaissent. Un sujet "zéro" est proposé sur le serveur de Versailles. Il s'agit d'un sujet de la session 2004, modifié selon les nouvelles modalités.
http://www.ac-versailles.fr/pedagogi/all emand/prof/bac/bac_2005.htm

- L'allemand au lycée professionnel

De nombreuses ressources pour les élèves :
http://www.ac-nancy-metz.fr/enseign/Lang uesLP/allemand/Menu/eleves.htm
- des liens pour apprendre, où de nombreux exercices en ligne vous permettront de perfectionner votre allemand ;
- des liens pour s'informer, où la réalité quotidienne devient concrète ;
- des liens pour s'évader, où, par un simple clic, vous découvrirez l'Allemagne, ses villes, son histoire, sa musique ;

Des ressources pédagogiques pour les enseignants
http://www.ac-nancy-metz.fr/enseign/Lang uesLP/allemand/Menu/professeurs.htm
- des séquences d'apprentissage BEP ET BAC PRO à adapter à vos élèves, les orientations fonctionnelles, des exemples de progression, des sujets BEP, des sujets Bac Pro des dernières années,
- des descriptifs de projets de correspondance électronique ;
- des idées, des exemples pour intégrer les TICE ;
- une information réactualisée concernant les textes officiels ;
Ce site est animé par Etienne Kneipp.

Une liste de diffusion "l'allemand au lycée professionnel" est associé au site. Pour écrire à la liste:
http://listes.ac-nancy-metz.fr/wws/compo se_mail/lpallemand

Sortir    [ Haut ]
- Site de Marén Berg

L'ambassadrice de la langue allemande, Marén Berg, est maintenant présente sur Internet. Le site, en français et en allemand, permet d'écouter quelques chansons, de consulter les paroles et de s'informer des concerts qui peuvent être organisés sur demande dans les établissements scolaires. Les programmes s'adressent plus particulièrement à de jeunes élèves (primaire et 6°/5°).
http://www.marenberg.com

- Plus de violence dans les écoles allemandes

Le chiffre des violences constatées en milieu scolaire en 2003-2004 est en hausse de 32,7 % et ce sont notamment les agressions de professeurs et les agressions dans les écoles berlinoises qui sont en hausse.
http://www.teachersnews.net/0105/home.ns f/url/0B9B1497891458F2C1256F48002EB54B

- Année 2005 - année Albert Einstein

2005 sera l'année Albert Einstein en Allemagne - les 100 ans de la théorie de la relativité seront l'occasion de donner aux jeunes une "envie de l'avenir".
"Ce que nous pouvons vivre de plus beau, c'est le mystérieux", avait dit Albert Einstein. Tel pourrait être le slogan qui marquera l'année 2005 en Allemagne. Pour fêter les 100 ans de la théorie de la relativité et le cinquantenaire de la mort du grand physicien d'origine allemande, l'année 2005 sera en Allemagne l'Année Albert Einstein. Un an pour donner aux jeunes l'envie de penser et d'innover - une envie de l'avenir. Organisée en collaboration avec de nombreux acteurs du monde culturel, l'Année Einstein jettera des ponts entre science et culture. Einstein (1879-1955) a posé les bases de la physique moderne. Il a révolutionné notre perception du temps et de l'espace, de la matière et de l'énergie. Mais il était aussi un homme engagé dans le domaine social et politique. C'est à toutes les facettes de ce génie de la science et de la pensée que rendra hommage l'année 2005.
L'Année Einstein s'inscrit dans le cadre de l'initiative du gouvernement fédéral en faveur de l'innovation. Elle sera aussi la contribution de l'Allemagne à la " World Year of Physics " organisée par l'Unesco.
D'après le service culturel de l'ambassade
http://www.amb-allemagne.fr/

Dossier spécial    [ Haut ]
- 15° anniversaire de la chute du mur et réunification

Rappelons-le, notamment aux jeunes collègues qui n'ont pas vécu ces événements "en live". Ce 9 novembre 2004 nous avons célébré les 15 ans de la chute du mur. Pour cette occasion, de nombreuses institutions et journaux ont publié des dossiers "chute du mur" et "réunification". Dans ce dossier, nous présentons des ressources consultables en lignes, les articles de presse ainsi que des vidéos ou DVD pour la classe.

Dossiers en ligne
Tout d'abord, sur le site de l'ambassade d'Allemagne un dossier 8 pages avec des photos et des cartes, en format pdf à télécharger pour impression:
http://www.amb-allemagne.fr/news_accueil /anni_mur/InfoBerlinerMauer-.pdf
Ce dossier retravaillé et compléte (bibliographie, sitographie commentée) par Delphine Bour du GEP Langues de l'académie de Versailles est consultable en ligne sur:
http://www.ac-versailles.fr/pedagogi/all emand/prof/deut/9novembre.htm
A lire aussi, la déclaration du chancelier Gerhard Schröder en version française:
http://www.bundesregierung.de/fr/-,9192. 742518/pressemitteilung/15-ans-apr-s-la-c hute-du-Mur.htm
Sur le site Jours d'Histoire tout un dossier sur la guerre froide dont une page "chute du mur":
http://www.herodote.net/histoire11090.ht m
Sur le site "Cliosoft, l'histoire en ligne" vous trouverez dans le dossier spécial "la fin de l'URSS" une page spéciale "chute du mur":
http://www.cliosoft.fr/12_01/chute_mur.h tm
Et encore, un dossier avec textes et images sur le site personnel de notre collègue Christophe Chamorand, professeur d'allemand à la Réunion:
http://perso.wanadoo.fr/cchamorand/hist/ mauerfall.htm
Absolument génial, les photos personnelles d'un témoin des événements du 9 novembre et des jours suivants:
http://www.pohl-projekt.de/G_M_001.html
Tout en allemand mais très complet et provenant d'une source officielle, le site "Chronik der Mauer":
http://www.chronikdermauer.de/index.php/ home/
Le site du "Mauermuseum Checkpoint Charlie", tout en allemand encore mais très instructif:
http://www.mauer-museum.com/frame-index- mauer.html
Un dossier fait par des lycéens Leistungskurs Politische Weltkunde. On appréciera notamment les interviews et les "Fluchtgeschichten":
http://www.salvator.net/projekte/mauer/m auerbau.html
Le dossier du Spiegel "Vom Mauerfall zur deutschen Einheit". Le dossier n'est pas gratuit:
http://www.spiegel.de/archiv/dossiers/0, 1518,326394,00.html

Les sites multilingues
Une exposition en ligne en trois langues (allemand, anglais, français) réalisée pour le 10° anniversaire de la chute du mur:
http://www.wall-berlin.org/
Le site du centre documentaire du mur de Berlin propose des informations en quatre langues (allemand, anglais, français, italien):
http://www.berliner-mauer-dokumentations zentrum.de/
Une exposition photo avec commentaires en allemand, anglais, français et protugais:
http://www.dieberlinermauer.de/
Archives de 500 photos, interface en anglais et allemand, moteur de recherche multicritère sur le site:
http://www.mauerfotos.de/
Une autre exposition photos, en allemand et en anglais. L'auteur montre 39 photos de ses 1500 photos qui sont disponible sur CD-ROM:
http://www.kupfernagel.de/

Séquences pédagogiques et matériel didactique
Une séquence pédagogique, compréhension de l'écrit proposé par le Goethe Institut:
http://www.goethe.de/in/d/gaz/didak1961- f.html
Une séquence pédagogique multimédia à partir du CD-ROM "Mauer", élaborée par Jeannine Bardy, académie de Versailles:
http://www.ac-versailles.fr/pedagogi/lan gues/tice/scenar/mauer.htm
Une autre séquence "Travailler avec les quiz - exemple Berliner Mauer", de Nicole Thiery:
http://www.ac-versailles.fr/pedagogi/all emand/prof/p-dida/berlin_mauer.htm
Une didactisation du film "Novemberkatzen" proposée par Jeannine Bardy, à utiliser en lycée:
http://www.ac-versailles.fr/pedagogi/all emand/prof/p-dida/novemberkatz.htm
Des transparents en couleur téléchargeables (pour imprimante couleur jet d'encre):
http://www.goethe.de/dll/pro/tlk/folie_2 2-f.html

Articles parus dans la presse française
Dans le monde "L'Allemagne célèbre le 15e anniversaire de la chute du mur de Berlin":
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3214,36-386315,0.html
L'article dans Libé "Berlin, 15 ans après, éclats du mur":
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=252500
Dans le Figaro "Berlin retrouve sa gaieté de coeur":
http://www.lefigaro.fr/adv-voyages/20041 103.FIG0010.html
Dans le Nouvel Obs:
http://archquo.nouvelobs.com/cgi/article s?ad=etranger/20041109.FAP2727.html&host= http://permanent.nouvelobs.com/
Dans l'Humanité:
http://www.humanite.presse.fr/journal/20 04-11-09/2004-11-09-449558

Vidéos et DVD
Sur le site de la Bundeszentrale für Poltische Bildung, plusieurs interviews filmés à voir en ligne:
http://www.bpb.de/themen/YKXZ7C,0,0,Der_ Fall_der_Berliner_Mauer.html
D'autres "Video-Interviews mit Zeitzeugen":
http://www.berliner-mauer.de/video.htm
Un DVD 65 minutes édité par le Spiegel "Der Fall der Mauer - eine deutsche Geschichte"
http://shop.spiegel.de/go/see!SPONpvs0-M auerfall
15 minutes, un film pédagogique des édition Gulliver "1989 : la chute du mur de Berlin"; il est possible d'en voir un extrait en ligne:
http://www.gulliver-video.com/1989.htm
Une liste de films traitant du sujet (fictions et documentaires):
http://stores.dailysoft.com/books_de/ber linermauer_03.htm
"Das Brandenburger Tor" 15 minutes, année 1990, distribution Inter Nationes:
http://193.96.193.67/in/?MIval=DFI_03D.h tml&id=2669&MIqry2pass=on
"Unter Deutschen ", 89 minutes, 1995 - qu'en est-il de l'identité allemande et de la cultre allemande après la réunification? Distribution Inter Nationes:
http://193.96.193.67/in/?MIval=DFI_03D.h tml&id=2734&MIqry2pass=on
A ne pas oublier, le film "Good bye Lenin". Ici un dossier pour une utilisation en cours:
http://www.ac-versailles.fr/pedagogi/all emand/prof/deut/good_bye_lenin.htm

[ Haut ]

Archives de la rubrique Allemand :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 

Office Franco-Allemand pour la Jeunesse

 • La sélection des meilleurs sites
 • Dossier Bac et Brevet : préparation, entraînement, auto-évaluation
 • Le point pour la rentrée 2004
  La rubrique Allemand dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable