Arabe (Café N° 78)

Version imprimable Version imprimable

Vie de la discipline

Pour le prof

Concours

Bibliographie

Sortir

Édition du 15-12-2006

- Mohammad Bakri -

- A la Une : Le maître est mort – Portrait de Naguib Mahfouz

Naguib Mahfouz s'en est allé. L'écrivain égyptien, lauréat du prix Nobel en 1988, a tiré sa révérence le 30 août dernier, sans bruit et sans fureur. En quittant humblement les rumeurs du monde, il laisse derrière lui une oeuvre impressionnante composée d'une cinquantaine de romans et recueils de nouvelles.

Décédé à l'âge de 94 ans, Naguib Mahfouz avait voué sa vie à construire, pierre par pierre, l'énorme édifice littéraire qu'il lègue à la postérité. Un peu à la manière de ses ancêtres les pharaons pour lesquels il s’était enflammé durant ses premiers pas d’écrivain.
Curieusement, Naguib Mahfouz ne se sera jamais déplacé au pied des pyramides pour admirer la splendeur de la civilisation égyptienne. Au fond, n’en était-il pas le dépositaire naturel ? Un héritage qu’il a porté chevillé au corps, tout comme il portait, sans ostentation, l’héritage de la civilisation islamique.

Enfant de Kahn El Khalil, quartier populaire du vieux Caire, le petit Naguib deviendra au fil du temps Maître Mahfouz. C’est ainsi que l’appelaient avec déférence les jeunes intellectuels qui gravitaient autour de lui, comme gravitent autour d’un astre les étoiles. Malgré l’âge et la faiblesse physique, l’homme continuait à fréquenter les vieux cafés de la capitale égyptienne. Entouré de ses proches, il aimait autant débattre de littérature et de politique que participer aux truculentes joutes verbales qui caractérisent la culture orale égyptienne. La renommée acquise au fil des ans ne l’avait en rien détourné de ce besoin incessant d’être au contact du peuple dont il a été l’ardent chroniqueur. Comme s’il n’avait jamais oublié que c’est en assistant au soulèvement des Cairotes contre les Anglais en 1919 qu'il avait senti pour la première fois que son destin passera par la littérature ou ne passera pas.

Eveil de la pensée

Lorsqu’il parlait de littérature, Naguib Mahfouz aimait à évoquer l’histoire du «Fou de Laïla», un poème arabe de l’ère pré-islamique qui inspira à Aragon son «Fou d’Elsa», Naguib, lui, avait été jusqu’au bout «le fou de littérature».

Né au sein d’une modeste famille cairote en 1911, le jeune Mahfouz développe très tôt une sensibilité remarquable. En 1930, il fréquente l’université du Caire où il obtient une maîtrise de philosophie. En ce début du XXe siècle, soufflait sur le Caire un vent de réforme politique et intellectuelle et Naguib Mahfouz, ne reste pas insensible à cet éveil de la pensée dont les grands artisans avaient été Abbas El-Akkad et Mohamed Hussein Heykal, entre autres.

Dans ces mêmes années, il découvre avec ravissement les grands titres de la littérature mondiale. Au tournant du XXe siècle, le genre romanesque apparaît dans une société et une culture qui découvrent ce genre littéraire à travers la traduction des romans européens du XIXe. Exalté par l’Antiquité égyptienne, Mahfouz se confronte au roman et publie «La Malédiction de Râ» (1939), «Combat de Thèbes» (1944) et «L’Amante du pharaon» (1943), roman publié en version française en octobre 2005. Bien avant que «Sinoué l’Egyptien», le fameux récit du Finlandais Mika Waltari ne fasse parler de lui, Mahfouz explorait déjà les voies nouvelles ouvertes par l’égyptologie.

Mais son pays, en cette Seconde Guerre mondiale, est transformé en base militaire par les Alliés ; les nationalistes égyptiens sont discrédités aux yeux du peuple qui les accusent d’indulgence envers la force d’occupation britannique et la monarchie égyptienne ; tandis que la position du mouvement des Frères musulmans, organisation fondée en 1927 avec le soutien des Britanniques, s’en trouve renforcée et qu’au sein de l’armée, se constitue clandestinement un comité des officiers libres qui débouchera des années plus tard sur le régime de Nasser. Ce n’est donc pas un repli nostalgique sur les splendeurs du passé que l’Egypte attend de son écrivain, et les trois romans consacrés aux pharaons n’auront pas le succès qu’ils méritent.

Changement de cap

Mahfouz ne tarde pas à comprendre qu’il est à contre-courant de sa société et s’empresse de braquer sur elle sa loupe de scrutateur. De ce travail acharné, il en sortira notamment «Passage des miracles», publié en 1947, dans lequel Naguib Mahfouz fait revivre l’âme de son quartier natal du vieux Caire islamique, encerclé par le quartier copte, l’université d’Al Azhar, la citadelle de Saladin et le Nil. Un roman qui révélera chez Naguib Mahfouz un talent de grand naturaliste social.

Mais la reconnaissance n’arrive qu’avec la publication en 1956-1957 de la trilogie de 1.500 pages achevée en 1952 et constituée de trois romans : «Impasse des deux palais», «Le Palais du désir», «Le Jardin du passé». Une saga familiale qui donne à voir sur trois générations, les évolutions individuelles des Cairotes entre le début de la révolution nationale, la fin du régime du roi Farouk et l’avènement de Nasser, avec en filigrane, l’influence grandissante des Frères musulmans dans une société en proie aux basculements historiques du monde.

A quarante-cinq ans, Naguib Mahfouz est enfin reconnu grâce à ce chef-d’oeuvre qui obtiendra un succès populaire énorme et marquera des générations entières d’écrivains arabes. Entre-temps, l’écrivain avait mis son talent au service du cinéma. Il sera le scénariste de plusieurs films qui peuvent être considérés comme des représentants en Egypte de la vague du néoréalisme. Hormis des collaborations dans le journal égyptien El Ahram et l’animation de cercles littéraires, il cesse cependant d’écrire plusieurs années durant. Lui, qui s'était réjoui de voir aboutir la révolution de juillet 1952 conduisant Nasser au pouvoir, a été vite désenchanté par l'orientation politique de l’Egypte indépendante, où il ne reconnaît pas les valeurs de démocratie et de justice sociale qu’il défendait. Il se mure dans le silence : "Rien n'avait changé dans ma vie, mais ce fut comme si quelqu'un de cher avait disparu. La société que je sondais était morte, et moi avec elle. Ce furent des années affreuses", avait-il confié à ce sujet.

Désenchantement post-révolutionnaire

Mahfouz renoue avec l’écriture en 1959, revenant à la tradition ancienne en littérature arabe du récit allégorique et satirique, et publie «Les Fils de la médina» qui lui vaudra les critiques les plus acerbes des cercles dirigeants et soulèvera l’ire des autorités religieuses de l’université d'El Azhar. Mettant en scène des personnages inspirés d’Adam, Moïse, Jésus et Mahomet, incapables de construire un monde meilleur contrairement à une autre figure allégorique représentant la science, le roman dénonce l’autoritarisme du régime de Nasser et contient une réflexion pessimiste sur le pouvoir.

Jugé blasphématoire, il est frappé d’interdiction de publication prononcée par l’université d’El Azhar. Naguib Mahfouz accepte cette décision mais refuse de retirer du marché les exemplaires en circulation. Ce qui n’empêchera pas ce roman d’être abondamment lu dans le monde arabe dans une édition pirate parue au Liban. Influencé par le soufisme qui est la mystique de l’islam, il ne combat pas les intégristes de front mais le libre-penseur qu’il était sera profondément blessé par cette montée de l’intolérance. Il ne baisse pas les bras pour autant et continue de critiquer le pouvoir et les dérives de la société notamment dans «Le Voleur et les chiens» (1961) et dans «Miramar» (1968).

Ultime combat

En homme de paix, il n’hésite pas à approuver publiquement les accords de paix entre l’Egypte et Israël en 1979, tout en se déclarant totalement solidaire des Palestiniens. Une position qui lui vaudra d’être boycotté dans de nombreux pays arabes. En 2001, il avait encore soutenu un dramaturge égyptien exclu de l'Union des écrivains parce que favorable, lui aussi, à la normalisation avec Israël. Homme de coeur et de sagesse, il n’avait pas hésité à diviser le chèque de la Fondation Nobel en quatre parts égales entre sa femme, ses deux filles, et le peuple palestinien. Peuple pour lequel il plaidera à Stockholm dans un discours lu par un jeune écrivain égyptien qu’il avait envoyé recevoir le prix Nobel à sa place.

Sans verser dans les polémiques stériles, ni hanter les plateaux télé, Naguib Mahfouz mettra le roman arabe sur la voix de la modernité et défendra jusqu’au bout son engagement pour la paix, la démocratie politique et la liberté personnelle. Des positions qui lui valent de frôler la mort, le 14 octobre 1994, à l'âge de 83 ans, sous les poignards de deux extrémistes, membres de l’organisation terroriste Al Gamaat al Islameya, qui reconnaîtront au procès ne pas avoir lu une seule ligne de son oeuvre. Evitant la surenchère, Naguib Mahfouz opposera sa plume à l’ignorance, déclarant au lendemain de l'agression que l’écriture avait beaucoup d’effets sur la culture et sur toutes les valeurs civilisationnelles.

Bien qu’affaibli, il engage un ultime combat pour la liberté d’expression en entreprenant de faire lever par El Azhar la mesure d’interdiction prononcée contre son roman «Les Fils de la médina». Partiellement paralysé, sourd et aveugle, Naguib Mahfouz gardera jusqu’au bout sa vivacité et sa générosité d’esprit. Avec sa disparition, le monde des lettres perd un de ses grands représentants. La richesse de son oeuvre est telle que le célèbre comparatiste Edouard Saïd a écrit à son sujet : "Il n’est pas seulement un Hugo ou un Dickens mais aussi un Galsworthy, un Mann, un Zola et un Jules Romain."

Par Monia Zergane pour Evene.fr - Septembre 2006.
http://www.evene.fr/

Vous pouvez également visiter le site consacré à l’auteur (en rabe). On y trouve en particulier une rubrique permettant de télécharger en toute légalité de larges extraits de ses oeuvre :
http://www.naguib-mahfouz.com/

Vie de la discipline    [ Haut ]
- Baccalauréat technologique série STG

Le BO n° 42 du 16 novembre 2006 précise les modalités des épreuves de langues vivantes obligatoires 1 et 2 de l'examen du baccalauréat technologique, en série sciences et technologies de la gestion (STG), applicables à la session 2007 de l'examen.
Pour les consulter :
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/42/MENE0602723N.ht[...]

Le BO n° 45 du 7décembre 2006 précise que le tableau portant désignation, coefficient, nature et durée des épreuves de la série sciences et technologies de la gestion (STG) est modifié.
Pour lire les détails de ces modifications :
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/45/MENE0602674A.ht[...]

- Consultation des enseignants sur les projets de programmes de langues vivantes étrangères

Les projets de programmes des langues vivantes étrangères de l'enseignement de l'allemand, de l'anglais, de l'arabe, du chinois, de l'espagnol, de l'hébreu, de l'italien, du portugais et du russe pour le palier 2 au collège, ainsi que de l'enseignement du japonais pour le palier 1 au collège, sont mis en consultation dans les académies du 27 novembre au 26 janvier 2006.

Ces projets de programmes font suite aux programmes de langues vivantes étrangères palier 1 publiés dans le BO hors série n°6 du 25 août 2005
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/hs6/default.htm
et tiennent compte du décret n°2005-1011 du 22 août 2005
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numj[...]
relatif à l'organisation de l'enseignement des langues vivantes étrangères dans l'enseignement scolaire, qui fixe, au regard du cadre européen commun de référence pour les langues, le niveau attendu des élèves à la fin de la scolarité obligatoire à B1 pour la première langue étudiée et à A2 pour la seconde langue vivante étudiée.

- EduScol :
http://eduscol.education.fr/D0082/consult_LVE.htm
- Préambule commun à toutes les langues :
http://eduscol.education.fr/D0082/consultationLVE_pream[...]
- Accès direct au projet de programmes concernant l’arabe :
http://eduscol.education.fr/D0082/consultationLVE_arabe[...]

- Sections internationales : admission et évaluation

Le B.O n°38 publie trois textes qui fixent les conditions d'admission, d'organisation et d'évaluation dans les sections internationales de l'école au lycée. Ainsi, au collège, "le dossier doit comporter les pièces justifiant les conditions d'admission suivantes : pour les élèves français, être issus d'une section internationale d'école ou avoir effectué tout ou partie de leur scolarité dans un pays où est parlée la langue de la section ou attester d'un niveau suffisant dans la langue de la section ; pour les élèves étrangers, attester d'une connaissance suffisante de la langue de la section et du français". Un arrêté définit les épreuves de l'option internationale au bac.

- Sections internationales dans les écoles, collèges et lycées :
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/38/MENE0601957D.ht[...]

- Sections internationales de lycée
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/38/MENE0601958A.ht[...]

- Sections internationales de collège
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/38/MENE0601959A.ht[...]

- Voir aussi :
http://lyc-balzac.scola.ac-paris.fr/arabe/accar.htm#epr[...]

- Annales du Baccalauréat 2006

Les annales du baccalauréat 2006 sur le site arabe de l’académie de Lyon :
http://www2.ac-lyon.fr/enseigne/arabe/ressources/exconc[...]

Pour le prof    [ Haut ]
- Livre : L'art de rédiger en arabe

Fayza Al Qassem - Paris III, Georges Bohas - ENS-LSH, Mahmoud Fakhoury - Université d'Alep. Ce livre fait suite au manuel, publié en 1995 sous le titre Rédiger en arabe, qui offrait une première approche rationnelle de la rédaction en mettant à la disposition des apprenants une large gamme d'énoncés traitant de thèmes divers.

L'exploitation pédagogique du livre a permis aux auteurs d'affiner le propos et de mettre l'accent sur la façon dont un savoir est produit.

A travers une batterie d'exercices et un choix assez représentatif de textes, l'accent est mis sur l'articulation, la cohérence, la cohésion des idées et des arguments, en vue de l'acquisition d'une compétence rédactionnelle, dépassant le recours passif aux calques.

- Pour imprimer le bon de commande (format word) :
http://www.ac-versailles.fr/pedagogi/langue-arabe/doc-w[...]

- Pour imprimer le bon de commande (format PDF) :
http://www.ac-versailles.fr/pedagogi/langue-arabe/doc-p[...]

- Langues de France en chansons

« le Hall de la chanson » en partenariat avec la « Délégation générale à la langue française et aux langues de France » et avec le soutien du « Ministère de la Culture et de la Communication », présente un nouveau site : « Langues de France en chansons ».

Quel meilleur vecteur que la chanson pour sensibiliser les publics de tous âges à l'extraordinaire pluralité linguistique de la France ? Le site « Langues de France en chansons » propose de découvrir la richesse des chansons traditionnelles et contemporaines dans ces différentes langues : régionales (alsacien, basque, breton, catalan, corse, flamand occidental, francique, francoprovençal, occitan, langues d'oïl); non-territoriales (arabe dialectal, arménien occidental, berbère, judéo-espagnol, romani, yiddish); d'outre-mer (créoles guadeloupéen, martiniquais, réunionnais; langues de Guyane, langues kanakes, langues de la Polynésie française; wallisien et futunien, langues de Mayotte...); la langue des signes française (LSF)...
Au cours du voyage, vous prendrez connaissance de données essentielles sur chacune des langues de France, vous entendrez de nombreux extraits musicaux de chansons d'hier et d'aujourd'hui, vous découvrirez la biographie de nombreux artistes et vous entendrez les points de vue des artistes et des acteurs institutionnels : « Délégation générale à la langue française et aux langues de France », « le Hall de la chanson », « Centre d'Information et de Ressources pour les Musiques Actuelles » et « Fédération des Associations de musiques et danses traditionnelles ».
http://www.lehall.com/

- Le site Oumma

Le site « Oumma » est la propriété de l'association « Oumma.com » relevant de la loi 1901. Il est réalisé par un collectif indépendant issu de plusieurs pays réunissant des musulmans (et même des amis des musulmans...) sans discrimination relative aux diverses modalités de leur « islamité », sans affiliation « partidaire» dans la mouvance communautaire organisée (mais qui connaît bien les différentes instances). Cette équipe de rédaction est composée de personnalités dont la situation professionnelle est diverse (professeurs d'université, cadres supérieurs, chercheurs, ingénieurs, journalistes...). Le site « Oumma » fait circuler l'information sur la vie culturelle de la deuxième religion de France; organise le débat d'idée sur l'intégration et la représentation de l'islam en Europe et partout dans le monde francophone; et même le dialogue avec les autres confessions et courant d'idées; tisse des liens entre l'intelligentsia musulmane, les responsables d'associations, les autorités publiques, les acteurs sociaux et le monde des médias. Le site propose plusieurs rubriques : « Oumma TV », « presse », « articles » et « livres ».
http://www.oumma.com/

- RJ Liban

Les nombreux abonnés et fidèles de la lettre d'informations de « RJ Liban » vont désormais retrouver leur revue de presse consacrée au Liban et au Proche-Orient sur le nouveau site de l'association « RJ Liban ». Dans un premier temps, toutes ces publications électroniques (Presse, Bibliographie, Reportage, Communiqué, etc) seront archivées. Puis cette somme sera enrichie par un ensemble de nouvelles sur les activités culturelles de la diaspora libanaise dans le monde. L'association « RJ Liban » a été fondée à Paris en 1985 par Naji Farah alors étudiant en France. L'action des membres de « RJ Liban » vise « à promouvoir le patrimoine culturel libanais et à renforcer les échanges entre Libanais et amis du Liban ». En France, ce Club a lancé des dîners-débats mensuels, monté des soirées de gala annuels, des concerts etc. Dès sa création et jusqu'au retour définitif de Naji Farah à Beyrouth en 1997, un service d'informations politiques et culturelles a fonctionné sur Minitel. Ce souci de communiquer sur le terrain des idées et de la rencontre est resté une priorité. Ce nouveau site en est la preuve manifeste.
http://www.rjliban.com/

Concours    [ Haut ]
- Langues : PrimLangues lance un concours de poèmes

Poésie en liberté et PrimLangues, le site institutionnel du ministère français de l’Education nationale, organisent un concours de poèmes en langues étrangères. Entre le 1er novembre 2006 et le 31 janvier 2007, les classes d’écoles primaires du monde entier seront invitées à déposer un poème (5 à 20 lignes maximum) dans leur langue maternelle en se connectant sur le site www.poesie-en-liberté.org. Du 31 janvier 2007 au 31 mars 2007, les classes françaises de cycle 3 de France métropolitaine, seront invitées à participer au concours PrimLangues « dire un poème en langue étrangère » en choisissant un poème parmi ceux déposés lors de la phase précédente.
http://www.primlangues.education.fr/php/actualites.php

- Calendrier du concours général des lycées - session 2007

Une note publiée au BO n°38 du 17 octobre 2006 fixe le calendrier des épreuves du Concours général. Deux innovations cette année : le chinois en série générale et la fixation d'un maximum de 8% de candidats par lycée.
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/38/MENE0602516N.ht[...]

- Concours d’enseignement : Agrégation, Capes et PLP

Pour tout savoir sur les concours d’enseignement d’arabe : programmes, préparation, inscription, rapports du jury, résultats, etc, vous pouvez consulter le site interuniversitaire crée par Frédéric Lagrange :
http://www.concours-arabe.paris4.sorbonne.fr/

- Les rapports des jurys

Les rapports des jurys du Capes et de l'agrégation sont publiés sur le site du ministère. Toutes les disciplines ne sont pas encore disponibles. Mais c'est déjà le cas pour la session 2004 pour un nombre important d'entre elles y compris l’arabe.
http://www.education.gouv.fr/siac/siac2/jury/default.ht[...]

Bibliographie    [ Haut ]
- Penser la crise des banlieues

L'« Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales » (EHESS) met en ligne une série de vidéos sur la « crise des banlieues ». François Dubet, Denis Merklen, Dominique Schnapper, Bruno Descroix, Patrick Fridenson, Dominique Pasquier, par exemple, échangent sur la société inégalitaire, les quartiers populaires comme espace de la protestation, le modèle républicain confronté aux discriminations, la place de l'école, etc.

- Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) :
http://www.ehess.fr/html/html/index.html

- crise des banlieues :
http://www.ehess.fr/enseignements/cercles-banlieues/ind[...]

- Guides de la recherche-sur-Web

Différents « Guides de la recherche-sur-Web » sont proposés par des chercheurs sous la direction de « Jean-François Legrain », chercheur au « CNRS » (Centre National de la Recherche Scientifique), laboratoire « GREMMO » (Groupe de Recherche et d'Études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient) de la « MOM » (Maison de l'Orient et de la Méditerranée). Ces « Guides de la recherche-sur-Web » ont pour objectif d'introduire l'internaute, au maniement de la Toile.

Une première série rassemble des guides, conçus sur le modèle d'une bibliographie raisonnée des ressources de l'Internet, concernant les pays de l'aire couverte par la MOM et ses disciplines de travail. Trois guides de cette série sont déjà en ligne; le guide Syrie est en cours de rédaction et des guides Archéologie islamique, Archéométrie et Irak sont en préparation.

Une seconde série offre des recherches qui font de l'approche de l'Internet par les sciences sociales l'objet de leur analyse. La première de ces contributions est en ligne. D'autres suivront et devraient, à terme, constituer une véritable bibliothèque en ligne.

- Guides de la recherche-sur-Web :
http://www.mom.fr/guides/

- Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) :
http://www.cnrs.fr/

- Groupe de Recherche et d'Études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO) :
http://www.mom.fr/com/Presentation/Equipes/Gremmo/

- Maison de l'Orient et de la Méditerranée (MOM) :
http://www.mom.fr/

- Blog : Culture et politique arabe

Ce Blog, réalisé par notre collègue Yves Gonzalez-Quijano, Maître de conférences à l’université de Lyon 2, propose une lecture culturelle hebdomadaire de la politique arabe... L’idée est de parler de l'actualité culturelle arabe et montrer ce qu'elle peut nous dire sur l'actualité politique.
http://culturepolitiquearabe.blogspot.com/

- Ressources en ligne

Al-Warraq, un excellent site qui propose en ligne un fond très complet du patrimoine arabo-musulman: histoire, géographie, voyages, compilations, littérature, hadith, linguistique, médecine, philologie, etc... et c'est gratuit!!
http://www.alwaraq.com/

- Index de la littérature libanaise d’expression française

Index qui se propose de fournir des repères sur les auteurs libanais d’expression française :
http://www.najjar.org/self/

Sortir    [ Haut ]
- La méditerranée des musiques

D’octobre 2006 à juin 2007.

L'« Institut du Monde arabe » à Paris présente d'octobre 2006 à juin 2007, en partenariat avec « rfi » « la méditérranée des musiques ». De nombreuses musiques nées dans l'espace méditerranéen se sont affirmées à travers le temps ou ont fini par disparaître. Dans la tranche Nord s'est développé un système d'écriture qui a donné naissance à la notation, permettant de conserver le corpus de la musique classique occidentale voire des musiques populaires. Ailleurs et surtout au Sud, c'est la transmission orale qui a prévalu, présidant au développement d'une autre conception du temps musical où se conjuguent ancien et moderne : ici, l'interprétation actualise le passé et le consolide dans des expressions nouvelles. Une des grandes découvertes du XXe siècle aura d'ailleurs été l'existence de musiques situées sur la frange Nord de l'espace méditerranéen et de tradition orale. C'est ainsi que des polyphonies orales ont été mises au grand jour en Corse, en Sardaigne, en Sicile, en Albanie, en Epire.
http://www.imarabe.org/temp/spectacles/spectacles2006-2[...]

- Institut du Monde arabe :
http://www.imarabe.org/

- RFI :
http://www.rfi.fr/

- Exposition : Venise et l’Orient

Du 3 octobre 2006 au 18 février 2007. L'« Institut du Monde arabe » à Paris présente, en partenariat avec le « Metropolitan Museum of Art » de New York, du 3 octobre 2006 au 18 février 2007, une nouvelle grande exposition patrimoniale : « Venise et l'Orient ». A travers quelque deux cent objets : peintures, textiles et tapis, verreries, céramiques, orfèvreries... provenant de collections vénitiennes et de grands musées, cette exposition nous plonge dans l'histoire des relations à la fois fortes et complexes que Venise entretiendra avec les grandes villes d'Orient entre 828 (vol de la dépouille de Saint Marc à Alexandrie) jusqu'à la fin du XVIIe siècle (dissolution de la république de Venise).

Rarement deux destins ont été aussi intimement liés, malgré les antagonismes et les péripéties de l’Histoire. En effet, Venise, cette cité-État européenne, qui a exercé une suprématie économique et commerciale pendant des siècles en Méditerranée, avait instauré, depuis le IXe siècle, des rapports privilégiés avec les dynasties du Proche-Orient et tissé des liens solides avec Le Caire, Damas et Byzance-Constantinople.
- Institut du Monde arabe :
http://www.imarabe.org/
- Metropolitain Museum of Art :
http://www.metmuseum.org/
- Présentation détaillée de l’exposition :
http://www.imarabe.org/temp/expo/venise-orient.html
- Galerie photos :
http://www.imarabe.org/temp/expo/venise-orient/venise-o[...]

- L’Orient des photographes arméniens

Institut du Monde arabe. Exposition de photographies présentée du 20 février au 1er avril 2007. Manifestation organisée avec le soutien d'ALCATEL et d’«Arménie, mon amie», Année de l’Arménie en France. Pendant la seconde moitié du XIXe siècle et la première décennie du XXe siècle, de nombreux Arméniens, installés dans les grandes villes d’Orient, choisirent la photographie comme moyen d’existence. Tandis que les premiers voyageurs occidentaux photographiaient principalement les vestiges archéologiques et les sites bibliques, les photographes arméniens, eux, réalisaient une grande partie de leur chiffre d’affaires à partir des prises de vues réalisées en studio dans les quartiers populaires des grandes villes. Leurs clichés constituent aujourd’hui des archives inestimables, en cela qu’ils constituent une véritable chronique de la société orientale du XIXe siècle.
- Présentation détaillée :
http://www.imarabe.org/temp/expo/photographes-armeniens[...]
- Institut du Monde arabe :
http://www.imarabe.org/

[ Haut ]

Archives de la rubrique Arabe :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 

Institut du Monde arabe

indispensables

Dossier Bac et Brevet : préparation, entraînement, auto-évaluation

Le point pour la rentrée 2006

  La rubrique Arabe dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable