Bibliographie (Café N° 22)

Version imprimable Version imprimable

- Bruno Devauchelle -

- Quelles relations entre les jeunes et les médias ?

Le GRREM, Groupe de Recherche sur la Relation Enfants Médias, publie chez l’Harmattan (Paris 2002, 247 p.) un ouvrage compte rendu de colloque, enrichi de contributions actualisées sur le thème « Les jeunes et les médias, perspectives de la recherche dans le monde ». Cet ouvrage publié sous la direction de Geneviève Jacquinot est un outil nécessaire pour tous ceux qui veulent aller plus loin dans la compréhension de la relation entre cultures et médias. En effet, si le travail présenté ici permet de comprendre les évolutions de la recherche, il permet aussi de comprendre pouquoi les questions de recherches abordées en priorité ne sont pas les mêmes suivant les cultures. Traduisant ainsi la relation culture et médias, cet ouvrage apporte des éclairages importants pour engager une véritable éducation aux médias, éducation à une approche critique des médias qui dépasse les propos simplistes qu’une vision monoculturelle apporte souvent.
Pour l’anecdote, bien que significative, on relèvera ce propos issu d’une recherche menée en Italie : «La relation du jeune public, comme celle du grand public d’ailleurs est complexe et peu consciente : on considère généralement que la télévision a une influence sur les autres mais pas sur soi… contrairement aux résultats mis en évidence par un chercheur ; les experts n’échappent pas à cette règle, les plus forts – si l’on peut dire – de ce point de vue étant… les enseignants» (G. Jacquinot p.22)
Pour la compréhension de l’ouvrage et en lien avec l’actualité on notera cette phrase importante : "La cause est entendue : la situation à l’aube de l’an 2000 est la même qu’en 1966, la corrélation entre la violence montrée dans les médias et les conduites immorales et criminelles (version 66) ou la délinquance juvénile (version 1998) n’a jamais pu être scientifiquement prouvée. Par contre l’inquiétude soulevée par ce problème est générale et récurrente et se reproduit chaque fois qu’une nouvelle technologie fait irruption dans la vie sociale" (ibid p.24)

Bruno Devauchelle
Cepec

- TIC et formation

Jean Pierre Dudezert publie chez Economica (Paris 2002, 163 p.) un ouvrage intitulé : «Les techniques d’information et de communication en formation. Une révolution stratégique». Cet ouvrage a pour but de mettre l’accent sur la relation entre TIC et organisation. En effet on parle souvent de l’intérêt des TIC pour la formation en oubliant de mentionner le fait que l’introduction des TIC nécessite une réflexion sur le contexte d’implantation. Jean Pierre Dudézert s’emploie à aborder la question par ce chemin peu habituel mais ô combien nécessaire. Si l’on transpose cette approche au monde de l’établissement scolaire, force est de constater que l’on a toujours oublié de parler des vrais problèmes d’organisation pour privilégier ceux des moyens ou de l’effet. Car parler de l’organisation c’est surtout parler de la relation entre les individus au sein d’un cadre préétabli. L’hypothèse qui sous-tend ce propos est d’amener à réfléchir l’organisation en termes stratégiques et non pas opérationnels.
La conclusion est assez audacieuse : la formation avec les TIC coûte moins cher qu’une formation classique. Toutefois l’auteur met une condition à cela : que l’organisation soit repensée. De fait les nombreux exemples observés montrent que l’on en est pas encore là et que, comme le signale l’auteur, les discours vont bien plus vite que les réalités.

Bruno Devauchelle
Cepec

- SIC : les origines

Un ouvrage composite et proposé par Robert Boure propose de se pencher sur «les origines des sciences de l’information et de la communication» (Septentrion presses universitaires, Paris 2002). Ce sujet mérite notre attention au moment où les documentalistes posent de vraies questions à l’école sur le statut de l’information. En effet les sciences de l’éducation et celles de l’information et de la communication sont sensiblement de même ancienneté dans le paysage universitaire. La lecture des différentes communications rassemblées dans cet ouvrage permettra de découvrir la pluralité de questions que soulève cette si brève histoire, à commencer par la faiblesse des archives sur le sujet. On pourra aussi constater qu’un champ disciplinaire autonome s’est construit en trente années mais qu’il demande à atteindre une maturité. En effet en tant qu’ensemble d’apports issus de disciplines diverses les SIC ont du mal à trouver une identité d’autant plus que les champs de mise en œuvre dans la société sont très diversifiés et que les questions abordées sont très larges. Plongé principalement dans l’histoire d’une discipline récente, cet ouvrage permettra de mieux comprendre les enjeux actuels de ces sciences de l’information et de la communication qui sont en train de prendre une place autonome réelle dans le champ de la recherche.

Bruno Devauchelle
Cepec

- Communiquer et travailler

Stephane Olivesi propose «la communication au travail» (PUG, Grenoble 2002, 161). Cet ouvrage apparemment loin de nos préoccupations scolaires est en fait bien au cœur de nombreuses problématiques d’établissements scolaires. En effet une rapide revue de la littérature a montré récemment que la question de la vision globale de la communication (interne et externe) d’une institution d’enseignement n’était pas abordée. Cet ouvrage, bien que n’abordant pas le même milieu sera quand-même un outil précieux pour analyser ce qui se passe dans nos établissements, en particulier si l’on y introduit les TIC pour communiquer. Il semble bien que le développement des Intranet et des sites web (entre autres) soient les témoins de cette activité nouvelle. Le monde de l’enseignement ne trouvera pas son compte du côté pédagogique mais plutôt du côté organisationnel. Au-delà cet ouvrage sera aussi utile à tous les enseignants de tertiaire qui veulent avoir un éclairage de fond sur cette question de l’apport des TIC à la communication des entreprises.

Bruno Devauchelle
Cepec

- L’information au cœur du problème

Claude Morizio a écrit, dans le cadre de la collection 128 un ouvrage intitulé «la recherche d’information» (ADBS, Nathan université, Paris 2002, 128 p.) Ce petit ouvrage pratique (car tel est le style de la collection) apporte enfin un regard professionnel sur cette question. Se terminant par deux chapitres l’un consacré à la résolution d’un problème d’information et le dernier à la médiation humaine, cet ouvrage apporte au lecteur les clés de compréhension de cette question sans entrer, contrairement à ce que peut laisser croire la quatrième de couverture, dans la simple litanie des techniques de recherche de base, mais bien plutôt en s’intéressant aux concepts clés (opérateurs, pondération, thésaurus etc.).
On s’intéressera en particulier à un passage consacré aux compétences informationnelles. Ce chapitre 4 propose une étude comparative entre l’approche de la France, du Québec et de la Belgique. Cet exercice salutaire met en évidence des divergences d’approches, mais aussi des convergences de fond sur cette nécessité d’aborder la recherche d’information de façon «professionnelle».
Cet ouvrage semble particulièrement approprié pour donner aux enseignants qui se sentent peu à l’aise sur cette question un ensemble d’outils pour améliorer leur pratique et probablement mieux aborder la relation à l’information dans leur enseignement et la relation à la documentation, voire la collaboration avec les documentalistes dont on peut comprendre ici qu’ils exercent un véritable «métier».

Bruno Devauchelle
Cepec

- Education à l’image

«Pour une éducation à l’image au collège» est l’ouvrage que propose Michel Thiébaut (Hachette CRDP de France Comté, 2002, 139 p.). Articulé autour de trois temps, l’histoire, la représentation, la pratique pédagogique, cet ouvrage est rédigé par un connaisseur de la pratique pédagogique au quotidien. Enseignant en Zep l’auteur montre que l’image n’est pas seulement une image médiatique, mais aussi une image qui traverse toute notre culture de la représentation du monde. Etant devenue quotidienne par le biais des moyens techniques nouveaux à notre disposition elle n’en est que plus questionnante. Il faut désormais lui faire place dans notre devoir d’éducation.
Le paradoxe de l’ouvrage et de la collection est d’être en contradiction avec le contenu. L’auteur le note dès le début de l’ouvrage : «il s’agit ici de proposer un commentaire des analyses auxquelles elles [les images] ont donné lieu dans une perspective éducative». En fait le contenu nous permet d’aborder des pratiques et des questionnements bien réels qu’il sera facile de mettre en œuvre dans la classe.
Notons cette remarque en fin d’ouvrage qui nous alerte sur le risque qu’il y a à effacer l’éducation à l’image derrière les TIC. En effet on peut croire que ces dernières ont effacé tout questionnement sur l’image. Or non seulement il n’y a pas effacement, mais il y a au contraire un véritable renouvellement de cette question. En effet en apportant une nouvelle possibilité d’accées avec des modalités différentes (en particulier l’interactivité et le retraitement numérique) les TIC mettent l’image plus que jamais au centre des questions actuelles. Il ne faudrait pas non plus évacuer la question de l’audivisuel, si omniprésent. Malheureusement l’auteur laisse cette question quelque peu de côté. Le propos reste cependant valide et transposable. Un ouvrage intéressant à partager.

Bruno Devauchelle
Cepec

- De l’autoformation et des TIC

En intitulant l’ouvrage qu’ils dirigent «La formation autodirigée, aspects psychologiques et pédagogiques», Philippe Carré et André Moisan (l’Harmattan, Paris 2002, 366 p.) publient la première partie des actes des deuxièmes rencontres mondiales sur l’autoformation qui ont eu lieu en juin 2000.
On dispose avec cet ouvrage d’un ensemble de contributions qui permettent en particulier de mesurer le lien entre les TIC et l’autoformation. Cet ouvrage aborde des travaux assez divers dans des contextes principalement de formation continue ou de milieu universitaire. Autrement dit cet ouvrage ne rendra pas forcément des services dans le monde de l’enseignement primaire et secondaire pour ce qui est des exemples proposés.
Par contre on trouvera un intérêt très net à comprendre l’utilisation de l’expression «formation autodirigée». En effet il semble bien que cette expression rende beaucoup mieux compte de la réalité que le terme autoformation largement connoté.
Ce livre rapporte des travaux de recherche et reste donc difficile d’accès. Il sera cependant utile sur le plan des concepts et des théories pour mieux comprendre ce qui est en jeu, pour l’instant, dans l’enseignement supérieur et la formation continue et qui petit à petit vient questionner l’enseignement primaire et secondaire.

Bruno Devauchelle
Cepec

[ Haut ]

Archives de la rubrique Bibliographie :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique Bibliographie dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable