Bibliographie (Café N° 29)

Version imprimable Version imprimable

Pour le prof

- Bruno Devauchelle - François Jarraud - Patrick Picard -

Pour le prof    [ Haut ]
- Deux revues et un ouvrage en ligne - Bruno Devauchelle

Le Monde de l'éducation, nouvelle mouture

La nouvelle maquette du Monde de l'éducation qui vient d'être mise en place en ce début d'année va-t-elle permettre de donner envie aux enseignants de le lire ? En effet cette nouvelle présentation apporte un plus de lisibilité, le rédactionnel semble plus accessible et plus adapté aux habitudes de lecture du public constitué par les enseignants. Cette nouvelle maquette pourrait donc ramener la lecture du monde de l'éducation dans les salles des professeurs... Mais peut-on écrire sur l'école sans risquer de déplaire à cette école qui n'aime pas trop les regards extérieurs ? Ce n'est pas sur.
Un article qui a retenu logiquement mon attention pourrait servir d'exemple : il concerne le B2i et explique la difficulté qu'ont les établissements à le mettre en place. La clarté du propos n'échappe à personne : on est loin du texte à la réalité. Disant en cela, mais sans le citer, ce que le rapport de l'inspection général disait en Juillet 2001, l'argumentaire utilise ici deux points d'ancrage : un établissement scolaire "ordinaire" et une allusion à l'enquête que le café a mené en Décembre 2001. On peut donc aisément observer le propos lucide sur le fond mais peut être pas suffisamment argumenté pour des enseignants mis en cause.
En fait en renouvelant sa maquette le monde de l'éducation semble vouloir retrouver un public de praticiens de l'éducation qui s'éloigne progressivement (nos sondages dans les établissements le montrent) des lectures pédagogiques. Souhaitons lui d'y arriver mais aussi de trouver les partenaires qui lui permettront d'être davantage en phase avec "la majorité silencieuse".
Le Monde de l'éducation numéro de Janvier 2002



Le Télémaque


La revue Le Télémaque éditée par les Presses universitaires de Caen nous livre dans son numéro 22 un ensemble d'articles consacrés au thème "éducation et médias" (revue publiée à Caen Novembre 2002). La variété des articles proposés ici permettra d'aborder des thèmes importants. La place de la télévision y est prépondérante, à coté de celle des cd rom éducatifs ou de la cyberculture.
Nous retiendrons en particulier ce passage de l'ouverture due à Jean Louis Weissberg et initutlée "Respirations de la cyberculture" dans lequel il écrit : "Notons au passage qu'il faut inclure, dans un sens très profond, la capacité de réparation, d'élucidation des bugs, dans la culture du numérique. Se mouvoir dans un univers instable, constuire des théories locales sur ces univers en partie opaques fait partie intégrante des compétences cognitives induites et exigées des manipulateurs de symboles modernes. C'est ainsi qu'on devient un amateur de plus en plus éclairé" (p.8) Ainsi l'auteur nous invite à ce que j'appellerai désormais "la culture de l'aléa" sorte de nouvelle huile indispensable pour faire fonctionner les technologies actuelles de l'information et de la communication.

Parmi les articles on pourra évoquer ceux de Maguy Chailley : télévision et apprentissage à l'école, Dany Robert Dufour : Télévision école et fonction symbolique et celui de Sébastien Pezous : les cédéroms éducatifs, leur a propos pédagogique. Dominique Ottavi dans son ouverture écrit "Si les médias audiovisuels et les nouvelles technologies doivent devenir des instruments d'émancipation démocratique, l'éducation doit en intégrer l'usage dans un contexte ou leur exploitation commerciale est l'un des principaux facteurs de la "crise" de l'éducation." Ainsi les auteurs de ce dossier nous apportent de quoi alimenter le débat dans nos établissements scolaires et à dépasser les premières "impressions" qui sont souvent génératrices de débats stérils

Le Télémaque n°22,Education et Médias, Presses universitaires de Caen Novembre 2002


Comprendre le cerveau", un ouvrage de l'OCDE

L'OCDE a publié en 2002 un document intitulé "Comprendre le cerveau, vers une nouvelle science de l'apprentissage". L'intérêt de cet ouvrage est en premier lieu de nous sortir de nos débats franco français en matière d'apprentissage et d'éducation. Ensuite cet ouvrage bousculera aussi bien les pédagogues que les républicains en matière d'apprentissage. En prenant à contre-pied les habitudes de nos débats, cet ouvrage rassemble des travaux assez dispersés et essaie d'en faire une synthèse accessible. Car c'est aussi un mérite essentiel de cet ouvrage c'est d'être accessible à la lecture alors qu'habituellement les gens du cénacle des sciences cognitives utilisent un jargon assez dissusasif pour le commun des mortels (il suffit de lire quelques intitulés de thèses pour s'en rendre compte...) Pour donner le ton de l'ouvrage il suffit de lire l'introduction et de retenir ces quelques phrases, provocatrices, à dessein. "l'éducation se trouve encore à un stade primitif de son développement, c'est un art et non une science."(p.9) puis plus loin "La science de l'éducation en est encore au stade de Linné - elle sait dresser des listes d'exemples à suivre, trier et clarifier des méthodes pédagogiques efficaces - et elle attend le Darwin qui lui approtera une théorie de l'apprentissage puissamment explicative" (p.10). On lira aussi : "La science de l'enseignement et de l'apprentissage en est peut-être à ses premiers balbutiements, mais elle aussi se développe à grande vitesse".

L'ouvrage ainsi positionné se propose d'éclairer dix questions qui semblent essentielles aux chercheurs impliqués dans ce domaine comme par esemple "1 Quel est l'équilibre entre l'inné et l'acquis dans la promotion d'un apprentissage réussi ?" ou encore "6 Pourquoi la remédiation est-elle si difficile ?"etc...

Nous proposant ainsi de faire rencontrer l'éducation avec la neuroscience cognitive, cet ouvrage nous invite à nous décentrer de notre tradition pédagogique et à aller voir sur d'autres territoires. Certes cet ouvrage donne peu de place aux chercheurs français et semble plus proche du monde anglo-saxon dans son approche, c'est une raison de plus pour essayer de le lire et d'entendre les interrogations posées au premier degré, pour ce qu'elles valent, au second degré pour leur contexte d'émergence, d'énonciation... Les chercheurs et les praticiens pourront ainsi essayer de comprendre pourquoi dans la tradition éducative française ces questions sont aussi rarement abordées...

(Merci à René Angel de nous avoir rappelé sa parution)
"Comprendre le cerveau - Vers une nouvelle science de l'apprentissage" (125 pages).
http://www1.oecd.org/publications/e-book /9102022E.PDF
De plus il est édité en version papier par les Editions de l'OCDE , 2 rue André-Pascal, 75775 PARIS CEDEX 16 (23euros TTC)

- Alsic, l'enseignement du F.L.E. et les TIC

Le dernier numéro de la revue Alsic propose un intéressant article de Jeanine Gerbault sur la diffusion du français et les TIC. L'auteur souligne que " si les TIC pénètrent peu à peu le monde de la politique et de l'éducation, nous savons que du côté des enseignants, l'évolution technologique rapide et les nouvelles possibilités de communication qu'elle entraîne créent parfois la difficulté, car elles remettent en question les paradigmes traditionnels de l'enseignement". Mais elle montre également les déplacements introduits par les nouvelles ressources d'Internet dans l'enseignement du français langue étrangère : "on conviendra que les TIC proposent une image de "décentrement", de mobilité, de virtualité, de modernité qui peut sembler contraster avec l'image traditionnelle du français comme langue enracinée dans des territoires (ceux du premier cercle) et centralisée. Les pays du premier cercle ne sont plus les seuls détenteurs légitimes de l'utilisation et de la diffusion de la langue qui se trouvent, au contraire, "distribuées". Les TIC légitiment l'utilisation du français par des personnes ayant des compétences, des cultures et des objectifs de communication très divers". Enfin elle ose la question de la visibilité des ressources : " Comment rendre la Toile francophone plus lisible et compréhensible à ses utilisateurs ? Comment ajuster les opérations de guidage dans la Toile francophone pour en faciliter l'utilisation par des personnes appartenant à différentes cultures ?"
Le même numéro publie un article de Fatima Sanchez Paniagua sur l'utilisation d'un site web pour l'apprentissage de l'espagnol à l'U.T.C.

François Jarraud

http://alsic.u-strasbg.fr/Menus/frameder .htm

- Pour TechKnowLogia, les progrès technique et scientifique vont révolutionner l'enseignement

Peut-on mesurer l'efficacité de l'enseignement assisté par informatique ? Un article de la revue pédagogique américaine TechKnowLogia de janvier-mars se penche sur la question. Il souligne les gains économiques de cet enseignement, de moins en moins cher, son gain de productivité du fait d'une interactivité plus grande que l'enseignement classique, une meilleure individualisation de l'enseignement et arrive à estimer les gains d'efficacité qui sont résumés dans la règle "des trois tiers". Cet enseignement serait moins coûteux d'un tiers, pédagogiquement plus productif d'un tiers et plus rapide d'un tiers.
Un autre article de la revue résume les apports des nouvelles recherches sur le cerveau pour l'enseignement. Il se base principalement sur une étude publiée par l'OCDE ("Comprendre le cerveau", le Café en rendra compte dans le numéro 29). Ces recherches établissent que le cerveau reste "plastique" et évolutif jusqu'à la mort. "L'éducation tout au long de la vie" n'est pas un rêve : c'est possible ! Mais le cerveau est également rythmé par des périodes de d'ouverture plus ou moins intense aux apprentissages. Une meilleure connaissance de ces "fenêtres" éducatives par les enseignants pourrait sérieusement favoriser les performances des élèves. Par exemple; il apparaît que le cerveau est plus réceptif à l'apprentissage des langues avant 13 ans qu'après. Les recherches mettent en évidence également les effets de l'émotion sur l'intelligence. Là encore cela ouvre un vaste champ de réflexion pour les enseignants. Une autre révolution s'amorce : les découvertes scientifiques donnent à penser qu'on pourra prochainement mettre au point des "médicaments" capables d'agir sur le cerveau et de favoriser l'apprentissage d'une langue ou d'une leçon de maths. De quoi là aussi alimenter la réflexion éthique et pédagogique des enseignants.

François Jarraud

http://www.techknowlogia.org/TKL_active_ pages2/TableOfContents/main.asp?IssueNumb er=19
http://www1.oecd.org/publications/e-book /9102022E.PDF
http://www.adobe.com/Acrobat/readstep.ht ml

- Les revues d'Histoire - François Jarraud

Historia - L'odyssée des premiers hommes

Décidément janvier aura été le mois de la préhistoire ! Au moment où France 3 diffuse l'excellent documentaire "L'odyssée de l'espèce", Historia publie, dans son numéro de janvier, un dossier sur les premiers hommes.

Il s'ouvre sur une préface d'Yves Coppens et se continue avec 5 articles rédigés par des spécialistes.

Christine Berge (CNRS) retrace l'évolution complexe qui accompagne la bipédie. Pascal Picq, paléoanthropologue, réfléchit sur la place de l'outil dans le processus d'hominisation. Jean Chavaillon (CNRS) retrace l'histoire du feu. Henry de Lumley raconte l'histoire des rites mortuaires : il y a 100.000 ans, l'homme a commencé à croire en un au-delà. Enfin Jean-Michel Geneste (conservateur de Lascaux) évoque Cro-Magnon, le premier artiste de l'humanité.

Chaque article est accompagné de fiches vocabulaire et, souvent, d'une bibliographie. On peut regretter l'absence d'une webographie. Mais tels quels ces articles sont accessibles et apportent des éclairages sur des sujets qui intéressent le public et les jeunes.

Le même numéro propose deux autres dossiers liés à l'actualité. C. Courau évoque l'histoire de la Turquie, entre islamisme et laïcité. François Kersaudy (Paris I) dévoile l'histoire des accords de l'Elysée et les 40 années de l'axe franco-allemand.

Un numéro qui permet de mieux comprendre l'actualité et qui complète la saga de l'Odyssée de l'espèce.

Historia, n°673, janvier 2003, en kiosque.

Rappelons que les textes de ce numéro sont disponibles gratuitement en ligne ce qui constitue un bel effort pour l'éditeur.
http://www.historia.presse.fr/sommaire.p hp3


Les Arabes, L'Histoire n°272, janvier 2003.

Le monde arabe compte aujourd'hui près de 300 millions de personnes. Mais qu'est ce qu'un Arabe ? Ils ont en commun une langue, une culture, une histoire. Mais aussi des différences.

Ce dossier de la revue L'Histoire fait une large place à la géopolitique et à l'histoire récente mais n'oublie pas l'âge d'or du monde arabe.

Ainsi Gabriel Martinez-Gros (Paris 8) montre l'importance de l'islam dans la construction du monde arabe. Ahmed Djebbar (Lille I) rappelle la place du monde arabe dans le développement scientifique occidental. Henri Laurens (CERMOC) évoque la naissance au XXème siècle du nationalisme arabe et du rêve de l'unité de Nasser à Saddam Hussein. C'est l'occasion de tracer le portrait des grands dirigeants arabes de ce siècle. Un dernier article évoque les Arabes de France : si certains réussissent, le taux de chômage des hommes dont les deux parents sont nés en Algérie est de 42 % pour les 22-29 ans, contre 11% pour les Français. Et cette situation se dégrade. Cetet situation d'inégalité se retrouve même chez les diplômés : "l'écart entre les jeunes originaires du Maghreb et le reste de la population s'accroît à mesure que le niveau de diplôme augmente" affirme la sociologue R. Silberman. Cette situation n'est pas sans conséquences. Lui doit-on le repli identitaire, la réislamisation, la violence machiste ?

L'Histoire, numéro 272, janvier 2003

http://www.histoire.presse.fr/


Hitler. Le nazisme et les Allemands, Les collections de l'Histoire

Ce numéro tente de "retracer l'irrésistible ascension d'un marginal à la tête de l'Allemagne" et de répondre aux questions que pose encore la mise en place d'un système totalitaire au coeur de l'Europe.

Pour cela, L'Histoire a fait appel à de grands spécialistes. Ainsi Serge Berstein raconte l'histoire de l'ascension du nazisme. Edouard Husson (Paris IV) fait le point sur la personnalité d'Hitler et le débat historiographique entre intentionnalistes et fonctionnalistes.

Philippe Burin (Genève) pose la question de la place d'Hitler dans la machine totalitaire du IIIème Reich : fut-il réellement un dictateur tout puissant ? Henry Rousso (IHTP) évoque les responsabilités du grand capital : sous le régime nazi, une partie des milieux d'affaires, par hostilité à la république et parce que certains pensaient pouvoir contrôler Hitler, a suivi le mouvement. Mais la plupart l'ont fait après 1933 et une minorité d'entre eux seulement est devenue la complice active du IIIème Reich".

La partie la plus novatrice peut-être de ce dossier concerne les rapports entre les Allemands et le nazisme. Pour Ian Kershaw "la majorité (des Allemands) qui apportent leur suffrage au NSDAP y est poussée par des motivations peu idéologiques : soucis de gagne-pain promis, considérations locales". Mais par la suite le "charisme" d'Hitler lui aurait amené l'adhésion des masses. L'antisémitisme des Allemands aurait été "statique" et non dynamique et sans lien avec l'attachement au régime. Mais alors comment expliquer les multiples manifestations violentes de cet antisémitisme ?

Hitler. Le nazisme et les Allemands, Les collections de l'Histoire n°18, janvier-mars 2003.

- Dominique Natanson, J'enseigne avec Internet la Shoah

Dominique Natanson est bien connu des enseignants d'histoire. Il est l'auteur de l'excellent cédérom "J'ai vécu au XVIIIème siècle" qui permet un véritable apprentissage du métier d'historien dès le collège. Il est aussi l'animateur du site "Mémoire juive" qui depuis des années apporte des réponses accessibles et précises aux questions des élèves sur le judaïsme, l'antisémitisme et la Shoah.

L'ouvrage de Dominique Natanson, pose la question du devoir de mémoire : peut-on et doit-on enseigner la Shoah ? Sans doute doit-on, comme le suggère l'auteur, à la fois transmettre la connaissance précise du génocide et la douleur qui l'accompagne afin de construire plus une conscience qu'une mémoire.

Et pour cela Internet semble bien adapté puisqu'il permet une approche active et personnelle de la question. Mais il pose aussi des problèmes dont le moindre n'est pas la présence sur le réseau du négationnisme. Dominique Natanson n'évacue pas la question et pose avec beaucoup de clarté les bonnes questions. Faut-il pour travailler sur le négationnisme emmener les élèves sur des sites négationnistes ? Pour lui "une telle démarche n'est pas recevable. Car il s'agit de prévenir, de démonter la démarche des négationnistes et non deleur répondre terme à terme. La question que l'on doit poser aux négationnistes n'est pas "quelle est la valeur de tel ou tel de vos arguments ?", c'est bien plutôt "où voulez-vous en venir ?". Ajoutons qu'il est délicat pour le professeur d'histoire de faire étudier des sites qui nient l'histoire. Aussi D. Natanson nous apprend à reconnaître dans les réponses des moteurs de recherche les sites à éviter.

L'ouvrage peut alors nous proposer plusieurs démarches : constituer et exploiter des dossiers documentaires, inscrire cette recherche dans un projet (voyage à Auschwitz par exemple), utiliser la correspondance électronique avec des témoins, construire les notions de génocide et de crime contre l'humanité.

L'ouvrage se termine par un recensement de sites ayant un intérêt éducatif ainsi que par des pistes bibliographiques et filmographiques.

Cet ouvrage facilite la préparation de la Journée de la Shoah mise en place par le Conseil de l'Europe. Le déplacement de la seconde guerre mondiale du débit de programme en terminale vers la fin du programme de première peut laisser craindre que la Shoah soit moins bien enseignée en lycée. L'ouvrage de Dominique Natanson donne des pistes suffisamment concrètes pour faciliter le travail de mémoire. Cet ouvrage est décidément indispensable.

François Jarraud

Dominique Natanson, J'enseigne avec Internet la Shoah et les crimes nazis, CRDP de Bretagne, 2002, 128 pages.

http://www2.ac-rennes.fr/crdp/doc/librai rie/asp/ActuEdition.asp
http://perso.wanadoo.fr/d-d.natanson/jen seigne.htm

Une critique de Bernard Defrance :
http://www.bernard-defrance.net/actua/in dex.php?actu=88&PHPSESSID=ead15d38b4566f6 492d4acb23b513934

- Grammaire, conjugaison, orthographe… au cycle 3

Cet ouvrage arrive à point nommé, au moment où la mise en place des nouveaux programmes entraîne nombre de questions existentielles, et où s'aiguisent les débats sur les difficultés de "démocratisation" de l'école. Totalement ancré dans le réel et l'expérience concrète des auteures, ce petit ouvrage décape quelques idées toutes faites pour ceux qui seraient tentés d'opposer les savoirs et la pédagogie…
Volontairement provocateur, le titre est déjà un menu : il s'agit bien de passer en revue l'état des savoirs en matière d'enseignement de ce qui passe souvent pour des pensums. Interrogeant à la fois l'histoire de la langue, l'histoire des savoirs sur la langue et l'histoire des apprentissages, Jeanne Dion et Marie Serpereau fournissent une batterie de situations concrètes qui permettent d'engager des séances d'enseignement sur l'acord du participe, l'attribut du sujet ou la concordance des temps. Mais attention : il ne s'agit pas de recettes, mais de la mise en œuvre volontariste qui vise à faire de l'élève, en permanence, un interrogateur exigeant de son environnement culturel.
"Cette collection s'adresse aux PE débutants" indique la quatrième de couverture. Nous prenons le pari que des enseignant(e)s chevronné(e)s ( et pas seulement ceux du cycle 3…) y trouveront un terreau fertile pour creuser davantage le sillon des idées toutes faites…

Patrick Picard

Grammaire, conjugaison, orthographe… au cycle 3
Jeanne Dion, Marie Serpereau. Bordas Pédagogie, 2002, 143p.

Sommaire de l'ouvrage :
1.Grammaire
a)Faire de la grammaire, quel sens ? (représentations et changement de postures)
b)Les classes de mots : qu'est-ce qui se cache derrière les définitions ?
c)La grammaire de la phrase
d)Les principales fonctions (sujet, verbe, compléments de verbe, attribut et compléments de phrase)

1.Comprendre le domaine du verbe : la conjugaison
a)Des usages des modes et des temps (apprendre à affronter le complexe)
b)Un concept clé, l'antériorité
c)L'orthographe des verbes

1.Maîtriser l'orthographe
a)Comprendre en construisant
b)Elaboration des lois orthographiques
c)Quelques étapes dans l'histoire du français et de l'orthographe
d)Une autre pratique de la dictée
e)Et l'accord des participes passés ?

[ Haut ]

Archives de la rubrique Bibliographie :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique Bibliographie dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable