Bibliographie (Café N° 30)

Version imprimable Version imprimable

- Bruno Devauchelle - François Jarraud -

- Deux livres sur la télévision

Les ouvrages sur la télévision se sont multipliés au cours des derniers mois. Celui de Bernard Leconte "Télé, notre bon plaisir, Enonciation télévisuelle et pédagogie" est un travail de chercheur qui vise à aller au delà des apparences. C'est en particulier en considérant la télévision comme un objet communicationnel, que l'auteur nous invite à le suivre. De nombreux exemples de pratiques d'enseignement et de formation permettront au lecteur d'articuler un travail de recherche et des pratiques. Les enseignants de français en collège ainsi que tous ceux qui s'intéressent à l'usage de la télévision en pédagogie trouveront matière dans ce livre. Bati à partir de divers articles parus précédemment et remis à jour, cet ouvrage très composite permet de rentrer petit à petit dans l'univers de la télévision dont la relation au téléspectateur est ambivalente : être en interaction avec lui et en même temps le tenir à distance. On comprendra à partir d'analyses précises comment se joue progressivement l'énonciation télévisuelle au moment où la télévision est interrogée par le développement des nouveaux médias.

Bernard Leconte, Télé, notre bon plaisir, Enonciation télévisuelle et pédagogie, l'Harmattan, Paris 2002


Ecrire un ouvrage pour aider à regarder la télévision en famille est un pari qui semble aller à l'envers des propos actuels. René Blind et Michel Pool ont écrit un livre au titre surprenant "les dangers de l'écran, Enfants famille société et violence," en regard du contenu qu'ils abordent. Le titre, on le sait fait souvent vendre les ouvrages, mais est-ce pour autant qu'il faut céder à certains travers commerciaux. En effet l'ouvrage commence par la reproduction de l'affichette sur les dix télécommandements à destination des enfants et des parents. Cette affiche propose des attitudes raisonnées et raisonnables pour regarder la télévision. La conclusion de ce livre laisse pourtant une curieuse impression puisque les auteurs nous invitent à éteindre la télévision après avoir tenté de nous apprendre à la regarder et à en inventorier les dangers. En faisant un écart entre les conseils et la défiance vis à vis de la télévision, les auteurs nous invitent en fait à faire un pas vers l'idée que la télévision n'est plus un objet extérieur, arrivé dans notre univers comme un intrus, bousculant notre bon vieil ordre. Il nous invitent surtout à considérer que, désormais, la télévision fait partie de l'univers du quotidien et qu'il convient d'être le plus attentif possible face à la place qu'elle prend chaque jour. Des effets observés aux effets analysés, les auteurs nous proposent de cheminer avec eux, et surtout de nous situer au moins en tant que parents, qu'adultes, avant de nous situer en donneur de leçon, ce qu'ils tentent eux-même d'éviter

René Blind et Michael Pool, les dangers de l'écran, Enfants famille société et violence, jouvence éditions, St Julien en genevois 2002


Bruno Devauchelle
Cepec

- Trois revues qui nous parlent de TIC

Revue Internationale des sciences sociales, La société du savoir, N° 171 Mars 2002, Uneso Erès Paris

Cette revue consacre son numéro 171 à la société du savoir. Force est de remarquer que l'ensemble des articles abordent les questions de l'émergence d'une société du savoir par l'angle économique. L'orientation pris dans cet ouvrage est intéressant car il permet de comprendre mieux ce qui est en trains de se jouer avec le développement des TIC. En effet au delà des notions de progrès et de propos enthousiastes ou déprimés, il s'agit ici d'analyses qui permettent de comprendre comment est en train de se structurer une société occidentale principalement, qui essaie de passer de la production de marchandise à celle des idées et des savoirs. La lecture proposée est ici sans complaisance et permet en particulier de mettre en évidence les risques de décalage entre les pays du fait de l'accès à l'information scientifique. On pourra aussi mieux comprendre comment la société dite du savoir est aussi et peut-être même surtout une société de l'incertitude (article de Sven Ove Hansson).
Bref une revue qui ouvre des perspectives intéressantes pour aborder de façon plus approfondie la question de l'économie du savoir.


Les cahiers du Credam N°2, Paris 2002

L'an passé nous avions parlé du numéro 1 qui montrait des réflexions sur la place des médias ainsi que sur les fonctionnement des chercheurs dans le domaine des médias et de l'éducation. Cette année la revue du Credam donne la parole en parallèle à des chercheurs confirmés, G. Jacquinot, S. Tisseron et B. Miège, et à des "jeunes chercheurs". Le Centre de recherche sur l'éducation aux médias nous propose de porter un regard sur les travaux tenus au cours de l'année 2002 sur ce thème. Par sa variété ce numéro permet au lecteur de comprendre que le travail de recherche dans ce domaine est bien vivant et que le travail à accomplir reste encore très important. Saluons ici ce rapport annuel d'activités qui permet de traverser plusieurs questionnements importants, partant de la réflexion sur l'éducation aux médias pour se poursuivre dans la publication de travaux de recherche sur les pratiques des médias et de l'éducation aux médias.


Education Permanente (revue) Les TIC au service des nouveaux dispositifs de formation, N° 152, Arcueil 2002

Dans cette livraison de l'automne 2002, la revue éducation permanente propose un regard sur l'évolution du monde de la formation sous l'effet du développement des TIC. La variété des auteurs et des sujets abordés permet de brosser un tableau assez large des questions de recherche actuelles. On retiendra particulièrement que les TIC, comme semble l'indiquer Monique Linard, voient leur développement coïncider avec l'émergence du terme dispositif dans le monde de la formation. En effet ce terme revient à de nombreuses reprises dans les différents articles proposés. Quatre questions nous sont proposées par le coordinateur de ce numéro Hugues Choplin : Autonomie ou collaboration ? Avec ou sans l'enseignant ? le dispositif de formation comme objet de négociation et enfin les fonctions "méta" comme pas aussi évidente que certains peuvent le penser.

Bruno Devauchelle
Cepec

- Les revues en Histoire

Historia, n° 674, février 2003

Staline agent du tsar ! C'est le "scoop" que nous offre Historia ce mois-ci sous la plume de François Kersaudy (Paris I). Celui-ci s'appuie sur une vingtaine d'ouvrages publiés depuis la révolution de 1917. Tour à tour séminariste, truand puis activiste, Staline n'hésita jamais à dénoncer ses camarades et fut un des indicateurs les plus performants de la police politique tsariste. Arrivé au pouvoir il tenta de détruire les preuves de ce passé encombrant.

Le magazine nous propose d'autres bonnes pages. Un dossier est consacré à la construction des pyramides. Plusieurs théories sont présentées à l'aide d'illustrations jusqu'à un article final de Jean Leclant (Académie des inscriptions et Belles Lettres) qui établit non seulement que le mystère reste entier mais qu'il est lié à la civilisation égyptienne.

Un dernier aborde l'histoire des retraites. Il permet de comprendre l'effondrement actuel du système.

Rappelons que le texte de ces articles est en ligne :
http://www.historia.presse.fr/sommaire.p hp3


L'Histoire n°273, février 2003

C'est encore Staline qui fait les gros titres de L'Histoire. La revue publie un dossier de 30 pages sur la mort de Staline. Nicolas Werth, (INRP) y raconte les derniers jours du tyran, mort de la peur panique qu'il inspirait. Il raconte aussi ce qui suit sa mort. Dès 1953, Béria fait libérer des détenus du goulag avant d'être éliminé et remplacé par Khrouchtchev qui dénoncera le crimes de Staline. Stéphane Courtois juge Staline et lui décerne le titre de plus grand criminel du XXème siècle. "Ni rêveur, ni exalté,mais idéologue fanatique et politicien réaliste, il mesurait au plus près les rapports de force et ne s'engageait qu'à coup sûr... S'il s'est montré aussi fanatique qu'Hitler, il a, en professionnel perfectionniste, largement surclassé son concurrent totalitaire.. Il fut leplus brillant home de pouvoir du XXème siècle".. Le dossier se clôt sur un entretien avec Krzysztof Pomian sur la "deuxième mort" de Staline, l'histoire de la déstalinisation.

A noter aussi dans ce numéro, deux articles qui renvoient à des questions d'actualité. Gilles Veinstein (Collège de France) montre les relations de la Turquie avec l'Europe. André Kaspi traite des relations entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient depuis la guerre froide. Des pages qui éclairent l'actualité.

François Jarraud

http://www.histoire.presse.fr

- Sabine Contrepois, DVD "J'étais, je suis, je serai"

C'est un curieux objet pédagogique qu'a réalisé Sabine Contrepois. Elle nous avait déjà surpris, il y aune dizaine d'années, en menant un extraordinaire projet pédagogique autour des histoires familiales, évoqué dans "Mémoire des migrations" (1996).

Ce nouvel objet pédagogique utilise pourtant une technique très récente. Il s'agit d'un DVD accueillant 5 documentaires, soit 1h50 de vidéo. 16 garçons d'une classe de seconde professionnelles, de toutes origines, découvrent peu à peu comment leur destin personnel est lié à une histoire collective et, ce faisant, prennent conscience de leur capacité à construire leur présent et leur avenir. Les films réalisés avec ou par les élèves sont autant d'étape sur ce chemin.

Le DVD est accompagné d'une brochure de 96 pages où S. Contrepois montre comment elle a construit et dirigé le projet au jour le jour. Un livret plus modeste donne des pistes pour une utilisation du DVD en classe.

Mais l'essentiel de ce DVD est ailleurs. Sabine Contrepois nous donne d'abord à espérer. Elle montre que l'intégration de ces jeunes étrangers est possible puisqu'elle se fait sous nos yeux en s'insérant dans une plus longue histoire de l'intégration et de ses difficultés. C'est un bel exemple de ce que peut faire l'école républicaine. Ensuite elle nous montre comment donner du sens à l'enseignement des lettres françaises et de l'histoire dans une classe composée d'élèves d'origine étrangère. Et comment ceux-ci apprennent à travailler leur expression orale ou écrite. Elle nous montre aussi comment établir des règles de vie dans un groupe difficile.

Ceux qui cherchent dans un document pédagogique une solution pour faire leur prochain cours, un produit éducatif prêt à l'emploi, ne trouveront pas d'intérêt à ce DVD. Par contre, aux enseignants qui cherchent à penser leurs pratiques, à redonner du sens à leur enseignement, à donner une dimension citoyenne à leur enseignement, on ne peut que recommander ce DVD.

Encore une fois Sabine Contrepois nous étonne et nous redonne espoir.

François Jarraud

Sabine Contrepois, J'étais, je suis, je serai : leçon d'humanité, DVD, CRDP de Créteil, 2002.
http://www.ac-creteil.fr/crdp/scripts/cy berlibrairie/
http://www.ac-creteil.fr/crdp/selections cyber/humanite.pdf

- Jean-Yves Capul, Olivier Garnier, Dictionnaire d'économie et de sciences sociales

Cet ouvrage s'adresse aux lycéens et aux étudiants de premier cycle. Conçu comme un ouvrage parascolaire, ce dictionnaire est en fait bine plus qu'un dictionnaire.

C'est d'abord une petite encyclopédie économique où l'étudiant peut, grâce à 80 articles, faire le point sur les notions économiques importantes et maîtriser plus de 1500 termes.

Mais l'ouvrage essaie de couvrir tous les besoins de son public. Aussi il propose également une chronologie des l'histoire économique française du 20ème siècle et des fiches mode d'emploi des outils statistiques utilisés en économie (indice, accroissement, graphiques, stocks etc.). Les élèves apprécieront aussi le dictionnaire d'histoire économique et les repères statistiques. Quant aux citations d'économistes elles permettront d'orner les copies.

Si l'ouvrage ne remplace pas le classique manuel, il apporte un autre angle d'entrée pour aborder celui-ci et constitue une aide certaine.

F Jarraud

Jean-Yves Capul, Olivier Garnier, Dictionnaire d'économie et de sciences sociales, Paris, Hatier, 2002, 542 p.

[ Haut ]

Archives de la rubrique Bibliographie :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique Bibliographie dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable