Bibliographie (Café N° 59)

Version imprimable Version imprimable

Édition du 11/02/2005

- François Jarraud - Marie Fontana-Viala - François Gadeyne -

- A la Une : L'heure de vie de classe

"La création de l'heure de vie de classe vise à prendre en compte la vie des adolescents dans la classe en permettant à chacun de trouver sa place. Elle s'inscrit dans une tradition pédagogique née au XVIIIème siècle". Voilà ce que dit le prof. "C'est une heure où l'on parle de ce qu'on veut, de ce qui se passe au collège… Ca enterre toute ma haine que j'ai contre les profs. Elle est utile car les professeurs principaux et les camarades nous écoutent et ça résout les problèmes… Elle fait réfléchir les gens". Voilà ce que dit Laure, élève de troisième. En effet, l'ouvrage d'Arnaud Dubois et Muriel Wehrung lie la mise en place de l'heure de vie de classe à un courant pédagogique, celui de la pédagogie institutionnelle. C'est dire que sa diffusion réelle dans les établissements est difficile. Elle demande un véritable changement de posture de l'enseignant. L'intérêt de ce livre est de mettre en perspective cette pratique dans la tradition de la pédagogie institutionnelle tout en nous offrant des exemples concrets d'utilisation de cette heure. Car l'heure de vie de classe ne sert pas qu'à régler les conflits et nouer un dialogue entre adulte et adolescents. Elle se met aussi au service d'une véritable éducation civique. Les auteurs montrent comment la programmer pour préparer et rendre compte des conseils de classe ou pour aider les élèves dans leur travail personnel. L'heure de vie de classe apparaît alors comme un dispositif particulièrement créatif et innovant pour l'Ecole.

François Jarraud

A. Dubois, M. Wehrung, Professeur principal. Animer les heures de vie de classe, CRDP d'Amiens – Crap Cahiers pédagogiques, Amiens, 2004, 172 pages.

http://crdp.ac-amiens.fr/cyberlib/sommai re.htm
http://www.cafepedagogique.net/expresso/ index291004.php


- La France et les Français pendant la Seconde guerre mondiale

Réalisé par deux professeurs d'histoire-géographie, édité par le CRDP de Franche Comté et les Amis du musée de la résistance et de déportation de Besançon, ce coffret multimédia comprend pas moins de trois DVD.

Les deux premiers comprennent 17 films originaux réalisés et commentés par les auteurs en s'appuyant sur des images d'époque. Ils évoquent la défaite et l'armistice de 1940, la naissance de Vichy et ses politiques, la vie quotidienne, Vichy de 1942 à 1944 ainsi que la Résistance et la Libération. Chacun propose en complément des documents bruts : discours enregistrés, dont les célèbres allocutions de juin 1940, films de propagande, actualités filmées. Le dernier DVD est une banque de données d'un millier de documents : tracts, affiches, dessins, presse, photos, textes officiels etc. Tous sont accessibles grâce à un moteur de recherche efficace et d'un maniement aisé.

On appréciera la parfaite adaptation de ce coffret aux programmes du collège et du lycée et aux conditions d'exercice des enseignants. Par exemple, les films sont courts (en moyenne 12 minutes) et permettent donc d'aborder une question et de la poursuivre par un débat en classe. Ils reflètent l'état actuel des connaissances et des problématiques. Chaque film est accompagné d'une fiche pédagogique, en général des questions pour le collège et le lycée. Même parfaite adaptation aux normes pédagogiques : le film met l'élève dans la situation qu'il connaît bien : celle de l'enseignement frontal, l'acteur habituel étant simplement remplacé par une autre personne.

C'est peut-être là où réside notre déception. Certes la qualité des textes, parfaitement compréhensibles par les élèves, rend ce coffret utilisable en autonomie par les élèves. On pourra leur faire faire des montages ou des exposés. Certes le dossier documentaire donne la possibilité de recherches autonomes par les élèves. Mais on se souvient d'autres outils qui croisaient les regards, qui problématisaient davantage ou qui, à partir d'une source de même nature, amenaient à une véritable éducation critique. Ce faisant ils allaient au-delà de l'exigence du transfert des connaissances.

Il n'en reste pas moins que ce coffret multimédia est efficace et mieux adapté à notre public que nombre de documentaires diffusés à la télévision. Il trouvera facilement sa place en salle d'histoire – géographie. Ajoutons qu'il est peu cher.

François Jarraud

Nicolas Arnaud, Laurent Garbin, La France et les Français pendant la Seconde guerre mondiale, diffusion CRDP de Franche – Comté, 2005.
http://crdp.ac-besancon.fr/france-en-guerre/

- Jean-Pierre Vernant, La Traversée des fontières

"Pourquoi avons-nous besoin de la Grèce pour penser notre présent ?" Jean-Pierre Vernant pose cette question au seuil d'un court texte ("Penser la différence"), paru en 2002, et repris dans ce recueil. Elle éclaire le titre de l'ouvrage, qui dessine l'axe de gravité de la réflexion de Vernant au cours de ces dernières années.

Il s'agit donc, on l'aura compris, d'un recueil de textes (articles, conférences, entretiens, etc.), déjà publiés ici et là, entre 1995 et 2002. Ces textes paraissent hétéroclites, par leur propos, leur forme, leur longueur... Ainsi, derrière l'idée de franchissement, le lecteur passe d'Athènes à Vichy, de Troie à Strasbourg... L'auteur, dans sa préface, reconnaît "effacer les frontières entre les âges de la vie". Néanmoins, nous aurions tort de déplorer cet effacement, qui permet au lecteur de franchir avec bonheur les âges de notre histoire. Et il ressort de ce voyage une étonnante unité : une idée, rationnelle mais vivante, de la mémoire. Celle-ci est indissociable de la vie humaine ; elle est, par conséquent, à la fois une et complexe : à la fois "individuelle, sociale, historienne", notre mémoire franchit elle-même les ponts, et ignore les cloisons trop opaques. "La mémoire n'est pas en nous comme un organe qui remplirait une fonction délimitée et précise" ("Histoire de la mémoire et mémoire historienne", p. 127).

Jean-Pierre Vernant déploie ainsi quelques versants de sa propre mémoire, rendant ainsi la nôtre plus lisible. C'est un anthropologue, un fin connaisseur de la Grèce et de ses mythes. En tant que tel, il nous parle de l'héroïsme, de la mort et du temps dans L'Iliade et L'Odyssée : comment les Grecs, grâce à leurs mythes, pensaient-ils la mort, la gloire, et l'immortalité ? Il prend chez Homère deux exemples : Achille, qui, par sa mort, aussi glorieuse que précoce, continue de vivre dans la mémoire des hommes, jusque dans l'idée de liberté qui est au cour de la démocratie athénienne ; et Ulysse, qui, par ses récits et ses métamorphoses, invente et élabore sa propre identité, réalisant ainsi son idéal de fidélité à lui-même. La mémoire est toujours celle des hommes vivants. Mais c'est aussi un témoin d'une guerre qui n'a pas fini, soixante ans plus tard, de remettre en question notre rapport, collectif et individuel, à notre histoire; en tant que tel, il pose, en particulier à propos de l'affaire Aubrac, la question du témoignage. C'est un grand-père enfin, conscient de pratiquer l'art immémorial de la transmission.

Vernant nous apprend non pas à douter de tout (le bien et le vrai, le mal et le faux, le passé et le présent), mais il nous invite, au contraire, en nous rappelant que "l'homme est la mesure de toutes choses", à lire et à penser en épousant les mouvements variés de la mémoire et des textes, qui s'interprètent en se transmettant, et qui se transmettent en s'interprétant - c'est-à-dire, fondamentalement, en se comprenant.

Marie Fontana-Viala, François Gadeyne

Jean-Pierre Vernant, La Traversée des fontières, Seuil, coll. La librairie du XXIe siècle, oct. 2004.
Lire une interview de Jean-Pierre Vernant : http://www.lire.fr/entretien.asp/idC=47849/idR=201/idG=8

[ Haut ]

Archives de la rubrique Bibliographie :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique Bibliographie dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable