Bibliographie (Café N° 62)

Version imprimable Version imprimable

Édition du 12-05-2005

- François Jarraud, Patrick Picard -

- A la Une : Les femmes en éducation

"Les rapports sociaux de sexe en éducation et en formation nuisent-ils toujours au développement des filles et des femmes? Est-il suffisant d’avoir recours à l’analyse quantitative pour expliquer la place des filles et des femmes dans les études postsecondaires?.. Qu’en est-il de la dynamique de la réussite scolaire des filles ?.. Les stéréotypes et la ségrégation sexuelle limitent-ils l’accès des femmes aux savoirs théoriques et pratiques dans des champs d’études autrefois réservés aux hommes? Quels rapports les filles entretiennent-elles avec les sciences et avec la technologie?.. Quel est l’état des lieux de la discipline « sciences de l’éducation » et les études féministes? Comment se manifeste l’iniquité en éducation et en formation pour les filles et les femmes? " Voici quelques unes des questions auxquelles tente de répondre le numéro de printemps 2005 de la revue de l'Acelf Education et francophonie.

Au Canada comme en France, les succès scolaires des filles interrogent les chercheurs. P. Bouchard et J.-C. Saint-Amand font le point sur les facteurs explicatifs d'une question qui renvoie à des enjeux majeurs de société. "depuis une dizaine d’années est apparu dans les médias un contre-discours masculiniste centré sur les « difficultés scolaires des garçons » dont s’inspire une large variété de projets dans les écoles. L’analyse montre que ces interventions sont conçues à partir de conceptions essentialistes et innéistes de l’identité masculine. De plus, leur inefficacité sur le plan de la réussite scolaire pointe vers un tout autre agenda : celui de récupérer des privilèges masculins perdus." Ainsi pour les chercheurs, "La réussite scolaire comparée selon le sexe constitue un catalyseur des discours masculinistes, c’est-à-dire la porte d’entrée privilégiée par laquelle des groupes d’hommes « préconise[ent] un retour aux valeurs traditionnelles ainsi qu’à la famille nucléaire… Les enjeux du discours masculiniste sont à la fois de récupérer des privilèges perdus et d’arrêter la démarche d’émancipation des femmes ». L’éducation a constitué à cet effet un outil central. Sous le couvert de nouvelles problématiques, elle est redevenue un enjeu des rapports sociaux entre les sexes où se joue la place des femmes dans la société de demain".

Les autres articles abordent la question des acquis scolaires des filles dans les enquêtes internationales, des relations éducatives en EPS, de la construction sexuée du rapport au savoir et de la place des femmes en formation. Tous les articles de cette importante contribution sont intégralement accessibles en ligne.

Les femmes en éducation et en formation, Éducation et francophonie, Volume XXXIII, numéro 1, printemps 2005.
http://www.acelf.ca/c/revue/sommaire.php ?id=17

- L'innovation à l'Ecole et dans la Ville

" Les prescriptions pour un retour aux bons vieux usages d’antan ou les ratiocinations sur l’innovation invitent parfois au sourire, agacent ou font carrément grincer les dents des enseignants. Pour la plupart d’entre eux, immergés dans leurs soucis quotidiens et méfiants face aux revirements intempestifs, la mission de transmission ne consiste pas à rompre avec la tradition mais à la rendre accessible… Ils savent aussi que les élèves sont pressés, vont trop vite pour eux.., développent des curiosités exigeantes sans révérence a priori.. La synchronisation entre les différents temps qui se télescopent dans l’heure de cours, ce temps si particulier de l’apprentissage, ne va pas de soi, et les enseignants, face à un pari aussi difficile, deviennent des passeurs toujours plus anxieux. L’innovation en matière d’éducation est en ce sens une question majeure… Comment peut-on imaginer des pratiques professionnelles qui sécurisent à la fois enseignants, parents et élèves, sécurité éducative sans laquelle rien ne peut germer de l’ordre de la culture? Comment éviter les facilités de retours en arrière faussement protecteurs et surtout stériles, ou les va-et-vient de réformes inadaptées aux situations pédagogiques concrètes?". Dans le numéro 140 de VEI Diversité, Marie Raynal situe d'emblée l'innovation dans ces tensions entre Ville et Ecole, entre passéisme et agitation.

Ce nouveau numéro, croise, à travers une trentaine d'articles, trois éclairages sur l'innovation : une réflexion sur la notion elle-même, des exemples de pédagogies innovantes, des pratiques innovantes dans la ville. Il revient à Françoise Cros de démythifier l'innovation. Pour elle "finalement l'innovation traduit les incertitudes, les ambivalences, les mobilités et les contradictions de nos sociétés modernes où le temps passé semble nié au profit d'un avenir que l'on veut radieux… Depuis que l'innovation à l'école existe de manière officielle, elle a perdu de son brio pour se confondre dans la masse des incertitudes et du foisonnement de quêtes et des manifestations de sens". A son tour, l'analyse des "écoles différentes" proposée par Marie-Laure Viaud est guère optimiste : "Permettre l'ouverture de quelques écoles différentes, mais dans des conditions matérielles si pénibles qu'elles absorbent en grande partie l'énergie de l'équipe éducative, n'est ce pas un moyen d'occuper et de canaliser des militants pédagogiques ? En outre les établissements différents permettent de mettre au point des innovations ponctuelles… qui peuvent être reprises par le système et permettre à l'institution de tenir… Les établissements expérimentaux ne seraient autorisés que dans la mesure où leur existence peut servir les besoins de l'institution, c'est-à-dire à la marge".

Alors faut-il enterrer l'innovation ? Non bien sur. Anne-Marie Vaillé rappelle ce que fut le projet du Conseil national de l'innovation, avant que le ministre ne le supprime. Cécile Carra et Daniel Faggianelli rendent compte du fonctionnement d'une école expérimentale Freinet, Jean-François Marcel des projets d'un collège toulousain : deux expériences qui attestent de la nécessité d'innover dans des contextes scolaire difficiles. Alain Vantrois, directeur de l'éducation de la ville de Roubaix, montre que les acteurs locaux peuvent soutenir des pratiques nouvelles.

Ce numéro éveille chez le lecteur des sentiments contrastés. Une réflexion plus éclairée sur la nature même de l'innovation, qui pourra aller jusqu'au désenchantement chez certains. Des pistes pour réfléchir à ses pratiques. Un intérêt et des curiosités vers les champs extérieurs à l'Ecole. Aussi quelques regrets de voir les TICE absentes d'un numéro sur l'innovation.

VEI Diversité, Du neuf sur l'innovation ?, numéro 140, mars 2005
http://www.cndp.fr/revueVEI/som140.htm
http://www.cafepedagogique.net/disci/art icle/55.php
http://www.cafepedagogique.net/disci/art icle/59.php

- L'orientation dans le monde

Partout dans le monde, l'orientation se situe au cœur d'enjeux socioéconomiques, au carrefour d'acteurs et de politiques aux intérêts souvent divergents. La Revue internationale d'éducation de Sèvres lui consacre son numéro d'avril 2005 (n°38) coordonné par Georges Solaux avec le souci de présenter des contextes nationaux variés. En effet, se croisent des systèmes éducatifs de pays développés (Belgique, Royaume-Uni, France), de NPI (Taïwan) et de pays en développement (Maroc, Laos, Burkina Faso). C'est dire la diversité des situations économiques et sociales, des systèmes éducatifs, des ambitions nationales et aussi des valeurs en œuvre dans ces sociétés. Comment organiser des éclairages aussi divers ?


La première partie est dédiée à l'orientation au collège à travers les exemples de la Belgique francophone et du Maroc. La première est marquée par une sélection précoce dès le premier cycle du secondaire, au gré des conseils de classe et d'une procédure assez opaque. Les mauvais résultats du système scolaire belge amène les ministres francophones à le réformer. Le second est marqué par l'inaptitude de l'Etat à scolariser toute la jeunesse au-delà de la scolarité obligatoire. D'où une sélection brutale qui éjecte plus de la moitié des jeunes (53%), quelles que soient leurs compétences et aggrave les inégalités sociales.

La seconde partie de la revue concerne l'orientation vers le supérieur à travers les exemples du Brésil, de Taïwan et du Burkina Faso. La dernière partie s'intéresse aux politiques publiques. L'exemple anglais est particulièrement intéressant puisque le service public a été privatisé, ce qui nous ramène au cas français. Or pour André Legrand, en France aussi, "il apparaît que l'Education nationale s'est progressivement retirée du jeu alors que le développement de la décentralisation et de la déconcentration renforçaient l'autonomie des acteurs locaux et que les services d'orientation étaient rejetés à la périphérie du système". Le dernier rapport de l'Inspection générale insiste sur les inégalités criantes en matière d'orientation particulièrement pour l'accès au lycée et la réduction de la mixité sociale dans les établissements. Un mécanisme que la loi Fillon, en liant l'orientation aux résultats du brevet et en refusant de faire le choix de la déségrégation, va laisser se développer.

Il manque peut-être une conclusion à ce numéro. Mais tel quel, il apporte des éclairages qui permettent une compréhension des enjeux et des valeurs qui sous-tendent la fabrication des élites dans des sociétés différentes.

Revue internationale d'éducation, Sèvres, n°38 avril 2005, Les défis de l'orientation dans le monde, CIEP, mars 2005.

http://www.ciep.fr/ries/ries38.htm

- Les politiques documentaires dans les collèges

Le numéro 164 des Dossiers Evaluation et statistiques du ministère est dédié aux politiques documentaires dans les collèges. L'étude décrit la localisation et la gestion de la documentation dans les établissements et les actions documentaires menées. Basée sur une enquête menée auprès de 500 collèges, elle étudie les politiques documentaires dans les collèges. Elle révèle la multiplicité des dépôts documentaires dans la plupart des collèges : outre le CDI, de la documentation est aussi disponible au labo d'histoire-géo, en salle de sciences, en salle des profs etc. Des lieux pas forcément coordonnés. Pourtant 7 collèges sur 10 sont engagés dans une démarche de projet documentaire ce qui témoigne d'une perception des enjeux. "La réception qui est faite dans un collège au projet documentaire se caractérise plutôt par la présentation de celui-ci au conseil d’administration et une information large lors de sa mise en place… Ceci amène une double remarque : celle de la prise de conscience de l’intérêt que présente un projet documentaire englobant dans un établissement, et celle des fondements d’une politique documentaire qui suppose une adhésion large". Si le projet documentaire est toujours bénéfique, il nécessite un accompagnement : un documentaliste sur deux demande un appui au développement du projet documentaire.
http://www.education.gouv.fr/stateval/do ssiers/listedossiers2005b.html

- Enseigner les valeurs

Comment enseigner les valeurs dans l'enseignement technique et professionnel ? L'Unesco publie un guide qui vise la promotion des valeurs de l'organisation internationale. Des exercices concrets font réfléchir les étudiants sur la citoyenneté (que veut dire être un bon citoyen ?), la démocratisation de son pays, la solidarité internationale et la globalisation. Le guide fait travailler également les élèves sur le développement de l'estime de soi. On pourra y piquer des exercices. Il n'est pas interdit de penser que ces réflexions sur la citoyenneté et le monde globalisé pourraient trouver leur place en éducation civique.
http://portal.unesco.org/education/fr/ev .php-URL_ID=39134&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SEC TION=201.html

- Une étude relance le débat sur les petits effectifs

La question de l'impact du nombre d'élèves par classe sur les résultats scolaires a animé une partie du débat pédagogique cet automne. T. Piketty avait mis en évidence un effet sensible pour une réduction importante des groupes classe. Cela l'amenait à demander un effort important de moyens en faveur des ZEP. D. Meuret, qui défendait la thèse inverse, demandait en octobre dernier "une expérimentation des CP et CE1 de ZEP à 18 élèves dans quelques académies pendant 3 ou 4 ans avant de généraliser éventuellement le dispositif".

Le ministère relance le débat en publiant une étude qui porte sur une expérimentation pendant deux ans (2002-2004) dans une centaine de cours préparatoires accueillant surtout des élèves défavorisés. Dans ces classes les effectifs ont été réduits à 8 à 12 élèves. Une centaine de classes témoins, à effectifs habituels, ont été étudiés parallèlement. L'enquête montre que les enseignants des classes à effectif réduit ont modifié leurs pratiques et que les élèves ont gagné en assurance et motivation.

D'après l'étude ministérielle, au cours et à la fin de l'année de CP, les élèves des classes (à faible effectif) ont un peu plus progressé que leurs camarades de classe comparables, mais les inégalités de départ n'en sont pas réduites et, une fois en CE1, ces élèves ont des performances équivalentes aux autres". L'enquête officielle conclut donc que "une réduction de la taille des classes des CP est, à elle seule, d’un intérêt pratiquement nul. En effet, consacrer des moyens (importants) à cette diminution pour n’obtenir qu’un léger avantage en termes d’acquis en fin de CP, avantage qui disparaît ensuite,et n’en tirer aucun bénéfice indirect en termes de baisse des redoublements…apparaît peu efficace".

Faut-il pour autant dénier tout effet à la baisse des effectifs ? Les rédacteurs ne sont pas aussi affirmatifs. Ils relèvent qu'il faut " sans doute un temps d’adaptation pour permettre aux enseignants et aux élèves de tirer parti d’une diminution d’effectifs ; une seule année d’observation en CP est peut-être une période trop courte pour que des effets positifs puissent se manifester. Enfin, l’effort de diminution des effectifs a, dans cette expérimentation, été limité au seul cours préparatoire, alors que certains travaux pourraient inciter à étendre l’expérience aux cours élémentaires". C'est ce que montrait les travaux de Piketty. Le débat reste donc ouvert.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/noteeval/ne2005/eva0503.pdf
http://www.cafepedagogique.net/disci/ped ago/54.php
http://www.cafepedagogique.net/disci/ped ago/55.php


- La démocratie dans l'Ecole

"L’école, en effet, n’est pas un lieu clos : elle n’est destinée à devenir ni le sanctuaire protégé des turbulences de la vie sociale ni une sorte d’utopie provisoire qui mettrait les futurs citoyens en contact avec les valeurs humanistes dont on espère qu’ils garderont le souvenir. L’école est dans la démocratie et prépare les élèves à en devenir acteurs. Cela crée des obligations pour tous car, à l’école de la République, est-il imaginable pour les élèves et les familles que la démocratisation des savoirs et la formation des citoyens ne passe pas par des pratiques éducatives, pédagogiques et didactiques conformes aux valeurs de la démocratie ? " Pourtant, ce numéro de mai des Cahiers pédagogiques le précise bien, la société scolaire n'est pas démocratique au sens où enseignants et élèves seraient à égalité de droits et souverains de l'institution scolaire.

Le numéro s'articule autour de trois thèmes. Le dossier s'ouvre sur une réflexion sur la notion même démocratie en lien avec l'histoire de l'institution scolaire. Une seconde partie illustre l'idée du lien nécessaire entre les idéaux démocratiques et les pratiques pédagogiques. Ainsi, pour Anne-Marie Hubat-Blanc, "la première condition pour enseigner en accord avec les valeurs de la démocratie.. est de démystifier sa propre maîtrise.., la seconde est la compétence technique…, la troisième est l'institution de la classe et le fonctionnement de l'établissement". Maryse Madiot et Philippe Tessier montrent,par exemple, comment un IDD peut être formateur en ce domaine puisque c'est "un domaine où mes élèves comme les enseignants sont amenés à exercer leur liberté d'appréciation, d'invention et d'organisation".

Le dernier chapitre s'intéresse à la démocratie, ou son absence, dans l'institution Education nationale. Un regard croisé sur les C.A. d'établissement est particulièrement intéressant.

La démocratie dans l'Ecole, Cahiers pédagogiques, n° de mai 2005, 72 pages.
http://www.cahiers-pedagogiques.com/nume ro.php3?id_article=1569

- Histoire du système éducatif

Impossible défi ? Vincent Troger et Jean-Claude Ruano- Borbalan croisent leurs savoirs en histoire et en Sciences de l'Education, et commettent un Que-Sais-Je au titre ambitieux : Histoire du Système Educatif.

Rassurons ceux qui crieront à l'hérésie : même en si peu de pages, il est possible de tirer les grandes leçons à lire de l'histoire du système éducatif, pour peu qu'on prenne le temps d'observer les évolutions sur de longues durées.

L'astuce des auteurs est donc de croiser les entrées thématiques avec la chronologie. Sept chapitres passent donc en revue les différentes thématiques, du macro institutionnel au micro de la classe, à travers lesquelles on peut lire un système éducatif qui, au fil de l'Histoire, a réussi la gageure de vampiriser la plupart des rythmes de notre société, de devenir une référence planétaire en matière d'organisation scolaire, de modeler un rapport au savoir humain rationnel, sans pouvoir pour autant s'extraire de sa vocation de sélection sociale ni de ses découpages disciplinaires devenus souvent archaïques.

Ainsi, l'ouvrage aborde les questions vives auxquelles l'école du XXIe siècle est sommée de répondre, elle a qui on réclame la réussite de tous dans une société demeurant largement inégalitaire. Structuration du système éducatif, évolution des savoirs scolaires et des disciplines, tensions entre centralisation et autonomie, évolutions de l'enseignement professionnel, traitement des inégalités sociales, modèles pédagogiques et innovations techniques sont tour à tour passées en revue.

Assurément, un ouvrage qui devrait faire partie du socle commun à acquérir par tout enseignant désirant mieux comprendre dans quelles trajectoires s'inscrit son action quotidienne.

Patrick Picard

J.-C. Ruano-Borbalan, V. Troger, Histoire du système éducatif, Paris, PUF, Que sais-je, 128 p., avril 2005.
http://www.puf.com/Book.aspx?book_id=013 834

[ Haut ]

Archives de la rubrique Bibliographie :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique Bibliographie dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable