Documentation (Café N° 75)

Version imprimable Version imprimable

Vie de la discipline

Pour le prof

Lycée

Bibliographie

Sortir

Dossier spécial

Édition du 15-09-2006

- Audrey Fontalirant et Blandine Raoul-Réa -

- A la Une : Université d’été

C'est à l'ESEN (Poitiers) qu'a eu lieu l'université d’été «.De l’information à la connaissance ». Organisée par le Ministère de l’éducation nationale du 28 au 30 août 2006, ce temps de travail a privilégié les questions de traitement de l’information au cours de la scolarité tant dans la maîtrise de ses supports que dans son processus de transformation en savoir.
La difficulté, relevée par Jean-Pierre Astolfi (professeur de sciences de l’éducation à l’Université de Rouen), est évidemment de définir ce qu’est l’information. Il importe ensuite de prendre conscience que les objets que créent les hommes pour faire circuler cette information sont à considérer en même temps que l’information elle-même car ils conduisent à des postures spécifiques comme l’a démontré Yves Jeanneret (professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université de Paris IV). On n’ira vers la maîtrise de l’information, précise Alexandre Serres (Maître de conférence à l’Université Rennes 2), que lorsque, au-delà de l’appropriation de ces nouveaux outils, on arrivera à créer de nouveaux usages.

La parole des diverses interventions appuie unanimement sur la nécessité de cet apprentissage mais elle oscille en fonction des intervenants sur la question à la fois des notions à maîtriser et des acteurs de cette transmission à l’élève (professeurs documentalistes ? professeurs disciplinaires ? notions info-documentaires ?, maîtrise des outils ? Curriculum info documentaire ? Supports disciplinaires uniquement ?), preuve que les champs de recherches sont ouverts et dynamiques.

La question fondamentale de la différence entre « je sais que » (j’ai l’information sous la main) et « je sais » (transformation de l’information en connaissance) a été reprise en fin de session de cette Université d’été par Claire Bélisle (CNRS Lyon). A travers cette question c’est aussi celle de l’identité professionnelle des professeurs documentalistes qui a été posée ainsi que celle de la légitimité des connaissances info-documentaires. Ces questions restent des champs ouverts mais l’objectif de l’école (Roger-François Gauthier, IGAENR) est bien celui d’apprendre à penser, d’avoir des pratiques critiques.

Laure Endrizzi (Chargée de veille à la cellule de veille scientifique et technologique de l’INRP) et Bernard Pochet (directeur de la bibliothèque de Gembloux –Belgique- et président d’Educoc) ont conduit la réflexion hors de la France en donnant accès à des études étrangères. Pratiques différentes, analyses précises de l’influence de la présence des bibliothèques scolaires et du personnel de bibliothèque sur les apprentissages permettent de relativiser les expériences françaises. Jean-Louis Durpaire (IGEN) rappelle en conclusion à l’ensemble du public (composé principalement de professeurs documentalistes, professeurs disciplinaires et IPR), que l’information n’est pas seulement une question mondiale, c’est aussi une question locale qui dépend du projet d’établissement, du projet documentaire, de la politique documentaire.
Le programme
http://eduscol.education.fr/D0033/ue2006infoconnaissanc[...]

Vie de la discipline    [ Haut ]
- Ouverture culturelle : des missions qui portent leurs fruits

Une étude reconnaît l'impact positif des dispositifs de l'action artistique et culturelle. "Un contact différent avec les élèves qui ont été capables de se dépasser et de montrer des qualités autres que celles qui sont plus traditionnelles ou scolaires… La satisfaction de développer des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être chez les élèves dans des activités autres que le cours classique et uni-disciplinaire… Voir les élèves s’impliquer avec enthousiasme dans un spectacle, une exposition sur une culture différente est une récompense inouïe. Les voir mener des recherches documentaires, autonomes et volontaires, et acquérir des connaissances prouve que tout cela valait le coup… L’atelier artistique permet à l’enseignant de collège de réellement ouvrir le domaine du champ artistique aux élèves. En ZEP il privilégie également les rapports humains qui permettent l’accès à l’apprentissage". L'étude de Chi-Lan Do, Régine Gentil, Patricia Poncet et Cathrine Régnier sur "Le fonctionnement des dispositifs de l'action artistique et culturelle" montre le grand intérêt pédagogique des ateliers de pratiques artistiques et des classes à Pac.

"Quel que soit le type de dispositif, les enseignants sont persuadés qu’il apporte une stimulation bénéfique aux élèves, favorisent leur épanouissement et leur implication dans le travail. Dans le meilleur des cas, les dispositifs peuvent même constituer une aide pour les élèves en difficulté". Mais l'étude met aussi en avance des différences entre ateliers et classes PAC et des difficultés.

"Les apports aux élèves diffèrent selon qu’il s’agit de classes à PAC ou d’ateliers : les premières semblent offrir un apport qui demeure de type scolaire, plutôt fondé sur l’acquisition de connaissances et l’ouverture sur le monde, avec, néanmoins, un accroissement constaté de la motivation des élèves ; les seconds faciliteraient, sur tous les plans, l’expression des élèves, par la maîtrise de nouveaux gestes artistiques, par une plus grande activité orale, le tout vécu sur un mode ludique et récréatif propice à la créativité".

Les difficultés sont liées aux différences entre enseignants et intervenants extérieurs. "Il n’est peut-être pas si facile de travailler ensemble quand on vient de deux univers différents. Les enseignants ont plutôt besoin de contacts ou de conseils pour conduire le projet (48,5 % souhaiteraient être davantage formés dans le domaine choisi), tandis que les attentes des intervenants traduiraient une certaine difficulté à être en phase avec les objectifs de l’École (qu’ils souhaiteraient mieux connaître, tout à fait et globalement, 46,6 % contre pas vraiment e t pas du tout, 34,9 %) et peut-être à trouver leur place au sein des dispositifs, si l’on considère que 48,5 % d’entre eux demandent à être plus impliqués dans le montage du projet. De plus, plus du quart des enseignants (26,3 %) et des intervenants (28,4 %) déplorent le peu de reconnaissance dont ils font l’objet et d’impact de leur engagement en terme d’évolution de carrière".

Cette étude constitue le Dossier 174 de la DEP. Particularité de cette administration : on passe directement du 172 au 174. En effet le dossier 173 a été retiré par le ministère au bout d'une journée ! Ce travail de T. Picketty montre qu'une forte réduction des effectifs élèves en zep a un effet bénéfique sur les résultats scolaires. Une suggestion qui n'a pas été retenue dans le cadre du plan "Ambition réussite" mais qui a relancé le débat chez les chercheurs (par exemple entre Picketty et D. Meuret). La libre discussion est-elle devenue insupportable rue de Grenelle ? Verra-t-on un jour revenir le dossier 173 ?
Le dossier 174
http://www.education.gouv.fr/stateval/dossiers/listedos[...]
Rappel : L'Expresso du 1er juin
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index010606.php
Rappel : à propos du dossier 173
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index130406.php

- L'avenir des bibliothèques

Le compte rendu du congrès de l'association des bibliothécaires français (ABF) est en ligne. Ce congrès était celui du centenaire. Du 9 au 12 juin 2006, conférences et tables rondes ont abordé la question des bibliothèques... demain. Quels publics entre hier et aujourd'hui ? Quelles nouvelles missions des bibliothèques publiques : entre espace d'accueil, lieu de savoirs et de formation... Qu'attendre de la profession au niveau des référentiels de compétences notamment. Quelles implications l'évolution du droit sur le travail et les missions des bibliothèqes ? Voici quelques unes des questions retenues. A noter particulièrement la question sur les bibliothèques hybriques sous le titre "La bibliothèque hybride : un nouveau modèle ?, interventions déIris REIBEL-BIEBER et d'Anne KHORONEN.
Accès aux actes du colloque
http://www.abf.asso.fr/article.php3?id_article=674

- Qu'entend-on par liste ?

Didier Frochot sur Défidoc propose une fiche de synthèse sur les notions de liste de discussion et liste de diffusion. Que font les unes et les autres et laquelle utiliser pour quelle situation. En plus de leurs finalités, vous trouverez dans cette page des informations sur leur fonctionnement technique. Des notions à transmettre aux "branchés" du net. En lien, une fiche sur les forums de discussion avec toujours le paragraphe sur leur fonctionnement technique. Précis et clair.
http://www.defidoc.com/Rech_info_int/Listes.htm
http://www.defidoc.com/Rech_info_int/ForumsDiscussion.h[...]

Pour le prof    [ Haut ]
- Wikipedia ou l'Histoire sans historiens : la question de la validité

"Un travail historique sans propriétaires et avec de nombreux et anonymes auteurs est quelque chose d'inimaginable pour notre culture professionnelle… Pourtant en quelques années, Wikipedia est devenu le plus important travail d'écriture historique en ligne, le plus lu de tous les travaux historiques en ligne et la plus importante ressource historique sur le web". Dans un article du Journal of American History, Roy Rosenzweig, George Mason University, analyse l'impact de Wikipedia sur le rapport à l'histoire des Américains et des chercheurs.

Wikipedia est-il une bonne source historique ? Bien sûr, puisque tout le monde peut y écrire, l'encyclopédie en ligne brasse des erreurs parfois grossières, parfois issues du vandalisme. Et les efforts faits par l'encyclopédie pour y remédier n'arrangent pas toujours les choses. Ainsi R. Rosenzweig a beau jeu de montrer que les règles éditoriales élaborées par Wikipedia (chercher la neutralité, interdire les polémiques) renvoient à une conception arriérée, voire naïve, de l'Histoire. Cela encourage l'histoire la plus conventionnelle et la plus factuelle. Et c'est aggravé par l'absence de transparence dans les droits éditoriaux.

Wikipedia souffre aussi, selon R. Rosenzweig, de graves distorsions qui sont autant de fautes historiques. Les gens y écrivent sur les sujets qui les intéressent. Ainsi l'article sur le politicien Lyndon LaRouche compte deux fois plus de mots que celui sur Woodrow Wilson. Des personnages très secondaires ont de copieux articles dans Wikipedia alors que des pans entiers de l'histoire ne sont pas traités.

Faut-il condamner Wikipedia ? R. Rosenzweig ne le pense pas. "Les professeurs n'ont pas plus à craindre d'étudiants commençant un travail avec Wikipedia qu'avec n'importe quelle autre source classique. Ils ont beaucoup à craindre d'étudiants qui s'arrêteraient à Wikipedia" rappelle-t-il. Pour lui, Wikipedia s'oppose à la confiscation de l'Histoire par les états autoritaires, assure une liberté d'expression en Histoire et permet la construction d'une histoire populaire.

Alors les historiens doivent-ils seulement contempler le phénomène depuis l'Olympe universitaire ? Ce n'est pas l'avis de R. Rosenzweig. Pour lui Wikipedia offre un outil d'édition qui permet un retour sur investissement pour les citoyens. Puisqu'ils financent par leurs impôts l'édition historique pourquoi n'auraient-ils pas accès gratuitement au savoir historique ? Il invite donc les universitaires à s'emparer de l'outil et à construire collectivement un manuel d'histoire ou des recueils de documents historiques. Un beau projet qui pourrait se heurter à une des clauses éditoriales de Wikipedia : si les spécialistes sont officiellement bien venus, Wikipedia interdit les approches originales. Difficile de faire de l'Histoire sans historien.
Article du JAH
http://chnm.gmu.edu/resources/essays/d/42

- Captain Doc c'est fini !

"La fin du voyage. Le Captain prend congé de ses lecteurs. La direction a décidé de mettre fin à cette publication". Captain Doc, une publication de l'INIST (Institut de l’Information Scientifique et Technique) s'arrête au numéro 51. Créé en 2001, Captain Doc était célèbre par la qualité de ses articles, des dossiers et des rubriques sur la culture et la documentation numérique. Sa disparition est une perte pour l'Internet français.

Pour son directeur, Raymond Duval, "la raison d'être d'une publication est de satisfaire aux attentes de son lectorat. Le succès de Captain Doc a, depuis sa création, été lié à l'originalité de sa ligne éditoriale et l'éclectisme des thèmes abordés. Signe des temps, cette singularité qui a tant contribuée à son succès semble aujourd'hui ne plus coïncider avec les attentes du public, à la recherche d'informations synthétiques plus en prise avec leur environnement professionnel direct".

Captain Doc se heurte également à un problème financier qui est celui de toutes les publications gratuites sur Internet. " Même électronique, une publication nécessite un investissement. Humain, tout d'abord, mais aussi financier, surtout lorsque l'on fait le choix de la gratuité sans y adjoindre le concours de publicité ou de liens sponsorisés".
http://www.captaindoc.com/

- Avano : un moteur à l'IFREMER

Avano propose aux surfeur d'accéder à 27002 ressources électroniques liées aux sciences marines et aquatiques (pêche, aquaculture, géologie marine, océanographie...). L'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (IFREMER) vous permet donc de trouver des fiches descriptives de ressources électroniques de divers formats (données textuelles, sons, vidéo...) afin de rendre accessible, au plus grand nombre, la documentation scientifique en la diffusant gratuitement sur le Web. Un lien à conseiller pour la SVT, pour le travail en EEDD...
http://www.ifremer.fr/avano/index.jsp?la=fr

- Fête de la science

La Fête de la science se tiendra cette année du 9 au 15 octobre. Un bon moyen de développer la culture scientifique et de travailler avec des collègues qui ne sont pas forcément habitués à mener des séances au ou avec le CDI. Consultez vos sites académiques pour connaître le programme des actions mises en place dans votre région.
Accès régional aux manifestations
http://www.fetedelascience.education.gouv.fr/

Lycée    [ Haut ]
- Des adolescents branchés

La génération des adolescents qui se trouvent dans nos établissements scolaires sont nés dans la société de l'information. Leurs pratiques et leurs usages d'Internet sont bien spécifiques. Ce numéro de la lettre de l'a cellule de veille scientifique et technologique de l'INRP du mois de juin permet de faire le point sur ce monde de l'"adolescent branché".
Lorsqu'on apprend que "80% des 13-17 ans possèdent au moins un ordinateur dans leur foyer et [que] 60% se connectent à Internet quotidiennement", on s'attend à retrouver plus d'habilités et de critique face à cette "consommation". Pourquoi n'en est-il pas ainsi ? Sans doute parce que leur usage de la Toile est celui essentiellement du blog et de la messagerie instantannée. Le succès des wikis chez les adolescents est très net. "Les notions d'identité, de culture, de langue, de civilité, de rapport au corps, au temps et à l'espace se voient bouleversées par la révolution du numérique. Car cette culture est avant tout celle des outils d'action qui expriment l'ingéniosité technique devenue seconde nature [...]" (Pascal Lardillier, sociologue). La culture numérique des adolescents est celle de personnes en construction avec tout ce que l'influence et l'importance du groupe comporte à cet âge, et Internet (blogs, messageries instantanées) permettent cette sociolisation parce qu'elle accroît cette capacité de communiquer entre eux.
Leurs usages et les nôtres, si différents, sont peut-être aussi à l'origine de la difficulté d'enseigner avec les TICE, d'enseigner les TICE.
Pour compléter cette lecture fort enrichissante, lire aussi :
Pasquier, Dominique. Cultures lycéennes : la tyrannie de la majorité. Paris : Autrement, 2005 (mutations, 235).
http://www.inrp.fr/vst/LettreVST/pdf/juin2006.pdf

- Exploiter l'information statistique

L'insee, en partenariat avec l'Education nationale donne accès aux études et données de l'insee depuis le site de ce dernier. Donner accès ne suffisait pas. L'Institut National de la Statistique et des Études Économiques (INSEE) en a travaillé son accessibilité pour les élèves du lycée, filière ES. L'INSEE autorise les établissements et les enseignants à exploiter les informations présentes dans les parties en accès gratuit de ses sites pour les imprimer, les charger sur un disque dur, les adapter et les utiliser à des fins strictement non commerciales, dans un but d'enseignement, sous réserve d'indication de la source des informations utilisées. Ainsi, trouve-t-on avec les données des fiches d'accompagnement et des guides d'utilisation pédagogiques qui permettent de construire des séances d'analyse de données. Des Travaux dirigés sont proposés avec leur durée et leur niveau sur des thèmes comme : le chômage, mesurer ou encore L'emploi ou la parité dans l'éducation...
Données accessibles depuis Educnet
http://www.educnet.education.fr/insee/
Fiches pour TD
http://www.educnet.education.fr/insee/td/td.htm
Site de l'INSEE
http://www.insee.fr/fr/home/home_page.asp

- Un projet européen autour des Lumières

"Ce projet propose de mener une série d’actions interdisciplinaires et s’adresse aux lycées d’Europe dans le cadre du Dispositif e-twinning. Il s’agit de travailler à partir de la pièce de Beaumarchais Le Mariage de Figaro autour d'un courant culturel européen : les Lumières, partant du fait que la pièce elle-même fut un phénomène européen puisqu’elle fut reprise par Mozart avec un livret de l'italien Da Ponte". Christian Perrier est professeur de français au lycée Marguerite de Navarre à Bourges. Il est bien connu des lecteurs du Café à la fois pour le concours "Image imaginaires" et pour ses pratiques pédagogiques en classe. Ainsi l'utilisation d'une plate forme de travail collaboratif en classe de première.
Ce projet sur les Lumières met en évidence les racines culturelles communes des Européens. Déjà trois lycées européens y participent (un italien et deux polonais).
Le projet
http://wwwphp.ac-orleans-tours.fr/lyc-marguerite-de-nav[...]
Rappel : C. Perrier dans le Café 74
http://www.cafepedagogique.net/disci/pratiques/74.php

- Se tenir au courant : la filière SMS change pour la STSCS

Les horaires, l'organisation et les programmes de la filière SMS vont changer avec la mise en place, rentrée 2007, de la nouvelle filière STSCS (sciences et technologies de la santé et des carrières sociales). Les textes sont présentés au CSE du 10 juillet. Un nouveau BTS sera également créé au même moment.

"La rénovation proposée est de grande ampleur puisqu’elle concerne à la fois l’organisation des enseignements, leurs horaires et les contenus de formation. Il s’agit : de positionner clairement cette série comme une voie d’accès à la poursuite d’études dans l’enseignement supérieur; de mieux préparer les élèves à la diversité des études supérieures débouchant sur les emplois « techniques » du secteur social et paramédical ou sur des emplois technico-administratifs au moins de niveau III, auxquels les élèves de cette série se destinent ; notamment leur assurer une meilleure préparation aux concours d’entrée dans les écoles du secteur social et paramédical; de rendre plus lisibles les finalités de cette nouvelle série en l’inscrivant dans une offre de formations pré et post bac des secteurs paramédical et social mieux structurée".

En ce qui concerne les horaires, la réforme prolonge l'histoire-géographie (à raison d'1h30 seulement) en terminale, augmente l'horaire des disciplines scientifiques et de la philosophie. Les enseignement technologiques sont réorganisés et les options limitées.

Un arrêté fixe les programmes de physique chimie, biologie et physiopathologie humaines, sciences et techniques sanitaires et sociales et maths.
Les horaires
http://www.sudeducation.org/IMG/pdf/7-2_Projet_Arrete_o[...]
Programmes
http://www.sudeducation.org/IMG/pdf/3_NP_et_Projet_Arre[...]
Rappel : La réforme dans le Café 72
http://www.cafepedagogique.net/disci/sms/72.php

Bibliographie    [ Haut ]
- Nouvelle édition du Livre Bleu

COLLECTIF. Les professeurs documentalistes. Orléans-Tours : Scéren, 2006. (Livre bleu). Nous avions annoncé la sortie de l’édition 2006 du livre bleu des professeurs documentalistes. Cette nouvelle édition fait le point sur le métier et ses pratiques en incluant les nouvelles questions que posent la société actuelle et plus particulièrement la société de l’information. En parallèle, l’évolution du système éducatif (socle commun, IDD, ECJS…) a contribué elle aussi à impliquer différemment les professeurs documentalistes dans l’éducation de l’élève tout au long de sa scolarité par des apprentissages formalisés dans ces dispositifs, mais pas assez bien définis dans les missions de ces enseignants documentalistes. Au passage, on appréciera la réflexion quant aux difficultés mises en avant sur la question d’une nouvelle circulaire de mission.
Tout au long de l’ouvrage, il s’agit de comprendre comment exercer ce métier dans ce contexte dynamique notamment de l’information numérique dans laquelle les citoyens sont amenés à évoluer. Les deux facettes –gestion et pédagogie- sont vues toutes les deux à la lueur des questions qui se posent actuellement. La partie gestion intègre les problématiques de circulation du document, d’accès, … La partie pédagogie, largement développée, induit la transformation de la formation pour passer de la formation documentaire à la culture de l’information nécessaire à chaque élèves pour prendre sa place dans la société. Un point intéressant est fait sur les référentiels et sur la place de l’évaluation.
L’optique du discours à plusieurs voix accompagné de points précis (encadrés notamment) permet à la fois pour le documentaliste en poste de prendre du recul pour analyser ses pratiques et de s’ouvrir sur des exemples concrets qui ainsi proposent des pistes d’action, de transformation. En fin d’ouvrage, le chapitre sur la mise en œuvre d’une politique documentaire est traité par une exposition de quatre « trajectoires ». Quatre trajectoires qui montrent d’une part la nécessité d’une analyse de son propre établissement pour mettre en œuvre une politique documentaire et d’autre part la diversité des situations dans les établissements.
En combinant un regard sur les pratiques et sur la société, et en apportant des éléments de recherche, cet ouvrage rend compte de l’évolution du métier et de ses nécessaires adaptations et à la société de l’information et aux nouvelles exigences éducatives (politique documentaire, loi LOLF…).
Une nouvelle édition de qualité, marquée par une tentative d’exhaustivité qui la rend nécessaire tant au professionnel en place qu’à l’étudiant qui prépare le CAPES de documentation.

- Numérique, numérisation...

CHAUMIER, Jacques. Document et numérisation : enjeux techniques, économiques, culturels et sociaux. Paris : ADBS, 2006
Voici un ouvrage clair qui fait le point sur le document numérique. Comme dit dans le sous-titre sont abordés les aspects techniques, économiques, culturels et sociaux. Par des exposés courts et précis il permet de faire la synthèse sur le document à l’heure de la numérisation.
Une première partie permet de faire le point sur l’évolution technique du document numérique et sur l’évolution notamment des supports. Evidemment on ne peut faire l’impasse sur les langages, les formats, les métadonnées dont les chapitres consacrés font le lien avec circulation du document. Les facteurs de l’identification des documents, dont la technologie permet ou entrave leur recherche et leur accès, sont évidemment un des points importants de cette révolution du numérique. La perspective de la mondialisation de l’information y est alors évoquée.
Mieux comprendre l’impact de la numérisation du document dans son ensemble, c’est aussi mieux comprendre les nouvelles questions qui se posent au professionnel de l’information-documentation. On est alors amené à considérer les conséquences de cette évolution (de ces évolutions) quant à la transformation de l’économie et de l’écologie de l’information. Comment gérer les droits ? Comment faire vivre une publication en ligne ? Quels enjeux derrière ce nouveau mode de diffusion ?
Voici qui permettra à tout un chacun de mettre précisément à jour ses connaissances avec efficacité. A conseiller vivement.

Sortir    [ Haut ]
- Journées du Patrimoine

Les Journées du Patrimoine auront lieu les 16 et 17 septembre prochains. Une page spécifique à partir de laquelle vous pourrez vous vous concocter votre propre programme de visites…
http://www.journeesdupatrimoine.culture.fr/

Dossier spécial    [ Haut ]
- Lecture

La brochure ministérielle analysée par Education et Devenir
A la page 5, on lit que "Le but de la lecture est d'accéder au sens précis des mots, puis des phrases et non pas seulement au bruit des mots". Cette affirmation manque incontestablement de bon sens. Un mot n'a pas de sens, il ne peut avoir qu'une définition, or la somme des définitions des mots d'une phrase et d'un texte ne permet pas de percevoir le sens… Le mot ne prend du sens que dans une phrase ou un texte. Travailler d'abord sur des mots n'a pas de sens… Le bon sens est absent également de la présentation implicite de l'idée de progression, de la syllabe, au mot et à la phrase, apparemment du "simple au complexe". Or, on sait que les apprentissages ne sont pas linéaires et que le "simple" est loin de l'être quand il est une abstraction fabriquée par l'adulte intelligent pour l'enfant qui apprend. "Lait" n'est pas simple, "Je veux du lait" ou "Je hais le lait" est plus simple. D'ailleurs "Je hais le lait" ne manque pas d'intérêt pour apprendre intelligemment le "ai". D'une manière générale, les progressions rigides qui imposent toujours d'apprendre avant de faire au lieu d'apprendre en faisant, échouent. On le sait depuis longtemps, au moins depuis la fin des années 60 quand on s'est rendu compte que trop d'enfants étaient capables de lire à haute voix un texte sans rien y comprendre, étaient incapables de l'expliquer malgré leur connaissance des définitions des mots contrôlée par les "questions de lecture" au bout des pages de manuels. On a oublié que les efforts soutenus de rénovation pédagogique engagés à la fin des 60 et poursuivis jusqu'en 2002 n'étaient pas fondés sur des fantaisies, des modes passagères ou des lubies ministérielles, mais sur le constat d'échec des méthodes dites traditionnelles". Pierre Frackowiak, IEN, analyse la brochure ministérielle sur la lecture. Pour lui, " la brochure "Apprendre à lire" diffusée à 350 000 exemplaires dans toutes les écoles de France fait la preuve que le ministre de Robien entend flatter une opinion publique sous informée". Une analyse suivie par un article d'Eveline Charmeux.
Articles
http://education.devenir.free.fr/Lecture.htm#baal
Rappel : article de P Frackowiak sur le Café
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/contribs/frak.p[...]


Lire et faire lire avec le prix Tatoulu
"L'air était brûlant, la cour résonnait de mille bruits : on aurait pu se croire à la kermesse de fin d'année de l'école, identique aux milliers organisées par les enseignants des écoles en fin d'année pour payer les sorties à venir. A ceci près que cette fois, pas de merguez, ni de chamboule-tout, mais rien que des livres, des élèves, des maîtres et des parents, venus de toute la région parisienne, et même parfois plus loin". Patrick Picard assistait, pour le Café, à la remise des prix Tatoulu, un prix littéraire décerné par des écoliers et des collégiens.

Un moment particulier puisque les élèves ne se contentent pas de lire et évaluer les livres : ils doivent en débattre. "On arrive à avoir des élèves qui argumentent sur la littérature" déclare un directeur. Un moment à revivre.
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/tatoulu/
http://tatoulu.site.voila.fr/


Colloque autour de l'illettrisme et de la culture
L'association Initiales organise un colloque régional autour de l'illettrisme au théâtre de Châlons-en-Champagne. Durant ces deux jours (26 et 27 septembre), les divers intervenants explorerons les questions du développement de la culture pour tous. Avec pour objectif de développer des partenariats entre créateurs, artistes, personnels de bibliothèque, la question de l'ouverture culturelle, de l'intégration sociale et professionnelle sera posée.
Renseignements et inscription au 03.25.01.01.16
/> initiales2@wanadoo.fr


Grandir, c’est Vieillir ; Vieillir, c’est Grandir
Il ne vous reste plus guère de temps pour vous inscrire au prix Chronos de littérature : fin octobre, clôture des inscriptions. Il a pour but de valoriser la lecture des ouvrages ayant pour thème les relations entre les générations, la transmission du savoir, le parcours de vie, la vieillesse et la mort...
http://www.prix-chronos.org/general/presentation.htm


Dossiers du Café Pédagogique
A propos de la brochure "Apprendre à lire" par Bernard Devanne du 28 juin 2006.
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/contribs/devann[...]

Lecture : vrai débat et fausses solutions. Synthèse par Eric Apffel.
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/lecture/index.p[...]

[ Haut ]

Archives de la rubrique Documentation :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
indispensables

Dossier Bac et Brevet : préparation, entraînement, auto-évaluation

Le point pour la rentrée 2006

  La rubrique Documentation dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable