Ed. Civique - E.C.J.S. (Café N° 61)

Version imprimable Version imprimable

Pour le prof

Collège

Lycée

Édition du 06-04-2005

- François Jarraud -

- A la Une : Racisme et antisémitisme à l'Ecole

Soulignant la forte montée (+ 132% par rapport à 2003) des actes racistes et antisémites, le rapport de la Commission nationale consultative des droits de l'homme signale " une forte recrudescence des violences et menaces en milieu scolaire, soit un total de 189 exactions sur un total de 1 565, c’est-à-dire 12 % des faits, en progression de 20,4 % par rapport à 203 (157), selon le ministère de l’Intérieur. Le phénomène était peu connu dans les années quatre-vingt-dix. Un signalement systématique a été mis en place par le ministère de l’Éducation nationale depuis la rentrée 2001-2002. Il révèle en 2004 qu’environ 10 % des établissements sont touchés, … dans le second degré, dont trois quarts dans des collèges. Plus de 75 % de ces incidents ont fait l’objet de poursuites disciplinaires". La majorité des faits sont antisémites : 970 faits dans le pays en 2004 pour 595 autres, 36 blessés sur 56, le double de 2003. Les élèves et les établissements scolaires sont souvent concernés : sur 117 agressions antisémites, 53 ont pris pour cible des mineurs. Outre les violences, les menaces et les insultes se banalisent. Trois régions rassemblent les trois quarts des faits : l'Ile-de-France, Rhône-Alpes et la région PACA. Sur 209 auteurs de violences interpellés, la moitié sont d'origine "arabo-musulmane" d'après la police.
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/b rp/notices/054000193.shtml

Pour le prof    [ Haut ]
- L'Ecole, la liberté et l'éducation citoyenne

Comment éduquer à la liberté et à la lutte contre les discriminations ? Voilà deux questions qui sont au cœur de l'éducation civique mais qui peuvent rencontrer des obstacles dans l'Ecole d'aujourd'hui. Fenêtres sur cours, le magazine du Snuipp, questionne deux chercheurs : François Audigier, université de Genève, et Françoise Lorcerie, université d'Aix-en-Provence. Ils apportent des réponses qui questionnent à leur tour l'Ecole.

Pour le premier, "le travail sur les règles de vie, tout comme les conseils de classe, sont des initiations à la vie politique. Il est donc important de savoir que les règles ne s’établissent pas, dans une société démocratique complexe, sur un simple accord d’un groupe de participants. Les règles de vie obéissent à des règles qui leur sont supérieures, extérieures et antérieures : la Loi, à travers les règles de l’école, des principes : les Droits de l’Homme et le respect de la personne humaine, et le fait que les règles soient déjà intériorisées par les élèves. Il convient de ne pas faire croire aux élèves qu’ils les inventent, mais d’en faire un travail d’explicitation. Enfin se pose la question du pouvoir que l’institution scolaire, à travers les enseignants, souhaite accorder aux élèves. Le droit est d’abord un espace de libertés : comment initier au droit, à une citoyenneté si nous ne dessinons pas à la fois des espaces, des temps et des objets objets de liberté pour les élèves ? Il y a là un paradoxe sur lequel il faudra réfléchir".

Françoise Lorcerie s'interroge sur l'action de l'Ecole dans la lutte contre les discriminations. "Il faut définir l’école comme un espace juste où l’appartenance ethnique ne doit pas avoir d’effet non voulu, ni sur la répartition des classes, ce qui est souvent le cas au collège sous des pressions diverses, ni sur les attentes vis-à-vis des élèves, ce qui arrive au primaire. Sur ce point, l’école peut beaucoup et elle fait déjà beaucoup… Maintenant, faut-il une éducation spécifique au non racisme ?... Avec la course au programme, c’est sûrement utile, d’autant que les programmes d’éducation civique ne font qu’une référence timide et formelle au racisme. De surcroît, aucune directive de l’Education Nationale ne traite de l’indispensable mixité ethnique des classes et de l’égalité des élèves dans un contexte de renvoi à l’origine. La seule initiative institutionnelle en la matière, c’est encore la loi interdisant le port ostensible des signes religieux... qui s’analyse sociologiquement comme un nouveau message de défiance et une obligation supplémentaire de conformité imposée aux minoritaires". L'initiative revient donc aux enseignants.
http://www.snuipp.fr/IMG/pdf/fsc269b.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

- Colloque sur les génocides à Paris

L'association Forum Etudiant organise à Jussieu une exposition- projection de films du 4 au 8 avril et des conférences consacrées au génocide. Le 12 avril Claire Mouradian évoquera le génocide arménien, le 14 Joël Kotek la Shoah.
http://www.etu.upmc.fr/projets.htm

- Le Politest déménage

Le Politest, cet excellent site qui permet de se situer politiquement, change d'adresse. Il est maintenant accessible à :
http://premiumwanadoo.com/politest/index .php

- Poussée record de l'antisémitisme en 2004

La Commission nationale consultative des droits de l'Homme a remis aujourd'hui son rapport annuel au premier ministre. Les faits racistes et antisémites ont doublé en 2004 : 1565 faits recensés contre 833 en 2003. Les violences antisémites atteignent un niveau record : 970 actes, soit 62% des actes recensés : l'antisémitisme représente la majorité des actes racistes. Les autres actes racistes connaissent eux aussi une très forte progression.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-629593@51-629362,0.html

- La propagande raciste sur Internet

"Internet, et plus particulièrement Usenet, a apporté aux racistes quelque chose de nouveau qu’ils ne trouvaient pas jusqu’alors dans la vie réelle : la proximité avec les individus qui partagent leurs positions racistes. Dans un espace local ou régional, du moins dans le périmètre de déplacement d’un individu, un raciste a moins de chance de rencontrer beaucoup de personnes qui partagent ses positions dans la vie réelle que sur internet. Si l’on prend l’exemple de la France, plus ou moins 20 % des Français manifestent dans les urnes leur intérêt pour le parti nationaliste français, lequel a développé et développe insidieusement des thèses racistes et antisémites, et si l’on répartit ces 20 % sur tout le territoire français, cela laisse les racistes éloignés les uns des autres. En écoutant les discours plaintifs des partisans de ce genre de discours, on comprend que la frustration d’être minoritaire est constante chez ces gens-là. Internet, et plus particulièrement Usenet, leur donne justement les moyens de « soigner » cette frustration". Le rapport de la Commission nationale consultative des droits de l'homme propose une intéressante analyse de l'Internet raciste en langue française. Une première partie analyse les sites racistes et antisémites et montre les différentes mouvances qui les anime : nationalistes révolutionnaires, identitaires, skinheads, fondamentalistes musulmans etc. La plupart des sites sont publiés par des groupes d'extrême droite et hébergés hors de France. Dans certains cas, ils ont permis la constitution de groupes responsables d'actions violentes. Un second chapitre s'intéresse aux groupes de discussion francophones sur Usenet, premier moyen de diffusion du racisme et de l'antisémitisme dans l'internet francophone. Ils véhiculent à la fois des écrits haineux anti-arabes, anti-musulmans et antisémites. A ces deux thèmes s'ajoute maintenant un racisme anti-américains. Ces forums permettent aux racistes de se sentir moins isolés et de s'exprimer en toute impunité de façon anonyme. Pour l'auteur de cette recherche, " les groupes de discussion, au moins du point de vue francophone, sont un aspect à prendre en compte dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme sur internet, leur lien avec la vie réelle et les crimes réels qui découlent toujours de ce genre de discours. En ne prenant pas en compte les forums, on laisse le développement naturel des groupes racistes se faire bien mieux qu’ils ne pouvaient le faire dans la vie réelle".
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/b rp/notices/054000193.shtml

- Les noirs et les nazis

Dans Le Monde, J. Kotek, T. Bruttman et Odile Morisseau font une sévère critique, en forme de mise au point, de l'ouvrage "Noirs dans les camps nazis". "Il y eut bien des Noirs dans les camps nazis, mais arrêtés pour diverses raisons : résistants, victimes de représailles ou même... juifs. Mais le IIIe Reich n'a pas eu de plan de déportation des Noirs d'Europe".
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3232,36-629094,0.html

- La lutte contre les sectes concerne l'Ecole

" Les observateurs s’accordent en général à constater que l’action des grands mouvements se tasse… Les plaintes déposées auprès des procureurs en tout cas ne sont pas en expansion. En revanche, l’air du temps est propice au développement de toutes sortes de manifestations dont il est difficile de dire si elles sont de nature sectaire ou si elles relèvent du simple charlatanisme. La banalisation de l’ésotérisme et de l’occultisme assure le succès de livres et de produits kabbalistiques. Des stars y associent leur image. Les revues de psychologies, certaines sérieuses, d’autres moins, obtiennent des tirages records.. Au total, on peut dire que la France semble aujourd’hui mieux préservée que d’autres pays de débordements sectaires.". Dans son rapport annuel, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) se félicite de la législation française qui apporte une certaine protection contre les sectes. Pour autant elle reste vigilante et annonce de nouvelles actions qui concernent directement les jeunes et le système éducatif. La mission demande un renforcement du contrôle de l'obligation scolaire. 40.000 élèves sont scolarisés dans des établissements hors contrat sans compter ceux qui sont instruits dans leur famille. "(Ils) échappent à tout contrôle. Or il peut s'agir précisément de l'enseignement dispensé par des communautés fermées ou intégristes. De même, la croissance du nombre d’"enfants indigos" (appellation inventée par un mouvement "angélique") et les liens avérés dans certains départements avec des pédagogies alternatives mériteraient une attention renforcée". La mission demande donc un renforcement des contrôles (il y en a eu 677 en 2004). Elle suit également de près l'évolution du mouvement "gothique" et ses liens avec la mouvance sataniste. Enfin, la Miviludes s'inquiète des facilités offertes par Internet dans le recrutement des adolescents par les sectes. La mission n'envisage pas une information spécifique à destination des enseignants : peut-être serait-elle nécessaire.
http://www.miviludes.gouv.fr/rubrique.ph p3?id_rubrique=89

- Police à l'école : inadmissible pour la Défenseure des enfants

"La Défenseure des enfants, Claire Brisset, considère comme inadmissible au regard des Droits de l'enfant, que les forces de l'ordre se saisissent d'enfants ou d'adolescents dans l'enceinte d'un établissement scolaire et, parfois même, les entravent et les exposent publiquement à des situations humiliantes". La Défenseure fait évidemment allusion aux arrestations musclées opérées à Roubaix. Elle ne s'arrête pas là et condamne la Convention signée entre les ministères de l'intérieur et de l'éducation nationale qui "pourrait avoir pour effet de crisper les relations entre les jeunes, les forces de l'ordre et l'institution scolaire". Enfin Claire Brisset "regrette vivement que la loi sur l'école… n'ait pas explicitement banni de l'école le recours à la violence".
http://www.defenseurdesenfants.fr/index. html

- Claris contre la dérive ethnique

" Comme l'ont montré la plupart des enquêtes sociologiques récentes, on constate une hétérogénéité des situations et des trajectoires sociales, la diversité des rapports à l'école et à la délinquance, sans oublier la place de ces nouveaux militants des cités qui oscillent entre désir de reconnaissance et accès à la citoyenneté, entre activisme pour la promotion de l'égalité et désenchantement. En un mot, les «quartiers» et les «jeunes» dont on parle apparaissent comme un monde complexe, fractionné, à l'image même de la société dans laquelle nous vivons. C'est pourquoi assimiler les phénomènes de violence à l'origine ou à la couleur de peau est une confusion exaspérante". Dans un entretien publié par Libération, l'association Claris, qui regroupe des sociologues, voit dans l'appel lancé récemment contre les "ratonnades anti-blancs" "la victoire des idées du Front national". Lancé le 25 mars, signé par Alain Finkielkraut et Jacques Julliard, l'appel affirmait : " Des lycéens, souvent seuls, sont jetés au sol, battus, volés et leurs agresseurs affirment, le sourire au lèvres : « parce qu’ils sont Français ». Ceci est un nouvel appel parce que nous ne voulons pas l’accepter et parce que, pour nous, David, Kader et Sébastien ont le même droit à la dignité".
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=287295
http://www.groupeclaris.com/
http://permanent.nouvelobs.com/societe/2 0050325.OBS2253.html

- Le diplôme protège peu en quartier sensible

" Première constatation, le diplôme protège en effet, et plus il est élevé, plus le taux de chômage s’abaisse, jusqu’à Bac+2 en tout cas. La différence entre les habitants des Zones urbaines sensibles (ZUS) et les autres reste cependant très significative. Pour tous les niveaux de formation allant du BEPC au Bac, les taux de chômage sont donc environ deux fois plus élevés dans ces zones qu’au niveau national" L'Observatoire des inégalités analyse les chiffres du chômage et met en évidence le stéréotype de la "menaçante banlieue". "Dans les ZUS, on constate que les hommes diplômés ont plus de difficultés à échapper au chômage alors que les femmes bénéficient pleinement de cette certification".
http://www.inegalites.fr/article.php3?id _article=314

- Les Français et la laïcité

La laïcité réunit et divise les Français. Selon un sondage réalisé à la demande du Comité national d'action laïque (CNAL), 75% des Français estiment importants les principes de laïcité et 79% en ce qui concerne sa présence à l'école. Deux Français sur trois sont favorables à la loi sur le voile. Mais 31% y sont opposés, 54% jugent la loi de 1905 dépassée. Ils se partagent sur la conception de la laïcité : un tiers estime qur c'est séparer le religieux du politique, un tiers que c'est traiter les religions avec égalité et un tiers que c'est les combattre. 46% demandent que le port d'insignes religieux soit interdit aux usagers des services publics… Le Cnal estime "que la laïcité a encore besoin d'être expliquée" et proteste contre la mise en berne des drapeaux lors de la mort du pape.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_050404153823.7y73boi8.html

Collège    [ Haut ]
- Education civique et EEDD

Jean-François Loistron nous invite à "oser le croisement" entre éducation au développement durable (EEDD) et éducation démocratique. Puisque le programme demande de traiter la citoyenneté politique et sociale, il propose une réflexion sur "les acteurs de la démocratie et le débat sur le développement durable". Plusieurs fiches documentaires donnent des exemples précis.
http://www.ac-nantes.fr/peda/disc/histge o/citoyen/demo-dd/index.htm

- En 3ème

Sur le site du collège Moulin des prés (Paris), un riche dossier où se mêlent TP pour aborder les différents points du programme de 3ème, cours, conseils, liens etc. : le civisme, les institutions, l'administration de l'Etat, les institutions européennes, la sécurité routière, la citoyenneté politique et sociale etc.
http://mapage.noos.fr/moulinhg2/educ.civ ique/education.civique.html

Lycée    [ Haut ]
- Un "guide du respect" pour les élèves

Il ne sera pas distribué dans les lycées mais, dès mercredi 30, par le réseau des CIDJ et les maisons de quartier. Le "Guide du respect" tiré à 100.000 exemplaires par l'association "Ni putes ni soumises", aborde trois thématiques : la sexualité, le poids des traditions et la violence. L'association interpelle l'Ecole. "L’école publique, obligatoire, mixte et laïque forme les citoyens de demain favorisant l’évolution des mentalités. Les sensibiliser, et les éduquer au Respect dès le plus jeune âge sont la seule garantie face aux traditions archaïques, machistes et sexistes". Le Guide veut être "un outil éducatif et pédagogique qui encourage la prise de conscience, la réflexion et l’action civique au cœur de projets mettant en valeur la notion de Respect".
http://www.niputesnisoumises.com/html/in dex.php?page=guide

- Double discrimination à l'embauche et à la paye

" Double discrimination : dans l’accès à l’emploi, très peu dans les salaires, quoique plus creusée au sein de mêmes catégories d’emplois, pour les jeunes femmes d’origine maghrébine… Différemment, les jeunes femmes d’origine d’Europe du Sud, semblent victimes de double discrimination origine et sexe, dans les salaires, surtout au sein de mêmes catégories d’emploi, mais leur origine ne viendrait pas accentuer la discrimination de genre dans l’accès à l’emploi. Les jeunes femmes d’origine étrangère dans leur ensemble semblent véritablement victimes de double discrimination, du fait de leur origine et du fait de leur sexe, dans les rémunérations et dans l’accès à l’emploi". Olivier Joseph (Céreq) et Séverine Lemière (Paris I) mettent en évidence la discrimination selon l'origine et le genre. Particularité des filles : subir une double discrimination.
http://www.cereq.fr/pdf/Net-Doc-12.pdf

- Internet et civilité

L'académie de Rouen propose un ensemble de sujets de réflexion pour un apprentissage éthique du web. Parmi les thèmes abordés : les règles du droit, internet outil de démocratie, aiguiser son discernement sur Internet. On peut ainsi mener une recherche et un débat avec les élèves sur des questions qui peuvent les mobiliser : quels sites aujourd'hui invitent au débat public ? Faut –il souhaiter le développement du vote électronique ? Etc.
http://www.ac-rouen.fr/accompagnement/ru brique.php3?id_rubrique=63

- ECJS en L.P.

plusieurs progressions en BEP. Ainsi Viviane Marchal lie son étude sur "citoyenneté et travail" à un PPCP et à l'apprentissage professionnel. Point commun à ces travaux : une large ouverture sur l'environnement du lycée, la volonté de rejoindre les interrogations de adolescents.
http://www.ac-nancy-metz.fr/enseign/ECJS /HTML/progressions.htm

[ Haut ]

Archives de la rubrique Ed. Civique - E.C.J.S. :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
indispensables

Dossier Bac et Brevet : préparation, entraînement, auto-évaluation

Le point pour la rentrée 2006

  La rubrique Ed. Civique - E.C.J.S. dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable