Ed. Civique - E.C.J.S. (Café N° 64)

Version imprimable Version imprimable

Pour le prof

Collège

Lycée

Dossier spécial

Édition du 02-07-2005

- François Jarraud -

- A la Une : L'éducation à la citoyenneté en Europe

"Partout en Europe, le renforcement de la cohésion sociale et une participation plus active des citoyens à la vie sociale et politique sont au cœur des préoccupations des gouvernements et de l’Union européenne. L’école, en tant qu’instance de socialisation et de formation des futurs citoyens, peut jouer un rôle important en la matière". Une étude d'Eurydice, le site éducatif de l'Union européenne, enquête sur l'éducation civique en Europe.

Partout elle repose sur le concept de "citoyenneté responsable" qui couvre la connaissance des droits et des responsabilités civiques. "trois grands types d’objectifs sont poursuivis : acquérir une culture politique, développer les attitudes et valeurs nécessaires pour devenir un citoyen responsable, stimuler la participation active des élèves au sein de la communauté scolaire et locale". Dans ces objectifs, la part de l'Europe est encore insuffisante.

Une différence essentielle entre états européens réside dans la culture de participation à la vie de l'école. La plupart des pays européens disposent de délégués de classes, mais aussi d'un conseil d'élèves au niveau de l'école, et, dans la majorité des cas, d'élèves participant au conseil de gestion de l 'école et de syndicats d'élèves. La France se distingue comme étant un des pays les moins avancés sur ce point, particulièrement au primaire où aucun de ces niveaux n'est institutionnalisé. Il en va de même pour la participation des parents. Celle-ci va même se diminuer puisque les mesures Fillon réduisent leur importance dans les conseils de discipline et créent un conseil pédagogique sans parents.
http://www.eurydice.org/Doc_intermediair es/analysis/fr/citizenship.html

Pour le prof    [ Haut ]
- Laïcité

Les actes du colloque sur l'histoire de la laïcité sont publiés. Ils restituent l'invention de la laïcité, et l'histoire de la loi de 1905. La laïcité et l'école, les débats dans la société d'aujourd'hui font l'objet de deux tables rondes qui réunissent Antoine Prost, Emile Poulat, Jean Foyer, René Rémond, Jean Baubérot etc.
http://www.senat.fr/colloques/actes_laic ite/actes_laicite.html

- Eduquer à la défense

" C’est l’école qui éduque à la défense les jeunes qui « ne font plus leurs classes. Cet enseignement initie les élèves à la compréhension des enjeux géopolitiques; aux exigences et aux contraintes de la défense militaire et civile; aux principes de la prévention des conflits armés et aux modalités de résolution; la défense et la paix sont enseignées ensemble, sur les bases des valeurs démocratiques et des devoirs des citoyens". Dans les actes de l'université de printemps organisée à Reims, Patrice Gielen, inspecteur général, montre comment intégrer cet enseignement dans les programmes de 3ème et de 1ère et présente plusieurs problématiques et ressources. Il invite à s'appuyer sur le patrimoine et sur les grands hommes. A noter également l'intervention de Jean-Pierre Arrignon sur la défense économique.
http://www.ac-reims.fr/datice/bul_acad/h ist-geo/bul33/default.htm

- Citoyens debout !

Comment fabriquer des citoyens ? En leur faisant découvrir la complexité de la gestion citoyenne. C'est le pari du "Conseil virtuel", un jeu développé par une maison de jeunes de Montréal (Québec) qui ne manque pas de projets, L'Hôte Maison. Les jeunes peuvent s'inscrire à différents postes : maire, conseiller, journaliste, chef de police, responsable syndical ou simple citoyen. Ils ont des tâches à remplir : réaliser une entrevue avec un élu, faire un reportage etc. Un projet innovant qui pourrait faire des émules. L'Hôte Maison en propose bien d'autres comme Réplik, un journal et une radio, Terra Dynamo pour l'initiation technologique etc.
http://www.conseilvirtuel.com/
http://www.lhotemaison.com/

- Un rapport critique la future carte d'identité électronique

"Le projet de carte nationale d'identité électronique doit être revu". Dans un rapport remis au ministre de l'intérieur, le Forum des droits sur l'Internet critique le projet de carte d'identité à données biométriques. Il relève que, "même si les Français sont globalement favorables au projet de carte nationale d'identité électronique (CNIE)… les arguments avancés par le ministre de l'intérieur n'ont pas convaincu". Parmi les réticences il faut citer le caractère payant de la carte, la restriction de sa distribution à une centaine de mairies seulement, les craintes au niveau de la sécurité et de la protection de la vie privée. Le fait que la carte facilite l'accès aux services administratifs en ligne ou au services marchands n'intéresse pas.

Le Forum demande une étude sur la dimension réelle de la fraude à l'identité, le contrôle global du projet par la Cnil, une évaluation de la lecture de la carte "sans contact" de façon à en garantir la sécurité, la gratuité de la carte.
http://www.foruminternet.org/publication s/lire.phtml?id=914

- Carte d'identité électronique : Pétition de la Ligue des droits de l'homme

"Les éléments biométriques d’identification, inclus sous forme numérisée et conservés dans un fichier unique national, faciliteront tous les croisements d’information. La numérisation de ces éléments, alliée à la prolifération des dispositifs de surveillance, décuplera les possibilités d’identification policière et de traçage des citoyens". La Ligue des droits de l'homme lance une pétition, soutenue par plusieurs associations (Syndicat de la Magistrature (SM), Syndicat des Avocats de France (SAF), IRIS, DELIS et Association française des juristes démocrates) contre le projet de carte d'identité électronique. Pour la Ligue, "dire que ce document est destiné à lutter contre les fraudes ou les entreprises terroristes est un mensonge… En fait, la sophistication technique servira plutôt les réseaux criminels les plus organisés, car ils se doteront rapidement des moyens nécessaires pour la contourner et disposeront alors de documents d’identité dans lesquels l’État et les citoyens auront, à tort, placé toute leur confiance".
http://www.ldh-france.org/actu_nationale .cfm?idactu=1059

Collège    [ Haut ]
- Les institutions

Déjà mentionné dans le Café, ce site présente en détail les institutions de la France. Il est parfaitement tenu à jour par sa webmestre, Isabelle Breil.
http://membres.lycos.fr/isabellebreil/

Lycée    [ Haut ]
- La parité vue par Cityctac

Voilà un site pas ordinaire. Parce que dans la recherche de la parité la gestion du temps a sa place, Cityctac propose une importante information sur l'égalité professionnelle et le temps. Particularité :le site est conçu pour des acteurs professionnels. On a donc un module de formation pour animateur et de nombreuses fiches pratiques conçues pour des adultes. Un matériau tout à fait intéressant.
http://www.cityctac.org/

- Les mariages forcés persistent

"Les mariages forcés sont difficilement quantifiables. Ils sont surtout présents dans les familles de culture musulmane"La Communauté française de Belgique publie une étude réalisée auprès de 1200 jeunes de 15 à 18 ans sur leurs choix en terme de mariage et leur connaissance des mariages forcés. Elle met en évidence de nets contrastes entre les jeunes suivant les cours (obligatoires) de morale catholique ou laïque et ceux suivant les cours de morale islamique. Ainsi si 72% des jeunes souhaitent se marier, 62% des "catholiques" n'envisagent de le faire qu'après cohabitation, ce qui est totalement exclu par 82% des jeunes "islamiques". Un tiers des jeunes "catholiques" estiment être soumis à l'influence parentale dans le choix du conjoint, ce qui est le cas de 82% des jeunes suivant les cours islamiques. Un élève sur 5 a eu connaissance d'un cas de mariage forcé. Cela s'est passé dans la famille pour 6% des catholiques, 12% des musulmans. Le mariage forcé existe donc chez les catholiques mais est plus fréquent chez les familles musulmanes.

Est-ce à dire qu'un fossé infranchissable séparerait les uns et les autres ? Nouria Ouali, sociologue, nuance fortement les choses en se basant sur les statistiques et différentes études menées en Belgique. " Les statistiques démographiques indiquent aussi le recul net de l’âge du mariage des jeunes filles d’origine étrangère (Ouali, 2004) et la diminution du nombre d’enfants par femme, rejoignant ainsi celui des autochtones et des femmes européennes… Dans la population marocaine, c’est non seulement la pratique du mariage qui s’est modifiée progressivement, mais aussi la variété des couples qui se forment (couples mixtes, unions libres, couples homosexuels) et qui constituent autant de transgressions des tabous religieux et culturels puissants. Ces évolutions reflètent à la fois l’adoption de modes de vie de plus en plus laïcisés et les processus inévitables d’intégration voire d’assimilation des groupes culturellement minoritaires. Elles nous obligent, à tout le moins, à modifier les
images tronquées et réductrices des minorités ethniques indéfectiblement accrochées à leur culture d’origine".

http://www.egalite.cfwb.be/articles.asp? ID=17#1265

Dossier spécial    [ Haut ]
- Préparer la rentrée

1- Le projet de constitution européenne
Le référendum de 2005 sur le projet de constitution européenne est arrivé tard dans l'année scolaire. Mais il a suscité l'intérêt des jeunes avides de connaître les enjeux et les risques liés à son adoption ou son rejet. Ces curiosités ne faiblissent pas ne serait ce que parce que le "non" massif du 29 mai 2005 a pris une dimension historique. Cela justifie le nouveau dossier proposé par le Café. Il recense des données sociologiques et cartographiques pour étudier le vote du 29 mai ainsi que des textes pour alimenter les débats à venir. Aidez nous à entretenir notre nouveau dossier en nous signalant les ressources, françaises ou étrangères, que vous jugerez intéressantes.

Ainsi ce dossier complète le Décrypt Actu sur le projet de constitution publié sur le site de France 5 Education. Ce dossier propose des fiches pédagogiques de l'école au lycée et des animations pour réfléchir aux enjeux du projet.
Le dossier "Avant et après le référendum "
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/ constit/index.php
Décrypt Actu : le projet constitutionnel
http://education.france5.fr/actu/sithe10 845/index.htm

Autres ressources
F. Le Cars propose une séquence en ECJS en première. La revue académique de Créteil "Echelles" consacre son numéro 23 à la citoyenneté européenne et à sa place dans les programmes avec une réflexion sur la citoyenneté européenne.
http://fiche-constitution.site.voila.fr/
http://www.crdp.ac-creteil.fr/CRDP/editi on/liaisons/echelles.html


2- Réfléchir à ses pratiques

En 3ème avec l'ordinateur
"Les avantages de ce travail sur Ordina 13 sont, pour l’enseignant, de pouvoir mettre en relation très facilement des documents de nature très différente. Il suffit de les avoir enregistré sur son portable ou sur une clé USB… De plus, la gestion de la classe diffère un peu de celle qui prévaut habituellement : il faut davantage circuler dans la salle, et passer beaucoup de temps au fond de la salle, et avec les élèves surtout. Le travail en équipe est ainsi facilité, non seulement entre les élèves, mais il inclut également, plus fortement me semble –t-il qu’un cours « classique », le professeur dans ce travail d’équipe : on réalise ensemble la procédure ; on tâtonne aussi ensemble parfois. Enfin, au début de mon expérience, mon niveau de formation en informatique était très élémentaire et il en résultait donc un relatif manque de confiance. Mais celui-ci a disparu assez rapidement, en constatant que le cours pouvait se dérouler correctement et que les élèves n’étaient pas forcément beaucoup plus habiles ! Cela a au contraire donné l’envie à tous, professeur et élèves, de tenter d’autres expériences : travail sur des sites Internet, ou à partir de la presse en ligne, exposition de travaux d’élèves sur le portail du collège". Le Conseil général des Bouches-du-Rhône a doté chaque collégien de 3ème d'un ordinateur portable dans le cadre d'"Ordina 13". Béatrice Tinelli présente une séquence complète de cours d'éducation civique sur la démocratie avec l'ordinateur et en tire les conclusions. Bilan très positif avec une classe. Elle ne cache pas le bilan plus négatif avec une autre classe où les problèmes de comportement empêchent l'investissement personnel et l'autonomie. Là l'ordinateur n'a pas fait de miracle.
http://www.histgeo.ac-aix-marseille.fr/a /bti/d001.htm


La vidéo en ECJS
"J'ai choisi de travailler avec les Cap première année, une classe mixte à tous niveaux, des filles et des garçons, des bijoutiers et des horlogers, avec une petite idée derrière la tête..". Cette petite idée de Stéphane Deshayes c'est l'utilisation la vidéo pour motiver les élèves. Cela nous vaut des petites séquences sur l'environnement et la maltraitance qui sont idéales pour ouvrir un débat. Il faut signaler l'extraordinaire qualité et efficacité de la réalisation. On s'attendrait à trouver des plans fixes d'un exposé. Chaque film est un petit bijou d'animation et d'invention.
http://catice.ac-besancon.fr/lp%5Flettre s/ecjscourtmetrages/menu.htm

Education civique et EEDD
Jean-François Loistron nous invite à "oser le croisement" entre éducation au développement durable (EEDD) et éducation démocratique. Puisque le programme demande de traiter la citoyenneté politique et sociale, il propose une réflexion sur "les acteurs de la démocratie et le débat sur le développement durable". Plusieurs fiches documentaires donnent des exemples précis.
http://www.ac-nantes.fr/peda/disc/histge o/citoyen/demo-dd/index.htm

La démocratie dans l'Ecole
"L’école, en effet, n’est pas un lieu clos : elle n’est destinée à devenir ni le sanctuaire protégé des turbulences de la vie sociale ni une sorte d’utopie provisoire qui mettrait les futurs citoyens en contact avec les valeurs humanistes dont on espère qu’ils garderont le souvenir. L’école est dans la démocratie et prépare les élèves à en devenir acteurs. Cela crée des obligations pour tous car, à l’école de la République, est-il imaginable pour les élèves et les familles que la démocratisation des savoirs et la formation des citoyens ne passe pas par des pratiques éducatives, pédagogiques et didactiques conformes aux valeurs de la démocratie ? " Pourtant, ce numéro de mai des Cahiers pédagogiques le précise bien, la société scolaire n'est pas démocratique au sens où enseignants et élèves seraient à égalité de droits et souverains de l'institution scolaire.

Le numéro s'articule autour de trois thèmes. Le dossier s'ouvre sur une réflexion sur la notion même démocratie en lien avec l'histoire de l'institution scolaire. Une seconde partie illustre l'idée du lien nécessaire entre les idéaux démocratiques et les pratiques pédagogiques. Ainsi, pour Anne-Marie Hubat-Blanc, "la première condition pour enseigner en accord avec les valeurs de la démocratie.. est de démystifier sa propre maîtrise.., la seconde est la compétence technique…, la troisième est l'institution de la classe et le fonctionnement de l'établissement". Maryse Madiot et Philippe Tessier montrent,par exemple, comment un IDD peut être formateur en ce domaine puisque c'est "un domaine où mes élèves comme les enseignants sont amenés à exercer leur liberté d'appréciation, d'invention et d'organisation".

Le dernier chapitre s'intéresse à la démocratie, ou son absence, dans l'institution Education nationale. Un regard croisé sur les C.A. d'établissement est particulièrement intéressant.

La démocratie dans l'Ecole, Cahiers pédagogiques, n° de mai 2005, 72 pages.
http://www.cahiers-pedagogiques.com/nume ro.php3?id_article=1569

Une synthèse pour l'ECJS
"Que signifie « éduquer à la citoyenneté » dans un système scolaire ? Deux réponses sont possibles. L'une consiste à faire de la citoyenneté un objet d'étude disciplinaire, au même titre que les mathématiques, la physique, la littérature etc. ; la citoyenneté s'apprendrait à l'école avant de s'exercer dans la vie du citoyen. Ce choix correspond pour l'essentiel à la conception traditionnelle d'une instruction civique, en tant qu'inculcation de principes à mettre en actes dans un temps différé plus ou moins lointain… L'autre réponse part de l'idée que l'on ne naît pas citoyen mais qu'on le devient, qu'il ne s'agit pas d'un état, mais d'une conquête permanente; le citoyen est celui qui est capable d'intervenir dans la cité : cela suppose formation d'une opinion raisonnée, aptitude à l'exprimer, acceptation du débat public. La citoyenneté est alors la capacité construite à intervenir, ou même simplement à oser intervenir dans la cité". L'académie d'Amiens propose un dossier documentaire qui situe et présente l'ECJS au lycée.
http://cm1.ac-amiens.fr/spip/spiphg/arti cle.php3?id_article=340&id_rubrique=144

ECJS : Outils et séquences
Réalisé par un groupe de recherche de l'IUFM des Pays de la Loire, associant un IPR et une vingtaine d'enseignants, ce dossier copieux propose des outils pour définir une démarche en ECJS, pour valider des problématiques et pour accompagner le débat. On y trouvera par exemple une réflexion sur la démarche, des grilles d'analyse de débat, des mots-clés sur chaque thème. Il offre également une dizaine de séquences d'ECJS de la seconde à la terminale. Un excellent dossier qui permettra à chacun de réfléchir à ses démarches et de les améliorer.
http://calcium.paysdelaloire.iufm.fr/res sources/ress_transv/ecjs/

Etudier avec la presse
Un dossier spécial du Café pédagogique.
http://www.cafepedagogique.net/disci/ecj s/55.php

L'Ecole, la liberté et l'éducation citoyenne
Comment éduquer à la liberté et à la lutte contre les discriminations ? Voilà deux questions qui sont au cœur de l'éducation civique mais qui peuvent rencontrer des obstacles dans l'Ecole d'aujourd'hui. Fenêtres sur cours, le magazine du Snuipp, questionne deux chercheurs : François Audigier, université de Genève, et Françoise Lorcerie, université d'Aix-en-Provence. Ils apportent des réponses qui questionnent à leur tour l'Ecole.

Pour le premier, "le travail sur les règles de vie, tout comme les conseils de classe, sont des initiations à la vie politique. Il est donc important de savoir que les règles ne s’établissent pas, dans une société démocratique complexe, sur un simple accord d’un groupe de participants. Les règles de vie obéissent à des règles qui leur sont supérieures, extérieures et antérieures : la Loi, à travers les règles de l’école, des principes : les Droits de l’Homme et le respect de la personne humaine, et le fait que les règles soient déjà intériorisées par les élèves. Il convient de ne pas faire croire aux élèves qu’ils les inventent, mais d’en faire un travail d’explicitation. Enfin se pose la question du pouvoir que l’institution scolaire, à travers les enseignants, souhaite accorder aux élèves. Le droit est d’abord un espace de libertés : comment initier au droit, à une citoyenneté si nous ne dessinons pas à la fois des espaces, des temps et des objets objets de liberté pour les élèves ? Il y a là un paradoxe sur lequel il faudra réfléchir".

Françoise Lorcerie s'interroge sur l'action de l'Ecole dans la lutte contre les discriminations. "Il faut définir l’école comme un espace juste où l’appartenance ethnique ne doit pas avoir d’effet non voulu, ni sur la répartition des classes, ce qui est souvent le cas au collège sous des pressions diverses, ni sur les attentes vis-à-vis des élèves, ce qui arrive au primaire. Sur ce point, l’école peut beaucoup et elle fait déjà beaucoup… Maintenant, faut-il une éducation spécifique au non racisme ?... Avec la course au programme, c’est sûrement utile, d’autant que les programmes d’éducation civique ne font qu’une référence timide et formelle au racisme. De surcroît, aucune directive de l’Education Nationale ne traite de l’indispensable mixité ethnique des classes et de l’égalité des élèves dans un contexte de renvoi à l’origine. La seule initiative institutionnelle en la matière, c’est encore la loi interdisant le port ostensible des signes religieux... qui s’analyse sociologiquement comme un nouveau message de défiance et une obligation supplémentaire de conformité imposée aux minoritaires". L'initiative revient donc aux enseignants.
http://www.snuipp.fr/IMG/pdf/fsc269b.pdf


[ Haut ]

Archives de la rubrique Ed. Civique - E.C.J.S. :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
indispensables

Dossier Bac et Brevet : préparation, entraînement, auto-évaluation

Le point pour la rentrée 2006

  La rubrique Ed. Civique - E.C.J.S. dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable