L'actualité européenne (Café N° 75)

Version imprimable Version imprimable

- A la Une : Genève, laboratoire des fusions conservatrices

- Europe

- Allemagne

- Angleterre

Édition du 15-09-2006

- François Jarraud -

- A la Une : Genève, laboratoire des fusions conservatrices    [ Haut ]

"Heureusement, c'est bien le peuple qui tranchera". Le 24 septembre, les citoyens du canton de Genève (Suisse) auront à se prononcer sur l'avenir de leur école. Une pétition signée par 28 000 citoyens a permis à la droite de provoquer un référendum (une "votation") le 24 septembre sur l'organisation de l'école genevoise.

Deux thèses s'affrontent. Pour la droite genevoise (parti libéral, parti démocrate chrétien), fédérée dans l'Arle, "l'évolution de la société et des mœurs sert depuis quinze ans de prétexte à une innovation effrénée qui transforme l'école en un laboratoire d'expérimentation. Les réformes scolaires à répétition entravent l'acquisition des connaissances de base. La mission élémentaire de l'école primaire – apprendre à lire, à écrire et à compter – n'est pas efficacement assurée. L'idéologie qui inspire la rénovation de l'enseignement primaire est remise en question depuis longtemps. Elle consiste à inviter l'élève à découvrir et à «construire» les connaissances par lui-même et en interaction avec ses camarades. Les plus récentes études confirment les doutes émis sur cette méthode". On aura reconnues les thèses des "anti-pédagogistes". Ils demandent le rétablissement des notes, la suppression des cycles et le retour du redoublement. Ils revendiquent " une école qui instruise avant d’éduquer. Les maîtres y transmettent des connaissances pas à pas, des plus simples aux plus complexes". Cette initiative demande l'abrogation d'une loi de rénovation de l'école, largement inspirée par les travaux de l'école de Genève (P. Perrenoud etc.), adoptée en 1994 et qui n'est encore que partiellement appliquée. Elle met en avant les mauvais résultats du système éducatif genevois.

Les partis de gauche, socialistes, verts etc., et le principal syndicat enseignant soutiennent une position inverse. Ainsi pour le ministre socialiste de l'éducation, Charles Beer, "Tout ne se joue pas sur la manière d'enseigner et d'évaluer. Il y a par exemple le nombre d'heures d'enseignement. On ne passe pas d'une semaine de cinq jours à quatre jours, comme l'a fait Genève, sans conséquences, même si cela n'explique pas tout… La question des moyens donnés à l'enseignement est aussi primordiale. Au début des années 1990, Genève consacrait davantage de ressources financières à son éducation que l'ensemble des autres cantons, aujourd'hui on est pratiquement en queue de peloton. Or, pendant la même période, notre canton a connu une forte croissance de la population, qui place Genève comme l'un des principaux pôles de croissance démographique d'Europe, une montée des inégalités et une augmentation importante de la pauvreté. Difficile de mesurer les effets de la rénovation dans ce contexte".

A Genève, l'Ecole est devenue ouvertement le premier champ d'affrontement entre la droite et la gauche. En quelques années, on a vu la droite y construire un discours conservateur sur l'Ecole en puisant dans l'argumentaire des anti-pédagogues, quelque soit leur origine. Ce message exploite à la fois la nostalgie d'une école mythique, la peur de l'avenir, la défense de la ségrégation sociale et des hiérarchies. Ce discours s'appuie sur une tendance encore plus forte des sociétés occidentales : une méfiance envers l'Etat et le collectif qui génère une forte demande de personnalisation des services publics.

On voit bien que cette évolution s'affirme également en France. C'est elle qui est à l'oeuvre dans la remédiation personnelle promise par les PPRE, dans l'expulsion des élèves à problèmes, dans l'apologie du mérite individuel et l'attribution de passe droits aux élèves méritants des zep. La petite coterie des réactionnaires de l'Ecole voit maintenant ses théories relayées dans l'appareil d'Etat. Elle s'invite et est mise en avant dans les meetings de la droite, par exemple lors de la dernière convention UMP. Le conservatisme éducatif et le conservatisme politique s'unissent sous nos yeux. Cette évolution ne peut qu'interpeller la gauche française : faut-il affronter la droite sur ce terrain ou le lui laisser ?
Documents de la votation
http://www.geneve.ch/dip/GestionContenu/detail.asp?mod=[...]
Article du Courrier
http://www.lecourrier.ch/modules.php?op=modload&name=Ne[...]
Article du Courrier
http://www.lecourrier.ch/modules.php?op=modload&name=Ne[...]

- Europe    [ Haut ]

La rentrée en Europe
Un calendrier étalé. Du 1er août au 11 septembre, la rentrée scolaire s'étale en Europe d'ouest en est. Nos voisins les plus précoces sont les allemands et les danois qui débutent l'année dan la première quinzaine d'août (1er août dans certains länder). Inversement, la Grèce, la Turquie, la Roumanie et l'Italie attendent la mi-septembre (11 septembre pour l'Italie par exemple) pour faire la rentrée.

Le modèle anglais. En Angleterre, la rentrée est marquée par des changements importants qui ont visiblement servis de modèle en France. Au primaire, la lecture et le calcul sont renforcés. Le gouvernement de Tony Blair a choisi de privilégier la méthode syllabique et le calcul mental. Dans l'enseignement secondaire, la discipline est renforcée ainsi que les pouvoirs d'exclusion des établissements. La responsabilité parentale est appliquée avec sévérité. Mais bien des différences subsistent avec la France. D'abord dans l'évaluation et l'organisation des disciplines. Egalement dans la diversification des établissements. Aux Comprehensive et Grammar Schools, T. Blair a ajouté ou développé les Community, Foundation, Trust, City Academy et Specialist College. Finalement c'est la nostalgie et la tradition qui traversent la Manche.
Etude européenne (en pdf)
http://oraprod.eurydice.org/ressources/eurydice/pdf/0_i[...]
Calendrier
http://www.education.gouv.fr/pid184/le-calendrier-scola[...]
La rentrée en Angleterre
http://news.bbc.co.uk/1/hi/education/5305492.stm

- Allemagne    [ Haut ]

On peut enseigner voilée
En Allemagne, une enseignante peut faire cours voilée. Le tribunal administratif du Bade Wurtemberg vient de donner raison à une institutrice qui demandait à pouvoir porter le voile en classe. Elle a fait remarquer que ce qui était autorisé aux religieuses catholiques qui enseignent dans les écoles publiques ne pouvait pas être interdit à une musulmane. Cette décision rend caduque la loi de 2004 qui interdit le port du voile aux enseignantes dans les écoles de ce Land.
http://permanent.nouvelobs.com/etranger/20060708.FAP787[...]

Changer les lois du genre pour changer l'orientation
En Allemagne, la moitié des garçons s'orientent vers seulement une vingtaine de professions traditionnelles. Pour casser les préjugés machistes et ouvrir de nouvelles perspectives aux garçons, le gouvernement allemand lance une campagne d'affichage relayée par des actions dans les écoles. Un guide est édité pour les enseignants ainsi q'une version destinée aux jeunes turcs. Objectif : amener davantage de garçons vers les métiers de service, d'action sociale, de soins à la personne.
http://www.neue-wege-fuer-jungs.de/neue_wege_fuer_jungs[...]

- Angleterre    [ Haut ]

Blair lance de nouvelles écoles libres : les Trust Schools
Dans un premier temps elles seront 50. Selon BBC News, le gouvernement devrait annoncer cet automne la création de Trust Schools, des établissements créés par agrément entre une entreprise et une école. Ces établissements disposeront d'une autonomie complète et échapperont aux autorités scolaires locales. Pour le gouvernement il s'agit de mieux répondre aux besoins des élèves.
http://news.bbc.co.uk/1/hi/education/5322860.stm

Des résultats stables mais de forts écarts raciaux
L'Ofsted publie les résultats des écoles primaires et des établissements secondaires anglais. Si l'on remarque peu d'écart par rapport à l'année 2004 (sauf une légère progression dans le secondaire), les données témoignent de forts écarts entre les groupes "raciaux" officiels.

Ainsi les élèves "noirs" ont les résultats les plus faibles. Un net écart existe également entre les jeunes Indiens et les élèves d'origine bengalie ou pakistanaise.
http://www.ofsted.gov.uk/publications/index.cfm?fuseact[...]
http://www.ofsted.gov.uk/publications/index.cfm?fuseact[...]

La formation professionnelle insuffisante dans 1 école sur 3
Selon l'Ofsted, l'office d'inspection anglais, une école primaire sur trois offrirait une formation professionnelle inadaptée. L'Ofsted appelle les écoles à améliorer la formation pour permettre la hausse des résultats scolaires.
http://www.ofsted.gov.uk/publications/index.cfm?fuseact[...]

Des écoles flexibles pour lutter contre l'échec scolaire
"Le gouvernement mise sur l'apprentissage pré-scolaire, ce qui est bien. Mais les gains faits par les enfants défavorisés en maternelle seront perdus si nous n'organisons pas autrement les écoles primaires. Certaines remarquent que les enfants défavorisés se regroupent entre eux envers et malgré tout". Publié par la Social Market Foundation, une organisation britannique, un rapport plaide pour une école plus flexible et plus ouverte.

Pour lutter contre l'échec des enfants défavorisés, le SMF préconise d'augmenter le temps d'apprentissage de la lecture et de l'écriture à au moins 90 minutes par jour avec des groupes de compétences, de rendre l'horaire flexible de façon à dégager du temps pour certains et de vérifier toutes les 8 semaines les progrès des élèves. L'organisation souhaite également qu'une partie de l'équipe de direction soit spécialisée dans el contacts avec les parents de façon à les impliquer dans la vie scolaire.
http://www.smf.co.uk/print.php?sid=217

Quatre mois de prison pour les parents d'une absentéiste
Christopher et Deborah Haine, 41 ans tous les deux, iront en prison. Le tribunal de Newport les a condamnés à 4 mois fermes pour les punir de l'absentéisme de leur fille. Shlaine Haine, 14 ans, a séché 107 jours sur 113 de janvier à juillet.

La mesure sera-t-elle efficace ? Malgré des dépenses énormes (900 millions de livres) et un appareil répressif unique (plus d'un millier d'amendes délivrés par an), l'absentéisme a encore progressé en Angleterre en 2005. Un élève du secondaire sur quatre sèche et le taux de décrochage à 16 ans est un des plus forts d'Europe.

Mais revenons à Shlaine. La jeune fille refuse d'aller à l'école où ses camarades se moquent de son faible niveau scolaire. Sans se parents, la situation va-t-elle s'améliorer ?
Article BBC News
http://news.bbc.co.uk/1/hi/wales/5257326.stm

Internet éducatif : le local a la peau du national
BBC News le signale : le National Grid for Learning (NGfL), le réseau éducatif anglais, vient de fermer ses portes. Sa variante écossaise également et seul le petit serveur gallois demeure. Le NGfL visait à mettre en ligne et à faire connaître les ressources éducatives nationales.

Cette grosse machine, voulue et mise en place par les travaillistes, a disparu. Seul demeure un moteur de recherche éducatif. Pour BBC News, elle a été victime de la multiplication des sites éducatifs locaux. L'expérience anglaise donne donc à penser que ceux-ci sont les meilleurs supports de l'Internet éducatif. Peut-être parce qu'au réseau électronique se superpose un réseau humain ?
http://news.bbc.co.uk/1/hi/education/5145882.stm
http://www.ngfl.gov.uk/
http://www.ngfl-cymru.org.uk/

Un syndicat demande que les militants d'extrême droite soient exclus de l'enseignement
"Ceux qui souscrivent à un programme raciste et fasciste n'ont pas leur place dans l'enseignement". Cette déclaration de la secrétaire générale du NASUWT, un syndicat d'enseignants anglais, vise un professeur de Derby qui s'est porté candidat sur les listes du British National Party, une formation d'extrême droite. Le syndicat demande une modification de la loi sur l'embauche des enseignants.
Article du Guardian
http://education.guardian.co.uk/schools/story/0,,182244[...]

L'Inspection mise sur l'auto-évaluation
"Il est vital pour les établissements scolaires et les autorités éducatives de bien connaître leurs points forts et faibles pour s'améliorer. C'est pourquoi les inspections de l'Ofsted encouragent fortement l'auto-évaluation". Dans un nouveau rapport, l'Ofsted, l'organisme qui inspecte les établissements scolaires anglais, fait connaître les "meilleures pratiques d'auto-évaluation". Plutôt que s'en remettre à ses propres inspections, il estime qu'une bonne politique d'auto-évaluation des établissements est le meilleur moyen d'améliorer l'Ecole.

L'organisme souligne le fait que celle-ci ne doit pas être un exercice bureaucratique mais être pleinement intégrée dans la gestion de l'établissement. Pour cela, il encourage à multiplier les indicateurs, sans oublier par exemple le développement personnel des élèves, en y associant les élèves et en s'intéressant d'abord à leurs résultats.

Bien sûr les systèmes d'inspection ont toujours été très différents en France et en Angleterre, celle-ci ne connaissant que l'inspection d'établissement. Mais cette étude a un intérêt aussi pour la France au moment où la loi sur l'Ecole cherche à renforcer le pilotage et l'autonomie locales.
http://www.ofsted.gov.uk//pressreleases/index.cfm?fusea[...]
http://www.ofsted.gov.uk/publications/index.cfm?fuseact[...]


[ Haut ]

Archives de la rubrique L'actualité européenne :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique L'actualité européenne dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable