Histoire (Café N° 45)

Version imprimable Version imprimable

Pour le prof

Collège

Lycée

Édition du 18-01-2004

- François Jarraud -

- A la Une : Journée de la mémoire de l'Holocauste le 27 janvier

Le Café pédagogique, en partenariat avec le CIDEM, ouvre un nouveau dossier pédagogique à l'occasion de la Journée de la mémoire de l'Holocauste et de la prévention des crimes contre l'humanité. On sait que le 27 janvier a été retenu pour commémorer cette journée européenne. Les enseignants trouveront dans ce dossier des ressources pédagogiques ainsi que des réflexions pour mettre en oeuvre des projets pédagogiques de l'école au lycée. Par exemple : comment organiser et exploiter un voyage à Auschwitz, comment construire une séquence autour d'un témoignage. Un forum spécialisé permet d'échanger sur les pratiques liées à l'éducation contre les stéréotypes et la haine.
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/ shoah2004/
http://www.cafepedagogique.net/pdf/shoah 2004.pdf

Pour le prof    [ Haut ]
- Bibliographie

Les paysans et les Soviets

Nicolas Werth avait déjà publié, dans le Bulletin de l'IHTP et sur le web, un remarquable article sur les rapports entre le pouvoir soviétique et les paysans dans les années 1930. Il met maintenant en ligne un dossier complet (330 pages en version imprimée) sur ce thème. On y trouvera un très riche corpus documentaire extrait des archives du GPU. Les années 30 sont celles de la "dekoulakisation", des déportations massives, des réinstallations en Sibérie et de la grande famine qui s'ensuivit. Le dossier montre comment le GPU et le pouvoir organisèrent cette politique criminelle : déportations massives et aveugles, conditions mortifères de réinstallation des paysans. " Au 1er janvier 1932, lorsque l'OGPU effectua un premier pointage général des " déplacés spéciaux ", on ne recensa que 1 317 000 personnes sur les 1 803 000 déportés en 1930-1931, soit une perte de près d'un demi-million d'individus. Combien s'étaient enfuis ? Combien étaient morts ? Une extrapolation du chiffre global des fuites en 1930 et des données partielles connues pour 1931 laisse supposer qu'environ 250 000 déportés s'enfuirent en 1930-1931 ; par conséquent, un nombre à peu près équivalent mourut. Pour les années suivantes, les statistiques centralisées de l'OGPU font état des pertes suivantes parmi les " déplacés spéciaux " : en 1932, 207 000 évadés (38 000 d'entre eux furent rattrapés), 90 000 morts ; en 1933, 216 000 évadés (54 000 rattrapés), 151 600 morts soit un taux de mortalité de 14 % ! En 1934, 87 600 évasions, 40 000 morts. À eux seuls, ces quelques chiffres donnent la mesure de ce que représenta la " dékoulakisation " pour la société paysanne" note N. Werth.

Le dossier restitue également les résistances à la dékoulakisation que ce soit dans les régions de départ ou sur les lieux de déportation. "Les réactions paysannes à la collectivisation furent à la mesure des enjeux. La collectivisation c'est-à-dire l'expropriation des paysans et leur intégration dans des exploitations collectives devait permettre à l'État de disposer d'un approvisionnement régulier et quasiment gratuit en céréales, productions agricoles et produits de l'élevage pour nourrir les villes et financer, par des exportations massives, l'industrialisation du pays. Elle devait aussi faciliter l'imposition d'un contrôle administratif et politique sur la paysannerie, afin de la contraindre d'adopter, douze ans après l'installation du régime issu d'octobre 1917, les " nouvelles valeurs du socialisme ". Comme l'a montré Lynne Viola, la collectivisation forcée des campagnes fut bien plus que l'expropriation des paysans et leur embrigadement dans des kolkhozes. Elle fut ressentie, dans un pays où la fracture restait très forte entre le monde dominant des villes et le monde dominé des campagnes, comme une véritable guerre déclarée par l'État communiste... contre toute une culture paysanne traditionnelle. Dans cet affrontement, la paysannerie, souligne fort justement Teodor Shanin, " se comporta en entité sociale ayant des intérêts économiques en commun et une identité propre qui s'exprimaient dans des savoirs, des modes d'action et des formes de conscience politique spécifiques débouchant sur une action collective "". Cela se traduisit par de nombreuses manifestations, rarement violentes (il est vrai que le pouvoir avait préventivement procédé à la récupération des armes et à l'arrestation d'éventuels meneurs) et où les femmes eurent le premier rôle. La grande famine, décrite avec une incroyable distanciation par les sbires du régime, brisa ces résistances. En 1935 l'Etat arrive à ponctionner gratuitement 45% de la production agricole. N. Werth conclut : "Comme l'écrivait, en septembre 1935, Lazar Kaganovitch à Sergo Ordjonikidze, le Commissaire du peuple à l'Industrie lourde.., " nous avons définitivement gagné la guerre, la victoire est à nous, une victoire fantastique, totale, la victoire du stalinisme ". Victoire du stalinisme, défaite de la paysannerie. C'est ce combat engagé au début de 1930 que retracent les deux volumes de documents de la police politique sur les campagnes soviétiques consacrés aux années 1930-1934".

N. Werth, Le pouvoir soviétique et la paysannerie dans les rapports de la police politique (1930-1934), Bulletin de l'Institut d'histoire du temps présent, n°81-82, 2003, 336 p.

Le texte intégral est en ligne :
http://www.ihtp.cnrs.fr/dossier_soviet_p aysans/index_dos_soviet.html


Les revues de la quinzaine

L'Histoire

Le numéro de janvier est consacré quasi-intégralement à un vaste dossier sur le Moyen Age. Il s'ouvre sur un entretien accordé par Jacques Le Goff qui fait l'histoire de la période : des "Dark Ages", du "gothique" on est passé au "beau Moyen Age", deux visions que J. Le Goff juge extrémistes même si le XIIIèmle siècle est bien une "embellie". Olivier Postel-Vinay évoque le retournement climatique du Xème à la fin du XIIIème siècle : si le réchauffement ne suffit pas à expliquer "le beau Moyen Age", il en est un des facteurs. C'est ce qui rendit payants les efforts des paysans conquérants présentés par Monique Bourin : les défrichements s'accélèrent. Claude Gauvard évoque l'évolution des sentiments et la place de la sexualité dans cet univers chrétien. Enfin, avec Dominique Barthélémy, c'est le grand rêve de la paix de Dieu qui refait surface. L'Eglise tente d'établir la paix quitte à détourner la violence dans les croisades. On le voit, le dossier fait le point sur les différents aspects du "beau Moyen Age". Il est accompagné d'un lexique et d'une bibliographie. Malheureusement pas de webographie.

L'Histoire, n°283, janvier 2003
http://www.histoire.presse.fr


Historia

Père Noël et astrologues : Historia nous vendrait-il du vent ? Non car le magazine enquête sur ces mythes. Ainsi il retrace l'histoire du Père Noël, qui, partant de la légende de Saint Nicolas, devient un lutin rondouillard dans l'Amérique du XIXème siècle avant d'être teint en rouge par Coca Cola dans les années 1930. Historia part également à la recherche des sources historiques de l'astrologie. Catherine Salles évoque les oracles antiques et Jean Verdon les pratiques divinatoires de l'Occident médiéval. Plus douteux est l'article consacré aux prophéties de Nostradamus pour lesquelles Historia donne "un décryptage" qui renvoie à des faits historiques. Cet article vient gâcher le dossier.

Historia, n°685, janvier 2004

Texte intégral sur
http://www.historia.presse.fr

- Enquête du M.E.N.

La Direction de la technologie du ministère de l'éducation nationale cherche à connaître "l'état réel du recours à des oeuvres audiovisuelles dans la communauté éducative". Il s'agit de faciliter l'accès aux oeuvres audiovisuelles dans le cadre de l'enseignement. Une enquête électronique est ouverte.
http://www.sphinxonline.com/Infos/endt/a ccueilb.htm

- L'art depuis 1945

Une bibliographie et des documents mis en ligne sur le site de Dijon.
http://webpublic.ac-dijon.fr/pedago/hist geo/Former/Conferences/BiblioCultureXX.do c

- Angleterre : De nouvelles approches pour enseigner l'histoire

Selon BBC News, la Qualifications and Curriculum Authority (QCA), organisme qui conçoit les examens, prépare une réforme du GSCE, l'examen de fin du premier cycle du secondaire. Il s'agit de développer de nouvelles compétences en associant l'histoire et la géographie dans l'étude locale ou d'événements ou de faire le lien entre histoire et musées, ou histoire et médias ou histoire et mémoire. Il s'agit d'ouvrir le GSCE en y incluant de nouvelles matières et de nouvelles approches. L'enseignement de l'histoire repose déjà sur
http://news.bbc.co.uk/1/hi/education/337 2769.stm
http://www.spartacus.schoolnet.co.uk/his tory.htm
http://www.schoolhistory.co.uk/
http://www.nc.uk.net/index.html

- History World

Ce site anglophone propose une découverte de l'histoire à travers des chronologies interactives couvrant l'histoire du néolithique au 20ème siècle.
http://www.historyworld.net/

Collège    [ Haut ]
- Un exercice interactif sur l'Islam

Sur le site auvergnat, cet exercice interactif permet une première découverte de l'islam en 5ème.
http://www3.ac-clermont.fr/pedago/histge o/avalider/avalider/carteislam.htm

- L'âge industriel

L'équipe de formation de l'académie d'Amiens propose une progression pour l'étude de l'âge industriel en 5 heures en quatrième. Elle y joint une bibliographie indicative et une mise au point scientifique.
http://cm1.ac-amiens.fr/spip/spiphg/Hort illonn@ges/rubrique.php3?id_rubrique=33

- Les documents de Michel Sol

Fruit de 4 années de travail en salle multimédia, Michel Sol nous fait bénéficier de TP interactifs, de fiches documentaires. La 6ème est couverte. Les autres niveaux , de la 5ème à la 3ème, de façon plus inégale.
http://www.ac-bordeaux.fr/Etablissement/ SPalayLescar/histoire_geo_msol/index.htm

- Bartholdi, l'histoire par le patrimoine

Le CDDP du Haut-Rhin nous offre un beau dossier sur l'oeuvre du sculpteur Auguste Bartholdi. Elle illustre l'histoire de la France et de l'Alsace de la chute de Napoléon à la fin de l'annexion.
http://www.crdp-strasbourg.fr/cddp68/bar tho/

- Des femmes sans histoire

Christine Colaruotolo, sur le site de l'IUFM d'Aix-Marseille, montre comment donner leur place aux résistantes dans les cours d'histoire."Cette occultation persistante du rôle des femmes dans la Résistance durant cette période est perceptible dans les programmes et les manuels scolaires de 3e. La Résistance est présentée avant tout comme une affaire d'hommes. Les témoignages sont exclusivement masculins. Un seul manuel le Nathan 3e présente la participation des femmes à travers le texte de la leçon et un document... Il ne s'agit pas de faire un cours sur les femmes dans la Résistance mais d'identifier dans le cadre d'un cours portant sur les Français dans la Résistance les acteurs de la Résistance contre l'occupant allemand, la nature et la portée de leurs actions menées individuellement ou collectivement et de montrer dans le cadre d'une approche comparative comment la répartition sexuée des tâches peut être révélatrice des schémas de représentations sociales de l'époque".
http://pedagogie.ac-aix-marseille.fr/his tgeo/pedago/femmes/cola_001.htm

Lycée    [ Haut ]
- Seconde : La christianisation de l'empire romain

Sur le site de l'APHG de Caen, D. Letouzey publie le compte-rendu d'une conférence d'Yves Modéran sur la conversion de Constantin et la christianisation de l'empire romain. L'historiographie hésite, à propos de cette conversion, entre une vision qui la rendrait postérieure à la christianisation et une autre, plus récente, qui la rendrait responsable de la christianisation de l'empire. Y. Modéran apporte à cette controverse de précieux documents, reproduits en ligne, comme le procès-verbal de la perquisition d'une église africaine en 303.
http://aphgcaen.free.fr/conferences/mode ran.htm

- Première : L'enracinement de la République

Le site académique bourguignon publie une intéressante analyse de la place de la culture républicaine dans les nouveaux programmes de première. Vincent Chambarlhac passe les programmes au filtre des derniers travaux historiques. La construction de la culture républicaine, son enracinement, sont-ils si solides qu'il apparaît au regard de la crise des années 30 et de Vichy ? Une autre intervention, de Jérôme Loiseau, étudie les émeutes anti-étatiques. Lui aussi met en question l'image du consensus républicain. " Au final, l'expression " consensus " républicain qui servait de point d'accroche à ces réflexions semble donc devoir être utilisée avec précaution tant elle semble ressortir à une vision de l'histoire républicaine qui postule l'existence d'un âge d'or pensé comme une sorte de paradis perdu mais retrouvé à la Belle Epoque. Cet âge d'or n'existe pas non plus du temps des pères fondateurs da la III° République. Par contre, l'expression de " compromis " paraît plus pertinente pour signifier le processus par lequel les Français ont accepté de s'administrer dans le cadre constitutionnel républicain, car elle a le mérite d'intégrer plus clairement l'existence des relations de patronage et de défense d'intérêts divers qui ont joué pleinement dans l'acceptation et l'établissement de la république en France".
http://webpublic.ac-dijon.fr/pedago/hist geo/Former/Stages/ModRep/ModRepChamb.doc
http://webpublic.ac-dijon.fr/pedago/hist geo/Former/Stages/ModRep/SteLoiseau.doc

- Première : Le modèle républicain

Jean-Paul Chabrol, IUFM d'Aix-Marseille, présente l'analyse d'un document électoral de 1881 pour illustrer auprès des élèves les valeurs républicaines et la notion de modèle républicain. Un décryptage minutieux suivi d'une mise ne perspective.
http://www.aix-mrs.iufm.fr/formations/fi lieres/hge/gd/gdhistoire/etudecas/republi que/enracinrepdefault.htm

- L.P. : L'histoire en bac pro 3 ans

L'académie de Nancy-Metz a expérimenté me bac pro en 3 ans et a donc du affronter la difficulté de l'élaboration d'un programme pour la 1ère année. Après avoir essayé de tenir compte du souhait des familles de s'inspirer du programme de BEP (pour que les jeunes puissent le passer), l'équipe académique a opté pour un programme posant les pré-requis du programme de bac pro en adaptant le programme de seconde de détermination.
http://www.ac-nancy-metz.fr/enseign/Lett resHistoireGeographieLP/bp3/bilan.PDF

- L.P. : Evaluation en CAP

Les IEN de Lettres Histoire de l'académie de Nancy-Metz proposent une grille d'évaluation de l'épreuve de français et d'histoire-géographie du CAP.
http://www.ac-nancy-metz.fr/enseign/Lett resHistoireGeographieLP/Nouveau/Ccf.pdf

[ Haut ]

Archives de la rubrique Histoire :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 

L'association des Clionautes

 • La sélection des meilleurs sites
 • Dossier Bac et Brevet : préparation, entraînement, auto-évaluation
 • Le point pour la rentrée 2004
  La rubrique Histoire dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable