International (Café N° 38)

Version imprimable Version imprimable

- François Jarraud -

- A la Une : Etats-Unis : Le décrochage, "bombe du XXIème siècle"    [ Haut ]

"La concentration des décrocheurs, et spécialement des garçons, dans de nombreux quartiers des centre-villes est probablement la "dynamite sociale" du XXIème siècle." Ainsi se conclut une étude publiée par The Business Roundtable sur le phénomène du décrochage aux Etats-Unis. Elle révèle qu'environ 3,5% des lycéens abandonnent le lycée sans passer leur diplôme. Il s'agit surtout de garçons, plutôt issus des minorités et vivant en centre-ville dans les grandes agglomérations (Californie, New-York etc.). Malgré les efforts, ce pourcentage se maintient. Or l'étude établit que ces jeunes décrocheurs auront une vie bien plus difficile que leurs camarades, qu'ils gagneront, sur l'ensemble de leur vie, 450.000 $ de moins et qu'ils auront bien plus de chances de participer à des délits et des crimes. C'est pour cela que l'étude veut attirer l'attention sur ce phénomène qui ronge le tissu social.
http://www.brtable.org/document.cfm/914

- International    [ Haut ]

Rapport mondial sur le développement 2003
" La pauvreté humaine n'a rien d'une fatalité. L'histoire nous montre que c'est possible. Sur les trois dernières décennies, l'espérance de vie dans les pays pauvres a progressé de huit ans, et l'analphabétisme a été divisé par deux ". , Sakiko Fukuda-Parr, principal auteur du Rapport 2003 sur le développement humain, publié par le PNUD (ONU), montre que 150 millions de Chinois, par exemple, sont sortis de la pauvreté ces 10 dernières années grâce à l'extraordinaire développement de ce pays. Un chemin qu'emprunte également l'Inde et son milliard d'habitants. Mais, si la situation s'améliore dans de nombreux cas, plus d'un milliard de personnes vivent encore dans l'extrême pauvreté et la conjoncture se détériore dans 31 pays. Le Rapport présente un nouveau plan d'action - le " Pacte du Millénaire pour le développement " - en vue de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement. Entérinés par tous les pays membres des Nations Unies, ces Objectifs définissent des cibles quantifiées et assorties de dates-butoirs, qui vont de la réduction de moitié de l'extrême pauvreté à l'arrêt de la propagation du VIH/sida d'ici 2015. Le rapport donne une grande importance aux questions d'éducation et de santé. Il comprend toujours une importante série statistique, particulièrement les indicateurs sociaux servant au calcul des indicateurs ONU (comme l'IDH) : scolarisation, accès à l'eau, données écologiques, mortalité, informatisation, pauvreté, etc.
http://www.undp.org/hdr2003/francais/ind ex.html

PISA révèle les inégalités nationales des systèmes éducatifs
L'Unesco a publié le 1er juillet de nouveaux résultats de l'étude internationale PISA menée conjointement par l'Unesco et l'OCDE dans 32 pays. Elle permet de mesurer l'efficacité des systèmes éducatifs pour les jeunes âgés de 15 ans. En tête de classement se trouvent certains pays asiatiques (Japon, Corée du sud, Chine) ainsi que des états de peuplement européen (Finlande, Irlande, Australie, Royaume-Uni, Suède). La France se place en position moyenne. Elle établit que "dépenser plus par élève tend à donner de meilleures performances mais ne le garantit pas" . Ainsi les Etats-Unis et la France dépensent nettement plus que la Corée pour chaque élève tout en ayant des résultats inférieurs. L'origine sociale joue également un rôle important dans les résultats des élèves mais certains pays ont réussi à développer des systèmes très égalitaires (Canada, Chine, Japon). Les écarts les plus forts se trouvent en Amérique latine. Plus profond semble le fossé entre les sexes : les filles sont partout meilleure en lecture et les garçons en maths.
http://www1.oecd.org/publications/e-book /9603071E.PDF

ASP, un jeune réseau de 50 ans
L'Unesco a célébré fin juillet les 50 ans du réseau Associated Schools Project (ASP). L'ASP tisse des liens entre près de 8000 écoles de 170 pays avec comme objectif l'éducation à la paix et la coopération. Par exemple, en 1989, l'ASP a développé le projet Mer Baltique qui a réuni des jeunes du monde occidental et des états encore communistes dans une campagne d'éducation et de promotion à la défense de l'environnement.
http://portal.unesco.org/en/ev.php@URL_I D=13875&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.h tml

Quand la langue maternelle est bannie de l'école...
"Des recherches ont montré que les enfants dont l'éducation a commencé dans leur langue maternelle prennent un meilleur départ et réussissent mieux". Pour John Daniel, sous-directeur de l'Unesco, la solution est simple : utiliser partout la langue maternelle à l'école. Pourtant ce n'est pas le cas dans de nombreux pays. On pense d'abord aux anciens pays colonisés ou la langue du colonisateur est restée celle de l'école, souvent pour des raisons politiques. Mais la question intéresse également les pays développés. Ainsi la Californie a déclaré en 1998 l'anglais langue unique à l'école, ce qui ne sera pas sans conséquences pour les enfants hispanophones. En Europe de l'ouest, un tiers des jeunes citadins sont issus de l'immigration et parlent une autre langue à la maison. Aux difficultés politiques, s'ajoutent parfois des complications économiques. En Azerbaïdjan, le rétablissement de l'azéri comme langue scolaire ne pourra se faire que quand il sera codifié. Au Pérou le gouvernement a estimé que le rétablissement du quechua serait trop coûteux.
http://www.unesco.org/education/educatio n_today/aujourd_huit_6.pdf

La réforme de l'école démontrée par l'OCDE
L'OCDE a déjà publié plusieurs études sur "l'école de demain" où l'organisation envisageait plusieurs scénarios d'évolution pour les systèmes éducatifs. Le nouvel ouvrage de l'OCDE, "L'école de demain. Réseaux d'innovation. Vers de nouveaux modèles de gestion des écoles et des systèmes" s'attache à montrer le rôle des réseaux et de l'innovation dans leur évolution. Il intervient au moment où, en France, l'école traverse une crise sérieuse et où toute réforme semble impossible.
L'ouvrage appelle à délaisser le modèle scolaire traditionnel pour un nouveau modèle "post-industriel, flexible et professionnalisé". Pour cela le premier effort doit porter sur la gouvernance du système éducatif et plus particulièrement sur celle des établissements scolaires. C'est là qu'interviennent les réseaux. Ils permettent d'ouvrir l'école sur la société environnante, ce qui aide à son évolution, "les réseaux intègrent les établissements d'enseignement aux sociétés qu'ils servent", et peuvent être des lieux de partage du savoir voir de construction d'une volonté collective. L'ouvrage donne des exemples et on voit bien en France, sur Internet, la constitution de communautés éducatives délocalisées, qui sont autant de lieux de partage de connaissance et de réflexion (cf. par exemple l'étude du PNER http://www.pner.org ). L'état doit encourager ces réseaux. Il doit aussi faire évoluer la gestion du système en engageant l'autonomie des établissements. Pour les auteurs, celle-ci n'est pas contradictoire avec un pilotage du système "les établissements ne peuvent jouir d'une grande autonomie que s'ils sont dotés d'un encadrement solide". Aujourd'hui on aurait pas de mal à trouver des exemples de systèmes éducatifs très centralisés et pourtant fort peu pilotés...
L'autonomie suppose une nouvelle direction des établissements. Non plus une direction reposant sur une soumission hiérarchique, mais une direction partageant ses décisions et capable d'impulsion. Pour l'OCDE, le bon chef d'établissement pratique le soutien individuel des enseignants, crée une atmosphère de confiance et de respect (particulièrement respect des élèves), oeuvre au consensus et incite à la réflexion et la formation. Tout cela serait voeux pieux, si l'ouvrage ne s'appuyait sur des études et des réalisations, par exemple le projet IQEA ou les écoles de la fondation Bertelsmann en Allemagne. Et ce n'est pas le moindre des intérêts de ce livre que de nous présenter des exemples réels de réformes, au Portugal (avec la réforme des programmes du primaire et le projet "Bonne Espérance"), en Hongrie, en Angleterre et aux Pays-Bas. Oui il est possible de réformer l'éducation. Certains pays l'ont fait.
http://www.cafepedagogique.net/disci/arc hives.php3?numero=10&discipline=actu
http://www.cafepedagogique.net/disci/arc hives.php3?numero=3&discipline=actu
http://www1.oecd.org/publications/e-book /9603042E.PDF

- Francophonie    [ Haut ]

Les maths en contexte bilingue
Dans le dernier numéro du "Marque page", le bulletin de l'Institut français d'Istanbul, Yaprak Bener mène une réflexion sur l'enseignement des maths dans un contexte bilingue. Enseigner les maths en français à des élèves qui ne sont pas de langue maternelle française amène les enseignants à faire plus attention à la compréhension.
http://membres.lycos.fr/lemarquepage/sci ence/media/3math/math.htm

- Afrique francophone    [ Haut ]

Le Cameroun généralise les TIC à l'école
Selon un article de All Africa, le président camerounais a décidé de généraliser l'initiation à l'informatique dans les écoles du pays. L'objectif est d'ouvrir le système scolaire sur le monde et aussi de l'adapter aux besoins de l'économie moderne. On attend aussi de cette mesure que les décrocheurs du secondaire puissent plus facilement trouver du travail. Mais le pays aura-t-il les moyens de cette politique ?
http://allafrica.com/stories/20030707032 2.html

L'Afrique ose évoquer la corruption à l'école
"Le problème les plus insidieux auquel est confronté l'enseignement secondaire, dans l'ensemble de l'Afrique sub-saharienne, est celui d'une corruption omniprésente". Selon Le Soleil de Dakar, cette phrase, extraite d'une étude de la Banque Mondiale, a fait sensation à la conférence sur l'enseignement secondaire en Afrique tenue à Kampala. Elle évoque la petite corruption des enseignants et chefs d'établissement qui vendent notes, examens et droit d'entrée. Ainsi les frais d'inscription à l'école au Cameroun, officellement de 7000 F CFA, peuvent être facturés jusqu'à 100.000 F. " Cette corruption aurait des conséquences négatives sur le développement économique et social qui vont bien au-delà de la corruption immédiate... Ses coûts les plus sérieux se matérialisent quand on refuse l'accès à l'école à des enfants incapables de payer les pots-de-vin demandés. Le talent est mal récompensé, suite à des promotions accordées sur la base de pots-de-vin, plutôt que sur la base du mérite" relève le quotidien sénégalais. A en croire les réactions de dénégation des officiels lors de la conférence, cette plaie n'est pas prête de disparaître.
http://www.lesoleil.sn/archives/article. CFM?articles__id=28004&index__edition=990 9

- Québec    [ Haut ]

Réforme de l'enseignement
Le nouveau gouvernement québécois a décidé d'appliquer plus graduellement la réforme de l'enseignement secondaire. Mais celle-ci entrera en application dans tous les établissements en 2005-2006. Elle prévoit une certaine "primarisation" du secondaire : réduction du nombre des matières, renforcement du français écrit, approche par cycle, incitation à la pluridisciplinarité.
http://www.infobourg.com/AfficheTexte/Lo ng.asp?DevId=1447

Compression de budget
Le nouveau gouvernement québécois entend réduire le budget de l'éducation. C'est ce que dénonce la fédération des commissions scolaires du Québec en termes vigoureux. "Votre gouvernement devra arrêter de dire qu'il va lutter contre le décrochage scolaire, qu'il va soutenir les activités d'aide aux devoirs et leçons, qu'il va soutenir les élèves en difficulté" s'insurge M. Caron, président de la fédération.
http://www.fcsq.qc.ca/Presse/Communiques /voircommuniques.asp?ID_Communique=86

- Afrique non-francophone    [ Haut ]

Huit pays pour l'école des filles
"Les espoirs de développer l'éducation dans cette partie de l'Afrique ont été bouleversés par les conflits et les difficultés économiques. Il en est de même pour le développement. Eduquer les filles est un moyen de faire revivre ces espoirs". Carol Bellamy, directrice de l'Unicef lance un programme de soutien aux efforts de 8 états, Bénin, Burkina Faso, République centre-africaine, Tchad, R.D. du Congo, Guinée, Mali et Nigéria, pour encourager l'éducation des filles. Pour l'Unicef, rendre l'école accessible aux filles est le meilleur moyen de rendre l'éducation accessible à tous. Actuellement seulement 28% des filles vont à l'école au Burkina Faso, 33% au Nigéria, 36% au Mali, 57% au Bénin.
http://www.un.org/apps/news/story.asp?Ne wsID=7498&Cr=girls&Cr1=education
http://www.unicef.org/newsline/2003/03pr 53girlsed.htm

L'éducation, seul remède au sida
"L'éducation est le seul vaccin social face au sida, mais le sida est en train de détruire le système éducatif". Cette déclaration du ministre de l'éducation du Nigéria résume la contradiction dans laquelle se trouve enfermés nombre de pays africains. Huit pays africains, la France, le Royaume-Uni, les Etats-Unis se sont réunis pour faire face au péril du sida. Le sida décourage les investissements dans le continent. Il affaiblit le système éducatif d'une part du fait des décès massifs d'enseignants dans des pays qui en manquent cruellement, d'autre part en multipliant les orphelins qui n'auront pas les moyens d'aller à l'école. .Déjà 15% des enfants en âge d'aller à l'école sont dans ce cas. Il reste un seul motif d'espoir : 90% des écoliers ne sont pas infectés. Il est urgent de les instruire des risques du sida et de changer les comportements.
http://allafrica.com/stories/20030625041 2.html

Ouganda : le Sida tue l'école
L'Ouganda compte 122.000 enseignants et on estime qu'environ 36.000 sont malades du sida. Cela génère un absentéisme chronique qui désorganise les écoles. Au point que le gouvernement envisage de licencier les profs malades.
http://allafrica.com/stories/20030623015 7.html

Faut-il enseigner en langue maternelle ?
L'enseignement doit-il être donné en langue maternelle ou dans la langue nationale qui est celle de l'ancien colonisateur ? Un article, posté sur le site All Africa, pose les termes du débat. Depuis 50 ans, les spécialistes de l'éducation posent le préalable de l'enseignement en langue maternelle. Plusieurs études locale sont démontré sa supériorité, appréciable sur un continent où l'analphabétisme est encore courant. Mais d'autres éléments entrent ne jeu. Ainsi la Banque Mondiale préconise l'apprentissage des bases en langue maternelle mais le passage à la langue nationale dans le secondaire. Sa maîtrise est nécessaire pour des études supérieures. S'ajoutent à ces considérations pédagogiques, des motifs politiques, par exemple d'équilibre ethnique. La langue nationale peut être un élément pour préserver la paix civile.
http://allafrica.com/stories/20030619004 5.html

Au Zimbabwe : les examens et l'argent
Selon All Africa, un nouveau scandale pourrait frapper Zimsec, le service des examens du Zimbabwe. Mis en cause il y a quelques mois dans une affaire de fraude, il pourrait manquer d'argent pour organiser la correction des examens. Le Zimbabwe, sous la férule de R. Mugabe, traverse une grave crise alimentaire et politique.
http://allafrica.com/stories/20030721104 1.html

Lutte anti-sida au Kenya
Plus de 20.000 écoles et collèges kenyans vont bénéficier de livres scolaires prévenant des risques du sida. Ce sont près de 2,5 millions de livres qui seront distribués grâce au soutien de l'Union européenne, de la Banque mondiale et de Coca-Cola. Au Kenya, un écolier sur 10 est porteur du virus.
http://allafrica.com/stories/20030721032 4.html

- Etats-Unis    [ Haut ]

Etats et exigences fédérales
Il y a un an, le gouvernement fédéral américain adoptait la loi "No Child Left Behind", un programme qui vise à améliorer le système éducatif particulièrement dans les quartiers populaires. Selon CNN, les 24 milliards de dollars d'aides fédérales sont insuffisants pour faire face aux exigences fédérales. Les états doivent mettre la main au portefeuille ce que certains refusent. Ainsi le Vermont et l'Utah ont décidé de renoncer aux aides fédérales et de ne pas appliquer le programme fédéral.
http://edition.cnn.com/2003/EDUCATION/07 /30/states.education.reut/index.html

Les Etats-Unis préfèrent les maternelles
Selon un article du Christian Science Monitor, 60% des parents américains confient leurs enfants à un jardin d'enfant toute la journée. Ils n'étaient que 25% en 1979. Argument évoqué : l'enfant serait moins ballotté durant la journée et mieux préparé pour son entrée à l'école. Un choix qui est maintenant soutenu par une vingtaine d'états.
http://www.csmonitor.com/2003/0708/p12s0 2-legn.html

L'école progresse mais n'efface pas les inégalités
Les récents résultats des tests scolaires montrent que les résultats scolaires progressent dans le pays. Mais des inégalités demeurent , principalement entre les blancs et les minorités noires et hispaniques. Ainsi le Connecticut arrive-t-il à la fois à avoir parmi les meilleurs scores globaux et les plus forts écarts raciaux : 48% des collégiens sont au-dessus de la moyenne nationale mais seulement 9% des noirs et 10% des hispaniques, des chiffres en baisse.
http://www.ctnow.com/news/education/hc-r eaders0620.artjun20,0,6120354.story?coll= hc-headlines-education

"Homeschooling is Safe Schooling"
L'enseignement par la famille connaît un développement rapide aux Etats-Unis. On sait qu'il s'appuie sur l'essor des TIC. Mais il résulte également de la crise des établissements scolaires et particulièrement de la violence qui s'y produit. "L'éducation à la maison est toujours préférable. Il n'y a pas de camarade pour proposer de la drogue à mes enfants. Il n'y a pas de risque de viol à la maison. Il n'y a pas de policier armé dans mon salon. Pas de détecteur de métal dans mon entrée. Et les écoliers arrivent sans arme à mon école" écrit un défenseur de l'éducation à la maison. Celle-ci bénéficie d'un site portail qui offre aux parents cet argumentaire et des matériaux pour monter les cours.
http://www.athomeinamerica.com/index.php

Le filtrage obligatoire aux Etats-Unis
Selon S&T Presse USA du 2 juillet, les bibliothèques américaines ont dorénavant l'obligation d'installer un système de filtrage d'Internet si elles veulent prétendre à des subventions fédérales. Cette décision fait l'objet de critiques, les systèmes de filtrage pouvant également empêcher des recherches légitimes.
http://www.france-science.org/home/page. asp?target=nfo-arc&LNG=fr&PUBLID=5

PDA et TICE pénètrent l'école américaine
Un article du New York Times du 14 août attire l'attention sur le de développement des PDA, les assistants personnels du type Palm, dans les établissements américains. Voulant illustrer la prise en compte des TICE chez les enseignants, c'est spontanément l'exemple des PDA que le journaliste sélectionne. Ainsi dans le Massachusetts, tout un district équipe les élèves de ces outils. Des entreprises développent des applications éducatives, par exemple en utilisant les PDA comme capteurs pour des leçons de sciences. L'article donne également un aperçu du développement du web éducatif aux Etats-Unis. A coté des sites commerciaux, des professeurs publient des sites qui trouvent un public d'abonnés payants chez leurs collègues.
http://www.nytimes.com/2003/08/14/techno logy/circuits/14teac.html

Des parents médiateurs dans les écoles de New York
Selon le New York Times du 21 août, 10.000 parents vont être recrutés et salariés pour faire le lien avec les parents des élèves new-yorkais. Pour le maire, Michael R Bloomberg, il s'agit de donner aux parents leur pleine part dans l'éducation de leurs enfants. Cette mesure se situe dans un programme plus général de reconquête des établissements.
http://www.nytimes.com/2003/08/21/educat ion/21SCHO.html

- Asie    [ Haut ]

La laïcité divise la Turquie
Selon une dépêche AFP, le président turc vient d'opposer son véto à un projet de loi gouvernemental visant à assurer à 10.000 élèves une bourse pour qu'ils puissent suivre des études dans des collèges privés. Pour Ahmet Necdet Sezer, le gouvernement par ce projet viserait à faire bénéficier des établissements islamistes de subventions publiques. Le gouvernement, actuellement dominé par le Parti de la Justice et du Développement, proche des islamistes, doit maintenant décider d'affronter le président et l'armée ou de se plier à ce véto.
http://infos.aol.fr/info/ADepeche?id=186 774&cat_id=3

Irak : Reconstruction du système scolaire
L'Unesco aide puissamment à la reconstruction du système scolaire irakien. Ainsi l'Unesco distribuera 5 millions de manuels de maths et sciences aux écoles du pays à la prochaine rentrée. L'organisation travaille actuellement avec le ministère irakien de l'éducation à l'organisation des examens. Près de 6 millions de candidats y participeront et l'organisation apportera son soutien matériel.. L'insécurité continue à peser sur leur organisation.
http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp ?NewsID=6007&Cr=Iraq&Cr1=
http://portal.unesco.org/en/ev.php@URL_I D=12941&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.h tml

[ Haut ]

Archives de la rubrique International :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique International dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable