International (Café N° 69)

Version imprimable Version imprimable

- A la Une : Afrique : Redoublement : le poids d'un passé colonial

- Afrique

- Etats-Unis

Édition du 21-01-2006

- François Jarraud -

- A la Une : Afrique : Redoublement : le poids d'un passé colonial    [ Haut ]

"Faut-il voir dans le redoublement un instrument au service de la lutte contre l'échec scolaire ou seulement une entrave à la scolarisation primaire de tous les enfants ? Dans de nombreux pays africains, cette question fait aujourd'hui l'objet d'un intense débat attisé par les objectifs d'Education pour tous, particulièrement celui de la scolarisation primaire universelle. Les uns accusent le redoublement de restreindre l'accès à l'école ; les autres s'insurgent contre le sacrifice de la qualité de l'éducation qu'impliquerait, selon eux, une diminution sensible du redoublement. A première vue, ces deux opinions pour le moins divergentes paraissent fondées. En effet, en 2005, environ 40 % des enfants du continent ne bénéficient pas d'une scolarité primaire complète. Parallèlement, on constate que l'école primaire africaine éprouve de sérieux problèmes de qualité, les élèves africains obtenant des résultats nettement plus faibles que ceux de leurs camarades des autres continents. Dès lors, une véritable réflexion sur la problématique du redoublement ne peut passer outre l'étude de ces deux dimensions".

C'est à cette réflexion que nous invitent Jean-Marc Bernard, Odile Simon et Katia Vianou dans une étude de la Confemen, un organisme qui réunit les ministres de l'éducation des pays francophones. Il se livrent à une analyse précise des pratiques de redoublement en Afrique noire.

Car la particularité du continent c'est d'offrir à la fois les taux de redoublement les plus élevés (Gabon, Guinée etc.) et les plus bas (Botswana, Zimbabwe etc.) de la planète avec une moyenne très haute : taux moyen de 18% pour l'Afrique subsaharienne (contre 5% pour le monde). En fait le taux de redoublement dépend du passé colonial de chaque pays : les anciennes colonies françaises et portugaises ont maintenu la tradition du redoublement et ont un taux élevé à l'opposé des britanniques où le redoublement est quasi absent.

" Malheureusement, la persistance du recours massif au redoublement et le modèle scolaire élitiste qu’il suppose ne sont pas non plus étrangers au retard des pays africains, surtout francophones, dans l’atteinte de la scolarisation primaire universelle". En effet le fort taux de redoublement coûte cher et le redoublant prend souvent la place d'un enfant qui ne sera pas scolarisé. D'autre part, il induit un fort taux d'abandon. Les auteurs montrent que le taux d'achèvement baisse en proportion du taux de redoublement. "Si l'on diminue de 10% le taux de redoublement on peut espérer gagner près de 11 points de taux d'achèvement… A peu près la moitié du retard de scolarisation des pays francophones serait imputable aux pratiques de redoublement ".

L'exemple du Niger est éclairant. Le taux de redoublement est passé de 17 à 5% entre 1993 et 2004. Le Niger scolarise 857 000 enfants. Avec un taux de redoublement à 17% il n'en aurait accueilli que 600 000. Le gain de scolarisation imputable à la diminution des redoublements est de 257 000 élèves !

Pour autant le redoublement permet-il d'améliorer la qualité de l'enseignement ? Les auteurs ne le pensent pas. Ils constatent que l'étude PISA n' pas établi de lien entre performances scolaires et redoublement. La France et la Norvège ont à peu près le même score en compréhension de l'écrit alors que le redoublement est ignoré en Norvège. Une enquête Unesco en Afrique montre que les pays où le redoublement est très faible ont les meilleurs résultats. Un suivi des élèves montre que le redoublement n'améliore pas durablement les résultats des élèves.

Alors à quoi sert-il ? " Le principal effet du redoublement consiste sans doute à donner une fausse impression d’efficacité, évitant par là aux systèmes éducatifs de se poser les questions de fond relatives à la qualité des acquisitions scolaires… Le redoublement est un mirage pédagogique : il masque sans y remédier les difficultés d’apprentissage des élèves et donne aux acteurs de l’éducation une fausse impression d’efficacité". Les auteurs appellent donc à sa remise en cause pour permettre au continent africain d'atteindre les objectifs de l'Education Pour Tous.
http://www.u-bourgogne.fr/upload/site_120/agenda/sem24016.p[...]

- Afrique    [ Haut ]

Le continent doit dépenser plus pour l'Ecole
"Près de 50 millions d'enfants africains sont privés d'école en raison notamment d'un manque de volonté politique des gouvernements et de l abaisse des dépenses consacrées à l'éducation" annonce Le Soleil, un quotidien sénégalais. Le Soleil se base sur un rapport de l'Union Africaine qui établit que les dépenses moyennes consacrées à l'éducation sur le continent sont passées de 45 dollars par habitant en 1990 à 20-25 dollars en 2002.
http://www.lesoleil.sn/article.php3?id_article=6688

RCA : Réouverture des écoles
Après deux mois de grève, les écoles de la République centrafricaine rouvrent annonce l'agence Inrin. Le gouvernement a promis de payer les salaires impayés depuis 3 mois. Les élèves ont déjà perdu un trimestre entier de cours. La question de la revalorisation salariale n'est toujours pas résolue. Les salaires des enseignants n'ont pas été augmentés depuis 1985…
http://fr.allafrica.com/stories/200601060225.html

Sénégal : L'eau à l'école, un nœud de problèmes
"Se soulager ou trouver de l'eau pour étancher sa soif demeure encore un parcours du combattant chez les petits de l'élémentaire qui sont contraints d'assaillir les maisons avoisinantes pour satisfaire leurs besoins. Pendant les récréations, il est quasiment impossible pour le maître de service de veiller à ce que les élèves ne s'éloignent de l'établissement faute de mur d'enceinte. Et après la récréation, c'est une autre paire de manches : les cours sont souvent perturbés par les va-et-vient des élèves". Le Quotidien du 29 décembre nous fait partager les difficultés des écoles de Kaolack, une ville d'environ 300 000 habitants située au centre du Sénégal.

Simple problème d'argent ? Sans doute. Et un programme, co-financé par la mairie et les associations locales, les Affaires étrangères françaises, la Ville de Paris, celle d'Aoste et la Fondation Ensemble, à hauteur d'environ 340 000 euros, devrait apporter l'eau et des latrines dans 56 écoles de la vile d'ici 2007.

Mais le journaliste du Quotidien montre également que le problème est plus complexe. Un tiers des écoles de la ville sont dans des "quartiers irréguliers", fruits spontanés d'une forte croissance urbaine. La commune "légale" rechigne donc à financer. Autre écart entre le légal et le réel : l'entretien des écoles est théoriquement effectué par du personnel municipal qui semble invisible. Il est pris en charge en fait par les parents d'élèves.
http://www.lequotidien.sn/articles/article.CFM?article_id=3[...]
http://www.planete-senegal.com/visites/kaolack.php

Sénégal : L'alphabétisation a besoin d'édition
" Il nous faut favoriser la production de livres et d'ouvrages de lecture, pour permettre à nos apprenants de maintenir et de renforcer les compétences acquises dans les classes d'alphabétisation" explique le ministre de l'alphabétisation sénégalais, selon Le Soleil. Avec le soutien de l'Unesco, le pays s'est engagé dans l'alphabétisation en langues nationales. Un projet qui n'a de sens que s'il se dote de publications dans ces langues. Sinon, "le risque est grand de voir nos néo-alphabètes retourner à l'analphabétisme". Une remarque qu'il n'est pas inutile de lire à Paris…
http://fr.allafrica.com/stories/200512140176.html

- Etats-Unis    [ Haut ]

La justice fédérale condamne le créationnisme
"Nous avons posé la question de savoir si le créationnisme (le "dessein intelligent") est scientifique. Nous avons conclu qu'il ne l'est pas et plus encore qu'il ne peut se séparer de ses racines religieuses". John E. Jones III, juge fédéral de Pennsylvanie a déclaré que la théorie de la "création intelligente" ne relève pas de la science mais de la religion. Ce jugement remet en question sa présence à l'école publique qui doit rester neutre religieusement. C'est une grande victoire pour les partisans de l'évolution.
http://www.edweek.org/ew/articles/2005/12/20/16dover_web.h2[...]

Katrina préfère l'école privée
Selon Education Week, le Congrès a adopté fin décembre un programme d'aide fédérale de 1,4 milliard de dollars en faveur des établissements scolaires victimes des cyclones Katrina et Rita. Cette mesure, attendue avec impatience, suscite la polémique. En effet l'aide s'adresse uniformément aux établissements privés et publics sans tenir compte du nombre d'élèves. C'est dire qu'elle avantage les petites écoles privées, souvent religieuses.
http://www.edweek.org/ew/articles/2006/01/04/16hurricane.h2[...]
Katrina
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/kat/index.php

Les croisés américains du Home Schooling
"Ne soyez pas satisfait du statu quo. Continuez à agir pour plus de liberté de telle façon que les parents puissent choisir les programmes et quand faire l'école à la maison. Nous ne voulons pas de contrôle gouvernemental". Avocat du Home School Legal Defense Association (HSLDA), une association de Virginie, C.J. Klicka invite les partisans étrangers de l'école à la maison au combat.

Son organisation est liée à l'église évangélique et c'est son église qui sert de relais en dehors des Etats-Unis pour promouvoir l'école en famille. Education Week présente cette croisade et ses difficultés. Ainsi en Allemagne où les missionnaires évangélistes se heurtent à une loi fédérale qui interdit l'école à la maison.
http://www.edweek.org/ew/articles/2006/01/04/16homeschool.h[...]

Les chèques scolaires inconstitutionnels
Selon Education Week, la Cour suprême de Floride à jugé le système de chèques scolaires (vouchers) inconstitutionnel. La Cour a évité de se prononcer sur le fait que ce système est utilisé pour subventionner des écoles religieuses. Elle s'est basée sur le fait que la constitution de l'état exige un système éducatif uniforme pour tous les élèves. En Floride l'état attribue 4350 dollars par an à 700 élèves inscrits dans des écoles privées. Cette décision pourrait avoir un impact national, d'autres états ayant également mis en place ce système de chèque scolaire.
http://www.edweek.org/ew/articles/2006/01/11/18vouchers.h25[...]
http://www.floridasupremecourt.org/decisions/2006/sc04-2323[...]

[ Haut ]

Archives de la rubrique International :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique International dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable