La page des parents (Café N° 45)

Version imprimable Version imprimable

Édition du 19-01-2004

- François Jarraud -

- A la Une : La FCPE reste hostile à la loi sur le voile    [ Haut ]

" Cette loi n'est-elle pas "un voile" posé sur les problèmes de l'école, sur la question sociale, sur l'intégration des populations issues de l'immigration, sur les inégalités et les discriminations que vivent ces jeunes au quotidien par rapport à l'insertion sociale, au travail, aux stages en entreprises au cours de leur formation professionnelle, à l'accès aux loisirs, etc ? Ne se donne-t-on pas bonne conscience ? N'a-t-on pas pour seul objectif de donner satisfaction à une certaine opinion publique qui refuse l'autre, celui qui est différent, qui n'a pas la même culture ou ne pratique pas la même religion ? N'abandonne-t-on ainsi toute ambition éducative ?" Lors de la réunion du CSE du 15 janvier, la FCPE a voté contre le projet de loi sur l'application de la laïcité à l'école. Pour l'association de parents d'élèves, la loi n'est pas seulement ségrégative. Elle est aussi inutile et inapplicable. " Le dispositif existant tiré de la jurisprudence du Conseil d'état, permet à notre sens, de résoudre les problèmes fondamentaux dans le dialogue... Qui va décider du caractère ostensiblement religieux d'un signe ou d'une tenue vestimentaire ? Dans quel cadre va se pratiquer le dialogue et la concertation comme indiqué dans l'exposé des motifs ? Quelle gradation des sanctions ? Quel changement pour les chefs d'établissement par rapport à la situation actuelle ? Comment va-t-on prévenir et condamner les dérives et abus de pouvoir ? Les décrets d'application rappelleront-ils clairement que ces mesures ne s'appliquent pas aux parents siégeant dans les instances : CA, conseils d'école, conseils de classes, etc ?"
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id= 333

- Parents et jeunes    [ Haut ]

Royaume-Uni : Information maximale des parents sur les nourrices
Les parents britanniques auront désormais accès sur Internet aux rapports officiels établis sur chaque nourrice agrée. Ils pourront ainsi choisir en toute connaissance de cause la personne à qui ils confient leurs enfants. Les rapports de l'Ofsted, l'organisme officiel de surveillance, rendent compte de la gentillesse des nourrices ainsi que de leur respect des règlements par exemple en matière de sécurité. En 2003 la majorité des nourrices n'avaient pas réussi à atteindre les exigences de l'Ofsted.
http://education.telegraph.co.uk/educati on/main.jhtml?xml=/education/2004/01/14/t enmind13.xml

Etats-Unis : Les parents à la tête des écoles ?
Le gouvernement fédéral vient d'approuver le projet du maire de New York de remplacer les conseils de gestion des écoles par de nouveaux "conseils de parents". Ils assisteront les chefs d'établissement et approuveront la carte scolaire. Ce système rompt avec la tradition des conseils élus par la population, souvent mêlés aux luttes politiques municipales.
http://www.nytimes.com/2003/12/31/educat ion/31SCHO.html

Un rapport sur les droits des enfants en France
La France a adhéré à la Convention internationale des droits de l'enfant. A ce titre elle doit soumettre à l'examen d'un comité des Nations-Unies un rapport sur l'application de la Convention. Cette année, la France remplira cette obligation avec un double rapport dressé par la Défenseure des enfants et par le gouvernement. Claire Brisset, Défenseure, remettra le sien à Genève le 6 février. Il prend en compte les milliers de plaintes reçues par ses bureaux et analyse un thème précis mettant en lumière des dysfonctionnements. On se rappelle que C. Brisset était intervenue de façon très libre dans le débat sur le voile ou sur la violence à la télévision.
http://www.defenseurdesenfants.fr

L'eczéma, mal du siècle
"Presque un enfant sur trois a souffert d'eczéma, soit trois fois plus que dans les années 1970". The Guardian du 23 décembre signale une étude britannique qui envisage plusieurs causes à cette épidémie. D'une part une hygiène plus rigoureuse pourrait empêcher le système immunitaire de se développer correctement. D'autre part l'eczéma pourrait également résulter des changements dans les habitudes alimentaires et de nouveaux polluants.
http://education.guardian.co.uk/higher/r esearch/story/0,9865,1112175,00.html

Etats-Unis : Comment lutter contre la mal bouffe ?
Un tiers des enfants et adolescents américains mangent au fast food chaque jour ce qui n'est pas sans rapport avec l'épidémie d'obésité qui sévit dans le pays. Déjà 15% des jeunes Américains souffrent d'obésité. L'Académie américaine de Pédiatrie recommande de retirer des écoles les distributeurs de sodas. Une mesure qui est également envisagée en Grande-Bretagne. Aussi comment lutter contre la mal bouffe ? Il s'appelle Joseph Godzik, et CNN nous apprend qu'il a osé interdire un jour par semaine les frites, les pizzas et les burgers des repas servis dans les écoles de Cohasset (Massachusetts). Sa croisade contre la graisse rencontre l'opposition des chefs d'établissement. En effet, supprimer les mets les plus populaires chez les jeunes, met en danger la gestion des cantines. D'autre part les subventions fédérales soutiennent plutôt des produits agricoles peu diététiques pour complaire aux lobbys agricoles. Aussi, selon les experts, le chemin vers une nourriture plus saine passe par l'éducation alimentaire des enfants. Le chemin de la "bonne" cantine passe par la salle de classe. C'est ce qu'a réussi l'école d'Huntington dans le Vermont.
http://edition.cnn.com/2004/EDUCATION/01 /05/no.sodas.ap/index.html
http://edition.cnn.com/2004/HEALTH/paren ting/01/05/fast.food.ap/index.html
http://education.guardian.co.uk/schools/ story/0,5500,1116216,00.html
http://edition.cnn.com/2003/EDUCATION/12 /11/school.lunch.ap/index.html

Etats-Unis : Internet et violence scolaire
Pour une fille, ça a commencé par des messages instantanés répandant qu'elle avait attrapé le SRAS. Pour un garçon, c'est une photo de lui pendant qu'il se changeait dans les vestiaires de son école qui ont circulé sur Internet. A Calabasas, en Californie, c'est carrément un site qui véhiculait des rumeurs racistes et vicieuses sur toute une école. Le "cyberbullying" sévit outre Atlantique. Il reprend les vieilles méthodes des brimades classiques mais touche très facilement (il suffit souvent d'un clic) une population informatisée et branchée en permanence ce qui augmente son efficacité. Un article du Christian Monitor du 30 décembre attire l'attention sur les ravages qui peuvent être commis et propose une éducation à Internet.
http://www.csmonitor.com/2003/1230/p11s0 1-legn.html

- Vie scolaire    [ Haut ]

Prévenir l'intimidation en classe
L'intimidation semble être aussi ancienne que le monde et généralement elle attire peu l'attention des adultes, ou, pire encore, ceux-ci culpabilisent la victime. Pourtant, en Amérique du nord, un élève sur dix en est victime, elle est responsable de 15% des cas d'absentéisme, elle intervient dans les deux tiers des tueries survenues dans les écoles, elle amène la majorité des agresseurs devant la justice avant 24 ans. C'est dire les nuisances générées par ce comportement. La "Vie pédagogique" de décembre y consacre un article rédigé par deux psychologues, Peter Hamilton et Kathleen Mauro. Il définissent l'intimidation comme "une forme particulièrement efficace et blessante de violence. Elle se distingue des incidents de violence gratuite et même de la résolution des conflits par la violence par trois caractéristiques : la préméditation, le rapport de forces et la répétition. La préméditation lui donne de l'efficacité, le rapport de forces rend difficile toute riposte et la répétition finit par blesser profondément". . Plus insidieuse que la violence classique elle échappe souvent aux adultes. Les auteurs montrent comment un établissement peut faire face au problème en améliorant les compétences du personnel et les aptitudes des élèves.
http://www.viepedagogique.gouv.qc.ca/num eros/129/numero129.asp

Luc Ferry contre la scolarité à 18 ans
" Certains proposent aujourd'hui, sans d'ailleurs l'avoir réalisée hier, la prolongation de la scolarité obligatoire jusqu'à 18 ans qui réglerait à leurs yeux la question de l'échec. Le mot d'ordre.. ne résout vraisemblablement rien. En effet, une très large proportion des élèves poursuit déjà de fait une scolarité jusqu'à 18 ans, y compris une partie de ceux qui sont en échec scolaire... Ce n'est pas cela qui permettra de réconcilier certains jeunes avec le système scolaire tel qu'il est. Il me paraîtrait aujourd'hui beaucoup plus fécond de créer un droit à la formation ultérieure, ouvert en priorité à ceux qui ont quitté le système scolaire sans qualification, ni diplôme. Plutôt que "l'obligation jusqu'à 18 ans", un "16 ans + 2 ans ultérieurs" constituerait une réponse sans doute mieux adaptée aux problèmes de l'échec scolaire". Dans une tribune du Figaro, le ministre défend la nécessité d'une éducation tout au long de la vie.
http://www.lefigaro.fr/debats/20040108.F IG0178.html

Le ministre expose sa politique de la jeunesse
" L'école ne peut répondre seule aux attentes de plus en plus nombreuses et parfois contradictoires dont elle est l'objet. Pour ne pas perdre la continuité nécessaire aux apprentissages, elle doit se recentrer sur les savoirs et les savoir-faire fondamentaux. Mais, à côté des enseignements et en synergie avec eux, notre politique de jeunesse doit permettre de développer d'autres dimensions de l'éducation tout aussi décisives : il faut en effet offrir à tous les jeunes la possibilité de vivre les expériences culturelles et sociales indispensables pour bien s'orienter dans les apprentissages scolaires ou universitaires ; il faut également leur donner les moyens d'utiliser leurs connaissances et leurs talents dans des activités ou des projets qui ont un sens pour eux et pour les autres. Bref, il s'agit de s'assurer que chacun puisse bénéficier des loisirs éducatifs, des activités culturelles, des soutiens que seules certaines familles sont en mesure d'apporter à leurs enfants". Ces propos de Luc Ferry au conseil des ministres illustrent sa politique de jeunesse : il préfère parler "d'éducation partagée". Parmi les nombreuses mesures annoncées, certaines concernent l'école, comme la diffusion du cédérom CIDJ dans tous les lycées, la création d'ateliers relais pour accueillir des collégiens en rupture scolaire, l'ouverture hors temps scolaire des locaux scolaires. Mais le ministre souhaite aussi doter d'un statut les animateurs de centres de vacances et alléger la réglementation de ces structures. Et il y a "Envie d'agir" : le dispositif devrait se renforcer et devenir européen. Enfin le ministre veut créer une nouvelle décoration qui serait accessible aux jeunes pour "rendre visibles à l'ensemble de la jeunesse des modèles auxquels se référer". Ah ! Des enfants modèles...
http://www.education.gouv.fr/actu/elemen t.php?itemID=200411483
http://www.education.gouv.fr/actu/elemen t.php?itemID=2004114849

La JPA salue la politique de la jeunesse de Luc Ferry
Le 14 janvier, Luc Ferry a publié son programme en faveur de la jeunesse. La Jeunesse au Plein Air porte un jugement prudent sur ces mesures. La JPA approuve la création d'un statut des animateurs de centres de vacances et les mesures pour l'égalité des chances mais craint un recentrage des centres de loisirs. "La JPA reste particulièrement attentive aux tentatives de scolarisation des activités éducatives, notamment artistiques et culturelles, qui se déroulent sur le temps de loisirs des jeunes".
http://www.jpa.asso.fr

Campagne de la Jeunesse au Plein Air
" L'école est obligatoire et gratuite, pas le temps libre ". Par cette formule, la Jeunesse au Plein Air nous rappelle que, si les loisirs sont indispensables à l'enfant, tous ne partent pas. La J.P.A. collecte des fonds qui sont reversés sous forme de bourses pour aider au départ en centres de loisirs ou en classe transplantée. Cette année, la campagne de la J.P.A., qui bénéficie du soutien du ministère de l'éducation nationale, aura lieu du 21 janvier au 8 février. Les élèves qui participent à cette opération vendront des timbres autocollants. Les enseignants qui souhaitent participer avec leur classe à cette campagne de solidarité peuvent obtenir de la J.P.A. un dossier pédagogique (école, collège et lycée) pour aider à son organisation. Enfin, la J.P.A. lance l'opération " BD Tchôlidaire ". Il s'agit d'un concours d'écriture d'un scénario sur le thème de la solidarité ouvert jusqu'au 20 mars. Le meilleur scénario sera illustré par Olivier Supiot.
http://www.jpa.asso.fr
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/1/M ENE0302829X.htm

Le café des écoles différentes
Le Café de l'école des parents organise un cycle d'information sur les écoles " différentes ". Ainsi le 6 mars, il abordera les petites structures primaires, en avril les lycées expérimentaux.
http://www.cafe-des-parents.com/menu.htm

Vers l'interdiction des signes politiques à l'école ?
Alors que le projet de loi sur le voile n'est pas encore adopté et soulève des critiques, un député UMP, Laurent Hénart, a déposé un projet de loi visant à interdire tout signe politique. "Les obligations des élèves consistent dans l'accomplissement des tâches inhérentes à leurs études ; elles impliquent de leur part une attitude générale, un comportement et des choix vestimentaires respectueux du principe de laïcité propres aux activités et aux lieux d'enseignement public, ce qui interdit le port ostentatoire de signes d'appartenance religieuse, politique ou philosophique".
http://www.assemblee-nationale.fr/12/pro positions/pion1302.asp

La PEEP contre la réforme des conseils de discipline
" Cet acte symbolique présenté comme une aide à la restauration de l'autorité des enseignants, nous apparaît dérisoire ; le conseil de discipline étant en soi un constat d'échec". Avec la FCPE, la PEEP condamne la modification des conseils de discipline adoptée au CSE du 16 décembre. Celle-ci renforce le nombre d'enseignants au conseil ce qui minimise le poids des parents.
http://www.peep.asso.fr/Flash03/flash38. htm
http://www.cafepedagogique.net/expresso/ index.php3?express=271

Les élus locaux et l'hygiène scolaire
"Décrassons les lieux avant d'y élever les beaux principes républicains". Cette remarque d'une mère de famille dans Libération du 24 décembre relance le débat sur l'hygiène scolaire. Deux de ses enfants, scolarisés dans le primaire, ramènent des poux de l'école. La fille aînée, en troisième, n'a accès qu'à des sanitaires sans savon ni papier toilette. Cet article de Libération vient après la publication d'une enquête de la FCPE qui a mis en évidence la triste situation des toilettes dans les écoles parisiennes.
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=167448
http://www.cafepedagogique.net/expresso/ index.php3?express=259

[ Haut ]

Archives de la rubrique La page des parents :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique La page des parents dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable