La page des parents (Café N° 63)

Version imprimable Version imprimable

- A la Une : La protection des mineurs ne doit pas oublier les mobiles

- Vie des établissements

- Les associations

- Les jeunes

- Société

Édition du 09-06-2005

- François Jarraud -

- A la Une : La protection des mineurs ne doit pas oublier les mobiles    [ Haut ]

Selon une étude de l'ONG britannique NCH, 20% des 11-19 ans ont fait l'expérience de la brimade électronique par courriel, chat ou par téléphone mobile. Un jeune sur dix a été victime de photos déplacées prises par téléphone mobile. Seulement un sur quatre en a parlé à ses parents.

Pour NCH ces brimades sont particulièrement graves car, à la différence des brimades traditionnelles, elles poursuivent l'enfant hors de l'école pour l'atteindre dans l'intimité familiale. Elles le frappent également n'importe quand selon le caprice du brimeur. NCH craint une forte progression de ces atteintes : 4 millions de jeunes ont un téléphone avec appareil photo en Grande-Bretagne. Ils seront 8 millions en 2007.

L'ONG lance avec un opérateur téléphonique le site "Stoptextbully" qui donne des conseils précis aux jeunes victimes de ces harcèlements. Un répondeur SMS complète le dispositif.
http://www.nch.org.uk/information/index. php?i=237
http://www.stoptextbully.com/

- Vie des établissements    [ Haut ]

Le HCEE dénonce l'inégalité devant les cours particuliers
"Les faits prouvent que si le service public n’assure pas cette mission éducative, le marché le fait, ce qui renforce les inégalités". Analysant le "travail des élèves pour l'école en dehors de l'école", le Haut conseil de l'évaluation de l'école dénonce les carences de l'Ecole et l'appelle à se porter sur le marché des cours particuliers. "Laisser les élèves et leurs familles seuls face aux devoirs et leçons est source d’inéquité. Le recours croissant à des aides extérieures à la scolarité, payantes mais financées pour une part par des avantages fiscaux, en témoigne. Cela ne peut laisser indifférents les responsables du système public d’éducation… La question qui se pose est en effet celle de la finalité du service public d’éducation : " faire réussir tous les élèves " ce n’est pas " faire réussir certains mieux que d’autres ". Le HCEE estime que l'Ecole devrait offrir un accompagnement personnalisé de type tutoral. Et il propose un financement : utiliser le crédit fiscal donné aux familles qui utilisent les cours particuliers, ce qui rendrait ces entreprises moins attractives.

Le HCEE s'est basé sur un rapport de Dominique Glasman pour qui les cours particuliers servent essentiellement à apprendre à se préparer aux examens, une dimension délaissée par l'Ecole. Il voit dans la montée de ces cours le reflet du désengagement de l'Etat : " Une part des parents… peuvent souhaiter payer pour l'école en tant que consommateurs… plutôt qu'en tant que citoyens…; mais, plus encore, c'est aujourd'hui l'Etat lui-même qui semble les y inviter".

Le HCEE va plus loin que cette attaque frontale contre l'industrie du petit cours. Il dénonce l'ignorance dans laquelle se tient l'Ecole à propos des leçons et des devoirs à la maison. Il relève que les devoirs interdits au primaire restent la règle. Pour lui, "on a tout lieu de penser que les enseignants, comme l’institution apprécient mal le temps que les élèves passent à faire leurs devoirs et à apprendre leurs leçons et que ceux-ci se plaignent parfois de la charge de travail que représentent ces devoirs et leçons et du manque de coordination dans les « commandes » qui leur sont passées par les divers enseignants. Il leur est, de plus, souvent difficile de comprendre ce qu’on attend d’eux. On n’en sait guère plus quant aux finalités qu’assignent les enseignants aux devoirs et leçons, aux consignes dont ils les accompagnent, à la place qu’ils leur donnent dans leurs évaluations". Il appelle donc les inspecteurs, les chefs d'établissement et les enseignants à mieux connaître ces paramètres et à fixer des orientations. Ce qui suppose de centrer l'école sur l'élève.

La riposte de l'industrie des cours privés ne s'est pas fait attendre : Emmanuel Davidenkoff sur son blog fait connaître une étude envoyée par Acadomia qui dénonce les enseignants comme les premiers bénéficiaires des cours particuliers et affirme leur démocratisation : 65% des utilisateurs appartiendraient aux professions intermédiaires ou aux classes populaires.
http://cisad.adc.education.fr/hcee/publi cations-2005.html
http://education.blogs.liberation.fr/
http://www.vousnousils.fr/page.php?P=dat a/ca_vous_parle/l_invite/&key=itm_2005052 7_111659_dominique_glasman_brle_poids_du_ .txt

S'informer pour s'orienter
C'est ce que propose EduScol qui ouvre de nouvelles pages destinées aux familles et aux élèves. Il s'agit d'une sélection de sites pour mieux connaître une filière scolaire ou faire une première recherche de métier ou de formation. Le site rappelle également la réglementation concernant l'orientation et ses procédures. Il montre aussi comment reprendre des études et se réorienter. Une adresse à retenir !
http://eduscol.education.fr/D0095/faq_so mmaire.htm

Temps et rythme scolaire
"Il est très caricatural de dire qu’on est pour ou contre un rythme scolaire. Il faut réfléchir sur la régularité de la semaine, et arriver à proposer des organisations du temps de l’enfant cohérentes tout le long de la semaine". Dans "Fenêtres sur cours", Odile Rohmer, ingénieur de recherches au Cepa CNRS de Strasbourg, rend compte de son rapport sur le temps scolaire. Quel rythme scolaire convient le mieux aux enfants ? Le plus régulier. Par exemple les enfants qui dans le cadre d'un projet éducatif local (CEL) ont cours 6 jours par semaine sont en pleine forme car ils dorment bien à des heures régulières. "Si les horaires de coucher étaient plus réguliers, les variations de forme observées dans la semaine de 4 jours seraient moins frappantes et cette organisation aurait sans doute moins de répercussions négatives sur le bien-être des enfants". Les parents parfois pensent différemment…
Fenêtres sur cours 270 (en pdf)
http://www.snuipp.fr/IMG/pdf/fsc270.pdf
Pour lire les pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html
Pour en savoir plus…
http://57.snuipp.fr/infos/05-03-28-rythm es-scolaires.htm

Campagne contre l'homophobie à l'Ecole
" Comment peut-on mettre en avant le vivre ensemble et accepter une zone de non droit à l'école quand il s'agit d'orientation sexuelle". P. Gonthier, secrétaire général de l'Unsa Education, mais aussi la Fsu, la Cgt, le Sgen, la Fcpe, l'Unef et l'Unl lancent une campagne de lutte contre l'homophobie à l'Ecole. Ils demandent que les règlements intérieurs soient modifiés pour sanctionner l'homophobie.
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--franca is--ftmms--emploieducation/050517144805.a 4nvbx0s.html

Journée sans tabac le 31 mai
"Même si la consommation de tabac a diminué entre 1999 et 2003, le tabac reste la première substance psychoactive que les jeunes consomment régulièrement, et ce, très précocement. Or, plus l’expérimentation est précoce, plus les risques de consommation sont élevés dans les années qui suivent… Cela est d’autant plus préoccupant que la consommation de tabac est un des facteurs prédictifs de la consommation de cannabis qui reste la drogue illicite la plus consommée entre 12 et 18 ans". Le B.O. du 19 mai invite les établissements à participer à la Journée sans tabac du 31 mai.
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/20/ MENE0500972C.htm
http://www.classesnonfumeurs.org

Inflation de sanctions dans les collèges
Selon une enquête menée par le Sgen Cfdt du Calvados, le nombre de conseils de disciplines aurait augmenté de 40% entre 2003 et 2004. Pour la FCPE, interrogée par Ouest France, cette inflation de sanctions reflète la baisse des moyens en personnel dans les collèges. "Les phénomènes de violence ne se produiraient pas s'il y avait plus de présence dans les cours de récréation". Le rectorat a une autre explication. Il reconnaît que l'académie a perdu près de 500 emplois (équivalents temps plein) mais évoque "la restauration du discours sur l'autorité".
http://www.ouest-france.fr/ofinfosgene.a sp?idDOC=221452&idCLA=3636

Les mères voilées collées
Selon l'AFP, le directeur d'une école d'Echirolles (38) a interdit aux mères voilées d'encadrer les sorties scolaires. Une trentaine d'entre elles ont manifesté devant l'école. L'inspecteur d'académie a rappelé que la loi sur le voile ne s'appliquait qu'aux personnes payées par l'éducation nationale.
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--franca is--ftmms--emploieducation/050603163722.k rpa1wfx.html


- Les associations    [ Haut ]

Josette Daniel reste à la tête de la PEEP
Josette Daniel a été réélue à la tête de la PEEP le 5 juin avec 71% des suffrages. Sa direction avait été fortement contestée lors du dernier congrès de l'association de parents d'élèves.
http://www.peep.asso.fr/actualite.php?id _actu=53&PHPSESSID=b1e5c40f8948f61b798c4f fc1b42d929
http://www.cafepedagogique.net/expresso/ index100505.php

Congrès d'opposition pour la FCPE
" Notre opposition résolue et raisonnée est fondée sur une conception de l'école aux antipodes de celle développée par la majorité au pouvoir : une école qui sélectionne, exclut et rejette du système ceux qui ne sont pas dans la norme, érige l'individualisme en vertu, renvoie les jeunes et leurs familles à leurs seules responsabilités quand ils sont en échec". La principale association de parents d'élèves a choisi de faire son congrès pendant le week-end de Pentecôte, élargi au lundi.
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--franca is--ftmms--emploieducation/050514105125.v 5xkl84f.html

La FCPE invite les lycéens
Constance Blanchard, présidente de l'UNL, a été la seule personnalité extérieure à prendre la parole au congrès de la FCPE. L'association de parents d'élèves a réaffirmé son opposition à la loi Fillon et son soutien aux lycéens sanctionnés.
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--franca is--ftmms--emploieducation/050516111506.1 8wezkzf.html

- Les jeunes    [ Haut ]

Face au haschich
"Nous assistons à un fait culturel nouveau et insidieux. De jeunes adolescents choisissent de prévenir les malaises de leur âge en s'autoprescrivant la molécule de cannabis… Les jeunes captifs de nouveaux idéaux, de nouveaux plaisirs, sont pris dans des réseaux de discours qui leur donnent de nouveaux droits… Pour un certain nombre de jeunes, ce pari conduira à l'impuissance à engager une vie d'adulte". On sait que près de 40% des jeunes garçons sont des consommateurs réguliers de cannabis (enquête OFDT). Pour Gisèle Bastrenta, psychologue clinicienne et analyste, le haschich est d'abord un phénomène culturel qui renvoie à une évolution globale de la société.

"Lorsque des parents, des professeurs affirment que si un jeune consomme, c'est parce qu'il a un malaise et qu'il souffre, ils inversent la problématique.. Cette affirmation indique que le malaise et la souffrance liés à l'adolescence ne sont plus une évidence. L'intolérance à la souffrance est un fait nouveau : on ne supporte plus de voir souffrir les gens qu'on aime. La normalité implique qu'il faille aller bien, les malaises n'ont plus droit de cité. Dans cette optique, l'adolescence est interprétée comme un symptôme à faire taire". C'est pour vouloir oublier que la souffrance est liée à l'état adolescent et à la vie, que notre société prépare la jeunesse à la consommation cannabique.

Aussi que faire dans les établissements ? Certainement pas faire débarquer la police et ses maîtres chiens : pour G. Bastrenta c'est signer l'impuissance de l'institution. Elle plaide pour le rétablissement des liens humains entre adultes dans les établissements et pour une prise en charge ouverte. "Ces actions ne visent pas l'abstinence. Ce serait un leurre que d'y songer. En revanche il est possible de faire entendre, et d'imposer des coupures entre le temps pour travailler et celui de la fête". Il s'agit d'abord d'amener à la vie des ados qui se murent dans un nuage protecteur.

L'ouvrage est accompagné d'entretiens avec les différents acteurs dans les établissements : infirmière, CPE, proviseur, prof, inspecteur etc.

Gisèle Bastrenta, Face au haschich en collège et en lycée, Comprendre, repérer, agir, CRDP de Grenoble, 205 p., 2005.
http://www.crdp.ac-grenoble.fr/scripts/v el/vel.dll/voir?CHOIX=2&CLE=380VL009
http://www.cafepedagogique.net/expresso/ index210405.php

Le cannabis se découvre en seconde
Quel est le profil de l'usager de cannabis ? C'est ce qu'a cherché à définir une équipe de l'Institut de veille sanitaire. Actuellement 18% des garçons de 17 ans et 7% des filles consomment du cannabis au moins 10 fois par mois. L'âge moyen d'initiation au produit est de 15 ans et 4 mois, c'est-à-dire au moment de l'entrée au lycée. Près de 8 personnes sur dix fument de 5 à 7 jours par semaine, près de 1 sur 5 considère comme difficile de passer une journée sans consommer et la moitié fume de 2 à 4 joints par jour en semaine. Pour 14% d'entre eux l'établissement scolaire est un lieu habituel de consommation. Une personne sur sept ressent des troubles de concentration ou de mémoire.
http://www.invs.sante.fr/beh/2005/20/ind ex.htm

La Ritaline sans danger ?
Selon Le Figaro Magazine, 200.000 enfants seraient hyperactifs en France. Le magazine présente la solution : la célèbre Ritaline, un médicament psychostimulant très célèbre aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Il serait prescrit à 5.000 enfants en France. Pourtant la Ritaline a suscité de grandes réserves. En Angleterre, ce stupéfiant, largement prescrit, est parfois revendu aux dealers. Aux Etats-Unis, une étude a mis en évidence des risques de dépression chronique quand il est administré à tort.
http://www.lefigaro.fr/magazine/20050527 .MAG0012.html?160047
http://www.cafepedagogique.net/expresso/ index16f0.php?express=195
http://www.cafepedagogique.net/disci/int er/58.php

Internet : Le rapport Thoraval
"Aujourd'hui la mauvaise connaissance par les parents des techniques de l'Internet ou encore le manque de référents communs avec les jeunes internautes obèrent les chances d'un dialogue au sein de la majorité des familles et… est propre à nourrir en retour un sentiment de défiance vis-à-vis d'un outil qui devient indispensable". En mettant l'accent sur le risque de rejet d'Internet et en présentant ses usages avant tout comme une pratique familiale et culturelle, le rapport remis par Joël Thoraval et Olivier Peraldi au ministre de la santé apporte une réflexion nuancée sur la "protection de l'enfant" sur Internet.

Les auteurs montrent d'abord l'écart qui existe entre la perception que les parents ont des usages des enfants et la réalité. Par exemple, selon une enquête réalisée en février 2005 par l'Ifop, les parents pensent que 18% des 12-17 ans chattent alors que le taux déclaré par les jeunes est de 48%. Une récente enquête britannique, citée dans Le Café 62, a confirmé ce grand écart outre-Manche : 4% des parents pensent que leur enfant a pu recevoir des sollicitations sexuelles alors que 4% des parents pensent que leur enfant a pu en être victime. Dernière contradiction française, 78% des parents déclarent surfer avec leurs enfants, ces derniers déclarent à 73% naviguer seuls ! Ajoutons encore quelques chiffres : un jeune sur trois a accès à Internet chez lui dans une pièce où il est seul, un sur cinq ne parle jamais d'Internet avec ses parents.

Un autre point fort du rapport c'est de montrer la variété des risques et de mettre en évidence les dérapages commerciaux. Il donne des exemples précis d'entreprises dont la stratégie commerciale (le teen marketing) cible les enfants pour garder les parents ou même propose aux parents des services qui les "remplace" : par exemple la lecture du soir suppléée par un fichier sonore quotidien (sur AOL). Aussi le rapport insiste-il sur la nécessité d'éduquer aux médias parents et enfants.

Malheureusement cette riche réflexion débouche sur des propositions décevantes. Le rapport demande une "campagne de sensibilisation" et la création d'un "programme pédagogique destiné à une appropriation familiale de l'Internet" comme si distribuer un programme suffisait à changer la vie familiale. Pire encore il avance une idée, ancienne outre-atlantique, celle de l'estampillage des sites par un label "qualité – famille" délivré par un comité ad hoc.

S'il salue "le rôle stratégique de l'école", le mot B2i y apparaît une seule fois. A-t-on déjà renoncé à une véritable éducation à Internet ?
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/b rp/notices/054000312.shtml
http://news.bbc.co.uk/1/shared/bsp/hi/pd fs/28_04_05_childrenonline.pdf


- Société    [ Haut ]

Comment bloquer les sites négationnistes ?
Selon l'AFP, le parquet de Paris a recommandé au juge des référés de demander aux fournisseurs d'accès d'empêcher les connexions au principal site négationniste francophone. Cet avis fait suite à la plainte déposée par 8 associations antiracistes devant le tribunal de Paris. Le site en question se prépare à cette mesure en expliquant à ses lecteurs comment détourner le filtrage. Ce dernier permettrait quand même d'en réduire fortement l'audience.
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--franca is--ftmms--informatique/050530170855.mbsh hoh8.html
http://www.cafepedagogique.net/expresso/ index220405.php

Enfants étrangers isolés : DEI France préoccupé
" DEI-France reste préoccupé des conditions dans lesquelles des enfants se présentant à nos frontières sont refoulés sans toujours pouvoir faire valoir leurs droits. Ainsi DEI-France constate que, notamment à Roissy, nombre de jeunes (440 sur 660 en 2004) ont été refoulés sans avoir pu rencontrer l'administrateur ad hoc désigné par le parquet pour défendre leurs intérêts ! " Défense des enfants international approuve la décision ministérielle d'accorder un titre provisoire de séjour aux mineurs étrangers isolés, confiés à l'Aide Sociale à l'Enfance. Mais elle demande une loi pour protéger la défense des intérêts de ces mineurs et l'aménagement de locaux spéciaux dans les zones d'attente des aéroports. Selon un récent rapport de l'IGAS, 3 100 mineurs ont été admis à l'aide sociale à l'enfance en 2003, 2 300 sur les 9 premiers mois de 2004.
http://www.dei-france.org/communiques/co m14mai2005mineursisoles.doc
http://www.vie-publique.fr/actualite/ala une/enfants-etrangers-isoles-comment-accu eillir.html

Manif pour les élèves sans papiers
Le Réseau Education sans frontière a manifesté à Paris le 1er juin pour demander l'arrêt des expulsions d'élèves sans papiers. Des cas plus nombreux qu'on ne le croit : dans un seul lycée parisien, confie l'AFP, une assistante sociale a identifié 27 élèves sans papiers.
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--franca is--ftmms--emploieducation/050601162135.z hs429cf.html


[ Haut ]

Archives de la rubrique La page des parents :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
Le point pour la rentrée 2006

Dossier Bac et Brevet : préparation, entraînement, auto-évaluation

  La rubrique La page des parents dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable