La page des parents (Café N° 68)

Version imprimable Version imprimable

- A la Une : L'Unicef demande une loi garantissant l'accès de tous aux cantines scolaires

- Vie des établissements

- Vie des associations

- Les jeunes

- Société

Édition du 14-12-2005

- François Jarraud -

- A la Une : L'Unicef demande une loi garantissant l'accès de tous aux cantines scolaires    [ Haut ]

"Dans les pays en développement mais aussi dans notre pays, la restauration scolaire offre la garantie d’un repas complet dans la journée. Assurer la cantine scolaire fait partie du droit à la santé et à la nutrition tels que définis par la Convention internationale des droits de l’enfant. Parce qu’il est indispensable à la bonne santé des enfants, parce qu’il correspond à un besoin des familles et parce que sa dimension éducative est de plus en plus forte, la restauration scolaire s’impose donc comme une nécessité".

L'Unicef relève que tous les enfants n'ont pas accès à la cantine scolaire en France. Il s'agit des enfants de chômeurs, ou dont la famille est en détresse, incapable de payer la cantine, ou les enfants des familles de sans papiers incapables de fournir les justificatifs demandés. Ainsi se crée une des pires discriminations.

"Ne pas déjeuner le midi est un problème pour un certain nombre d’enfants, payer la cantine est un problème pour un certain nombre de familles, et assumer financièrement le service de restauration scolaire est un poids pour les communes. Mais c’est un problème finalement assez simple à résoudre en comparaison des autres enjeux concernant les enfants et les jeunes dans notre pays : il s’agit de faire évoluer le droit, le dispositif, afin qu’il corresponde aux nécessités d’aujourd’hui. C’est pourquoi nous proposons de créer et d’héberger une commission qui examine une réforme, et pourquoi pas une proposition de loi, en faveur d’un accès égal au restaurant scolaire pour tous les enfants jusqu’à la fin du Primaire".
http://www.unicef.fr/index.cfm

- Vie des établissements    [ Haut ]

L'apprentissage n'est pas une réponse adaptée aux jeunes non qualifiés
"Derrière une idée simple, l’apprentissage se compose en fait d’espaces divers… dont le plus dynamique actuellement n’est peut-être pas le mieux à même de répondre au principal enjeu des politiques de l’emploi : réduire le chômage des jeunes". Dans une étude qui compare rémunération et chômage après ou sans apprentissage, le Céreq met en évidence l'éclatement de l'apprentissage ne trois branches nettement différentes en terme de débouchés.

Un premier apprentissage correspond à des métiers anciens, comme la coiffure, le commerce alimentaire ou l'hôtellerie – restauration. "Centré sur les CAP, cet ensemble se situe à contre-courant de l’évolution générale de l’apprentissage. Ainsi, entre 1995 et 2003, les effectifs d’apprentis ont globalement augmenté mais ils ont diminué de 13 % dans les métiers de l’alimentation et de la cuisine, de 16 % dans l’hôtellerie-restauration. Ces métiers sont pour certains saturés, tel coiffeur ou employé de pharmacie. D’autres sont devenus peu attractifs pour les jeunes qui s’orientent aujourd’hui vers l’apprentissage". Résultat : pour les jeunes peu qualifiés l'apprentissage n'est pas ,pour le Céreq, une réponse efficace.

Mais alors comment expliquer son succès ? C'est qu'il existe deux autres formes d'apprentissage qui fonctionnent mieux. Une seconde forme "relève de la stratégie.. de branches professionnelles – le bâtiment et la mécanique automobile constituent les deux grands exemples – dont l’objectif est la production collective de qualifications négociables sur un « marché professionnel » où puisent des entreprises de différentes tailles… Quand la conjoncture d’un secteur d’activité est favorable, les effectifs d’apprentis progressent… Lorsque le secteur recrute peu, un glissement de l’apprentissage s’opère du niveau CAP et BEP vers le niveau baccalauréat, comme ce fut le cas pour l’électricité et la mécanique automobile entre 1995 et 2003".

Le troisième ensemble est le territoire du « nouvel apprentissage ». Il est investi massivement par l’enseignement supérieur : les écoles de commerce, universités. Il prépare à des professions qui auparavant étaient alimentées soit par des diplômés ayant suivi un enseignement général ou technologique par la voie scolaire, soit par la promotion interne ou la formation continue des salariés : cadres et techniciens commerciaux, cadres de gestion, métiers de la banque et de l’assurance, ingénieurs de production… C’est cet ensemble qui a connu l’expansion la plus nette". Mais il n'est pas accessible aux jeunes des banlieues.
http://www.cereq.fr/pdf/b223.pdf

Le guide du parent délégué
Avec la fin du trimestre, la période des conseils de classe s'ouvre avec ses réunions, ses incompréhensions et parfois ses heurts. C'est que l'Ecole parle souvent une langue incompréhensible. Ses mécanismes peuvent apparaître arbitraires ou occultes. Le "Guide du parent délégué" publié parle CRDP de Grenoble apporte des informations précieuses aux parents qui s'aventurent dans ce retour à l'Ecole.

Il apporte d'abord beaucoup d'information sur l'Ecole, ses enjeux, son histoire pédagogique. Une cinquantaine de pages décortiquent les thèmes récurrents de la vie scolaire : le civisme, la délinquance, la drogue, les banlieues etc. Pour chacun le Guide fait une mise au point et propose une sélection bibliographique. Malheureusement, certains thèmes, placés sur le devant de l'actualité, comme les méthodes de lecture ou l'apprentissage, ne sont pas abordés : c'est bien dommage.

Mais le Guide fait connaître les instances importantes des établissements et montre comment y intervenir et travailler avec les acteurs de l'établissement. On appréciera par exemple celles qui concernent le conseil de classe (comment s'y faire entendre) ou le conseil d e discipline (comment être efficace et objectif). Il donne aussi de sérieuses pistes pour l'animation de réunion ou l'implication dans les instances académiques ou départementales.

Maurice Chabannon, Le guide du parent délégué, CRDP de Grenoble, 2005, 235 pages.
http://www.crdp-nice.net/bouquet/librairie/fiche.php?rub_id[...]

La roulette au CP (et en 5ème)
Une heure pour découvrir les joies de la roulette. Selon l'AFP, le ministre de la santé a annoncé le 25 novembre que des chirurgiens dentistes interviendront dans les classes de CP et de 5ème pour "dédramatiser les soins dentaires" et inciter à l'hygiène dentaire. Des examens gratuits seront proposés aux enfants de 6 et 12 ans.
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]

Sarkozy veut mobiliser l'Ecole pour détecter les délinquants
"Ce n'est pas quand un adolescent de 15 ans est devenu un délinquant multirécidiviste qu'il faut commencer à se préoccuper de son cas. Il faut donc agir le plus tôt possible, en direction des enfants, mais aussi des parents, qu'il faut aider à exercer leurs responsabilités avant qu'ils ne soient totalement dépassés". Selon l'AFP, le ministre de l'intérieur devrait annoncer dans quelques jours un "plan de prévention de la délinquance" s'appuyant sur le rapport du député Bénisti et un récent rapport de l'Inserm.

Remis en février 2005, le rapport Bénisti recommandait une détection systématique des déviances chez les enfants de 3 ans accompagné d'un fichage en règle de l'enfant et de sa famille. " Si les actions de prévention veulent être efficaces, elles doivent impérativement commencer dès les prémices de déviances c'est-à-dire dès le plus jeune âge… Les actions à promulguer entre 3 et 6 ans ou entre 6 et 12 ans sont nettement moins lourdes à mettre en œuvre que celles qui devront être mises en place à l'adolescence" affirmait M. Bénisti dans des termes proches de ceux de N. Sarkozy. En septembre, un rapport de l'Inserm décrivait une nouvelle maladie : " le trouble des conduites". " Oppositions, désobéissance et colères répétées, agressivité chez l'enfant, coups, blessures dégradations, fraudes et vols chez l'adolescent : ces différents comportements caractérisent le trouble des conduites" pour l'Inserm avec d'autres symptômes : " les agressions physiques, les mensonges ou les vols d’objets"… l’absentéisme, les incivilités à l’école et les situations d’échec scolaire" ainsi que "l'absence de timidité" ou "la recherche de nouveauté". Sur la base de cet inventaire à la Prévert, l'Inserm proposait "un repérage des familles présentant ces facteurs de risque" et un dépistage systématique, dès 36 mois grâce au système de santé scolaire. Pour l'Inserm, au moins un jeune sur dix relèverait de cette nouvelle maladie.

N. Sarkozy a également souhaité la mise en place d'un fichier central sur l'absentéisme permettant aux maires d'effectuer " le croisement des informations sur l'inscription des enfants dans les écoles primaires et maternelles, leur assiduité effective, et les prestations versées aux familles"..

S'il se confirmait que le gouvernement s'oriente vers cette voie, un nouveau pas serait franchi vers la disparition des libertés fondamentales et la surveillance policière de la population. Cela concerne l'Ecole. En effet, c'est le système éducatif qui serait chargé de faire les signalements. L'Inserm envisageait "d’informer les enseignants sur les différentes expressions comportementales du trouble des conduites et de les sensibiliser à une collaboration avec les professionnels de santé pour une intervention plus précoce auprès des enfants et adolescents " et de "généraliser les interventions au sein des structures éducatives existantes (PMI, crèches, écoles…) en formant le personnel éducatif à ces méthodes de prévention (puéricultrices, éducateurs, enseignants…)".
Dépêche AFP
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]
Dépêche AFP
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]
Rappel : le rapport de l'Inserm
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index230905.php


- Vie des associations    [ Haut ]

La FCPE reste la première association de parents d'élèves
Avec 22% des voix dans le primaire et 56% dans le secondaire, la Fcpe reste de loin la première association de parents d'élèves en France. La Peep n'obtient que 5 et 18% des voix. Dans le primaire, une majorité de parents votent pour des groupements locaux non-affiliés aux grandes associations.
Communiqué
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=200511[...]

La Peep sans présidente
Selon l'AFP, le tribunal de grande instance de Paris a annulé l'élection, le 5 juin 2005, de Josette Daniel à la présidence de la Peep, seconde association française de parents d'élèves. Cette élection avait eu lieu après de sérieux incidents survenus au congrès national et le tribunal a estimé que certains délégués nationaux avaient été écartés de l'élection à tort.
Dépêche AFP
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]
Rappel : L'Expresso du 10 mai
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index100505.php

La CSF contre le contrat parental
"Les prestations familiales sont des compensations de charge pour entretenir les enfants et non des primes au mérite" relève la Confédération syndicale des familles selon l'AFP. La Csf rejette le "contrat parental" annoncé par le gouvernement.
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]

Les associations divisées sur l'apprentissage à 14 ans
Selon l'AFP, les associations de parents d'élèves sont divisées sur l'apprentissage à 14 ans. Ainsi, pour la PEEP, " c'est une solution pour les jeunes en difficulté dans le collège unique qui doivent trouver une autre solution pour apprendre". Une position partagée par l'Unapel (parents de l'école privée). Toutes deux demandent des passerelles de retour. Pour la FCPE, principale association, " la politique d’urgence définie par le gouvernement… va… totalement à l’encontre des aspirations exprimées par les jeunes dont l’intégration dans notre collectivité nationale, reste, pour la plupart, une dramatique mystification".
http://actu.voila.fr/Depeche/ext--francais--ftmms--emploied[...]
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id=463

La FCPE crée un conseil scientifique
"Chaque rentrée, les discours catastrophistes sur l'Ecole, véhiculant les pires contrevérités, font le succès des librairies. Ils sont amplement relayés par médias et ministres, tandis que les discours prônant une rénovation de l'Ecole trouvent peu de place sur le plan médiatique… Non seulement les discours novateurs ne sont pas entendus mais les hommes et les femmes qui les tiennent sont attaqués. La FCPE juge nécessaire de réagir contre le silence qui leur est imposé". Aussi la FCPE met-elle en place un Conseil scientifique, chargé de conseiller l'association de parents d'élèves. Il réunit des spécialistes reconnus des sciences de l'éducation : E. Debarbieux, F. Dubet, M. Duru-Bellat, P. Joutard, C. Lelièvre, P.Meirieu etc. Des noms que vous avez souvent lus dans le Café.
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id=465

- Les jeunes    [ Haut ]

L'éducation vaut mieux que la police
Selon un sondage CSA, pour faire face à la crise des banlieues les Français pronostiquent l'Ecole : pour 47% il faut "donner plus de moyens pour l'éducation", "assurer une meilleure mixité sociale" pour 45% et "développer une police de proximité" pour 40%.
http://www.csa-tmo.fr/dataset/data2005/opi20051108e.htm

- Société    [ Haut ]

Sur le contrat parental
Dominique de Villepin a annoncé le 1er décembre l'instauration de "contrats parentaux" pour encadrer et sanctionner les parents défaillants. Le Monde interroge deux acteurs de terrain. Pour Jean-Pierre Rosenczveig, président du tribunal pour enfants de Bobigny, "on peut douter de la capacité des familles à entendre et comprendre ce qui est attendu par la puissance publique. Si elles étaient capables de signer un contrat libre et réfléchi, elles auraient été capables de mettre en oeuvre par elles-mêmes ce qu'on attendait d'elles… S'ajoute un problème de fond : les allocations familiales sont un droit de chaque enfant. Sanctionner toute une famille parce que l'un des enfants a posé problème revient à sanctionner ceux qui n'ont rien fait. Une campagne télévisée sur l'exercice de l'autorité parentale serait préférable à ces contrats de culpabilisation".

Pour Christophe Michel, principal de collège à Meaux, " l'idée d'un contrat de responsabilité parentale me paraît intéressante. Car la contractualisation devrait lever cet obstacle (celui de l'absence des familles aux réunions). Reste à savoir à quel moment la phase répressive va être mise en route. Par expérience, je sais que les familles touchées par l'absentéisme scolaire cumulent aussi bien d'autres difficultés. Si elles ne remplissent pas leur contrat, la suspension des allocations familiales risque de les faire sombrer. L'autre interrogation concerne l'articulation de cette mesure avec les programmes personnalisé de réussite éducative".
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3224,36-716727@51-690166,0.html
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3224,36-716724@51-690166,0.html


[ Haut ]

Archives de la rubrique La page des parents :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
Le point pour la rentrée 2006

Dossier Bac et Brevet : préparation, entraînement, auto-évaluation

  La rubrique La page des parents dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable