Pédagogie (Café N° 41)

Version imprimable Version imprimable

- François Jarraud -

- A la Une : Miracle, espoir et TICE    [ Haut ]

"Ce n'est pas tout de mettre de bons ordinateurs et Internet dans les salles de classe. Ils doivent être utilisés correctement. Ce qui veut dire que les écoles doivent changer leurs méthodes et trouver de nouvelles méthodes pour transmettre les connaissances". Sous le titre "Nouvelles technologies, miracle ou mirage ?", l'Unesco jette un regard critique sur l'arrivée des TIC dans les systèmes scolaires. Les TIC ne peuvent que décevoir si elles ne s'accompagnent pas d'un changement pédagogique. Elles remettent en question l'autorité du professeur puisque celui-ci n'est plus la source de la connaissance mais est jugé sur la façon dont il la transmet. Elles suscitent des résistances. Pour Cedric Wacholz, "les enseignants doivent apprendre non seulement à utiliser l'outil mais aussi à changer leur façon d'enseigner" L'Unesco propose 10 recommandations pour faire de l'intégration des TIC un succès.
http://unesdoc.unesco.org/images/0013/00 1319/131987e.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

- Le débat national    [ Haut ]

Le HCEE maintient le cap de 1989
Le Haut conseil à l'évaluation de l'école (HCEE) rendra public ce soir son avis sur le système scolaire français. Mais dès maintenant circulent des éléments de cet avis.
Globalement, le HCEE se situe dans la prolongation de la loi Jospin de 1989 et rend hommage au système français :"le haut niveau de performances atteint aujourd'hui par notre système éducatif explique en partie les difficultés qu'il connaît et permet certainement de les surmonter". Soulignant que "notre pays sait moins qu'un autre donner une place aux jeunes sortis précocement du système de formation initiale", le HCEE estime qu'en 2010 la société française aura besoin de 70% de bacheliers, ce qui est compatible avec l'objectif fixé en 1989 de 80% des élèves au niveau du bac. Aujourd'hui seulement 61% d'une génération ont accès au bac. Ce taux est inférieur à la moyenne des pays de l'OCDE (62%) : "contrairement à une idée reçue, nous ne formons donc pas plus de jeunes susceptibles d'accéder à l'enseignement supérieur que les autres pays", alors que la France forme davantage de diplômés du premier niveau de qualification (CAP - BEP) : 37% d'une génération, contre 9% dans les pays OCDE.
Dans le primaire, l'avis de l'OCDE rend hommage à l'école maternelle "unique au monde" et recommande les dédoublements dans tout le cycle II, de la GS au CE1. Au collège, le HCEE recommande le collège unique "au sens où tous les élèves le fréquentent et ne s'orientent.. qu'à l'issue de cette fréquentation". Le HCEE signale les mauvais résultats des systèmes éducatifs qui sélectionnent trop tôt (Allemagne par exemple) par rapport à l'efficacité des pays qui promeuvent une scolarité obligatoire continue et uniforme, "et souvent sans redoublement" Reste à définir un socle commun de connaissances pour tous les élèves.. Au lycée, pour le HCEE "l'état actuel n'est pas satisfaisant". Ainsi "la voie générale connaît un retrait très préoccupant" : effectivement elle est en baisse depuis le milieu des années 1990. La série L apparaît comme particulièrement en difficulté. En technologique, "la série STT connaît une évolution excessive". Le HCEE demande une réflexion sur le lien entre la série STT et les bacs pros tertiaires. Pour lui, la voie professionnelle courte occupe une place trop importante. Le HCEE déplore également la répartition par trop inégale entre les diplômes et un taux de sortie trop élevé en BEP.
S'agissant des enseignants, le HCEE recommande un effort de formation continue et la diffusion des recherches sur les pratiques efficaces en classe : il est nécessaire de "fournir aux enseignants des recommandations et des guides d'action issus des recherches et de les inciter à les utiliser".

Un consensus sur l'école est possible
Un accord sur l'école est possible. C'est le premier message que le Haut conseil à l'évaluation de l'école (HCEE) a voulu faire passer le 22 octobre à l'occasion de la publication officielle de son "avis". Celui-ci a été établi par consensus entre les experts, les représentants des syndicats et les responsables politiques qui composent le Haut-conseil. Si les principaux éléments en ont été rendus publics dans L'Expresso du 22, la conférence de presse de mercredi apporte des éclairages complémentaires sur ce qui fait consensus. Ainsi, si le HCEE rend hommage à l'école maternelle, il pose la question de la scolarisation à partir de deux ans, une pratique dont "l'efficacité... est sujette à débats" et qui pèse sur le budget. Au collège, le HCEE préconise un "rapprochement des pratiques enseignantes" entre collège et école ce qui pose la question de la bivalence des professeurs. Elle pourrait être proposée aux enseignants en échange de certains avantages. Plus globalement, les "sages" du HCEE mettent l'accent sur la coupure de 1995 : c'est depuis cette date que les taux de réussite baissent et que davantage de jeunes quittent l'école sans qualification. Ils n'expliquent pas ce tournant mais relèvent qu'il correspond à une période de baisse de la consommation, probablement de crise morale. Ils n'écartent pas des conséquences fâcheuses de la réforme de 1992. Alors que 15% des jeunes quittent l'école sans réelle qualification, le HCEE a aussi voulu montrer les conséquences sociales de ce phénomène : le diplôme permet de trouver beaucoup plus facilement un emploi. Il est aussi le sésame pour se former tout au long de la vie.
http://www.cafepedagogique.net/expresso/ index.php3?express=237
http://cisad.adc.education.fr/hcee/publi cations-2003.html#link1

23 questions pour le débat national
Le Figaro du 20 octobre donne un premier aperçu sur les documents prévus pour inspirer le débat national sur l'Ecole. Pour Le Figaro, c'est 23 questions qui seront posées les réunions publiques et aussi dans les établissements. A chaque question correspond une fiche qui fait un état des lieux et développe le sujet en plusieurs sous-questions. Le Figaro en publie quelques unes : "quelles sont les valeurs de l'école et comment les conforter dans notre société ? Comment rendre l'école juste ? Comment motiver et faire travailler efficacement les élèves ? Comment prendre en charge les élèves en grandes difficultés ? Quelles doivent être les fonctions et les modalités des examens, de l'évaluation et de la notation des élèves ?". Pour Le Figaro certaines questions centrales apparaissent au second plan seulement. Murielle Court estime que "rarement le système éducatif aura été à ce point passé à la loupe. Reste à souhaiter que devant l'ampleur de la tâche les Français ne reculeront pas, laissant aux spécialistes le champ libre pour retrouver leurs bons vieux clivages stériles". Comme si l'école pouvait améliorer son efficacité sans faire appel à ses spécialistes et sans se professionnaliser.
http://www.lefigaro.fr/france/20031020.F IG0126.html

- Réflexion    [ Haut ]

La motivation à l'école
Au carrefour des sciences de l'éducation, de la neurologie et de la psychologie, l'IUFM de Paris organise deux journées de formation ouvertes aux enseignants du second degré. Le 19 novembre, les stagiaires cerneront la question de la motivation en s'appuyant sur les interventions de Jean-Michel Zakhartchouk (Cahiers pédagogiques), Jean-Didier Vincent (neurobiologiste), Stéphane Beaud (sociologue) et Jacques Lévine (psychanalyste). Le 15 mars, la journée sera consacrée à la réussite et l'échec à l'école, avec des participations de Yves Rocheix, Christophe Boujon (psychologue) et Jean-Pierre Terrail (sociologue). Réservations avant le 3 novembre.
Contact : jocelyne.ajchenbaum@paris.iufm.fr

Ignorances et questionnements à Chamonix
"Jamais le savoir ne recouvre toute l'ignorance, jamais il n'en finit avec elle. Autour de l'ignorance qu'il remplace, il transforme l'ignorance inconsciente en ignorance qui se connaît. Plus paradoxalement. parce que personne ne peut ni ne veut tout savoir, nous développons en même temps nos connaissances et des ignorances délibérées. Nous devons plutôt nous poser la question des transformations et conditionnements réciproques des savoirs et des ignorances, dans leurs multiplicités et leurs fonctionnalités. Savoirs et ignorances s'échangent, " circulent ", se discutent et se " cultivent ", en s'adaptant aux usages, aux besoins, aux contextes divers qui nous concernent tour à tour.... Préparer les jeunes et aider chacun à " jouer " avec ces mouvements complexes des savoirs et des ignorances, c'est sans doute avant tout développer les capacités de questionnement... En quoi et comment nos pratiques didactiques et médiatiques favorisent-elles la formation des capacités de questionnement de chacun ? " Du 30 novembre au 4 décembre, les XXVèmes Journées internationales sur la communication, l'éducation et la culture scientifiques et industrielles, organisées par le Lirest, réuniront dans un chalet de Chamonix, des chercheurs en sciences de l'éducation. Ce sera l'occasion de faire connaître les nouveaux travaux.
http://www.lirest.ens-cachan.fr/jies.htm l

Plus d'interdisciplinarité dans les programmes du collège ?
Les listes de discussion pédagogiques bruissent des échos d'une déclaration faite à l'AEF par Jean-Didier Vincent, président du Conseil National des Programmes. Interrogé sur la réforme des programmes des collèges, J-.D. Vincent aurait déclaré son intention de faire une relecture des programmes du collège "afin de travailler davantage à l'interdisciplinarité". Concernant les sciences, les programmes seraient réécrits, particulièrement en SVT. Les programmes de langues seraient entièrement revus ainsi que celui de technologie, jugé encore insuffisamment ouvert sur les autres disciplines. Ces déclarations, qui visent à renforcer l'interdisciplinarité au collège, sont en opposition avec les propos ministériels qui tendent à renforcer les disciplines. Si le collège veut renforcer l'interdisciplinarité, les IDD en sont le meilleur outil. Or on sait que le ministre souhaite les rendre facultatifs.

Au GRREM, le multiculturel et la télé
Le GRREM, Groupe de recherche sur la relation Enfants / Médias, organise une journée d'étude sur les représentations de la société française à la télé. Le 13 novembre, à Paris, des experts évoqueront "la programmation et les politiques audiovisuelles en France" et la perception de la télévision par les jeunes.
http://www.grrem.org

G. Cohn-Bendit : plus qu'une "lettre", un envoi
Elle sera mercredi en vente. Gabriel Cohn-Bendit, fondateur du lycée expérimental de Saint-Nazaire, publie une "Lettre ouverte à tous ceux qui n'aiment pas l'école". L'ouvrage fait évidement allusion à la "Lettre" de Luc Ferry et prend, selon l'AFP, le contre-pied des propos ministériels.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_031011072812.srq7mo2p.html

Freinet appelle à une refonte complète de l'Ecole
En procédant par filtrages successifs, l'enseignement forme les élèves au bac et à l'entrée dans les études supérieures. Ce parcours, fait d'une suite de ruptures, montre que le système éducatif et ses évaluations ne permettent pas une intégration émancipatrice : on ne changera donc pas le collège tant qu'on ne repensera pas le système éducatif et son examen final. En effet, ils s'organisent exclusivement autour des savoirs et nient l'élève dans sa personne, ses connaissances et ses besoins. C'est une erreur de transmettre des savoirs sans prendre en compte derrière l'élève, le jeune. Le mouvement Freinet (ICEM Freinet) entre à son tour dans le débat national sur l'Ecole pour rappeler l'exigence de mettre l'enfant au coeur du système éducatif. " Nous proposons une généralisation de nos pratiques dans deux domaines majeurs indissociables : le respect de l'enfant, du jeune et l'approche des savoirs dans un cadre coopératif. Cela suppose la mise en place d'une institution démocratique débarrassée des structures hiérarchiques et respectueuse des droits fondamentaux". Pour l'ICEM cela passe par le développement des écoles coopératives.
http://www.icem-freinet.info

- Projets    [ Haut ]

Image-Imaginaire 2003
Pour la 4ème année consécutive, Image Imaginaire propose "Des mots pour voir" un concours littéraire destiné aux lycéens français et francophones. Un dispositif pédagogique en ligne propose une méthode et des exemples pour aider les candidats. Animé par Christian Perrier, "Des mots pour voir" a connu un beau succès l'an dernier.
http://www.imageimaginaire.com/concours/ accueil-concours.htm

Lycéens reporters avec le Sénat
Public Sénat, la télévision du sénat, en partenariat avec le ministère de l'éducation nationale, met les lycéens derrière la caméra. Le concours "Jeunes Citoyens-Reporters" est proposé aux lycéens, de la seconde au post-bac. Les jeunes sont invités à réaliser un reportage vidéo de 3 à 6 minutes sur le thème de la solidarité.
http://www.publicsenat.fr/jeunes_citoyen sreporters

Bilan d'une cyber-classe
Une cyber classe, c'est une classe qui intègre les TICE au quotidien. Jackie Pouzin a tenté l'aventure en septembre 2000. Depuis 3 ans, ses élèves ont accès aux cours sur l'intranet de son lycée et sont reliés par mail à leur professeur. Jackie Pouzin dresse un premier bilan : "cette intégration des échanges électroniques me semble très largement profitable : le service rendu aux élèves est modeste mais précieux. Ils savent pouvoir disposer d'une écoute en ligne avec le bénéfice pour le prof que je suis de la communication asynchrone. Ma classe de terminale scientifique a souhaité garder pour elle cette liste de diffusion créée dans le cadre scolaire pour maintenir le contact entre eux après le baccalauréat : les échanges continuent donc. Pour finir leur résultat au bac est de 94%. L'utilisation du courrier électronique ne semble donc pas nuire aux résultats !".
http://www.ac-nantes.fr/peda/disc/histge o/outice/virtuel.htm

Classe relais, "kifeton" ?
Qu'est ce qu'une classe relais ? Celle de Montluçon affiche sur le web ses ambitions et ses activités. Elle s'adresse temporairement à des jeunes en rupture ou refus scolaire et vise prioritairement à redresser l'image de soi du jeune et à développer l'individu social. La classe relais est également un exemple de partenariat entre l'éducation nationale et les collectivités locales puisqu'elle est soutenue par l'agglomération de Montluçon et ancrée dans le réseau de prévention local.
http://classe-relais-montlucon.planet-al lier.com/


- Ressources    [ Haut ]

Les espaces numériques de travail
Qu'est que les ENT ? Quels en sont les enjeux ? Savoirs CDI publie un article de Dominique Cavet, directeur adjoint des ressources et de l'ingénierie documentaires du CNDP, sur les ENT. Il vient à point au moment où les ENT se mettent techniquement en place et où on perçoit à quel point ils pourraient modifier les conditions de l'enseignement. D. Cavet en décrit les finalités : outils d'enseignement à destination des enseignants, services orientés vers la vie scolaire, contenus pédagogiques destinés aux élèves. On trouvera dans les comptes-rendus du Café lors de l'université d'Hourtin d'autres problématiques découlant du développement des ENT. Il y a bien sûr la question du financement : les collectivités locales accepteront-elles de le prendre en charge ? Egalement les questions d'accès : qui pourra proposer des contenus pédagogiques et des applications ? Que deviendront les productions personnelles ou associatives, une bonne part des ressources éducatives numériques actuelles ? A Hourtin, François Dubet avait aussi prédit que les ENT bouleverseraient le système éducatif en le rendant plus transparent aux yeux des parents.
http://savoirscdi.cndp.fr/CulturePro/act ualisation/ENT/ent.htm
http://www.cafepedagogique.net/divers/ho urtin2003/

Vers la stabilisation du niveau de formation ?
La Commission européenne publie une étude de C. Béduwé et J.-F. Germe sur l'évolution des niveaux de formation en France. Elle montre les progrès accomplis pour les générations nées autour de 1970 et la stagnation qui s'est installée dans les années 90. Pour les auteurs, "il est probable que se dessine un rééquilibrage entre la formation initiale et la formation en cours de la vie active.. Ce rééquilibrage passera sans doute par un développement soutenu des certificats ou diplômes délivrés dans le cadre de la formation continue."
http://www.cee-recherche.fr/fr/publicati onspdf/03doc27.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

Effectifs en hausse en IUFM
Le ministère publie les premiers chiffres sur la fréquentation des IUFM en 2002-2003. Près de 90.000 étudiants et stagiaires ont suivi les formations l'an dernier, soit 6% de plus qu'en 2001-2002. C'est la seconde année consécutive où les effectifs sont en hausse. Celle-ci ne touche pas toutes les préparations : si les candidats au Capes restent les plus nombreux, leur nombre va diminuant (-2% en première année) alors que le premier degré augmente. La féminisation du métier est constante : les femmes représentent 7 étudiants sur 10. L'étude fait également apparaître des variations régionales. Certains IUFM, par exemple Montpellier, Limoges, La Réunion, Paris, Lyon, attirent plus que d'autres. En Ile-de-France, une ligne invisible oppose Paris et sa banlieue : "à l'IUFM de Paris, les préparations au Capes représentent 80% de ses effectifs de première année alors que dans les IUFM de Créteil et de Versailles, ce sont les préparations au professorat des écoles qui concernent le plus d'étudiants".
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0354.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

L'IUFM, ascenseur social
Près de 12% des étudiants en IUFM à Créteil portent un prénom d'origine maghrébine. Selon l'AFP, qui publie cette information, un étudiant sur cinq viendrait de collèges classés en ZEP. Pour J.L. Auduc, directeur-adjoint de l'IUFM, celui-ci permettrait à des jeunes issus de l'immigration de progresser socialement. "Cela veut dire que dans une académie de banlieue comme Créteil, on commence à avoir des élèves de la deuxième ou troisième génération d'immigrés qui rendent à l'école ce que l'école leur a apporté... Ce type de résultat est la meilleure réponse à apporter au sujet du foulard islamique".
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_031019071844.dds99wrp.html

TICE : 22 nouveaux produits RIPés
Le ministère de l'éducation nationale a "reconnu d'intérêt pédagogique" 22 nouveaux produits. IL s'agit de 5 logiciels pour le primaire, parmi lesquels "Apprends moi la rue", et "Découvre la vie". S'y ajoutent 5 logiciels de SVT : Eau et environnement, Sérénis, Le mouvement, Fosses océaniques et séismes, Les défenses de l'organisme. Autres disciplines très présentes, la physique-chimie et la technologie avec 4 et 2 titres.
http://www.educnet.education.fr/res/actu res.htm

Un portail pour les IDD
L'IUFM de Dijon rénove ses pages sur les IDD. Il propose des démarches, des outils élaborés par des formateurs dans toutes les disciplines pour aider les enseignants à piloter leurs IDD. Le site fait réfléchir sur la nécessaire interdisciplinarité, montre comment construire problématique et projet, accompagne la recherche documentaire et la gestion des groupes et propose des outils d'analyse et de documentation.
http://www.dijon.iufm.fr/format/formform /idd_site/index/accueil.htm

[ Haut ]

Archives de la rubrique Pédagogie :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique Pédagogie dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable