Pédagogie (Café N° 44)

Version imprimable Version imprimable

Édition du 19-12-2003

- François Jarraud -

- A la Une : Les recommandations du PIREF    [ Haut ]

C'est une contribution importante à la pédagogie de la lecture et de l'écriture que publie le PIREF. L'Expresso du 10 décembre a attiré l'attention sur les conférences du PIREF qui ont vu les chercheurs venir présenter leurs travaux à des groupes de travail constitués d'environ 300 enseignants. A l'issue de ces conférences, un jury a rédigé des "recommandations" qui synthétisent les apports des chercheurs sur la pédagogie de la lecture et de l'écriture utilisables par les enseignants. En premier lieu, "le jury a constaté que plusieurs méthodes d'enseignement sont compatibles avec les acquis de la recherche. La seule méthode qu'on doive écarter est la méthode dite " idéo-visuelle ", parce qu'elle refuse le travail systématique sur la correspondance phonème/graphème dont les recherches disponibles indiquent sans ambiguïté qu'elle est indispensable à la reconnaissance des mots". Le jury pose aussi la question des progressions, pour laquelle les experts " partisans d'une progression claire n'en tirent pas pour autant un découpage en phases strictement définies". Ils insistent sur l'absolue nécessité d'une automatisation de la reconnaissance des mots : sans elle il n'y a pas de travail sur le sens possible. Pour eux, "il est important de mener simultanément des activités sur le code et sur le sens. Les activités de lecture dans le cadre scolaire doivent s'inscrire en effet dans la perspective, pour chaque élève, d'entrer dans la culture écrite". Ils recommandent 4 types d'activité : la familiarisation avec les textes écrits ou acculturation, la production de textes, la compréhension de textes, et l'identification et la production de mots (connaissance graphique et phonologique). Un autre apport important est la mise en évidence par les chercheurs de la nécessité d'enseigner la compréhension. " Plusieurs travaux attestent que l'enseignement de ce que les chercheurs appellent les processus métacognitifs de la compréhension (contrôle et connaissance) améliore les performances des élèves dans ce domaine". Et le jury va jusqu'à proposer des pistes pour enseigner la compréhension, par exemple la confrontation de points de vue sur un texte. Le jury s'est intéressé aux élèves "en difficulté" pour en établir une typologie. Il propose des démarches pour les aider. Ainsi le PIREF réussit, par cette contribution qui les associe en partenaires, à bâtir un pont entre les chercheurs et les enseignants. Une construction remarquable. Nous invitons les enseignants à l'emprunter.
http://www.bienlire.education.fr/01-actu alite/document/recommandations.rtf
http://www.bienlire.education.fr/01-actu alite/c-En-parle06.asp
http://www.cafepedagogique.net/expresso/ index.php3?express=266

- Réflexion    [ Haut ]

L'inégalité scolaire, facteur social ou individuel ?
Lionel Page (Paris I) étudie les inégalités sociales dans le système éducatif en leur appliquant un modèle relevant de la théorie des risques. On sait qu'à résultat scolaire égal, les enfants des classes pauvres et riches ne feront pas le même choix d'orientation. La plupart des sociologues y voient le poids des inégalités de classe, par exemple dans le bagage culturel transmis de génération en génération. L'étude de L. Page ramène ces inégalités de choix dans la perspective de choix individuels, liés au risque assumé par l'individu. Les racines des inégalités seraient donc essentiellement psychologiques. Pour autant, pour L. Page, elles ne sont pas inamovibles. On peut lutter contre les inégalités à l'école en assurant un large brassage social à l'école et en retardant l'âge de l'orientation : dans ce cas les jeunes des milieux pauvres suivent plus facilement le modèle de risque des plus aisés.
http://www.u-bourgogne.fr/IREDU/sem13014 .pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

Le collège en débat
"Chaque jour qui passe, les problèmes du collège et de l'école se trouvent posés en des termes de plus en plus radicaux . Nous allons nous trouver devant le choix d'une sortie par le bas, le retour au passé, ou par le haut, la recherche des voies d'avenir". Devant l'échec du collège, le "collectif du 4 juin 2003", regroupant les principaux mouvements pédagogiques français, organisait samedi 13 décembre un débat national sur "le collège unique outil de promotion collective". A travers une dizaine d'ateliers et deux conférences générales, chaque organisation s'est exprimée, pour demander une autre politique. Ainsi pour l'ICEM Freinet, " Une réforme du collège ne peut se concevoir sans une refonte complète du système éducatif français". Pour l'OZP, une association qui fédère des zones d'éducation prioritaires, "l'école seule ne peut résoudre tous les problèmes de la société, mais renoncer à en faire le lieu privilégié de la construction du lien social serait le signe d'un renoncement plus général. Réintroduire la sélection au collège, c'est prendre son parti de l'exclusion, c'est accentuer les fractures sociales". Pour l'OZP, la réussite de tous passe par des transformations importantes du collège et particulièrement du métier d'enseignant : "une définition large du métier d'enseignant incluant des missions d'éducation, de nouveaux rapports entre l'école et ses partenaires du milieu environnant, le choix d'une culture commune". Pour Jean-Michel Zakhartchouk (CRAP), la transformation du collège peut s'appuyer dans l'immédiat sur la généralisation de certains dispositifs comme les itinéraires de découverte, un outil d'un grand intérêt "pour les disciplines, pour la culture, pour l'indispensable mise au travail des élèves, pour la préparation à leurs tâches futures, professionnelles ou civiques". Or on sait que le ministre souhaite rendre les IDD facultatifs. Alors faut-il changer l'ensemble du système éducatif ou simplement soutenir les éléments innovants déjà présents dans le collège ? Jean-Louis Auduc, directeur adjoint de l'IUFM de Créteil, souligne que l'échec scolaire commence dès le primaire. Les évaluations nationales montrent que le collège atténue les écarts scolaires apparus au CE2. Au niveau du collège, "s'il y a bien une leçon à retenir des diverses tentatives de réformes proposées ces dernières années, c'est que toute réforme du collège ne peut se concevoir seule et doit nécessairement impliquer une articulation meilleure entre le lycée professionnel et le collège... Pour les élèves en difficulté, en phase de démotivation et de décrochage, ne vaut-il pas mieux les orienter dans la voie professionnelle dès la classe de 4e , plutôt que de les laisser, sans projet cohérent, dans des classes " généralistes " ?" Pour lui la solution passe par un corps unique d'enseignant bivalents exerçant du CM1 à la 4ème. C'est là remettre en question l'unanimité sur le collège "unique". Bruno Mattei, IUFM de Lille, va un peu plus loin en demandant une réflexion sur les valeurs de l'école. Veut-on "la réussite de tous" ou "l'égalité des chances" ? "Il serait de courte vue de penser qu'en renonçant au collège unique, en reprofilant les élèves hétérogènes dans des filières, ou des systèmes d'alternance plus conformes aux talents tellement " particuliers " ! des uns et des autres, on va retrouver la paix. Certes " l'élitisme républicain " et " l'égalité des chances " penseront s'en être sorti la tête haute. Sans voir qu'elles ne sont plus que jamais que le cache-misère de la ségrégation scolaire et sociale... N'est-il pas de la responsabilité collective d'une société de ne pas se contenter " d'avoir la paix ", mais au contraire de construire une paix dans une société qui chercherait résolument à créer selon l'expression de Pestallozi au 18ème siècle " des écoles créatrices d'humanité ", c'est-à-dire des écoles où l'on apprendrait à apprendre et à vivre non pas les uns à côté des autres et contre les autres, mais avec les autres par les autres et grâce aux autres". Comment conclure ces échanges ? Dans le court terme, le collectif recommande de "préparer la transformation des esprits et des pratiques dans l'ensemble des collèges.. en soutenant les IDD, comme banc d'essai pour la transdisciplinarité,... en incitant à la mise en place du tutorat,.. en proposant des lieux de réflexion pour la mise en commun de l'expérience". A moyen terme, le collectif envisage la " redéfinition du statut de l'enseignant, sur la base des nouvelles pratiques expérimentées et prenant notamment en compte : le travail en équipe, le temps de présence dans l'établissement hors cours (pour travail en équipe, tutorat, relations avec les parents etc.), le partage des responsabilités dans le projet d'établissement".
On trouvera sur le site du collectif les nombreuses participations au débat et les comptes-rendus des ateliers.
http://www.collegeunique.org

Deux voix pour une école
Dans Le Monde du 15 décembre, Luc Bronner rend compte du livre d'entretien entre P. Meirieu et X. Darcos. Si les deux hommes "défendent deux conceptions éducatives opposées" il leur arrive de faire des propositions concrètes communes. Ainsi, Philippe Meirieu "défend un enseignement qui ne se limite pas à la transmission des savoirs" alors que X Darcos met l'accent sur les contenus disciplinaires. Mais les deux hommes tombent d'accord pour souhaiter le bivalence en collège. Une mesure également demandée par le collectif pour un collège unique.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3226,36-346034,0.html

Les maths en adaptation scolaire
Le nouveau numéro de "Education et francophonie", la revue de l'ACELF, est tout entier consacré à "la spécificité de l'enseignement des maths en adaptation scolaire". A priori, le sujet n'a d'intérêt que pour quelques enseignants spécialisés. En fait le numéro analyse les difficultés des élèves et nous fait réfléchir sur celles du professeur. Ainsi G. Lemoyne (Université de Montréal)montre comment l'analyse des erreurs est passée d'une vision centrée sur la psychologie de l'enfant à une analyse systémique : l'erreur est aussi un produit de l'institution et l'élève en difficulté est souvent une jeune qui a appris. D'autres articles analysent les résistances psychologiques, par exemple l'importance des émotions négatives générées par les croyances des élèves.
http://www.acelf.ca/revue/31-2/

L'école et la pluralité ethnique
Le numéro de décembre des Cahiers pédagogiques aborde un thème qui n'est pas sans rapport avec l'actualité. "Aujourd'hui, la présence dans l'école, dans la société, de jeunes de toutes origines en nombre important, notamment des jeunes réputés musulmans repérés comme tels, mais pas seulement eux, change beaucoup de choses dans la vision de ce qui devrait aller mieux à l'école. Le but de ce Cahier est d'expliciter ces nouveaux enjeux, afin que chacun puisse valoriser et renforcer ce qu'il fait déjà en ce sens". Aussi ce numéro débute par une analyse de la catégorisation ethnique à l'école et de sa force. Une seconde partie s'attache à l'action dans l'école, particulièrement dans la construction d'une école en lutte contre le racisme. On y décrit des situations pédagogiques concrètes et on y propose des pistes pour agir.
http://www.cahiers-pedagogiques.com/

Les profs utilisent massivement les TIC en classe affirme une enquête ministérielle
Une enquête réalisée par le ministère auprès d'enseignants du primaire et du secondaire le confirme : les enseignants utilisent massivement les TIC. Ainsi 87% des maîtres du primaire, 90% des profs du secondaire utiliseraient les TIC pour leur profession en dehors de la classe. Surtout, l'enquête établit que 87% des instits et 61% des profs du secondaire utilisent les TIC dans leurs cours. Un chiffre très élevé par rapport aux estimations précédentes qui estimaient à 20% la proportion d'enseignants utilisateurs en classe. Mieux encore, 83% des enseignants du primaire et 45% de ceux du secondaire font manipuler les élèves. Dans le primaire la fréquence d'utilisation est particulièrement forte : la moitié des instits s'en servent en classe au moins une fois par semaine. Dans le secondaire, les jeunes enseignants seraient plus actifs en ce domaine que leurs aînés. Parmi les freins évoqués par les collègues pour la pénétration des TIC ne classe, le manque de formation est évoqué par deux collègues sur trois. Dans le secondaire, ce sont les problèmes pédagogiques qui font obstacle : les professeurs mentionnent l'incompatibilité des horaires et la difficulté de gestion des classes. C'est le cadre scolaire qui ralentit l'inévitable pénétration des TICE.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/noteeval/ne0304.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

Canada : Scepticisme des enseignants envers les TICE
L'offensive vient de la principale organisation professionnelle des enseignants canadiens : la FCE. Un sondage national, réalisé par la FCE, met en évidence des analyses divergentes sur l'efficacité et les usage des TICE. Ainsi 41% des enseignants affirment que les ordinateurs aident les élèves à acquérir des compétences pour raisonner, 54% sont contre cette affirmation. Si 35% des enseignants pensent que l'informatique fait gagner du temps sur les apprentissages, 60% ne sont pas d'accord. Certaines questions sont surprenantes. 55% des enseignants estiment que l'on met trop l'accent sur les ordinateurs au détriment d'autres facteurs, comme s'il fallait opposer et non associer les supports. 63% sont opposés à l'idée que les TIC représentent l'avenir de l'éducation. Pourtant le même sondage montre que les deux tiers des enseignants utilisent Internet et des cédéroms en classe.
http://www.ctf-fce.ca/fr/side/ICT.htm

- Le débat sur l'école    [ Haut ]

Le débat peut-il accoucher d'une révolution culturelle ?
" On comprend qu'un débat de cette ampleur suppose une dynamique de réflexion citoyenne, au-delà du cadrage gouvernemental, qui ne peut s'initier qu'à la base au sein des communautés éducatives, élargies à toutes les forces vives concernées par l'école, se développant progressivement au niveau local et régional pour conduire, si le souffle en est suffisant, à des états généraux de l'école qui contribueront à orienter la décision politique". André Giordan, Claire Heber-Suffrin, Georges Hervé, Bruno Mattei et Albert Jacquard, invitent tous les acteurs à participer au débat sur l'école. Mais c'est pour le situer sur un point imprévu dans les 22 thèmes du débat. "Si l'on veut vraiment être capable de répondre (aux défis de l'école), alors comment ne pas voir que les changements doivent porter non pas d'abord ou uniquement sur les moyens, l'organisation, la gestion ou la pédagogie, mais tout autant sur la transformation des mentalités qui génèrent des pratiques d'exclusion et des jugements invalidants et arbitraires sur les élèves, leurs potentiels et leur orientation." C'est à une révolution des mentalités qu'ils nous invitent. "Il s'agit de refonder l'école sur une "politique de civilisation" (Edgar Morin), et à travers elle, d'éveiller à un monde commun, désirable et sensé, sans lequel, nous le savons bien, de plus graves périls nous attendent encore".
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=161976

Les 10 propositions du CRAP
Au moment où les établissements organisent leur participation au débat national, le CRAP diffuse 10 propositions susceptibles d'animer et d'orienter le débat. Le CRAP se prononce pour un véritable "collège pour tous". Il défend les pratiques interdisciplinaires de type IDD ou TPE et demande leur extension aux voies technologiques. Plus fondamentalement, il estime que "le lire, écrire et compter n'est plus suffisant face à la demande sociale mais aussi pour répondre aux besoins de culture de citoyens en devenir. Le partage des connaissances en disciplines scolaires... est artificiel et a contribué à créer des groupes de pressions qui ont œuvré à la juxtaposition et à l'accumulation de connaissances. Il conviendrait de raisonner en termes de culture" . Aussi il recommande un nouveau découpage disciplinaire : "une culture sémiologique : une grammaire des signes qui permette de lire et produire des textes sous toutes leurs formes, une culture scientifique et technique : conduisant à la maîtrise des systèmes de logique, de la démarche scientifique, une culture humaine et sociale : en termes de philosophie, d'histoire, d'économie, de droit, ou de politique afin de construire le citoyen, une culture du corps, des sens et de la santé : permettant à chacun de se connaître et de respecter autrui. Le CRAP souhaite le développement d'alternatives au redoublement par la mise en place de pédagogies différenciées.
http://www.cahiers-pedagogiques.com/actu /propocrap.html

Le collège unique, projet démocratique pour F.Dubet
"Le vrai projet démocratique est de faire travailler ensemble des élèves qui sont différents. Dans une société où les inégalités se creusent, où les mômes sont perdus, où les problèmes d'identité culturelle sont de plus en plus forts, je dis qu'il est essentiel de souder une génération, jusqu'à l'âge de seize ans, autour d'une culture commune". Dans une tribune accordée à l'Humanité du 10 décembre, le sociologue souligne l'importance sociale du maintien d'un collège unique. " Le collège doit-il être une école primaire supérieure ou un petit lycée ? Dans le premier cas, on définit des connaissances que nul ne doit ignorer, quel que soit son avenir. C'est ce que fait l'école primaire. Qu'ils deviennent agriculteurs ou ingénieurs, tous les élèves y acquièrent les mêmes compétences de base. Dans le second cas, on vise l'excellence pour tous, avec un collège qui ne prépare, finalement, qu'aux formations générales... Et qui laisse de côté les 30 % d'élèves qui n'arrivent pas à suivre. C'est ce qui se passe aujourd'hui".
http://www.humanite.fr/journal/2003-12-1 0/2003-12-10-384230

- Projets    [ Haut ]

La démarche expérimentale avec Cassiopée
Projet pédagogique et revue électronique reliant des écoles des Landes et d'Amérique du sud, Cassiopée publie son numéro 6. Chaque école a travaillé sur un thème scientifique. Ainsi l'école de Montevideo (Uruguay) propose un travail expérimental sur l'eau propre. Celle de Labatut a travaillé sur les facteurs qui facilitent la croissance des plantes. Les jeunes élèves et leurs maîtres sont aidés dans leurs travaux par des dossiers pédagogiques sur la démarche scientifique. On appréciera particulièrement l'article d'André Giordan sur la démarche expérimentale. Cassiopée propose aussi la découverte d'un auteur de documentaires animaliers à travers filmographie, interview et extraits vidéos. Enfin la revue lance deux concours pour les jeunes auteurs. Une initiative réussie !
http://crdp.ac-bordeaux.fr/ac/cassiopee/

Les 9èmes Rencontres de l'ORME
L'Observatoire des Ressources Multimédias en Education organise les 18 et 19 février ses 9èmes Rencontres. Cette année, l'ORME réfléchira aux défis des nouveaux espaces numériques d'éducation.
http://www.orme-multimedia.org

L'Europe mise sur les TIC pour relier les jeunes européens
" Il s'agit d'utiliser les technologies de l'information et de la communication afin d'établir des rapports de coopération entre établissements scolaires de différents pays. Notre objectif est de parvenir à ce qu'aucun enfant ne sorte de l'école sans avoir participé à un projet européen de ce type. Pour l'instant nous visons le jumelage entre 30000 établissements scolaires européens grâce à l'Internet avant 2007". Le site européen "Elearningeuropa " publie un entretien avec Maruja Gtierrez Diaz, responsable du programme européen eLearning 2003-2004. Près de 7 millions d'euros seront investis chaque année dans ces jumelages. Pour faciliter ces jumelages, l'Europe fournira des ressources pédagogiques. " Nous sommes, tout d'abord, en train de préparer une liste d'exemples de jumelages intéressants qui puissent servir de source d'inspiration aux professeurs. Nous allons également élaborer une description détaillée des systèmes scolaires afin de faciliter la tâche aux enseignants à la recherche d'un établissement similaire dans un autre système éducatif. Nous travaillons également à la mise en place d'un moteur de recherche de participants. Toutes ces informations et les outils de jumelage seront accessibles sur un portail sur l'Internet". .
http://www.elearningeuropa.info/doc.php? lng=3&id=4553&doclng=3&p1=1&p2=1&p3=1&p4= 1

- Ressources    [ Haut ]

Colloque "Eduquer à l'environnement"
Du 17 au 19 décembre, Paris accueille, en présence de Luc Ferry et Tokia Saïfi, un colloque "éduquer à l'environnement vers un développement durable". Ce colloque prépare l'introduction, à hauteur d'une soixantaine d'heures d'enseignement, à la rentrée 2004, d'une éducation au développement durable dans le primaire et le secondaire.
http://www.education.gouv.fr/actu/elemen t.php?itemID=20031212163

Internet et les pratiques pédagogiques en L.P.
Comment les enseignants, les documentalistes et les chefs de travaux de lycée professionnel se documentent-ils ? Une enquête officielle jette un regard précis sur les pratiques. Ainsi seulement 38% des enseignants et 15% des documentalistes cherchent des ressources documentaires principalement ailleurs que sur Internet. Ce sont les sites académiques qui sont les plus fréquemment utilisés (par 42% des enseignants de L.P.), devant les sites de collègues (34%). SavoirsCDI est incontournable chez les documentalistes (70%) et Chef-de-travaux.net pour les chefs de travaux (32%). Par contre, seulement un enseignant sur dix utilise les sites ministériels (EduScol, Educnet ou Educasource). L'enquête révèle également une plus grande demande de séquences pédagogiques élaborées que de ressources documentaires. Mais les manuels scolaires, les encyclopédies, la presse restent encore les principaux outils de préparation des séquences pédagogiques en L.P loin devant les ressources en ligne.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/noteeval/ne0303.pdf

17 nouveaux logiciels "ripés"
Le RIP c'est la marque de reconnaissance "d'intérêt pédagogique" accordée par le ministère à certains logiciels ou cédéroms. Le 10 décembre 17 nouveaux produits ont obtenu cette marque. Il s'agit de 4 cédéroms de langues, 3 d'EPS, ainsi que des logiciels de lettres, physique-chimie, documentation et primaire.
http://www.educnet.education.fr/res/derc om.htm

[ Haut ]

Archives de la rubrique Pédagogie :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique Pédagogie dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable