Pratiques pédagogiques (Café N° 60)

Version imprimable Version imprimable

Édition du 15-03-2005

- Monique Royer -

- L’Education Socioculturelle, une pédagogie et des projets pour ouvrir l’enseignement sur le territoire

L’éducation socioculturelle (ESC) est une particularité de l’enseignement agricole. Créé dans la mouvance de l’Education Populaire, elle prônait l’approche globale de la formation des agriculteurs avec une orientation culturelle, quelque peu discrète dans le monde rural d’alors. D’animateur, l’enseignant d’ESC est progressivement devenu, au gré des rénovations de diplômes, intervenant à part entière dans les contenus pédagogiques. C'est cette particularité d'un enseignement à la fois officiel et décalé, faisant le pont entre l'Ecole et son environnement social et culturel, entre animation et transfert de savoirs, qui éveille la curiosité du Café à un moment où l'Ecole a besoin de s'aventurer hors des sentiers battus.


Inscrite dans les référentiels de formation, quelque soit le niveau, de la 4e technologique au BTS, l’ESC est souvent envisagée en association avec d’autres disciplines. Elle permet également aux élèves de conduire des projets en lien avec leur orientation professionnelle définis dans des modules d’initiatives locales propres à l’établissement. Les dotations horaires varient en fonction des classes et des diplômes. Pour les premières et les terminales Bac Pro, elle est de 100 heures alors que pour les BTS, elle est de 90 heures.
http://www.enfa.fr/agri-culture/esc@les/ (rubrique « Référentiels)

L’ambition est de former un futur citoyen en lui donnant les moyens de comprendre le monde qu’il entoure et d’agir, de communiquer selon les valeurs démocratiques de notre société. Aussi, les enjeux pédagogiques et éducatifs qui en découlent se déclinent autour de quatre pôles d’action : cultures et territoires, éducation artistique, communication interpersonnelle et communication médiatisée.


Les outils de l’enseignant de l’ESC

Pour exercer au mieux ses différentes missions, l’enseignant d’ESC dispose d’outils de mutualisation et de ressources en ligne. En premier lieu, comme tous les intervenants de l’enseignement agricole public, il utilise Melagri (système de messagerie interne) pour son courrier électronique et échanger messages et fichiers dans une conférence virtuelle disciplinaire. Pour les novices, des fiches pratiques sont mises en ligne sur le site de l’enseignement agricole EDUCAGRI sur les référentiels, la construction de progressions pédagogiques ou encore les activités d’animation.
http://www.educagri.fr/memento/section3/ enseigner/s3618f1som.htm

L’enseignant d’ESC s’appuie également sur un site dédié, mis en place par l’enfa (école nationale de formation agronomique), école chargée de la formation professionnelle des enseignants. Esc@les est un espace d’information sur les référentiels, les textes, les formations ; de ressources, avec en particulier un ABCdéaire et des éclairages sur les savoirs mobilisés ; de mutualisation des travaux et des réflexions dans un espace réservé.
http://www.enfa.fr/agri-culture/esc@les

/> Esc@les fait partie d’un site né de la convention de partenariat culture-agriculture et ouvert à l’ensemble des partenaires du développement culturel en milieu rural.
http://www.enfa.fr/agri-culture/

Il pourra consulter et télécharger des articles de la revue «Champs Culturels». Publiée par le réseau « actions culturelles en milieu rural », la revue paraît deux fois par an. Chaque numéro, centré sur un thème, propose aussi des récits d’expériences menées dans les établissements. Ainsi, le dernier numéro propose un dossier sur « virtualité, art et culture » et des articles sur des actions réalisées par des élèves.
http://www.enfa.fr/agri-culture/Ressourc es/


Le développement culturel dans les textes

Intégrée dans les référentiels de formation, l’ESC s’exprime également hors les murs. Une convention avec le Ministère de la Culture élaborée en 1990 et complétée par un protocole en 2002 reconnaît le développement culturel comme un élément constitutif du développement durable du territoire. Elle stipule l'intégration de l'éducation artistique et culturelle dans les programmes et la mise en place de pédagogies de projet favorisant les initiatives des élèves dans le champ des disciplines artistiques.
http://www.educagri.fr/actions/educartis t/sommaire.htm

La loi d’orientation agricole souligne quant à elle, la mission de contribution à l’animation rurale des établissements d’enseignement agricole. L’enseignant d’ESC anime cette mission en mettant en œuvre le projet d’animation et de développement culturel défini dans le projet d’établissement et approuvé par le Conseil d’Administration.
http://www.enfa.fr/agri-culture/esc@les/ Documents/Textes/AC/projanim.html#tutac


Des projets d’établissements et des projets conduits par les élèves

Les objectifs du projet d’animation et de développement culturel sont réalisés à la fois par des actions internes au déroulement de la formation et par des animations en lien avec des partenaires locaux. Les intervenants sont multiples : personnels de l’établissement, artistes en résidences ou encore associations. Le projet du lycée agricole de Ribecourt est riche de ce foisonnement :
http://www.enfa.fr/agri-culture/esc@les/ Documents/Textes/AC/padc_rib.doc

Les projets développés par les élèves dans leur classe reflètent les débats et les questions vives actuels. L’exemple du projet « l’égalité est dans le pré » et la réalisation des élèves du lycée agricole du Mans illustre l’apport de l’éducation socioculturelle pour l’éveil du futur citoyen. Deux classes de terminale Bac Pro ont remporté le premier prix au concours BD organisé par le réseau « Egalité des Chances » du Ministère de l’Agriculture. Encadrés de leurs enseignants, avec un apport sur les techniques de la Bande dessinée, ils sont partis de leur propre observation du rôle de la femme en milieu rural. Leurs réalisations ont été diffusés à l’ensemble des lycées agricoles et auprès de leurs partenaires.
http://www.enfa.fr/agri-culture/Ressourc es/articles/cc18/arenzana.pdf


Rur’art, un espace d’art en milieu rural pour une ouverture culturelle

En Poitou-Charentes, l’espace d’art en milieu Rur’art organise des expositions depuis 1995 sur des thématiques tournées vers la notion de territoire ou de paysage. Après Ousmane Sow, Georges Rousse ou encore Eric la Casa, c’est Cheikhou Bâ qui sera prochainement accueilli. Car, ce ne sont pas seulement les œuvres qui sont accueillies mais également l’artiste qui au cours de sa résidence rencontre et échange avec les élèves. Rur’art c’est également un site Internet, reflet des actions, des réflexions et des réalisations du centre d’art, des établissements et des élèves dans la région.
http://www.RURART.ORG/

D’autres initiatives naissent de Rur’art. Huit élèves des lycées agricoles de Poitou-Charentes participent au Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou (FESPACO). Ils forment le jury Poitou-Charentes, qui remettra un prix à l'issue du festival : le film primé sera ensuite diffusé dans une trentaine de salles de la région. Ils racontent quotidiennement sur le site leur voyage, leurs réflexions de jurés, leur perception de l'Afrique.
http://www.rurart.org/fespaco2005/sommai re.php3
Jack Beng Thi, plasticien originaire de la Réunion, témoigne de son expérience en résidence d’artistes dans les établissements de Poitou-Charentes :
http://www.enfa.fr/agri-culture/Ressourc es/articles/cc9/beng-thi.html


L’éducation socioculturelle a évolué au fil des années, intégrant questions vives et nouveautés technologiques. Les principes et les apports qu’elle sous-tend sont reconnues essentielles pour la formation des nouvelles générations : comprendre le monde qui les entoure, se repérer dans ce monde, décrypter les informations, les associer. Les méthodes proposées liées à l’ouverture vers les autres disciplines et à l’environnement local, la conduite de projet favorisent fortement l’acquisition des fameuses compétences transversales, estimées nécessaires pour bien réussir sa vie professionnelle.

Pourtant malgré ce tableau positif, les inquiétudes planent sur le devenir de l’ESC et sa possible « normalisation » au gré des diminutions de dotations et des temps consacrés par l’enseignant à l’animation hors classe. Un dossier à suivre et à glisser à côté des TPE et autres dispositifs innovants.


Monique Royer


[ Haut ]

Archives de la rubrique Pratiques pédagogiques :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
  La rubrique Pratiques pédagogiques dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable