Primaire (Café N° 33)

Version imprimable Version imprimable

Dossier spécial

- Pierre-Marie Lasseron, Christine Colomer, Patrick Picard, Jean-Pierre Crespin -

- A la Une :

Bon, c'est la guerre, une de plus. Elle ne résoudra pas grand chose. Car la démocratie ne s'impose pas, elle s'apprend et il faut qu'elle soit voulue pour être acceptée par tous.
Dans toute guerre, il y a toujours un perdant : la population civile. Et ce qui nous concerne le plus, nous autres éducateurs, ce sont les enfants et comment les aider à comprendre ce qui se passe.


- l'information au jour le jour
http://www.lesclesjunior.com/A_la_Une.ht m
une compilation des articles sur le conflit Irak/USA
http://www.lesclesjunior.com/Actu_Monde. htm?sku=Act325588124869336&myDate=01/03/2 004

- La guerre expliquée aux enfants
Une emission de France Inter
http://master.radio-france.fr/chaines/fr ance-inter01/emissions/alterego/

- EDITORIAL

Pierre-Marie Lasseron

Je pourrais parler de la guerre et dire tout le mal que j'en pense, seulement je ne sais pas trop si ça ne servirait pas qu'à me soulager moi-même et m'aider à supporter mes propres peurs et incertitudes. Beaucoup de monde propose son analyse et son expertise. Mais en fait personne ne sait vraiment ce qui va se passer. C'est cela qui est troublant.
Nous vivons dans de magnifiques démocraties qui sont précieuses. Tant qu'il y aura des voix pour s'élever contre la mégalomanie de certains, tout espoir n'est pas perdu. Peut-être est-ce cela le message à transmettre aux enfants. Quelles que soient les circonstances et l'adversité, il faut se rapeller que chacun à le droit de s'opposer et que la raison du plus fort n'est pas toujours la meilleure.
Cependant au lieu de parler de parler de la guerre on va parler de l'eau en maternelle, de ses habitants les poissons. Et puis on en profitera pour se mettre au vert et apprécier l'interview de Bernard Collot à propos de son livre Une école du 3ème type.
Comme d'habitude vous retrouverez aussi les idées de lectures, les ressources thématiques et les actualités

- ACTUALITES

Patrick Picard

Grève du 3 avril :
la participation s'annonce forte. Les retraites semblent mobiliser.
http://www.sgen.cfdt.org/actu
Plusieurs départements ont décidé de démarrer des grèves "reconductibles".
http://www.snuipp.fr/article1062.html

IUFM
Journée d'action pour défendre et améliorer les IUFM le 1er avril
http://www.sgen.cfdt.org/actu/article.ph p3?id_article=169.

Evaluation, inspection : du ménage à faire
Les derniers rapports du Haut Comité à l'Evaluation de l'Ecole sont sans pitié pour ceux qui seraient partisans du statu-quo... Du travail en perspective pour les IA et les IEN
http://cisad.adc.education.fr/hcee/
Un IA aurait déjà réagi:
http://89.snuipp.fr/article.php3?id_arti cle=205.


L'école rurale à la Une
Le ministère propose un nouveau document (non encore définitif) pour faire évoluer l'école rurale, en privilégiant la notion de "réseau". Le texte en est disponible sur
http://www.syndicat-enseignants.org/_act u/statut_reseaux.htm
Pour aller plus loin sur la question :
Un exemple de mise en oeuvre dans la Loire :
http://www2.ac-lyon.fr/services/ia42/inf ormations/ecolerurale/
Un dossier et des témoignages concrets sur l'Ecole rurale à :
http://www.snuipp.fr/rubrique125.html
Une enquête est en cours :
http://www.snuipp.fr/article884.html
Un rapport de l'Inspection générale sur les réseaux d'écoles rurales, (s'identifier comme "anonyme")
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/i gaen/reseaux_ecoles.pdf
Bernard Collot (qui publie "Une école du 3e type") et les CREPSC ont leur idée sur la question, eux qui y réfléchissent depuis plusieurs années.
http://perso.wanadoo.fr/b.collot/b.collo t/index2.htm

Qui va payer les photocopies des écoles ?
Selon Maire Info, l'Association des maires de France (AMF) proteste contre les charges de photocopies que doivent acquitter les communes : "il est temps de mettre un terme à une évolution qui tend de plus en plus à faire supporter aux communes le coût des charges nouvelles, notamment en matière d'enseignement". Cette prise de position fait suite à un arrêt du Conseil d'Etat qui a imputé la charge des frais de photocopies des écoles, y compris la rémunération du Centre français d'exploitation du droit de copie, aux communes. IL est possible que cela se traduise dans certaines communes par des restrictions.
http://www.maire-info.com/articles/artic le.asp?param=2858

- LECTURES

Pierre-Marie Lasseron

Pour des raisons économiques ou pendant les périodes de conflits, les enfants souffrent toujours et souvent deviennent des déracinés qui doivent troquer leur enfance pour apprendre à survivre au quotidien.
Quelques livres, films ou CDrom que j'apprécie beaucoup pour la pudeur et le réalisme avec lequel ils abordent ces sujets difficiles. Bien entendu cette liste est parfaitement subjective.

émigrer
Au pays des bananes et du chocolat Karin Gündish, Rageot éditeur, Collection Cascade
Une famille arrive en Allemagne et les enfants decouvrent leur nouveau monde. L'adaptation n'est pas toujours facile.
Accessible à de jeunes lecteurs, dès 7 ans.

fuir
Quitter son pays Marie-Christine Helgerson,Père Castor - Castor Jeux
L'histoire d'une famille qui fuit le Laos devasté par la guerre.
Accessible dès 8 ans
Un sac de billes Joseph Joffo
Pour les lecteurs plus avertis et plus agés, 11/12 ans, J'apprécie ce livre qui permet de se rappeler qu'il n'y a pas si longtemps que ça, dans un doux pays qui s'appelle la France, la situation n'était pas facile pour beaucoup.
Jeux interdits François Boyer, Folio
L'exode, les bombardements, la rencontre de Paulette et de Michel les héros de l'histoire. La guerre avec son cortège d'inepties.
Celui-là je le conseillerai aux adultes histoire de se remettre dans l'ambiance. On peut aussi revoir ou découvrir l'adaptation cinématographique de René Clément.

Les enfants soldats
Operation Teddy Bear Edouard Lussan, Flammarion
Une BD interactive qui présente les aventures d'un petit garçon, Paul, pris malgré lui dans la tourmente du débarquement en Normandie. Tout ce qu'il veut c'est retrouver sa mère qui est à Paris. A son insu, son nounours cache des documents importants pour les Alliés. Pour moi cela peut etre une bonne piste pour lancer avec les enfants une reflexion sur l'implication d'enfants dans un conflit.

- INTERVIEW

propos recueillis par Jean-Pierre Crespin

Interview de Bernard Collot auteur de : Une école du 3ème type ou "La pédagogie de la mouche", l'Harmattan

Bernard Collot vient de publier "Une école du 3ème type" aux éditions de l'Harmattan. Dans ce livre de pédagogie vécue (plus de 40 ans de pratique), il met les processus au centre de son discours. Mais qu'est-ce exactement qu'un processus... d'apprentissage. Doit-on préférer cette dénomination à celle de "stratégie" qui fait florès chez les chercheurs en Sciences de l'Éducation qui... cherchent sans doute beaucoup mais ne trouvent peut-être pas énormément de réponses immédiates. D'ailleurs, hors l'imagerie médicale en neurosciences qui rend compte de ce qui se passe dans les assemblées de neurones impliquées, il n'y a peut-être rien à trouver. Il suffit à présent d'observer comme le recommande Georges Charpak : mettre la main à la pâte. Essayer de savoir un peu où se passent ces choses si mystérieuses que sont la lecture, l'écriture, l'exercice de la raison. Ça rassure une fois qu'on le sait ! Bernard Collot n'élude pas cet aspect théorique qu'il traite en une soixantaine de pages dans un chapitre intitulé "Quelques éléments théoriques... et de bon sens".
C'est un vrai bonheur que de lire ce livre aussi rafraîchissant qu'humaniste. Bonheur que celui d'enseigner autrement et bonheur d'apprendre pour soi et par soi...
Alors CP ou CM2, ça n'a plus d'importance ! Du moment que le maître ou la maîtresse « nourrit » les 'processus' des enfants heureux d'apprendre... Une mouche ou une araignée suffiront à allumer le feu de la curiosité sans fin. D'où le titre exact: Une école du 3ème type ou "La pédagogie de la mouche".
Le café pédagogique a interrogé Bernard Collot au sujet de cette "École du 3ème type":

JPC (Café): Bernard Collot vous utilisez fréquemment le terme "processus". Que représente-t-il pour vous dans les apprentissages des enfants de 2 à 12 ans ?

BC: Lorsque je tourne la clef de contact de ma bagnole, miracle, le moteur tourne. Je sais vaguement qu’il y a eu fermeture d’un circuit électrique, production d’une étincelle qui etc. etc. Il y a eu un ensemble d’opérations qui ont conduit au miracle. Si cela ne marche pas, le garagiste qui lui connaît tout le « processus » de mise en route saura exactement à quel endroit il y a blocage du processus et il réparera mon moteur. Le directeur de l’usine et ses ingénieurs connaissent bien les processus de fabrication de ma bagnole, grosso modo ce seront d’ailleurs les mêmes que pour celle de mon voisin d’une autre marque. Même s’ils est passablement compliqué, dans le monde de la mécanique il y a un processus identifié qui conduit à la sortie de centaines de mécaniques identiques, c’est à dire un résultat préalablement déterminé.
Dans le monde du vivant, il y a bien aussi processus. Il n’est même fait que de processus sans fins ou cycliques. Le problème c’est qu’ils sont d’une complexité infinie, étroitement interdépendants les uns des autres, que l’aléatoire y a une part essentielle et qu’il est impossible de vouloir en extraire un pour pouvoir le reproduire et le maîtriser. On ne peut avoir qu’une idée assez grossière de ce qu’ils peuvent être. Par contre on peut connaître un certain nombre de conditions qui favorisent leur enclenchement ou leur développement. Je sais que mes salades auront besoin d’eau pour germer, que mes bruyères se développeront mal dans un sol trop calcaire contrairement à ma touffe de buis.
N’importe quel apprentissage fait simplement partie du développement d’un être vivant (humain) dans un terrain vivant particulier (société). Il est l’aboutissement d’un processus qui a la complexité des processus vivants. Vouloir démonter l’objet de l’apprentissage (la bagnole !) pour établir un processus de remontage vaut pour la mécanique et quand l’objet est extérieur au sujet. C’est ce que fait la didactique en démontant chaque matière. Mais l’apprentissage, tout au moins pour les enfants dans ce qu’on appelle apprentissages fondamentaux, consiste en une auto-construction. La résultante de l’apprentissage c’est la complexification de leur personne et non une connaissance que l’on rajoute dans ses poches. Les processus sont de l’ordre du vivant.
Plutôt que de conduire des processus que j’ignorais, que je savais forcément différent suivant chaque enfant, chaque situation d’enfant, je me suis attaché essentiellement aux conditions qui pouvaient favoriser leurs déclenchements et leur évolution. Il est impossible qu’une autre personne que l’enfant déclenche un processus d’apprentissage. Elle peut juste le favoriser ou l’empêcher. Mais bien sûr que la connaissance par l’enseignant du démontage de l’objet de l’apprentissage (les matières), la didactique, n’est pas inutile dans la fonction d’aide. Mais les processus d’apprentissage ne sont pas celui qui a permis de constituer son objet (matière,… bagnole !)
J’étais tout simplement et tout bêtement pragmatique.


JPC: Vous définissez un certain nombre de langages en tant qu'outils neurocognitifs nécessaires à la communication. Ces langages recouvrent-ils selon vous toutes les potentialités cérébrales des enfants qui apprennent ?

BC: Il faut s’entendre sur le terme communication. Pour ma part je l’ai pris dans son sens de circulation de toute information préhensible par les sens à l’intérieur d’un système vivant, entre ce système et son environnement, entre systèmes vivants. Dans la mesure où elle provoque interaction, c’est à dire modification (ou évolution) de l’émetteur comme du récepteur. Les langages étant les outils cérébraux créés par la communication et la permettant.
Nager par exemple est alors bien un langage : communication avec l’élément aquatique et possibilité d’y évoluer. C’est bien aussi une potentialité cérébrale. Lors des premières expériences d’apprentissage massif et systématique de la natation en grand bassin, beaucoup d’enseignants ont été très surpris de constater qu’après la piscine certains enfants faisaient des progrès… en orthographe ! On peut se dire qu’il s’était peut-être passé quelque chose… dans le cérébral bien que je sois bien incapable de dire quoi, mais peu importe.
N’importe quelle information va-t-elle mobiliser tous les langages, donc toutes les potentialités ? Comme Hubert REEVES je dirais qu’elle tombe dans un océan de possibles. Suivant l’état de l’enfant, les circonstances, le contexte, elle pourra être traitée par le langage corporel, oral, écrit, mathématique, scientifique, graphique, pictural etc., ou par aucun ! Toujours simplement pragmatique, mon souci a donc été d’aménager la classe, ses outils, son organisation de telle façon à favoriser ce traitement de l’information, à provoquer l’utilisation des langages dévolus à l’école ou nécessaires dans un monde plus large que celui de la famille, du voisinage ou de la rue.

JPC: Il semble bien que vous situiez l'école dans une perspective systémique. Vous parlez de "structure dissipative". Pouvez-vous expliciter ce concept en quelques mots ?

BC: Tous les systèmes, vivants, minéraux sont structurés. Toutes les classes quelles qu’elles soient sont structurés. Le rôle d’une structure étant de maintenir le système dans son état. Cela posait d’ailleurs un problème théorique pour la thermodynamique classique qui opposait l’ordre au désordre. Ilya PRIGOGINE a alors inventé le concept de structure dissipative. Grosso modo, dans ce type de structure, le désordre (ce que ATLAN appelle le bruit) crée de l’organisation ou une nouvelle structuration. La structure n’est plus immuable. C’est d’ailleurs le propre de la structure de chaque enfant sinon il n’apprendrait pas puisque chaque apprentissage le modifie.
Une classe traditionnelle a une structure de type minéral ou cristalline. Aucune information extérieure non prévue ne doit pouvoir troubler ou modifier l’ordre établi (emploi du temps, programmation, rangées, etc.). Or, cet ordre est pratiquement impossible à maintenir dans une classe unique. Le succès incompréhensible des classes uniques peut alors trouver une explication : c’est par la force des choses une structure dissipative et c’est cette dissipation, que l’on peut prendre alors dans son sens commun, qui provoque une structuration des enfants (apprentissages) qui échappe au maître.
Ilya PRIGOGINE venait de me donner la clef théorique qui me manquait quant à la cohérence de mes pratiques. La structure de ma classe devait être consciemment dissipative si je voulais que n’importe quelle information puisse provoquer utilisation des langages et leur évolution (structuration). C’était alors l’activité provoquée par l’information et son traitement qui provoquait l’organisation . D’autre part, dans la classe, le pot de fleur, le jardin, le coin bar, le salon de lecture, le bric à brac, la mare, la mouche sur la vitre… la possibilité pour les enfants d’aller et venir, de se rencontrer, de rencontrer un environnement, tout cela était autant d’entrées possibles de l’imprévu, de la dissipation.

JPC: Pour vous, l'hétérogénéité des petites structures (classes uniques ) est une richesse et une ressource. En quoi et comment peut-elle être profitable à l'ensemble ?

BC: Les langages permettent d’accéder à des espaces et des mondes de plus en plus larges. Ils élargissent les cercles de chacun. Dans une structure où vit un groupe hétérogène une multitude d’espaces existent ainsi « pour de vrai » ! Par exemple, le petit qui n’accède pas encore au monde de l’écrit le voit pourtant exister, comme dans sa famille il voyait ses parents marcher, parler. La motivation de l’apprentissage c’est alors accéder à un monde qui existe, élargir ses cercles dans ceux qui l’entourent, explorer et appartenir à ses cercles. L’horizon de l’enfant est visible. Et le petit apporte aussi ses propres mondes aux autres, par exemple celui de l’imaginaire. Souvent l’utilisation d’un langage en fait oublier un autre.
L’autre apport essentiel est pour moi la facilité de la reconnaissance de chacun. Le grand, aussi peu avancé soit-il dans un langage, pourra toujours apporter quelque chose à un plus petit dans ce langage, donc être reconnu, exister. Nous sommes faits de langages ou nous n’existons que par les langages. Encore faut-il que l’on nous y reconnaisse. La reconnaissance est pour moi un préalable incontournable à l’évolution de chacun.
De ce fait l’hétérogénéité va rendre possible la complémentarité en lieu et place de la concurrence. Elle provoque ainsi une dynamique.

JPC: Vous parlez de "compagnonnage" alors que Michel Monot, l'initiateur de la PMEV (Pédagogie de Maîtrise à Effet Vicariant) utilise le terme de vicariance. S'agit-il de pratiques coopératives réellement différentes ?

BC: J’avoue avoir quelque mal à rentrer dans le concept de Michel. La vicariance (le vicaire qui peut remplacer l’autre) me fait un peu penser aux effets de compensation. Dans la pratique cela se traduit, me semble-t-il, par une méthodologie. Mais ce n’est probablement qu’une approche différente prenant en compte les mêmes fondements. J’ai utilisé le terme de « compagnonnage » surtout en ce qui concerne l’autoformation des enseignants. Il n’est pas forcément plus exact lui non plus puisque les « compagnons » avaient des « maîtres ». Or ce que je crois seul efficace, c’est le croisement de l’expérience (dans son sens de vécu), du tâtonnement, de l’interrogation. Ceci s’effectue dans la parité absolue, l’enseignant débutant apportant autant sinon plus au chevronné. Exactement de la même façon que les enfants en classe. Il n’y a alors pas besoin de structures préalablement coopératives. Simplement des espaces, y compris virtuels, dans lesquels on se retrouve et où on se reconnaît. Dans ses espaces, il s’agit simplement de créer alors les lieux de rencontre, comme par exemple la liste télématique listecolfr. En ce qui concerne les adultes, cet espace est d’ailleurs exceptionnel… et il n’y a pas de « conseil coopératif » !
« Ni dieux, ni maîtres » cessant d’être une devise idéologique, ce pourrait bien être le fondement de l’efficience cognitive et sociale !

JPC: Que pensez-vous des récents apports de l'imagerie médicale dans la connaissance effective de ce qui se passe dans la 'boîte noire' qu'est le cerveau de chaque élève ?

BC: Je lui trouverais un côté positif et un côté négatif. Pour ce qui est de positif, et dans la mesure où l’on lie le terme « scientifique » à celui « d’incertitude » (la certitude c’est le domaine du religieux ou de l’idéologie) cette connaissance nous ramène à plus d’humilité face aux enfants, nous empêche de nous réfugier dans le rôle d’accusateurs (« c’est un paresseux, un fauteur de troubles… »), nous fait apparaître la complexité biologique. Elle est alors un éclairage utile qui provoque plus d’interrogations que de réponses (exemple le problème de la dyslexie). Cela devient négatif si à partir de cela on veut construire une pédagogie « scientifique ». Il faudrait alors réduire la complexité à quelques-uns de ses éléments, ce que personne ne peut faire. La complexité, je pense qu’il faut la permettre, ce qui n’est déjà pas facile, plutôt que vouloir la maîtriser. Dans un autre domaine l’utilisation systématique des connaissances biologiques ont conduit à l’agriculture industrielle. On sait maintenant qu’elle n’aboutit pas aux effets escomptés et qu’elle produit des dégâts collatéraux colossaux et quasi irréversibles.

JPC: Que vous a apporté l'expérience des Arbres de Connaissances et que pensez-vous des possibilités de développer une "intelligence collective" dans des groupes humains et bien sûr dans des groupes d'enfants ?

BC: Je n’ai pas utilisé l’outil informatique des Arbres de Connaissances dans ma classe ! Les AdC, cela a d’abord été une rencontre due au hasard, ce fameux hasard source de l’univers si on en croit Albert JACQUARD. Rencontre avec Michel AUTHIER dans un colloque que j’organisais. Moi découvrant qu’il avait inventé l’outil permettant de concrétiser la philosophie qu’il avait mis au point avec Pierre LEVY et Michel SERRES. Lui découvrant que dans une petite école de campagne on pouvait s’approcher de la société pédagogique de Michel SERRES. L’outil des AdC était aussi inutile dans une classe unique comme la mienne (et il y en a beaucoup de semblables) qu’il pouvait l’être dans une microsociété amazonienne qui sont en elles-mêmes des Arbres de Connaissances.
Mais c’est dans les groupes soit plus importants, soit plus enfermés et prisonniers de leurs structures, de leurs représentations ou stéréotypes, que l’outil des Arbres de Connaissances peut jouer un rôle important. Il s’agit alors d’établir, de rétablir ou d’améliorer la reconnaissance de chacun, le pouvoir de se reconnaître soi-même et de se faire reconnaître. Un collectif n’existe que si chaque individu existe, est perçu par les autres et peut les percevoir. Alors la communication, l’interrelation peut s’enclencher. On en revient sans cesse au point de départ, que ce soit de la cognition ou de la psychanalyse : l’identité. Lorsque ce courant est amorcé, il conduit à la constitution d’un groupe qui est en lui-même une entité, un système vivant producteur comme chaque système qui le constitue d’une vie et d’une pensée propre. Il y a rétroaction permanente entre le collectif et les individus, même si leurs intérêts peuvent être différents, les deux devant être satisfaits. Je crois que cela est fondamental. L’objectif du collectif « classe » est apprendre. Ce que cherche à satisfaire chaque enfant dans ce collectif n’est pas forcément « apprendre ». Ce peut être rire, se faire plaisir à chercher, inventer, avoir des copains, se raconter etc. Dans tous les cas il aura intérêt à se faire connaître et à bénéficier de la connaissance des autres pour ses propres entreprises. Son intelligence dépendra de celle des autres et apportera aux autres. La mutualisation n’a même pas besoin d’être formulée.
Les Arbres de Connaissances, objet neutre, peuvent vraiment permettre d’établir ou de rétablir des circuits, donner conscience et visibilité de ce que l’on est et de ce qu’est le groupe auquel on appartient. En ce sens ils peuvent être outil de déblocage ou de rupture. C’est lorsque l’on en a plus besoin qu’ils ont réussi.

Ce que j’ai retenu de ma longue aventure professionnelle comme des innombrables échanges avec mes collègues (mes pairs, mes compagnons…) qui eux se poursuivent toujours, c’est que la route sera longue pour que l’ Education soit enfin une fonction de la Société assurée naturellement et harmonieusement. Ce d’autant qu’elle est indubitablement liée à l’harmonie de cette même Société, et je crois que l’éducation en sera le principal moteur. Ce sont les enfants que nous éduquons qui en feront ce qu’eux seront capables d’en faire, sûrement différente de nos divers phantasmes.
À ce long tâtonnement, tous les enseignants, absolument tous les enseignants participent. L’étonnant bouillonnement des listes de diffusion, la floraison et la richesse de sites comme le café pédagogique me remplit d’optimisme. L’intelligence collective faite aussi de tolérance et surtout d’écoute est bien une réalité. Mais les parents, les citoyens eux aussi devront être intégrés dans ce qui plus qu’une école deviendra une entreprise éducative. Il faudra aussi que cet ensemble ait la capacité d’obtenir les conditions favorables à ce qu’un milieu devienne éducatif, ne serait-ce que scinder les macro-structures scolaires, disposer d’espace. C’est probablement le challenge de la prochaine décennie.
J’ai appris aussi que l’on peut toujours faire reculer les limites du possible. Actuellement un certain nombre d’enseignants en milieu urbain se sont résolument engagés dans les cycles en constituant des classes hétérogènes et surtout en ôtant peu à peu la barrière de contraintes souvent fictives qui empêchent d’avancer. Ce qu’ils font est beaucoup plus difficile que ce que j’ai pu faire moi-même parce qu’a priori ils n’ont pas toutes les conditions favorables que j’avais. Déjà des convergences apparaissent. Ce sont les convergences de tous les enseignants, qu’ils soient de classes uniques ou urbains, débutants ou chevronnés, à l’origine traditionnels ou modernes, qui constitueront les repères solides sur lesquels l’école pourra avancer. A condition que chacun ose rendre son tâtonnement visible, ose théoriser sur ses pratiques, ose les confronter à celles des chercheurs. Je crois qu’une longue marche, débutée au début de l’autre siècle, est en train de s’amplifier.




- MATERNELLE

L'EAU
Christine Colomer

- Documents d'accompagnement des programmes :
Le SCEREN ( CNDP ) publie le livret " Enseigner les sciences à l'école " au Cycle I et 2.
En petite Section, des ateliers et séquences semi dirigées sont développées en 5 parties :
* Approche de l'état liquide
* Utiliser ses sens pour reconnaître l'eau
* Le son de l'eau
* Mélanges et dissolution.
* Changement d'état (la glace)
En petite et moyenne section, après avoir avoir expérimenté librement (et adapté son comportement aux règles du "coin eau"), les enfants sont invités à résoudre une situation
problème : comment transporter l'eau d'un bac à un autre ? Par des aller-retours entre expérimentation et verbalisation, l'enfant est amené à réfléchir sur la nature de l'eau et les interactions avec différents outils : mains, objets troués ou non, de plus ou moins grande capacité, tissus absorbants ou non...
En grande section, nous suivons le cheminement des enfants qui cherchent à savoir " Comment les bonbons sont devenus blancs ?" et abordent la dissolution dans l'eau de différentes matières.
http://www.cndp.fr/ecole/sciences/accuei l.htm


- Flotte-Coule à L' École Des Sciences
Cette progression regroupe cinq séquences. A partir du conte "Poucette"qui navigue dans sa coquille de noix, les enfants expérimentent, énoncent, représentent le plus finement possible leurs représentations.
http://eds24.free.fr/PAGES/MONDEHOM/FLOT CLC1/SoMod.htm


- Dissolution à l'Académie François Bourdon
Ces trois séances menées en moyenne et grande section proposent notamment aux enfants un travail de re-formulation de protocole expérimental.
http://www.afbourdon.com/frame_ateliers. htm


- Les jeux d'eau sur le site EPS de l'IUFM de La Réunion
Ces situations en petite section visent notamment à conduire l'enfant à réaliser différentes actions motrices au cours de jeux d'eau réalisables dans une cour d'école.
http://www.reunion.iufm.fr/Dep/Eps/ua/c1 /9mc1a.htm#d5a2


- Natation sur PlanetOlack
Jeux d'eau, textes officiels, dessins et évaluations sont publiés sur ce site pour des enfants de grande section ( Cycle II). Un livret d'évaluation est mis en vente pour aider le site.
http://www.planetolak.net/index1.html


- "Alerte à la rivière" sur le Grand Monde du Pré-Scolaire.
Dans le cadre de l'année internationale de l'eau décrétée par l'UNESCO, cette progression vise à sensibiliser l'enfant d'âge préscolaire à l'importance de l'eau dans la vie. Outils, démarches, prolongements sont en ligne.
http://prescolaire.grandmonde.com/activi tes/sciences/sn_ac_04.htm


- L'usage de l'eau par les hommes sur le site de la MAP
Cette page présente brièvement un travail fait par une classe de GS/CP/CE1, qui a comparé l'usage de l'eau dans le temps (hier et aujourd'hui) et dans l'espace (ici et au Sénégal).
http://www.inrp.fr/lamap/main/prix/prix0 0/thuile.htm


- CDROM "Perl et Gadoo au pays de l'eau"
Pour réaliser une quête, les enfants sont amenés à découvrir le cycle de l'eau autour de la terre, en compagnie de deux gouttes d'eau.
http://www.strass.fr/perletgadoo/contenu /contenu1.html


- Le thème du poisson, à l'école de la Chaumière de Neufchâtel (Québec)
Nicole Gaudreau met en ligne le travail de sa classe autour du poisson : bricolage, dessins avec Paint, acquarium géant, poisson rouge, spectacle, exposition. Une carte réseau des connaissances est construite, enrichie et sert de support de lecture.
http://www.cscapitale.qc.ca/chaumiere/si teweb/projetclasse/nicoleg/Ngweb1A/buzzyp age1A.html


- Fiches sur le site de Sylviane Klein
Des fiches sur de nombreux thèmes dont celui du poisson recouvrent différents domaines et s'adressent aux enfants de moyenne section.
http://perso.wanadoo.fr/sylviane.klein/


- Les ressources de Momes.net
Marie Plassard publie une foule de "comptines, chansons et poésies de poissons et autres habitants des océans, mers et rivières."
http://www.momes.net/comptines/comptines -poissons.html

- RESSOURCES THEMATIQUES

- Français
-les dossiers de la BNF pour le primaire
Les élèves des écoles ont encore du chemin à parcourir avant de pénétrer dans les salles de lecture de la Bibliothèque nationale de France, mais c'est à l'âge des "pourquoi" que se cultive l'esprit de recherche. Les techniques de numérisation permettent aujourd'hui à tous, même aux plus jeunes, d'accéder aux collections de la Bibliothèque.
Guidés par leurs professeurs à qui les dossiers pédagogiques en ligne sont destinés, les enfants apprendront à lire les images, à se repérer dans le temps, à se confronter à la diversité des cultures, à construire leur savoir en sachant analyser et comparer leurs sources.

http://classes.bnf.fr/pages/indecoles.ht m

Déclarez vos pratiques de lutte contre l'illettrisme !
Dans le cadre du plan de prévention de l'illettrisme, Educnet nous propose une banque de ressources de situations témoins. Elle permettra aux enseignants de mieux aider les jeunes en difficultés d'apprentissage. Mieux encore, le ministère vous invite à alimenter la base en déclarant votre propose "situation témoin". En échange de ce travail de saisie, l'auteur pourra recevoir une aide pour mener à bien son projet, sous forme d'heures ou d'achat de matériel. C'est donc à une vraie collaboration que vous invite Educnet.
http://www.educnet.education.fr/previl/d efault.htm



- Mathématiques
-la géométrie au primaire
http://www.momes.net/education/geometrie /geometrie.html


- Sciences
-réhabilitation d'un verger
-Elevage d'abeille
Par les élèves de l'école communale d'Err en Cerdagne.
http://www.cerdagne.org/err/ecole/defaul t.htm


- Histoire
Les Nations Unies
"L’Organisation des Nations Unies a été officiellement créée le 24 octobre 1945, jour de la ratification de la Charte des Nations Unies par la majorité des 51 Etats Membres originaires. Le 24 octobre est depuis célébré chaque année dans le monde entier comme la Journée des Nations Unies.
L’ONU a pour but d’unir toutes les nations du monde dans une oeuvre de paix et de développement, fondée sur les principes de justice, de dignité humaine et de bien-être pour tous."

http://www.un.org/Pubs/CyberSchoolBus/bo okstor/kits/french/unintro/unintro.htm


- Géographie
-La Baie de Somme
"c'est le plus grand estuaire du nord de la France avec près de 7200 ha. C'est aussi un espace exceptionnel, classé parmi les plus belles baies du monde. La très large ouverture vers la Manche, de plus de 5 kilomètres, du nord au sud, offre, suivant les marées et les saisons, des paysages exceptionnels où ciel, terre et mer viennent se confondre en des teintes et lumières subtiles.
Des centaines d'espèces d'oiseaux viennent s'y poser lors de leurs migrations, pour quelques heures ou pour une saison ; d'autres y vivent toute l'année, comme les Tadornes de Belon, car ils y trouvent une nourriture abondante et variée sur la grève, aux abords des plans d'eau et marais, dans les dunes ou prés-salés."

http://www.somme-tourisme.com/fr/decouvr ir/nature/littoral/baie_somme.asp
http://www.baiedesomme.org/html/fr/index .htm


- Education civique
- Les droits de l'homme
article 1 : Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits...
Sur le site des Nations Unies, la déclaration interactive des droits de l'homme présente et commente chaque article en suggérant des activités pour que le senfants puissent affiner leur compréhension de leurs droits.
http://www0.un.org/cyberschoolbus/humanr ights/f-declaration/index.asp


- Arts plastiques
-John James Audubon
John James Audubon (1785-1851), l'un des artistes naturalistes les plus connus de par le monde, s'est rendu célèbre par ses représentations du territoire nord-américain encore à l'état vierge, suscitant ainsi l'intérêt général à l'égard du monde naturel. Audubon a été le premier artiste à peindre les oiseaux grandeur réelle et dans leur habitat naturel. Il a réalisé, au fil des ans, des centaines de dessins et aquarelles.
Au cours de son existence, Audubon ne cesse d'être fasciné par les oiseaux. Enfant, dans la campagne française puis américaine, il part à leur recherche pour les observer et les dessiner. Né à Haïti, Audubon est envoyé en Amérique par son père, en 1803.

http://www.rom.on.ca/biodiversity/audubo n/fr-audubon-biography.html
http://www.nature.net/birds/browsec/


- Musique
-Musical'école
Un site très complet et collaboratif comme on le saime bien.
http://j.lepeintre.free.fr/index.htm


- TICE
- SPIP : la petite bête qui monte...
Les utilisateurs de sites web constatent le remodelage de nombreux sites qui passent de l'HTML au PHP, permettant des gestions plus souples des sites web. Même les sites d'écoles n'échappent pas au phénomène, notamment par la montée en puissance de SPIP, qui permet la collaboration simple entre plusieurs contributeurs sur le même site, et fermant définitivement la critique du "mais qu'est-ce que fait le webmaster, il n'a encore pas mis les nouvelles infos en ligne...?" "Tous capables" de publier sur le web, sans formation ? Si vous en doutez, la preuve est à
http://www.uZine.net/rubrique91.html

- Projet "Mystère de la chambre jaune"
Avec vos élèves, traquez les indices du Mystère de la chambre jaune sur Internet pour résoudre l'énigme et gagner de nombreux prix. Ce concours, organisé par le CRDP de Paris, permet à la fois de valider des compétences B2i, d'apprendre le langage des images et de s'entraîner à l'expression écrite et orale. Le concours s'adresse à des élèves de CM1, CM2, 6ème et 5ème. Il représente un investissement horaire d'environ 1h30 hebdomadaire.
http://www.chambre-jaune.net

Dossier spécial    [ Haut ]
- LES POISSONS

Jean-Pierre Crespin

Le signe du zodiaque des ‘poissons’ vient à peine de faire place à celui du ‘bélier’ que l’on retrouve presque aussitôt un nouveau poisson : celui du 1er avril.
http://perso.club-internet.fr/dbsp/page2 1a2.html
http://educ.csmv.qc.ca/mgrparent/vieanim ale/bio/poisson/ai.htm

- Origine étymologique du mot « poisson » :
On croit généralement que le mot « poisson » vient du latin piscis. C’est une erreur ! La vérité, que nous rapportent les linguistes les plus éminents, c’est qu’il vient du latin potio, potionis qui signifie potion tout comme son paronyme « poison ». Les Romains mangeaient du poisson comme aphrodisiaque et considéraient ce plat et le court-bouillon qui l’accompagnait comme un philtre puissant d’où le nom de potio qui s’est progressivement altéré en poisson. D’ailleurs, le poisson ‘fugu’ ne contient-il pas lui-même un poison très violent ? D’où l’expression « l’amour est un poison violent ! » Certains disent, dans les îles des Caraïbes, «l’amour est un poisson volant » mais peut-être s’agit-il, dans ce cas, d’une déformation Pidgin ou Créole ?
Pas convaincu, allez donc vérifier cette étymologie
http://dictionnaires.inalf.fr/dictionnai res/


- Tout sur les poissons :
http://fr.encyclopedia.yahoo.com/article s/so/so_1827_p1.html#so_1827.65

- Un mini portail sur le monde marin :
http://lesdauphinsdavignon.free.fr/menu/ biologie/nationale/class.htm

- Pour faire du classement et s’y retrouver.
Le logiciel Phylogène permet d’apprendre et de travailler la classification. C’est un logiciel difficile d’accès pour un enfant de primaire.
http://www.inrp.fr/Acces/biotic/evolut/p hylogene/html/demar6e.htm

- Ichtyologie systématique :
http://www.orleans.orstom.fr/ext/poisson s/powo/DATA-FIX/PAG_PRIN/ich_sys.htm

- Classification des poissons, détermination :
http://www.aufuret.ch/animaux/poissons.h tm
http://www.fribourg-peche.ch/peche/poiss ons/cle/cle.htm
http://www.univ-lehavre.fr/cybernat/page s/homepage.htm
http://hernando.free.fr/technic/classifi cation/classification.html
http://hernando.free.fr/technic/classifi cation/teleosteens.html

- Les poissons ont-ils soif ?
http://www.arte-tv.com/hebdo/archimed/20 001017/ftext/sujet2.html

- Poissons de nos rivières et d’eau douce :
http://www.unpf.fr/poissons/sommaire.htm l
http://blaw.free.fr/POISSONS/sommaire.ht m
http://club.bdway.com/cfly/poissons.htm

- Poissons de mer :
http://users.skynet.be/poissons/
http://images.google.fr/images?hl=fr&lr= &ie=ISO-8859-1&q=poisson+mer

- Un exercice pour récapituler :
http://perso.wanadoo.fr/philippe.arnoux/ eveil/classification_vertebres_3.htm

- Les baleines
Dans le golfe du Saint Laurent
http://www.baleinesendirect.net/introFla sh.html

- l'aquariophilie
- Un aquarium pour apprendre D .Béguier, P. Comès, V. Fabry, CRDP de Poitou-Charentes / 15 Euros
Choisir, installer, entretenir, peupler son aquarium
Un projet pédagogique, destiné à mettre en place et à faire vivre un aquarium dans une classe, a donné naissance à cet ouvrage.
Il a été réalisé avec les équipes scientifiques de l’Aquarium de La Rochelle afin de répondre d’une manière à la fois théorique et très concrète aux différentes questions que peuvent se poser les aquariophiles.
Le peuplement de l’aquarium est envisagé de façon détaillée, à la fois en eau douce froide, en eau douce tropicale et en eau de mer.
Il s’adresse aussi bien aux enfants qu’aux adultes déjà expérimentés. Il s’insère parfaitement dans une action éducative en milieu scolaire ou associatif.
http://www2.ac-rennes.fr/crdp/56/doc/nou vlib.htm#aquarium

- Pêcher est un loisir
http://www.jcpoiret.com/bapw/index.html? page=poissons/poissons.htm
http://www.unpf.fr/

- Pêcher est aussi une industrie
http://www.concarneau.org/economie/

- Cuisiner les poissons :
-Les poissons, les fruits de mer et les produits de la mer
http://cooking2000.free.fr/fr/fish.htm
http://www.sextan.com/cuisine.html
- le sushi
http://www.kaiseki.com/


Origine du "poisson d'avril"
Mais quelle est l'origine du poisson d'avril ?
L'origine du 1er avril se perd dans la nuit des temps en gardant son mystère et son originalité. L'humeur est à la farce et à la plaisanterie. Les Grecs la célébraient déjà. La coutume veut que l'on accroche un poisson au dos des personnes distraites...
Les premiers rayons du soleil jouent à cache-cache avec les gouttes d'eau, l'humeur est légère et le rire partage les plaisanteries du jour. La tradition du 1er avril serait liée au changement intervenu dans le calendrier en 1564 à la demande du Roi Charles IX par ordonnance royale. Le début de l'année civile ne serait plus fixé le 1er avril comme jadis mais le 1er janvier sera le premier jour de l'An. Tradition que nous connaissons toujours en ce début de XXIème siècle. Les étrennes furent aussi avancées mais il reste à penser que les nostalgiques du 1er avril aient gardé l'idée de faire de petits cadeaux le jour du 1er avril et des farces. Cette interprétation n'est qu'hypothèse car dans la Grèce Antique, on fêtait le Dieu du rire qui remplaçait la déesse de l'Amour, Aphrodite née de l'écume et protectrice des poissons. Nous avons tous en mémoire des souvenirs d'enfance, de poisson de fortune, fabriqué à la hâte avec un morceau de papier, des ciseaux, un fil et une épingle, pour l'accrocher au dos d'un petit camarade distrait au nez et à la barbe du maître d'école. En 1900, de nombreuses cartes postales amusantes furent éditées sur le thème du poisson d'avril... Aujourd'hui, il reste à penser que la tradition continuera et que de nombreuses cartes amusantes transiteront via Internet.
Et sur le site de Marie Plassard on en parle savamment et on trouve nombre d’activités : des blagues, du bricolage et des histoires en relation avec ce thème:
http://www.momes.net/dictionnaire/p/pois sondavril.html

Ressources complémentaires
http://www.csdm.qc.ca/recit-adapt-scol/C offre/poissonA/p-avril.htm
http://perso.wanadoo.fr/melany.dictons/p oissonavril.htm
http://www.fetes.org/Subcategory.php?Sub categoryID=299&CategoryID=1


[ Haut ]

Archives de la rubrique Primaire :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
 • La sélection des meilleurs sites
 • Dossier Bac et Brevet : préparation, entraînement, auto-évaluation
 • Le point pour la rentrée 2004
  La rubrique Primaire dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable