Primaire (Café N° 58)

Version imprimable Version imprimable

Primaire

Dossier spécial

Édition du 18-01-2005

- Pierre-Marie Lasseron, Stéphanie Leschiera, Patrick Picard. -

- A la Une : Les maîtres E en congrès : quel avenir pour les RASED ?

800 participants étaient présents au deuxième Colloque de la FNAME (Fédération Nationale des Associations de Maîtres E) à Lyon les 2 et 3 décembre dernier, sur le thème "Apprendre - Comprendre".
Mme Britt-Mari BARTH, Rémi BRISSIAUD, Gérard CHAUVEAU, et Philippe MEIRIEU, directeur de l’IUFM de Lyon et Mr SEKNADJE-ASKENASI ont décliné tour à tour leur vision du thème.


Après cette réussite, Gérard Toupiol, président national de la Fédération des Maîtres E (FNAME), a accepté de répondre aux questions du Café :

Quel a été le message que vous avez souhaité faire passer pendant ces deux jours de rencontre ?

Le thème du colloque organisé par la Fédération Nationale des Associations de Maîtres E, à Lyon en décembre 2004, « Apprendre….comprendre » pointe une distinction entre apprendre dans le sens de la transmission d’un savoir, et comprendre qui concerne plus l’appropriation personnelle et conceptuelle par l’élève.
C’est l’élève qui apprend et l’enseignant qui l’aide à comprendre.
Selon la théorie constructiviste de l’ apprentissage, l’enseignement n’est pas une simple transmission du savoir mais la mise en place d’un dispositif qui aide l’élève à construire son savoir.

Pourriez-vous nous résumer les dilemmes professionnels auxquels sont soumis vos adhérents ?

Nos adhérents, du fait de la multiplicité des formations spécialisées, qui dépendent des IUFM, bénéficient de formations différentes qui vont de formations minimales axées sur le soutien scolaire, à des formations fortes qui les orientent vers une aide spécialisée à dominante pédagogique, qui concerne plus la psychopédagogie.

D’autre part, le métier de maître E ou psychopédagogue est nouveau, puisque datant de 1990, donc encore mal connu et la spécificité mal différentiée du soutien scolaire. Depuis seulement quelques années, nos adhérents font partie du dispositif RASED, dans les réseaux d’aide, avec le bénéfice des trois heures de concertation sur le temps scolaire.
De nombreux collègues spécialisés subissent un déficit d’identité professionnelle. Ils appartiennent au RASED mais sont souvent institutionnellement très proches de l’enseignant de la classe.
Dans la dénomination « aide spécialisée à dominante pédagogique », le terme
« dominante » pose une incertitude institutionnelle avec trop d’implicite. En fait chaque enseignant spécialisé crée son cadre institutionnel dans l’équipe en fonction de la représentation qu’il a de sa spécificité et de la richesse théorique qu’il s’est approprié, soit en formation spécialisée, soit par une recherche personnelle.
Cette faiblesse de position est aussi une force car les maîtres E ou psychopédagogues permettent une réponse pédagogique, tenant compte des particularités sociales et psychologiques de l’apprentissage, évitant ainsi la dérive de psychologisation de la difficulté scolaire.

La loi Fillon risque de réorienter le travail des Rased. Cela vous inquiète-t-il ? Pourquoi ?

Les RASED souffrent d’une faiblesse institutionnelle pour assumer leurs missions. En effet de nombreux rased sont incomplets, soit parce que pourvus par des collègues non spécialisés
« faisant fonction », sur des postes spécialisés option E, soit par le manque de l’une des spécialités. Ainsi dans le département du Rhône, manquent 12 psychologues scolaires. Donc 12 rased fonctionnent sans psychologue .
Les rased incomplets, ne répondant pas à leurs missions institutionnelles, se retrouvent souvent critiqués par des collègues, des formateurs et même des chargés de mission. La véritable raison du disfonctionnement de certains rased est due au manque de personnels qui les constituent et non pas à la qualité du dispositif, tel qu’il est théoriquement conçu.

La crainte est grande de voir cette spécificité psychopédagogique, encore mal assumée, glisser vers un soutien scolaire, qui relève plus du décloisonnement et aussi d’un pilotage par les équipes pédagogiques plutôt que du RASED et de l’ IEN. En effet les membres du rased sont pilotés par l ‘ IEN et non pas par les directeurs d’école. C’est ce risque qui pointe dans le rapport Thélot et dans la loi Fillon, qui parle de soutien et de rattrapage scolaire, ce qui à notre sens relève de l’aide dans la classe de l’enseignant de cycle.
Cela nous inquiète car la richesse de l’aide personnalisée, prenant en compte les différentes composantes de l’élève ( cognitive, sociale, psychoaffective), risque de se dissoudre dans un éparpillement à court terme, sur les équipes pédagogiques et un trop grand nombre d’élèves à aider, ainsi qu’une aide axée principalement sur le quantitatif (répétitions de contenus scolaires, acharnement pédagogique) au détriment d’une certaine qualité de l’aide spécialisée actuellement organisée en petits groupes dans le cadre du Regroupement d’Adaptation.




Primaire    [ Haut ]
- RESSOURCES THEMATIQUES

Pierre-Marie Lasseron

Français
- ARAPA
Atelier d'Ecriture Multimédia. Developpé par le le Comitéde soutien à la littérature Jeunesse de Seine Saint Denis ARAPA propose a tout un chacun de produire son autoportrait littéraire.
http://www.arapa.net/index.phtml

- la narration et la description
Une bonne présentation synthétique et visuelle.
http://membres.lycos.fr/simonnet/sitfen/ narrat/narratio.htm

Langues
- Un site pour la Semaine franco-allemande
Du 17 au 22 janvier, la Semaine franco-allemande célébrera l'amitié entre les deux pays. A cette occasion,le CNDP ouvre un site spécial, d'une grande richesse. On y rappelle l'histoire du couple franco-allemand. On y trouvera des pistes pédagogiques pour sensibiliser les élèves, de l'école au BTS, à la culture allemande ainsi que de nombreuses interviews. Signalons celle de Christine Reymond sur l'expérience Tandem.
http://www.cndp.fr/franco-all/

- Journée franco-allemande
A l'initiative de l'ADEAF (Association pour le développement de l'enseignement de l'allemand en France), des professeurs échangent projets et documents pour préparer la journée franco-allemande du 22 janvier.
http://www2.ac-nancy-metz.fr/quickplace/ adeafnet/Main.nsf/h_B12D6FDE89A4DE80C1256 CAE00222376/456122F8DE5D4705C1256F78004A9 7C5/?OpenDocument

- Ressources pour l'enseignement des langues
Cet espace est l'équivalent en ligne d'un centre de ressources du monde réel. Il est destiné à vous aider à préparer vos cours. Vous y trouverez à la fois des textes réglementaires et officiels concernant l'enseignement des langues et une abondante documentation pédagogique et linguistique allant de la séquence pédagogique à la sitographie en passant par des fiches documentaires.
Sur le site de PrimLangue
http://www.primlangues.education.fr/php/ ressources.php

Sciences
- Fabrication d'une camera obscura
Pour mieux comprendre comment voyage la lumière
http://www.fsg.ulaval.ca/opus/physique53 4/complements/camera.shtml

- Opération pilote franco-allemande "la main à la pâte"
De janvier à juin 2005, une opération pilote "La main à la pâte" sera lancée dans une soixantaine d'écoles primaires en France et en Allemagne. Ce projet s'adresse à des classes de CM1 et CM2 pour les français, 4ème, 5ème et 6ème pour les allemands. Il se présente sous la forme d'un "jeu-concours" par équipes, constituées chacune d'une classe française et d'une classe allemande.
Ce projet transdisciplinaire (langue, sciences, histoire, art et Tice) vise, en mettant en oeuvre la démarche de la méthode "la main à la pâte", à développer la curiosité et le questionnement de l'enfant sur l'origine des pratiques actuelles en matière d'hygiène corporelle et de les sensibiliser à la richesse patrimoniale de l'époque gallo-romaine (de leur pays et du pays voisin dont ills apprennent la langue).
Inscription :
http://www.inrp.fr/lamapphp/hygiene/accu eil.php

- Lamap sur france Info
Les chroniques de la Main à la pate. Pour enrgistrer les emissions radios afin de les réécouter en classe a un autre moment on peut utiliser le graticiel Radio_Fr_Solo
qui sauvegarde els emissions en ogg, mp3 ou wav.
http://www.inrp.fr/lamap/echanges/france -info/accueil.htm
http://telechargement.journaldunet.com/f iche/5255/2/radio_fr_solo/

- 2005 année mondiale de la physique
Sous l'égide de l'ONU et de l'UNESCO et à l'occasion du centenaire de l'"année miraculeuse" d'albert Einstein, 2005 a été déclarée année mondiale de la physique.
Sur Educnet
http://www.educnet.education.fr/phy/2005 .htm
Sur le site officiel, la liste des manifestations pour les scolaires, très centré sur les colléges et lycées.
http://129.199.115.254/02_manifestation/ manifestations.php?i=o&motscles=&mois=&na ture=&theme=®ion=&public=2


Education civique
- Printemps de l'Europe 2005
Le Printemps de l'Europe 2005 sera axé autour du thème de la Constitution européenne. L'Union européenne possèdera bientôt un texte qui contient les règles et droits fondamentaux des Etats membres. Il est très important d'aider les citoyens actifs de demain à comprendre de quoi il s'agit.
Inscription et participation de votre école :
http://futurum2005.eun.org/ww/fr/pub/fut urum2005/information/page1.htm

Histoire

- Exposition et ateliers : les pharaons égyptiens à l'Institut du Monde arabe (IMA)
Depuis le 15 octobre 2004 et jusqu'au 10 avril 2005, l'Institut du Monde arabe (IMA) accueille une exposition sur les pharaons égyptiens. Plus de 250 ?uvres datant principalement du Nouvel Empire seront exposées et permettront de découvrir la vie et le rôle des pharaons.
A cette occasion, l'IMA propose de nombreuses activités destinées aux enfants pour leur faire découvrir l'art et la culture égyptiens. Plusieurs ateliers ("pharaon sculpteur d'éternité", "les sculpteurs d'éternité") accueillent les scolaires de 4 à 10 ans et leur propose une découverte intellectuelle et manuelle de l'art égyptien.
Renseignements et réservations :
http://www.imarabe.org/temp/expo.html
http://www.imarabe.org/temp/activitejeun es/index.html


Géographie
- La mer terreur et fascination
L'actualité récente nous a rappelé les fureurs de l'océan. Cette exposition de la Bibliothèque nationale de France met cette peur en perspective en visitant les cultures de l'Occident au Japon. Les colères de la mer ont longtemps visité les imaginaires inspirant artistes et poètes. L'exposition virtuelle nous permet de redécouvrir ce patrimoine en puisant dans les archives de la BNF. Le site st accompagne de nombreux dossiers pédagogiques multimédia. Ainsi on peut voir agir la tectonique des plaques, retracer l'histoire de la conquête des mers, montrer les héros et dieux de la mer dans l'Antiquité ou encore découvrir de grands textes. Des fiches pédagogiques aident l'enseignant du primaire et du collège à tirer partie de cette exposition. C'est aussi une nouvelle dimension qui est apportée au traitement du séisme d'Asie.
http://expositions.bnf.fr/lamer/


Musique
- Enregistrer, quelques outils
Audacity est un logiciel de traitement de sons. Il est libre, simple d'emploi et en conjonction avec Lame permet d'exporter les enregistrement en mp3.
http://audacity.sourceforge.net/index.ph p?lang=fr
Window Media Encoder 9 : la dernière mouture ne fonctionne que sous XP. Pour les utilisateurs de W95 ou 98 il faut prendre l'ancienne version. A la différence d'Audacity l'encodeur ne fait que cela et ne permet pas d'éditer. Tres pratique pour capturer la piste son d'un enregistrement numérique.
Pages en anglais
http://www.microsoft.com/windows/windows media/9series/encoder/default.aspx
http://www.microsoft.com/windows/windows media/WM7/encoder.aspx
Les mêmes liens mais en français
http://www.microsoft.com/downloads/detai ls.aspx?FamilyID=83a87b70-d8bd-4967-b4a3- 7b3934b91e70&displaylang=fr
http://www.microsoft.com/downloads/detai ls.aspx?FamilyID=e0ab51dc-e509-4bc2-ae47- 507856f9ddc3&DisplayLang=fr

- Fabrication d'instruments de musique
Maracas et tambours
http://hebergement.ac-poitiers.fr/e-aigo nnay/Les_instruments.htm
Xylophone et tam tam
http://membres.lycos.fr/planetanimation/ 4_12ans/musiquefabricationlexylophonelest amtam.htm

Education Physique et Sportive
- L'Appel du Snep
L'appel lancé par le Snep FSU pour que "la réforme en cours confirme l'E.P.S. comme élément constitutif de la culture scolaire obligatoire de la maternelle aux lycées" a réuni près de 4.000 signatures.
http://www.snepfsu.net/

- Natation : CIRCULAIRE N°2004-173 DU 15-10-2004
Au BO : Enseignement de la natation dans les établissements scolaires du premier et du second degré
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/39/ MENE0402320C.htm


Projets et Concours
- Concours "saison du Brésil en France 2005"
Le ministère de l'Education nationale saisit l'occasion de la Saison du Brésil en France intitulée "Brésil, Brésils" pour sensibiliser les publics scolaires français à une approche de la culture et la civilisation. Un prix exceptionnel "Saison du Brésil en France 2005" est mis en place. Son principe est de valoriser les échanges entre des élèves français et brésiliens. Ce prix ne s'adresse pas qu'aux classes qui apprennent la langue portugaise. Il peut fournir l'occasion de travaux interdisciplinaires.
Le concours s'adresse aux classes de primaire, du collège et du secondaire. S'inscrire d'urgence (en décembre et même sans partenaire ou thème précis). Les travaux sont à rendre pour le 14 mai 2005.
Inscriptions, informations et règlement :
http://www.webeduc.mec.gov.br (cliquer sur l'icone "Prêmio Escolar/ Prix scolaire 2005").

- Rallye
Repris de Listecol Je viens de lancer un rallye Internet/BCD pour les élèves de ma classe. A travers un ensemble de questions regroupées sous diverses rubriques (musique, histoire, géométrie, problèmes de logique, orthographe, littérature,...), les élèves doivent effectuer des recherches sur Internet et/ou en BCD puis répondre en indiquant leurs sources. Les élèves peuvent s'inscrire individuellement ou par groupes de 2 à 4 maximum, et répondre à leur rythme aux questions à partir du 17/01 et jusqu'au 3/06/2005. Le rallye est ouvert à tous. Si vous êtes intéressés, vous pouvez donc le proposer à vos élèves de cycle 3.
Stéphane Guihard - CM2 - La Roche-sur-Yon (Vendée)
http://www.ecoles.ville-larochesuryon.fr /moulinrouge/rallye/principale.htm



Maternelle
- Exploitations d'albums
Des exploitations d'albums jeunesse pour les trois sections de maternelle dans tous les domaines sous formes de fiches imprimables. des trucs pour la vie de classe et des pages temporaires comme l'arrivée d'une mascotte ou une sélection de livres sur un thème.
http://materalbum.free.fr

Divers
- Le CRDI ?
Le CRDI, carrefour des ressources didactiques informatisées, se veut une ressource d'évaluation allant du simple logiciel exerciseur au cédérom multimédia le plus complexe. Cette ressource s'adresse aux enseignantes et enseignants ainsi qu'à tout intervenant du monde de l'éducation.
http://c-rdi.qc.ca/apropos/
http://www.meq.gouv.qc.ca/drd/

- Colloque de la FIPF le 29 juin
C'est à Sèvres, au CIEP, que la Fédération internationale des professeurs de français réunira du 29 juin au 1er juillet son colloque international. Le 30 juin sera consacré au thème de l'intégration des cultures par le français et le 1er juillet aux échanges sur le thème du français par rapport aux autres langues.
http://www.fipf.org/

- Listes de diffusion pour enseignants du premier degré :
une expérience sociale formative, combinaison des logiques de l'action (intégration, stratégie, subjectivation)
La thèse de Jean-Marc Turban sur les listes de diffusion est en ligne
http://archive-edutice.ccsd.cnrs.fr/edut ice-00000767

- Actualités

François FIllon a présenté sa réforme
http://info.france3.fr/dossiers/france/7 375007-fr.php
Les réactions hostiles sont très nombreuses
http://info.france3.fr/dossiers/france/7 375007-fr.php#para7454859

La grève du 20, unitaire, semble prendre dans les écoles
Pour la première fois depuis deux ans, après l'échec du très fort mouvement sur les retraites qui avait laissé le paysage syndical en état de choc, elle devrait être majoritaire. Salaires et moyens pour la rentrée sont les deux axes de mobilisation
Le détail des créations et retraits d'emplois, département par département
http://www.snuipp.fr/breve123.html

Direction d'école : nouvelles propositions ministérielles
Pour tenter de se sortir de la grève administrative, qui l'empêche d'avoir des statistiques fiables depuis 5 ans, le ministère a fait de nouvelles propositions aux syndicats :
- passer l'indemnité de sujétions spéciale (annuelle) de 925 à 1025 Euros pour les écoles de 5 classes et plus
- verser une prime exceptionnelle de 600 Euros à tout nouveau directeur qui accepterait de rester 3 ans sur son poste.
- des groupes de travail sur les fonctions et missions de direction
Les trois syndicats (SNUipp, SE et SGEN) ont fait connaître leur instatisfaction devant la non-prise en compte des revendications de décharges de service supplémentaire, et le faible nombre de collègues concernés par les propositions d'augmentation de l'indemnité de sujetion spéciale.
Les près de 15% de postes de direction vacants dans les écoles risquent donc de le rester à la rentrée prochaine.

Sorties pédagogiques : nouvelles circulaires
Sans modifier le cadre réglementaire qui régit les sorties scolaires de plusieurs jours, la note précise les modalités d'organisation pédagogiques recommandées, et précise notamment la question de la classe (ou non) durant le séjour : "Durant cette période pendant laquelle l’emploi du temps habituel sera sensiblement réaménagé, le maître veillera à ce qu’il y ait cependant chaque jour des activités de lecture, d’écriture et de mathématiques qui pourront s’inscrire dans les activités liées à la dominante de la sortie scolaire." Chacun lira sans doute le texte à sa guise, mais on devrait éviter ainsi les demandes excessivement rigides de certains IEN exigeant des matinées de classe...
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/2/M ENE0402921C.htm

Inscriptions pour la semaine de la presse : c'est maintenant !
http://www.presse.education.gouv.fr/resa medias/

AIS Net
AIS Net relie des enseignants de l'éducation spécialisée. A noter les informations tenues à jour sur ce secteur : derniers textes, calendriers etc.
http://aisnet.lautre.net/

Candidature au Capa Sh
Une circulaire précise les modalités de candidature au certificat d'aptitude professionnelle pour les aides spécialisées, les enseignements adaptés et la scolarisation des enfants handicapés (CAPA ˆ SH).
http://www.education.gouv.fr/bo/2004/46/ MENE0402739C.htm

Moins d'enfants de deux ans scolarisés
"La scolarisation d'un nombre plus important d'enfants de 4 ans et plus s'est faite au détriment de l'accueil des 2 ans". Analysant l'évolution des effectifs du premier degré à la rentrée 2004, une étude ministérielle souligne à la fois la hausse du nombre d'élèves (+0,5%) et la régression de la scolarisation précoce. Une évolution qui renvoie au débat autour de la scolarisation dès deux ans. L'enquête montre également de fortes disparités territoriales : la France du sud et de l'ouest voit ses effectifs progresser, celle du nord et de l'est baisser.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0437.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html
http://www.cafepedagogique.net/disci/pri maire/57.php#294

La banlieue a une histoire
Issu d'une exposition ouverte à Saint-Denis (93), le site "copains de banlieue" raconte l'histoire de la banlieue nord de Paris. D'où sont venus ses habitants ? Dans quel type d'habitat se sont-ils installés ? Comment vivaient-ils ? Où travaillaient-ils ? Comment se sont passées les guerres ? Cette histoire est racontée aux enfants de façon très ludique. Les enfants sont invités à accompagner des personnages : Marco est le fils d'un Italien d'Aubervilliers au début du 20ème siècle, Najette est la fille d'un Algérien et vit en cité etc. C'est ainsi en jouant que les jeunes découvrent le passé d'une population un peu oubliée dans les manuels. Le site est accessible à tous mais les archives de Saint-Denis proposent des ateliers pédagogiques et des dossiers complémentaires.
http://www.copainsdebanlieue.com

Comment aborder en classe le séisme d'Asie ?
Le séisme du 26 décembre 2004 marquera les esprits par sa force exceptionnelle et ses graves conséquences humaines. Il est difficile de ne pas l'évoquer avec les jeunes. Le Café publie une page spéciale qui recense des liens pour aborder le sujet en classe dans plusieurs disciplines. Il vous appelle à faire connaître vos travaux et vos initiatives.
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/ seisme/index.php

Le vidéoprojecteur avec la PMEV
Comment utiliser un vidéoprojecteur en classe quand on pratique la PMEV (pédagogie de maîtrise à effet vicariant) ? Le Bulletin de la PMEV fait le point sur le sujet et présente plusieurs types d'activités et d'utilisations où les professeurs des écoles, en général, trouveront des idées.
http://www.lebulletinpmev.com/articles.p hp?lng=fr&pg=535

C'est vous qui le dites

L'Ecole rurale n'a pas d'avenir ? En tout cas elle a de belles ressources, si on en croit le (modeste mais évocateur) site de l'Ecole d'Esquerchin, dans le Nord
http://ecole.yves.duteil.free.fr/

- Bouquins

Lecture
L'Observatoire national sur la Lecture (ONL) et le CNDP publient "Nouveaux regards sur la lecture", une compilation d'articles qui tente de faire le point sur les apports des dix dernières années pour l'enseignement de la lecture. Chaque chercheur présente ce qui lui semble prioriaire, qui ne doit évidemment pas être considéré comme un dogme puisque certains des points de vue présentés sont toujours largement discutés dans la communauté éducative... On lira avec intérêt la synthèse de Michel Fayol sur les trois piliers qu'il identifie dans l'apprentissage : compétences grapho-phonologiques, importance fondamentale de l'accès à la compréhension, rôle de la "métacognition". Pour une présenation de l'ouvrage :
http://www.bienlire.education.fr/04-medi a/b-biblio03.asp?prodid=68700

- Arts

Un appel pour l'éducation artistique
Le Parisien se fait l'écho de l'appel lancé par l'association Anrat pour défendre l'enseignement artistique. Pour Robin Renucci, " l'éducation artistique, ce n'est pas un élément de plus à rajouter dans sa scolarité. Ce n'est pas la cerise sur le gâteau ! C'est un élément essentiel dans la formation d'un futur citoyen, dans la possibilité de développer son esprit critique, de s'ouvrir, de prendre du plaisir Les arts sont justement une clé pour mieux apprendre à lire, à compter, à s'exprimer" L'acteur déplore que "dans le projet de loi que prépare le gouvernement sur l'école, il n'y a rien sur l'éducation artistique. Je souhaiterais vraiment qu'un article stipule que chaque enfant a le droit d'en bénéficier quel que soit le gouvernement en place".
http://www.leparisien.fr/home/info/vivre mieux/article.htm?articleid=245938581
http://www.anrat.asso.fr/

Meirieu : le projet culturel fait naître les savoirs
" La « pédagogie des préalables » trouve toujours des prétextes pour reculer le moment de la confrontation avec la culture : « Il manque de bases ; il lui faut d‚abord consolider ses acquis ; le temps fait défaut et il vaut mieux se concentrer sur le fondamental » Mauvais calcul : la « pédagogie des préalables » coupe, en réalité, les ponts qu‚elle prétend construire. Elle empêche les enfants d‚entendre la vie gronder derrière les connaissances fossilisées que l‚École leur enseigne. Elle fabrique de la mort avec du vivant quand il faudrait, à l‚évidence, faire le contraire : restituer le projet culturel qui a donné naissance aux savoirs. Tel est l‚enjeu : donner du sens aux savoirs en permettant à chaque enfant de se confronter à une démarche de création. Donner du sens aux savoirs en permettant à tous ˆ et, en particulier, aux plus démunis - de rencontrer des créateurs et de s‚engager eux-mêmes dans une démarche de création. Donner du sens aux savoirs en découvrant qu' ils aident à grandir
http://education.devenir.free.fr/Tribune .htm#arts

Appel pour l'art à l'école
Soutenu par la Fcpe, la Ligue de l'enseignement, la Peep, l'Occe et d'autres organisations, l'appel lancé par l'Anrat demande une réelle présence artistique dans les établissements scolaires.
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id= 404

- Mathématiques : des ressources à la pelle...

- Nouveaux programmes
Les documents d'applications des nouveaux programmes
http://eduscol.education.fr/D0048/primac c.htm

- Cahiers Pédagogiques
Le numéro 427 contient un dossier "Enseigner les Maths Aujourd'hui".
http://www.cahiers-pedagogiques.com/arti cle.php3?id_article=1132

- Des fondus de maths qui pensent aux enseignants qui le sont moins :
(recherches, travaux de classes...)
http://peysseri.club.fr/index.htm
http://jp.georget.free.fr/iufm/ensmaths/

- Des adresses de rallye-maths :
http://www2.toulouse.iufm.fr/rallye/

- Comme son nom l'indique, fait par un enseignant du primaire, Laurent Monnot
http://championmath.free.fr/

- Un outil de référence : SESAMATH !
Construit en travail collaboratif par une association d'enseignants, de nombreuses activités de mathématiques, notamment en numération et géométrie.
Les activités du niveau 6e sont souvent utilisables en classe de CM, en particulier comme outils interactifs permettant des recherches à plusieurs... Vous pouvez utiliser en ligne, ou télécharger une image disque qui fonctionne sur Windows, Mac ou Linux, puisque basée sur le Flash !
A quand la même chose pour le primaire ?
http://www.sesamath.hautesavoie.net/math enpoche/index.php

Dossier spécial    [ Haut ]
- L’élève, la construction de la fiction et l’écriture

Journée d’étude organisée par l’IUFM de Paris, mercredi 12 janvier 2005

Ah ! La production d’écrit… Eternel casse-tête pour l’enseignant, qui sait qu’il devrait en faire davantage, mais ne sait pas trop comment s’y prendre pour faire que l’élève dépasse l’angoisse de la page blanche, pour qu’il accepte d’entrer dans la réécriture du premier jet, pour qu’il prenne plaisir à écrire.
Le 12 janvier, l’IUFM de Paris tentait de faire le point sur un des aspects du problème en tentant de mieux définir ce qu’est la « construction de la fiction ». A travers le kaléidoscope des paroles des chercheurs interrogés, le Café tente pour ses lecteurs une brève synthèse, forcément partielle (et partiale)


Mais qu’est-ce qu’écrire ?

Ouvrant la journée, Sylvie Plane (IUFM Paris, LEAPLE Paris V) estime que les écrits d’élèves nous apprennent beaucoup sur l’écriture, y compris sur l’écriture des écrivains. Elle osait un double paradoxe : « C’est à la fois une illusion que de croire qu’on peut se situer hors de la fiction, mais aussi de croire qu’on peut inventer quoi que ce soit ».
Parce que toute mise en mot procède d’une activité d’interprétation, même le discours scientifique, lorsqu’il prétend décrire le monde, est déjà une construction. Même l’auteur d’une parole n’en n’est pas l’origine : nous agençons des discours qui sont en nous, mais de manière singulière. Toutes les frontières que nous faisons entre différents types de discours ou d’écrits (autobiographies, fictions…) sont floues, poreuses, comme l’explique Bruner dans son point de vue sur la Culture. Créer de la fiction, c’est toujours parler de soi, lutter contre sa propre finitude, pouvoir se mettre à distance de sa propre condition, même chez les enfants jeunes. Chez tous les auteurs, d’autant plus qu’ils sont jeunes, mensonge, « feintise », rêve, autobiographie ne sont pas des mondes séparés, ils s’imbriquent… S’y mêlent tout ce qui fait la vie : les contes, l’actualité, les jeux vidéos. Aucun texte n’est d’un seul registre pur.

Découvrir l’Autre dans le récit

Dans la genèse de son texte, l’élève doit donc passer plusieurs étapes, plus ou moins facilement selon le rapport qu’ils entretiennent à ce monde de la Culture. Catherine Boré (IUFM de Versailles, MODYCO Paris X) n’hésite pas à remonter jusqu’à Platon en ce qu’il oppose deux modes narratifs : celui du « récit pur » où l’auteur nous fait penser que c’est lui-même qui parle, ou celui de la « mimesis », dans lequel les personnages dialoguent, comme au théâtre.

Pour elle, on retrouve souvent cette articulation dans les copies des élèves : dialogue ou narration, quel est pour l’élève le plus vraisemblable ? Souvent, l’élève choisit dans un premier temps le dialogue : pour raconter, on fait parler. Certes, le dialogue est fictif, mais sur le fond, les personnages parlent comme l’élève narrateur. Le texte risque donc vite de « patiner » avec de trop nombreuses marques du dialogue direct.
Le déclic peut s’effectuer s’il arrive à dépasser les événements pour mettre en scène les personnages du récit : ce qu’ils pensent, ressentent, projètent… chacun à leur manière, avec leurs différence : c’est « polyphonie des personnages du récit ».
C’est la seconde étape (voire plus si affinités) qui peut permettre de surmonter l’obstacle : dans la réécriture, l’élève prend de la distance, « réduit » le long dialogue par une phrase de commentaire ; « Oh ! dit Himis » ; « c’est horrible » dit Simos vont être remplacés par « Himis et Simos étaient vraiment horrifiées ». En s’écartant du simple dialogue, l’élève rentre dans la « fictionnalisation », se laisse captiver lui-même en imaginant ce que pensent les personnages. C’est cette irruption (dans le texte) de la psychologie des personnages qui permet de voir que l’élève est vraiment dans la fiction, comme le décrit Mireille Brigaudiot). Apprendre à faire parler autrui apprend aussi à parler de soi-même.

Mais qu’est-ce qui ne va pas dans les textes produits par les élèves ?

Les écrits produits dans les cadres standardisés (évaluations 6e) permettent d’identifier quelques invariables. Pour Marie-Laure Elalouf (IUFM Versailles, MODYCO), ils sont jugés insatisfaisants par les enseignants, parce que pas assez en rapport avec des modèles textuels attendus. Certes, ils respectent à minima la consigne, mais :
- ils ne sont qu’un script, un résumé : une phrase pour une action, puis une autre, et une autre… dans une enchaînement purement chronologique
- ils entrent peu dans la psychologie du personnage, ne permettant pas au lecteur d’y trouver intérêt,
- leur dimension symbolique est peu présente
- le style, la concordance des temps est loin de ce qui est attendu.

Quoi faire ?

Evidemment, personne ne prétend trouver de solution magique au problème. Mais il convient de s’intéresser au grand nombre de variables se conjuguent lorsqu’on parle de production d’écrit : le choix de la consigne, les activités préalables qui ont été faites (à l’oral et à l’écrit), le temps disponible pour le travail demandé, l’étayage par le maître, le rôle du brouillon et de la réécriture, les formes de l’évaluation sont autant de paramètres difficiles à démêler. Mais chaque chercheur, par son regard spécifique, entend contribuer à réduire le trouble.


Le rôle de la consigne

Plusieurs chercheurs se centrent sur la situation initiale proposée à l’élève, que ce soit dans la consigne ou les textes proposés comme inducteurs. Ainsi, Mireille Froment (Paris V-LEAPLE) s’intéresse à ce que font les élèves de la consigne magistrale. Au CM2, elle prend l’exemple d’une consigne fréquemment donnée : « Inventez une « histoire » (fiction) avec deux adjectifs pour décrire. Soulignez les adjectifs dans votre texte », sans autre indication sur le thème ou le mode narratif.
Savoirs, expérience et points de vue mobilisés par les élèves vont être très différents : ce qu’ils « entendent » de la consigne va se projeter dans leur texte, découvrant en même temps une part de ce qu’ils sont eux-mêmes :
- un élève prend les adjectifs pour cible principale de son travail : son texte décrit une classification imaginaire des oiseaux sur les lourds, les légers, les petits, les gros…
- un autre donne de l’emphase à son texte sur le voyage de Christophe Colomb : « un grand et beau bateau », « une grande et belle famille », « une chaleur insupportable et étouffante ».
- dans le même genre, un autre utilise les adjectifs pour fabriquer un univers : une salle de classe minuscule, poussiéreuse, des objets rouillés…
- un autre n’utilise les adjectifs que pour répondre à la consigne : le cube vert, la balle jaune… Mais son texte pourrait être pratiquement le même sans la consigne

Chaque élève répond à sa manière à la consigne, sans que le sens qu’il y trouve corresponde à ce que cherche le maître. En ce sens, une consigne aussi floue que celle donnée ici ne permettra aucune évaluation des productions, si ce n’est de révéler les différences interindividuelles entre élèves..

Amorcer…

Pour Colette Corblin, c’est le « texte amorce » souvent proposé aux élèves qui induit une bonne part de l’univers que va produire l’écrit de l’élève (sa « qualité narrative »). Elle fait l’expérience de présenter à deux groupes témoins deux textes d’amorce différents : dans le premier, le narrateur est « discret » (peu de précisions sur les modalités de la situation) ; dans l’autre, il est « expansif » (plus précis, avec davantage de précisions).
Lorsqu’elle demande aux élèves de poursuivre le texte (sans avoir l’ambition de terminer l’histoire), elle remarque que ceux qui ont été amorcés par le texte très narratif produisent un texte plus riche : même temporalité que le texte d’amorce, enrichissement lexical, enchaînements anaphoriques.
On peut donc penser que les élèves qui ont été soumis au texte le plus narratif d’amorce ont été davantage sensibles au fait d’éprouver le point de vue du personnage. Le style du texte, tel que perçu par les élèves, les engage à écrire dans la même voie, pour peu qu’ils aient été suffisamment nourris de textes en lecture.
Elle propose donc d’en tenir compte dans les textes proposés aux évaluations CE2 et 6e : avec des textes un peu plus chargés et intéressants, on pourrait sans doute avoir des productions plus intéressantes à évaluer.

Ecrire n’est pas lire : conseils pour la classe

Jacques Crinon (IUFM Créteil, CODITEXT) revient sur l’opposition qu’il fait entre compétences de lecture et écriture qui peut, selon lui, poser problème aux élèves, lorsqu’ils ne comprennent pas exactement ce qu’on attend d’eux, quand on leur demande « d’écrire ».

- Ecrire, c’est expanser, détailler quand lire c’est au contraire résumer, hiérarchiser, trier l’essentiel de l’accessoire…
- Ecrire, c’est donner à voir, quand lire, c’est « critiquer », décrire, nommer les procédés.
- Ecrire, c’est verbaliser sa représentation mentale, quand lire, c’est construire la représentation d’un autre.
- Ecrire, ce n’est pas dire la vérité : on ne dit pas « je » quand on écrit, mais on fictionnalise le quotidien. Il faut donc clarifier le contrat : écrire, c’est certes partir de son expérience, mais c’est écrire de la fiction. On peut donc mentir, pour intéresser, amuser, émouvoir le lecteur. Le bon récit, c’est celui qui ne va pas s’attirer l’objection « et alors ? ». La difficulté est évidemment que contrairement à l’oral, on n’a pas le destinataire en face de soi…
- Ecrire n’est pas appliquer des règles figées qu’on va imposer en demandant excessivement de « respecter le schéma narratif ». Il faut surtout donner des intentions aux personnages, des raisons d’agir (entrée dans la « théorie de l’esprit » d’Astingson).

Ecrire n’est pas donc pas original : c’est emprunter, imiter, réécrire. Les deux points de départ d’une œuvre littéraire sont donc autant l’expérience de la vie que l’appui sur les grands mythes qui racontent ce que l’humanité a déjà inventé sur le sujet. En inscrivant la production d’écrit dans le « genre » roman d’expérience personnelle, on permet d’entrer dans des univers cohérents.

Il faut proposer des tâches où l’enfant peut faire en étant aidé, en accédant à une explicitation de ce qu’il fait. D’où l’idée de M. Crinon de proposer des textes « réservoirs de mots », comme solution à ses problèmes d’écriture, ce qui entre en résonance avec le texte qu’on est en train d’écrire. Il propose, pour l’aide à la réécriture, un scénario didactique sur 3 séances :

1. Lecture de 3 textes « lanceurs » à partir de situations issues de la vie quotidienne, ressemblants, puis discussion collective, comparaison, écriture d’un premier jet.
2. Consultation de textes-ressources et prise de note : « vous pouvez vous emparer de tout ce qui va vous être utile pour améliorer votre production ».
3. Réécriture du texte initial pour le rendre « plus intéressant pour le lecteur ».
Il observe une modification spectaculaire en matière de quantité de modifications, mais aussi en terme qualitatif : les ajouts amènent des améliorations importantes de la qualité du récit, de prise de position ou de commentaire de l’auteur. Les élèves arrivent à écrire des scènes, pas seulement des trames de récits. C’est le signe qu’ils ont modifié leur représentation de ce qu’est la production de texte.

Voir aussi « Ecrire en lisant des récits de vie », logiciel CRDP Créteil.

Pour ne pas conclure
Frédéric François, pour clore la journée, tentait de mettre un peu de distance et de perspective philosophique :
« Il existe un moment où notre Culture devient le seul mode de lecture du monde. Mais il est difficile de comprendre comment le va-et-vient entre monde réel et conceptualisation se fait à travers la Culture. A cet égard, les romanciers y réussissent sans doute mieux que les chercheurs.
Le récit oscille entre deux pôles : l’explication du monde, et sa célébration. L’enfant, encore plus que l’adulte, oscille toujours entre deux pôles : la capacité à savoir, et la difficulté de savoir, la capacité à poétiser ou à expliquer…
Dans le développement humain, il y a quelque chose qui est de l’ordre du « sentir » et du re-sentir : sentir à nouveau, en ayant été capable d’incorporer de la Culture à sa façon de sentir.

Notre mission d’enseignant se situe autour de ces objectifs.

Avons nous une idée de la fiction ?
Il est bien entendu qu’il ne faut pas imaginer que la fiction se résume au récit. Il y a une grande masse d’irréel dans l’humain : notre passé, notre avenir…, qui n’est ni fiction ni imaginaire. Une grande part de notre psychisme est à l’extérieur de nous-mêmes, dans notre façon de marcher ou d’être assis. Le profond n’est pas à l’intérieur de nous même, il est aussi autour de nous.

On peut imaginer une double racine de la fiction : endogène et exogène. Mais comment se fait le mélange, mystère… Plusieurs espaces sont chacun de nous : notre générique (que nous avons tendance à sous-estimer), notre particularité, notre expérience, et en fin les modalités de la manière dont l’Autre est en nous (quand l’Enfant arrive petit à petit à se repérer dans les attitudes totalement confuse de ses parents, par exemple).

Les petits enfants qui « ont » de l’imagination sont ceux qui sont capables de « mélanges » entre ces espaces, par opposition à ceux qui ne le peuvent pas.

Je voudrais conclure avec une citation de Primo Lévi, dans « Le Métier des Autres » (Folio essais, 1985), au sujet de Tartarin de Tarascon, lorsqu’ils reproche à Daudet de mépriser le personnage qu’il a lui même créé. Pourquoi écrit-on, dit-il ? Pour un grand nombre de raisons :
- envie ou besoin.
- se divertir ou divertir
- enseigner quelque chose à quelqu’un
- améliorer le monde (mais c’est beaucoup plus risqué)
- faire connaître ses idées
- se libérer d’une angoisse, dans une fonction cathartique
- devenir célèbre
- gagner de l’argent
- par habitude, même si on ne sait plus très bien pourquoi on écrit.


Une typologie à garder en tête ?

[ Haut ]

Archives de la rubrique Primaire :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
 • La sélection des meilleurs sites
 • Dossier Bac et Brevet : préparation, entraînement, auto-évaluation
 • Le point pour la rentrée 2004
  La rubrique Primaire dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable