Primaire (Café N° 74)

Version imprimable Version imprimable

Pour le prof

Édition du 24-06-2006

- Pierre-Marie Lasseron, Stéphanie Leschiera, Patrick Picard. -

- A la Une : Maternelle : 1er Entretiens de l'Observatoire de l'enfance

"Est-ce que ce qu’on va dire aujourd’hui va remonter aux politiques ?". A travers cette question naïve de la salle, s’exprime la volonté d’agir des deux cents participants, majoritairement issus du terrain, au colloque organisé par l’Observatoire de la petite enfance, sur la thématique des politiques éducatives en direction de la petite enfance.

D’entrée, l’objectif affiché par Nicole Geneix, organisatrice, est clair : " arriver à participer, modestement, à la création d’un espace qui permette un croisement d’expérience entre les différents professionnels de la petite enfance : éducation nationale, directrices de crèches, auxiliaires de puéricultrice, psychologues, collectivités territoriales"…

Le Café rend compte des interventions sur le statut de l'enfant d'hier à aujourd'hui, le rôle de l'école maternelle, les politiques publiques.
Le reportage du Café
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/collmat/index.php

Pour le prof    [ Haut ]
- Document d'application des programmes en maternelle : la réaction de Christine Passerieux

Le ministère vient d'envoyer à toutes les écoles, par le biais des circonscriptions, un nouveau "document d'application" sur les programmes, consacré au langage à la maternelle.
http://www.cndp.fr/doc_administrative/essentiel/b_le_langag[...]
Le Café s'était déjà fait l'écho d'une réaction, par la plume de Ph. Boisseau :
http://www.cafepedagogique.net/disci/tribune/73.php

C'est désormais Christine Passerieux, conseillère pédagogique à Paris (XIXe), coauteur de « Les chemins des savoirs en maternelle » (Chronique Sociale 2000), responsable nationale du GFEN, qui répond à nos questions.


Quels sont les éléments qui ont particulièrement retenu votre attention ?

Dès l’introduction l’accent est mis sur la nécessité de « ne pas précipiter les enfants dans des apprentissages formels qui seraient prématurés ». C’est une conception de l’apprentissage qui est affirmée. L’inscription du langage comme premier domaine d’activités, en raison de son caractère très discriminant, précise de manière forte la question de la finalité de l’école maternelle, qui est de favoriser l’entrée de tous dans les apprentissages.

L’analyse théorique s’appuie sur des conclusions de la recherche depuis plus de trente ans, qui font consensus et apparaissent au regard de la pratique de la classe particulièrement pertinentes, qu’il s’agisse de la conception du langage et des contenus à enseigner, du regard porté sur l’élève, du rôle de la pensée dans la construction des personnes et des savoirs, du rôle de l’enseignant. Cela devrait permettre, de faire des choix argumentés d’outils, d’activités, de supports de travail ou d’organisation de classe.

Le langage est appréhendé dans sa complexité, tant à l’oral qu’à l’écrit. La nécessité d’une production langagière par chacun est posée, préalablement à toute activité de systématisation. La question du sens est centrale : les échanges oraux porteront sur de vrais objets qui provoquent le débat dans la classe, la réflexion sur le code s’inscrit dans la production d’écrits, la construction du principe alphabétique s ‘appuie sur la compréhension que « lire c’est être « chercheur de sens ». Entrer dans la culture écrite c’est adopter une nouvelle posture.

L’importance des interactions entre élèves est présente, interactions qui favorisent la rencontre avec l’altérité, l’ouverture aux autres, comme élément central de la construction de la pensée, dans la confrontation à ce qui n’est pas soi. C’est déterminant dans la construction de jeunes élèves qui en entrant à l’école maternelle ont à se déprendre de ce qui est familier. On est là aux antipodes du socle commun qui prône l’apprentissage systématique et quotidien de mots de vocabulaire, dans des logiques d’individualisation.

Ces documents sont-ils un outil pour les enseignants ?

Le langage est pensé comme pratique sociale et culturelle ayant à la fois une dimension psychologique, sociale et cognitive (se penser dans le monde et penser le monde). Il s’agit donc bien d’en penser l’enseignement comme permettant la construction de sujets singuliers, inscrits dans une histoire, tout en affirmant les liens étroits entre pensée et langage. Cette conception du langage et les pistes de travail proposées éclairent les pratiques langagières que doivent adopter les enseignants pour accompagner leurs élèves, les types d’intervention, les types de contenus et donnent un cadre d’action pour un étayage efficace.

La mission donnée à l’école maternelle de faire acquérir par les élèves l’usage particulier du langage qu’est l’usage scolaire, oriente l’enseignement vers une appropriation active, comprise, et tourne le dos à l’apprentissage systématique et prématuré de règles, de formes normées sans en avoir compris le sens ou l’usage. La précision faite que la langue s’acquiert par une ouverture « aux usages et fonctions du langage » insiste sur la distinction entre langage et langue, et spécifie les temps d’enseignement, de la pratique du langage à l’étude de la langue comme objet. L’articulation entre les éléments théoriques, les objectifs de l’école maternelle et leur mise en œuvre permettent de penser sa pratique, d’en interroger la pertinence et l’efficience, de l’infléchir au regard de ce qui et visé. S’il est bien précisé que l’écrit nécessite un enseignement, l’affirmation que l’oral s’apprend « dans des conditions de vie courante » mérite des précisions : si le langage est une pratique sociale, l’oral de l’école, qui est un oral scriptural, c’est à dire un oral construit pour penser les objets du monde, nécessite lui aussi un enseignement, car il exige un changement radical de posture pour de nombreux élèves. C’est particulièrement vrai pour ceux qui sont dans un rapport utilitaire et immédiat au langage. Cela ne pouvant se faire spontanément, l’école maternelle joue là un rôle essentiel.

Qu’est-ce qui vous paraît susceptible de favoriser les apprentissages ?

En dehors de ce qui est énoncé plus haut, les documents répondent à un certain nombre de préoccupations récurrentes lorsqu’on questionne les causes de la difficulté scolaire.

Le passage de l’enfant à l’élève est posé comme une construction qui se fait à l’école et dans certaines conditions, exige un travail et n’est pas « naturel ». L’école est en effet le lieu où les élèves doivent changer de point de vue sur les objets du monde, les mettre à distance pour en comprendre le sens, le fonctionnement… Cela s’apprend et ne relève ni des goûts, ni des talents.
Le collectif est présenté comme indispensable aux apprentissages scolaires. Je trouve utile de la préciser, d’autant plus que l’on connaît les effets socialement discriminants de la demande d’individualisation des apprentissages qui se systématise actuellement, y compris à l’école maternelle.

Dès les premières pages il est dit que l’élève doit pouvoir identifier les enjeux d’une activité au-delà des tâches qu’il réalise. C’est un aspect important de la construction d’une posture d’élève. On ne peut que noter positivement la place accordée à la réflexion et à la prise de conscience, même si je regrette de ne pas les retrouver dans les activités proposées.
Le cheminement des élèves apparaît comme particulièrement important si l’on veut analyser, voire évaluer les résultats. Les rituels ne peuvent se réduire à des « routines vides » mais doivent être pensés comme des temps d’apprentissages. Sont valorisées des situations qui donnent un cadre et des repères, où les constantes permettent aux élèves de se centrer sur les contenus plutôt que sur l’habillage des activités,
L’importance accordée à la production d’écrits est favorable à la construction d’une posture de lecteurs.

Quelles cohérences avec les préconisations du socle commun ?

L’apprentissage du langage est défini comme « parcours d’occasions et de situations choisies » loin de toute simplification ou parcellisation aussi artificielle qu’erronée. Le langage doit permettre d’évacuer tout ce qui fait malentendu pour les élèves qui confondent trop souvent la tâche et l’activité. Les documents insistent sur la nécessité du langage pour formaliser, conscientiser, conceptualiser, comprendre ce qui est attendu. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut ni exercices, ni entraînement mais que ceux-ci n’auront de sens et d’efficacité que si les élèves savent ce qu’ils apprennent, sont autorisés à oser, essayer, se tromper, recommencer. Les documents insistent sur la nécessité de confronter les élèves à des problèmes dont la résolution exige de passer par le langage pour échanger avec les autres, s’essayer, réfléchir, anticiper. La rencontre avec les textes littéraires procède de « la découverte de soi », par l’entraînement au débat, à la confrontation des points de vue. C’est une vraie démarche culturelle qui est préconisée. Pourtant, et c’est un manque, les activités réflexives proposées restent en deçà de ce qui est annoncé d’un point de vue théorique. Or on sait que l’entraînement à la méta cognition, par exemple, est très déterminant pour la réussite, particulièrement pour les élèves qui en sont le plus éloignés dans leur vie quotidienne.

A plusieurs reprises sont rappelés la nécessité de la complexité, garante d’un vrai travail de l’élève au sens d’activité de la pensée, l’évitement du morcellement, (où les élèves perdent de vue ce qui est attendu) ou encore de la simplification (qui parfois rend l’activité de l’élève difficile parce qu’elle joue sur des implicites, un déjà là problématique).

La prise en compte des élèves réels, de leurs progrès et non de leurs manques définis à partir d’une norme sociale, peut éviter une stigmatisation des différences assimilées prématurément et systématiquement à de la difficulté scolaire. Il s’agit bien de partir de ce qui est là pour aller au-delà. Ainsi pour ce qui concerne les élèves non francophones il est spécifié qu’il ne sont pas en déficit culturel mais inscrits dans une autre langue et que pour entrer dans la langue française, il est important qu’ils continuent à parler leur langue d’origine dans leur famille.

Qu’est-ce qui vous semble poser difficultés pour les enseignants, dans ce type de démarche ? Quels vous semblent les moyens de les aider à les surmonter ?

La première difficulté est que la formation, initiale ou continue, n’intègre pas suffisamment ce type de démarche, si ce n’est sur un mode trop souvent injonctif qui ne permet pas toujours d’en saisir les finalités ou la mise en œuvre. Les enseignants se retrouvent alors seuls dans leur classe où il leur faut fournir des résultats et inventer des moyens pour y parvenir. Il ne suffit pas que les conceptions sous-tendues soient explicitement posées comme dans ce document. Un accompagnement des enseignants est indispensable pour travailler avec eux (et non à leur place) la nécessaire articulation entre théorie et pratique. Sinon ils risquent, dans la recherche de la « bonne »méthode, s’enfermer dans une approche techniciste du geste professionnel.

La démarche défendue par les documents exige de ré interroger les pratiques d’enseignement dans leurs relations étroites avec les apprentissages. Pour entraîner les élèves à passer du faire à la réflexion sur ce qu’ils ont fait, pour entrer dans une conception culturelle des savoirs, il faut comme le duit Bernard Charlot « faire une lecture au positif » et en même temps, poser comme parti pris, dans les actes quotidiens, la capacité de tous à entrer dans les apprentissages pour peu qu’ils soient confrontés à des situations qui le permettent. Or les enseignants ont passé leur vie dans un système qui comptabilise d’abord ce qui ne va pas et cela peut exiger un changement de posture.

Cela implique aussi une clarification des contenus à enseigner avant que de se poser la question des dispositifs pour y parvenir. Qu’est-ce que je veux qu’ils apprennent ? qu’est-ce qui est au cœur de la séance de numération prévue ? Comment les engager dans l’activité : de nombreux enseignants ont pu constater que le « seul » fait d’annoncer en début de séance sur quoi on travaille et comment on va s’y prendre, a des effets visibles quant à la mobilisation des élèves dans l’activité. Se focaliser sur les contenus plutôt que sur les dispositifs, rendre lisible pour les élèves l’objectif cognitif à atteindre et les modalités pour y parvenir, organiser le temps d’un retour sur l’activité, pour réussir en comprenant, mettre en partage les stratégies, les procédures… donner à voir aux élèves qu’ils apprennent et comment ils le font.


Bien sûr, plusieurs points de ces documents peuvent être discutés. Mais ils témoignent, dans la logique des IO de 2002, par la prise en compte d’éléments de compréhension de la difficulté scolaire, d’une conception culturelle des apprentissages, d’une ambition pour l’école maternelle, qui semble peu compatible avec la nouvelle loi d’orientation. Comment vont faire les enseignants assignés à des injonctions contradictoires où il s’agit d’une part de stigmatiser dès trois ans le moindre écart à la « norme », d’aborder les savoirs dans une conception techniciste de l’apprentissage, et d’autre part de favoriser la construction progressive d’une posture d’élève entrant dans la culture écrite ? Ces documents appellent à une exigence nécessaire quant à la formation des maîtres et rappellent le rôle essentiel de l’école maternelle.


propos recueillis par Patrick Picard

voir aussi, de Christine Passerieux :
http://www.educationprioritaire.education.fr/oral/int_cp.ht[...]
http://zep89.ouvaton.org/article.php3?id_article=69

- Les enseignants se mobilisent contre des expulsions

Les collectifs locaux ne sont pas en reste dans la mobilisation qui se développe contre l'expulsion, initialement prévue pour la fin de l'année scolaire, de nombreux enfants étrangers en situation irrégulière, mais scolarisés en France. De nombreux "parrainnages républicains" permettent aux élus d'approter un soutien plus que symbolique, en affirmant prendre "sous leur protection" les élèves menacés. Des nombreux artistes s'engagent dans le même sens.

Un assouplissement de la législation a été voté vendredi 16 juin, qui adoucit les propositions faites la semaine dernière par N. Sarkozy, selon lesquelles, notamment, seuls les enfants ne parlant pas leur langue d'origine pourraient rester en France. Les nouvelles mesures prévoient que les élèves pour lesquels les parents peuvent prouver leur "réelle volonté d'intégration des familles caractérisée notamment par la scolarisation des enfants, leur maîtrise du français, le suivi éducatif des enfants, le sérieux des études…"

Le Collectif "Education sans frontières" appelle les enseignants à participer à la mobilisation en aidant les familles des enfants scolarisés à se procurer les documents nécessaires.

Une manifestation est organisée à Paris le 1er juillet à 15h (Bastille)
http://www.educationsansfrontieres.org/

- Ressources thématiques

Pierre-Marie Lasseron, François Jarraud

Français
- Lecture : Retour en Grande Section
"Ces observations montrent de façon peu contestable qu'il n'y a pas une seule voie pour accéder à la conscience phonographique et à la conscience orthographique, de même qu'il ne peut y avoir un unique rythme d'apprentissage pour tous les enfants d'une classe. Imposer à F., à S., à N., à H., à A. et aux autres le b-a ba au début du CP, c'est vouloir ignorer que ces enfants sont déjà très avancés dans leurs apprentissages fondamentaux de la langue écrite (et que rien ne commencera pour eux au 1er septembre du CP), c'est refuser de comprendre que ces compétences remarquables ont été gagnées par l'écriture individuelle en situation d'activités finalisées (et non par l'alphabétisation collective et la répétition mécanique (in-signifiante) d'exercices in-signifiants pour les enfants)". Bernard Devanne nous emmène faire un dernier tour en Grande section de zep.
On y retrouve O., Z. et d'autres enfants, souvent d'origine étrangère, qui découvrent à travers des activités, lecture et écriture. Pour B. Devanne, ignorer ce travail de G.S. c'est inacceptable. "Je demanderai au Ministre de se prononcer (c'était ma conclusion du courrier au Ministre de janvier) ainsi qu'aux chercheurs qui lui fournissent sa caution scientifique, à partir d'évaluations individuelles conduites en juin sur la base d'exercices caractéristiques des manuels d'enseignement de la lecture au CP". A suivre !
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/contribs/i7l.php

- Les rectifications orthographiques 15 ans après
En 1990, le Conseil Supérieur de la Langue française introduisait 6 rectifications orthographiques (écriture des numéraux, mots composés, accentuation, etc.). Quinze ans plus tard, sont-elles entrées dans les usages ? L. Biedermann-Pasques et F. Jejcic font la synthèse de travaux menés dans le monde francophone. Pour modestes qu'elles soient, par rapport aux transformations connues chez nos voisins non-francophones, ces rectifications sont peu connues en France, par rapport aux autres pays francophones. Pour autant elles sont utilisées : ainsi à Caen, 69% du groupe testé utilise les rectifications tout en déclarant à 88% les ignorer !
http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/publications/rectif[...]


Langues

- Nouvelle adresse pour le site dédié à l'anglais... en primaire, par le CDDP de Dijon
http://crdp.ac-dijon.fr/angprim

- Inscriptions ouvertes pour Cyber-Langues 2006
Le colloque de Cyber-Langues est le rendez-vous annuel des professeurs de langues investis dans les utilisations pédagogiques des TICE. Cette année, il se tiendra du 22 au 24 août à Louvain en Belgique. Le pré-programme est déjà particulièrement riche : e-learning, utilisation des flux RSS, B2i - C2i, etc. L'inscription au colloque est maintenant ouverte.
Pré-programme
http://www.cyber-langues.asso.fr/2006/programm.htm
Inscription
http://www.cyber-langues.asso.fr/2006/inscript.htm
Rappel : Cyber-Langues 2003
http://www.cafepedagogique.net/divers/cyberl2003/index.php


Mathématiques
- Calcul : Pourquoi éviter le retour de la division en CP
" Si nous devions revenir aux programmes de 1945 et si ces programmes devaient créer à nouveau toutes les difficultés qui ont été analysées dans ce texte (notamment : un ennui important dans les classes du fait de la répétition, un désintérêt généralisé des enseignants pour le fonctionnement intellectuel de leurs élèves, un enseignement élitiste parce que seuls les enfants qui s'auto-questionnent progressent en résolution de problèmes∑), malgré toutes ces difficultés, nous n'en garderions pas moins ces programmes pendant 50, voire 100 ans. En effet, quiconque voudrait dénoncer le prétendu enseignement de la multiplication et de la division dès le CP, qu'une campagne de type populiste le ramènerait bien vite à la raison : « Ils ne veulent plus que nos enfants apprennent la multiplication et la division dès le CP ! » ; « À une époque qui nécessite des savoirs de haut niveau, ils alignent les programmes vers le bas ! ». L'enjeu, aujourd'hui, est qu'une campagne de même type ne nous emmène vers cette situation bloquée". Dans un article accordé au Café pédagogique, Rémi Brissiaud, Maître de conférence de psychologie cognitive à l'IUFM de Versailles, dénonce les tentatives de retour aux programmes de calcul de 1945 qui proposaient l'apprentissage des 4 opérations dès le CP.

Son texte a suscité la réaction de plusieurs autres didacticiens des maths, qui discutent son avis, parfois de manière très directe :
- David Lefebvre : Calcul et situations problèmes (20 juin 2006)
- Roland Charnay : Calcul, résolution de problèmes, programmes : réaction au texte de Rémi Brissiaud (20 juin 2006)
- Joël Briand : L'esprit global des programmes permet aux professeurs de conduire les apprentissages mathématiques des élèves en leur donnant vraiment du sens (21 juin 2006)

http://www.cafepedagogique.net/dossiers/contribs/calcul.php


Sciences
- Le Festival des explorateurs
Le Festival c'est l'occasion pour les enfants des Clubs Petits Débrouillards de valoriser les projets qu'ils ont élaborés durant toute une année scolaire afin de dialoguer, d'échanger leurs idées, leurs pratiques ainsi que de dévoiler leur savoir-faire et compétences acquises auprès des amis, parents et du grand public. Un moment idéal pour découvrir des enfants passionnés qui ont appris à raisonner, à comprendre le monde qui les entoure, grâce à une sensibilisation pédagogique, ouverte à l'échange, à la réflexion, à l'approfondissement cher aux Petits Débrouillards. Le festival des Explorateurs sera à Paris du 9 au 11 juin, à Caen le 10 juin, en Corse le 11, à La Rochelle les 20 et 21 puis à Biarritz et Clermont-Ferrand le 24 juin.
http://debrouillonet.dyndns.org/modules/menu/XML/XHTML/IE/i[...]

- L'affaire Sturio
Il s'appelle Acipenser Sturio. Il est plus connu sous l'étiquette "esturgeon européen". Espèce animale en très grand danger de disparition, il ne survit actuellement que dans le seul estuaire de la Gironde en France. Sa population totale est estimée à quelques centaines d'individus dont très peu d'adultes sexuellement matures.
Le site nous fait découvrir son cycle biologique, son histoire depuis le 19ème siècle, les tentatives de reconquête. Le site invite les élèves à mener une enquête : Sturio a disparu : qui est le coupable ? Un dossier téléchargeable convie les élèves à rassembler les pièces à conviction en utilisant le site Internet. Ce joli travail, réalisé par le CDDP de la Dordogne est destiné aux lèves du primaire. Il peut être complété par une exposition et une malle pédagogique.
http://sturio.free.fr

- Les séismes
Mis au point pour le collège et lycée ce dossier n'est pas accessible à des élèves de primaire mais pourra être utile aux enseignants qui cherchent à parfaire leur connaissance du sujet.
Quel point commun entre l'opéra de Rameau "Les Indes galantes" et la vitesse de propagation des ondes ? Un an après le tsunami de Sumatra, le Crdp de l'académie d'Amiens propose un important dossier sur les séismes. Réalisé par Catherine Bourse, IPR de SVT, il croise les points de vue de professeurs de SVT, éducation musicale, philosophie, géographie, physique-chimie, ainsi que les réflexions d'un poète et d'un maître céramiste.
Ce dossier fait le point de nos connaissances sur les séismes : mesures, causes, risques, structure de la terre etc. Il nous propose aussi des activités au collège et au lycée en Svt, géographie et physique.
http://crdp.ac-amiens.fr/crdp/seismes/002.htm


Education civique
- Primaire : un dossier de FSC
"L'EEDD apporte de nouvelles dimensions telles que la solidarité avec les générations futures, la solidarité avec les pays en voie de développement... Elle met davantage l'accent sur la démarche participative et sur les interactions entre les sphères sociales, économiques et environnementales". Cécile Fortin Debart, chercheur au MNHN, montre l'intérêt de l'éducation à l'environnement et au développement durable pour les écoliers.
Pour elle, il est important " de leur donner des outils pour comprendre leur environnement proche et commencer à construire chez eux l'idée qu'ils peuvent être acteurs, à leur niveau, dans leur cadre de vie". Un objectif difficile. Mais Fenêtre sur Cours, la revue du Snuipp, présente plusieurs expériences réussies.
http://www.snuipp.fr/IMG/pdf/fsc286.pdf
Voir aussi l'article qu'avait publié le Café sur la question à l'automne 2005
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/univsnuipp05/ind5.p[...]

- Concours du meilleur journal de classe
"C'est quoi être raciste ?". Le sujet ne pouvait que mobiliser les écoliers et les collégiens. 215 classes ont participé au concours du "meilleur journal de classe" organisé par le Sénat et le journal "Mon quotidien". Le 1er prix sera remis le 7 juin à l'école Pasteur de Lompret et au collège F. Villon de Saint-Fargeau Ponthierry.
http://www.senat.fr/presse/cp20060531d.html

- Eduquer à la citoyenneté
"L'éducation active à la citoyenneté n'est pas une affaire de recettes miracles mais de stratégies pédagogiques sous-tendues par la volonté d'une part de donner sens aux connaissances et aux concepts enseignés et, d'autre part, de mettre les valeurs et les principes que l'Ecole souhaite construire au c˛ur de son fonctionnement comme au c˛ur des classes et de la construction des apprentissages". Dans ce "guide de poche de l'enseignant" sur "Eduquer à la citoyenneté", Jean-François Vincent, président de l'OCCE, opte pour une définition ambitieuse et militante de l'éducation à la citoyenneté.
C'est qu'éduquer à la citoyenneté ce n'est pas seulement transmettre des connaissances mais aussi piloter un apprentissage délicat pour toute institution scolaire. Aussi J.-F. Vincent divise-t-il l'ouvrage en 6 objectifs : construire l'estime de soi, s'approprier des valeurs nécessaires pour vivre ensemble, faire l'apprentissage de la démocratie participative, construire le rapport à la loi, articuler droits et obligations et finalement éduquer aux médias.
Le programme est vaste, le guide "de poche". Pourtant l'auteur ne sacrifie rien d'essentiel. La grande force de l'ouvrage est même de nous proposer, sur chaque thème, des questionnaires et des fiches pédagogiques pour agir sur nos pratiques et se lancer dans une éducation à la citoyenneté qui est aussi, pour J.-F. Vincent, celle de l'apprentissage coopératif.
Au total, un petit livre à emmener en vacances pour réfléchir et prendre des résolutions de rentrée.
Jean-François Vincent, Eduquer à la citoyenneté, Paris, Delagrave, 2006, coll. Guides de poche de l'enseignant, 108 pages.
http://www.delagrave-edition.fr/fiche/?isbn=2-206-08955-6


Histoire
- Le bélier d'Antaka, une leçon d'archéologie
Comment se passe une fouille archéologique ? Quelles méthodes utilisent les archéologues ? Quels outils ? "Le bélier d'Antaka" utilise les travaux de la mission française à Mahastan (Bangla Desh) pour faire découvrir la civilisation locale quelques siècles avant Jésus-Christ et vivre une fouille archéologique. Les élèves apprennent à lire une stratigraphie, découvrent les ateliers des archéologues et suivent le trajet d'une pièce jusqu'à sa description et son étude.
Le site est d'un maniement aisé et parfaitement adapté à l'univers des collégiens. Attention ! Il pourrait susciter des vocations !!
http://www.truelles-pixels.mom.fr/
http://www.laclasse.com/pls/public/!page.groupes?p_env_id=1074


Géographie
- Les élèves parisiens rencontrent Nicolas Vanier
Les classes parisiennes participant à "L'Odyssée sibérienne" vont enfin rencontrer leur héros. Le 1er juin, au Museum national d'histoire naturelle, 15 classes présenteront les travaux réalisés avec N. Vanier et dialogueront avec lui.
Communiqué
http://crdp.ac-paris.fr/d_actualites/une-odyssee.htm

- La Documentation française ouvre sa cartothèque
Le commerce, les conflits, l'eau, l'économie, les élections, les migrations, les ressources : la Documentation française propose un atlas électronique riche de 327 cartes. Toutes les cartes parues dans une publication de la D.F. sont référencées dans l'atlas, accessibles d'un simple clic et légalement utilisables en classe. On nous promet que la banque cartographique continuera à grossir.
La cartothèque de la Documentation française
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/cartotheque/
Rappel : la cartothèque de Sciences Po
http://www.sciences-po.fr/cartographie/
Rappel : Atlas'OOo
http://ooo.hg.free.fr/

- La coupe, une certaine géographie du monde...
"Le football est le stade ultime de la mondialisation. Il n'est pas aujourd'hui de phénomène plus global. Son empire ne connaît ni frontières, ni limites. Phénomène plus rare encore, c'est le seul empire qui soit populaire. Et c'est le seul par lequel les peuples enthousiastes réclament d'être conquis, se réjouissent de l'avoir été, luttent avec acharnement pour en être les meilleurs disciples. Il n'y a aucune surface habitée de la planète, si petite soit-elle, qui ait su, pu ou voulu résister à la conquête du football". Dans Football et Mondialisation (A Colin), Pascal Boniface met en évidence le lien entre foot et mondialisation.
Il ne manque pas d'arguments : la FIFA (fédération internationale du foot) regroupe 207 pays, soit 16 de plus que l'ONU. La Juventus compte plus de 1200 clubs répartis dans le monde entier. L'espace de Madrid TV, la chaîne du Real, s'étend sur 40 pays. Enfin le foot compte même son G8, ou plutôt son G14 qui regroupe les clubs les plus prestigieux et les plus à même de dicter leur loi.
Alors ce sport britannique symboliserait la victoire de la mondialisation ? Sur le site des Cafés géographiques, Gilles Fumey propose une autre lecture. "La partie que vont siffler les nations le 9 juin est un bel exemple de ces freins à la mondialisation. Les identités nationales résistent fort et la compétition, pour une fois, n'est pas dominée par les Etats-Unis. Dans le respect inconditionnel de l'adversaire qu'imposent les règles, « la joie de jouer plutôt que de tuer » (D. Müller), peut donner à ces matches inutiles de recomposer la géographie du monde, au moins le temps d'une saison". Un beau sujet de bac...
http://www.europeplusnet.info/article651.html
http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=883
http://www.fifa.com/fr/index.html

- Google Earth s'améliore
La nouvelle version 4 de Google Earth offre une plus grande couverture satellite et une meilleure précision. Cette nouvelle version sort deux semaines avant l'ouverture du "Géo portail" de l'Institut géographique national le 29 juin. Celui-ci offrira des photos de la France avec une résolution de 50 cm.
Google Earth
http://earth.google.com/
Le Géo Portail
http://www.ign.fr/rubrique.asp?rbr_id=2379&lng_id=FR


Musique
- Partitions
Sur le site de l'académie de Bordeaux, vous trouverez des partitions utilisables en classe, ce sont des arrangements adaptés, et retravaillés. Les transcriptions, les changements de tonalités en font avant tout des outils pédagogiques réalisés par et pour les enseignants.
http://www.ac-bordeaux.fr/Pedagogie/Musique/partitio.html

- Multimédia...
Citez-moi un projet qui mêle la photo, la vidéo, le montage, la littérature de jeunesse, le chant, le bruitage, accessible à des enfants de 5 ans sans en faire des perroquets savants ?
La réalisation d'"albums sonorisés" est une piste féconde : à partir d'un travail mené sur un album, travailler à des ambiances sonores, dire les textes, en inventer, retrouver des illustrations et des animations qui permettent à des classes de présenter des petites oeuvres qui contribuent à les faire entrer dans de nouveaux univers culturels.
De nombreuses ressources à :
http://webpublic2.ac-dijon.fr/ia/cotedor/pedagogie21/public[...]%20musicale


Arts plastiques
- Rembrandt graveur
" Il n'est pas de meilleur exemple que les estampes de Rembrandt pour montrer tout ce que l'art de la gravure - un Art avec une majuscule - peut offrir. Dans de nombreux cas, il est possible de reconstituer tout le processus de création d'une image et, à travers les épreuves successives que l'artiste tirait pour vérifier l'état d'avancement de son travail sur la planche, il semble que l'on puisse suivre comme avec ses yeux la progression de l'˛uvre, que l'on puisse pénétrer ses états d'âme". En préparation d'une exposition qui ouvrira ses portes le 11 octobre, la B.N.F. met en ligne un site dédié à l'˛uvre gravée de Rembrandt.
A travers les différentes étapes de son travail, elle nous permet de découvrir la technique et les recherches de l'artiste. Ainsi on assiste, oeuvre après oeuvre, à ses essais d'encrage, d'ombrage, à sa recherche permanente d'expressivité.
http://expositions.bnf.fr/rembrandt/index.htm
http://www.artchive.com/artchive/R/rembrandt.html
http://www.artcyclopedia.com/artists/rembrandt_van_rijn.htm[...]



Pédagogie
- EduScol ouvre un dossier Maternelle
" Dotée d'une identité originale adaptée à l'âge et au développement des enfants qu'elle accueille, l'école maternelle constitue le socle éducatif et pédagogique sur lequel s'appuient et se développent les apprentissages qui seront systématisés à l'école élémentaire. C'est par l'action, la recherche autonome, l'expérience sensible, le jeu que l'enfant, selon un cheminement qui lui est propre, y construit ses acquisitions fondamentales". EduScol, le serveur de la Desco, ouvre (enfin !) un site dédié à la maternelle. Il propose bien sûr les textes officiels et documents d'accompagnement des programmes.
Mais on appréciera particulièrement la page sur le langage qui reprend plusieurs travaux (R. Goigoux, J. Crinon, A. Florin etc.), celle sur la vie de la classe ou celle sur les tout petits. A noter également la page consacrée aux relations avec les parents : les cahiers de vie, l'entretien avec les parents etc.
Quelques lacunes cependant: par exemple sur l'évolution des effectifs scolarisés en maternelle et le débat sur la scolarisation à 2 ans.
http://eduscol.education.fr/D0101/default.htm
Rappel : La scolarisation à 2 ans
http://www.cafepedagogique.net/disci/primaire/57.php#294

- Ecoles rurales : Robien signe un premier accord territorial
" La convention, première du genre entre le ministère de l'Education nationale et les représentants des collectivités territoriales prévoit, notamment, l'élaboration conjointe par l'inspecteur d'académie et les élus d'un schéma territorial sur le devenir des écoles rurales du département. Il s'agit d'améliorer la qualité du service public d'Education en milieu rural, notamment, en encourageant les regroupements pédagogiques intercommunaux". Gilles de Robien devrait signer le 12 juin cette convention avec les maires du Cantal. Pour le ministre cela permet de renforcer la pédagogie en regroupant les moyens de plusieurs communes.
Le Collectif pour la défense de l'école publique de proximité manifeste son désaccord estimant que l'école rurale de proximité "est le cadre le plus performant pour la réussite de tous les élèves, facilite les innovations pédagogiques et tisse du lien social".
Communiqué
http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=200669[...]
Rappel : Colloque de Paris novembre 2005
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index171105.php
Rappel : Colloque sur l'école rurale (2005)
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/ecolerurale/index.p[...]


Profession

- La carte scolaire 2006
EduScol met en ligne un gros dossier sur la carte scolaire du primaire en 2006. L'intérêt de ce dossier c'est de connaître avec précision les inégalités face à l'Ecole dans le territoire. Pour l'administration, ce dossier permet d'expliquer les suppressions de postes. Mais attention ! Les prévisions démographiques du ministère sont parfois prises en défaut !
Le dossier
http://eduscol.education.fr/D0038/rapport_2006.htm

- Primaire : effectifs en hausse
" Le nombre d'élèves scolarisés dans les écoles maternelles et élémentaires, publiques et privées, devrait augmenter aux rentrées 2006 (+ 39 100 élèves, soit + 0,6 %) et 2007 (+ 46 400, soit + 0,7 %)" annonce une étude ministérielle. Une hausse qui résulte du croît démographique et qui tient compte d'un faible taux de scolarisation à 2 ans (25%). La hausse touche inégalement les régions : elle est plus forte dans un croissant allant de la Bretagne à la Savoie.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/dpd/ni/ni2006/ni0618.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/readstep2.html

- Proposition de loi pour un corps de directeur
" Responsable de l'accueil et de la sécurité des élèves, il est l'interlocuteur des parents d'élèves, du maire, des associations culturelles et sportives, des aides-éducateurs. Il peut également intervenir dans l'élaboration des contrats éducatifs locaux. Son rôle revêt de surcroît une importance capitale dans les communes ou quartiers défavorisés... On pourrait donc croire que ce dernier dispose en contrepartie d'un statut spécifique qui prenne en compte ces sujétions et s'attache à résoudre ces problèmes. Mais tel n'est pas le cas". Alain Ferry, député UMP, propose un statut pour les directeurs d'école qui prévoit de constituer un corps à part disposant d'une décharge complète à partir de 9 classes.
http://www.assemblee-nationale.fr/12/propositions/pion3100.[...]

- 2èmes Rencontres du "Lien"
"Le LIEN est un mouvement mondial et local de recherches et d'inventions des utopies concrètes pour une éducation nouvelle dans tous les domaines de la vie". Du 10 au 13 juillet il organise à Marly-le-Roi ses 2èmes Rencontres sur le thème des "émancipations dans les pratiques d'éducation nouvelle". Parmi les intervenants, signalons Albert Jacquard, Elisabeth Bautier, André Ouzoulias, Jacques Bernardin, Gaston Mialaret etc.
http://www.lelien.org/

[ Haut ]

Archives de la rubrique Primaire :

Café  n°1 - n°2 - n°3 - n°4 - n°5 - n°6 - n°7 - n°8 - n°9 - n°10 - n°11 - n°12 - n°13 - n°14 - n°15 - n°16 - n°17 - n°18 - n°19 - n°20 - n°21 - n°22 - n°23 - n°24 - n°25 - n°26 - n°27 - n°28 - n°29 - n°30 - n°31 - n°32 - n°33 - n°34 - n°35 - n°36 - n°37 - n°38 - n°39 - n°40 - n°41 - n°42 - n°43 - n°44 - n°45 - n°46 - n°47 - n°48 - n°49 - n°50 - n°51 - n°52 - n°53 - n°54 - n°55 - n°56 - n°57 - n°58 - n°59 - n°60 - n°61 - n°62 - n°63 - n°64 - n°65 - n°66 - n°67 - n°68 - n°69 - n°70 - n°71 - n°72 - n°73 - n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78 -

 
indispensables

Dossier Bac et Brevet : préparation, entraînement, auto-évaluation

Le point pour la rentrée 2006

  La rubrique Primaire dans les archives :
 • Les dernières éditions du Café :
n°74 - n°75 - n°76 - n°77 - n°78
 • Les archives complètes


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


 • S'abonner à cette rubrique
 • Nous connaître
 • Nous aider
 • Version imprimable