Primaire - N°79

Édition du 15-01-2007

- Lucie Gillet, Stéphanie Leschiera, Pierre-Marie Lasseron, Patrick Picard -

 

- A la Une : Des souris et des hommes, au service des élèves...

Dans de nombreuses écoles, des enseignant-e-s passionnés donnent vie à des projets ambitieux en intégrant l’usage des TICE dans leur classe. Le Café a demandé à Bertrand Guigaz, rompu à de nombreux usages pédagogiques de l' informatique, comment il parvenait à mettre sa passion au service de ses élèves de CP-CE1. Aujourd’hui enseignant chevronné à Gourdon, dans le Lot, après avoir travaillé en ville, en spécialisé, dans le rural, il fut parmi les pionniers qui, dès 1985, s’investirent dans l’informatique à l’Ecole, malgré les lacunes du plan ministériel de l’époque, Informatique pour Tous (IPT), qui avait inondé les écoles de TO7 et de MO5 dont nombre d’anciens gardent des souvenirs émus…

Vous pratiquez l’informatique à l’Ecole depuis plus de 20 ans. Qu’est-ce qui a changé, de votre point de vue ?
J'ai toujours utilisé les TIC dans mon enseignement depuis le plan IPT jusqu'à aujourd'hui : les techniques ont évolué, mais les objectifs restent les mêmes : que les TIC soient un outil démultiplicateur de la créativité, de la production, des échanges, …

On entend parfois que les enseignants ont du mal à s’y mettre ?

Depuis IPT, où l'informatique est arrivée dans le monde éducatif un peu en vrac, les enseignants ont toujours eu besoin d'un accompagnement pour s'approprier cet outil, c'est pourquoi nous avons créé l'association MédiaMômes, avec l’ambition d’accompagner l'appropriation de cet outil TIC par les élèves (donc par les enseignants), mais aussi par les parents des élèves toujours curieux de ce que font leurs enfants.
C'est grâce à cette opiniâtreté que toutes les écoles de Gourdon (de la maternelle au CM2) sont équipées en informatique depuis 98 ( huit postes en réseau, ADSL, portables, scanner, microscope, appareils photos et périphériques divers, ...) et que les élèves peuvent "toucher" à l'informatique tout au long de leur scolarité. Dans notre école, composée de 5 classes de CP / CE1 (120 enfants), deux enseignants seulement avaient des « prédispositions » pour les TIC. Pourtant, l'école est devenue "école pilote TIC".
Son architecture permet que les ordinateurs soient dans un grand hall accessible à toutes les classes et à la BCD, simplement en ouvrant la porte de la classe. Les portables servent en fond de classe à tout moment de la journée.

Mais on en fait quoi de cette informatique ?

Laissez moi vous raconter ce qui s'est passé l'an dernier à titre d'exemple (façon oncle Paul, c'est là que j'allume ma pipe :-)

L'an passé, l'école Hivernerie s'est engagée dans un projet sur la nutrition, l’équilibre alimentaire et les bienfaits du sport. Nous pensions notamment écrire un conte et le présenter aux autres écoles participantes, via des conteurs engagés par une association partenaire et un spectacle de clôture du projet. Vous pouvez le lire à
http://pedagogie.ac-toulouse.fr/eco-pri-hivernerie-gourdon/article.php3?id_article=92

Mais le projet a dérapé… comme toujours :-)


Comme nous gardons toujours à l'école, les albums ou autres productions réalisées par les générations précédentes, intégrées à la bcd, nous avions précédé l’écriture par une phase d’imprégnation par des produits finis : CD-roms, albums créés par d'autres élè-ves. Du coup, l’idée est venue de transformer leur histoire en album et en CD-rom.

Vint ensuite le moment de se confronter à la réalité : organisation du projet et mise en oeuvre.

Nous avons tracé la ligne de vie du projet et posé quelques jalons dans le temps. Ainsi l'histoire devait être écrite assez rapidement pour être communiquée aux autres écoles. Il fallait donc inventer, écrire et mettre en forme pour communiquer. Nous avons éga-lement décidé de ne l'illustrer que dans un deuxième temps. Puis, enfin de créer l'album (mise en page, …) et de le transposer, seulement ensuite, sous forme d'un CD-rom : une histoire interactive ("en pensant à ceux qui ne savent pas encore lire !") et des jeux à propos de l'histoire ("comme ceux qu'on a vu dans le CD de « Pierre et le loup » et puis aussi ceux que le maître nous a fait en lecture.")

Cliquer pour voir l'image plus grande

Calendrier global du projet
Période 1 : Spectacle Mimi et Hector : sensibilisation au problème de l'alimentation + travail sur l'alimentation + création d'un premier album.
Période 2 : Imprégnation (du travail de classe) : albums, CD-rom, structure d'un conte + écoute de contes (conteur).
Période 3 : Écriture, mise en forme, illustrations : réalisation de l'album+ envoi des contes à l'association.
Période 4 : Synopsis du CD-rom (organigramme), réalisation de la maquette (maître), création des écrans, maquette des jeux, réalisation des jeux, tests, corrections. *
Période 5 : Enregistrements audio, choix des ambiances, jingle, musique.

La compilation de l'histoire et des jeux sur CD-rom Mac/PC a été réalisée par le maître.

Le "déroulant" du projet est affiché sur le tableau "Mémoire" de la classe, s’enrichissant progressivement. Ainsi, l'idée du podcast m'est venue (à moi, non aux enfants) en rapprochant les enregistrements audio que nous ferions pour le CD du fait que je suis gros consommateur de podcast à titre personnel. J'ai donc proposé aux au-tres classes de préparer leurs histoires pour les lire à haute voix, en épisodes, devant un micro.

La création de l’histoire est toujours un exercice collectif redoutable… ? En quoi les outils informatiques sont-ils une aide ou un obstacle ?

La ligne étant tracée, nous avons démarré en recherchant la manière de créer une histoire et, surprise, les enfants ont été capables d'analyser et de restituer une trame tout à fait exploitable.
La partie rédaction de l'histoire s'est d'abord déroulée en groupes qui avaient pour objectif de créer le synopsis d'une histoire, sur la base de cette trame, avec des dessins, des textes (autant que possible), … pour le présenter aux autres.
Mais le travail avec des CP est long et difficile, puisque nous devons travailler en même temps sur la structure de l'histoire et sur la langue. Le traitement de texte sert aussi pour les brouillons : dans l'écriture avec l'ordinateur, on dissocie l'acte graphique de l'acte d'expression, on imprime pour que ce soit lisible, on peut gribouiller la feuille pour corriger, on n'a pas à recopier à chaque fois qu'il faut corriger…
On utilise aussi une synthèse vocale couplée au traitement de texte afin que lorsque l'enfant relit son texte, "quelqu'un" d'autre puisse lui relire. Cela lui permet de prendre la distance nécessaire. Il entend ainsi beaucoup mieux ses erreurs d’encodage…

Lorsque les groupes ont suffisamment avancé dans leurs ébauches d'histoire (personnages principaux, fil général de l'histoire, début/fin, chute, péripéties, …), chaque groupe présente sa "maquette" à la classe, du mieux possible, pour que nous choisissions une seule histoire.

Lorsque le choix fut effectué, nous avons retravaillé en collectif le synopsis définitif (en intégrant trouvailles, modifications inventées par les différents groupes et en apportant aussi des corrections), et l'avons présenté sous la forme d'une liste de points qui s'enchaînent. Puis nous avons retravaillé l'écriture en petits groupes, mais cette fois par épisode. Chaque groupe traitait un épisode, le présentait à la classe, qui amendait, … puis retravaillait, …


Vrac
Nous sommes enfin arrivés à une histoire cohérente sur tous les plans : structure, langue correcte, intérêt et plaisir. Nous avons tapé ce texte et nous l'avons envoyé au conteur.

Et les illustrations ?
Nous sommes ensuite repartis en campagne pour les illustrations. Chacun dessinant dans un premier jet soit les personnages, soit un épisode, soit …. L'analyse des pre-miers dessins a montré une grande disparité dans les dessins des personnages comme des lieux clefs et des décors. Il a donc fallu décider d'une "charte graphique" ("que le personnage du dragon soit bien le même (graphiquement parlant) dans toute l'histoire"). Le choix ne s'est pas fait simplement et c'est après beaucoup d'aller-retours, et un travail sur des techniques différentes (craies, encres, gouaches, feutres, formats différents…) que nous avons abouti nos illustrations finales. Pour des raisons pratiques, après les premiers dessins, nous avons dissocié la création des personnages de la créa-tion des décors. Les personnages ont ensuite été rapportés dans leurs décors.

Un passage par le scanner a permis ensuite de s'attaquer à la mise en page de l'album. Le choix des illustrations et leur place dans le texte a été décidé en groupe classe, ainsi que la couverture (parmi un tas de modèles !), le maquettage du texte, … puis par petit groupe nous avons procédé à la mise en page : glisser déposer, application de styles, choix de polices, …
L'album a été tiré en couleur pour chaque classe et chaque enfant a eu son exemplaire (niveaux de gris, A5 encarté).

C’est alors que vous vous êtes attaqué au CD-ROM ?

Oui, Mais le travail sur le cd-rom a été le prolongement naturel de l'album, d'autant que les enfants avaient la culture du format CD-rom : ils n'ont eu aucun mal à conce-voir le produit fini. En effet, nous avons "joué" avec des CDrom à histoires depuis le début de l'année : CD-rom conçus par les générations précédentes, CD du commerce (Toboclic, Mobiclic, …)

Le CD rom a donc plutôt nécessité un travail sur la navigation, l'interface que sur l'histoire en elle même, qui était déjà aboutie grâce au travail sur l'album.


Cliquer pour voir l'image plus grande

Le travail s'est axé sur deux axes : la charte graphique, la logique de fonctionnement d'un utilisateur, et la création des jeux d'autre part. Avec quand même un focus sur la lecture à haute voix et l'enregistrement des épisodes.

Les enfants ont assez bien conscience du concept de navigation (suivant, précédent, sommaire, retour au début, quitter, …) ou encore conscience du fait qu'on peut mélanger plusieurs médias (image numérique, son, texte) sur ce type de support. Ils font bien la distinction entre l'album papier et l'album interactif : la notion d'utilisateur actif est très présente, même s'ils ne peuvent pas l'expliciter.

organigramme.jpg
Comme pour tous nos travaux, nous "brouillonnons" activement autour des épisodes choisis, avec la contrainte 1 écran (format A4 paysage) = 1 épisode dans lequel il faut intégrer tous les éléments nécessaires à l'écran : le dessiner "comme en vrai" !
Rapidement un problème se pose : les pages de l'histoire sont toutes différentes ! les éléments de navigation (les boutons) aussi !!


boutons.jpg
Retour au grand groupe pour mettre au point les différents boutons (design) liés aux différentes fonctions (il faut en faire la liste). Dernière chose qui n'a échappé à personne, ces éléments doivent se retrouver à peu près au même endroit d'un écran à l'autre.
Devant la liste terminée nous décidons d'ajouter une aide qui explique le rôle des boutons.

boutons2.jpg
Et c'est reparti pour une deuxième mouture avec une double consigne : dessiner son écran ET dessiner les boutons (à partir de la liste des fonctions).
Nous votons pour choisir :
- les dispositions de page
- les boutons (qui seront réalisés par le maître)

Les maquettes / schémas des écrans étant prêtes, nous passons à la réalisation qui se fera sur la base d'une maquette préparée par le maître dans un logiciel d'intégration multimédia (QuickMedia).
En parallèle, nous nous sommes entraînés à la lecture des épisodes à haute voix et nous pouvons commencer les enregistrements (via QuickTime).

Chaque équipe constituée réalise son écran et le teste immédiatement. En parallèle d'autres équipes enregistrent les voix des épisodes.
Certaines équipes ont la charge des écrans de navigation : accueil, sommaire, aide, …

La partie histoire du CD-rom étant réalisée, il faut concevoir les jeux ?

Pour cette phase comme pour d'autres nous démarrons sur un tâtonnement "remue méninges" en listant tous les jeux que nous pouvons/voulons faire, puis un choix doit s'opérer sur la pertinence (par ex. : on a 3 jeux où il faut relier, mais aucun où on écrit), mais aussi sur la possibilité technique de le réaliser.
Enfin les équipes se constituent par paire pour la réalisation.

sommaireJeux.jpg
* Les enfants ont plusieurs références de "jeux" : des exercices que je leur prépare sous NetQuizz, un puzzle d'image et des mots mêlés. Curieusement personne n'a parlé de jeux vidéo ou autres du même acabit !!??

Les enfants, par équipe, "dessinent" leur jeu sur feuille, rédigent les textes, choisissent les images, … puis après correction chaque jeu est réalisé puis testé par d'autres en-fants.

La phase d'intégration dans le CD-rom est réalisée par le maître. La pochette est "de-signée" en commun, mais réalisée par le maître.

Et le podcast a été réalisé ensuite ?


Oui, le choix de fabriquer un podcast est venu de moi, très désireux d'essayer ce mode de diffusion. Je pensais qu'on pouvait y trouver un intérêt pédagogique pour des enfants de cycle 2, en plein apprentissage de la lecture. Il me semblait également intéressant de créer un lien avec les familles par ce biais.

Chaque classe ayant écrit son histoire à propos de la nutrition, nous nous sommes lancés dans la création d'un podcast : diffusion audio, en épisode, de nos histoires.

Cliquer pour voir l'image plus grande
Chaque classe à donc procédé en plusieurs étapes :
- découpage de l'histoire en épisodes cohérents, ni trop longs, ni trop courts
- choix des lecteurs, des voix lors des dialogues, ...
- entraînement à la lecture expressive à haute voix.
Puis par groupe, les enfants sont venus enregistrer dans notre "studio" : un iBook équipé du logiciel GarageBand. Ils ont pu faire sans difficulté technique du « co-pier/couper/coller » de la bande son pour monter proprement l'enregistrement des voix (bruits ambiants, blancs, clic de souris, ...). Ensuite, nous avons choisi un fond sonore mattant en valeur l'histoire racontée, des virgules sonores ponctuant les épisodes….

Il ne restait plus que le mise en ligne sur notre site d'école : http://pedagogie.ac-toulouse.fr/eco-pri-hivernerie-gourdon/

En conclusion, les principaux bénéfices de ces projets, selon vous, pour les élèves ?
Je dirais juste que les TIC sont un outil et seulement un outil. Le coeur du métier, c'est le projet : fil conducteur des apprentissages, motivation du but à atteindre pour les en-fants.
Certes il faut apprendre les outils informatiques. Mais n'est ce pas indispensable à l'utili-sation de tout outil ? Même un manuel ou un fichier nécessite une appropriation par le maître…
Mais’intérêt spécifique de cet outil en particulier me semble être un formidable démul-tiplicateur de la créativité de nos élèves : réaliser, créer, produire, échanger sont les maîtres mots de nos journées. Et ça, ça motive drôlement !

 

Vie de la discipline

- Actualité

- Blocage du groupe de travail sur la direction
Le Sgen-Cfdt, le Snuipp et le Snudi-Fo ont quitté le groupe de travail sur les directions d'école réuni le 21 décembre. Ils demandent la levée des sanctions prises contre les directeurs en grève administrative.
http://www.sgen-cfdt.org/actu/article1270.html
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index181206.php
Le Se-Unsa rend compte des discussions qui ont porté sur le projet d'Eple (Etablissement public d'enseignement primaire), une structure qui unirait plusieurs écoles.
Deux points suscitent la désapprobation du se-Unsa. "Refus absolu de voir l'organisation des écoles sous tutelle des maires qui se retrouvent majoritaires à 50% voire 60% dans le conseil d'administration de ces Epep... Désaccord quant au statut de responsable hiérarchique, assigné au directeur de l'Epep et disproportions des pouvoirs de ce directeur. Il y a beaucoup à craindre quant au fameux « statut d'emploi » de certains directeurs qui doit être discuté dans l'autre groupe de travail : recrutement, responsabilités, traitement... mais qui rejoint, naturellement, la problématique du directeur de l'Epep. Ce dernier ressemble en tous points à un chef d'établissement d'EPLE mais version premier degré".
Rappelons que le Snuipp, FO et le Sgen-Cfdt refusent de siéger à ces réunions tant que des directeurs sont sanctionnés pour grève administrative.
http://www.se-unsa.org/page_cadres.php?id=41
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index061206.php

Après les syndicats (et le Café), le ministère rend compte à sa façon des réunions des groupes de travail sur la direction d'école. On pourra utilement comparer ce document avec les publications syndicales.
http://www.education.gouv.fr/cid4272/directeurs-d-ecole-les-groupes-de-travail-ont-commence.html

- Les écoles de proximité menacées ?
Après le Se-Unsa, le Snuipp, selon l'AFP, s'inquiète du projet de décret sur les Etablissements publics d'enseignement primaire (EPEP). Le syndicat s'inquiète de la composition du conseil d'administration et de la place trop lourde accordée aux élus locaux et du risque de fermeture d'écoles rurales par regroupement.
Dépêche AFP
http://www.vousnousils.fr/page.php?P=data/autour_de_nous/l_actualite_du_jour/depeches_de_l_educat/&key=20070109&key2=070109185436.me2bahdr.xml
Communiqué
http://www.cafepedagogique.net/expresso/express301206.php
En savoir plus : L'école rurale
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/rurale06/index.php

- Candidatures Capa-Sh
Le B.O. du 21 décembre précise les modalités de recueil de candidatures aux stages Capa-Sh.
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/47/MENE0603038N.htm

- Les sanctions pleuvent sur les directeurs d'école
Les messages arrivent de partout. En Charente Maritime, 59 directeurs d'école primaire se verront retirer 1/30ème de leur salaire. En Ille-et-Vilaine ils seraient au moins une quinzaine et là on menacerait d'une sanction plus sévère. Ce qui leur est reproché c'est de ne pas avoir rempli le système de gestion nationale des élèves appelé "Base Elèves". Un logiciel qui se situe au croisement de deux mouvements. D'une part la grève administrative des directeurs d'école qui dure depuis des années pour obtenir une vraie reconnaissance de la fonction. Si une partie des directeurs ont cessé la grève après la signature d'un protocole d'accord entre le ministère et le Se-Unsa, d'autres estiment les avancées insuffisantes.
A cela s'ajoute le problème propre à Base-Elèves. Le logiciel comprend des renseignements qui permettent de repérer les élèves sans papiers. Et les descentes de la police dans les écoles pour arrêter les familles sont venues accréditer les peurs des enseignants de participer à une politique d'immigration qu'ils réprouvent.
http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article1516

- Le Snuipp appelle à manifester à Paris et dans les grandes métropoles le 20 janvier
Comme la Fsu et du Snes, le Snuipp appelle les enseignants du primaire à manifester le samedi 20 janvier. " Il s'agit d'obtenir les moyens d'un service public d'éducation, qui assure la réussite de tous, et de s'opposer à toutes les attaques contre l'école et ses personnels, notamment sur les statuts, la formation, l'emploi, la précarité, le temps et les conditions de travail, les conditions de scolarisation des élèves ainsi que la remise en cause du travail des professionnels de l'éducation".
http://www.snuipp.fr/spip.php?article4251
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index271106.php

- Robien annonce un rapport sur le calcul
Un projet de circulaire imposerait du calcul mental tous les jours à l'école primaire dès la rentrée. RTL présente cette initiative comme "un virage important pour l'enseignement... L'école du XXIème siècle fait un nouveau pas en arrière... Pour remédier aux capacités insuffisantes des élèves, notamment en calcul à leur entrée au collège, Gilles de Robien prend les grands moyens et opte pour un retour aux méthodes de base".
Encore une fois l'éducation est utilisée pour faire la promotion des valeurs conservatrices : valorisation de la tradition, de l'effort... Encore une fois le débat est pipé : le calcul mental n'a pas déserté l'école, il ne s'agit pas de le réintroduire. Encore une fois la réalité du terrain est occultée. Encore une fois les enjeux pédagogiques sont caricaturés.
L'initiative se réclame du récent rapport de l'Inspection générale sur l'enseignement des maths au primaire. Or ce travail intéressant montre que le niveau en maths des élèves n'a pas baissé. Et s'il pointe aussi des faiblesses c'est pour affirmer les orientations pédagogiques de 2002 et non pour revenir au passé.

Selon le rapport, les enseignants enseignent effectivement les grands domaines du programme, mais les démarches pédagogiques préconisées ont du mal à prendre corps dans les classes, faute d'un effort conséquent de formation. Travailler à partir des connaissances réelles des élèves en s'appuyant sur leurs erreurs, différencier, mieux organiser le travail personnel, utiliser les cahiers de brouillons, constituerait "un changement majeur du système éducatif et donnerait un maximum de chances à chaque élève". Le rapport note que le travail de groupe est "souvent confus et peu efficace", les temps de travail oraux pour comparer des méthodes difficile à mettre en ˛uvre , l'usage des TICE ou des calculettes insuffisamment répandu. Plus généralement, la démarche de "résolution de problème" pose souvent aux enseignants des soucis de gestion de la classe, accrus lorsque l'enseignant cherche trop vite à aller à la solution qu'il a prévue sans prendre en compte les difficul
tés de chacun ou les "procédures personnelles" utilisées par certains élèves. Une difficulté majeure semble être l'insuffisance de l'automatisation des procédures de calcul qui empêchent les élèves de libérer la mémoire de travail nécessaire pour se concentrer sur la résolution réelle du problème.
" L'éducation nationale évolue sous le signe du bon sens, lequel consiste en l'occurrence à permettre aux enfants de savoir le plus vite possible lire, écrire et compter" a déclaré Gilles de Robien à l'Assemblée nationale le 10 janvier. "J'attends, le 23 janvier, un rapport de spécialistes français sur le sujet, après quoi je saisirai la commission des programmes en vue de mettre en place, pour la rentrée 2007, un apprentissage, dès l'école primaire, des quatre opérations et du calcul mental".
Compte-rendu Assemblée
http://www.assemblee-nationale.fr/12/cra/2006-2007/106.asp

En mai 2006, Rémi Brissiaud écrivait : "Si nous devions revenir aux programmes de 1945 et si ces programmes devaient créer à nouveau... un ennui important dans les classes du fait de la répétition, un désintérêt généralisé des enseignants pour le fonctionnement intellectuel de leurs élèves, un enseignement élitiste parce que seuls les enfants qui s'auto-questionnent progressent en résolution de problèmes..., malgré toutes ces difficultés, nous n'en garderions pas moins ces programmes pendant 50, voire 100 ans. En effet, quiconque voudrait dénoncer le prétendu enseignement de la multiplication et de la division dès le CP, qu'une campagne de type populiste le ramènerait bien vite à la raison : « Ils ne veulent plus que nos enfants apprennent la multiplication et la division dès le CP ! ». L'enjeu, aujourd'hui, est qu'une campagne de même type ne nous emmène vers cette situation bloquée".

Le dossier du Café sur le Calcul :
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/maths06/index.php

- En Angleterre on mise sur le PDA
Comment faire faire des maths aux écoliers ? Selon une étude publiée par BBC News, les ordinateurs de poche (les PDA) font merveille. Les élèves faibles de l'école St Jude de Wolverhampton ont reçu un ordinateur de poche avec accès Internet. Résultat : leurs progrès en mathématiques et sciences sont plus rapides.
Miracle de la technique ? Sûrement pas. Mais l'ordinateur renforce l'estime de soi, donne envie d'aller à l'école. L'absentéisme diminue fortement. Et ça c'est bon pour les apprentissages.
Article BBC News
http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/education/6247853.stm

- La découverte de la lecture en moyenne section
Le "Journal d'une grande section en ZEP", tenu l'année dernière par Bernard Devanne, nous avait montré comment les enfants s'initient à la lecture et l'écriture en fin de maternelle. Vous avez été très nombreux, parents et enseignants, à l'apprécier.
Cette année, Bernard Devanne reprend sa chronique qu'il déplace en moyenne section. Il nous emmène en classe et partage avec nous ses fines observations et réflexions. Nous découvrirons chaque trimestre les difficultés et les progrès des enfants, les interrogations de leur enseignante, les méthodes utilisées pour la découverte de l'écriture et la lecture.
Durant le premier trimestre ces enfants de Zep, souvent issus de familles non francophones, écoutent leurs premières histoires, découvrent leurs premiers albums, tracent leurs premiers signes. "Beaucoup de ces enfants ont, dès ce premier trimestre de moyenne section, établi un rapport „naturel‰ à la chose écrite, qu'il s'agisse de la fréquentation des albums, des premiers repérages qu'ils y opèrent, de la pratique d'activités d'écriture qui ne provoque aucun découragement de leur part ou même qui, pour quelques-uns d'entre eux, est déjà l'occasion d'implications attentives entre écrits à produire et supports de référence. Nous suivrons tout particulièrement au deuxième trimestre les progrès des quatre enfants qui manifestent pour l'instant les plus lisibles „difficultés d'apprentissage‰.
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/devanne/
Le Journal d'une grande section 2005-2006
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/contribs/i7l.php

- Le colloque de l'Association des Formateurs Tice
L'AFT-RN organise pour la seconde fois un colloque national ouvert à tous les formateurs TICE les vendredi 26 et samedi 27 janvier 2007 au CDDP des Hauts-de-Seine à Boulogne-Billancourt (92).
Cette année, le rassemblement aura pour thème : "Accompagner les Tice : de l'animateur au formateur". Conférences, débats, ateliers, tables rondes et moment plus conviviaux rythmeront ces deux jours. Un temps important sera réservé aux échanges entre collègues.
Parmi les ateliers : Primtice : L.Odic, l'ENT : PORTEE, les logiciels libres avec Framasoft, le C2i niveau 2 (C.Courtaux), les TBI (BY Cochain), le pôle de compétences du premier degré ( Michèle Dreschler), Internet, enseignants et responsabilité juridique, etc. Les inscriptions sont ouvertes.
http://aft-rn.net/asso/index.htm

- Poésie en liberté
La 9ème édition du concours international de poésie en langue française "Poésie en liberté" aura lieu le 15 janvier. La participation consiste en l'envoi d'un poème inédit de 10 à 25 lignes avant le 3 avril. Un jury de 11 lycéens et étudiants présidé par un poète décerne des prix.
http://www.poesie-en-liberte.fr

- Littérature de la maternelle à l'université
La question sera discutée à partir d'une expérience menée à l'INRP par l'équipe « Littérature et enseignement » : la lecture d'un même conte, La petite sirène d'Andersen, en France et dans plusieurs pays étrangers, à divers niveaux de classe. Le 24 janvier, "Les mercredis de la bibliothèque" accueilleront à Lyon Danielle Dubois-Marcoin, responsable de l'équipe sur projet Littérature et enseignement à l'INRP et Jean Jordy, inspecteur général de l'Éducation nationale, tous deux auteurs de travaux sur la littérature jeunesse.
http://www.inrp.fr/lesmercredis

- Logotype pour créer des dictionnaires interactifs
Logotype 2.0 est un logiciel qui permet de créer et de partager (notamment par Internet) un petit dictionnaire interactif. L'utilisateur saisit des articles en précisant leur nom. Des liens hypertextes se créent automatiquement lorsqu'un texte contient le nom d'un article. On peut ainsi très facilement créer collectivement un lexique.
Une nouvelle version du logiciel de Yaël Briswalter vient de sortir. Elle est toujours proposée en téléchargement gratuit. Elle permet l'exportation du dictionnaire vers un iPod. Le baladeur permet la navigation hypertexte entre les fichiers.
http://www.ac-grenoble.fr/disciplines/lettres/articles.php?lng=fr&pg=296

- Ricochet continue

" Vous avez été plus de 10 000 à signer la pétition en faveur de Ricochet... Les membres du Conseil d'Administration ont trouvé une solution adaptée à la situation actuelle. Après avoir pris acte de la démission du président, le Conseil d'Administration a remis, comme c'est la règle habituellement, la présidence à Madame Monique Hennequin, vice-présidente de l'association, qui a accepté cette fonction par intérim, jusqu'à la tenue d'une nouvelle assemblée générale. L'administrateur provisoire, nommé lors de la dernière assemblée générale, a pris bonne note de cette décision et a mis immédiatement fin à ses fonctions en conséquence". Ricochet, le site de la littérature jeunesse qui était menacé de fermeture continue ses activités.
http://www.ricochet-jeunes.org/sommaire.asp
http://www.cafepedagogique.net/expresso/index111206.php

- Symposium européen sur l'éducation artistique
"De nombreux arguments sont régulièrement invoqués pour promouvoir la place de l'éducation artistique et culturelle dans les politiques éducatives. Celle-ci aurait notamment des effets positifs sur le développement cognitif et la réussite scolaire des enfants, l'acquisition de certains traits de personnalité et de compétences sociales, la créativité, la capacité d'initiative et l'esprit d'entreprise, la réduction des inégalités entre les résultats scolaires des enfants favorisés et défavorisés, la construction de l'identité culturelle de chacun et l'ouverture aux autres cultures. Autant d'arguments qui reflètent la diversité des objectifs assignés à l'éducation artistique et culturelle et celle des contextes culturels dans lesquels elle s'inscrit". À l'initiative des ministères de l'Éducation nationale et de la Culture, le Centre Pompidou organise du 10 au 12 janvier 2007 un symposium de recherche sur l'évaluation des effets de l'éducation artistique et culturelle.

Une cinquantaine de chercheurs européens et internationaux seront réunis pour confronter leurs travaux et procéder à un état des lieux des résultats obtenus et des recherches en cours. Parmi les très nombreux participants, venus du monde entier, on notera par exemple la présence d'Howard Gardner (Harvard) et Alain Kerlan à une session sur l'évaluation, de Dominique Château sur les compétences développées grâce aux arts visuels, de Bernard Darras sur les effets de l'éducation musicale etc. Un moment sans doute unique pour faire le point sur les attentes exprimées dans les systèmes éducatifs envers l'éducation artistique.
Le programme
http://www.centrepompidou.fr/Pompidou/Pedagogie.nsf/Docs/IDD9E5FC50EAF95536C12570D7004A1A24?OpenDocument&L=1
Rappel : Une étude reconnaît l'impact positif des dispositifs de l'action artistique et culturelle
http://www.cafepedagogique.net/disci/musique/75.php

- Joëlle Gonthier nous donne de bonnes nouvelles.
"Quinze jours après le lancement du projet et un mois avant le jour "J", la grande lessive rallie environ 20 000 personnes. Au vu des réactions et des témoignages, ce projet rencontre des aspirations profondes qui débordent le cadre de l'école et les enseignants d'arts plastiques. Des chefs d'établissement inscrivent leur collège. A Cognac, c'est un groupe scolaire de la maternelle à la terminale qui va participer. Des écoles rurales s'engagent en nombre. Des IUFM sont concernés, mais aussi des services dans les hôpitaux (Trousseau, Saint-Antoine...) des centres de soins de taille plus modeste (médecine libérale...), des associations de quartier et de nombreux particuliers".
Alors vous aussi ne manquez pas La Grande lessive et inscrivez-vous. Pour Joëlle Gonthier ce projet est source de réflexion. " J'avais l'intuition que ce projet aurait une résonance de cet ordre, mais je suis cependant étonnée par l'ampleur des réactions. Après le projet que je mène depuis plusieurs années sur la photographie de classe celui sur la mémoire familiale ("ma famille est plus jeune que moi") ou encore celui intitulé "Faites la cour" qui est l'occasion de réaliser des performances artistiques avec l'ensemble des élèves, la grande lessive m'apporte la confirmation qu'il existe d'autres moyens d'enseigner et de créer".
http://lagrandelessive.free.fr/Accueil.html

 

Pour le prof

- PROG frappe à nouveau, et ça fait du bien.

Vous avez sans doute en tête les travaux de l’équipe PROG, dont une des animatrices fut Mireille Brigaudiot, dont les ouvrages sur la langue et le langage écrit font référence.

Aujourd’hui, si elle ne fait plus partie de l’équipe, les travaux continuent, comme l’atteste la publication de l’ouvrage « Sens et code au cycle II », sous la coordination de Gilbert Ducancel (Hachette Education).

Après lecture, gageons que les enseignant-e-s de cycle II vont y retrouver ce qui a fait la richesse de la démarche PROG : une forte ambition pour l'activité intellectuelle des élèves, et un souci d’accompagner le maître (la maîtresse, beaucoup plus souvent) au plus concret de l’acte d’enseignement. Les situations décrites dans le livre ont été testées dans le concret du quotidien scolaire, par une très nombreuse équipe d’enseignants participant à la recherche.

Le titre dit beaucoup du contenu, mais ne dit rien de ce qui fait la spécificité PROG : une démarche exigeante et progressive de conquête de la production écrite, étagée sur tout le cycle. A l’heure où l’ensemble des travaux sérieux sur l’acquisition de la lecture font référence à la difficulté qu’on les enseignants à s’appuyer sur « l’encodage » pour apprendre le code écrit, cet ouvrage fait assurément partie du « top 5 » qui pourra aider les enseignant-e-s à oser se lancer, à ne pas craindre de faire produire de l'écrit des enfants qui sont encore loin de maîtriser la lecture.
On retiendra l’accent mis sur la « posture enseignante », illustrée par un slogan simple : après « VIP », c’est « être devant/être derrière » qui résume l’attitude de l’enseignant, à la fois montrant la voie et assidu au soutien.
L’approfondissement de la réflexion sur la manière d’aider les élèves à « découvrir la nature du système de l’écrit » devrait être un complément intéressant pour nombre d’enseignant-e-s de cycle II, très largement illustré par une foule d’idées d’outils concrets à mettre en œuvre, présentés dans la dernière partie de l’ouvrage.

Le style de l’ouvrage reste conforme aux précédentes publications, comportant notamment de nombreux extraits de dialogues vécus en classe qui, s’ils ne sont pas forcément faciles à lire, rendent extrêmement concrets les problèmes rencontrés par les enseignants.

Un must, donc, à découvrir d’urgence pour tous les maîtres de cycle II qui sont persuadés qu’ils sont enseignants pour aider chaque élève « à aller du langage à la langue, pour retourner au langage ». Rien à voir avec les ambitions de M. De Robien, décidément.

http://www.hachette-education.com
Sur PROG
http://www.cafepedagogique.net/disci/primaire/43.php
http://progmaternelle.free.fr/

- Ni dans la hotte, ni dans les soldes, mais Chervel est une merveille

Franchement, j'ai honte. Le Café aurait du vous en parler en décembre, histoire que vous puissiez le mettre sous le sapin de votre dulcinée, de votre maman ou de votre neveu (celui qui vient de passer l'IUFM). Mais que voulez-vous... Le problème, avec les critiques de livres, c'est que certains s'astreignent à vraiment les lire avant d'en parler. Alors, même avec quelques congés, entre la dinde et le concert du 1er de l'An, les forces m'ont manqué pour boucler les 800 pages de l'Oeuvre.

Mais le verdict est sans appel : vous allez devoir faire preuve d'égoïsme, et passer au-dessus des conventions. Offrez-vous le, un point c'est tout.

N'imaginez pas que vous allez vous l'enfiler d'une traite, comme un bon polar qu'on ne peut plus quitter des mains. Imaginez plutôt un objet qui se déguste, qu'on parcourt au hasard des chapitres, dans lequel on se perd... L'auteur lui même, amoureux de la langue devenu historien de l'Education pour assouvir sa passion, a mis plus de quarante ans à achever l'ouvrage.

Mais pourquoi devriez-vous vous prendre d'intérêt pour des savoirs que d'aucuns voudraient bien voir réservés à quelques vieilles barbes universitaires ?

Justement parce que quelques-uns de nos ministériels thuriféraires n'ont de cesse que de pouvoir vous asséner leur certitudes médiatiques sur la grammaire ou la dictée... Et qu'une heure de Chervel de temps en temps a cet immense mérite de vous rendre un peu plus en capacité de comprendre que décidément, la grammaire ou l'orthographe, ça n'a rien a voir avec ce qu'ils disent...

Alors, si vous ne craignez pas de mieux comprendre pourquoi et comment s'est instauré le règne de l'orthographe chez les maîtres du primaire, d'ou vient la difficulté de l'accord du participe passé, quand s'est consruite l'idée de rédaction, pourquoi on a abandonné la cacographie, ce que savaient réellement les maîtres du XIXe siècle, comment on a inventé la grammaire scolaire pour apprendre l'orthographe, à quel prix l'Ecole a répandu la langue française dans les provinces allophones, allez-y, Andre Chervel a pensé à vous. Il ne vous dira pas grand chose sur les débats pédagogiques d'aujourd'hui, arrêtant son étude au XXe siècle naissant. Mais il vous permettra d'apprendre tant de choses que vous ingorez que vous en serez tout fier, même si vous ne vous en servez pas pour briller en société.

Et éventuellement, conseillez-le quand même à votre neveu (celui qui vient de passer l'IUFM). Il sera peut-être moins enclin à se laisser prendre des vessies pour des lanternes, la prochaine fois qu'il entendra un ministre à la télé...

André Chervel/
Histoire de l'enseignement du Français du XVIIe au XXe siècle.
Retz; 2006 - 800 pages
http://www.amazon.fr/Histoire-lenseignement-fran%C3%A7ais-XVIIe-si%C3%A8cle/dp/2725626056

 

Bibliographie

- Maternelle : On a reçu, on a testé, on a aimé

jadrindessons.jpg
- Le jardin des sons, Agnès Matthys, ed. Van de Velde
Une série de 30 comptines et histoires pour une approche de l'éveil musical.
Ouvrage prévu pour une utilisation avec les très jeunes enfants que ce soit en famille, en crèche, ou à l'école maternelle puisque les tranches d'âges couvertes vont de zéro à 6 ans.
Pour chaque historiette, un accompagnement musical simple est proposé (facile à mettre en place même quand on n'a pas de pratique musicale afin que par son vécu corporel le jeune enfant chemine du bruit au son et du son vers la musique.
« Cette démarche done à l'enfant la possibilité d'aborder tous les paramètres du son. Il découvre la musique à travers l'écoute, la communication, mais aussi la voix, le corps, le développement de l'imaginaire, le partage d'une émotion....L'utilisation des contes sonorisés appartient à une pédagogie innovante et créatrice » nous explique l'auteure Agnès Matthy Celle-ci est musicienne, musicothérapeute, membre de l’équipe pédagogique pour l’enseignement de la musicothérapie à l’INFIPP de Lyon et responsable de classes d’éveil et d’initiation musicale.


50activites.jpg
- 50 activités pour agir et s'exprimer avec son corps, CRDP Midi Pyrénées

L'originalité de cet ouvrage est de proposer des liens avec les autres domaines de l'école maternelle. Le point de départ se situe toujours dans l'activité physique, mais résulte de la situation mise en oeuvre la nécessité d'investir un autre champs d'apprentissages avant de revenir à l'activité physique. On fait souvent le lien avec le vivre ensemble, mais là des pistes sont proposées pour travailler en amont ou en aval en découverte du monde, en musique, en langage etc.
Les fiches ressources synthèses des APS sont bien faites déclinant référence aux programmes, mise en oeuvre, compétences, caractéristiques de l'activité et démarche proposée.On apprécie l'attention portée aux Toutes petites sections pour lesquels leurs enseignant-e-s pourront trouver ici des activités à leur portée.

 

©Le Café Pédagogique 2001 - 2006
Création le 26 Mars 2001 - Reproduction interdite - Tous droits réservés