S.E.S. - N°79

Édition du 15-01-2007

- Claude Bordes -

- Pédagogie

1. Publications

¤ Le livre du mois

Michael J. Harner, Les Jivaros, Petite bibliothèque Payot, 2006
http://www.payot-rivages.fr/asp/fiche.asp?Id=1717

¤ L'étude du mois

Mobilité sociale
Insee Première - Changer de groupe social en cours de carrière - Davantage de mobilité depuis les années quatre-vingt :
http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1112/ip1112.html
CR du Monde: Les déclassements professionnels en forte augmentation (ie les trajectoires ascendantes sont elles-aussi devenues plus courantes...)
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-847147@51-799145,0.html


2. Orientation

Premières synthèses de la DARES - Rapport du Centre d'Analyse Stratégique
"Les métiers en 2015" (8 pages, pdf)
http://www.plan.gouv.fr/intranet/upload/publications/documents/lesmetiersen2015.pdf

Notes d'information
Que sont devenus les bacheliers 2002 trois ans après l'obtention du bac ?
http://media.education.gouv.fr/file/98/1/3981.pdf


3. Ressources

Durkheim en MP3
Une conférence d'Emile Durkheim, à la Sorbonne, en 1913 (2mn 41)
http://antisophiste.blogspot.com/2006/12/durkheim-en-mp3.html

John Maynard Keynes
Six extraits (2 à 3 mn, téléchargement long) de l'émission de Pbs : Commanding Heights (en VO)
http://www.pbs.org/wgbh/commandingheights/shared/minitext/vid_johnmaynardkeynes.html

Présidentielles
Baromètre politique français (CEVIPOF), avec des entretiens, des analyses (cf. not. l'article de Nonna Mayer sur le vote Le Pen, RFSP 2002) :
http://www.cevipof.msh-paris.fr/bpf/ref/ref0.htm


4. Cours et TD en ligne :

Seconde

- Variations de parts, une animation très bien faite sur le site de Bordeaux
http://ses.ac-bordeaux.fr/spip_ses/article.php3?id_article=264

- De bons exercices de révision sur le site de Paris
http://ses-paris.scola.ac-paris.fr/spip.php?rubrique17

- des TD sur la population active, le chômage avec Excel, sur le site de Strasbourg
http://www.ac-strasbourg.fr/sections/enseignements/secondaire/pedagogie/les_disciplines/sciences_economiques/

Première

- Une animation power point sur le role du taux d’intérêt dans l’analyse néo-classique
http://ses.ac-bordeaux.fr/spip_ses/article.php3?id_article=274

- Maths et SES sur le site de Nancy
Travailler ensemble dans l'intérêt des élèves, par un groupe de professeurs de mathématiques et de SES :
http://www.ac-nancy-metz.fr/enseign/ses/Produits_locaux.htm

 

Dossier spécial

- L’économie des cadeaux de Noël

Il n’est pas facile de faire un bon cadeau. En première analyse, le meilleur cadeau est celui dont a rêvé le destinataire. Mais ce dernier sait mieux que vous ce qui est bon pour lui. C'est pourquoi les cadeaux se révèlent souvent mal adaptés aux préférences de ceux qui les reçoivent. Dans la mesure où un meilleur choix était possible, il y a là une "perte sèche" pour le destinataire.

Un exemple fera mieux comprendre cette notion de microéconomie : si l'on vous offre un pull à 100 € que vous n'auriez jamais, de vous-même, acheter plus de 60 €, ou que, l’ayant reçu, vous seriez prêt à revendre pour seulement 80 €, votre perte sèche se situe ici entre 20 et 40 €. On aurait été mieux inspiré de vous donner directement 100 euros plutôt que ce mauvais cadeau ! Tel est du moins le point de vue de la théorie économique standard.

Les cadeaux de Noël des lycéens font-ils apparaître une perte sèche ? Si c’est le cas, doit-on en conclure que leurs proches feraient mieux de leur donner de l’argent ? Finalement, pourquoi fait-on des cadeaux ? Telles sont les questions que l’on peut traiter à la faveur d’un TD sur les cadeaux de Noël.


Présentation du TD

On trouvera ce TD en ligne à cette adresse :
http://lyceegalilee.free.fr/espace_disci/ses/

Il est construit autour d’un questionnaire inspiré d’un article célèbre de Joel Waldfogel dans l’American Economic Review : “The Deadweight Loss of Christmas”.

Objectifs. Le Td s’intègre bien dans le cours de Première, où il permet d’introduire la question anthropologique du don et la notion d’échange non marchand. Il peut aussi bien s’intégrer dans les chapitres sur la culture et la socialisation.

Déroulement du TD. Seuls les résultats des questions 1 à 3 sont communiqués à la classe, tout le reste demeurant confidentiel. A deux reprises, on collecte les réponses sur des bulletins anonymes : le professeur fait le dépouillement pendant que les élèves poursuivent leur travail. Dans la dernière partie du TD, les élèves réfléchissent et débattent sur cette question : "Doit-on continuer à faire des cadeaux à Noël, ou vaut-il mieux donner des sous ?"

Durée du TD. Il faut compter une heure pour le travail sur le questionnaire, et une heure pour le débat, la synthèse et les explications du professeur.


Quelques enseignements du TD

Les réponses des élèves révèlent la rationalité cachée des cadeaux de Noël.

La principale surprise vient du fait que, pour la majorité des élèves, les cadeaux de Noël n'occasionnent pas globalement de perte sèche. Autrement dit, la valeur qu'ils attachent aux cadeaux qu’ils ont reçus est supérieure à leur valeur marchande – c’est tout particulièrement vrai des cadeaux offerts par les amis intimes. Ce résultat inattendu me paraît suffire à justifier l’institution des cadeaux de Noël.

Cela dit, les dons d'argent (et les cartes cadeaux) représentent tout de même plus du tiers du butin de Noël. A l’analyse, la propension à offrir du cash plutôt que des cadeaux augmente avec la distance générationnelle et affective entre les acteurs. Ainsi, ce sont les grands-parents, suivis des oncles et tantes, qui recourent le plus au don d'argent. Dans la mesure où leurs cadeaux enregistrent le taux le plus élevé de perte sèche, il est logique qu’ils recourent davantage que les autres au don d’argent. Bref, il est plus efficient pour eux de donner de l’argent que d’offrir des cadeaux.

S’agissant des intimes (petit ami, meilleur ami), c'est exactement le contraire : la valeur que les élèves accordent à leurs cadeaux est supérieure au prix qu'ils ont coûté -- on observe alors un gain sec. Cela tient à la qualité du donataire, mais aussi au soin particulier avec lequel le cadeau fut choisi, toutes choses qui ajoutent une forte valeur affective à la valeur marchande de l'objet.

Pour comprendre pourquoi, on peut mobiliser avec profit la théorie du signal de Michael Spence (Prix Nobel d'économie 2001). Soit deux amoureux ; ils aiment mais ne sont pas certains à 100 % d’être aimés en retour. On a là une situation d’ « asymétrie d’information ». En pareil cas, faire un cadeau permet d’envoyer un signal fort, de nature à rassurer l’être aimé quant à la teneur de vos sentiments. Faire un bon cadeau est en effet très coûteux ; il faut y consacrer beaucoup de temps, ce qui suppose un engagement affectif fort. « S’il m’aime vraiment, se dit la demoiselle, il choisira forcément un bon cadeau, car s’il m’aime autant que je l’aime, il pense forcément à moi tout le temps ; trouver un cadeau qui me plait ne lui sera donc pas trop difficile ». Si, quand bien même, notre homme ne voulait pas trop se casser la tête, il lui faudrait débourser plus pour offrir un cadeau conventionnel mais luxueux – l’argent permet, dans une certaine mesure, d’économiser du temps, mais si l’on ne veut pas économiser ses sentiments, il faut alors dépenser beaucoup d’argent...

La théorie du signal rend bien compte du fait, évident dans le sondage, que les proches (les amis intimes toujours, les parents souvent) font en général les meilleurs cadeaux. Mais elle explique aussi pourquoi les parents et les grands parents peuvent, sans risque, offrir de l’argent aux lycéens. C’est qu’on ne doute pas de l’amour de ses parents. On est ici dans une situation d’ « information parfaite », qui contraste avec l’incertitude intrinsèque de la relation amoureuse. Le cadeau d’un parent n’a pas la même fonction de signal que celui de sa petite amie (sauf peut-être quand le parent en question a quelque chose à se faire pardonner). C’est pourquoi il est beaucoup plus acceptable de donner de l’argent à ses enfants qu’à sa petite amie.

S'agissant des pairs (les copains, les frères et soeurs), donner de l'argent serait également inefficient, mais pour une autre raison : si je donne 20 euros à chacun de mes copains pour qu'ils achètent ce qui leur plaît, et si chacun me donne à son tour 20 euros pour que j'achète ce qui me plait, l'opération cadeaux de Noël est une opération blanche : on a eu beau donner et recevoir, il n'y a rien sous le sapin ! Moyennant quoi, mieux vaut une perte sèche avec des cadeaux, que pas de cadeaux du tout.

Pour finir, ce TD amène comme sur des roulettes la question anthropologique du don. Pourquoi fait-on des cadeaux ? Et d'abord, qu'est-ce qu'un don ? il est manifeste que tous les cadeaux ne sont pas des dons, certains relevant davantage de l'échange non marchand.

==> cf. la typologie d'Alain Testard, que j’ai résumée dans « L’échange et le don » (L’Antisophiste) : http://antisophiste.blogspot.com/2007/01/le-don-lchange-non-marchand-et-lchange.html


Pour en savoir plus

¤ On trouvera une synthèse de l'article de Waldfogel et de divers articles récents à cette adresse: http://antisophiste.blogspot.com/2007/01/deadweight-loss-of-christmas.html

¤ Sur la question 2, on vérifiera que F > E (et cela, pour tous les élèves, sans exception !). C'est le phénomène dit de Loss Aversion : les gens sont plus sensibles aux pertes qu’aux gains. En l’espèce, les lycéens exigent, pour accepter de se défaire d’un objet qu’ils possèdent, un prix plus élevé que ce qu’ils seraient prêts à payer pour acheter cet objet s’ils ne le possédaient pas.

Pour illustrer cette asymétrie, Richard Thaler a procédé à une étonnante expérience avec ses étudiants. Il leur a demandé de répondre à ces deux questions:

"1. En venant en cours aujourd'hui, vous avez été exposé à une maladie très rare mais mortelle. La probabilité que vous ayez contracté la maladie est de 1 pour mille. Si tel est le cas, il vous reste moins d'une semaine à vivre, mais ce sera une mort paisible et sans souffrance. Par bonheur, il existe un remède extrêmement efficace, à condition de le prendre immédiatement. Le problème est qu'au moment où je vous parle, on n'en connaît pas le prix. Vous devez donc me dire tout de suite quel prix maximum vous êtes prêt à payer. Si le remède s'avère coûter plus, vous ne l'aurez pas. S'il coûte moins, on vous rembourse le trop perçu. Combien êtes-vous prêt à payer pour ce remède ?

2. Nous avons besoin de bénévoles pour réaliser des expériences scientifiques sur cette maladie. Les volontaires courront le risque de contracter cette maladie, avec une probabilité évaluée à 1 pour mille. Combien faudrait-il vous payer pour que vous acceptiez de participer à cette expérience ?"

Dans l'un et l'autre cas, le risque est exactement le même. Mais, dans le premier scénario, les étudiants doivent décider quel prix ils sont prêts à payer pour annuler un risque auquel ils ont déjà été exposés, tandis que, dans le deuxième scénario, ils doivent décider à quel prix ils sont prêts à s'exposer volontairement à ce risque.

La réponse médiane des étudiants fut de 800 $ à la 1ère question, et de 100 000 $ à la seconde ! "En général," commente Thaler, "les gens attachent un prix beaucoup plus élevé à la conservation d’une chose qu'ils possèdent déjà qu’à l’acquisition de cette même chose quand ils ne la possèdent pas [dans cet exemple, leur bonne santé]." (cité par Robert Frank, Luxury Fever, Princeton UP, 2000, traduction personnelle)

 

©Le Café Pédagogique 2001 - 2006
Création le 26 Mars 2001 - Reproduction interdite - Tous droits réservés