Expresso !

- Par François Jarraud -

Version imprimable Version imprimable >> Voir l'expresso précédent

Le café pédagogique Flash du 13-09-2006 - François Jarraud -

• Editorial : L'Ocde dénonce l'inégalité sociale dans l'Ecole française
En 2005 à Bagnolet, manifestation pour obtenir des postes – Photo Fcpe
"Dans les pays de l’OCDE, les élèves issus des milieux les plus défavorisés sont en moyenne 3,5 fois plus susceptibles que ceux issus des milieux les plus privilégiés d’obtenir de faibles performances en mathématiques, c’est-à-dire de se classer au niveau 1 de l’échelle PISA, voire en deçà. En France, parmi les élèves issus de milieux défavorisés, 32 % se classent au niveau 1… Par opposition, parmi les élèves issus de milieux privilégiés, seuls 10 % se classent au niveau 1 ou en deçà. Ainsi, en France, un élève issu d’un milieu défavorisé a 4,3 fois plus de risques qu’un élève issu d’un milieu privilégié de se situer au bas de l’échelle d’aptitudes en mathématiques. Ce chiffre se situe légèrement au dessus de la moyenne des pays de l’OCDE". Avec "Regards sur l'éducation" l'Ocde met en parallèle les résultats et les caractéristiques des systèmes éducatifs des pays membres de l'organisation. Et elle épingle la France sur l'inégalité sociale devant l'Ecole.

A vrai dire ce n'est pas la première fois. En mars 2006, Andreas Schleicher, directeur de l'éducation de l'Ocde, avait souligné cette tare française. "C'est peut-être la plus grande déception des systèmes éducatifs européens. Nombre d'entre eux font des déclarations ambitieuses sur l'équité dans l'éducation. Mais l'étude PISA révèle que l'origine sociale joue un rôle plus fort dans les résultats scolaires en Allemagne, en France et en Italie qu'aux Etats-Unis." On observe également en France que les élèves faibles en maths ont relativement une probabilité plus grande d'avoir des difficultés également en lecture que dans les autres pays Ocde.

Après l'Unesco, qui pense que "on peut avoir l'équité et l'excellence" voilà l'Ocde qui insiste sur l'insuffisance de l'éducation prioritaire française. Le plan Ambition réussite est-il susceptible d'inverser cette situation ? On peut en douter.

Certes certains soulignent que le plan, avec le millier de professeurs référents, favorise la constitution d'équipes pédagogiques stables, ce qui est un facteur clé d'amélioration des performances. Mais cet effort semble éloigné des besoins réels et est décrit par certains acteurs de terrain comme un simple saupoudrage de moyens.

On peut craindre que d'autres mesures aillent accentuer l'inégalité sociale à l'Ecole. C'est le cas par exemple de l'apprentissage junior. Ce dispositif vise à écarter de l'Ecole les jeunes des milieux défavorisés en les orientant précocement vers ce qui ressemble fort à une voie d'exclusion. Enfin le débat sur la carte scolaire n'est pas sans rapport avec cette question. Une libéralisation de la carte sans augmentation nette des moyens des zep ne ferait qu'aggraver la ghettoïsation de ces établissements et creuser le fossé social.

Il peut sembler paradoxal que ce soit l'Ocde qui ramène la dimension sociale dans le débat scolaire français. C'est particulièrement nécessaire au moment où celle-ci est évacuée au bénéfice d'une personnalisation de la réussite et de l'échec.
Etude Ocde
Rappel : L'Expresso du 14 mars
Pour lire les pdf


• Le système : Création d'un délégué à l'orientation
"Le délégué interministériel à l'orientation coordonne les actions de l'Etat dans les domaines de l'information sur les métiers, de l'orientation scolaire et dans les établissements d'enseignement supérieur, de la préparation à l'emploi et de l'insertion professionnelle des jeunes. Il veille, en tant que de besoin, à l'articulation de ces actions avec celles des collectivités territoriales et des entreprises. Il est chargé de la mise en place et du suivi d'un schéma national de l'orientation et de l'insertion professionnelle". Un décret publié au Journal Officiel du 12 septembre institue un "délégué interministériel à l'orientation".

Le 26 juin, le président de la République avait demandé la création d'un "un service public de l'orientation". Le nouveau délégué disposera des services de l'éducation nationale. Il pourra faire appel à ceux de plusieurs autres ministères (intérieur, défense, justice, industrie santé Pme etc.).
Le décret
Rappel : L'orientation dans le Guide parents de la rentrée


• Le système : Carte scolaire : Le scandale n'est pas là…
"Le vrai problème soigneusement dissimulé n'est pas celui de la discrimination sociale par la carte scolaire, c'est l'obligation d'accepter les pédagogies décidées selon le seul bon vouloir des enseignants" estime Bernard Collot, ancien instituteur, dans Libération. "Si, dans un même secteur, des parents pouvaient choisir entre un établissement aux pédagogies traditionnelles et un établissement aux pédagogies modernes, il est certain que les choix ne s'effectueraient plus sur des critères sociaux, prétexte mis en avant par les défenseurs de la carte scolaire. Tant que les parents sont exclus de l'élaboration des stratégies éducatives des établissements de leurs quartiers (ce qui sera un jour une vraie révolution culturelle), tant qu'ils sont soumis à laisser leurs enfants à partir de 5 ans dans une institution hors du contrôle des citoyens, on ne peut pas continuer, dans une société démocratique, à les obliger à subir les choix d'enseignants (ou d'un ministre) dont chacun sait qu'ils ne dépendent que d'appréciations individuelles (puisqu'elles peuvent toutes être contestées) et qu'ils auront des conséquences sur le développement cognitif, psychologique et citoyen de l'enfant".
Article de Libération


• Le système : Bruxelles demande aussi un effort d'équité à l'Ecole
Jan Figel – Photo Commission européenne
" Des systèmes d’éducation et de formation efficaces peuvent avoir un effet bénéfique important sur notre économie et notre société mais les inégalités de ces systèmes ont des coûts occultes considérables qui apparaissent rarement dans les comptes publics. Si nous oublions la dimension sociale de l’éducation et de la formation, nous risquons de payer un prix élevé pour redresser la situation plus tard. La communication d’aujourd’hui invite les Etats membres à accroître leurs efforts pour améliorer tant l’efficacité que l’équité de leurs systèmes d’éducation et de formation, afin que tous les citoyens, notamment ceux qui sont défavorisés, puissent pleinement jouer leur rôle dans la société et dans l’économie". Ján Figel’, commissaire européen chargé de l’éducation, souligne 2 priorités pour l'enseignement scolaire.

Il faut renforcer l'enseignement préscolaire "c’est le moyen le plus efficace de jeter des bases pour un apprentissage ultérieur, la prévention des abandons scolaires, l’obtention de résultats plus équitables et le relèvement des niveaux généraux de compétence".

La Commission demande également qu'on n'oriente pas trop précocement les élèves : "cette pratique accentue les effets du contexte socio-économique sur le niveau d’instruction et qu'elle n’améliore pas l’efficacité à long terme". Une remarque qui pourrait concerner l'apprentissage junior.
Communiqué


• L'élève : Le redoublement français montré du doigt par l'Ocde
" À l’instar des autres formes de différenciation institutionnelle, le redoublement est considéré par certains, en particulier les enseignants et les chefs d’établissement, comme une stratégie permettant de faciliter l’apprentissage et d’améliorer les performances, dans la mesure où les élèves en difficulté sont intégrés dans des classes homogènes et peuvent bénéficier d’un enseignement plus adapté à leur niveau. De nombreuses études montrent que les redoublants ne sont pas plus susceptibles d’obtenir de meilleurs résultats que leurs condisciples, à niveau égal de compétence. Dans un tiers des pays de l’OCDE, toutefois, le redoublement est fréquent : le pourcentage d’élèves de 15 ans déclarant avoir redoublé au moins une fois va de 7 % en Grèce à 38 % en France". La France championne de l'Ocde en matière de redoublement ! "Regards sur l'éducation " relève cette particularité française dans sa dernière édition. Un trait qui n'est pas sans rapport avec des dépenses éducatives au-dessus de la moyenne de l'Ocde.

Le caractère inopérant du redoublement a pourtant été attesté par plusieurs études scientifiques en France même. Mais sa pratique est largement acceptée aussi bien chez les enseignants que chez les parents.
Etude Ocde (en pdf)
Le redoublement inopérant mais socialement efficace
Le dossier spécial du Café


• L'élève : Drogues : l'ivresse progresse
Bières à la marijuana Photo Morguefile
Les jeunes Français consomment-ils davantage de drogues ? Deux études permettent de mieux saisir la situation : d'une part l'enquête Escapad de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies, d'autre part le n°34 du Bulletin épidémiologique hebdomadaire sur l'alcool en France.

Tous deux confirment une amélioration de la situation. Ainsi, selon Escapad, le tabac recule nettement chez les jeunes : -5%. Cependant un tiers des jeunes de 17 ans sont des fumeurs réguliers. La consommation de cannabis se stabilise. Un adolescent sur deux l'a expérimenté et 15% des garçons, 6% des filles de 17 ans sont des usagers réguliers.

C'est l'alcool qui pose problème. Certes la consommation globale diminue. 18% des garçons ont un usage régulier (-3%) et 6% des filles (-1%). Mais les ivresses régulières sont en hausse : 10%. Enfin un jeune sur deux (46%) déclare avoir bu au moins 5 verres d'alcool en une seule occasion au cours du mois. Ce changement dans le mode de consommation est inquiétant même si les jeunes Français sont en dessous de la moyenne européenne.
Enquête Escapad (pdf)
BEH sur l'alcool


• L'élève : "Pas de zéro de conduite" appelle à la sauvegarde du secret professionnel
"Le projet de loi de prévention de la délinquance qui vient en discussion au Sénat le 13 septembre comporte toujours, dans son article 5, une mesure de levée du secret professionnel dans le cas de personnes présentant de graves "difficultés sociales, éducatives ou matérielles" au profit du maire de la commune. Ainsi, les professionnels de santé ou de l’action sociale seraient dans l'obligation d'informer systématiquement le maire de difficultés qui relèvent d’un soutien social, éducatif ou de soins, au nom de la prévention de la délinquance. Or chacun sait qu'il est essentiel que les citoyens puissent continuer à bénéficier de garanties de protection de l’intimité de leur vie privée, lorsqu'ils ont besoin d'une aide. C’est parce qu’ils savent cette confidentialité protégée que les parents acceptent de faire part de leurs difficultés les plus graves et de recevoir le soutien des professionnels qui sont alors fondés à élaborer avec eux des mesures de prévention ou de soins". Fort de ses 189 000 signataires, le mouvement "Pas de zéro de conduite pour les enfants de 3 ans" appelle à préserver le secret professionnel et à envoyer une lettre type aux sénateurs et députés pour modifier l'article 5 du projet de loi.

"Si cet article était voté, c'est la condition première de tout travail de prévention efficace et de qualité qui serait détruite. Alors, au nom d'une soi-disant meilleure efficacité de la prévention, on aboutirait au résultat inverse". L'article 5 du projet de loi stipule : "Lorsque la gravité des difficultés sociales, éducatives ou matérielles d'une personne ou de personnes composant une même famille, constatée par un professionnel de l'action sociale telle que définie à l'article L. 116-1, appelle l'action de plusieurs intervenants, celui-ci en informe le maire de la commune de résidence pour assurer une meilleure efficacité de l'action sociale…. Ces professionnels et le coordonnateur sont autorisés à partager les informations et documents nécessaires à la continuité et à l'efficacité de leurs interventions. Les informations ainsi communiquées ne peuvent être divulguées à des tiers sous peine des sanctions prévues à l'article 226-13 du code pénal. Le professionnel intervenant seul dans les conditions prévues au premier alinéa et le coordonnateur sont autorisés à révéler au maire ou à son représentant, au sens de l'article L. 2122-18 du code général des collectivités territoriales, les informations confidentielles qui sont nécessaires à l'exercice de ses compétences dans les domaines sanitaire, social et éducatif".
Le site de "Pas de zéro…"
Le projet de loi


• Pédagogie : Colloque de la Fname
La Fname s'est fixé pour objet de favoriser la reconnaissance de la spécificité du travail et de l'identité des enseignants spécialisés, option E et assimilés, travaillant sur des postes spécialisés dans le cadre de l'école publique. Elle organise les 19 et 20 octobre son 4ème colloque à Lille. Au programme des conférences (Elisabeth Bautier, Jeanne Moll etc.) des échanges sur la médiation psychopédagogique.
Le programme


• Primaire : Directeurs, le Gdid vous propose un sondage
Le Groupement de Défense des Intérêts des Directeurs, une association de directeurs et directrices d'école, a demandé à l'Ifop d'organiser un sondage auprès des 42 000 directeurs français. L'étude est lancée au moment où d'autres sondages font part de la baisse de moral des directeurs. Elle porte sur les conditions de travail et les mesures à mettre en oeuvre pour remédier à cette situation.
Annonce du sondage
Rappel : L'Expresso du 8 septembre


• Histoire : Le programme de terminale STG est publié
Le Journal Officiel du 12 septembre publie le programme d'histoire-géographie de terminale STG. Le texte est annoncé au B.O. du 5 octobre. Il entre en vigueur à la rentrée 2007.
Au J.O.


• SMS – STSS : Les programmes de la nouvelle filière "ST2S"
Photo Morguefile
"La rénovation se traduit par une réorganisation en profondeur des enseignements généraux et technologiques qui, d'une part, intègrent mieux les enseignements technologiques à une problématique sanitaire et sociale, et d'autre part, renforcent les enseignements scientifiques". Eduscol publie dès maintenant les programmes (Stss, biologie, physique-chimie,maths) de la nouvelle filière, baptisée "Sciences et technologies de la santé et du social", qui remplacera la série SMS. La réforme porte à la fois sur les horaires, mis en ligne par Eduscol, et sur les contenus de formation. En jeu : une meilleure adaptation de la filière aux métiers du paramédical et du social, une meilleure préparation aux études supérieures. Un nouveau BTS sera créé à la rentrée 2007 dans ce secteur. Les textes concernant la classe de première étaient attendus pour cet été.
Sur Eduscol : présentation et horaires
Les programmes
Le point sur la réforme dans le Guide de rentrée du Café


• Professionnel : Formation des adultes : 23 milliards pour rien ?
"Opaque, éclaté, complexe et trop peu transparent pour assurer efficacement l'adaptation de la main d'œuvre et la promotion sociale". Selon Le Monde, c'est le portrait du système de la formation professionnelle dressé par deux économistes, Pierre Cahuc et André Zylberberg, dans une étude à paraître de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris.

Pour eux, les 23 milliards d'euros de la formation professionnelle sont gaspillés pour des stages "n'ayant, dans la plupart des cas, aucun impact avéré sur les parcours professionnels". Ils relèvent également un problème récurrent de la formation professionnelle : l'inégalité dans l'accès. Ils demandent la suppression du système actuel et la création d'une agence publique.
Article du Monde
Le document est annoncé sur le site de la CCIP


• Internet : Deux ans de prison pour l'auteur d'un virus
Pour avoir réalisé le virus "Zotob", Farid Essebbar a été condamné par un tribunal marocain à deux ans de prison ferme, annonce l'AFP.
Dépêche AFP


• Le Café à la carte
Si vous découvrez Le Café Pédagogique, sachez que vous pouvez recevoir chez vous dès parution et gratuitement le texte du "Café".
Vous pouvez également recevoir gratuitement chez vous chaque matin avec "L'Expresso" un flash quotidien d'actualité pédagogique. Pour cela abonnez-vous à la liste "Expresso".
Pour s'abonner
Les fils RSS
L'Expresso sur votre téléphone portable



 


 • Envoyer une info
 • Nous écrire


Café à la carte


Si vous découvrez Le Café Pédagogique, sachez que vous pouvez recevoir chez vous dès parution et gratuitement le texte du "Café".
Vous pouvez également recevoir gratuitement chez vous chaque matin avec "L'Expresso" un flash quotidien d'actualité pédagogique. Pour cela abonnez-vous à la liste "Expresso".

Vous abonner est une façon de nous soutenir.
Page abonnement


Vous pouvez consulter la liste intégrale des flash publiés.

Attention ! Le temps de chargement de la page est long.